31/01/2020

F-35 : des mauvaises attaches ont été fixées !

f35_produ_1554460122.jpg

 L’US Air Force vient de jeter un nouveau paver dans la marre du F-35. Selon cette dernière, des centaines de F-35 pourraient avoir de mauvaises attaches dans les « zones critiques ». De son côté l'Agence de gestion des contrats de défense confirme la découverte du problème en fin d’année dernière.

Le F-35 Joint Program Office (JPO) explique que les avions produits avant la découverte de ce problème ont des fixations en titane mal installées dans des endroits où la conception nécessite de l’Inconel.

L'Inconel est un alliage de nickel et de chrome et est censé être utilisé dans des endroits où une plus grande résistance et résistance à la corrosion sont requises, tandis que les boulons en titane sont utilisés dans des zones où sa force et sa légèreté aident à réduire le poids. Le titane, cependant, a une résistance au cisaillement inférieure à celle d'Inconel. Les deux attaches sont d'apparence similaire, sauf pour un numéro gravé sur elles.

Estimation du problème :

L’US Air Force explique qu’il y a plus de 48’000 attaches des deux types sur un chasseur F-35. Les F-35A de l’Air Force possèdent 848 boulons Inconel sur 48’919 fixations au total, soit environ 1,7% du total. Le modèle F-35B du Marine Corps comprend 877 fixations Inconel sur 50’603, soit 1,7%. Le modèle F-35C de la Marine, cependant, qui doit supporter le choc des atterrissages durs répétés sur un porte-avions et est plus grand et plus lourd que les deux autres variantes, a 51’353 attaches, dont 1813, soit 3,5%, sont en Inconel.

Deux lignes d’assemblage incriminées :

L’enquête mise en place suite à cette découverte à montrer que les lignes d’assemblage de Fort. Worth au Texas et celle de Finmeccanica en Italie sont touchées par le problème. Le site japonais semble avoir été épargner.  

Conséquences : 

Pour l’avionneur Lockheed-Martin, l’analyse initiale a conclu que "le titane a une résistance suffisante dans les endroits qui nécessitaient des boulons Inconel. De fait, pour le moment, il n’y a pas de restriction d’exploitation de l’avion. L’avionneur a de son côté commencé à mettre en œuvre un plan correctif en novembre et avait achevé la plupart des actions en décembre 2019, bien qu'elle n'ait pas précisé ces actions.

Le JPO et Lockheed-Martin vont devoir examiner à l’avenir les impacts structurels de l'installation de fixations en titane dans des endroits où la conception nécessite Inconel. On peut s’attendre à de nouvelles inspections à l’avenir. Par ailleurs, il faudra également déterminer et organiser le remplacement des attaches incriminées. Un programme doit encore être planifié à ce sujet. (Sources : Airforcestimes, JPO).

Photo : Chaîne d’assemblage du F-35 @ Lockheed-Martin