25/07/2021

Le viseur de casque Scorpion équipera le Rafale F4 !

unnamed.jpg

L’équipementier Thales a reçu une commande pour son viseur de casques Scorpion® et de visualisations têtes latérales numériques pour équiper l’intégralité des Rafale produits par Dassault Aviation qui équiperont l’armée de l’Air et de l’Espace, ainsi que la Marine Nationale.

Dans un environnement toujours plus complexe, les équipages devront analyser davantage de données en un temps restreint. Couplé avec le système d’armes, le viseur de casque Scorpion améliore la compréhension de la situation tactique et facilite l’agilité et la réactivité des équipages de combat. Son déploiement progressif sur le Rafale Standard F4 constituera un avantage décisif pour la réussite des missions ainsi que la protection des populations.

Le viseur de casque propose une symbologie qui rassemble les informations des différents systèmes de l’appareil permettant au pilote d'accomplir sa mission dans les situations difficiles. Il améliore ainsi radicalement la connaissance de la situation tactique créant une continuité entre l’intérieur du cockpit et le monde extérieur. Couplé avec le système d’armes, il permet notamment de désigner et de suivre des cibles dans l’ensemble du champ de vision de l’équipage, de jour comme de nuit. 

L’ensemble de ces améliorations capacitaires s’ajoute aux fonctions de protection et de survie attendues d’un casque de vol traditionnel et pleinement assurées par le casque Scorpion. Son développement a été conçu pour minimiser l’impact de masse et de centrage, enjeu majeur permettant e de préserver l’intégrité physique des équipages. 

Ecrans de visualisation 

En parallèle, une commande de 400 Visualisations Têtes Latérales (VTL) numériques a été réalisée pour remplacer les Visualisations Têtes Latérales des Rafale en service. Ces écrans latéraux du cockpit permettent notamment d’afficher les informations sur l’état des systèmes de l’avion ainsi que les images issues des différents capteurs. Ce nouvel équipement offre une surface d’affichage étendue, un écran tactile amélioré et des capacités de calcul augmentées.

Le Scorpion validé sur le Rafale

photo-023036_01.jpg

Avant de passer commande, la DGA a réalisé une série de tests de compatibilité permettant de qualifier le système lors d’une évacuation avec parachute par exemple. Ces essais ont permis de valider que le nouvel équipement n’entrave pas la sécurité et les opérations de sauvetage du pilote.

A noter que dorénavant le Rafale peut proposer deux types de viseur de casque, soit le système de TARGO II de l’Israélien Elbit Systems et le Scorpion de Thales. Ce dernier à notamment été choisi par l’Espagne pour équiper les Boeing EF-18 A/B « Hornet ».

En route vers le standard F4

Cette commande de matériel permet un peu plus de rendre bien réel le futur standard F4 du Rafale. Cette évolution de l’avion français doit permettre d’amener celui-ci pleinement dans le combat en réseau avec de nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle. De nouvelles fonctions seront également développées pour améliorer les capacités de l’avion comme l’évolutions des capteurs et du radar, de l’optronique secteur frontal (IRST), capacités viseur de casque et de nouveaux armements seront intégrés comme le missile air-air Mica NG et l’armement air-sol modulaire de 1000 kg.

Enfin, en termes de disponibilité, Dassault travaille dans le cadre d’un MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) qui sera davantage verticalisé sous l’autorité de l’avionneur. F4 comprendra un nouveau Système de Pronostic et d’Aide au Diagnostic introduisant des capacités de maintenance prédictive. D’autres optimisations de la maintenance sont également programmées, avec notamment des solutions basées sur le Big Data et l’intelligence artificielle. Enfin, le Rafale sera doté d’un nouveau calculateur moteur. La validation du standard F4 est prévue pour 2024.

Photos : 1 Rafale 2 Viseur de casque Scorpion @ Thales

10/06/2021

Le Bangladesh cherche un nouvel avion de combat !

unnamed.png

Le Bangladesh n’est pas un pays très riche, mais les tensions dans la région poussent le pays en direction d’une modernisation des forces armées. Du côté de la Force aérienne, il s’agit de remplacer voir d’intégrer dans un premier temps les anciens F-7 chinois et MiG-29 russes de la Bangladesh Air Force (BAF) avec un nouvel appareils.

Forces Goal 2030

Sous la désignation de « Forces Goal 2030 » », la Direction générale des achats de défense du Bangladesh (DGDP) a lancé un appel d'offres pour l'achat de 16 avions de combat multirôle (MRCA).

La BAF est à la recherche d'un avion de combat nouvellement construit propulsé par deux moteurs avec au moins 5’500 kg de poussée à sec et plus de 8’000 kg avec postcombustion chacun et avec au moins huit points d'attache d'armes et une charge utile minimale de 5’000 kg.

Le gouvernement exige que le futur avion soit équipé d'un réseau de radars à balayage électronique (AESA) avec une portée air-air de 150 km et une portée air-sol de 50 km. L'avion devra également inclure une suite de guerre électronique intégrée (GE) et de contre-mesures électroniques (ECM); un Système infrarouge de recherche et de suivi (IRST) avec une portée de suivi de cible d'au moins 50 km ; système d'affichage et de viseur monté sur casque (HMD/S) avec repérage ; affichage tête haute (HUD) et un cockpit doté d’écrans EFIS modernes.

Par ailleurs l’offre doit comprendre package complet comprenant aéronefs, maintenance et entraînement, ainsi qu'une gamme d'armes air-air et air-sol. Il doit également prévoir l'ouverture d'un centre de maintenance, réparation et révision (MRO) dans le pays. 

Question budget, le Bangladesh dispose d’une enveloppe spéciale de 2,95 milliards de dollars us qui a été créée en plus du budget normal d’acquisition du pays.

Les concurrents potentiels

Le Bangladesh est principalement client auprès des avionneurs chinois et russes, de fait des propositions concernant les Sukhoi Su-35, Su-30SM et MiG-35, ainsi que le Shenyang J-31 chinois seront proposés. Mais le pays semble maintenant s’intéresser de plus près aux appareils occidentaux, ce qui laisse une belle porte ouverte pour le Rafale de Dassault et l’Eurofighter d’Airbus. On ne sait pas si Boeing va lancer son F/A-18 « Super Hornet » dans la bataille qui s’annonce.

Photos : les concurrents potentiels

 

28/05/2021

La Croatie opte pour le Rafale !

Rafale-1-990x556.jpg

La nouvelle transpirait depuis le début de la semaine, mais n’avait pas été officialisée par le Gouvernement Croate. C’est chose faite, Zagreb a opté pour l’achat de 12 avions de combat Rafale F3-R d’occasions. Le contrat est estimé à près de 1 milliard d'euros.

Rappel 

En février dernier, le gouvernement croate a émis une recommandation en vue du choix final du futur avion de combat. Cette recommandation faisait figure de « Short List » avec deux appareils qui auraient obtenus une préférence en vue du choix définitif.

Les avions initialement en compétition 

Au total, quatre pays sont engagés dans la compétition croate, il s’agit : d’Israël avec le F-16 « Barak », les USA avec le Lockheed-Martin F-16 « Viper », la Suède avec le Saab Gripen C/D MS20 et la France avec le Dassault Aviation Rafale F-3R.

Short List 

La commission gouvernementale croate avait donc hémis une recommandation concernant deux appareils. Il s’agit du Rafale F-3R de Dassault Aviation et du F-16 Block70/72 « Viper » de Lockheed-Martin.

Le choix

Le gouvernement croate a estimé que l'offre de la France était la meilleure et a décidé d'acheter 12 avions de combat multirôle Rafale, a déclaré le Premier ministre croate Andrej Plenkovic, ajoutant que l'avion choisi "est considéré comme l'un des meilleurs du monde". La commande s’articule comme suit :  2 biplaces et 10 monoplaces âgés en moyenne d’une dizaine d’années seront prélevés sur la flotte de l’armée de l’air française. Selon les premières informations, ils seront dotés de missiles air-air MICA, de bombes AASM et d’un canon de 30 mm avec ses munitions. En outre, la France s’engage aussi à donner une formation et un entraînement aux pilotes croates ainsi qu’aux équipes de maintenance.

Ce choix est en soi pragmatique. Pour beaucoup chez nos voisins français, le Rafale était « invendable ». C’est faux, l’avion français a toujours été très bon, mais il a souvent été devancé par le F-35 pour des raisons politiques, notamment pour satisfaire des prérogatives au sein de l’Otan. Mais les choses changent, l’US Air Forces et la Navy semblent changer de tactiques en matière d’avions de combat, ce qui crée un doute sur le développement à long termes de appareils américains. A contrario, Dassault a su rassurer avec un plan de développement du Rafale à long termes ce qui est devenu un gage de confiance pour les clients potentiels. De plus, le désengagement des Etats-Unis en Europe permet aux industriels européens de mieux occuper le terrain.

Ajoutons, également la finesse de vision d’Eric Trappier qui a su trouver une réponse en négociant des Rafale d’occasions, mais dans une norme ultra-moderne et avec un grand potentiel cellule. Soit une réponse plus intéressante que des F-16 améliorés.  

Dassaut Rafale F3-R 

Le Dassault Rafale F-3R est capables d'assumer de nombreux rôles de mission différents avec une gamme d'équipements, à savoir des missions de défense aérienne, de supériorité avec des missiles air-air Mica IR et EM, et des attaques au sol de précision utilisant généralement des missiles de croisière SCALP EG et AASM Hammer air- missiles à la surface. En outre, des missions antinavires peuvent être menées à l'aide du missile AM39 Exocet, tandis que les vols de reconnaissance utilisent une combinaison d'équipements de capteurs embarqués et externes basés sur des nacelles. L’avion est doté du radar AESA Thales RBE2 avec les fonctions de suivi de terrain. La norme F-3R comprend également l’installation d’un système anticollision automatique au sol (AGCAS) et diverses améliorations apportées au radar RBE2, au système de guerre électronique Spectra, à la nacelle Reco NG et au système de navigation par inertie.

Avec la norme F-3R, le Rafale Marine est également équipé d’une nacelle de ravitaillement en vol de nouvelle génération. Le F-3R peut notamment utiliser les armements suivants : bombes guidées laser GBU-12/24 et bombes guidées Hammer, la capacité de frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp, attaque en mer avec missile Exocet AM39 BlockII. La reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos et le ravitaillement en vol d'un Rafale à un autre de type « buddy-buddy ».

rafale-f3-r_7.jpg

Photos : Rafale F3-R @ Dassault Aviation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21/05/2021

Le Rafale F4 est une réalité !

dassault aviation,rafale,rafale f4,nouvel avion de comabt,air2030,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Le futur standard de l’avion de combat Rafale est déjà en partie une réalité. Un premier appareil F4-1 a effectué une campagne d’essais à Istres sous la direction de la DGA.

Selon le site de la DGA,huit missions complexes représentant 50 sorties d’aéronefs ont été réalisées par des équipages d’essais de la Direction générale de l’armement (DGA), de la Marine nationale, de l’armée de l’Air et de l’Espace et de Dassault Aviation. Ils ont permis d’insérer deux Rafale dans l’état courant de développement du standard F4-1 au sein d’un dispositif aérien de grande ampleur, comptant jusqu’à 8 appareils en zone de combat pour les phases tactiques, ainsi que des créneaux de ravitaillement en vol. Le Rafale F4-1 a ainsi pu être éprouvé, dans un cadre technico-opérationnel réaliste : les équipages, dotés de viseurs de casque SCORPION, ont pu mettre en œuvre les nouvelles fonctionnalités de combat collaboratif, notamment la localisation précise d’autres aéronefs par des moyens passifs au sein d’une patrouille.

Cette campagne de revue d’aptitude à l’utilisation (RAU) a mobilisé de nombreux moyens aériens du ministère des Armées : 8 Rafale dont 2 Rafale Marine, 2 Mirage 2000 et 2 Alphajet, auxquels se sont ajoutés la mise à disposition journalière de la zone d’entraînement Méditerranée par la Marine, et par d’importants moyens sol de DGA Essais en vol : contrôle aérien spécifique d’essais, salles d’écoute et systèmes de trajectographie. Des contributeurs de Dassault Aviation, Thales et MBDA étaient également présents afin de suivre en temps réel la réalisation des vols d’essais, d’apporter leur expertise et de bénéficier en direct du retour des équipages, riche en enseignements pour orienter les développements en cours.

La prochaine campagne de RAU du Rafale F4-1 ciblera, de façon complémentaire, l’évaluation des capacités de ce nouveau standard dans le domaine des missions Air-Surface. Elle sera de nouveau organisée par les équipes de DGA Essais en vol avec le concours des Forces depuis la base aérienne 125 « Charles Monnier » d’Istres. « Ce standard repose sur quatre piliers : la connectivité, l’engagement, la disponibilité ainsi que la détection et la lutte contre les menaces, a souligné la ministre des armées. Ce standard F4 est un saut technologique, un saut industriel, un saut stratégique. » Le Rafale F4 vise en premier lieu l’amélioration de la connectivité du Rafale et des modes de travail en réseau associés, aussi bien dans un contexte national qu’interallié. Le Rafale F4 constituera une première étape pour le combat collaboratif connecté multiplateformes et donc vers le système de combat aérien du futur (SCAF). La capacité du Rafale à opérer face aux nouvelles menaces sera renforcée grâce à l’amélioration du système de protection et d'évitement des conduites de tir (SPECTRA), de l’optronique secteur frontal (OSF), de la nacelle de désignation TALIOS et du radar à balayage électronique RBE2. Ce nouveau standard prévoit également la prise en compte des futures évolutions des missiles ASMP-A, SCALP, de l’AASM 1000 kg modulaire et MICA NG, sans oublier les évolution du Meteor. Enfin, des développements faciliteront la préparation opérationnelle et le soutien en service avec l’introduction de fonctions d’aide au diagnostic de pannes, de maintenance préventive et la modernisation du calculateur du moteur M88. 

Certes, le Rafale F4 n'est pas encore au stade définitif, mais l'avion est une réalité et son développement suit selon le calendrier du programme prévu par l'avionneur Dassault Aviation. 

Un développement à long termes :

IMG_6943.jpeg

Le standard F4 est le fruit de travaux conduits en plateau collaboratif par la Direction générale de l’armement (DGA), les états-majors des armées et la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé). Lancé moins d’un mois après la qualification du standard F3-R, ce nouveau standard s’inscrit dans la logique de développement du Rafale, lui permettant ainsi de rester au meilleur niveau face à l’évolution des besoins nationaux et à l’export.

Par la même occasion, il est important de rappeler deux éléments : le premier concerne un développement à long termes du Rafale au moins jusqu’au standard F6. Cette information avait été confirmée notamment lors de la présentation de l’avion à Payerne en 2019, lors des essais dans notre pays. Le second élément concerne le fait que le Rafale va faire partie intégrante du « système SCaf » et doit assurer une transition en douceur d’ici 2060, soit un gage de modernité et de longévité.

dassault aviation,rafale,rafale f4,nouvel avion de comabt,air2030,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Que va apporter ce nouveau standard : 

Cette évolution de l’avion français doit permettre d’amener celui-ci pleinement dans le combat en réseau avec de nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle. De nouvelles fonctions seront également développées pour améliorer les capacités de l’avion comme l’évolutions des capteurs et du radar, de l’optronique secteur frontal (IRST), capacités viseur de casque et de nouveaux armements seront intégrés.  

Enfin, en termes de disponibilité, Dassault travaille dans le cadre d’un MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) qui sera davantage verticalisé sous l’autorité de l’avionneur. Le F4 comprendra un nouveau Système de Pronostic et d’Aide au Diagnostic introduisant des capacités de maintenance prédictive. D’autres optimisations de la maintenance sont également programmées, avec notamment des solutions basées sur le « Big Data » et l’intelligence artificielle. Enfin, le Rafale sera doté d’un nouveau calculateur. La validation du standard F4 est prévue pour 2024, avec certaines fonctions disponibles dès 2022. 

A noter que la Finlande et la Suisse sont directement concernés par ce nouveaux standard, qui pourrait venir équiper les deux Force aériennes en cas de choix cette année !

578569378.jpeg

Photos : Rafale F3-R @ Dassault Aviation / Antony Pecchi

 

04/05/2021

Des Rafale supplémentaires pour l’Egypte !

EXPH-1036-41_Sc-min-1-1140x606.jpg

Le ministère égyptien de la Défense a confirmé le 3 mai qu’il avait signé un contrat pour la livraison de 30 avions de combat Dassault Rafale supplémentaires. L'achat doit être financé par un prêt remboursable sur un minimum de 10 ans. La valeur n'a pas été divulguée, mais il a été rapporté par des canaux non officiels que le prix était d'environ 4,5 milliards de dollars.

Rappel :

L'armée de l'air égyptienne exploite le Rafale depuis que les trois premiers ont été remis au centre d'essais en vol de Dassault à la base aérienne d'Istres-Le Tubé dans le sud de la France en juillet 2015. Le Rafale n'a été officiellement commandé que le 16 février de cette année-là, et le premier six avions, tous biplaces, ont été détournés de la production de l'armée de l'air française afin de répondre au désir de l'Égypte de mettre l'avion en service à temps pour participer à la célébration d'août de l'expansion du canal de Suez.

La commande initiale comprenait 24 avions, huit Rafale EM monoplaces et 16 Rafale DM biplaces. Ils sont exploités depuis la base aérienne de Gebel el Basur au nord-ouest du Caire par la 203rd Tactical Fighter Wing qui parents les 34e et 36e escadrons de chasse tactique. L'expérience du Rafale a été positive et la déclaration accompagnant l'annonce de la deuxième commande fait référence à un certain nombre d'attributs, notamment sa « capacité à effectuer des tâches à longue portée » et ses caractéristiques de cyberguerre.

Cette nouvelle commande témoigne de la relation stratégique entre la France et l’Egypte, de la confiance des plus hautes autorités égyptiennes à l’égard de Dassault Aviation et de leur satisfaction quant au bon déroulement de l’exécution du premier contrat.

« Cette nouvelle commande est la preuve du lien indéfectible qui unit l’Égypte, premier utilisateur export du Rafale comme elle l’a été pour le Mirage 2000, à Dassault Aviation depuis près de 50 ans. Elle témoigne également de la qualité opérationnelle du Rafale, puisque pour la seconde fois un client export fait le choix de commander des avions supplémentaires. Dassault Aviation et ses partenaires remercient les Autorités Égyptiennes de cette nouvelle marque de confiance et les assurent de leur engagement total à satisfaire une nouvelle fois leurs attentes », a déclaré Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation.

Ce contrat confirme l’excellence technologique et opérationnelle du Rafale et son succès à l’export. Cette première livraison intervient à peine cinq mois après la décision prise par l’Égypte d’acquérir 24 Rafale, soit : 16 biplaces et 8 monoplaces, pour doter son armée de l’air d’un chasseur polyvalent de dernière génération, capable de répondre à ses besoins opérationnels et de lui permettre d’assurer, en toute souveraineté, sa position géostratégique dans la région.

Les Rafale égyptiens :  

Les Rafale F3-R égyptiens  sont dotés de missiles air-air MICA prélevés sur les stocks de l'armée de l’air, en outre, ils sont dotés du missile « Black Shahine », soit la version export du SCALP.

Two Egyptian Rafales flying over the Pyramids_LR.jpg

 

Photos : Rafale égyptiens @ FAE