23/07/2022

Et si le Japon rejoignait le Tempest ?

1357888640.jpg

Le programme européen d’avion de combat Tempest mené par BAE Systems, Saab et Leonardo est aux Anges. De plus, le Japon pourrait bien devenir un futur partenaire. A contrario, l’autre projet, le SCAF mené par Dassault, Airbus et Indra est au point mort.

La dernière édition du Salon de Farnborough a permis de clarifier certains points du programme Tempest. BAE Systems a promis de présenter un démonstrateur d'avion de combat Tempest en 2027. Concernant certains équipements, il a été précisé que l’avion aura besoin de certains composants américains, notamment pour les communications et les liaisons de données, afin de garantir l'interopérabilité avec les forces américaines et d’autres au sein de l’Otan par exemple. Le Team Tempest espère disposer d’un prototype pour 2035 et un premier standard pour 2040.

Le Japon comme partenaire ?

La question d’un partenariat avec le Japon ne date pas d’aujourd’hui, mais lors du Salon de Farnborough, il semble que cette question s’est accélérée. Selon les déclaration faites, la Grande-Bretagne et le Japon sont proches d'un accord pour fusionner leurs programmes d'avions de combat de nouvelle génération Tempest et F-X. Les deux pays visent un accord sur un nouveau projet commun d'ici la fin de l'année.

On peut dès lors parler d’une grande première, car c’est bien la première fois que Tokyo travail à une collaboration avec un partenaire non américain. La volonté de combiner le programme japonais F-X, dirigé par Mitsubishi Heavy Industries (MHI), avec le Tempest britannique, géré par BAE Systems PLC, représente un nouvelle approche qui ne s’était jamais produit au paravent.

Cette possible collaboration ne vise pas seulement un partenariat technologique mais également en termes d’exportation. Selon une source chez BAe la Grande-Bretagne pourrait s'occuper des exportations en Europe, tandis que le Japon s'occuperait du marché asiatique. On le voit la collaboration vise très clairement une exportation large. La collaboration permettrait de répartir les coûts de développement, tandis que l'exportation augmenterait les lots de production et réduirait le prix par avion, aidant ainsi les pays engagés dans le programme à pouvoir s’équiper largement du futur concept de 6ème génération.

Rappel

En janvier 2021, le projet du futur avion de combat Tempest est politiquement officialisé. Jusqu’ici le programme initialisé par BAe systems en Angleterre, Leonardo en Italie et le suédois Saab était principalement industriel.  

Le ministre italien de la Défense Lorenzo Guerini, le secrétaire d'État britannique à la Défense Ben Wallace et le ministre suédois de la Défense Peter Hultqvist ont signé le 21 décembre un protocole d'accord trilatéral (MoU) sur le développement du Tempest Future Fighter, le ministère italien de la Défense (MoD) annoncé dans un communiqué de presse le 3 janvier.

L'Italie, le Royaume-Uni et la Suède ont signé le 21 décembre 2020 un protocole d'accord trilatéral sur le développement de Tempest, décrivant le mémorandum d'accord sur la coopération future des systèmes aériens de combat (FCASC) comme « crucial pour l'équilibre des capacités militaires et industrielles aux niveaux européen et mondial », le ministère a déclaré que l'accord définissait « les principes généraux de la coopération sur une base d'égalité entre les trois pays comprenant toutes les activités, y compris la recherche, le développement et la conception conjointe nécessaires pour que les gouvernements acquièrent un système aérien avancé pour remplacer l'Eurofighter ». Le ministère de la Défense a ajouté : « L'accord sera suivi des dispositions du projet et de la phase de développement complet, actuellement prévue pour 2025.» Comme l'a souligné Guerini lors de la présentation du Documento Programmatico Pluriennale (Document de planification pluriannuelle, DPP) 2020-2022 au parlement italien en novembre, « Le programme Tempest fait partie des programmes prioritaires de défense », selon le communiqué de presse du ministère de la Défense, qui indique « Une première ligne budgétaire importante pour la participation italienne au Tempest a été clairement identifiée dans le programme Eurofighter pour permettre le démarrage concret des activités à travers la transition technologique dite « du l’Eurofighter au Tempest ».

Rappel :

Le Tempest a été lancé en 2018 après que la France et l'Allemagne ont opté pour leur propre programme aérien de combat de nouvelle génération sans le Royaume-Uni. Le projet étudie une suite de technologies à utiliser dans un système aérien de combat, qui pourrait impliquer des aéronefs avec et sans pilote, des drones et des armes laser.

Le Tempest est la pièce maîtresse de la stratégie aérienne de combat britannique et a été conçu pour aider à préserver l’expertise du pays en matière d’aérospatiale militaire. L'objectif est de développer un système aérien de combat de sixième génération qui entrera en service au milieu des années 2040.

931258724.jpg

Photos : Tempest @ BAe  

 

07/07/2022

Nouvel avion de combat, une Short List pour les Philippines !

unnamed.png

Manille dispose maintenant d’une « Short List » en ce qui concerne son projet d’acquisition d’un nouvel avion de combat multirôles. En fonction des possibilités budgétaires, l'armée de l'air philippine (PAF) a lancé le projet d'acquisition d’un avion multirôles (MRF) appelant à l'achat et à l'intronisation d'au moins 12 appareils.

Un choix cette année

Le lieutenant-colonel en chef de l'armée de l'air philippine (PAF) le Général. Connor Anthony Canlas a confirmé que le calendrier prévoyait que le contrat pour le projet MRF devrait être signé cette année.

Le programme MRF fait partie de l'Horizon « Two » du programme de modernisation des forces armées des Philippines prévu de 2018 à 2022, qui vise à acquérir plus d'équipements pour la défense extérieure. Selon les informations publiées du cahier des charges, le futur MRF doit être capable de s'intégrer aux systèmes radar existants d'une portée d'environ 250 milles marins. Le futur avion devra pouvoir travailler en collaboration avec le système radar existant pour déterminer si l'aéronef qui survole l'espace aérien du pays est ami ou hostile. L’avion doit pouvoir combattre des cibles au-delà de la portée visuel et offrir une capacité antinavire.

Le futur avion du programme MRF devraient augmenter la flotte existante de 12 avions à réaction KAI FA-50PH de fabrication sud-coréenne acquis de 2015 à 2017 par le PAF en tant que premier avion supersonique après le déclassement de la flotte de Northrop F-5 "Tiger II".

Deux concurrents

Deux appareils de retrouvent en phase finale pour venir équiper la PAF. Il s’agit du Lockheed Martin F-16 Block 70/72 « Viper » et du Saab J-39 Gripen E MS21. Un élément n'est pas encore clarifié. A l'époque les Philippines avaient réceptionné des offres pour le F-16 Block 50/52 et le Gripen C/D. Il n'a pas été précisé si ces offres font encore partie du "paquet". Manille, pourraient avoir le choix entre les différents standards et opté pour celui qui convient le mieux à ses finances. 

Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 

137561572.jpg

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures au sein de l’US Air Force.

Saab Gripen E MS21 

678.jpg

Le JAS-39 Gripen E MS21 dispose du radar AESA ES05 « Raven » couplé au système SWASHPLATE offrant une plage de détection démultipliée unique. L’avion a reçu un IRST (Infra-Red Seach and Track) Skyward-G produit par Selex-ES qui permet la transmission de données d’acquisition entre les appareils. Contrairement aux versions précédentes le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces. L’avion est motorisé avec le General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise ». Le nouveau système de guerre électronique (Warfare System) une détection des missiles en approche de type électro-optique EW39 (ultra-violet) qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS) couplés avec le système d'alerte aéroporté passif (PAWS-2) d'Elbit Systems. Le Gripen E emporte une large variété de missiles : AIM-9X, IRIS-T, A-Darter, Python, AMRAAM, Meteor, RBS14, Maverick, Brimstone, Taurus KEPD, ainsi que la panoplie complète des bombes à guidage laser/GPS.

Photos : F-16 Block 70/72 @ LM Saab Gripen E @ Saab

28/04/2022

Boeing/Saab dévoilent le premier T-7A « Red Hawk » de série !

MSF22-012-003_hires.jpg

Boeing en collaboration avec Saab a dévoilé le premier avion d'entraînement avancé T-7A « Red Hawk » qui sera livré à l'US Air Force. L’avion est le premier des 351 appareils destiné à  l’USAF. La livraison officielle interviendra prochainement. 

Rappel 

En septembre 2018, l'US Air Force a attribué à Boeing un contrat de 9,2 milliards de dollars pour la fourniture de 351 avions d'entraînement avancés et de 46 simulateurs d'entraînement au sol. Saab fait équipe avec Boeing et fournit le fuselage arrière de l’avion.

Présentation de l’avion de série

Le T-7A « Red Hawk » présenté lors d’une cérémonie intègre une livrée à queue rouge en l'honneur des aviateurs de Tuskegee de la Seconde Guerre mondiale. Ces aviateurs ont constitué la première unité d'aviation afro-américaine à servir dans l'armée américaine.

"Nous sommes ravis et honorés de fournir cet entraîneur de nouvelle génération numériquement avancé à l'US Air Force", a déclaré Ted Colbert, président et chef de la direction de Boeing Defence, Space & Security. « Cet avion est un exemple concret de la manière dont Boeing, ses fournisseurs et ses partenaires mènent la révolution de l'ingénierie numérique. Le T-7A préparera les pilotes pour les futures missions pour les décennies à venir. »

Essais avant livraison

L'appareil restera à Saint-Louis où il subira des essais au sol et en vol avant d'être livré à l'US Air Force. Le programme T-7A réside dans les installations de Boeing à St. Louis, la partie arrière de l'entraîneur étant construite par Saab à Linkoping, en Suède. Saab commencera bientôt à produire cette section dans sa nouvelle usine de production à West Lafayette en Indiana.

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab 

1800788897.JPG

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le T-7A dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement.

L'avion entièrement conçu numériquement a été construit et testé à l'aide d'une fabrication de pointe, d'un développement logiciel agile et d'une technologie d'ingénierie numérique, réduisant considérablement le temps entre la conception et le premier vol. L'avion dispose également d'un logiciel à architecture ouverte, offrant croissance et flexibilité pour répondre aux besoins futurs des missions.

Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offre un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un avion de combat de première ligne, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le « Red Hawk » est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab T-7A est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles.

3746535498.jpg

Photos : 1 Le premier T-7A de série 2 Cockpit 3 Prototype lors des tests@ Boeing

24/04/2022

Des Gripen supplémentaires pour le Brésil !

23.png

Ce vendredi lors d’une présentation des nouveaux avions de combat Saab F-39 E Gripen sur la base aérienne de Santa Cruz au Brésil, le commandant de la Force Aérienne Brésilienne (FAB) a annoncé un premier complément d’appareils.

Entrée en service

Les nouveaux avions de combat Saab Gripen N° 4101 et 4102 ont été présentés ce vendredi sur les installations de la base aérienne de Santa Cruz, à l'ouest de Rio de Janeiro, en présence du président Jair Bolsonaro. Les deux premiers avions Gripen E, sur les 36 contractés par le Brésil, ont reçu leur baptême opérationnel, marquant le début de l'intégration de l'appareil dans l'aviation de chasse brésilienne.

La présentation faisait partie de la cérémonie militaire de la Journée de l'aviation de chasse, qui a également marqué l'imposition de la Médaille du mérite opérationnel Brigadier Nero Moura et a été présenté par le commandant de l'Armée de l'air, le lieutenant brigadier Carlos de Almeida Baptista Junior, du pilote prix plus efficace à ceux qui se sont distingués dans les escadrons de chasse.

Le directeur général a effectué le baptême opérationnel en faisant éclater et en versant une bouteille de champagne dans le nez des avions, marquant le début de l'intégration de l'avion dans l'aviation de chasse brésilienne.

Rappel

Les deux avions, développés par la société suédoise de défense et de sécurité Saab, sont arrivés au Brésil le 1er avril, et l'armée de l'air brésilienne (FAB) s'attend à ce que quatre autres appareils soient livrés d'ici la fin de cette année. Selon le contrat, en 2027, les 36 avions seront au Brésil. Comme l'accord porte également sur le transfert de technologie, une partie des avions de combat achetés sera fabriquée à l'usine d'Embraer à Gavião Peixoto, São Paulo.

L'accord actuel, signé en 2014, a permis l'achat de 36 chasseurs Gripen, dont 28 F-39E (monoplace) et huit F-39F (biplace). Les avions du premier lot 36+4 seront exploités à la base aérienne d'Anápolis, à Goiás, sous la responsabilité du 1er groupe de défense aérienne 1er GDA.

L'un des points forts de cet accord est la participation du Brésil au développement de l'avion, y compris le développement de modèles biplaces qui seront assemblés dans le pays.

4 avions additionnels

Le commandant de l'armée de l'air, le lieutenant-brigadier Carlos de Almeida Baptista Júnior, a déclaré ce vendredi lors d'un discours à l'ordre du jour de la Journée de l'aviation de chasse, à Rio de Janeiro, que le président Jair Bolsonaro a autorisé la modification du contrat d'acquisition des chasseurs Gripen, pour l'inclusion de quatre avions supplémentaires par l'armée de l'air brésilienne, ce qui permettra le début des études pour l'implantation de l'avion dans une nouvelle base aérienne.

Seconde tranche en préparation

L'armée de l'air brésilienne (FAB) par l’intermédiaire de son nouveau commandant, le Brigadier Carlos de Almeida Baptista Jr prévoit l’acquisition d’un second lot d’avions de combat Saab JAS-39 Gripen E/F. Pour ce faire le budget militaire doit encore être révisé. Selon les besoins de la FAB, le pays a besoins d’un total de 110 à 120 appareils. Les 4 appareils supplémentaires qui sont annoncés seront financés via les économies effectuées sur d’autres programmes comme celui du ravitailleur KC-390. Il reste maintenant à organiser un financement plus élevé afin de garantir le lancement d’une seconde tranche.

F-39-FAB-51987477025_9b7ce1d58d_k-edited.jpg

Photos : les Gripen F-39 E n° 4101 & 4102 @ FAB

18/04/2022

La Suède modernise ses Gripen C/D !

20220411-en-4235264-1.jpeg

La Suède doit moderniser sa flotte d'avions de combat Saab JAS 39 Gripen C/D pour les maintenir opérationnels jusqu'en 2035. Un porte-parole de l'Administration suédoise du matériel de défense (FMV) a déclaré que les travaux couvriront tous les Gripen C/D exploités par l'armée de l'air suédoise (SwAF) et seront achevés vers la fin de la décennie.

"Ce que je peux dire à ce sujet pour le moment, c'est que le programme de mise à niveau inclut l'ensemble de la flotte suédoise JAS 39C/D, et sera achevé dans la seconde moitié des années 2020", a déclaré le porte-parole, ajoutant qu'il n'était pas en mesure de divulguer davantage.

L’avionneur suédois Saab a reçu un contrat de 55 millions de dollars pour commencer les travaux de mise en œuvre de la mise à niveau.

L'armée de l'air suédoise ait déjà prévu de maintenir deux des six escadrons de Gripen C/D jusqu'en 2035, ce nouvel accord lui permettra de maintenir opérationnels davantage d'avions de la variante actuelle.

La tâche de FMV est de s'assurer que ce projet global reste dans le cadre des délais, des coûts et des performances. Étant donné que le JAS 39E Gripen sera en service jusqu'après 2040, FMV se concentre non seulement sur le développement et l'approvisionnement, mais également sur la conduite du développement vers une solution rentable dans la phase dite de maintenance, c'est-à-dire pendant la longue période pendant laquelle l'avion sera être utilisé par les forces armées.

De nombreux processus parallèles

Concrètement, tant le projet Gripen E que les différents projets autour de la version JAS 39C/D impliquent beaucoup de planification et de coordination pour le personnel de FMV. De nombreux processus parallèles à différents endroits doivent fonctionner ensemble et livrer au bon niveau au bon moment.

Les travaux de Saab avec la FMV ne concernent pas seulement l'avion, mais tout autant ce qui l'entoure. Matériel de formation, simulateurs, système de support de l'avion, formation et maniement de l'avion au sol. L'objectif principal de FMV est de s'assurer que le système répond aux exigences opérationnelles, mais aussi que le système dans son ensemble devient rentable.

Photo : Gripen C de la SwAF @ SAAB