04/11/2022

Les AC-130J « Ghostrider » au complet !

ac-130-top-2.jpg

Le Commandement des opérations spéciales de l'US Air Force (USSOCOM) a reçu son 31ème et dernier AC-130J « Ghostrider » achevant la transition du commandement des anciennes flottes AC-130W, AC-130U et AC-130H. À la suite d'une cérémonie de commémoration au sein du Lockheed Martin « Gunship Modification Facility » à Crestview le 2 novembre, le dernier AC-130J a été livré à la 27e Escadre d'opérations spéciales à Cannon Air Force Base au Nouveau-Mexique.

Cérémonie de réception

Au cours de la cérémonie d'inauguration et de livraison de l'AC-130J « Ghostrider », le lieutenant-colonel Joe Allen, responsable du programme « Gunship » a brièvement évoqué l'histoire et l'avion. Il a également expliqué comment les pilotes inscrivaient des noms ou des indicatifs d'appel sur leur avion, procurant un sentiment de connexion et un sentiment de fierté pour eux-mêmes et pour l'équipage qui faisait voler l'avion.

L'AC-130J est l’avion d’appuis de cinquième génération qui remplace la flotte des AC-130U « Spooky » et AC-130W « Stinger II ». Les AC-130 ont une longue histoire de combat remontant à la guerre du Vietnam où ils ont détruit plus de 10’000 camions et ont été crédités de nombreuses missions d'appui aérien rapproché salvatrices pour les troupes au sol.

USSOCOM développe l'AC-130J grâce à l'intégration de composants modulaires sur les avions MC-130J existants. Les composants modulaires comprennent une palette d'opérateur de mission (MOP) à double console dans la soute qui contrôle tous les sous-systèmes avec des affichages à distance et des panneaux de commande sur le poste de pilotage, canon à chaîne à tir latéral interne de 30 mm et canon de 105 mm monté sur palette, des bombes de petit diamètre guidées par GPS GBU-39 / B montées sur les ailes et des missiles à guidage laser AGM-176 Griffin . A l’avenir, le commandement prévoit également d'équiper éventuellement les « Ghostrider » de systèmes d'armes à énergie dirigée ou de lasers.

404560710.jpeg

Les Missions

Les principales missions de l'AC-130J « Ghostrider » sont l'appui aérien rapproché, l'interdiction aérienne et la reconnaissance armée. Les missions d'appui aérien rapproché comprennent les troupes au contact, l'escorte de convoi et la défense aérienne ponctuelle. Les missions d'interdiction aérienne sont menées contre des cibles préplanifiées ou des cibles d'opportunité et comprennent des ensembles de missions de coordination de frappe et de reconnaissance et de surveillance. L'AC-130J fournit aux forces terrestres une plate-forme expéditionnaire à tir direct qui est persistante, parfaitement adaptée aux opérations urbaines et fournit des munitions de précision à faible rendement contre des cibles au sol.

Fonctionnalités

L'AC-130J est un avion C-130J hautement modifié qui contient de nombreuses fonctionnalités avancées. Il contient une station de vol avancée pour deux pilotes avec une avionique numérique entièrement intégrée. L'avion est capable d'une navigation extrêmement précise grâce aux systèmes de navigation entièrement intégrés avec deux systèmes de navigation inertielle et un système de positionnement global. Les systèmes défensifs de l'avion et le radar météo couleur sont également intégrés. L'avion est capable d'effectuer le ravitaillement en vol avec le système d'installation de glissière de réceptacle de ravitaillement en vol universel. 

De plus, l'AC-130J est modifié avec le « Precision Strike Package », qui comprend une console de gestion de mission, une suite de communications robuste, deux capteurs électro-optiques/infrarouges, un équipement de contrôle de tir avancé, une capacité de livraison de munitions à guidage de précision, ainsi que des canons 30 mm et entraînables. Armes de 105 mm. Le système de gestion de mission fusionne les informations sur les capteurs, les communications, l'environnement, l'ordre de bataille et les menaces dans une image opérationnelle commune.

L’AC-130J «Ghostrider»

C’est au tout début du mois de janvier 2013 que le premier MC-130J est arrivé pour commencer sa transformation en AC-130J «Ghostrider». L’AC-130J «Ghostrider» est doté d’un radar à ouverture synthétique, de capteurs infrarouge d’un canon de 30mm, de missiles AGM-176 «Griffin». L’avion pourra également mettre en oeuvre la bombe de petit diamètre de type GBU-39 (SDB laser). Les capteurs permettent d’identifier visuellement ou électroniquement,  les forces et les cibles terrestres amies à tout moment, même dans des conditions météorologiques défavorables. L'avion est optimisé pour le ravitaillement en vol en mode universelle avec le système  «Air Prise Slipway». Pour répondre aux exigences de puissance imposées par l’avionique et les différents systèmes, l'AC-130J est équipé de 60 générateurs d'amplification qui offrent une production accrue en électricité.

2935546651.JPG

Photos : AC-130J « Ghostrider » @ USAF

22/10/2022

Les B-52 se préparent pour une cure de jouvence !

image-9.png

Le vénérable B-52 ne compte plus les mises à niveau depuis sa mise en service en 1955. Le nouveau projet de modernisation en préparation au sein de l’US Air Force s’apparente à une véritable « cure de jouvence » qui pourrait déboucher sur une nouvelle désignation soit B-52 « J » ou « K ».

En cette fin de semaine l’avionneur Boeing a rendu public une image de synthèse qui donne un aperçu sur ce à quoi ressemblera le B-52 après avoir subi une nouvelle mise à jour en profondeur. La première étape d’un changement de Design est due à la remotorisation par Rolls-Royce avec les moteurs F130. Pour se faire de nouvelles nacelles seront produites.

boeing,usaf,b-52 stratofortress,les nouvelles de l'aviation,rolls-royce

Mais le dessin du B-52 remotorisé va encore évoluer et être poussé encore plus loin, voyons pourquoi ? Les nouveautés du dessin du futur B-52 sont issues d’une nouvelle étude faite en soufflerie suite à la réflexion faite sur l’amélioration non seulement technique, mais également dynamique. Boeing a travaillé sur la re-disposition des futurs moteurs. De plus, les nouveaux équipements pouvant par exemple s’intégrer via la structure de l’avion ne demandent plus d’être intégrés via des carénages externes ou autre bosses apparentes. De fait, le nouveau Design devrait être plus fluide que l’actuel.

Les améliorations prévues

Avec les nouveaux moteurs Rolls-Royce F130 (avia news 26.09.21) le B-52 va gagner en fiabilité avec un haut niveau de préparation aux missions et de faibles besoins en maintenance. Une fois installé, le F130 peut rester sur l'aile pendant toute la durée de vie prévue du B-52. De plus, le moteur F130 offre un rendement énergétique nettement supérieur, une autonomie accrue et des besoins réduits en avions ravitailleurs. Tout aussi important, le moteur est prêt à être intégré à l'aide des outils d'ingénierie numérique de pointe de Rolls-Royce.

Le B-52 Nouvelle Génération emportera un nouveau radar, soit le Raytheon AN/APG-79 de type AESA dérivé du Super Hornet. Le nouveau radar apportera une portée plus grande et une meilleure résistance aux contre-mesures, une connaissance de la situation et d'autres capacités grandement améliorées. Selon Raytheon, le modèle prévu pourra prendre en compte les capacités de guerre électronique et de communication. Cette concentration de capacité permettra également de supprimer d’anciens systèmes et là encore de reprofiler le dessin du nez du B-52.

L’avion emportera un système amélioré de communication par satellite à large bande issus du système Combat Network Communications Technology (CONECT) dont la première version a été installée en 2013. La liaison Link16 sera également mise à jour.  Un nouveau système d’alerte radar et de détection de départ de missile sera également monté sur l’avion.

Le cockpit n’est pas oublié dans cette modernisation à grande échelle. Les derniers instruments de type analogique vont être remplacer par des écrans EFIS. De plus, un système d'accélérateur hybride mécanique-numérique, sera installé de même que de nouveaux ordinateurs de mission.

En ce qui concerne l’armement, en 2020 l’USAF a terminé les essais d’intégration du missile hypersonique AGM-183A de Lockheed Martin (ARRW). Ce dernier est capable de venir frapper une cible au sol à près de Mach 20. En matière d’armes en interne, les B-52 ont reçu à partir de 2016 l’équipement « Internal Weapons Bay » (IWBU). Ce système de plateau rotatif IWBU permet de charger différents types de missiles, tels que : l’AGM-158 JASSM-Extended (Joint air-to-surface Standoff Missile), ainsi que le brouilleur largable MALD-J (miniature Air Launched Decoy) ainsi que les missiles de croisières AGM-86 ALCM conventionnel ou nucléaire. Outre des bombes à guidage laser ou GPS classique, le B-52 met en œuvre depuis 2015 de la bombe GBU-57/B « Massive Ordnance Bomb » (MOP), soit la bombe anti-bunker guidée de 13’600kg.

D’autres équipements devraient à l’avenir venir compléter la large palette déjà existante du B-52.

Le B-52 une vieille histoire de plus de 60 ans

Imaginez que les pilotes les plus jeunes actuels de ce bombardier stratégique n’étaient même pas nés lorsque celui-ci fit son premier vol, pires, leurs parents non plus !

Conçu pour emporter l’arme nucléaire, le B52 fut modifié par la suite pour le bombardement conventionnel puis l’emploi de missiles de croisière. Devenu polyvalent, le B52 est un peu la «bonne à tout faire» de l’Air force !

Photos : 1 Exemple du futur Design 2 nouveau carénage des moteurs @ Boeing

 

 

29/08/2022

Tir d’un JASSM-ER depuis un B-2 !

jassm-er,b-2 spirit,usaf,les nouvelles de l'aviation

Le secret était bien gardé, l’US Air Force a secrètement testé une variante à longue portée d’un missile de croisière furtif à partir d’un bombardier furtif B-2 à la fin de l’année dernière. L’information a été divulguée en milieu de semaine dernière par Northrop Grumman.

Soudaine divulgation

Bien que confidentielle, cette nouvelle est rendue publique maintenant pour une raison bien précise. En effet, la divulgation du test effectué en décembre dernier intervient dans un contexte de tension accrue entre les États-Unis et la Chine. Pékin ayant mené des exercices militaires et des lancements de missiles balistiques près de Taïwan après des visites très médiatisées sur l’île de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et d’autres législateurs américains. De plus, la guerre en Ukraine a ravivé le risque potentiel d’un conflit plus large en Europe. Il s’agit pour les USA de de jouer la carte de la dissuasion.

Peu de détails du test ont été révélés. Selon le communiqué de Northrop Grumman, un bombardier B-2 « Spirit » a lancé avec succès un missile air-sol interarmées d’une portée étendue. Entendez par là, un missile Lockheed Martin JASSM-ER. Du côté de l’USAF, on confirme le tir sans en préciser le lieu.

 

« C’est un réel avantage de pouvoir mener des frappes dans n’importe quelle direction, si vous voulez, et à portée », a déclaré Mark Gunzinger, un pilote de B-52 de l’armée de l’air à la retraite qui dirige les futurs concepts et évaluations des capacités aérospatiales à l’Institut Mitchell pour les études aérospatiales. Il « élargit également leur capacité à éviter les zones de menace les plus à risque tout en maintenant les cibles à risque ».

L'AGM-158 JASSM

jassm-er,b-2 spirit,usaf,les nouvelles de l'aviation

L ‘AGM-158 JASSM (Joint air-to-surface standoff missile) est un missile de croisière d'origine propulsé à vitesse subsonique par un turboréacteur Teledyne CAE J402. Les ailes repliées sous le fuselage afin de prendre moins de place, se déploient après le lancement. Il est doté d'un empennage vertical destiné au contrôle du missile en lacet. Il est dirigé sur sa cible par guidage inertiel recalé par GPS. Le guidage terminal et la reconnaissance de la cible se font grâce à un autodirecteur infrarouge. Une liaison de données permet au missile de transmettre sa position et son statut durant le vol, permettant une meilleure évaluation des dommages. La précision du missile est grande, son erreur circulaire probable donnée est de 2,4 m. La charge militaire est constituée d'un pénétrateur WDU-42/B de 450 kg.

Dans sa version JASSM-ER (Extended Range), il dispose d’une portée quasiment triplée de 370 kilomètres par rapport au JASSM standard, il peut également devrait être redirigé le cas échéant ce qui facilite l’atteinte de cibles mobiles profondément derrière les lignes ennemies. La variante a déjà été montée sur le bombardier B-1 et à bord des F-15E.

Le JASSM-ER est conçu pour échapper aux défenses antimissile. Jusqu’à présent, l’USAF s’est concentrée sur l’installation du missile sur ses avions non furtifs, y compris les bombardiers B-1 et B-52 et les chasseurs F-16 et F-15E. Mais l’installation de l’arme sur le B-2, un bombardier furtif déjà conçu pour voler sans être détecté dans l’espace aérien ennemi, lui permettrait de frapper des cibles encore plus profondément à l’intérieur des terres.

Photo : 1 Représentation du tir depuis un B-2 @ Northrop Grumman 2 JASSM-ER @ LM

26/08/2022

L’USAF réceptionne ses premiers MH-139A « Grey Wolf » !

leonardo,boeing,usaf,mh-139a,grey wilf,les nouvelles de l'aviation

Leonardo et Boeing ont livré les quatre premiers hélicoptères d'essai MH-139A « Grey Wolf » à l'US Air Force. Ces appareils font suite à l’acceptation du prototype final présenté en décembre 2019.

Rappel

L'USAF a prévu de remplacer sa flotte d'hélicoptères Bell UH-1N par 84 exemplaires du MH-139A « Grey Wolf », y compris les appareils de formation et l'équipement de soutien, le contrat complet pour les hélicoptères est estimé à 2,38 milliards de dollars. Leonardo en partenariat avec Boeing a remporté le contrat en septembre 2018. Selon le cahier des charges émis par l'armée de l'air, le nouvel l'hélicoptère de remplacement doit pouvoir transporter au moins neuf soldats équipés et ceci à une vitesse d'au moins 135kt. De plus, le nouvel hélicoptère doit pouvoir disposer d’un rayon d’action de 225 nm (416 km) avec une endurance de 3 heures.

Le « Grey Wolf » est un hélicoptère multi-missions basé sur l'hélicoptère AW139 à double usage éprouvé de Leonardo. Au sein de l’USAF il sera engagé pour protéger les missiles balistiques intercontinentaux le Montana, le Dakota du Nord et le Wyoming et transporter les représentants du gouvernement américain et les forces de sécurité.

Certification finale et préparation à l’entrée en service

L'étape de livraison survient peu de temps après que la Federal Aviation Administration (FAA) a délivré le dernier certificat de type supplémentaire nécessaire pour remplir le formulaire 250 du département américain de la Défense et commencer officiellement l'acceptation de l'aéronef. Boeing et l'USAF vont maintenant poursuivre les tests de développement et de fonctionnement initiaux supplémentaires pour soutenir l'appareil.

Leonardo produit l'hélicoptère dans son usine Part 21 certifiée FAA dans le nord-est de Philadelphie, tandis que Boeing est responsable de l'approvisionnement et de l'installation de l'équipement militaire, ainsi que du support après livraison de l'aéronef.

Le MH-139A / AW139

leonardo,boeing,usaf,mh-139a,grey wilf,les nouvelles de l'aviation

L’AW139 est devenu l'hélicoptère le plus vendu de sa catégorie pour une variété impressionnante de rôles commerciaux et gouvernementaux qui répondent aux exigences les plus exigeantes à travers le monde. Depuis sa certification en 2003, l'AW139 a été constamment amélioré pour atteindre des niveaux toujours croissants de performance, la sécurité, l’efficacité de la mission et la capacité de répondre aux dernières exigences très difficiles des clients actuels et futurs. Le seul hélicoptère de nouvelle génération dans sa catégorie de poids, l'AW139 établit de nouvelles normes de performances dans sa catégorie, avec la plus grande cabine de sa catégorie, une vitesse de croisière maximale de 165 noeuds (306 kilomètres par heure) et une portée maximale au-delà de 570nm (1060 km) avec carburant auxiliaire. Les AW139 sont dotés d’une motorisation de type Pratt & Whitney Canada PT6C-67C. Le poste de pilotage intégré et avancé et doté d’une avionique de dernière génération qui minimise la charge du pilote permettant à l'équipage de se concentrer sur les objectifs de mission. 500 appareils sont déjà en service dans des nombreux rôles y compris EMS/SAR/VIP/ transport corporate, application de la loi et de transport militaire. Près de 170 clients de plus de 50 pays ont commandé plus de 640 hélicoptères AW139 jusqu'ici.

leonardo,boeing,usaf,mh-139a,grey wilf,les nouvelles de l'aviation

Photos : MH-139A Grey Wolf @ Leonardo

15/07/2022

Première nacelle laser pour l’US Air Force !

usaf,laser,lockheed martin,boeing,northrop grumman,les nouvelles de l'aviation

Nous en parlions en 2020, cette fois c’est chose faite, l’US Air Force (USAF) a réceptionné le prototype d’une arme laser à haute énergie qui peut être transportée par avion sous forme de nacelle.

C’est la division des armes à haute énergie de Lockheed Martin qui a livré ce premier « laser » nommé LANCE en vue de tests. Cet effort s'inscrit dans le cadre plus large de plans en constante évolution visant à disposer d'avions de chasse armés de lasers capables d'engager des missiles ennemis et éventuellement d'autres cibles également.

LANCE / SHiELD

Le système à haute énergie de Lockheed Martin LANCE soit « Laser Advancements for Next-generation Compact Environments » a été remis l’Air Force Research Laboratory (AFRL), qui est chargé de développer et 'intégrer de nouvelles technologies dans les domaines de l'air, de l'espace et du cyberespace. Selon un bref communiqué de LM, le laser LANCE est le laser à haute énergie le plus petit, le plus léger et le plus économe en énergie construit à ce jour. Il n’en fallait pas moins pour venir équiper un avion de combat.

LANCE a été développé dans le cadre d'un contrat de novembre 2017 qui fait partie du programme plus large de démonstrateur laser à haute énergie d'autoprotection SHiELD, de l'Air Force. Soit un effort partagé qui réunit Lockheed Martin, Boeing et Northrop Grumman. Alors que Lockheed Martin fournit l'arme laser réelle, sous la forme de LANCE, Boeing produit la nacelle qui la transporte, et Northrop Grumman est responsable du système de contrôle du faisceau qui place le laser sur sa cible

LANCE a été conçu pour répondre à l’objectif fait partie du programme SHiELD (Self-Protect High-Energy Laser Demonstrator) de l’Air Force Research Lab et vise à installer un module « laser » défensif sur les avions de combat pour les défendre contre les missiles antiaériens. Le projet SHiELD prévoit d’utiliser le prototypes IFPC-HEL (Indirect Fire Protection Capability-High Energy) Laser, soit un canon laser monté sur un camion déjà en construction qui sera opérationnel en 2024.

Par contre, un « laser » offensif pour abattre des avions ennemis devrait frapper plus fort et à plus longue distance et n’est pas réalisable aujourd’hui. Il s’agit d’un objectif à plus long termes.

Selon le Pentagone un « laser » offensif ne viendra pas équiper les aéronefs avant l’arrivée de la 6ème génération d’avions de combat. Par contre, le « laser » du programme SHiELD devrait être applicable sur les appareils actuels.

Le responsable de la division « laser » de Lockheed-Martin, Mark Stephen que la société travaille au développement des armes laser de défense installées sur avions de combat. Il faudra attendre 2030, pour disposer d’un premier modèle de laser fiable de défense et probablement 10 ans de plus en ce qui concerne les armes offensives.

Photo : Projet de nacelle laser de défense pour avion @ LM