16/05/2021

La réorganisation de l’USAF passe par le retrait du F-22 !

EQVXDKlXkAADoc4.jpeg

Les hauts responsables de l’US Air Force ont fourni de nouveaux détails sur les plans de la future organisation en vue de la domination aérienne.  Ils sont convaincus que le Lockheed Martin F-22 « Raptor » n’a pas la profondeur et la portée nécessaires en tant que chasseur de supériorité aérienne de choix. Si, le F-35 sera conservé et deviendra la pierre angulaire de l’USAF, il ne sera pas acheté en nombre additionnels.

Pas avant 10 ans :

1200px-Lockheed_Martin_F-22A_Raptor_JSOH.jpg

Le retrait du Lockheed Martin F-22 « Raptor » ne se fera pour autant pas avant 10 ans, soit à partie de 2030, date à laquelle il atteindra les 40 ans. Mais le moment exact de sa retraite dépendra de la rapidité avec laquelle l’USAF pourra mettre en production son avion de combat de sixième génération basé sur le modèle Next Generation Air Dominance (NGAD).

Peu de détails ont été publiés sur le programme hautement classifié NGAD, mais les responsables de l’USAF le conçoivent comme une famille de systèmes, pas simplement un avion de chasse traditionnel piloté par un pilote humain. En septembre dernier, l'ancien responsable de l'acquisition de l'armée de l'air, Will Roper a annoncé qu'un démonstrateur NGAD à grande échelle avait effectué son vol inaugural.

Pour l’instant l’USAF ne précise pas dans quelle mesure le NGAD sera basé sur une ou plusieurs plates-formes habitées. Le programme comprend des segments habités, non habités et éventuellement habités. Mais il semble bien que tous ne pourraient pas entrer en service opérationnel pour des question de financement et techniques également.

Quatre variantes :

f15EX 001.jpg

Les plans de l’US Air Force prévoient maintenant de fonctionner à l’avenir avec quatre variantes d’appareils : soit le nouveau NGAD, le Lockheed Martin F-35A, le Boeing F-15EX « Eagle II » et le Lockheed F-16 Block70/72. A noter, que le Fairchild A-10 « Warthog » serait conservé « pendant un certain temps encore ». 

L’USAF prévoit de conserver le F-35 qui servira d’épine dorsale en fonctionnant avec les F-15EX et F-16. Le F-15 EX « Eagle II » doit venir remplacer progressivement l’ensemble des F-15 C/D/E en service. La question en suspend concerne la mise à niveau des F-15 E en version « EX » d’une partie de la flotte ou le renouvellement complet avec des F-15 EX neufs.  

À terme, l’USAF cherche également un remplaçant pour sa flotte de F-16. Pour l’instant, il est question d’acheter des F-16 Block70/72 neufs, voir même la nouvelle version Block80 prévue par Lockheed Martin et ceci en lieu et place du F-35.

Nouveaux missiles :

En parallèle, l’USAF travaille sur la modernisation de sa capacité de frappe en profondeur avec de nouveaux missiles air-air. Raytheon travaille au développement du « Pérégrine » (Pèlerin) soit un missile deux fois plus petit que les autres armes, mais deux fois plus rapide. De son côté Lockheed Martin travaille sur l’AIM-260 JATM offrant une autonomie plus grande que la famille actuelle AMRAAM.

unnamed.png

Photos : 1 l’USAF aujourd’hui 2 Le F-22 Raptor 3 Le F-15 EX se prépare pour un long avenir 4 Projet NGAD @ USAF

 

 

13/05/2021

L’US Air Force présente le projet « Strike Rodeo » !

message-editor-1620761878360-f-15ejassmhead-on.jpg

L'US Air Force (USAF) a achevé le 11 mai la preuve du concept des munitions « Project Strike Rodeo » (PSR) qui a validé le chargement de cinq missiles interarmées air-sol Lockheed Martin AGM-158 JASSM sur un Boeing F-15E « Strike Eagle ». Ce concept jette les bases d'essais en vol qui feraient plus que doubler la capacité de transport du F-15 E avec le JASSM.

Avec une charge de 5 missiles air-sol Lockheed Martin AGM-158 JASSM sur un Boeing F-15E « Strike Eagle » dernier serait capable d’assumer certaines missions de bombardement dédiée actuellement à des formations de bombardier stratégiques tel que le Rockwell B-1B. Ces essais sont menés par le 85e Escadron «Skulls» de test et d'évaluation, qui fait partie de la 53e Escadre de la base aérienne d'Eglin.

Le projet « Strike Rodeo » a ses origines en janvier de cette année, lorsque la 53e Escadre a esquissé un scénario tactique basé sur l'escorte d'un bombardier chargé de munitions jusqu'à un point de largage dans un environnement très contesté. Ces travaux ont été menés lors d'une Weapons and Tactics Conference (WEPTAC), un événement annuel de deux semaines impliquant diverses unités des forces aériennes de combat. Cette option réduirait la taille et la complexité du paquet de frappes et permettrait de répartir le risque de mission. Dans le même temps, ce type de capacité serait capable de s'auto-escorter dans la zone de tir, mettant en œuvre de forte capacités air-air si nécessaire.

L’autre nouveauté vient du fait que pour l’instant, aucun appareil de chasse et bombardement moyen de l’USAF ne pouvait emporter plus de deux JASSM. Pour cela il a fallu entreprendre une étude qui modifie sensiblement les points de charges du F-15 E. En effet, dans sa configuration standard, le F-15 E n'est pas en mesure d'accueillir les JASSM sur ses stations d'armes à réservoir de carburant conforme (CFT), car le conteneur à partir duquel le missile est chargé sur le jet ne rentrera pas sous le F-15E sans toucher la cellule. Dans cette optique, un nouvel outil de chargement a été conçu à Eglin, permettant de charger les JASSM sur les stations CFT arrière.

Cette adaptation « maison » du JASSM sur le F-15 E est d’autant plus intéressante, qu’elle pourra s’intégrer sur la nouvelle version du F-15EX « Eagle II ». Un élément qui augmentera encore l’intérêt du F-15 dans les années avenir au sein de l’US Air Force.

L'AGM-158 JASSM :

Lockheed-Martin-AGM-158B-JASSM-ER.jpg

L ‘AGM JASSM (Joint Air-to-Surface Standoff Missile) est un missile de croisière produit par Lockheed Martin propulsé à vitesse subsonique par un turboréacteur Teledyne CAE J402. Les ailes repliées sous le fuselage afin de prendre moins de place, se déploient après le lancement. Il est doté d'un empennage vertical destiné au contrôle du missile en lacet.

Il est dirigé sur sa cible par guidage inertiel recalé par GPS. Le guidage terminal et la reconnaissance de la cible se font grâce à un autodirecteur infrarouge. Une liaison de données permet au missile de transmettre sa position et son statut durant le vol, permettant une meilleure évaluation des dommages. La précision du missile est grande, son erreur circulaire probable donnée est de 2,4 m. La charge militaire est constituée d'un pénétrateur WDU-42/B de 450 kg.

IMG_6874.jpeg

Photos : 1 & 3 F-15 E avec 5 JASSM 2 JASSM @ USAF

 

08/05/2021

L'avion électrique BETA Technologies primé par l’USAF !

alia-eric-adams.jpg

L'US Air Force a accordé la première approbation de navigabilité pour un avion électrique habité à BETA Technologies, un partenaire du programme AFWERX Agility Prime. Cela permet à BETA de commencer à piloter son avion ALIA dans le cadre du programme Agility Prime. Le prix de navigabilité décerné par l’armée de l’air est le dernier jalon du programme de test de BETA après avoir récemment entamé sa prochaine phase de tests en vol.

" Les ingénieurs de l'armée de l'air ont passé plus d'un an à examiner l'avion ALIA de BETA, en évaluant sa conception et ses capacités de vol par rapport à la norme exigeante MIL-HDBK-516C », a déclaré Camron Guthrie de BETA. Le personnel de l'US Air Force et des experts en la matière ont évalué les exigences de conception et de maintenance de l'avion, ainsi que les opérations et les plans d'essais en vol de la compagnie.

« L'aviation électrique est une priorité de sécurité nationale et, heureusement, cela a été reconnu très tôt par l'armée de l'air. La rapidité et l’efficacité du programme Air Force Agility Prime pour soutenir l’aviation électrique durable ont été remarquables », a déclaré Kyle Clark, fondateur et PDG de BETA. « Les personnes et l'expertise que l'Armée de l'Air a apportées à l'industrie de l'aviation électrique et en particulier à notre programme ALIA accélèrent le développement d'avions incroyablement capables, sûrs et fiables.

Dans le cadre d'un nouveau contrat qui sera signé en juin, l'Armée de l'air aura accès au premier avion électrique du genre et aux premiers simulateurs immersifs eVTOL du genre situés à Washington, DC et Springfield, Ohio.

« Cet accord permettra aux professionnels de l'acquisition de l'Armée de l'Air de prendre des décisions fondées sur des données éclairées par de réelles évaluations de l'utilité militaire », a déclaré le colonel Nathan Diller, directeur de l'AFWERX.

Les installations de simulation et de formation des avions de BETA permettent aux pilotes et ingénieurs de l’armée de l’air de découvrir l’avenir du vol vertical électrique en répétant et en testant l’avion ALIA dans une variété de missions et de scénarios potentiels. Le simulateur de technologie avancée de mobilité aérienne urbaine situé à proximité du laboratoire de recherche de l’armée de l’air à Springfield, dans l’Ohio, offre un accès facile aux plus grands experts techniques et professionnels de l’acquisition de l’armée de l’air. L'installation de Washington, D.C. offre un lieu idéal pour les futurs développeurs de concepts opérationnels de l'Armée de l'Air, de la force interarmées et interinstitutions pour mener des recherches et évaluer les opportunités de l'avenir électrifié. Ces simulateurs à la pointe de la technologie sont basés sur la physique et comprennent des scénarios météorologiques, de gestion des urgences et de mission avec plusieurs aéronefs.

Agility Prime cherche à élargir les voies de transition technologique pour accélérer les marchés émergents à double usage en tirant parti des ressources gouvernementales pour une mise en service rapide et abordable. Dans un arrangement unique en son genre, les ingénieurs de l'AFRL ont utilisé des équipements et des capacités d'analyse uniques pour effectuer des tests structurels sur l'avion ALIA. Ces précieuses données permettront de faire progresser le programme d'essais en vol en toute sécurité tout en fournissant des informations précieuses à l'Armée de l'air sur une conception d'aéronef unique et novatrice.

« Agility Prime consiste à créer une nouvelle voie pour adopter des technologies de pointe au sein du ministère de la Défense en travaillant avec des entreprises innovantes comme BETA de manière à ouvrir de nouveaux marchés ». « Les professionnels de l’ingénierie, des essais et des acquisitions du Commandement du matériel de l’USAF ont une expertise phénoménale pour aider à accélérer ce marché et d’autres marchés émergents.»

606d29cb30004b0019b26551.jpeg

En mars, BETA est passée à la phase suivante de son programme d’essais en vol, en effectuant un vol interétatique avec ALIA de son installation d’essai à l’aéroport de Plattsburgh, New York, au siège de la société près de l’aéroport international de Burlington dans le Vermont. Pour se conformer aux protocoles de la Federal Aviation Agency (FAA) concernant le vol des aéronefs expérimentaux au-delà des zones d'essai désignées, BETA a effectué des tests rigoureux pour garantir des performances fiables et prévisibles des aéronefs. Au cours de la même semaine où ALIA a effectué son premier vol interétats, BETA a également établi un nouveau record de portée et d'altitude en ALIA de 130 miles nautiques et 8’000 pieds respectivement.

 BETA a ajouté à sa liste de clients grandissante en concluant des accords avec BLADE et UPS pour ses avions ALIA et ses bornes de recharge. Les partenaires BETA couvrent désormais les segments médical, logistique, défense et passagers.

L'AFRL :

Le laboratoire de recherche de l'Us Air Force  (AFRL) est le principal centre de recherche et de développement scientifique du département de l'armée de l'air. L'AFRL joue un rôle essentiel en dirigeant la découverte, le développement et l'intégration de technologies de combat abordables pour notre force aérienne, spatiale et cyberespace. Avec un effectif de plus de 11’000 personnes dans neuf domaines technologiques et 40 autres opérations à travers le monde, AFRL propose un portefeuille diversifié de sciences et de technologies allant de la recherche fondamentale à la recherche avancée et du développement technologique.

L’AFWERX :

AFWERX, est un bureau de programme au Laboratoire de recherche de l’US Air Force (AFRL), relie les innovateurs du gouvernement, de l'industrie et du milieu universitaire. Par l'innovation AFWERX étend la technologie, les talents et les partenariats de transition pour une capacité commerciale et militaire rapide et abordable.

E0tbe-qUYAYoQ4w.jpeg

Photos : Alia le concept électrique de BETA Technologie @ Beta Technologies

 

23/04/2021

Boeing livre le second F-15EX « Eagle II » !

BoeingF15EXiii.jpg

Boeing a officiellement livré un deuxième avion de combat F-15EX « Eagle II » à l'US Air Force et ceci en avance par rapport à l'exigence du contrat. Fruit d'une collaboration entre l'industrie, l'US Air Force et l'Air National Guard, le F-15EX est un remplacement prêt à l'emploi pour le F-15C qui comprend la meilleure charge utile de sa catégorie, la portée et la vitesse et un tout nouveau infrastructure numérique. 

« Passer de l'attribution du contrat à la livraison en quelques mois permet à l'US Air Force d'avoir une longueur d'avance sur les essais en vol et démontre notre engagement à dépasser les attentes », a déclaré Prat Kumar, vice-président de Boeing et responsable du programme F-15. « Avec une suite d’avionique et de survie à la pointe de la technologie, le nouveau F-15EX comprend près de 3 miles de bus de données numériques haute vitesse pour permettre une architecture ouverte, ce qui lui permettra d’évoluer avant les menaces pendant des décennies.

Le deuxième F-15EX est arrivé à la base aérienne d'Eglin pour commencer les essais avec le premier EX livré le mois dernier.

En juillet 2020, l'US Air Force a attribué à Boeing un contrat de livraison indéfinie / quantité indéfinie pour jusqu'à 200 F-15EX afin de remplacer le F-15C invaincu, mais vieillissant. L'US Air Force a annoncé des emplacements de base initiaux en Floride et en Oregon.

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’armes comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7 000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir.

Un nouveau moteur :

Le moteur F110-GE-129 de General Electric est le seul moteur testé, intégré et certifié pour le F-15EX fly-by-wire. En 2014, GE a commencé à investir des ressources et s'est engagé à long terme à soutenir le F-15EX. Grâce à des insertions de technologies clés éprouvées issues des programmes de moteurs commerciaux de GE, SLEP met à niveau les composants critiques, notamment la chambre de combustion, la turbine haute pression, le compresseur et l'augmentation. Ces améliorations se combinent pour prolonger la durée de vie. La version du F110 destinée au F-15EX va réduire les coûts d'exploitation, augmenter la fiabilité et améliorer la sécurité. Le programme est conçu pour fournir une augmentation significative avec une amélioration de 25% du coût par heure de vol et une extension de 50% des inspections de phase moteur. 

med-res_F-15EX2.jpg

Photos : 1 & 2 Le second F-15EX n°002 @ Boeing

 

20/04/2021

Saab a livré la première cellule du T-7 !

495862229.jpg

Avec le début de l’assemblage du premier avion école de nouvelle génération, T-7A « Red Hawk » de série, l’avionneur suédois Saab a expédié sa première section de cellule arrière pour le programme.

Il s'agit d'une livraison clé dans le programme de développement d'ingénierie et de fabrication (EMD) à son partenaire d'avion d'entraînement avancé Boeing.

La production et l'expédition de cette section de cellule arrière est la dernière étape importante dans la contribution de Saab à la conception et au développement de l'avion école T-7A “Red Hawk” destine à l'US Air Force. Cette expédition du 15 avril 2021 est partie du site de Saab de Linköping en Suède en direction des installations de Boeing à Saint-Louis dans le Missouri. À la fin de la phase de production EMD, la toute nouvelle usine de Saab à West Lafayette, Indiana, entreprendra la production par Saab des sections arrière pour le programme T-7A.

«Le T-7A Red Hawk représente une prouesse technique remarquable pour le développement d'aéronefs; tout cela grâce à une excellente collaboration avec Boeing et à l'utilisation de l'ingénierie numérique et de la fabrication de pointe. Il a été extrêmement gratifiant de lancer ce calendrier de développement accéléré et de fournir la précision, la visibilité et la communication qui en résultent dans la production », a déclaré Jonas Hjelm, vice-président senior et responsable du secteur d'activité Saab, Aéronautique. 

Le fuselage arrière a été conçu et construit par Saab. À l'arrivée à St Louis, la section arrière sera reliée au fuselage avant, avant l'installation des ailes, des ailerons et de la queue pour devenir une cellule d'essai statique complète. Cette cellule sera utilisée pour les essais structurels au sol pendant la phase EMD du programme.

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab :

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le T-7A dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement. Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offrira un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un combattant, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le « Red Hawk » est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab T-7A est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles.

ad77281e6d26d80b_800x800ar.jpg

Photos : 1 T-7A « Red Hawk » @ Boeing 2 Premier fuselage arrière @ Saab