21/05/2022

La société suisse H55 sélectionnée par Pratt & Whitney pour le moteur hybride !

1074947507.png

C’est un grande reconnaissance pour la société suisse H55 d’André Borschberg, basée sur l’aérodrome de Sion avec la sélection de la part du motoriste Pratt & Whitney Canada (P&WC) pour venir équiper de batteries son projet de moteur hybride-électrique P804.  

Projet P804 

C’est en 2019 (avia news 17.07.21) que le motoriste Pratt & Whitney en collaboration avec Collins Aerospace ont confirmé le développement d’une propulsion hybride électrique. Il s’agit de lié deux technologies où les sources d’énergie indépendantes l’une de l’autre peuvent être utilisées en même temps ou individuellement. Le projet 804 est sous la direction de M. Jean Thomassin qui est le directeur. Il va superviser les efforts de construction et de mise au point du démonstrateur hybride électrique de Pratt & Whitney. 

Le projet P804 a pour but premier de faire la validation du concept de propulsion hybride avec une installation en parallèle, c’est-à-dire que les deux moteurs et les deux types d’énergies peuvent être utilisés en même temps pour faire tourner une seule hélice. L’avion de démonstration sera un DASH8-100 est sera équipé d’un moteur PW121 de série d’un côté. De l’autre côté il sera équipé d’un système de propulsion hybride d’une puissance de 2 mégawatts composé d’un moteur électrique et d’une turbine à gaz optimisée pour le vol en croisière, chaque moteur fournissant 1 mégawatt.

La technologie de propulsion hybride-électrique est un élément central de la stratégie de Pratt & Whitney visant à améliorer continuellement l'efficacité des systèmes de propulsion des avions, à l'appui de l'objectif à l'échelle de l'industrie d'atteindre zéro émission nette de CO2 pour l'aviation d'ici 2050. La société développe également des technologies pour soutenir une plus grande utilisation de des carburants alternatifs plus propres, y compris les carburants d'aviation durables (SAF) et l'hydrogène, chacun d'entre eux bénéficiera de l'efficacité accrue permise par les systèmes de propulsion hybrides-électriques. 

Le projet P804 doit également démontrer que cette technologie peut être installée sur des avions existants. Après la phase de validation, il sera alors possible de débuter la mise au point d’un premier système pour un modèle d’avion en particulier. Puis viendra le temps ou les avionneurs pourront développer de nouveaux appareils autour de cette technologie.

Le projet est soutenu des gouvernements du Québec et du Canada, pour développer cette technologie de propulsion durable. Collins Aerospace et De Havilland Aircraft of Canada sont des collaborateurs technologiques clés dans le projet de démonstrateur. Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et l'Innovative Vehicle Institute (IVI).  

La reconnaissance de H55

La société H55 créé par André Borschberg (Solar Impulse) a pour but de remplacer les moteurs classiques par une solution entièrement électrique ou hybride conçue et développée entièrement en Suisse. Le cœur de l'offre de produits de H55 comprend un système de stockage et de gestion d'énergie léger, modulaire et certifiable. H55 propose également un système de propulsion électrique complet qui comprend la batterie de secours avec le moteur, le contrôleur de moteur, l'interface pilote et les commandes de puissance. Le H55 recevra son certificat de type par l'EASA pour sa propulsion électrique de 100 kW d'ici fin 2023. 

IMG_9179.jpeg

Ces technologies sont directement issues du projet Solar Impulse, H55 a fait ses preuves en ayant intégré et piloté 4 avions électriques. La société est donc bien placée pour accompagner ses clients dans le développement et la personnalisation de ses solutions technologiques pour une large gamme d'applications adaptées à la fois aux conceptions d'avions existantes et aux concepts futurs tels que les VTOL et les avions de transport en ligne.

La force de cette entreprise réside donc dans son expertise et son ingénierie. Mais du point de vue industriel. Le choix de H55 est une décision audacieuse de la part de Pratt et Whitney. Ce choix s’est basé sur la qualité de l’offre et le contrôle de ceux-ci.

En début d’année j’ai eu la chance de visiter H55, André Borschberg, que côtoie à travers diverses activités, explique qu’il est primordial que les systèmes de batteries conçus puissent être sûr et contrôlable. Pour ce faire l’entreprise a développé un logiciel et des capteurs qui surveille en permanence les blocs de batteries à fin d’éviter toute surchauffe qui conduirait à une panne ou un incendie. Le concept de batterie est également innovant et unique au monde. Pour André, il important de connaitre toute la chaîne de production, on ne peut pas se retrouve avec un élément produit par sous-traitant non certifiés.

IMG_9173.jpeg

Photos : 1 Dash8-100 du projet P804 @ P&W 2 Batteries développées H55 avec système de contrôle intégré 3 André Borschberg et l’une de ses collaboratrices, nous présente H55 @ P.Kümmerling

01/11/2018

Salon aéronautique de Zuhai, le J-20 en vedette !

The-Chengdu-J-20-was-shown-off-by-China-at-the-Zhuhai-air-show.-Image-courtesy-of-Wikipedia.-e1478107293833.jpg

Dans quelques jours,se tiendra le Salon aéronautiqueChina 2018 à Zhuhai du 6 au 11 novembre. L’occasion de découvrir plusieurs nouveautés chinoises et notamment d’en apprendre un peu plus sur le Chengdu J-20 « Weilong » qui sera présent.

Quatre J-20 de l'armée de l'air de l'Armée de libération du peuple (ALP) ont survolé l'aéroport de Zhuhai Jinwan vers 8 h 30 mardi. Deux formations de J-20, composées chacune de deux avions de combat, ont effectué un passage à basse altitude sur l'aéroport, après quoi l'une d'entre elles a effectué une performance en vol acrobatique en solo. Les avions de combat sont rapidement partis. Mais selon Song Zhongping, expert militaire et commentateur de télévision chinoise, l’avion devrait être présenté lors du salon. Ce premier passage marquait une phase de répétition avant l’ouverture du Salon.

Le J-20 pourrait présenter des performances de vol pour démontrer à quel point l'armée de l'air de la PLA l'a maîtrisée au cours des deux dernières années. Le J-20 affichera davantage de manœuvrabilité au combat qui devrait étonner les spectateurs lors du spectacle aérien.

Le Chengdu J-20 « Weilong » :

2867af978f024cce87504590dfc65817.jpg

Le mystérieux avion furtif chinois Chengdu J-20 »Weilong », ou puissant dragon, est l'un des avions de combat les plus perfectionnés selon les dires de l’avionneur chinois. L’avion est censé pouvoir répondre au F-22 américain.

Doté d’une aile de type delta et des plans canards à l'avant, le J-20 dispose de deux empennages verticaux en diagonale mobiles d'un seul bloc. Cependant, Il n'y a pas d'empennage horizontal mobile, les plans canards, les parties mobiles de l'aile delta et les deux empennages diagonaux suffisent à un contrôle optimum. L’avion est doté de la poussée vectorielle, permettant d'augmenter la maniabilité de celui-ci.

Pour l’instant, on ne connaît pas encore le modèle exact du moteur WS-10 qui équipe le J-20. Certains avancent en Chine, qu’il pourrait s’agit du WS-10-T2. Il semble par contre que la version du WS-10 est une dérivée du WS-10B qui incorpore les améliorations portées du WS-10G (14 200 kg), notamment au niveau de la structure de la soufflante et du compresseur. On estime la poussée à 14 tonnes avec postcombustion.

L’avion dispose d’une baie ventrale pour l’armement d’une longueur estimée à 4,5 mètres pour 3 mètres de largeur, l’avion semble pouvoir emporter quatre missiles air-air de moyenne portée PL-15 des missiles air-air à courte portée PL21. Par contre, les missiles air-air de courte portée sont localisés aux niveau des petites soutes latérales de chaque côté du fuselage à proximité des entrées d’air pouvant chacune recevoir un missile air-air PL-10.

 

Quelques données :

Le J-20 mesure 20,3 mètres de long et a une envergure de 12,9 mètres. Il est fabriqués à partir d’alliages avancés, avec un poids à vide d’environ 19 000 kg pour une masse maximum de 32 000 kg. L’avion affiche un plafond de 20 km et une vitesse maximale supérieure à Mach 2 (2 470 km / heure),

Les coûts de recherche et développement du J-20 ont été estimés à plus de 30 milliards de yuans (4,4 milliards de dollars), avec un coût par avion de 100 à 110 millions de dollars.

 

IMG_4202_SfM9Lsa.JPG

Photos :Le J-20 @ CCTV

 

13/10/2017

Premier vol pour le démonstrateur Scaled Composite 401 !

1711686_-_main.jpg

Scaled Composites a réussi le vol inaugural de son prototype expérimental modèle n°401. L'avion monomoteur et monoplace est l'un de ceux qui ont été construits par la filiale de Northrop-Grumman pour démontrer des techniques de fabrication avancées et peu coûteuses et fournir des avions pour les services de recherche. Deux prototypes ont été construits sur contrat avec un client non divulgué. A noter que l'avion dispose de similitudes physiques avec le Predator C Avenger de General Atomics, qui a la même forme d'aile et de queue.

Propulsé par un seul moteur Pratt & Whitney JTD-15D-5D, le modèle 401 est capable de voler à Mach 0,6, a un plafond de service de 30 000 pieds et une autonomie de trois heures. L'avion mesure 11,6 m de long. Il a un poids à vide de 1 814,4 kg (4 000 lb) et une masse maximale au décollage de 3 628,7 kg (8 000 lb).

 

Photo : Scaled Composite n°401 @ Scaled Compiste

 

20/08/2017

Incendies, des Super Puma suisses au Portugal !

 

3209705931.jpg

Samedi un détachement d’hélicoptères militaires de type Super Puma des Forces aériennes suisses a quitté la Suisse en direction du Portugal. A partir de lundi trois hélicoptères et une équipe d’une trentaine de personnes membres de l’armée et collaborateurs du DDPS soutiendront la population et les autorités portugaises dans la lutte contre les incendies de forêts.

Le Portugal a connu de nombreux incendies durant cet été. Des milliers d’hectares de forêts sont partis en fumée. En ce moment, des feux ravagent plusieurs localités du pays et les autorités ont demandé des renforts internationaux.

Le Conseil fédéral a donné son aval pour le déploiement de trois hélicoptères du type Super Puma et d’une trentaine de personnels de l’Armée suisse. Les appareils et l’équipage ont quitté la Suisse aujourd’hui. Ils feront une escale au nord de l’Espagne avant de rejoindre la ville de Monte Real (120 kilomètres au nord-est de Lisbonne) où débuteront les premières opérations.

Il s’agit de la deuxième action conjointe de l’Aide humanitaire de la DDC et de l’Armée suisse cet été. Le mois passé, la Suisse avait, en effet, déployé des hélicoptères pour éteindre les incendies au Monténégro. (sources DDPS)

Photo: Super Puma engagés contre des incendies@ DDPS

 

23/04/2017

Des restrictions de vol pour les T-45 « Goshawk » !

473.jpg

La Marine américaine a restreint l’enveloppe de vol de ses avions écoles Boeing T-45C « Goshawk » à une altitude maximale de 5’000 pieds et à des manœuvres de 2g après qu'un pilota instructeur a signalé des maux de tête après avoir effectué un vol en tandem avec un élève.

Rappel :

Les nouvelles restrictions de vol ont été prises une semaine après la reprise des vols des T-45C, suite à une «pause opérationnelle» de 12 jours mise en œuvre par les dirigeants de la Marine après un pic d'épisodes d’hypoxie signalés par les pilotes.

Les pilotes instructeurs refusaient de voler sur le jet, en citant des problèmes avec le système de générateur d'oxygène OBOGS de bord du T-45C. Les opérations de vol ont repris le 18 avril, mais les vols étaient limités à 10 000 pied d'altitude maximum. De plus, les pilotes ont été invités à ne pas effectuer de manœuvres soutenues à grande vitesse, et à ne pas dépasser 2g.

Un nouvel incident lié à l’hypoxie a eu lieu sur la base Naval Air Station Kingsville, au Texas, plus tôt cette semaine, impliquant un instructeur qui volait en testant une nouvelle configuration de masque d'oxygène. La Marine a confirmé l'incident, en disant qu'un pilote avait signalé des maux de tête mineurs et que les symptômes avaient diminué à mesure que l'avion perdait de l’altitude.

Masques en cause ?

Les pilotes instructeurs ont déjà signalé des inquiétudes au sujet de la nouvelle configuration de masque utilisée. Les pilotes se sentent mal à l'aise pour respirer dans le masque modifié. Un autre problème est que le nouveau système exige que le pilote relance le système OBOGS, s'il doit utiliser l'oxygène d'urgence, ce qui n'est pas idéal.

 

US_Navy_030314-N-4768W-051_A_T-45C_Goshawk_receives_the_launch_signal_from_a_shooter_on_the_flight_deck_of_USS_John_C._Stennis_(CVN_74).jpg

Photos : 1 T-45C Goshawk @ Chad Thomas 2 A l’entrainement sur porte-avions@ USN