15/12/2019

12ème P-8A pour la RAAF ! 

20161128raaf8185068_0502_1170.jpg

La Royal Australian Air Force (RAAF) a reçu son 12ème Boeing P-8A « Poseidon » de patrouille  maritime multimission (MMA), selon un communiqué du ministère de la Défense (DoD) à Canberra. L'avion est arrivé sur les installations de la base aérienne de la RAAF d'Édimbourg, complétant la flotte du Squadron 11.

Rappel :

L'Australie a acquis le P-8A pour remplacer les 19 avions de patrouille maritime Lockheed AP-3C « Orion » qui sont en service depuis les années 1960. Les 15 P-8A seront exploités en tandem avec sept systèmes d'aéronef sans pilote (UAS) Northrop Grumman MQ-4C « Triton », qui seront acquis une fois le développement achevé par le constructeur et l'US Navy (USN).

Les livraisons à l'Australie ont débuté en novembre 2016, date à laquelle les escadrilles 10 et 11 ont réceptionné les premiers du P-8A. Dans le cadre de ce processus, le RAAF a envoyé ses équipages s'entraîner aux côtés de l'USN et du personnel britannique de la Royal Air Force (RAF) au Centre de test intégré (ITC) de la Naval Air Station (NAS) de Jacksonville en Floride.

L'AP-3C  2Orion » a débuté son retrait progressif au sein de la RAAF, le dernier avion devant être retiré en 2023.

La ministre australienne de la Défense Linda Reynolds a été cité dans un communiqué que le P-8A que le P-8A améliore la sécurité maritime de l'Australie, soulignant que la plate-forme peut être ravitaillée en vol, permettant de patrouiller les territoires isolés de l'océan Austral en Australie.

La capacité de carburant interne de près de 34 tonnes permet également au P-8A de mener des missions de guerre anti-sous-marine à basse altitude à une distance de plus de 2’000 km de la base.

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones.

1760897797.jpg

Photos : 1 P-8A de la RAAF 2 consoles à bord@ RAAF

06/12/2019

RAAF : Les Pilatus PC-21 au complet !

 

20191206raaf8494074_076.t5dea0354.m800.xVTsmGrnG.jpg

 

La Royal Australian Air Force (RAAF) a réceptionné son dernier avion école de nouvelle génération Pilatus PC-21. L’avion a été officiellement accueilli sur la base de la RAAF à Victoria dans l’est du pays, lors d’une cérémonie de remise.

La sénatrice Linda Reynolds, ministre de la Défense, a félicité la Défense, Lockheed Martin, Pilatus et Jet Aviation pour la livraison de la flotte de 49 avions.

« Ce système de formation des pilotes permettra aux jeunes pilotes souhaitant servir dans les forces de défense australiennes (ADF) d'avoir accès aux installations et à la formation les plus récentes », a déclaré le ministre Reynolds.

"Cet investissement s'inscrit dans l'engagement de notre gouvernement de continuer à former du personnel hautement qualifié et talentueux dans la marine, l'armée et la force aérienne."

« Le nouveau système composé du PC-21 peut former plus de personnes plus rapidement et à un niveau supérieur et permettra aux pilotes de premier cycle de développer les compétences nécessaires avant de passer à un avion militaire plus avancé ».

20191206raaf8494074_015.t5dea0354.m800.xjRv6rMiy.jpg

Rappel :

Le PC-21 est l’appareil de formation des pilotes le plus perfectionné au monde. Il s’agit d’un élément essentiel du projet AIR5428, doté d’un budget de 1,5 milliard de dollars. Le PC-21 remplace l'avion PC-9 A qui achève ses 30 ans de service à la fin de l'année, après avoir formé avec succès des milliers d'équipages.

C’est en 2015 que l’Australie a signé le contrat pour la fourniture de 49 avions écoles Pilatus PC-21 à la Royal Australian Air Force (RAAF). Le contrat de services d'une valeur de 1,5 milliard de dollars voit Lockheed-Martin Australie livrer en partenariat avec l’avionneur suisse Pilatus les 49 avions écoles de nouvelle génération PC-21. La Force de défense australienne avait lancé un appel d’offre pour remplacer ses actuels Pilatus PC-9M avec un nouveau système de formation dénommé "Air Project 5428" à partir duquel le PC-21 est sorti vainqueur, après les négociations et l'évaluation approfondie. Ce paquet harmonise la formation avec le PC-21 assurant un système moderne de formation rentable pour la formation de base et avancé des pilotes de la RAAF.

pc-21_flypast2.jpg

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes, tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter et F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

La patrouille des « Roulettes » :

1391797802.jpeg

En plus des unités formatrices le PC-21 a rejoint la patrouille des « Roulettes » de la RAAF qui volait jusqu’ici sur le Pilatus PC-9. La patrouille de démonstration de l'École centrale de vol est basée East Sale dans la région de Victoria. L'École a formé sa première équipe de voltige en 1962, les « Red Sales » qui volaient à l’époque sur De Havilland Vampire, puis sur Aermacchi MB-326. En 1970, les « Roulettes » ont été formé pour célébrer le 50e anniversaire de RAAF et est devenue une équipe permanente depuis lors. Pour les 21 instructeurs seniors de l'école, le commandant de l'école et le chef de la patrouille offrent aux pilotes sélectionnés une possibilité de faire partie des « Roulettes ». L'équipe est organisée en saisons, qui durent six mois, la plupart des membres servant dans l'équipe pendant trois saisons avant de passer à d'autres fonctions.


Photos : 1 & 2 Remise du dernier PC-21 avec le CEO de Pilatus Oskar Schwenk et la Sénatrice Linda Reynolds 3 PC-21 aux couleurs de la RAAF 4 PC-21 aux couleurs des Roulettes @ Pilatus Aircraft

13/11/2019

Australie : le F-35 serait-il une erreur de casting ?

webraaf-f-35a-via-lm.jpg

La question a de quoi surprendre, mais vient d’être rendue publique par le très sérieux Lowy Institute* australien. La question fait suite à l’intervention deux hauts responsables de l’Armée de l’air australienne (RAAF) qui affirment que le nouvel avion interarmées, Lockheed-Martin F-35A, qui entre actuellement en service est inadéquat pour les futures opérations d'attaque.

Décision trop rapide ?

Cette affirmation faisant suite au fait que l'Australie avait commis de graves erreurs dans la structure de ses forces et la réflexion de ses besoins futurs. Si, l’on se remémore l’historique de l’achat du F-35 par l’Australie, on se rappellera que le pays a rapidement rejoint le programme F-35 en 2002. Il n'y a pas eu d'appel d'offres ni d'évaluation formelle. D’ailleurs à l’époque, il ne pourrait pas y en avoir, car l’avion existait sur catalogue avec un calendrier de livraison et un coût inconnus et ceci alors même qu’il était considéré comme l’achat d’équipement de défense le plus coûteux jamais engagé par l’Australie.

La décision d’opter pour le F-35 de manière rapide et soudaine  a surpris beaucoup de monde. Il faut savoir qu’à l’époque un Livre blanc sur la défense avait été publié par le gouvernement Howard en 2000. Celui-ci  prévoyait un processus décisionnel exhaustif qui examinerait diverses options en matière de structure de la force, notamment des avions de combat à rôle unique, des avions à rôles multiples, des missiles à longue portée et des avions sans pilote.

Le chef de l'armée de l'air de l'époque avait expliqué publiquement la raison de la précipitation inattendue d'acheter des F-35. Malheureusement, peu après la décision, le F-35 a commencé à souffrir de problèmes techniques, d’une croissance des coûts et de longs retards.

Surcoûts et  normes différentes :

Les deux premiers F-35A australiens ont été livrés à la fin de 2018, les neuf derniers étant prévus pour le milieu de 2023. Ces derniers devraient être la version du Lot 15 du Bloc 4, la norme entièrement développée largement envisagée dès 2002. Les autres, comprenant six normes différentes de construction provisoire, seront ensuite progressivement modernisées pour adopter cette configuration définitive.

Les appareils du  Lot 15 ont subi des modifications matérielles et logicielles importantes. Le système complet de maintenance et de support, les simulateurs et les centres de formation devront également être modernisés. Cela prendra du temps et de l'argent supplémentaire, mais il n'y a pas d'autre choix. S’ils ne sont pas modernisés, les anciens F-35, soit : la quasi-totalité de la toute nouvelle flotte de la RAAF deviendront difficiles à maintenir ou à mettre à jour avec les futurs logiciels et deviendront progressivement déficients sur le plan opérationnel.

L’arrivée des neuf appareils du lot 15 permettra à la RAAF de déclarer sa capacité opérationnelle finale et de commencer à boucler le projet d’acquisition. Mais cela veut dire qu’en 20 ans, le projet a glissé de 10 ans.

Ce retard a rendu nécessaire la mise en service d'un autre avion de combat, le « Super Hornet » de Boeing, afin de combler le vide. En finançant cela, le projet global de capacité de combat aérien présentait le plus grand dépassement de coûts de toutes les acquisitions de défense australienne de l'histoire, en termes absolus.

Le F-35 un faux pas stratégique ?

En 2017, l'US Air Force a examiné ses programmes de combat aérien et a déterminé que, tout bien considéré, le F-35 serait incapable de pénétrer dans un espace aérien défendu après 2030. La structure des forces de la RAAF serait donc déjà dépassée, incapable de stopper une puissance hostile dans la région indopacifique. Les officiers australiens appellent maintenant à une «réinitialisation», avec de nouvelles dépenses importantes et éventuellement à l’acquisition de bombardiers avancés, de missiles de croisière et d’avions sans pilote,  une liste exhaustive qui rappelle le Livre blanc du gouvernement Howard de 2000.

Il est intéressant de lire l’analyse du Lowy Institute qui précise que la décision d'acquisition du F-35 a été prise indépendamment de la structure globale de la force aérienne australienne. A l’époque, la RAAF s'est concentrée sur l'acquisition de F-35, plutôt que sur la création d'une capacité de défense des bases aériennes à partir desquelles ils pourraient opérer. Les capacités de la Chine en matière d’attaques de missiles à longue portée signifient désormais qu’en temps de crise, la RAAF pourrait être mal avisée de déployer des F-35 sur les bases aériennes de l’Asie du Sud-Est. Avec le temps, cette vulnérabilité pourrait également s’appliquer aux bases septentrionales de l’Australie.

Certains ont estimé que la décision concernant les F-35 était urgente en 2002. Cette perception parait moins évidente rétrospectivement. Un rapport sur les structures et la composition de la Force aérienne devrait apparemment être mis en place au début de 2020. Une nouvelle prise de décision précipitée aujourd'hui peut produire des résultats médiocres et de longs retards en aval. Une répétition de l'acquisition du F-35 devrait être évitée.

Pour explique ce qui ne va pas, la RAAF, tout comme l’US Navy expliquent que le radar du F-35 ne peut effectuer que des recherches à faisceau étroit, plutôt que des recherches à grande distance de navires en mer ou au sol, par exemple. La capacité de frappe en profondeur s’en rescent cruellement, De plus, l’avion ne peut effectuer de frappes longues distance, laissant ainsi l’avantage à l’adversaire.

Autre contrariété, le F-35 est conçu pour être avant tout un avion de frappe air-sol, cependant limité en terme d’emport de charge et de rayon d’action, mais capable de se défense. Le F-35 a été conçu pour être furtif, en réseau et doté de capteurs exceptionnels, mais avec des performances aérodynamiques qui le rende moins  bon qu’un F-16 ou F/A-18 « Hornet ». La réponse est que le F-35 ne peut pas rivaliser avec le F-22 en tant que chasseur de supériorité aérienne, il n'a jamais été conçu comme tel. Au sein de l’USAF, le F-22 apporte furtivité, conscience de la situation et performance au combat tandis que le F-15C dégage une énorme charge de missiles combinée à un radar incroyablement puissant, les deux systèmes se complète en multiplicateur de puissance. Hors, le F-35 n’apportent pas cette complémentarité en profondeur au sein de la RAAF ni de l’US Navy d’ailleurs. La faiblesse de la RAAF repose donc sur la mauvaise redondance du F-35 dans son organisation.

D’autres critiques montrent du doigt les problèmes rencontrés par l’utilisation récente du F-35 au sein de la RAAF. Et notamment les problèmes de fonctionnalité, de cybersécurité (des données de F-35 australiens ayant étés hackées l’année dernière**) et de souveraineté des données associés aux systèmes logistiques ALIS. Et pour terminer, la chaleur produite par les gaz d'échappement de la tuyère, lors de l’utilisation de la postcombustion provoque des «bulles d'eau» sur les matériaux absorbant les radars (RAM), les surfaces de la queue et des dérives horizontales. Ces dommages causés par la chaleur compromettent l'intégrité structurelle de l’arrière de l’avion. Les capteurs sensibles enfouis dans la peau des surfaces de la queue arrière peuvent également s’avérer susceptibles d’être endommagés. Depuis ce type d’incident, les pilotes de F-35 ne peuvent plus utiliser de postcombustion pendant plus de quatre-vingts secondes à Mach 1,3, et quarante secondes à Mach 1,4. Pour réinitialiser l'usage de la postcombustion, les pilotes doivent attendre ensuite trois minutes de vol pour laisser refroidir l’arrière de l’avion.

Réfléchir à l’avenir :

Avant d'entreprendre un examen «urgent» ou de se précipiter pour acheter un nouvel avion de combat, il est essentiel de se pencher sur la méthodologie utilisée, lors de la conception de la future force. L’Australie va se plonger dans une profonde réflexion en vue du recadrage de l’organisation et de l’acquisition de matériel pour l’avenir.

(Source: Lowy Institute; publié le 10 novembre 2019)

Notes :

*le Lowy Institute est un groupe de réflexion indépendant qui travaille sur les questions politiques, économiques et stratégiques internationales du point de vue de l'Australie.

**la valeur des données hackées n’est pas connue officiellement.

Photo : F-35A de la RAAF @ RAAF

 

21/10/2019

La RAAF désire doter ses Super Hornet de L’IRST21 !

maxresdefault.jpg

La Royal Australian Air Force (RAAF) prévoit d’augmenter la puissance de traitement de ses Boeing F/A-18F « Super Hornet » et des EA-18G « Growler », en y ajoutant la fonction de recherche et de suivi infrarouge (IRST).

Pour ce faire l’US Naval Air Systems Command (NAVAIR) a attribué à Boeing un contrat relatif à une modification technique intégrant l'ordinateur de mission General Dynamics Advanced Capabilities (ACMC) des « Super Hornet » et « Growler » de la RAAF. L’ACMC est un système complémentaire à l'ordinateur de mission avancé (AMC), installé à l'origine dans la famille « Super Hornet ». L’ACMC est rétro-compatible avec les précédents standards de « Super Hornet » et de « Growler», et fournit des ressources informatiques supplémentaires. Cette modification et nécessaire en vue de l’intégration du système IRST21 destinés au « Super Hornet » de la RAAF.

L’intérêt australien :

L’IRST21 offre aux pilotes les avantages suivants : " voir d’abord, frappe d’abord ", et permet la détection, la poursuite et la télémétrie des menaces furtives dans des environnements sans radar. La thermographie infrarouge développée sur l’IRST21 permet de détecter notamment les traces d’humidité sur un aéronef, rendant ainsi la furtivité quasi-obsolète. Non seulement l'IRST21 peut détecter les menaces aériennes, mais il offre également une détection accrue de la formation de menaces à des distances plus longues, améliorant ainsi considérablement la résolution de plusieurs cibles par rapport au radar. De plus, le système peut transmettre l’information à d’autres aéronefs non équipés de la nacelle.

L’AN/ASG-34 IRST21 :

download.jpg

L’IRST21 (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34 destiné au « Super Hornet » est  développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » et augmente ainsi, la conscience de la situation du pilote. De plus, il offre une augmentation de carburant, puisque le réservoir conserve son rôle primaire.

L’ajout d’un capteur IRST sur le « Super Hornet » permet à celui-ci de combler son retard en ce qui concerne la détection passive (sans révéler sa propre position) et permet au « Super Hornet » d’évoluer jusqu’en 2040-2045 en parallèle avec le Lockheed-Martin F-35.

Dans le cadre de la phase de développement technique, Lockheed a fourni les lots de production initiale 1 et 2 à faible coût en 2019. Ces lots sont utilisés pour les essais, l'entraînement et le développement tactique et comprennent 18 capteurs intégrés dans les réservoirs de carburant. A noter que l’IRST21 a été présenté en Suisse, lors des essais air2030 ce printemps par Boeing. En 2022, Lockheed fournira les actifs d'ingénierie, de développement et de fabrication à grande échelle.

L’IRST21 va être progressivement installé sur les « Super Hornet » BlockII et sera de série sur l’Advanced Super Hornet BlockIII de l’US Navy (il est proposé à la Finlande & la Suisse).

Photos : 1 Super Hornet australien@ RAAF 2 l’IRST21 @Lockheed-Martin

07/05/2019

La mauvaise gestion du remplacement des CF-18 !

85BD59E3-DE35-422F-9999-73A9F1F6CB8C.jpeg

Les critiques s’accumulent en direction de l’actuel gouvernement Trudeau en ce qui concerne la gestion du remplacement de la flotte d’avions de combat Boeing CF-18A/B « Hornet ». De nouvelles révélations sur le dossier sont apparues cette semaine. Le dossier enfle un peu plus avec notamment une perte de confiance du voisin américain.

Rappel :

Le Gouvernement Trudeau continue d’affirmer qu’il ne tiendra pas compte du contrat signé par le précédent gouvernement à propos de l’achat du F-35 de Lockheed-Martin. Dans l’attente d’une nouvelle compétition, le gouvernement Trudeau a opté pour l’achat d’une flotte de F/A18 A/B d’occasions en provenance de l’Australie. Cette solution de remplacement en attendant mieux n’est pourtant pas forcément une bonne idée. En effet, il faut se rappeler que l’US Navy va progressivement retirer ses « Hornet » à partir de 2023. De fait, Boeing ne livrera plus de mises à jour des logiciels à cette date. Un problème d’obsolescence va venir se poser rapidement pour ces avions en service. De plus, le potentiel cellule arrivant en fin de vie, il faudra à la Royal Canadian Air Force les utiliser avec une extrême économie, qui prendra d’autant plus raison, si le nouvel avion tarde à être choisi. Du côté de l’opposition c’est l’insatisfaction qui prédomine. En effet, l’argent investit aurait pu être mieux utilisés dans l’achat d’un nouvel avion. Pour de nombreux observateurs, les vieux « Hornet » australiens souffrent déjà de nombreuses pannes et problèmes techniques, en cause le vieillissement des avions. Pour certains, cette solution permet au gouvernement Trudeau de jouer la montre avec l'achat du futur avion et surtout évite de reparler du contrat F-35.

Un nouveau rapport qui met le feu aux poudres :

L’Institut Macdonald-Laurier (ILM), soit un organisme indépendant d’analyse, vient de publier une étude réalisée par Richard Shimooka, chercheur à l’ILM. Celui-ci jette un regard critique sur l’approche du gouvernement pour remplacer la flotte vieillissante de chasseurs CF-18 du Canada. Dans le rapport intitulé : La catastrophe, évaluer les dommages causés par le fiasco des substituts du chasseur canadien, il affirme que la performance d’Ottawa dans ce dossier reflète le scandale SNC-Lavalin et l’affaire Mark Norman, soit deux autres affaires qui gangrènent l’actuel gouvernement.

Pour le chercheur de l’ILM, le gouvernement tente de contourner le processus établi pour répondre à ses intérêts partisans, notamment en ce qui concerne le futur avion de combat canadien.

Il faut comprendre, que l’ancien gouvernement Harper avait signé des engagements en direction de Lockheed-Martin et le F-35. De fait, le Canada est devenu un participant au programme Joint Strike Fighter (JSF) en vue de venir remplacer les CF-18 vieillissants au sein de l’ARC.

«Lors de la campagne électorale de 2015, le Parti libéral avait promis de ne pas acheter les F-35, mais d'utiliser un concours pour identifier, puis acheter un concurrent moins cher… Cette décision s'est avérée impossible, contraire à l'éthique et potentiellement illégale ”Écrit Richard Shimooka.

L’expert met également le doigt sur un problème de coût. En effet, des milliards de dollars ont été perdus dans un processus d’achat visant à combler un manque de capacités artificielles à une menace potentielle pour la relation de défense entre le Canada et les États-Unis, le rapport conclut que les intérêts politiques ont toujours été placés au-dessus des besoins du Canada en matière de défense. Et de continuer sur le fait que "les décisions prises concernant le remplacement des avions de combat CF-18 concernaient uniquement des raisons d’intérêt politique: aucune d’entre elles ne pouvait être revendiquée comme étant dans l’intérêt national du pays". 

Un rapport qui secoue le pays :

Les conclusions du rapport de l’ILM ont attiré l’attention du Bureau du vérificateur général du Canada (BVG) et de hauts responsables américains. Selon des documents jamais vus auparavant, le BVG avait expressément mis le gouvernement en garde contre le choix d'acheter des « Hornet » australiens comme mesure provisoire dans un projet de rapport - et le rapport final du BVG avait été profondément révisé pour masquer cette recommandation.

Pressions américaines :

De son côté, le voisin américain n’est pas resté muet,  des lettres de responsables américains révèlent que «le ressentiment et la méfiance à l'égard du gouvernement du Canada avaient augmenté, en particulier au sein de l'US Air Force». Ces lettres, qui n'ont pas encore été rendues publiques, décrivent les importants avantages stratégiques et économiques pour le Canada, qui de fait est partie prenante du programme JSF. Cependant, ils contiennent également une menace implicite (mais claire) selon laquelle le Canada pourrait être exclu du programme,  si Ottawa poursuivait sa politique actuelle consistant à essayer d'obtenir des retombées industrielles garanties qui, de par leur nature, ne sont pas autorisées dans le cadre du programme JSF.

Le gouvernement Trudeau a volontairement ignoré les faits fondamentaux concernant l'adhésion au programme JSF, y compris des avantages évidents en termes de coût et de capacité fournis par le F-35 et ceci uniquement dans le but de satisfaire son électorat.

Si l’on peut comprendre les réticences du gouvernement canadien en direction du F-35, celui-ci ne pouvait ignorer les accords signés par le précédent gouvernement. Il semble cette fois bien établit, que le Canada soit lié au programme JSF de manière bien plus solide que ce que ne laisse entendre l’actuel gouvernement. Le simple fait de traîner les pieds sur le remplacement des CF-18 confirme un peu plus ce sentiment. Reste à voir comment ce gouvernement va gérer la crise et surtout l’impact de celle-ci sur la nouvelle compétition qui est en préparation. 

Photo : F-35 aux couleurs du Canada @ Lockheed Martin