26/02/2020

Inde, des Apache et MH-60R au menu !

3505262926.jpg

La visite du président D. Trump en Inde semble réchauffer le désaccord commercial, en effet, New Delhi a conclu des accords d'achat pour 24 hélicoptères Sikorsky MH-60R pour la marine et six hélicoptères Boeing AH-64E Apache pour l'armée.

Sikorsky devrait conclure les livraisons des 24 MH-60R d'ici 2023. Les livraisons d'AH-64E commenceront en 2023.

L'accord pour six AH-64E devrait coûter environ 930 millions de dollars américains et comprendra une vente commerciale directe (DCS) entre Boeing et le ministère indien de la Défense.

Les MH-60R seront acquis par la voie de la vente militaire à l'étranger (FMS) à un coût estimé à 2,6 milliards de dollars américains.

Le Sikorsky MH-60R :

2083543917.jpg

La version MH60R et le dernier développement du SH-60-SeaHawk destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH60B et SH60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi -missions en utilisant un équipage de trois personnes. 

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le sauvetage (SAR), le ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC) ainsi que le relais des communications.

Lockheed-Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

L’AH-64 E Apache :

L’AH-64E « Apache » offre plusieurs améliorations, y compris une plus grande puissance en ce qui concerne la motorisation. Il est doté de nouvelles pales en composites. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones) et ceci grâce à une mise en réseau du système (Net Centric Warfare). L’AH-64E comprend une nouvelle architecture de communication de type JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aérien et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

Photos : 1 AH-64 E apache @ Boeing 2 MH-60R @ Sikorsky

 

12/01/2020

Décollage réussi d’un porte-avions pour le Tejas !

EOFCRtyU4AAa9gF.jpeg

La boucle est bouclée ce dimanche, après le premier appontage de la version navale du Tejas Mk1 sur le porte-avions indien INS Vikramaditya hier, l’avion a effectué son premier décollage depuis le bâtiment de surface.  

Le Tejas est le premier avion de combat développé par l'Inde à atterrir et à décoller d'un porte-avions. Actuellement, la Marine opère le chasseur russe MiG-29K sur le pont de l'INS Vikramaditya. La Marine a déclaré que l'atterrissage du Tejas naval prouvait la capacité des technologies indigènes pour les opérations sur pont, ouvrant la voie au développement d'un nouveau chasseur bimoteur sur pont.

marine indienne,tjeas marine,aéronavale indienne,tejas mk1,tejas mk2,tejas bimoteur,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation

Un Tejas naval bimoteur :

Le Twin Engine Deck Based Fighter (TEDBF), également connu sous le nom de Tejas Mk2, pourrait effectuer son premier vol d'ici 2026, selon le chef de la marine indienne, l'amiral Karambir Singh, qui a déclaré que la version actuelle du Tejas Mk1, était un démonstrateur technologique. La marine indienne semble se diriger en direction de la version bimoteur de l’avion en cours de développement.

En effet, en développement depuis 2003, la variante navale « MK1 » a été rejetée par la Marine en 2016 pour avoir été trop retardée et pour ne pas répondre aux exigences de l’aéronavale indienne.

ENKS0meUEAAwdpt.jpeg

 

Photos : 1 & 2 décollage du porte-avions pour le Tejas Mk1 3 Image de synthèse de la future version bimoteur @HAL

 

 

 

11/01/2020

Premier appontage du Tejas réussi !

EN_mX_lWAAAJgyh.jpeg

Le premier prototype de la version navale du Light Combat Aircraft (LCA) Tejas est devenu le premier avion de chasse de fabrication indienne à atterrir sur le pont d'un porte-avions.  Le prototype a atterri avec succès sur le pont du seul porte-avions opérationnel indien l’INS Vikramaditya, marquant une grande avancée dans le programme global du Tejas marine.

La version navale du Tejas a utilisé son crochet de queue pour accrocher avec succès le fil d'arrêt, qui agit comme un frein pour ralentir et arrêter l'avion de chasse, sur le pont du porte-avions. Un « atterrissage arrêté » sur le pont d'un porte-avions est une prouesse réalisée uniquement par une poignée d'avions de chasse développés aux États-Unis, en Russie, au Royaume-Uni, en France et plus récemment, en Chine.

Le prototype devrait également décoller prochainement du porte-avions. En septembre dernier, La variante navale de l’avion de combat indien HAL Tejas (LCA), a réussi son un arrêt avec la crosse d’appontage à Goa sur une piste. Cette réussite avait ouvert la voie à cette plateforme indigène pour entreprendre une démonstration d'atterrissage sur le porte-avions indien Vikramaditya.

L’essai a été effectué sous la supervision de l’Organisme de recherche et de développement de la défense (DRDO) et de l’Agence de développement aéronautique.

Le TEJAS Marine :

Basé sur la version de l’air Force, le Tejas version « Marine » formera donc la composante de la défense aérienne navale aux côtés des MiG-29K, qui agiront dans la profondeur du dispositif. Le Tejas naval dispose d'une structure de cellule renforcée, ainsi que le train d'atterrissage. Il est également doté d'un crochet d'arrêt pour permettre son fonctionnement à partir de porte-avions.

Une surface de contrôle de type vortex a été montée à l'avant de l'aile et permet une vitesse d'atterrissage réduite, tandis que les performances du moteur et de la visibilité ont été améliorés pour les opérations embarquées. Au total, l’Inde prévoit de s’équiper de 260 Tejas pour l’air Force et la Marine.

marine indienne,hal tejas,marine indienne,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation

Photos : appontage du Tejas marine @ HAL

Premier appontage du Tejas réussi !

EN_mX_lWAAAJgyh.jpeg

Le premier prototype de la version navale du Light Combat Aircraft (LCA) Tejas est devenu le premier avion de chasse de fabrication indienne à atterrir sur le pont d'un porte-avions.  Le prototype a atterri avec succès sur le pont du seul porte-avions opérationnel indien l’INS Vikramaditya, marquant une grande avancée dans le programme global du Tejas marine.

La version navale du Tejas a utilisé son crochet de queue pour accrocher avec succès le fil d'arrêt, qui agit comme un frein pour ralentir et arrêter l'avion de chasse, sur le pont du porte-avions. Un « atterrissage arrêté » sur le pont d'un porte-avions est une prouesse réalisée uniquement par une poignée d'avions de chasse développés aux États-Unis, en Russie, au Royaume-Uni, en France et plus récemment, en Chine.

Le prototype devrait également décoller prochainement du porte-avions. En septembre dernier, La variante navale de l’avion de combat indien HAL Tejas (LCA), a réussi son un arrêt avec la crosse d’appontage à Goa sur une piste. Cette réussite avait ouvert la voie à cette plateforme indigène pour entreprendre une démonstration d'atterrissage sur le porte-avions indien Vikramaditya.

L’essai a été effectué sous la supervision de l’Organisme de recherche et de développement de la défense (DRDO) et de l’Agence de développement aéronautique.

Le TEJAS Marine :

Basé sur la version de l’air Force, le Tejas version « Marine » formera donc la composante de la défense aérienne navale aux côtés des MiG-29K, qui agiront dans la profondeur du dispositif. Le Tejas naval dispose d'une structure de cellule renforcée, ainsi que le train d'atterrissage. Il est également doté d'un crochet d'arrêt pour permettre son fonctionnement à partir de porte-avions.

Une surface de contrôle de type vortex a été montée à l'avant de l'aile et permet une vitesse d'atterrissage réduite, tandis que les performances du moteur et de la visibilité ont été améliorés pour les opérations embarquées. Au total, l’Inde prévoit de s’équiper de 260 Tejas pour l’air Force et la Marine.

marine indienne,hal tejas,marine indienne,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation

Photos : appontage du Tejas marine @ HAL

26/06/2019

10 P-8I supplémentaires pour l’Inde !

4175567704.jpg

Le ministère de la Défense de l'Inde a approuvé l'acquisition de 10 avions  de patrouille maritimes supplémentaires à long rayon d'action Boeing P-8I « Neptune » pour la marine indienne (IN) pour un total de 3 milliards de dollars us.

Les sources ont indiqué qu'au cours des prochaines semaines, le Conseil d'acquisition de la défense (DAC) du ministère de la Défense, présidé par le ministre de la Défense, Rajnath Singh, accorderait "l'acceptation de nécessité" (AoN) pour accélérer l'acquisition de l'aéronef et du matériel associé. Les formalités liées au FMS ont été accomplies. Le contrat actuel devrait être signé au début de 2020, ont déclaré des responsables.

Les 10 P-8 proposés devraient compléter les 12 plates-formes, dont huit ont été commandées en 2009 pour un montant de 2,1 milliards USD et livrées d'ici à 2015. Les quatre autres ont été commandées en 2016 pour un montant de 1,1 milliard USD et devraient être livrées à partir de 2021.

 Le P-8I est la version indienne du P-8A destiné à l’US Navy, soit un appareil de reconnaissance maritime à long rayon d’action et de lutte anti-sous marine construit par Boeing est destiné à l'Inde dans le cadre d'un contrat attribué en janvier 2009. Le standard du P-8I dispose des mêmes équipements que la version destinée à la marine américaine, mais avec en plus un détecteur d’anomalie magnétique. 

Le principe du P-8 A&I : 

1239153494.jpg

Les P-8A&I « Poseidon»  sont conçus pour remplacer le P-3C « Orion » comme appareil longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), de renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). La famille P-8 est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Les P-8 «Poseidon»  sont conçus pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Ils offrent une plus grande capacité de combat et demanderont moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion peut échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans les marines utilisatrices.

4168552723.jpg

Photos :P-8i de la marine indienne @ Boeing