09/08/2021

L’Italie investi dans le Tempest !

77200_tempest_348955.jpg

Après l’annonce de Londres, c’est maintenant Rome qui se lance un nouvel investissement en vue du développement du « Team Tempest ». En effet, Rome va investir 2 milliards d'euros (2,4 milliards de dollars) dans le programme Tempest dans le cadre des plans divulgués dans le dernier document de planification pluriannuelle du pays (Documento Programmatico Pluriennale : DPP) pour 2021-2023.

Le ministère italien de la Défense (MoD) prévoyait d'allouer 60 millions d'euros entre 2021 et 2023, 90 millions d'euros entre 2024 et 2026 et 1,85 milliard d'euros entre 2027 et 2035 pour financer les capacités du futur système d’avion de combat européen « Tempest » en collaboration avec L’Angleterre et la Suède. Selon un communiqué de presse, se sont près de 6 milliards d'euros qui seront dédiés pour la recherche et le développement par les partenaires du programme, tandis que les financements d'acquisition et de soutien restent encore à définir.

Pour l’Italie, le Tempest fait partie des sept programmes « phares » jugés d'importance stratégique pour le secteur de la défense, car il présente des opportunités croissantes de coopération internationale, une valeur technologique élevée et de solides retours sur investissement pour l'industrie nationale. Le programme verra le ministère de la Défense soutenu par le ministère de l'Économie et des Finances, le ministère du Développement économique, le ministère de l'Université et de la Recherche et le ministère de l'Innovation numérique.

Comme indiqué dans le DPP, le Tempest est envisagé comme un chasseur habité/avec équipage optionnel, capable d'opérer dans des environnements très contestés et dégradés, et fera partie d'un système de systèmes (SoS) plus large et en réseau - le Future Combat Air Système (FCAS) – qui comprendra des véhicules aériens sans pilote (UAV), des systèmes d'armes et de capteurs, ainsi que d'autres actifs et technologies aéronautiques actuels et futurs. 

Rappel 

Le Tempest a été lancé en 2018 après que la France et l'Allemagne ont opté pour leur propre programme aérien de combat de nouvelle génération sans le Royaume-Uni. Le projet étudie une suite de technologies à utiliser dans un système aérien de combat, qui pourrait impliquer des aéronefs avec et sans pilote, des drones et des armes laser.

Le Tempest est la pièce maîtresse de la stratégie aérienne de combat britannique et a été conçu pour aider à préserver l’expertise du pays en matière d’aérospatiale militaire. L'objectif est de développer un système aérien de combat de sixième génération qui entrera en service au milieu des années 2030. Le gouvernement a engagé 2 milliards de livres sterling pour financer les premières étapes du projet.

De nouvelles méthodes de travail 

Le programme Tempest adopte de nouveaux processus et de nouvelles façons d'aborder les défis pour non seulement faire du Tempest FCAS un « système de systèmes », capable de vaincre la menace et d'obtenir avec succès les effets souhaités dans les opérations futures, mais également obtenu avec un développement et une fabrication ayant une efficacité maximale pour réduire les coûts et les temps de développement de moitié de ce qui peut être réalisé traditionnellement.

Au cœur du programme de développement, les initiateurs du programme Tempest mettent un accent beaucoup plus marqué sur la collaboration que sur les projets aériens de combat antérieurs, non seulement entre les entreprises britanniques, mais aussi au niveau international. Il s’agit par exemple de ne pas reproduire les erreurs commises avec le programme de l’Eurofighter.

La Team Tempest bénéficie désormais de l’expertise industrielle de l’Italie et de la Suède dans un effort tri-national. Travailler ensemble permet non seulement de tirer les innovations de tous les secteurs de l'industrie, y compris les PME, mais réduit considérablement la duplication des efforts et par conséquent, les coûts.

La nouvelle approche du développement de Tempest consiste à introduire des innovations en dehors du secteur de la défense, en s'appuyant sur la technologie commerciale apportée par les industries de l'énergie, du nucléaire et de l'automobile, par exemple. Le secteur financier est également à l'étude pour apporter une assistance technologique significative dans le domaine crucial de la cybersécurité.

3553689275.jpg

Photo : le futur Tempest @ Leonardo

22/07/2021

Vol inaugural pour le premier AW101 de la marine polonaise !

IMG_7377.jpeg

Leonardo a annoncé que le premier hélicoptère AW101 (ZR285) de la marine polonaise a effectué son premier vol en début de semaine sur le site de la société à Yeovil. 

Le vol a démontré des vérifications fonctionnelles des systèmes principaux de la cellule ainsi que du système de commande, et des vérifications de la conduite du moteur ont été effectuées tout au long pour surveiller la plage de vitesse de l'avion. Le domaine de vol sera désormais ouvert davantage avec des tests explorant l'équipement de mission sur mesure installé sur l'appareil. 

Cette réalisation est révélatrice d'une équipe Leonardo intégrée couvrant le Royaume-Uni, la Pologne et l'Italie. Il met en évidence la force de la collaboration entre Leonardo et la principale présence industrielle de la Société en Pologne, PZL-Świdnik, qui agit en tant que maître d'œuvre, car toutes les équipes travaillent en étroite collaboration dans les trois pays pour assurer cette capacité haut de gamme pour le ministère polonais de la Défense nationale.

En avril 2019, la société a annoncé qu'elle fournirait quatre hélicoptères AW101 et un ensemble complet de logistique et de formation intégrés au ministère polonais de la Défense nationale. L'appareil améliorera considérablement la capacité des hélicoptères de la marine polonaise. 

PZL-Świdnik, agit en tant que maître d'œuvre et est responsable de l'ensemble de l'exécution du contrat, et chez Leonardo à Yeovil, l'équipe assemble l'aéronef. L'AW101 effectuera une gamme de missions pour la marine polonaise, notamment la guerre anti-sous-marine (ASW) et la recherche et le sauvetage au combat (CSAR). 

L'AW101 pour la brigade de l'aviation navale polonaise sera équipé des systèmes de mission les plus modernes, notamment un pilote automatique avec modes SAR, un système de transmission de données, un système de navigation tactique et des systèmes de protection et de défense (passifs et actifs). De plus, l'AW101 sera équipé d'une radio tactique, d'un radar de reconnaissance, d'une tête d'observation (FLIR) et d'un transpondeur en mode S. Il sera également équipé d'une mitrailleuse de 12,7mm. 

L’hélicoptère disposera  de projecteur et des feux alignés, ce qui assurera une bonne visibilité par tous les temps. L'avion sera optimisé avec des équipements médicaux et de sauvetage, dont deux treuils et un système de transport de charges sur la suspension externe. De plus, la flotte d'AW101 sera équipée d'un système de flotteurs d'urgence, de radeaux de sauvetage et d'une trousse de survie pour climat froid. 

L'hélicoptère est déjà en service dans certains des pays les plus importants de l'OTAN, tels que l'Italie, le Royaume-Uni, le Canada, le Danemark, la Norvège et le Portugal.

IMG_7375.jpeg

Photos : le premier AW101  de la marine polonaise @ Leonardo

11/07/2021

Pakistan, le programme Sea Sultan avance !

IMG_7264.jpeg

Je vous en parlais en octobre dernier, le remplacement des avions de patrouille maritime pakistanais et maintenant bien engagé. La marine pakistanaise vaconvertir jusqu'à 10 Embraer Lineage 1000 en avions de patrouille navale (MPA) et de guerre anti-sous-marine (ASW) pour remplacer sa flotte de 6 P-3A Orions dans les années à venir.

Le défi de la conversion

Tout comme le P-8A « Poseidon » issus du B737 ou le GlobalEye du Global 6000, la principale difficulté de ce programme concerne la conversion d’une cellule d’avion civile en version militarisée. L’ajout d’une baie pour emporter de l’armement sous le ventre ou le renforcement des ailes, pose des problèmes importants de structure.

On ne connaissait pas à l’époque qui serait chargé de de la conversion. Selon dernières informations, le contrat a été attribué à l'italien Leonardo pour la conversion des trois premières unités de l'Embraer Lineage 1000 en MPA/ASW. 

Sultan des mers

La première étape du projet a été la publication d'un appel d'offres pour un avion à réaction bimoteur d'une masse maximale au décollage (MTOW) de 54'500 à 63'500 kilogrammes et d'une autonomie de plus de 6'437 km. 

La marine pakistanaise a également ajouté que les « composants principaux » de l'avion, tels que les moteurs, le système de commandes de vol, le train d'atterrissage et d'autres pièces critiques, ne devraient pas être couverts par le règlement américain sur le trafic d'armes (ITAR). 

Pour la deuxième étape, la Marine modélise l'instrumentation à bord du nouveau « Sea Sultan » sur celle du RAS-72 « Sea Eagle ». Le RAS-72 est un avion de patrouille maritime (MPA) basé sur l'ATR-72. Leonardo a été l'entreprise choisie pour effectuer les modifications et pour intégrer ses propres équipements de capteurs, de commande et de contrôle et de communication. 

Embraer Lineage 1000 

Le Lineage 1000 est une variante de l’Embraer 190. Ce jet privé a été lancé le 2 mai 2006. Fabriqué par l’avionneur brésilien Embraer. Avion d’affaires « ultra large » pouvant accueillir jusqu'à 19 passagers. Le Lineage 1000 dispose de 2 réservoirs sur le pont inférieur de l'appareil, doublant quasiment son rayon d'action. L'intérieur est divisé en 5 sections, incluant une chambre (optionnel) et une salle de bain. Un autre point remarquable du Lineage 1000 est le diamètre de son fuselage qui est beaucoup plus important que celui de n'importe quel autre avion d'affaires. Le Lineage 1000 est seulement devancé au niveau de la taille par des avions comme les Airbus A318, 319 et le B737. Le premier vol du Lineage 1000 a eu lieu en 2007.

Sea-Sultan.jpg

Photos : Programme Sea Sultan @ Embraer / Leonardo

 

02/06/2021

Les AW159 « Wildcat » philippins déclarés opérationnels !

1893560278.jpg

Les deux hélicoptères Leonardo AW159 « Wildcat » ont été déclaré opérationnels pour le service dans la marine philippine (PN).

Les deux appareils devraient être déployés à partir des deux nouvelles frégates de classe José Rizal: BRP José Rizal (FF 150), qui a été mise en service en juillet 2020, et BRP Antonio Luna (FF 151), qui est entrée en service en mars 2021. Les deux plates-formes ont été livrées en mai 2019 sur la base navale Heracleo Alano de Cavite City. Les AW159 sont exploités par l'escadron MH-40 de la Naval Air Wing à la base aérienne de Danilo Atienza.

Préparation pour l’embarquement

Cependant, les pilotes sont encore en phase de formation en vue des opérations d'appontage et à l'intégration sur les frégates de la classe José Rizal. Suite au COVID, les instructeurs de Leonardo du Royaume-Uni ne sont pas encore retournés aux Philippines pour terminer la formation. Ils devraient revenir au pays prochainement pour terminer cette ultime phase d’intégration.

Rappel 

La Marine philippine a passé commande pour 2 hélicoptères de lutte anti-sous-marine et antisurface Leonardo AW159 « Wildcat » en 2016. Le contrat est estimé à près de 114 millions de dollars. L’hélicoptériste italien a construit les hélicoptères à son usine de Yeovil au Royaume-Uni, le contrat comprend la formation et le soutien pluriannuel. Les deux hélicoptères sont équipés d'équipements sophistiqués « state-of-the-art mission » avec des capteurs principalement dédiés à la lutte anti-sous-marine et pour le rôle de guerre antisurface. Les hélicoptères sont également en mesure d'effectuer d'autres missions, y compris la recherche et le sauvetage (SAR), la sécurité maritime et la surveillance maritime.

Equipement des AW159 philippins 

Pour équiper ses AW159, la marine des Philippines a opté pour le missile israélien Spike ER (Extended Range) en version antinavire. Les hélicoptères sont également dotés de capacités de lutte anti-sous-marine (ASW) avec les torpilles légères de MBDA K745 « Blue Shark ».

Le Leonardo AW159 « Wildcat » :

L’AW159 « Wildcat » est prévu pour remplacer les « Lynx » de première génération, ce nouvel hélicoptère multirôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011. Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface à guidage autonome (FASGW).

philippine_navy_aw159.jpg

Photos : AW159 « Wildcat » de la marine philippine @ Leonardo

18/04/2021

Partenariat de formation entre la Grèce et Israël !

unnamed.jpg

C’est fait, Israël et la Grèce ont signé leur plus gros accord d'achat de défense, qui devrait renforcer les liens politiques et économiques entre les pays. L'accord comprend un contrat de 1,65 milliard de dollars pour la création et l'exploitation d'un centre de formation pour l'armée de l'air hellénique par l'entrepreneur de défense israélien Elbit Systems sur une période de 22 ans, a confirmé le ministère israélien de la Défense.

Le centre de formation sera calqué sur la propre académie de vol d'Israël et sera équipé de 10 avions d'entraînement M-346 produits par la société italienne Leonardo. Elbit fournira également des kits pour mettre à niveau et exploiter les avions T-6 grecs et fournira également une formation, des simulateurs et un soutien logistique. Israël fournira également des simulateurs, une formation et un soutien logistique dans le cadre de l'accord de 20 ans. Cela fait partie d'une relation de plus en plus étroite entre Athènes et Jérusalem qui a vu la Grèce louer des drones israéliens. 

"Je suis certain que ce programme améliorera les capacités et renforcera les économies d'Israël et de la Grèce et ainsi le partenariat entre nos deux pays s'approfondira aux niveaux de la défense, économique et politique", a déclaré le ministre israélien de la Défense Benny Gantz.

Cette annonce fait suite à une réunion à Chypre vendredi entre les ministres des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, de la Grèce, de Chypre et d'Israël, qui ont convenu d'approfondir la coopération entre leurs pays.

Rappel :

Cet accord fait suite un appel d’offres en vue pour remplacer les vieux T-2  « Buckeye » en service au sein de la Force aérienne hellénique. L’école de pilotage sera basée sur le mode de fonctionnement de l’académie de pilotage israélienne et Leonardo fournira les M-346. L’avionneur Leonardo s'est déjà associé à Elbit sur des simulateurs. Les appareils de type Beechraft T-6 déjà en service en Grèce seront également maintenus dans le cadre de l'accord bilatéral historique. Par contre il n’est pour l’heure pas préciser si les M-346 seront achetés par la Grèce ou s'ils seront fournis par Elbit Systems directement. 

Les M-346 qui serviront au sein de la future école gréco-israélienne seront aux mêmes standards que ceux en service en Israël et dotés d’équipements fournit par Elbits Systems. Il en va de même pour les Beechraft T-6 en service en Grèce qui seront modernisés et portés au même standard que ceux en service dans l’Etat Hébreu. L'école de pilotage de l'Armée de l'air hellénique sera située à Kalamata sur la péninsule du Péloponnèse.

Double impact:

Ce nouveau partenariat est doublement important, d'un part il relance les capacités de formation des pilotes grecs à un moment charnière, soit la réception des avions de combat Rafale et plus tard du F-35. Les grecs pouvant ainsi bénéficier des expériences françaises sur le Rafale et israéliennes avec le F-35. De l'autre, Israël devient un partenaire actif au sein de l'Europe notamment avec sa participation en tant que formateur en Grèce, mais également avec les échanges effectués avec l'Italie. Un positionnement de l'Etat Hébreu qui est une épine dans le pied de la Turquie à bine des égards. 

Le M-346 :

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile en flèche construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multi-fonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage, et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

2-75-740x400.jpg

Photos : 1 M-346 @ Leonardo 2 T-2 « Buckeye » @ FAH