10/09/2021

La RAF va retirer prématurément ses premiers Eurofighter!

F2722F43-6637-4C59-A55E-7CADAA18C95C.jpeg

 

La Royal Air Force va devoir retirer prématurément ses premiers avions de combat Eurofighter T1 malgré le fait que ces derniers ne soi qu’à mi-vie. Des questions de coûts sont en jeu, notamment pour assumer d’autres programmes.

Selon le plan nouveau directeur de la RAF, se sont 24 appareils de la première tranche (T1) qui seront retirés progressivement du service d’ici 2025. Initialement ces appareils devaient rester en service jusqu’en 2040.

Répondant aux questions à la Chambre des communes, le sous-secrétaire d'État parlementaire à la Défense, James Heappey, a déclaré que les Eurofighter de la tranche 1 qui étaient destinés à une retraite anticipée dans le document du commandement de la défense publié le 22 marsseraient retirés avec une moyenne de près de 60% de leur vie de fatigue de cellule restante. Actuellement, la RAF dispose de 30 avions Eurofighter Tranche 1 dans la flotte de maintien en puissance et les heures de vol moyennes prévues pour chacun des avions, lorsqu'ils atteindront leur date de mise hors service respective, sont de 2’544,8 heures de vol", a déclaré Heappey. L’Eurofighter Typhoon dispose théoriquement d’une durée de vie de 6‘000 heure. Les 2’544,8 heures ne représentent que 42,4 % de l'utilisation de la cellule. Avec ce chiffre moyenné sur l'ensemble de la flotte, un certain nombre d'avions livrés plus récemment auront volé beaucoup moins d'heures que cela. Sur les 53 appareils de la tranche 1 reçus par la Royal Air Force (RAF) initialement, 30 sont encore dsiponibles,soit 20 sont en service actif tandis que les 10 restants sont en stockage. 

Problèmes de rationalisation 

Cette décision pourrait sonner comme une surprise de la part de la RAF. En fait, cette dernière n’avait jusqu’ici pas le choix. La Royal Air Force britannique (RAF) se retrouvait coincée tout comme la Luftwaffe allemande avec la première tranche d’avions de combat Eurofighter T1 et devait composer tant bien que mal avec ce modèle d’avion compte tenu des limites des logiciels du T1, la RAF avait décidé de ne pas essayer de mettre à niveau ces plateformes particulières avec les améliorations des mises à niveau destinées aux standards T2/T3. De fait, les Eurofighter T1 de la RAF ne peuvent être utilisés qu’exclusivement que pour des tâches de défense aérienne. 

Le lancement du programme d’avion de 5ème génération Tempest à changer les perspectives. En effet, le programme du nouvel avion prend de plus en plus d’ampleur au sein de la RAF. Pour ce faire il faut maintenant dégager des fonds pour assurer les développements des principaux soit : la modernisation des tranches 2 & 3 de l’Eurofighter, assurer la finalisation de l’entrée en service du Lockheed Martin F-35B et pérenniser le programme Tempest. 

Difficile à vendre

Initialement la RAF aurait désiré vendre ses Eurofighter, mais tout comme l’Allemagne et l’Autriche, elle se retrouvent avec un appareil dont la version n’intéresse pas les Forces aériennes étrangères et on le comprend. Le Ministère de la Défense britannique doit se résoudre à réfléchir aux diverses option d’élimination des cellules.

Photo: Eurofighter T1 de la RAF@ RAF

29/07/2021

Londres s'engage un peu plus dans le Tempest !

1691540482.jpg

Londres avance ses investissements dans le programme Tempest, le ministère de la Défense a signé un contrat de 250 millions de livres sterling avec les partenaires de l'industrie britannique "Team Tempest", faisant avancer la prochaine phase de l'effort national et international majeur pour développer la prochaine génération d’avion de combat.

Le contrat prévoit des investissements dans l'infrastructure numérique et physique sur laquelle le programme sera développé, le plaçant sur une base de « première numérique », grâce à laquelle la conception et les tests simulés peuvent réduire considérablement les coûts et le temps de développement.

Le contrat a été signé avec BAE Systems, l'un des quatre membres fondateurs de « Team Tempest », qui comprend également les partenaires Leonardo UK, Rolls Royce et MBDA UK. Environ 800 des 2’ 000 emplois soutenus par le contrat sont basés dans le nord de l'Angleterre, sur les sites de Warton, Samlesbury et Brough. BAE Systems a passé des contrats de support collaboratif directement avec les principaux partenaires de « Team Tempest » Leonardo UK, Rolls-Royce et MBDA. En conséquence, d'autres emplois soutenus par le programme sont également répartis dans des régions telles qu'Édimbourg, Luton, Stevenage et Bristol.

Warton sera le site central de production du programme « Tempest » avec son usine du futur, soit une une installation hautement connectée dotée d'une technologie de pointe conçue pour présenter une approche révolutionnaire de la fabrication d'avions militaires.

Conception et d'évaluation

Le programme « Tempest » qui doit permettre d’entrer dans la 5ème génération et d’être à nouveau pleinement opérsationnel pour les 30 à 40 ans années avenir entre ainsi dans une nouvelle phase :

  • Définir et commencer à concevoir le futur système aérien de combat
    • Maturation des technologies
    • Investir dans la main-d'œuvre qualifiée
  • Sécuriser les infrastructures numériques et physiques et les outils qui sous-tendent l'ingénierie numérique, les données et les systèmes logiciels de pointe
  • Permettre des choix de programmes majeurs d'ici 2024.

Rappel 

Le Tempest a été lancé en 2018 après que la France et l'Allemagne ont opté pour leur propre programme aérien de combat de nouvelle génération sans le Royaume-Uni. Le projet étudie une suite de technologies à utiliser dans un système aérien de combat, qui pourrait impliquer des aéronefs avec et sans pilote, des drones et des armes laser.

Le Tempest est la pièce maîtresse de la stratégie aérienne de combat britannique et a été conçu pour aider à préserver l’expertise du pays en matière d’aérospatiale militaire. L'objectif est de développer un système aérien de combat de sixième génération qui entrera en service au milieu des années 2030. Le gouvernement a engagé 2 milliards de livres sterling pour financer les premières étapes du projet.

De nouvelles méthodes de travail 

Le programme Tempest adopte de nouveaux processus et de nouvelles façons d'aborder les défis pour non seulement faire du Tempest FCAS un « système de systèmes », capable de vaincre la menace et d'obtenir avec succès les effets souhaités dans les opérations futures, mais également obtenu avec un développement et une fabrication ayant une efficacité maximale pour réduire les coûts et les temps de développement de moitié de ce qui peut être réalisé traditionnellement.

Au cœur du programme de développement, les initiateurs du programme Tempest mettent un accent beaucoup plus marqué sur la collaboration que sur les projets aériens de combat antérieurs, non seulement entre les entreprises britanniques, mais aussi au niveau international. Il s’agit par exemple de ne pas reproduire les erreurs commises avec le programme de l’Eurofighter.

La Team Tempest bénéficie désormais de l’expertise industrielle de l’Italie et de la Suède dans un effort tri-national. Travailler ensemble permet non seulement de tirer les innovations de tous les secteurs de l'industrie, y compris les PME, mais réduit considérablement la duplication des efforts et par conséquent, les coûts.

Les travaux sur la technologie FCAS se poursuivent sur une base nationale, mais les trois pays partenaires établissent rapidement une plate-forme solide pour fusionner les efforts dans un proche avenir pour lancer la phase de développement principale du programme. Une étude trilatérale a révélé des résultats encourageants en termes d'avantages pour les pays partenaires, leur permettant de conserver leurs bases de compétences nationales et d'assurer leur position mondiale dans l'industrie de la défense pour les années à venir, tout en conservant leur liberté d'action nationale.

Le Team Tempest a déjà remporté des succès considérables en un temps record et est en bonne voie pour atteindre ses objectifs, alors qu'elle se prépare à soumettre une analyse de rentabilisation au gouvernement vers la fin de l'année pour obtenir davantage de financement. Depuis le lancement du programme de stratégie aérienne de combat à Farnborough en juillet 2018, le pays a plus de 60 démonstrations technologiques en cours, dont certaines montrent déjà des niveaux de maturité au-delà de leurs objectifs, avec des tâches d'ingénierie de conception présentant d’importantes réductions.  D'autres ont obtenu les résultats souhaités avec 10% de la main-d'œuvre requise pour des tâches similaires en utilisant des méthodes traditionnelles. Environ 1’500 personnes travaillent actuellement sur le projet Tempest au Royaume-Uni.

La nouvelle approche du développement de Tempest consiste à introduire des innovations en dehors du secteur de la défense, en s'appuyant sur la technologie commerciale apportée par les industries de l'énergie, du nucléaire et de l'automobile, par exemple. Le secteur financier est également à l'étude pour apporter une assistance technologique significative dans le domaine crucial de la cybersécurité.

La fin des investissements dans l’Eurofighter

Le Tempest n’aura pas de déclinaison navale, la RAF utilisa le F-35 B de Lockheed Martin sur ses bâtiments de surface, le Tempest constituera l’élément central de cette dernière. Cette vision montre clairement la fin des investissements en direction de l’Eurofighter et le déclin progressif de ce dernier ainsi que des avions de sa génération dans d’ici les 15 prochaines années. Londres est maintenant engagée dans un processus de modernisation qui ne laisse plus de place à l’ancienne génération, en effet la volonté primaire de technologies en cascades imaginées en direction de l'Eurofighter et du Gripen est maintenant révolue laissant ces derniers complètement isolés. 

4148824497.jpg

Photos : Programme Tempest @ BAeSystems

 

 

 

26/06/2021

Plus de Chinook pour la RAF !

18_SQUADRON_MOUNTAIN_TRAINING_MOD_45166839.jpg

La Royal Air Force (RAF) a passé une commande de plus de 580 millions de dollars à Boeing pour la livraison de 14 hélicoptères Boeing CH-47F «  Chinook » exerçant une option sur un contrat existant.

Les nouveaux Chinook nommé HC.Mk6A au sein de la RAF seront conformes à la dernière norme Block II, faisant du Royaume-Uni le premier client étranger pour la variante. Le Block II s'appuie sur la version CH-47F existant avec une série d'améliorations qui améliorent la portée, la capacité de charge et la capacité électrique de l'équipement embarqué. La différence la plus notable est le montage de l'Advanced Chinook Rotor Blade (ACRB), qui présente un profil aérodynamique symétrique et une géométrie de pointe avancée pour augmenter la capacité de levage. Les moteurs Honeywell T55-715 fournissent environ 20 % de puissance en plus.

Des changements internes dans les flotteurs de carburant de chaque côté du fuselage augmentent la capacité en réduisant le nombre de cellules de trois à un, tandis que le nez est plus pointu pour fournir un volume supplémentaire pour le capteur et d'autres systèmes. Un nouveau système d'entraînement est installé et un système d'actionneur parallèle actif est installé pour améliorer le système de commande de vol numérique avancé (DAFCS) en assurant une division précise du couple entre les deux rotors.

Rappel 

Boeing a livré le premier Block II, un MH-47G optimisé pour le soutien des forces spéciales, à USSOCOM en septembre 2020. Plus tard cette année, le 21 septembre, la société célébrera le premier vol du CH-47. La RAF a été le premier client à l'exportation du CH-47 et a récemment célébré le 40e anniversaire de la livraison de son premier Chinook. La flotte a été fortement utilisée et a connu une action considérable depuis ses débuts au combat dans les Malouines en 1982, jusqu'à la guerre du Golfe de 1991, jusqu'aux opérations intenses en Afghanistan. En 2018, un détachement a également commencé à opérer au Mali. Certains des premiers appareils reçus sont toujours en service, bien qu'ayant subi une série de mises à niveau et d'améliorations, et dans la dernière revue de défense et de sécurité du Royaume-Uni publiée en mars, le ministère de la Défense a annoncé que neuf d'entre eux seraient retirés.

La dernière commande de la RAF pour le CH-47F Block II devrait être livrée pour des opérations spéciales dans une configuration proche de celle du MH-47G d'USSOCOM. En attendant, le reste de la flotte d’hélicoptères « Chinook » Mk5 est en train d'être mis à niveau vers la norme commune HC.Mk6A, le DAFCS remplaçant le système de commandes de vol analogique d'origine. Le programme de conversion du Mk 6A doit être achevé cette année.

Photo : HC.MK6A de la RAF@ RAF

09/03/2021

Entre le F-35 et le Tempest, Londres va devoir choisir !

5810eb6d-83a1-4636-8ca6-c04e8dd032db.jpg

Je vous en parlais en août dernier, Londres ne va pas pouvoir assurer l’ensemble de ses programmes en matière d’avions de combat. Des choix s’imposent entre l’Eurofighter, le F-35 et le futur Tempest. Le sort des 24 anciens Eurofighter de la Tranche 1 est déjà scellé avec un retrait définitif en préparation. Mais le coup d’assommoir reste à venir avec le F-35B.

48 F-35 et pas un de plus :

Le Royaume-Uni s’est engagé à l’achat de 48 F-35 d'ici la fin de 2025 pour un montant de 11 milliards dollars. Initialement, Londres avait en projet l’acquisition de 138 avions de combat F-35 Lightning II, selon une étude du gouvernement. La Grande-Bretagne a commandé la variante à décollage court et atterrissage vertical de type F-35B qui est conçu pour voler à partir de porte-avions. Les porte-avions de classe Queen Elizabeth de la Royal Navy devraient se déployer avec 12 ou 36 F-35B à bord, selon l’opération. Selon le nombre d’appareils en déploiement, la dotation sur deux porte-avions de classe Queen Elizabeth serait donc insuffisant. Selon le Naval Forces and Maritime Security à l'International Institute for Strategic Studies, il faudrait une dotation de l’ordre de 60 à 70 F-35B.

Une augmentation du nombre de F-35 est certes souhaitée, mais financièrement impossible pour l’instant. Pour Londres, le maintien des versions modernisées de l’Eurofighter et le développement du système aérien « Tempest » sont prioritaires.

Inquiétudes concernant le revêtement :

Pour Londres, un autre sujet pousse à un éloignement du programme F-35. Il s’agit de deux problèmes, l’un concerne les températures moteur qui provoquent un décollement du revêtement furtif dès que la vitesse dépasse Mach 1,2 et l’autre se situe lorsque l’avion évolue par temps chaud, le réacteur est susceptible de ne pas donner toute la puissance nécessaire à la sustention du F-35B. Soit une situation particulièrement gênante pour une appareil de la catégorie STOVL.

La variante F-35B :

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A). Cette variante du F-35 est celle qui est livrée à l'US Marines Corps et la Royal Air Force.

Photo : F-35B britannique @ RAF

 

23/11/2020

Les Hornet suisses vont s’exercer en Angleterre !

45.jpeg

Cette semaine un détachement de Boeing F/A-18 C/D « Hornet » des Forces aérienne suisses prendra ses quartiers sur la base aérienne de la Royal Air Force (RAF) de Leeming dans le North Yorkshire.

L'exercice est prévu du 23 novembre au 18 décembre. La base accueillera principalement des avions de combat supersoniques tout au long de cette période. Certains vols seront effectués à basse altitude, ainsi que quelques exercices de nuit. Les pilotes de chasse suisses perfectionneront leurs compétences de vol et pourront être opposés aux avions de la RAF en combat.

Exercice YORKNITE :

12.jpeg

L’instruction de base des pilotes de F/A-18 au vol de nuit (en vue d’engagements nocturnes de police aérienne) ainsi que l’approfondissement et la consolidation des tactiques de conduite de la guerre aérienne de nuit constituent les objectifs de ce module de formation au nord de l’Angleterre. Les conflits de ces dernières décennies ont démontré que les engagements s’effectuaient de plus en plus souvent dans l’obscurité pour des raisons tactiques.

En Suisse, les Forces aériennes n’ont pas l’opportunité de s’entraîner au vol de nuit selon les standards internationaux en vigueur car elles sont soumises à un certain nombre de restrictions : taille et nombre des secteurs d’entraînement, limites imposées en termes d’altitude et de vitesse (peu d’entraînements supersoniques), restriction des horaires du service de vol et du nombre de mouvements aériens autorisés sur les aérodromes militaires. 

De plus, le trafic aérien civil dans notre pays est intense et la densité de population importante de sorte qu’il faut veiller à ne pas multiplier les nuisances sonores, surtout la nuit. Dans le nord de l’Angleterre en revanche, les conditions sont idéales pour les Forces aériennes suisses, tant du point de vue de l’environnement que de l’entraînement proprement dit. La base militaire de Leeming comme celle de Lossiemouth, utilisée les années précédentes, dispose d’une infrastructure adaptée pour s’y installer et y effectuer des opérations aériennes. Les grands secteurs d’entraînement se trouvent à une distance raisonnable, au-dessus de la mer du Nord, et permettent de s’exercer efficacement au vol tactique de nuit dans les différents domaines d’engagement avec très peu de restrictions, y compris pour les vols supersoniques

Important détachement :

Ce sont au total une quarantaine de pilotes et une centaine de membres du personnel au sol, répartis en deux détachements, qui se rendront en Grande-Bretagne. Le point d’appui de la Royal Air Force à Leeming, dans le Yorkshire du Nord, offre des conditions d’entraînement idéales pour les Forces aériennes suisses. Les vastes secteurs d’exercice se situent non loin de là, au-dessus de la mer du Nord ; ils permettront aux pilotes de s’entraîner pratiquement sans restriction aux vols tactiques de nuit, y compris aux vols supersoniques.

Priorité à la santé :

La santé et la protection du personnel des Forces aériennes suisses et de la RAF constituent une priorité absolue. Pendant l’exercice YORKNITE, un plan de protection approuvé par l’Armée suisse et par le ministère de la défense du pays hôte sera scrupuleusement suivi. Toutes les recommandations de l’OFSP et du ministère de la santé britannique y ont été intégrées. Tous les participants subiront un test PCR avant leur départ pour la Grande-Bretagne ainsi qu’à leur retour en Suisse. Une convention entre le Royaume-Uni et la Suisse constitue la base légale de l’exercice YORKNITE. (Sources DDPS).

Les exercices de nuit à l’étranger :

2018 Scotnight, Lossiemouth (GB)

2017 Scotnight, Lossiemouth (GB)

1998 à 2015  Nightway, Oerland (N)

 

4.jpeg

Photos : F/A-18 lors du dernier engagement en Angleterre à Lossiemouth @Iaingd65