20/11/2022

Second A350 pour la Luftwaffe !

Fh_lOW7X0AETa_J.jpeg

La Luftwaffe a réceptionné en fin de semaine son second Airbus A350 (ACJ350-900 version VIP de l’A350-900 avec  l'identification 10+0. L’avion sera utilisé pour le transport des hauts fonctionnaires allemands dans le monde entier.

Trois appareils

Au total, la Luftwaffe doit recevoir trois ACJ350-900 qui fonctionneront au sein du Flugbereitschaft des Bundesministeriums der Verteidigung, soit l’unité en charge des missions de transport prioritaire. Ces avions vont venir remplacer les A310-300 et A340-300 en service actuellement. En plus des ACJ350, la flotte est composée d’un A321-200 et de trois Bombardier Global 6000. 

Konrad Adenauer

Ce second ACJ350-900 a été baptisé "Konrad Adenauer" soit l’ancien Chancellier allemand. L’avion est doté d’une cabine spéciale « VIPvery » qui établit de nouvelles normes avec les dernières technologies et des fonctionnalités maximales, qui n'ont été installées dans aucun A350 auparavant.

En tant qu'avion gouvernemental, l'A350 est une sorte de "bureau volant" pour les passagers de haut rang. L'Allemagne a été le premier pays à commander l'avion pour une utilisation gouvernementale dans la variante « VIPvery » important person. La moitié de l'intérieur se compose d'un espace VIP pour personnes très importantes avec plusieurs bureaux et un salon attenant. L'autre moitié se compose de la classe affaires et de la classe économique premium pour les délégations accompagnatrices. De plus, diverses toilettes et équipements de cuisine modernes sont à la disposition des passagers.

Le porte-parole de la Luftwaffe précise à cet effet, que Le projet respecte le calendrier et le budget, les performances sont bonnes et malgré la pandémie, il n'y a pas eu de retards importants dans la livraison. Le troisième appareils sera livré en 2023.

ACJ350-900 de la Luftwaffe

L'aménagement cabine a été facilité par le concept Easyfit d'ACJ, qui comprend des éléments de fixation préinstallés et des interfaces standardisées simplifiant considérablement l'installation des cloisons et des équipements dans un fuselage en fibre de carbone.

L'ACJ350/A350 XWB est le premier appareil d'Airbus à être équipé d'un fuselage et d'une voilure en fibre de carbone qui affichent une résistance à la fatigue et à la corrosion et permettent une réduction de la masse.

Ses caractéristiques techniques se traduisent également par un confort accru grâce à une altitude cabine inférieure, une formation de transition plus simple et rapide pour les pilotes grâce à la similarité du poste de pilotage proposé dans sa nouvelle version par Airbus, et une voilure à l’aérodynamique efficiente capable d’adapter sa forme pendant le vol.

Le nombre total de commandes d'A350 XWB s'élève à quelque 900 appareils, dont plus de 250 sont déjà en service auprès des compagnies. Dans sa version à très long rayon d'action, l’ACJ350-900 XWB peut transporter 25 passagers avec une autonomie de 20 550 km / 11’100 nm, soit plus de 22 heures.

Les ACJ350-900 allemands sont dotés par ailleurs d’un équipement complet de communication sécurisées et d'un système de défense antimissile. 

a350-im-landeanflug-hier-die-erste-maschine-der-flugbereitschaft-kurt-schumacher-.jpg

Photos : Le second ACJ350-900 allemand@ Airbus

18/11/2022

Premier vol d’un A330MRTT avec 100% de biocarburant !

unnamed.jpg

C’est une première mondiale qui vient d’être réalisée avec le premier vol d’un avion ravitailleur A330MRTT dont les réservoir ont été rempli à 100 % avec du biocarburant. L’avion appartient à la Royal Air Force (RAF) qui participé à ce vol historique.

Une première

Ce 18 novembre le partenariat entre la RAF, Airbus, du Ministère britannique de la défense, de la société britannique de location d'avions AirTanker et du motoriste Rolls-Royce, avec le carburant fourni par Air BP.

Un A330MRTT « Voyager », soit la variante militaire de l'avion de ligne commercial Airbus A330  a pris son envol depuis la base aérienne de la RAF à Brize Norton dans l'Oxfordshire, en Angleterre, mercredi, entièrement alimenté par du carburant d'aviation 100% durable sur les deux moteurs, ouvrant la voie à une gamme de possibilités pour l'avenir du pilotage d'avions militaires.

Le vol de retour de 90 minutes depuis la RAF Brize Norton a reproduit une sortie de ravitaillement en vol et a été observé par des représentants de la RAF et de l'industrie. La RAF a déclaré avoir démontré le potentiel de sa future capacité opérationnelle, garantissant la capacité de contribuer à la défense britannique où et quand cela était nécessaire. 

Carburant durable

Le carburant d'aviation durable qui est fabriqué à partir de matières premières durables à base de déchets, dans ce cas de l'huile de cuisson usagée réduit les émissions de carbone du cycle de vie jusqu'à 80 % par rapport au carburant conventionnel qu'il remplace, réduit la dépendance de la RAF aux chaînes d'approvisionnement mondiales et améliore la résilience opérationnelle en réduisant la nécessité d'un réapprovisionnement en carburant.

Étant donné que différentes approches conviendront à différentes plates-formes et environnements, une gamme d'options de carburants alternatifs est à l'étude pour s'assurer que le Royaume-Uni est à la pointe de cette technologie en développement. 

L’Airbus A330MRTT

L’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération, actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières. L’A330 MRTT compte 14 pays comme clients. 

Photo : l’A330MRTT « Voyager » de la RAF @ RAF

17/11/2022

La France & l’Allemagne sur le point de s’accorder sur le SCaF !

2485080791.jpeg

Un accord semble avoir été trouvé entre la France et l’Allemagne en ce qui concerne l’ambitieux programme du système de combat aérien de 6 ème génération SCaf. Les deux avionneur Airbus et Dassault Aviation, sont sur le point de passer formellement à l’étape suivante du projet au cours de laquelle sera construit l'avion de démonstration. Un accord devrait être conclut très prochainement.

Rappel

Lancé par Berlin et Paris en grande pompe en 2017, puis rejoint par Madrid, le programme SCaF le second projet d’avions de combat de 6ème génération lancé en Europe. Il a été conçu pour renforcer l'autonomie stratégique du continent, renforcer les liens politiques donner un nouveau souffle à l'industrie aérospatiale européenne.

Mais l’histoire semblait se répéter au sein des grands programmes militaires européens. Le problème repose toujours sur la maîtrise d'œuvre du système. Dans le cas présent il implique Dassault en tant que maître d’œuvre, mais qu'Airbus souhaite partager. Mais pour Eric Trappier cette question est hors de propos. On assiste depuis plusieurs mois à un profond désaccord sur la nature de la coopération entre Dassault, Airbus et dans une moindre mesure, l’espagnol  Indra. 

Dassaut Aviation aura la charge de travail du NGF sur les lots stratégiques et secondaires phase 1B, en tant maitre d'œuvre soit 38%. 

Airbus obtient 62% (Allemagne 32%, Espagne 30%) : L'Allemagne va s'occuper de la conception des drones avec MBDA et Satnus, du Cloud avec Thales et Indra. De son côté l'Espagne aura la charge des technologies de furtivités et des capteurs avec Indra, Thales et l'Allemand FCMS. La motorisation sera du ressort d'une joint-venture entre Safran, MTU et ITP.  

Les coûts de développement du programme SCaF sont estimés à près de 80 milliards d’euros.

Une porte de sortie

Lundi dernier à Berlin, le chef de l'association aérospatiale allemande, Mike Schoellhorn, chef de la défense et de l'espace d'Airbus, a signalé que la prochaine phase du SCaF était sur des bases plus sûres. "La France et l'Allemagne sont chacune convaincues de l'importance du SCAF", a-t-il déclaré. "Il n'y a pas d'alternative, ça doit marcher."

Il semble donc que cette fois Airbus et Dassault ont convergé en direction d’un accord, chacun ayant fait des concessions. Pour l’instant Airbus et Dassault n’ont pas fait de commentaire  en ce qui concerne les détails des discussions. 

Livraisons retardées

Une fois de plus le PDG de Dassault, Eric Trappier, a prévenu que les premiers aéronefs au standard initial ne pourront être livrés avant 2050.

De fait, le SCaF devrait être disponible 5 ans après le Tempest développé par le Royaume-Uni et l'Italie et la Suède. Le Japon pourrait prochainement intégrer le programme.

L’Europe se retrouverait-elle encore une fois en retard sur la nouvelle génération d’avions de combat ? La question devient encore plus importante car aux Etats-Unis Lieutenant Général Richard Moore, chef d'état-major adjoint pour les plans et programmes de l’US Air Force a déclaré que le prototype de l’avion de 6 ème génération du programme NGAD a volé dans le plus grand secret. Et d’ajouter que le NGAD deviendra le haut de gamme de l'USAF, tandis que le F-35 deviendra "le cheval de bataille".

L’Allemagne affine son plan

dassault aviation,airbus,scaf,avion 6 ème génération,les nouvelles de l'aviation

De son côté l’Allemagne affine son plan d’acquisition avec 36 avions de combat Lockheed Matin F-35A en plus des Eurofighter Quadriga commandés et prévoit donc le SCAf pour venir remplacer l’Eurofighter à l’horizon 2050. Le binôme du moment sera composé du F-35 et du SCaF.

Photos : 1 Image SCaF @ Dassault  2 Prévision pour l’Allemagne @ Luftwaffe

 

 

 

15/11/2022

YORKNITE 22, c’est parti ! 

2560888607.jpeg

Les Forces aériennes suisses débute à la mi-novembre leur entraînement annuel de nuit à l’étranger. Comme les années précédentes un important détachement d’avions, pilotes et de mécaniciens vont se rendre en deux groupes en Angleterre sur le base aérienne de la Royal Air Force à Leeming dans le cadre de l’exercice YORKNITE.

L’effectif,  la zone d’entraînement

Une dizaine d’avions de combat Boeing F/A-18  C/D « Hornet » et pas moins de 55 pilotes encadrés de 120 membres du personnel au sol, seront du voyage du 14 novembre au 9 décembre 2022. Cet exercice au nord de l’Angleterre constitue l’un des piliers essentiels de l’entraînement des Forces aériennes ou la moitié des vols de nuit et vols à basse altitude annuels sur jet seront exécutés.

Depuis la base aérienne de la Royal Air Force (RAF) à Leeming, dans le Yorkshire du Nord, nos pilotes  disposent de conditions de travail idéales et ceci grâce aux vastes secteurs d’entraînement qui se situent au-dessus de la mer du Nord et de régions peu peuplées du nord de l’Angleterre, où les vols tactiques peuvent être exercés de façon efficace dans tous les domaines d’engagement. Cet événement peut avoir lieu grâce à une convention passée en 2004 entre le Royaume-Uni et la Suisse.

1863144053.jpeg

Conditions d’entraînement limitées en Suisse

En restant en Suisse, les Forces aériennes ne pourraient pas s’exercer complètement aux vols de nuit et aux vols à basse altitude selon les standards internationaux, notamment en raison de la taille exiguë et du petit nombre des secteurs d’entraînement, des limites imposées en termes d’altitude et de vitesse, de la limitation des horaires du service de vol et du nombre de mouvements aériens sur les aérodromes militaires, de l’intensité du trafic aérien civil au-dessus de la Suisse ainsi que de la haute densité des habitations, qui implique une limitation des nuisances sonores par égard pour la population. Les pilotes de chasse suisses consacrent environ deux fois moins d’heures aux vols de nuit que leurs homologues des pays voisins. 

L’objectif  

L’instruction de base des pilotes de F/A-18 au vol de nuit (en vue d’engagements nocturnes de police aérienne) ainsi que l’approfondissement et la consolidation des tactiques de conduite de la guerre aérienne de nuit constituent les objectifs de ce module de formation au nord de l’Angleterre. Les conflits de ces dernières décennies ont démontré que les engagements s’effectuaient de plus en plus souvent dans l’obscurité pour des raisons tactiques.

En Suisse, les Forces aériennes n’ont pas l’opportunité de s’entraîner au vol de nuit selon les standards internationaux en vigueur car elles sont soumises à un certain nombre de restrictions : taille et nombre des secteurs d’entraînement, limites imposées en termes d’altitude et de vitesse (peu d’entraînements supersoniques), restriction des horaires du service de vol et du nombre de mouvements aériens autorisés sur les aérodromes militaires. 

De plus, le trafic aérien civil dans notre pays est intense et la densité de population importante de sorte qu’il faut veiller à ne pas multiplier les nuisances sonores, surtout la nuit. Dans le nord de l’Angleterre en revanche, les conditions sont idéales pour les Forces aériennes suisses, tant du point de vue de l’environnement que de l’entraînement proprement dit. La base militaire de Leeming comme celle de Lossiemouth, utilisée les années précédentes, dispose d’une infrastructure adaptée pour s’y installer et y effectuer des opérations aériennes. Les grands secteurs d’entraînement se trouvent à une distance raisonnable, au-dessus de la mer du Nord, et permettent de s’exercer efficacement au vol tactique de nuit dans les différents domaines d’engagement avec très peu de restrictions, y compris pour les vols supersoniques

Priorité à la sécurité 

La santé et la protection du personnel des Forces aériennes suisses et de la RAF constituent une priorité absolue. Pendant l’exercice YORKNITE, un plan de protection approuvé par l’Armée suisse et par le ministère de la défense du pays hôte sera scrupuleusement suivi. Toutes les recommandations de l’OFSP et du ministère de la santé britannique y ont été intégrées. Tous les participants subiront un test PCR avant leur départ pour la Grande-Bretagne ainsi qu’à leur retour en Suisse. Une convention entre le Royaume-Uni et la Suisse constitue la base légale de l’exercice YORKNITE.  (Sources DDPS).

Les exercices de nuit à l’étranger

2020 Yorknite , Leeming  (GB) 

2018 Scotnight, Lossiemouth (GB)

2017 Scotnight, Lossiemouth (GB)

1998 à 2015  Nightway, Oerland (N)

2616090963.jpeg

Photos : Engagement à Yorknite 2020 @ DDPS

13/11/2022

Montée en puissance de l’aviation chinoise !

593499620.jpg

En quelques années, l'armée de l'air de libération du peuple (PLAAF) s’est vu modernisée et dotée d’avions modernes tel le Chengdu J-20. En 5 ans, le J-20 furtif est entré en service avec plus de 200 appareils. Un constat qui s’est vérifié lors du dernier Salon aéronautique de Zhuhai qui s’est tenu du 8 au 13 novembre.

208  Chengdu J-20  « Weilong »

La journaliste spécialisée Wei Ling confirme que le quatrième lot d’avion J-20  numéroté CB03, a été complètement livré et comprend pas moins de 70 aéronefs. Ce lot s’ajoute au CB00, CB01 et CB02 qui comptaient 18, 45 et 56 appareils soit un total de 180 avions auquel s’ajoute 18 appareils de présérie. Le chiffre de 208 J-20 est maintenant atteint.

A cela il faut ajouter un peu plus de 245 avions de type Shenyang J-16 en service, dérivés du J-11B lui-même dérivé du Sukhoi Su30MK de fabrication russe. Le tout avec près de 450 Chengdu J-10 « Dragon Véloce » en cours de modernisation.

Cette montée en puissance est le résultat d’une profonde adaptation de l’industrie chinoise, qui en quelques années est parvenue à faire des progrès en matière de tolérance de fabrication et de contrôle de la qualité. Cette capacité contribue à réduire l’écart avec l’Occident et notamment les Etats-Unis.

Motorisation chinoise

Il y a peu nous ne connaissions pas exactement le modèle de moteur WS-10 qui devait venir équiper  J-20. Certains avançaient, il y a encore 2 ans, qu’il pourrait s’agir du WS-10-T2. Or, lors de l’édition du Salon de Zuhai de cette année les J-20 exposés étaient équipés du moteur WS-10C qui est une version améliorée du turboréacteur, avec plus de puissance et de caractéristiques furtives. Ce qui confirme une information de juin 2021 que le WS-10C alimentait des J-20A opérationnels. Là, encore la Chine à progresser rapidement. Souvenez-vous, il y a 10 ans, le pays était en difficulté pour produire une motorisation fiable et l’industrie était confrontée à de multiples problèmes techniques.

Une version très attendue le biplace

Signalée depuis plusieurs mois, la nouvelle version du J-20 ne manque pas d’intérêt, car il est de fait, le premier avion de combat furtif biplace au monde. En effet, dans le cadre d’un conflit futur hautement numérisé, de grandes quantités d’informations seront disponibles. L’ajout d’un navigateur de combat s’avère important dans le cadre de missions dédiées au traitement des détecteurs adverses et de leur neutralisation. Dans le cadre de l’attaque au sol, le second pilote peut s’avérer une aide précieuse. Reste à voir comment la PLAAF va intégrer le J-20 avec le J-31, lui aussi furtif, mais de taille plus réduite.

Mais pourquoi ?

Pourquoi donc créé un biplace de 5ème génération, alors même que les avions modernes offrent des aides électroniques et notamment avec l’IA sans commune mesure avec les appareils plus anciens. Est-ce justement une faiblesse typiquement chinoise ? Pas forcément. Alors, une aide à l’ancienne pour former les pilotes ? Peut-être, mais sachant que les aéronefs modernes sont beaucoup plus faciles à piloter grâce aux aides électroniques, cette dernière ne serait alors que très négligeable. Il faut probablement chercher le besoin ailleurs, avec par exemple la possibilité pour le second pilote de s’occuper de la gestion de certains capteurs ou systèmes comme les drones. Le suivi des informations et le tri de celles-ci dans un environnement toujours plus rapide. La gestion de l’information est primordiale, le J-20 peut devenir un élément de détection avancée comme le F-35 en Occident. Le second pilote prend alors le rôle du gestionnaire de la situation, notamment, lors d’opérations offensives. Dernière option, le J-20 va pouvoir mener des opérations d’attaque au sol, dans ce rôle, le second pilote peut s’occuper des cibles et également de la gestion des défenses adverses sachant que le J-20 a été conçu pour les opérations à longue distance.  

Le Chengdu J-20 « Weilong » 

Le Chengdu J-20 « Weilong » (puissant dragon) est l'un des avions de combat les plus perfectionnés selon les dires de l’avionneur chinois. L’avion est censé pouvoir répondre au F-22 américain.

Doté d’une aile de type delta et des plans canards à l'avant, le J-20 dispose de deux empennages verticaux en diagonale mobiles d'un seul bloc. Cependant, Il n'y a pas d'empennage horizontal mobile, les plans canards, les parties mobiles de l'aile delta et les deux empennages diagonaux suffisent à un contrôle optimum. L’avion est doté de la poussée vectorielle, permettant d'augmenter la maniabilité de celui-ci.

L’avion dispose d’une baie ventrale pour l’armement d’une longueur estimée à 4,5 mètres pour 3 mètres de largeur, l’avion semble pouvoir emporter quatre missiles air-air de moyenne portée PL-15 des missiles air-air à courte portée PL21. Par contre, les missiles air-air de courte portée sont localisés au niveau des petites soutes latérales de chaque côté du fuselage à proximité des entrées d’air pouvant chacune recevoir un missile air-air PL-10.

Le J-20 mesure 20,3 mètres de long et a une envergure de 12,9 mètres. Il est fabriqué à partir d’alliages avancés, avec un poids à vide d’environ 19 000 kg pour une masse maximum de 32 000 kg. L’avion affiche un plafond de 20 km et une vitesse maximale supérieure à Mach 2 (2 470 km / heure),

Les coûts de recherche et développement du J-20 ont été estimés à plus de 30 milliards de yuans (4,4 milliards de dollars), avec un coût par avion de 100 à 110 millions de dollars.

3044841058.png

Photos : J-20 @ PLAAF