16/09/2021

Le drone MQ-25 ravitaille un F-35C !

MQ-25_F-35_Refueling_1_hires.jpg

L'US Navy et Boeing ont utilisé pour la première fois le drone de démonstration  MQ-25 T1 « Stingray » pour ravitailler un avion de  combat F-35C Lightning II de l'US Navy, démontrant une fois de plus les capacités à accomplir sa mission principale de ravitaillement en vol.

Il s'agissait de la troisième mission de ravitaillement en carburant de l'équipement d'essai appartenant à Boeing en un peu plus de trois mois, faisant ainsi progresser le programme d'essais du premier avion sans pilote embarqué de la Marine. Le MQ-25 a ravitaillé un F/A-18 Super Hornet en juin et un E-2D Hawkeye en août.

"Chaque vol d'essai avec un autre avion de type/modèle/série nous rapproche de la livraison rapide d'un MQ-25 entièrement capable de mission à la flotte", a déclaré le capitaine Chad Reed, responsable du programme d'aviation de transport sans pilote de la Marine. « La capacité de ravitaillement inégalée de Stingray va augmenter la projection de puissance de la Marine et offrir une flexibilité opérationnelle aux commandants des groupes aéronavals. »

Au cours d'un vol d'essai le 13 septembre, un pilote d'essai de F-35C de l'Escadron d'essais et d'évaluation en vol de la Marine deux trois (VX-23) a mené une enquête de sillage réussie derrière T1 pour assurer les performances et la stabilité avant d'entrer en contact avec le ravitaillement en vol de T1 et drogue recevoir du carburant.

« Ce vol était une nouvelle démonstration physique de la maturité et de la stabilité de la conception de l'avion MQ-25 », a déclaré Dave Bujold, directeur du programme MQ-25 de Boeing. « Grâce à cette dernière mission de notre programme de tests accélérés, nous sommes convaincus que l'avion MQ-25 que nous construisons actuellement répondra à l'exigence principale de la Marine : livrer du carburant en toute sécurité à l'escadre aérienne du transporteur. »

Le programme d'essais en vol du MQ-25 a débuté en septembre 2019 avec le premier vol de l'avion. Au cours des deux années suivantes, le programme d'essais a réalisé plus de 120 heures de vol - recueillant des données sur tout, des performances de l'avion à la dynamique de propulsion en passant par les charges structurelles et les tests de flottement pour la résistance et la stabilité.

Le MQ-25 bénéficie des deux années de données d'essais en vol préliminaires, qui ont été réintégrées dans ses modèles numériques pour renforcer le fil numérique reliant la conception de l'avion à la production pour tester les opérations et le maintien en puissance. Boeing fabrique actuellement les deux premiers avions d'essai MQ-25.

Le MQ-25 T1 sera utilisé pour effectuer une démonstration de manutention de pont à bord d'un porte-avions de l'US Navy au cours des prochains mois afin de faire progresser l'intégration du porte-avions.

Rappel

Boeing a remporté en août 2018 un contrat d'ingénierie, de fabrication et de développement (EMD) de 805,3 millions de dollars US par le Naval Air Systems Command (NAVAIR) pour la conception, le développement, la fabrication, le test, la livraison et le support de quatre avions sans pilote MQ-25A. Il est prévu que le MQ-25a puisse obtenir une capacité opérationnelle initiale en août 2024.

Boeing a déjà testé le MQ-25A, soit le prototype n°T1 N234MQ en vol. Ce dernier, a commencé ses activités d'essais en vol en septembre 2019, accumulant environ 30 heures de vol jusqu'en février 2020. Selon le cahier des charges, le MQ-25A devrait livrer 6’800 kg de carburant à 4 à 6 avions.

Les opérations de ravitaillement en vol sont entreprises à l'aide de deux pods standard, un sous chaque aile, avec un tuyau et un panier de ravitaillement. Il s’agit des mêmes nacelles de ravitaillement qui équipent déjà les F/A-18 E/F « Super Hornet » construite par la société Cobham.

Le MQ-25A « Stingray »

Selon l’US Navy, le MQ-25 « Stingray » permettra une meilleure utilisation des avions de combat en élargissant la gamme de déploiement des Boeing F/A-18 « Super Hornet », Boeing EA-18G « Growler » et des Lockheed Martin F-35C. Le MQ-25 fonctionnera depuis les porte-avions en utilisant les mêmes systèmes de bord commun aux avions pilotés par l’homme, comme la catapulte de lancement et les systèmes de récupération du bâtiment.

Désigné le RAQ-25 dans la phase d’évaluation du projet de drone ravitailleur, la désignation a été modifiée en MQ-25 « Stingray ». Les exigences en matière de furtivité permettent toujours de tirer des missiles ou larguer des bombes à partir de pylônes, mais la surveillance et la destruction des cibles ne seront pas la mission principale du nouvel engin. 

MQ-25_F-35_Refueling_wF-18_1_hires.jpg

Photos : Ravitaillement d’un F-35C par le MQ-25 @ Boeing

 

19/04/2021

L’A400M bientôt certifié pour le ravitaillement des hélicoptères !

a400m,airbus,ravitaillement en vol,avion tactique,blog défense,les nouvelles de l'aviation

C’est importante étape pour l’avion de transport tactique européen qui est en phase terminale, soit la certification pour le ravitaillement en vol des hélicoptères. Cette capacité était à ce jour rendue dangereuse pour diverses raisons techniques, dont les turbulences générées par les hélices de ce dernier.

L'avion de transport de nouvelle génération Airbus A400M a mené avec succès une importante campagne de certification de ravitaillement en vol pour hélicoptères, complétant la majorité de ses objectifs de développement et de certification. Airbus Defence and Space vise à obtenir la certification complète de ravitaillement en vol des hélicoptères plus tard cette année avec la conclusion de tous les essais d'exploitation de nuit obligatoires.

Une importante série d’essais en vol, réalisés en coordination avec la Direction générale de l'armement (DGA), ont impliqué des opérations avec deux hélicoptères H225M de l'armée de l'air française. La campagne s'est déroulée de jour comme de nuit sur la côte ouest de la France entre 1 000 ft et 10 000 ft et des vitesses de vol aussi basses que 105 nœuds. Au cours de ces vols, un total de 81 contacts humides et des transferts de 6,5 tonnes de carburant ont été réalisés, dont le ravitaillement simultané de deux hélicoptères pour la première fois. Les tests ont confirmé les résultats positifs des opérations de contact sec et humide menées en 2019 et 2020.

Le ravitaillement en vol par hélicoptère est une capacité militaire unique et une clé pour les opérations des forces spéciales, impliquant des aéronefs avec des profils de vol différents et partageant un domaine de vol commun très limité, nécessitant des modèles de vol en formation rapprochée à basse altitude et dans des conditions de nuit.

Avec cette capacité, l'A400M devient l'un des rares avions ravitailleurs au monde capable d'effectuer de telles opérations. Le H225M polyvalent est l'un des rares hélicoptères au monde capables de faire le plein en vol, étendant la portée standard de 700 NM jusqu'à 10 heures de vol.

L’A400M « Atlas » :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

L'A400M est certifié en standard pour être rapidement configuré comme avion-citerne. Transportant jusqu'à 50,8 tonnes de carburant dans ses ailes et dans le caisson central de l'aile, sans compromettre aucune zone de soute, deux citernes de soute supplémentaires peuvent également être installées, fournissant chacune 5,7 tonnes de carburant supplémentaires. Les réservoirs de soute séparés permettent l'utilisation de différents types de carburant, permettant à l'A400M de répondre aux besoins de différents types d'avions récepteurs.

 En tant que ravitailleur, l'A400M a déjà démontré sa capacité à ravitailler des avions de combat tels que l'Eurofighter, le Rafale, le Tornado ou le F/A-18 à leurs vitesses et altitudes préférées, et est également capable de ravitailler d'autres gros avions tels qu'un autre A400M, C295 ou C-130.

Photo : Ravitaillement de deux H225M par un A400M d’essais@ Airbus

 

 

20/08/2020

L’A400M peut enfin ravitailler les hélicoptères !

Copyright-DGA-1.jpg

Elle était attendue cette capacité de l’Airbus A400M « Atlas » pour le ravitaillement en vol des hélicoptères. Jusqu’alors, seuls des essais de contact « sec » en vol avaient été réalisés, afin d’évaluer le comportement aérodynamique des appareils et de vérifier la faisabilité des contacts entre la perche de ravitaillement de l’hélicoptère et le panier du tuyau de ravitaillement de l’A400M.

Campagne réussie :

Cette fois, la campagne d’essais, menée du 20 au 31 juillet 2020 avec un A400M d’Airbus et un H225 « Caracal » de l’escadron d’hélicoptères EH 1/67 « Pyrénées » de Cazaux mis à disposition par l’armée de l’Air, avait pour objectif de transférer du carburant entre les deux appareils afin d’évaluer le domaine de vol et les performances de ravitaillement.

Coté Caracal, cette campagne va permettre d’ouvrir la capacité opérationnelle au ravitaillement par A400M en plus de celle par KC130J de l’armée de l’Air. Coté A400M, l’avion est déjà apte à ravitailler des avions de chasse comme le Rafale ou des gros porteurs comme le C-130 ou même un autre A400M. Cette campagne prépare l’ajout de la capacité de ravitaillement des hélicoptères, prévue pour 2021. Elle fait partie des dernières capacités restant à qualifier au titre du standard final de l’avion attendu en 2022.

Le centre d’expertise et d’essais DGA Essais en vol a supervisé la réalisation de ces essais, dans le respect des mesures sanitaires particulières. L’A400M et le Caracal ont été mis en œuvre par des équipage mixtes DGA/Airbus.

Fin d’un calvaire :

Cette réussite signe la fin d’un calvaire pour l’A400M qui a connu une période de turbulences particulièrement difficile. Des voix se sont mêmes élevées chez nos voisins français pour dire qu’il fallait « oublier » la capacité de ravitaillement des hélicoptères en vol. La solution du problème des turbulences causées par les hélices de l’A400M a été trouvée une modification des tuyaux de ravitaillement.  Auparavant, les tuyaux de ravitaillement en vol, ceux qui se trainent derrière les ravitailleurs, mesuraient environ 24 mètres de long. Aujourd'hui, ces mêmes tuyaux ont été allongés et mesurent maintenant environ 37 mètres. Ce qui représente une différent positive de 13 mètres. Avec cet allongement, l'hélicoptère ravitaillé ne se trouve plus sous l'influence des turbulances des hélices. 

Les essais ont été effectués entre 1’000 et 10’000 pieds à une vitesse de vol, très basse de 194 km/h, et ont confirmé les résultats positifs des précédents vols de proximité effectués au début de l'année.

Copyright-DGA-4.jpg

Photos : Ravitaillement avec un A400M d’un H225M Caracal, un H160 est également testé  @ DGA

 

28/07/2020

Le premier essai en vol d’un ravitaillement autonome se prépare !

335818310.jpg

L’avionneur Boeing avance à grands pas en direction d’un premier vol destiné à tester le ravitaillement en carburant de manière autonome. Les premières images sont apparues de l’installation de la nacelle sous les ailes du système de ravitaillement en vol sur le drone sans pilote MQ-25A « Stingray » avant le début des essais en vol.

Le MQ-25A est destiné à fournir à l’US Navy (USN) une capacité de ravitaillement autonome pour améliorer les capacités des avions de combat embarqués et étendre leur rayon d’action.

Rappel :

Boeing a remporté en août 2018 un contrat d'ingénierie, de fabrication et de développement (EMD) de 805,3 millions de dollars US par le Naval Air Systems Command (NAVAIR) pour la conception, le développement, la fabrication, le test, la livraison et le support de quatre avions sans pilote MQ-25A. Il est prévu que le MQ-25a puisse obtenir une capacité opérationnelle initiale en août 2024.

Boeing a déjà testé le MQ-25A, soit le prototype n°T1 N234MQ en vol. Ce dernier, a commencé ses activités d'essais en vol en septembre 2019, accumulant environ 30 heures de vol jusqu'en février 2020. Selon le cahier des charges, le MQ-25A devrait livrer 6’800 kg de carburant à 4 à 6 avions.

FG_3269722-IDR-7158.jpg

Les opérations de ravitaillement en vol seront entreprises à l'aide de deux pods standard, un sous chaque aile, avec un tuyau et un panier de ravitaillement. Il s’agit des mêmes nacelles de ravitaillement qui équipent déjà les F/A-18 E/F « Super Hornet » construite par la société Cobham. 

Le MQ-25A « Stingray » :

Selon l’US Navy, le MQ-25 « Stingray » permettra une meilleure utilisation des avions de combat en élargissant la gamme de déploiement des Boeing F/A-18 « Super Hornet », Boeing EA-18G « Growler » et des Lockheed Martin F-35C. Le MQ-25 fonctionnera depuis les porte-avions en utilisant les mêmes systèmes de bord commun aux avions pilotés par l’homme, comme la catapulte de lancement et les systèmes de récupération du bâtiment.

Désigné le RAQ-25 dans la phase d’évaluation du projet de drone ravitailleur, la désignation a été modifiée en MQ-25 « Stingray ». Les exigences en matière de furtivité permettent toujours de tirer des missiles ou larguer des bombes à partir de pylônes, mais la surveillance et la destruction des cibles ne seront pas la mission principale du nouvel engin.  

650328765.jpg

Photos : 1 Le drone MQ-25A « Stingray » 2 Préparation avec les nacelles de ravitaillement 3 Image de synthèse d’un ravitaillement autonome @ Boeing

 

20/05/2020

Certification de ravitaillement en vol des E-2D !

ob_f728c2_e-2d-aerial-refueling-test-flight-resu.jpg

L’US Navy procède à la certification complète du ravitaillement en vol de la flotte d’avions d’alerte lointaine Northrop-Grumman E-2D « Advanced Hawkeye ». Après les essais de ravitaillement en vol avec des KC-130J, le E-2D s’essaye avec des F/A-18F « Super Hornet ».

Augmenter la portée de « Advanced Hawkeye » :

Dans le but d’augmenter la portée de l’E-2D « Advanced Hawkeye », l’avionneur Northrop-Grumman a reçu un contrat prévoyant d’équiper de systèmes de ravitaillement l’avion. Le premier E-2D équipé d'une perche de ravitaillement a volé en 2016. Grâce à ce système de ravitaillement, les capacités de la marine américaine doivent être considérablement accrues. Permettant ainsi aux « Advanced Hawkeye » de mener des missions de plus longue durée.  Pour cette adaptation, l’avionneur à ajouter une perche de ravitaillement et modifier les logiciels de contrôle de vol.

Le 31 octobre 2017 un E-2D de l'Air Test and Evaluation Squadron 20 (VX-20) a été ravitaillé en vol pour la toute première fois par un KC-130J « Super Hercules » de l'US Navy. Cette année la dernière phase de certification concerne le ravitaillement à l’aide d’un F/A-18F « Super Hornet » du Strike Fighter Squadron (VFA) 21.

Cette réalisation révolutionnaire représente le point culminant de plus de trois ans de tests et d'évaluations pour inclure plus de 500 heures de vol d'évaluation développant la capacité de ravitaillement aéroporté de l’Advanced Hawkeye.

US_Navy_conducts_first_fleet_aerial_refueling_dry-plug_certification_between_E-2D_Advanced_Hawkeye_and_FA-18F_Super_Hornet.jpg

IOC atteinte : 

En septembre 2019, le VAW-120 a pris livraison de l'E-2D « Advanced Hawkeye » avec une capacité de ravitaillement en vol qui a permis d'atteindre la capacité opérationnelle initiale (IOC). Le VAW-120 a marqué une deuxième étape importante dans l'héritage E-2D en avril 2020, en atteignant son 1’000ème contact de ravitaillement aérien.

Le Hawkeye E-2D « Advanced » :

3118011646.jpg

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain, en s’intégrant totalement dans les nouveaux systèmes, mis en services par l’US Navy.  Que ce soit en matière de bâtiments de surface que de nouveaux appareils tels : les Super Hornet et le F-35.

Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne de type mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et un suivi complet air et mer. L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique, ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données. 

Photos : 1 Ravitaillement par un KC-130J 2 Ravitaillement par un Super Hornet@ USN 3 E-2D Advanced Advanced @ Northrop Grumman