19/10/2021

Des F-16 pour la Turquie ?

IOCxKb-Small-image-F-16-turc.jpg

Le contentieux entre la Turquie et les Etats-Unis sur le programme F-35 pourrait être réglé avec la livraison d’avions de combat F-16. Washington vient de proposer une compensation de l’ordre de de 1,4 milliard de dollars à la Turquie pour le programme multinational F-35.  

40 F-16 « Viper »

Washington semble ouvert à la demande d’Ankara pour la livraison de 40 Lockheed Martin F-16 Block 70/72 « Viper » ainsi que 80 kits pour moderniser des appareils aux standards plus anciens. Pour l’instant, un tel contrat n’a pas encore été notifié au Congrès, rien encore confirmé dans ce dossier.  

Ankara dans une situation complexe

Avec son exclusion du programme F-35, Ankara se retrouve dans une certaine mesure dans une situation de faiblesse, le pays pourrait en effet, très vite se retrouver avec une force aérienne affaiblie vis-à-vis de ses voisins. Ankara ne pouvant disposer du F-35, seul le développement de son propre avion de 5 ème génération, le TF-X pourrait combler ce vide et/ou l’achat d’un avion du côté de la Russie. Pour autant la Turquie rencontre de gros problèmes pour son avion de combat national, notamment en ce qui concerne la motorisation. Des discussions avec Moscou sont en cours depuis plusieurs mois, mais l’acquisition d’un avion ou de technologie pourrait pousser Ankara hors de l’Otan.  

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » : 

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.

137561572.jpg

Photos : 1 F-16 turc @ Armée de l’air turque 2 F-16 Viper @ LM

08/10/2021

Un laser pour équiper l’AC-130J « Gunship » !

laser ahel,lockheed martin,ac-130j gunship,usaf,les nouvelles de l'aviation

Lockheed Martin a terminé avec succès les tests d'acceptation en usine du laser aéroporté à haute énergie (AHEL), en vue d’une série de tests militaires au sol et en vol du système. En juillet 2021, le Naval Surface Warfare Center de la division Dahlgren a attribué à Lockheed Martin un contrat de 12 millions de dollars en plus des frais fixes, pour la livraison pour les services techniques, l'intégration, les tests et la démonstration du système AHEL.

« L'achèvement de cette étape est une réalisation formidable pour notre client », a déclaré Rick Cordaro, vice-président, Lockheed Martin Advanced Product Solutions. « Ces jalons de la réussite de la mission témoignent de notre partenariat avec l'US Air Force dans la réalisation rapide d'avancées importantes dans le développement de systèmes d'armes laser. Notre technologie est prête à être déployée dès aujourd'hui.

Le système de laser de combat AHEK sera déployé à bord d’un Lockheed AC-130J « Gunship » afin d’être testé en condition. Le Commandement des opérations spéciales a déclaré précédemment qu'il souhaitait tester un laser à semi-conducteurs de 60 kilowatts sur l’AC-130 d'ici 2022. Tyler Griffin, directeur du développement commercial pour les solutions de produits avancées de Lockheed Martin Rotary et Mission Systems, a déclaré aux journalistes avant l'annonce que la société ne pouvait pas divulguer le niveau de puissance spécifique d'AHEL, mais a ajouté qu'il est dans « la même classe que le laser à haute énergie HELIOS qui a été livré à l'US Navy. Selon Lockheed Martin, son unité de production laser à haute énergie d'une portée de 100 kilowatts à éblouisseur optique intégré avec surveillance, ou HELIOS, a été livré à la Marine en janvier pour une installation sur un destroyer plus tard cette année.

Photo : Image d’artiste du futur AC-13J « Gunship » laser @ LM

28/09/2021

Lockheed Martin livre le 700 ème F-35 !

IMG_7706.jpeg

Lockheed Martin et le F-35 Joint Program Office ont livré le 700ème exemplaire de l’avion de combat  F-35 de production. Avec plus de 700 F-35 désormais livrés aux opérateurs américains et internationaux, l'impact de la flotte mondiale est considérable, améliorant considérablement la force interarmées alliée. Au fur et à mesure que la flotte de F-35 grandit, la force basée sur l'alliance nécessaire pour dissuader ou vaincre les concurrents proches augmente également.

Comme l'a noté le secrétaire de l'US Air Force, Frank Kendall la semaine dernière, "nous devons nous orienter vers des choses plus pertinentes pour les combats que nous devons dissuader et, si nécessaire, gagner". Le F-35 est à la fois la pierre angulaire de la flotte et un moyen de dissuasion stratégique.

Avec l'engagement de 14 nations et plus, les États-Unis et leurs alliés alimentent les partenariats, la sécurité et la croissance économique grâce au programme F-35. En tirant parti des investissements collectifs et des économies d'échelle, l'équipe mondiale du F-35 réduit les coûts tout au long du programme.

« Le F-35 reste un système aérien de premier choix pour trois des forces armées, sept partenaires internationaux et six clients commerciaux militaires étrangers. Il démontre régulièrement les capacités haut de gamme de nos combattants interarmées et internationaux, et il est performant dans des opérations de combat aérien, terrestres et maritimes », a mentionné  L'attaché de presse du Pentagone John F. Kirby.

Aujourd'hui, les F-35 opèrent à partir de 21 bases à travers le monde. Plus de 1’460 pilotes et 11’025 spécialistes de la maintenance ont été formés et la flotte de F-35 a dépassé les 430’000 heures de vol cumulées. 

« pierre angulaire »

Les hauts dirigeants de la défense américaine ont réitéré leur ferme soutien au F-35, que le chef d'état-major de l'US Air Force, le général Charles Q. Brown, Jr. appelle le "pierre angulaire" de la flotte de chasse de l’US Air Force. Selon le secrétaire de l'Air Force Frank Kendall, le F-35 offre une capacité de guerre aérienne tactique révolutionnaire.

L'US Air Force est le plus grand opérateur de F-35 avec un achat prévu de 1’763 avions F-35A. Le F-35 est le chasseur le plus avancé en production aujourd'hui et ses taux de capacité de mission sont supérieurs à 70 % et même plus élevés pour les unités déployées.

L'US Marine Corps exploite des F-35B à décollage court/atterrissage vertical et prévoit d'acheter 353 F-35B et 67 variantes d'avions porteurs F-35C. En collaboration avec les Marines, l'US Navy apporte une capacité de 5e génération en mer avec une planification pour acheter 260 F-35C. 

Croissance mondiale

La communauté croissante des pays du F-35 renforce la sécurité américaine et mondiale, renforçant la dissuasion, l'interopérabilité et le partenariat basés sur l'alliance. Avec plus de 220 F-35 désormais livrés à des opérateurs internationaux, l'impact de la flotte mondiale est substantiel, à la fois en taille et en importance.

L'un des exemples les plus visibles de collaboration internationale sur les F-35 est le déploiement du groupe aéronaval du Royaume-Uni. Le porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth a commencé son déploiement initial en mai 2021, avec des F-35B britannique et de l'USMC réunis. Le Royaume-Uni dispose désormais de deux porte-avions déployés avec F-35B à bord suivant le déploiement inauguraldu HMS Prince of Wales, le plus récent porte-avions britannique. 

D'ici 2035, plus de 450 F-35 seront stationnés sur le continent européen, dont 48 F-35A de l'US Air Force. Les membres de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) avec des programmes F-35 d'enregistrement comprennentla Belgique, le Danemark, l'Italie, les Pays-Bas, la Norvège, la Pologne , le Royaume-Uni et USA et peut-être le Canada.

La Suisse a récemment sélectionné le F-35A comme prochaine plateforme de chasse du pays, la production du premier F-35 en Pologne devrait commencer en 2022 et le premier avion devrait être livré en 2024. Des pourparlers préliminaires sont également en cours avec plusieurs nouveaux clients du F-35 en Europe. 

Partenaires dans le Pacifique

Le F-35 alimente également des partenariats dans l'Indo-Pacifique, où les pays de la région prévoient de se procurer un total combiné de près de 300 F-35.

L’Australie exploite le F-35A avec un programme record de 100 F-35A. Le Japon acquiert plus de F-35 que tout autre client international avec un programme établi de 147 F-35, dont 105 F-35A et jusqu'à 42 F-35B. La Corée prend actuellement livraison de 40 avions F-35A, et Singapour est en bonne voie pour recevoir son premier F-35B en 2026. 

Production avenir

Selon Lockheed Martin la production de F-35 culminera à 156 avions par an en 2023 et restera à ce niveau « dans un avenir prévisible ». Actuellement est avec le COVID, Lockheed Martin devrait livrer cette année une fourchette de 133 à 139 appareils et prévoit de fournir entre 151 et 153 avions pour 2022.

Le JPO et Lockheed se sont mis d'accord sur une base de programme, qui « garantit la prévisibilité et la stabilité du processus de production » du F-35.

FAOYY5XVEAMkI7n.jpeg

Pleine Capacité Opérationnelle (FOC)

Le Pentagone a retardé la déclaration de la Pleine Capacité  Opérationnelle (FOC), afin de permettre au F-35 d'être intégré à l'environnement de simulation conjoint, soit une plate-forme de « wargaming » qui mesure les performances de l’avion dans des conditions hautement classifiées. Celle-ci ne devrait plus tarder selon le Pentagone, car les problèmes de jeunesse du F-35 ne sont plus considérés comme problématique pour l’obtention de la FOC. A noter ces problèmes touchent essentiellement des mises à jour logiciels, ainsi que des demandes spécifiques des utilisateurs. Pour autant, nous continuerons ici à suivre l’avancée de la suppression de ces problèmes avec un œil critique.  

Réduction des coûts

En ce qui concerne les coûts d’exploitations du F-35 aux USA, sachant que celui-ci est acheté « nu » (sans armement, pièces détachées, simulateurs, moteurs de réserve et coûts de développement additionnels) de nouveaux contrats d’entretien du F-35 entre Lockheed Martin et le Pentagone américain ont été signés et intègrent la maintenance des bases et dépôts, ainsi que la formation des pilotes et des techniciens de maintenance. Il couvre également l'analyse des données à l'échelle de la flotte et la gestion de la chaîne d'approvisionnement pour la réparation et le réapprovisionnement des pièces détachées afin d'améliorer la disponibilité globale de la flotte. Ces nouveaux contrats soutiendront la disponibilité du F-35, tout en réduisant les coûts de maintenance du F-35.

Ces contrats représentent en effet une réduction de plus de 30 % du coût par heure de vol par rapport au contrat annualisé de 2020. Lockheed Martin a réduit les coûts par heure de vol du F-35 de 44 % au cours des cinq dernières années, avec une réduction prévue de 40 % supplémentaires au cours des cinq prochaines années. Les économies seront réalisées grâce à l'amélioration des coûts et d’avantage d’agilité et de fiabilité dans la chaîne d'approvisionnement de Lockheed Martin, ainsi qu’une plus grande efficacité de la main-d'œuvre. 

Les partenaires et clients du F-35 bénéficient d'une approche « achat en bloc » ou « paquet » qui garantit un prix fixe et plus bas en ce qui concerne la maintenance et l’exploitation, comme c’est le cas en Suisse par exemple. Le contrat pour la Suisse prend également en compte une éventuelle inflation, les prix sont bloqués et garantis par le pays vendeur, durant toute la période de validité (10 ans) du contrat comme ce fût le cas avec les Hornet.

IMG_7603.jpeg

Photos : 1 & 3 F-35 italien@ Aeronautica Militare 2 F-35 US Demonstation Team @ USAF

 

 

 

 

20/09/2021

F-35, intégration des Meteor & Spear !

F-35-ASRAAM.jpg

BAE Systems et MBDA ont été mandatés pour compléter l'intégration des missiles Meteor et Spear à bord des avions de combat Lockheed Martin F-35 pour deux opérateurs européens, soit l’Angleterre et l’Italie.

Rappel 

En janvier 2021, le ministère britannique de la Défense a attribué à MBDA un contrat de démonstration et de fabrication de 758 millions de dollars pour l’intégration du Spear 3, le décrivant comme la future « arme air-sol principale » pour ses F-35. Le chasseur de cinquième génération pourra transporter en interne jusqu'à huit des missiles d'une portée de plus de 140 km. L'ajout de missiles air-sol Spear fournira aux F-35B du Royaume-Uni des « capacités multi-effets, compatibles avec le réseau, à charge élevée et avec une distance de sécurité étendue ». Cela améliorera encore la capacité de la force britannique Lightning à vaincre des cibles difficiles telles que les systèmes de défense aérienne mobiles à longue portée à des distances au-dessus de l'horizon par tous les temps et dans des environnements très contestés", ajoutent-ils. 

D’un autre côté, les travaux supplémentaires couverts par le nouveau financement achèveront l'intégration du missile air-air à statoréacteur MBDA Meteor au-delà de la portée visuelle F-35A pour l'Italie et le décollage court et l'atterrissage vertical du Royaume-Uni F-35B. Une équipe d'ingénieurs de BAE Systems, MBDA et Lockheed Martin va maintenant commencer les activités de test, de simulation et d'intégration au Royaume-Uni et aux États-Unis pour atteindre la capacité opérationnelle initiale des deux armes". 

meteor-f-35-1316535616-11.jpg

Ces deux systèmes d’armes viendront rejoindrent la bombe à guidage de précision Paveway IV de Raytheon UK et le missile air-air à courte portée MBDA ASRAAM en tant qu'armes britanniques intégrées au F-35. L’intégration finale devrait être prête pour 2024.

Des capacités étendues grâce aux systèmes « F-35 »

fg_1775577-jdw-1810.jpg

La connaissance de la situation est essentielle au succès et les capteurs intégrés et les systèmes d'information avancés du F-35, lorsqu'ils sont combinés avec des armes telles que l'ASRAAM 1 et le Meteor 2, lui donneront un net avantage sur les autres avions de combat de première ligne. La capacité de voir et de ne pas être vu (grâce au RCS inférieur du F-35), combinée à l'avantage supplémentaire des armes air-air de MBDA et de leurs plages d'engagement supérieures, redéfinit déjà les tactiques de combat air-air. Déployé à partir de la baie d'armes interne du F-35 (la furtivité n'est pas compromise), le Meteor est « activé par le réseau » via une liaison de données, optimisant pleinement les avantages de la connaissance de la situation du F-35. De plus, son statoréacteur et son autodirecteur radar actif se combinent pour offrir une vitesse et une maniabilité de fin de partie inégalées à des portées très étendues, ce qui se traduit par une zone de non-évasion plusieurs fois supérieure à celle des autres armes BVR existantes ou prévues. Les avantages de Meteor en font également une arme de dissuasion car tout ennemi y réfléchira à deux fois avant d'entrer dans l'espace aérien contrôlé par des F-35.

Le MBDA Meteor

Avec une vitesse supérieure à Mach 4 et une autonomie supérieure à 100 km (chiffre réel non divulgué), le « Meteor » apporte un changement radical dans les capacités de combat air-air. Alors que les missiles de type similaire ont une phase d’accélération relativement courte après leur lancement, le statoréacteur de « Meteor »  propulse celui-ci  jusqu’au point d’impact. Cela réduit les chances de l'avion adverse d’échapper au missile.

Après la Suède qui a été le premier pays à mettre en œuvre le « Meteor » sur le Gripen C/D de manière opérationnelle, la RAF et l’Eurofighter seront bientôt suivi des Rafale au standard F-3R l’année prochaine au sein de l’Armée de l’air. Les partenaires du programme « Meteor » incluent la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Suède et le Royaume-Uni.

Le MBDA SPEAR

Le « SPEAR-EW-3 » de MBDA/Leonardo est destiné à la supprimer les défenses anti-aériennes ennemies. Le cœur de la charge utile du SPEAR-EW-3 est la technologie DRFM (Digital Frequency Memory) miniaturisée de Leonardo, qui offre les technologies de brouillage et de tromperie électroniques les plus avancées. Le nouveau SPEAR-EW-3 complétera le missile de croisière miniature activé par le réseau SPEAR, conçu pour engager avec précision des cibles à longue portée, mobiles, fugaces et repositionnable par tous les temps, de jour comme de nuit, en présence de contre-mesures, d'obscurcissant et de camouflages, tout en assurant une distance de sécurité entre l'avion et les défenses anti-aériennes ennemies.

SPEAR-Launch.jpg

Photos : 1 F-35 tirant un ASRAAM 2 & 3 Meteor & F-35 4 Spear & F-35 @ MBDA

 

14/09/2021

L’Italie confirme l’achat de 90 F-35 !

ita_f-35_twoship-gcolla-419RN1.jpg

C’est un retournement de situation qui vient de se produire en Italie, le Département de défense italienne confirme l’acquisition d’un total de 90 avions de combat Lockheed Martin F-35A/B, soit la dotation initialement souhaitée. Il n’y aura donc pas de réduction du nombre de F-35, comme il était envisagé à une certaine époque.

Actuellement l’Italie dispose de 28 F-35A commandés dans le programme de la phase 1. S’ajoutent les 27 appareils pour la phase 2A et un troisième lot de 35 appareils pour la phase 2B est maintenant officiellement prévu. Une étude travaille sur une éventuelle phase 3 pouvant porter le nombre de F-35 à 131 aéronefs au sein de l’Armée italienne.

Le F-35B en approche

Sur les 90 F-35A/B prévus, 30 F-35B vont venir prochainement remplacer les anciens avions AV-8B+ à décollage court et atterrissage vertical. Des essais de qualifications sur le pont d’envol du Cavour de la Marina Militare ont eu lieu avec des F-35B de l'US Marine Corps rattachés à l'escadron de test et d'évaluation VX-23. Les avions se sont posés verticalement sur le porte-aéronefs italien avant de repartir au moyen de son tremplin situé à la proue. Ces tests ont marqué le début d’une campagne de quatre semaines à la mer visant à certifier le bâtiment amiral de la flotte italienne à l’emploi du F-35B.

Baisses généralisées des coûts

Cette décision a pour origine plusieurs raisons. D’une part les coûts décriés à l’époque sur le programme F-35 fondent comme neige au soleil. On parlait à l’époque d’un prix unitaire de 106 millions d’euros pour le F-35A produit en Italie. Aujourd’hui le prix à fondu à moins de 66 millions d’euros.

A l’achat, l’avion est devenu le moins cher du marché et en ce qui concerne les coûts de maintenance ceux-ci baissent également à plus forte raison d’un achat complet (contrairement au Pentagone). Il faut y ajouter l’intérêt européen dont la Suisse. Les installations de Cameri seront directement liées à l’assemblage des futurs F-35 suisses et la demande européenne va encore faire progresser le développement et l’intérêt de la chaine d’assemblage italienne. De fait l’Italie peut aujourd’hui envisager plus sereinement la relance de son programme F-35.

IMG_7445.jpeg

Intégration réussie

Du côté de l’utilisation du F-35A au sein de l’Aeronautica Militare c’est parfaitement réalisé et les remarques positives ont remplacé les critiques du début. Dans le cadre de son premier déploiement, l’Armée de l’air Italienne a engagé pour la première fois ses F-35A au sein de la Baltic Air Policing depuis la base aérienne d’Amari en Estonie en mai de cette année. Les F-35 italiens ont eu l’occasion de tester la police du ciel avec des décollages (Quick Reaction Alert/QRA) pour aller intercepter de nombreux avions de combat russes. L'intégration des capacités avancées du F-35 montre comment les Alliés apportent leur technologie de pointe et soutiennent la mission défensive durable de l'OTAN dans la région et face aux avions adverses les plus modernes. 

Le programme F-35 en Italie

Leonardo en plus de la responsabilité de l'assemblage de tous les avions pour les forces armées italiennes et néerlandaises, est le deuxième fournisseur source pour l'ensemble des sections d'aile (la partie centrale du fuselage avec les ailes) pour tous les F-35 en production. Leonardo a participé à la conception de la voilure qui représente environ 38 % de l'ensemble des avions et dont les parties de composants sont fabriquées dans les usines de Foggia et Nola (Naples), respectivement pour les structures composites et métalliques. En parallèle, Leonardo a remporté ce printemps un nouveau contrat avec Cubic Mission and Performance Solutions (CMPS), une division de Cubic Corporation, pour fournir une formation au combat P5 supplémentaire Systèmes (P5CTS) pour le F-35 Lightning II. Dans le cadre de ce contrat, Leonardo DRS fournira deux autres lots de production de ses sous-systèmes internes P5CTS pour le système ACMI (Air Combat Maneuvering Instrumentation) de Lockheed Martin. Depuis 2013, Leonardo DRS a livré plus de 779 de ses sous-systèmes internes P5CTS pour le F-35 afin de fournir une formation pour contrer et garder une longueur d'avance sur les menaces contradictoires mondiales croissantes. Le sous-système interne P5CTS est différent des modules d'entraînement externes traditionnels utilisés sur les avions de combat de 4e génération. Le sous-système interne prend en charge les opérations d'entraînement au combat de 5e génération.

IMG_7436.jpeg

Photos : F-35A italiens @ Aeronautica Militare