15/07/2022

Première nacelle laser pour l’US Air Force !

usaf,laser,lockheed martin,boeing,northrop grumman,les nouvelles de l'aviation

Nous en parlions en 2020, cette fois c’est chose faite, l’US Air Force (USAF) a réceptionné le prototype d’une arme laser à haute énergie qui peut être transportée par avion sous forme de nacelle.

C’est la division des armes à haute énergie de Lockheed Martin qui a livré ce premier « laser » nommé LANCE en vue de tests. Cet effort s'inscrit dans le cadre plus large de plans en constante évolution visant à disposer d'avions de chasse armés de lasers capables d'engager des missiles ennemis et éventuellement d'autres cibles également.

LANCE / SHiELD

Le système à haute énergie de Lockheed Martin LANCE soit « Laser Advancements for Next-generation Compact Environments » a été remis l’Air Force Research Laboratory (AFRL), qui est chargé de développer et 'intégrer de nouvelles technologies dans les domaines de l'air, de l'espace et du cyberespace. Selon un bref communiqué de LM, le laser LANCE est le laser à haute énergie le plus petit, le plus léger et le plus économe en énergie construit à ce jour. Il n’en fallait pas moins pour venir équiper un avion de combat.

LANCE a été développé dans le cadre d'un contrat de novembre 2017 qui fait partie du programme plus large de démonstrateur laser à haute énergie d'autoprotection SHiELD, de l'Air Force. Soit un effort partagé qui réunit Lockheed Martin, Boeing et Northrop Grumman. Alors que Lockheed Martin fournit l'arme laser réelle, sous la forme de LANCE, Boeing produit la nacelle qui la transporte, et Northrop Grumman est responsable du système de contrôle du faisceau qui place le laser sur sa cible

LANCE a été conçu pour répondre à l’objectif fait partie du programme SHiELD (Self-Protect High-Energy Laser Demonstrator) de l’Air Force Research Lab et vise à installer un module « laser » défensif sur les avions de combat pour les défendre contre les missiles antiaériens. Le projet SHiELD prévoit d’utiliser le prototypes IFPC-HEL (Indirect Fire Protection Capability-High Energy) Laser, soit un canon laser monté sur un camion déjà en construction qui sera opérationnel en 2024.

Par contre, un « laser » offensif pour abattre des avions ennemis devrait frapper plus fort et à plus longue distance et n’est pas réalisable aujourd’hui. Il s’agit d’un objectif à plus long termes.

Selon le Pentagone un « laser » offensif ne viendra pas équiper les aéronefs avant l’arrivée de la 6ème génération d’avions de combat. Par contre, le « laser » du programme SHiELD devrait être applicable sur les appareils actuels.

Le responsable de la division « laser » de Lockheed-Martin, Mark Stephen que la société travaille au développement des armes laser de défense installées sur avions de combat. Il faudra attendre 2030, pour disposer d’un premier modèle de laser fiable de défense et probablement 10 ans de plus en ce qui concerne les armes offensives.

Photo : Projet de nacelle laser de défense pour avion @ LM

 

04/06/2022

Premier vol du B-21 « Raider » en 2023 !

R.jpg

Le premier bombardier d’essais Northrop Grumman  B-21 « Raider » devrait effectuer son vol inaugural en 2023 selon l’avionneur, soit avec un décalage du calendrier de 8 mois. Ce dernier précise également que l’avion démonstrateur sortira de la même chaîne de production qui assemblera toute la flotte de bombardiers, une étape qui prolonge le test initial, mais qui selon Northrop Grumman, cela réduira les risques.

Le premier avion d'essai B-21 «  Raider » approche raisonnablement d’un premier vol. L’avionneur prépare une série de complets en vue  d’être au plus prêt des aéronefs de série. Il s’agit de limiter les risques pendant la production. Ce processus intensif a obligé l’avionneur à repousser le premier vol de l'avion à 2023. Pour autant, il est toujours prévu de présenter le futur bombardier au public cette année.

Etat du programme

Northrop Grumman précise que le premier B-21 a terminé une première série d'essais ce mois au sol au sein du centre de tests de l'US Air Force à Palmdale, en Californie. Cela comprenait les tests d'étalonnage des charges avec la configuration des instruments de l'avion et à vérifier son intégrité structurelle en le soumettant à des contraintes variables. Ces tests ont été effectué avec succès. ce qui signifie que le B-21 initial soit l'un des six actuellement en production ou en test poursuit son avancée en direction du premier vol. La phase de test au sol consistera ensuite à mettre sous tension le bombardier, à tester ses sous-systèmes et à appliquer des revêtements et la peinture.

Puis l’avionneur commencera les essais moteur et des essais de roulage à basse et à grande vitesse. Le vol inaugural est prévu à partir des installations de la base aérienne d'Edwards en Californie, où ses essais en vol officiels auront lieu.

100 B-21 « Raider » Long Range Strike- Bomber

L'US Air Force prévoit d'acheter au moins 100 B-21. Une telle commande aurait pour résultat de réduire le coût unitaire, en amortissant le développement sur un grand nombre d'unités. En effet, actuellement le coût unitaire du B-21 est estimé à quelques 564 millions de dollars, soit un total de 80 milliards de dollars pour 100 bombardiers B-21.A cela, il faut encore ajouter les coûts d'intégration de la nouvelle bombe à guidage nucléaire B61-12 et du nouveau missile de croisière nucléaire (LRSO) sur le B-21.

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend le F-35 et plus tard le NGAD, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012. Le projet LRS-B est considéré, comme prioritaire, pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique Occidental et le Moyen-Orient.

238857909.jpg

Photo : Image de synthèse possible du B-21 « Raider »@ Northrop Grumann

29/12/2021

La France commande 3 E-2D « Advanced Hawkeye » !

1213200283.jpg

Annoncé en 2020, la commande par la France de 3 appareils d’alerte avancée et de contrôle (AEW&C) de type Northrop Grumman E-2D « Advanced Hawkeye » pour l’aéronavale est officialisée. Mené par la DGA, cet achat est réalisé dans le cadre d'un accord de ventes militaires à l'étranger (FMS) avec le gouvernement américain. Le Département d'État des États-Unis a approuvé ce FMS en juillet de l’année dernière.

Les E-2D « Advanced Hawkeye » destinés à l’aéronavale française devraient entrer en production dans l'usine Northrop Grumman de St Augustine, en Floride, en 2024. Les trois avions pourraient être le les derniers E-2D jamais sortis de la chaîne de production (en cas d'absence de commande de suivi de la part des clients de l'US Navy ou de FMS). Ils seront livrés par la marine américaine en 2028. Les appareils seront ensuite transportés des États-Unis vers la France pour y être livrés. Ils remplaceront les actuels E-2C « Hawkeye » de la Marine Nationale. Selon le communiqué de l'armée française, l'E-2D Advanced Hawkeye conçu par Northrop-Grumman, représente un bond en avant générationnel par rapport à l'E-2C « Hawkeye ». 

L’E-2D dispose d’une capacité de ravitaillement en vol. Les trois avions E-2D commandés pour la Marine nationale seront adaptés aux besoins français en intégrant un calculateur spécifique, développé par le Service français de l'industrie aérospatiale (SIAé), qui garantira la capacité d'évolution autonome du système. La France confirme sa volonté d’améliorer sa capacité de détection aéroportée aéronavale. Le pays va commander 3 appareils de type Northrop-Grumman E-2D « Advanced Hawkeye ». Le Hawkeye E-2D est une version améliorée du E-2C Hawkeye, dont la France possède trois exemplaires. Il est notamment possible de le ravitailler en vol, ce qui n'était pas le cas de son prédécesseur.

Le projet de vente des E-2D en France couvre également 10 moteurs Rolls-Royce T56, des équipements de radar et de navigation ainsi que la logistique et le soutien des équipements. Le projet est estimé à environ 2 milliards de dollars. 

Le Hawkeye E-2D « Advanced »

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain. Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et offre un suivi complet air et mer à 360 degrés offre un suivi par tous les temps et une connaissance de la situation sans compromis.

L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données, Du matériel et des logiciels conformes à l'architecture ouverte et prêts à l'emploi (COTS) permettent une actualisation rapide et économique de la technologie pour des outils de mission de pointe cohérents, un catalyseur de FORCEnet.

Pays utilisateurs pour le E-2D : USA, Japon.

2052359486.jpg

Photos : E-2D « Advanced Hawkeye » @ Northrop Grumman

 

11/10/2021

L’US Army réceptionne ses premiers UH-60V « BlackHawk » !

734753161.jpg

L’US Army a dévoilé la dernière variante de l'hélicoptère « Black Hawk », l'UH-60V, lors d'une cérémonie qui s’est déroulée la semaine dernière. L'EAATS (site d’entrainement de la Garde nationale de l'Est en Pennsylvanie) a reçu six UH-60V du l’Utility Helicopter Program Office fin juillet. Les pilotes instructeurs de l'école se sont entraînés sur la nouvelle variante, et se préparent maintenant à former les futurs pilotes. 

S'exprimant lors de la cérémonie, le général Robert Barrie, officier de programme pour l’US Army, a déclaré que l'UH-60V représente la première véritable opportunité de l'armée de mettre à niveau ses plates-formes d'hélicoptères actuelles en dehors de leurs fabricants d'origine.

Le UH-60V dispose d’un cockpit amélioré qui présente des caractéristiques et des capacités similaires à celles du modèle UH-60 M, avec une base de données RNAV (navigation aléatoire) GPS (système de positionnement global) certifiée, une planification de vol avancée et des capacités de mission améliorée. Ce nouveau poste de pilotage augmente la conscience de la situation du pilote tout en réduisant la charge de travail, ce qui se traduit par une plate-forme plus performante et plus sûre.

C’est l’équipementier Northrop Grumman qui fournit la suite avionique intégrée pour l'UH-60V. Cette approche transformationnelle de l'avionique modernise les hélicoptères UH-60L « Black Hawk » de l'armée américaine avec un cockpit moderne, comprenant un système de calcul intégré, un système d'affichage visuel et des unités d'affichage de contrôle. Les systèmes analogiques des hélicoptères UH-60L sont ainsi remplacés.

4076717006.jpg

Photos : 1 UH-60V 2 Cockpit @ US Army

 

 

21/09/2021

Le programme B-21 plus avancé qu’il n’y parait !

1597831442_08-b-21.jpg

Jusqu’à présent, on pensait que Northrop Grumman travaillait sur l’assemblage de deux nouveaux bombardiers furtifs B-21 « Raider », or il n’en est rien. L’avionneur travaille au contraire sur cinq exemplaires du bombardier B-21 a déclaré hier un haut responsable. Ces appareils se trouvent à divers stades de la production.

"Au moment où je vous parle, il y a maintenant cinq avions d'essai en cours de fabrication sur la ligne de production des B-21 à l'usine Air Force 42 de Palmdale, en Californie", a-t-il déclaré.

Auparavant, l'US Air Force n'avait reconnu que deux avions d'essai B-21 en production. Cette situation semble confirmer que le programme se porte bien et s’est même accélérer. Ces derniers mois. Aucune information n’a été donnée en ce qui concerne l’état des travaux. On peut simplement penser qu’un premier pourrait intervenir l’année prochaine, mais sans aucune assurance.

Que savons-nous de l’état du projet ?

Hormis cette intéressante confirmation, au début de l’année Randall Walden, Directeur du Rapid Capability Office de l'US Air Force qui gère le programme B-21, avait déclaré que le premier B-21 commençait à ressembler à un bombardier. Le second appareil devrait être utiliser pour valider le domaine aérien avec des essais de capacités structurelles au sol afin de valider la conception. On sait également qu’en début d’année l’avionneur à travailler à l’agrandissement de sa halle d’assemblage.

100 B-21 « Raider » Long Range Strike- Bomber

L'US Air Force prévoit d'acheter au moins 100 B-21. Une telle commande aurait pour résultat de réduire le coût unitaire, en amortissant le développement sur un grand nombre d'unités. En effet, actuellement le coût unitaire du B-21 est estimé à quelques 564 millions de dollars, soit un total de 80 milliards de dollars pour 100 bombardiers B-21.

A cela, il faut encore ajouter les coûts d'intégration de la nouvelle bombe à guidage nucléaire B61-12 et du nouveau missile de croisière nucléaire (LRSO) sur le B-21.

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend le F-35 et plus tard le NGAD, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012. Le projet LRS-B est considéré, comme prioritaire, pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique Occidental et le Moyen-Orient.

EvABLK1XMAUXtQU.jpeg

Photos : 1 Image  d’artiste du possible B-21 2 Comparaisons entre le B-2 et B-21 @ NG