31/03/2021

Les premiers F-16 roumains au complet ! 

1360931706.jpeg

C’est fait, le 17ème avion de combat de type F-16 a été livré à la base aérienne de Borcea en Roumanie. Cette livraison complète une commande qui a commencé en 2016, lorsque la Roumanie a acquis 12 avions de combat de type Lockeed Martin F-16AM/BM Block 15 (neuf monoplaces et trois biplaces), avec cinq autres F-16 (quatre monoplaces et un biplace).

La capacité opérationnelle initiale (CIO) de Forţele Aeriene Romane (Armée de l’air roumaine, RoAF) a été déclarée en mars 2019 sur le nouvel avion.  

Rappel :

La Roumanie a acquis le F-16 pour remplacer ses chasseurs MiG-21 « Fischbed » de l’époque du Pacte de Varsovie, qui ont ensuite été mis à niveau par Israël standard « Lancer ». Durant cette période de transition, le pays a été soutenu par l'OTAN, qui effectue des missions de police aérienne depuis la base aérienne de Mihail Kogalniceanu près de Constanta sur la mer Noire. Cette mission de police aérienne du sud comprend également l’espace aérien bulgare, ce pays entamant lui aussi le processus de remplacement de ses anciens chasseurs MiG-29 « Fulcrum » de l’époque du Pacte de Varsovie par le F-16.

F-16 MLU :

Ces 17 appareils ont subi le programme de modernisation MLU (Middle Life Update) par la société OGMA-Industria Aeronautica au Portugal. Ils ont également été adaptés selon une demande est spécification de la Roumanie au standard M.5.2R.  Bucarest a annoncé que les 17 appareils seront surélevés à un nouveau standard appelé M.6.X par la suite. 

36 à 48 avions :

Bucarest ne veut pas en rester là, la dotation actuelle de 17 F-16 est insuffisante pour assurer le minimum de la sécurisation de l’espace aérien roumain (formation, police du ciel). Dont l’Otan continue d’appuyer la sécurisation. Pour ce faire un ordre de suivi des F-16 des États-Unis de 36 à 48 appareils supplémentaires pour équiper deux escadrons supplémentaires est prévu par le pays.

551401028.jpg

Photos : F-16 de la RoAF @ RoAF

27/02/2021

Quel appareil pour remplacer le E-3 AWACS ?

Usaf.e3sentry.750pix.jpg

 L'US Air Force (USAF) prépare le remplacement de sa flotte d’avion d’alerte lointaine composée du Boeing E-3 Sentry Airborne Warning and Control System (AWACS). Actuellement L'USAF exploite 31 exemplaires de l'E-3, dont l’âge moyen est d'environ 42 ans.

Rappel :

La mise au point des premiers « AWACS » remonte à la Seconde Guerre mondiale avec le projet « Cadillac », mais devant le peu d’intérêt de l’époque, il faudra attendre les années 50 pour voir se concrétiser le projet avec l’EC-131 Warning Star dérivé du Super Constellation. Développé avant la mise au point des radars à effet Doppler ces avions étaient efficaces pour la détection à longue distance, mais avaient des performances faibles pour la détection vers le bas. Il faudra attendre 1964 et le Grumman E-2 Hawkeye de l’US Navy pour arriver au standard actuel des AWACS.

Le système d'avertissement et de contrôle aéroporté Boeing E-3G (AWACS) a défini un nouveau mode de guerre pour l'armée américaine lorsque le modèle original a été introduit en 1978. En centralisant la détection et le commandement et le contrôle aéroportés sur une plate-forme unique. Avec l’AWACS il est devenu possible d’improviser de nouvelles tactiques offensives et défensives en temps réel. Avec le temps, l’importance de l’E-3G en a fait une cible extrêmement précieuse pour un éventail d’armes émergentes, à longue portée appelées « tueurs AWACS ».

Aujourd’hui plusieurs modèles de systèmes radarisés aéroportés sont disponible sur le marché, notamment monté sur des jets d’affaires.

GlobalEye-von-Saab-bisher-nur-an-die-Vereinigten-Arabischen-Emirate-verkauft--169FullWidth-73425ea8-1755237.jpg

Etude d’un remplaçant :

En conséquence, les responsables de l'US Air Force et de l'OTAN ont débutés une réflexion en vue du remplacement de leurs flottes d’avions E-3 respectives en utilisant une approche de systèmes distribués.  Toutes les options envisagées à ce stade ne sont pas encore pleinement développées. Il est important de se rappeler que la flotte E-3 remplit deux fonctions différentes : l’alerte avancée aéroportée (AEW) et le commandement et contrôle. 

La première fonction exige l'intégration d'un grand radar capable de détecter à de grandes distances. En plus de la puissance, le radar doit être incroyablement précis et discriminer les petites cibles à déplacement rapide, y compris les missiles de croisière, par rapport à l'encombrement de l'arrière-plan. Étant donné la vulnérabilité future d'une grande plateforme rayonnante dans l'atmosphère aux menaces potentielles, une option pourrait être de remplacer, ou au moins d'augmenter considérablement, la couverture AEW grâce à l'utilisation d'une constellation proliférée de petits satellites en orbite terrestre basse.

L’arrivée progressive d’avions de combat dotés de la capacité de guerre en réseau permet également de combler ce vide, du moins en partie. Une flotte d’avion engagés en réseau offre une très bonne couverture, mais encore faut-il que la dotation soit suffisante et engagée en nombre sur un territoire définis.  

Plusieurs options sont donc envisagées pour parfaire une future détection aérienne de qualité capable de faire face aux nouvelles menaces. Un nouvel appareil doté d’un radar aéroporté est également envisagé.

Et pourquoi pas l’E-7 « Wedgetail » ?

c2d2ad148af85d72529ef398adc54886.jpg

Le chef d'état-major de l'US Air Force, le général Charles Brown, a refusé de commenter ce qui devrait remplacer l'E-3, mais a déclaré lors du Symposium sur la guerre aérospatiale de l'Air Force Association le 25 février dernier que toutes les possibilités devaient être étudiées. L’une des propositions concerne le choix potentiel du Boeing E-7 « Wedgetail ». Ce dernier est exploité par l'armée de l'air sud-coréenne, la Royal Australian Air Force et l'armée de l'air turque. La Royal Air Force britannique a également commandé l'avion. Plus petit, car monté sur une cellule de B737, il n’en reste pas moins très efficace, car doté des dernières technologies de capteurs. De plus, le système « Wedgetail » est mature et peut être disponible très rapidement. Il offrirait un nœud central capable de fonctionner en réseau et avec une constellation de satellites.

Boeing E-7 « Wedgetail » :

unnamed.gif

Basé sur le Boeing 737-700 « Next-Generation » commercial, l'AEW&C E-7A « Wedgetail » est conçu pour fournir la surveillance de l’espace aérien et la gestion de celui-ci grâce à son radar à balayage électronique radar qui retransmet à l’équipage de la mission l’ensemble des cibles aériennes et maritimes en temps réel. L'équipage de mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Le radar MESA de Northrop-Grumman peut détecter jusqu’à 1’000 objets volants dans le même temps. Lorsque le degré de surveillance est en mode 360°, il peut détecter les avions ennemis dans un rayon de 370 km, et lorsqu’il concentre le faisceau dans une direction, il peut détecter des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km. Avec les différents modes, le radar peut même détecter des cibles en mer. 

Le radar MESA est conçu pour un avion à réaction de taille moyenne, profitant de vitesses et d'altitudes plus élevées. Des altitudes de fonctionnement allant jusqu'à 40’000 pieds (par rapport aux altitudes typiques de 20’000 à 25’000 pieds des autres systèmes AEW) offrent un avantage de portée et de ligne de vue de 20 à 50% contre les missiles et les avions volant à basse altitude sur divers terrains. Ainsi, les temps d'alerte précoce et de réaction sont considérablement améliorés lorsque le temps presse. MESA est opérationnel quelques minutes après le décollage, à partir de 5 000 pieds et avec un fonctionnement à pleine puissance à 10’000 pieds. En tirant parti des fonctions de balayage électronique entrelacées, une image combinée de l'air et de la mer est rapidement développée. Les opérateurs de système et les commandants de combat ont désormais la flexibilité d'orchestrer les opérations aériennes et les mesures défensives avec un système radar / IFF facilement commandé via la console système. L'équipage de la mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Photos : 1 Boeing E-3 AWACS@ USAF 2 Saab GlobalEye @ Saab 3 Boeing E-7 Wedgetail @ RAAF

 

24/05/2020

Le traité  de sécurité « Ciel ouvert en danger », la prochaine grande crise ?

Russian_Jets_Alaska_41482.jpg-dbb62_c0-125-3000-1874_s885x516.jpg

L’information est presque passée inaperçue dans les médias, pourtant la menace qui pèse sur le  traité « Ciel ouvert » (Open Sky) est bien réelle et pourrait en cas d’application avoir des conséquences graves en matière de sécurité militaire.

Cette semaine, les États-Unis pont officiellement notifié leur décision de se retirer du traité « Ciel ouvert ». Cette décision fait suite à un profond examen de la situation avec les Alliés et les principaux partenaires des Etats-Unis. Selon l’administration Trump : «  il est devenu tout à fait clair qu’il n’est plus dans l’intérêt des États-Unis de rester engagé dans ce traité, lorsque la Russie ne respecte pas ses engagements ». Les obligations des États-Unis en vertu du Traité prendront effectivement fin dans six mois.

Le traité de sécurité Ciel ouvert :

A quoi sert donc ce traité ? Le traité Ciel ouvert a été conçu il y a des décennies pour accroître la transparence, la coopération et la compréhension mutuelle. L’objectif du traité doit permettre de vérifier les mouvements militaires et les mesures de limitation des armements des 34 pays signataires. Les Etats parties s’engagent à soumettre leur territoire à des survols aériens pacifiques par les autres Etats parties du traité. Cela permet de surveiller que les déploiements de troupes ne soient pas symptomatiques d’une intention d’invasion ou d’un geste belliqueux. C’est une mesure de confiance qui peut exister même entre ennemis ouvertement déclarés.

Ce concept a été imaginé par le président américain Eisenhower dans les années 50 pour améliorer la confiance entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique. A l’époque, le ministre soviétique Boulganine rejette le concept lors du sommet de Genève de 1955. Le traité reste alors dans les tiroirs de l’administration jusqu’en 1989. Le président américain George Bush relance l’idée. Après des négociations, le traité est signé à Helsinki le 24 mars 1992. On trouve l’origine de ce traité à la suite de l’attaque de « Pearl Harbour », celui-ci doit en principe permettre d’éviter soit une attaque surprise, soit une mauvaise interprétation d’un exercice de manœuvres militaires qui pourrait être interpréter comme une tentative d’agression.

Les dimensions géographiques de chaque Etat déterminent ce qu’on appelle les "quotas passifs", c’est-à-dire le nombre de survols que chaque État est obligé d’accepter annuellement. Les avions ne peuvent porter que des équipements destinés à l’observation du territoire. L’Etat observé doit être averti au moins 72 heures à l’avance du vol d’observation que prévoit l’Etat observant.

d3d6a5037ff04a67e934d43e3e4b2e8f-1536832149.jpg

Pourquoi cette menace de retrait ?

Les Etats-Unis estiment aujourd’hui que tous les membres du traité « Ciel ouvert » ne jouent pas le jeu. Selon le porte-parole du Pentagone, Jonathan Hoffman, la Russie "viole continuellement et de façon flagrante ses obligations selon le traité Open Skies et l’applique d’une façon qui menace les Etats-Unis, ainsi que nos alliés et nos partenaires".

Il a notamment cité une interdiction aux avions alliés de s’approcher de plus de 500 km de l’enclave russe de Kaliningrad, située entre la Lituanie et la Pologne, et de dépasser de 10 km la frontière entre la Russie et la Géorgie.

Des source européennes ont reconnu que la Russie n'avait pas toujours respecté le traité. Cependant, ces mêmes sources ont avancé que les membres de l’Otan resterait membre du traité.  

Coup de poker des USA ? 

Si, l’administration Trump tape ainsi du point sur la table, afin que la Russie respecte ses engagements au sein du traité « Ciel ouvert » à juste titre, il semble également que cette dernière joue une seconde carte. En effet, cette décision des États-Unis approfondit les doutes quant à savoir si Washington cherchera à prolonger l'accord « New START de 2010 », qui impose les dernières limites restantes aux déploiements d'armes stratégiques aux États-Unis et en Russie à pas plus de 1’550 chacun. Ce dernier expirant en février prochain. Le retrait définitif du traité « Ciel ouvert » ne prendra forme effectivement que dans six mois, ce qui laisse la porte à plusieurs négociations d’ici-là avec un retour en arrière de Washington si des solutions sont trouvées.

Les risques d’une sortie du traité :

Si aucune solution n’est trouvée d’ici six mois, la sortie du traité « Ciel ouvert » des Etats-Unis aura de nombreuses conséquences dont une totale perte de confiances entre les blocs de l’Otan et de la Russie déjà mis à mal avec les crises du Dombass et de la Crimée. On pourrait également se diriger vers une forme de nouvelle « Guerre Froide » avec une sérieuse et dangereuse déstabilisation des relations internationales. De plus, le renforcement de l’espionnage notamment avec les satellites augmentera la suspicion. Les membres de l’Otan craignent notamment de ne plus pouvoir compter sur le traité pour obtenir une visibilité, même partielle, sur ce qui se passe en Russie.

Pour autant, la Russie qui manie le double jeu avec une certaine efficacité dans le cadre de ce traité pourrait revoir sa position et revenir à une application stricte du traité, afin de ne pas se retrouver elle aussi dans une situation complexe. Les prochains mois seront donc particulièrement tendus en ce qui concerne l’avenir des relations Otan – Russie et ceci d’autant plus que les tensions avec la Chine s’accentuent en Asie-Pacifique. La crise du COVID-19 pourrait être suivie d’une crise politico-militaire majeure. Une raison de plus pour ne pas baisser les bras et garantir une sécurité forte,la sécurité n’ayant pas de prix, suivez mon regard !

2018-04-15-La-Chine-organise-le-plus-grand-défilé-naval-de-son-histoire-02.jpg

Photos : 1 Police du ciel F-22 interceptant du Tu-142@ USAF 2 Manœuvres russe Vostok 3 Manœuvre navale chinoise @ Reuters

 

 

 

12/03/2020

L’USAF déploie ses B-2 & U-2 en Europe !

b-2-spirit_005.jpg

L’US Air Force a confirmé un nouveau déploiement de bombardier furtifs B-2 « Spirit » et d’avions de reconnaissance à haute altitude U-2 « Dragon Lady » en Europe.

Des B-2 au Portugal :

Un déploiement de bombardier furtifs B-2 « Spirit » de la Bomber Task Force de la 509th Bomb Wing et de la 131st Bomb Wing en provenance de la base aérienne de Whiteman dans le Missouri, est arrivé au Portugal sur les installations de la base de Lajes Field aux Açores le 9 mars 2020 dernier.  Des avions ravitailleurs de type KC-10A ont été également déployés lors du transit à travers l'océan Atlantique.

Les déploiements de bombardiers stratégiques en Europe permettent aux membres d'équipage de se familiariser avec le théâtre et démontrent l'engagement des États-Unis envers leurs alliés et partenaires. Les B-2 effectueront diverses missions en Europe.

Le 65th Air Base Group à Lajes Field est stratégiquement situé pour fournir un soutien dans les opérations de combat en permettant le mouvement expéditionnaire de diverses unités et permet le soutien d’opérations interarmées au sein de l'OTAN.

Le B-2 « Spirit » :

B2-portugal.jpg

Le développement du Northrop-Grumman B2 débuta en 1978 sur une demande émise par l’USAF précisant que le futur avion stratégique de pénétration de conception avancée (ASPA ou Advanced Strategic Penetrating Aircraft) doit pouvoir remplir des missions de tout type allant d’une situation de paix à un conflit nucléaire global. Pour cette raison, le B2 est construit autour de deux grandes soutes d’armement placées côte à côte dans la partie inférieure de la section centrale. Munis de lanceurs rotatifs, le B2 peut être doté d’une panoplie d’engins de destruction très variés, allant des bombes conventionnelles aux missiles de croisière. 

Le programme le plus cher de l’histoire : 

Mais, le programme B2 se révéla particulièrement onéreux avec un coût global unitaire estimé à 2,2 milliards de dollars et ceci à cause de la nécessité du développement de 900 nouvelles méthodes de conception-fabrication, incluant de nouveaux matériaux en composite haute température et haute résistance et surtout, des matériaux permettant l’absorption des ondes radar. 

L’USAF désirait se doter d’un total de 131 B2, mais devant les coûts particulièrement prohibitif, seul 21 B2 ont été construit, soit 15 exemplaires plus 6 appareils de développement. 

Armement : 

Le B2 peut transporter deux armes conventionnelles et nucléaires, il est le seul avion qui combine la furtivité à longue portée avec une grande charge utile et des armes de précision. Ses caractéristiques de furtivité permettent de pénétrer les défenses aériennes ennemies.

Le B2 peut emporter jusqu'à 80 bombes classiques Mk82 de 227 kg, mais sa spécialité concerne les engins guidés par GPS comme le JDAM et les missiles de croisières AGM-158 JASSM et AGM-129 ou 16 bombes nucléaires lisses B61 et B83. En 2008, le B2 est optimisé pour l’emploi de bombe GBU-39 « Small Diameter Bomb ».

Un point faible :

Le B2 est difficilement déployable en raison de la fragilité de son revêtement antiradar, ce qui lui interdit de stationner à l'extérieur de ses hangars trop longtemps. Des hangars démontables pressurisés connus sous le nom de B-2 Shelter System ont été créés pour surmonter cette difficulté à partir de 1999. 

Des U-2 « Dragon Lady en Angleterre :

U2_-_RAF_Fairford_2005_(2350899568).jpg

En parallèle, l’US Air Force é envoyé des avions de reconnaissance à haute altitude U-2 « Dragon Lady » sur les installations de la Royal Air Force base de Fairford dans les Cotswolds. Ce dispositif accompagne celui des B-2 et sera temporaire, selon un communiqué de l’USAF qui n’a pas fait d’autre commentaire.

 

Le Lockheed-Martin U-2 « Dragon Lady » :

Le Lockheed U-2 est un avion de reconnaissance à haute altitude qui fut utilisé intensivement durant la Guerre Froide pour observer les territoires de l’ex-URSS. La caractéristique principale de l'U-2 est sa capacité à voler à haute altitude (70 000 pieds, soit environ 21 000 mètres, deux fois plus haut que les avions de ligne) pour être hors de portée des défenses anti-aériennes. Il dispose d'un important rayon d'action, mais d'une vitesse relativement limitée.

Techniquement, l'U-2 pourrait être considéré comme un "planeur propulsé" en raison de ses énormes ailes qu'on retrouve sur les planeurs. L'atterrissage et le décollage de cet avion étaient très délicats : en effet, le Lockheed U-2 dispose d'un train avant et d'un train arrière en tandem (à l'inverse des autres avions qui ont deux trains arrière et un train avant), auxquels sont rajoutées des roulettes de stabilisation aux extrémités des deux ailes. Ces roulettes tombent au décollage, allégeant l'avion, mais rendant l'atterrissage d'autant plus difficile et impose que du personnel au sol intervienne à chaque atterrissage.

Les premiers vols d'espionnage du Lockheed U-2 ont lieu en 1956. Testé depuis la Zone 51. Le premier objectif était de repérer et de photographier les sites de missiles stratégiques intercontinentaux dans le cadre des programmes de reconnaissance aérienne.

Photos : 1 B-2 en vol 2 B-2 à Lajes Field 3 U-2 à Fairford @ USAF

 

 

 

24/11/2019

L’OTAN réceptionne son premier RQ-4D !

20191121_191121c-013_rdax_775x440.jpg

Lundi premier 21 novembre, le premier des cinq drones de surveillance au sol (AGS) de l'Alliance de l'OTAN a atterri à Sigonella, en Italie, marquant une étape importante dans la réalisation du programme AGS.

Le drone géant à réaction a décollé mercredi 20 novembre 2019 de la base aérienne de Palmdale en Californie, aux États-Unis, à 10h00 heure locale et a atterri 22 heures plus tard dans son nouveau siège, à la base d'opérations principale AGS, comme prévu.

Le RQ-4D a été reçu par le brigadier-général Volker Samanns, directeur général de l'Agence de gestion de la surveillance au sol (NAGSMA) de l'OTAN. Le commandant de la force AGS, le brigadier général Phillip Stewart, ainsi que d'autres hauts fonctionnaires étaient également présents.

Le premier vol AGS entre les États-Unis et l'Italie marque la mise en œuvre d'un projet multinational clé pour l'acquisition d'équipements à la pointe de la technologie. AGS est en cours de développement avec des contributions importantes de 15 pays alliés : Bulgarie, République tchèque, Danemark, Estonie, Allemagne, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Norvège, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et États-Unis.

La surveillance terrestre de l’Alliance sera exploitée collectivement par tous les Alliés de l’OTAN et constituera une capacité vitale pour les opérations et les missions de l’OTAN. Tous les Alliés auront accès aux données acquises par AGS et bénéficieront des renseignements fournis par les missions de surveillance et de reconnaissance qu’AGS entreprendra.

Avec ses éléments au sol, AGS est un système sur mesure spécialement conçu pour répondre aux exigences de surveillance définies par le Conseil de l'Atlantique Nord et le SACEUR. Le RQ-4D télépiloté AGS NATO est basé sur le drone Global Hawk de l'US Air Force. Il a été spécialement adapté aux besoins de l'OTAN pour fournir une capacité de pointe en matière de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, au profit de tous les alliés de l'OTAN.

Le programme AGS de l’OTAN comprend cinq drones pilotés à distance. Tous les cinq effectuent actuellement différentes étapes de vols d’essais de développement. Une fois que chaque aéronef arrivera à la base d'opérations principale à Sigonella, une phase de vérification commencera afin de garantir la conformité totale du système. L'ensemble du système AGS sera remis à la force OTAN AGS une fois que tous ses tests et ses vérifications de performances auront été effectués. La capacité opérationnelle initiale est attendue pour le premier semestre 2020.

Le Northrop-Grumman RQ-4D « Global Hawk » :

Le RQ-4D « Global Hawk » est un drone de surveillance construit à long rayon d’action par Northrop Grumman pour l'US Air Force. Il a effectué son premier vol le 28 février 1998. Il est un des rares représentant de la classe des drones dites des « HALE » (Haute Altitude Longue Endurance). Le RQ-4 Global Hawk pèse 14,6 tonnes au maximum au décollage, soit la masse d'un petit chasseur, malgré ses dimensions notamment son envergure qui est digne de celle d'un avion de ligne. La construction est assurée à plus de 50 % en matériaux composites (les ailes sont en graphite). Permettant des vols de croisière à très haute altitude, au-dessus du trafic ordinaire commercial. Le RQ-4 « Global Hawk » peut surveiller de vastes zones géographiques avec une précision extrême, donnant au gouvernement et à l'armée les informations les plus récentes disponibles, lors d'une crise ou une situation d'urgence et en leur fournissant en temps réel une imagerie de haute résolution qui permet d’appuyer les opérations sur un large spectre. La version « D » est dotée du radar MP-RTIP AN/ZPY-2 modulaire é balayage électronique actif. Le Drone est doté d’une suite de liaison de données étendues à larges bande.

RQ-4-NAS-Sigonella-3.jpg

Photos : le drone RQ-4D @ Northrop-Grumman