23/05/2019

Inde, tir d’un BrahMos de guerre depuis un Su-30 !

BM-SU30-MKI-5-1024x640.jpg

L’Indian Air Force (IAF) a tiré avec succès le missile BrahMos version aérienne depuis un avion de combat Su-30 MKI. Le lancement à partir de l'avion s'est fait en douceur et le missile a suivi la trajectoire souhaitée avant de toucher directement la cible au sol. Contrairement au tir de 2017, le missile était cette fois doté de sa pleine capacité de guidage pour atteindre sa cible avec précision.  

L'intégration de l'arme dans l'aéronef a été un processus très complexe impliquant des modifications mécaniques, électriques et logicielles de l'aéronef. L’IAF est impliquée dans l’activité depuis sa création. Le développement du logiciel de l'avion a été entrepris par les ingénieurs de l'IAF tandis que HAL apportait des modifications mécaniques et électriques à l'avion.

Les efforts dévoués et synergiques de l’IAF, du DRDO, du BAPL et du HAL ont prouvé la capacité du pays à entreprendre de telles intégrations particulièrement complexes.

Le missile BrahMos offre à l’armée de l’air indienne la capacité désirée d’attaquer à partir de vastes champs de bataille éloignés sur toute cible en mer ou sur terre avec une précision extrême jour et nuit et par tous les temps.

La capacité du missile, associée aux performances exceptionnelles de l'avion Su-30MKI, confère à l'IAF la portée stratégique redoutable pour la région.


Le BrahMos : 

Le BrahMos est un missile de croisière supersonique pouvant être lancé à partir d'un sous-marin, d'un bâtiment de surface, d'un avion ou d'une station terrestre. Développé conjointement par l'Inde et la Russie. Les deux pays ont créé à cette fin une société commune, BrahMos Aerospace Private Limited.

Utilisé par l'armée indienne depuis 2005, le « BrahMos » est un missile supersonique à propergol solide pesant 2,55 tonnes. Le missile vol à des vitesses comprises entre Mach 2,5 et 2,8. Sa version originale est longue de 8,3 mètres pour 0,67 m de diamètre. Doté d'une ogive de 200 à 300 kg, le BrahMos est capable de neutraliser les cibles à une distance de 290 km avec une charge anti-blindage ou nucléaire. BrahMos est un acronyme composé des premières syllabes du fleuve indien Brahmapoutre et de la rivière russe Moskova.

Le Sukhoi Su-30MKI :

Le Sukhoi Su-30MKI ou « Super 30» bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, d’un radar AESA de type Phazotron Zhuk-MA plus puissant, capable d’engager plus de quatre cibles simultanément et ceci également vers l’arrière. L’avion dispose d’une certaine capacité en matière de furtivité et ceci grâce à une diminution de la signature radar. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles indien BrahMos et du KH-59M Ovod-M. L’avionique dispose d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage longue portée TV. L’appareil est doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn Corporation, dont la durée d’entretien est montée à 2’000 heures en lieu et place des 1’000 actuels. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permet une meilleure sécurisation en cas de manœuvre extrême.

brah-759.jpg

Photos :Tir d’un BraMos depuis un Su-30MKI de l’IAF @ IAF

 

13/05/2019

L’Inde réceptionne ses premiers Apache !

p1745474_main.jpg

L’armée de l’air indienne a réceptionné ses premiers hélicoptères d’attaque Boeing AH-64E « Apache » BlockIII, lors d’une cérémonie de remise. Des représentants de l'armée de l'air ont pris livraison des appareils  au centre de production de Boeing à Mesa. Les équipages indiens ont suivi une formation à Fort Rucker, en Alabama.

yourfile.jpg

Rappel : 

C’est le 28 mai 2015 que le Ministère indien de la Défense (MoD) a autorisé l'acquisition de 22 hélicoptères Boeing AH-64 E « Apache » et 15 hélicoptères Boeing  CH-47F « Chinook » pour un montant de 2,5 milliards de dollars US.

La vente de 22 hélicoptères de combat AH-64D Apache comprend également une large panoplie d’armement tel que : 812 missiles AGM-114L-3 Hellfire Longbow, 542 missiles AGM-114R-3 Hellfire-II, 245 missiles Stinger Block I-92H. Des munitions de 30mm pour approvisionner les canons. Il faut également ajouter  12 radars de définition de cible AN/APG-78, 12 Interféromètres AN/APR-48A à fréquence radar. L’Inde prévoit également de se doter d’un important stock de moteur de réserve avec 50 turbines General-El T700-GE-701D.

L’AH-64 E Apache Block III :

Le Bloc III est la variante la plus avancée de l'hélicoptère d'attaque. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones). Ceci comprend un JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aérien et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

3882142049.jpg

Photos : 1 & 3 Apache aux couleurs indiennes Cérémonie de remise @ Boeing

23/04/2019

Reprise des vols pour l’HJT « Sitara » !

trye.jpg

L’avionneur indien HAL a repris les essais en de avion avion école intermédiaire HJT-36 « Sitara » à partir de son centre de production à Bengaluru. « Ce premier vol a été parfait et son succès est une étape importante vers le programme IJT», déclare HAL.

Les essais en vol de l’HJT-36, conçus et développés par HAL pour l'entraînement de phase II des pilotes de l'IAF, ont été suspendus après que l'avion eut rencontré des problèmes lors d'essais en 2016.»  HAL a poursuivi ses efforts de R&D et entrepris la modification de l’appareil HJT LSP4 sur la base d’études approfondies en soufflerie.

L’HJT a une longue histoire troublée depuis sa création en 1999. Avant cela, en 2014, HAL avait fait appel à une aide extérieure pour réduire le poids de l'avion. A l’époque, le ministère indien de la Défense avait ouvertement critiqué le programme. En février 2014, il a lancé une demande d'informations concernant un nouvel entraîneur à jet intermédiaire. Des problèmes sont également apparus à l’époque en ce qui concerne des problèmes de maintenance du moteur russe

NPO Saturn AL-55I. Plus tard, des prototypes ont été victimes d'accidents en 2007 et 2008, dont l'un lors de l'édition 2007 du salon Aero India à Bengaluru.

Le  HAL HJT-36 Sitara :

Le HAL HJT-36 « Sitara » (Etoile) est un jet école intermédiaire destiné aux Forces aériennes indiennes. Le HJT-36 doit normalement venir remplacera le HAL HJT-36 « Kiran ». Doté d’ailes basses en flèche, un cockpit en tandem et de petites prises d’air pour le moteur de part et d’autre de son fuselage. Il est entré en production en série limitée en 2010, mais selon les représentants de l’armée de l’air indienne, il restait «inapte» au service en raison de problèmes technologiques.

Le HJT-36 utilise des alliages légers et des composites. Il comporte un train d'atterrissage de type tricycle à rétraction hydraulique.  L'avion dispose d’un siège élejectable Zvezda K-26LT. Les commandes de vol sont conventionnelles et manuelles.L’avionique est numérique fournie par Genenral Electric Systems. L'affichage tête haute et le répéteur sont produits par Elbit Systems.  L'avion dispose de cinq points durs externes pour l'entraînement aux armes. 

 

234.jpg

Photos : HAL HJT-36 « Sitara » @ HAL

 

 

20/02/2019

Lockheed-Martin crée la surprise avec le F-21 !

EDE773C6-2D30-4F3E-A75E-2B61B6F9E265.jpeg

Salon aéronautique Aero India 2019, l’avionneur américain Lockheed-Martin vient de créer la surprise avec la présentation du F-21 pour répondre aux besoins de l’Indian Air Force (IAF). L’offre est spécifique dans le cadre de la demande indienne (RFI) en vue d’acquérir 110 nouveaux avions de combat pour une  valeur supérieure à 15 milliards de dollars.

Effet marketing ou réelle nouveauté ?

Surnommé F-21 et introduit par les slogans "Make in India" et "India’s Pathway to F-35", l’avion serait construit localement en partenariat avec Tata Advanced Systems (Inde). Selon le communiqué de Lockheed-Martin. De prime abord, le F-21 n’est en fait qu’une adaptation du F-16 Block70/75 « Viper ». Mais celui-ci serait également spécialement configuré pour répondre aux besoins spécifiques de l'armée de l'air indienne. 

L’offre de l’avionneur américain comprend une cellule de F-16 Block70/75 dotée du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) Northrop Grumman APG-83 qui permet une détection allongée haute résolution. Des cartes radar à synthèse d'ouverture (SAR) pour les opérations en mode frappe par air de précision, air-sol et air-sol entrelacées et entrelacées afin d'améliorer la connaissance de la situation, l'efficacité opérationnelle, le système de repérage AN/APX-126 Advanced IFF (CFT), un sous-système d’avionique COTS, un bus de données à haut débit et à grande vitesse, ainsi que d'autres fonctionnalités de base telles qu'une liaison de données de théâtre Link-16, une nacelle de ciblage avancée « Sniper », un système de navigation GPS de précision et le système anticollision automatique au sol (GCAS automatique). L’avion est doté des réservoirs de carburant additionnels. L'avion est doté d'une perche de ravitaillement pour permettre d'utiliser les ravitailleurs en service au sein de l'IAF.

 

Le partenariat de Lockheed Martin avec l’Inde, proposé au-travers du F-21, fournira à l’armée de l’air indienne des capacités évoluées et évolutives, des possibilités industrielles inégalées et une coopération accrue entre l’Inde et les États-Unis sur les technologies de pointe.

Lockheed-Martin affirme également que le F-21 disposera de composants issus des F-22 et F-35 de 5e génération et partagera une chaîne d’approvisionnement commune pour divers composants. Environ la moitié des chaînes d'approvisionnement des F-21 et F-16 sont communes aux F-22 et F-35.

Au final, il semble donc bien que le « F-21 » ne soit en fait qu’un début d’évolution du F-16 Block70/75 déjà annoncée il y a deux ans, avec le standard Block80.  Mais voilà, pour le service de vente de Lockheed-Martin pouvoir renommer l’avion « F-21 » permet de rafraîchir un peu plus l’image du « Fighting Falcon » et attirer du même coup l’attention.

 

D91E65A6-501A-4648-A891-95AD5DC9561F.jpeg

Photos : F-21  @Lockheed-Martin

 

04/09/2018

Premier essai de ravitaillement en vol pour le Tejas !

tejas-with-flight-refuelling.jpg

 New Dehli, ce qui pourrait paraître commun pour la plus part des avions de combat et un événement pour l’avion de combat indien HAL Tejas. Ce mardi, l’équipe d’essais en vol de HAL en collaboration avec l’Indian Air Force a procédé au premier essai de ravitaillement en vol d’un avion Tejas MKIA avec un IL-78MKI ravitailleur. C’est une étape majeure qui assurera l'expansion de la portée jusqu'à laquelle l'avion de chasse indigène indien peut frapper dans des situations de combat.

Selon le communiqué de l’avionneur HAL, il n'y avait pas eu de transfert réel de carburant en direction de l’avion. Il s’agissait d’un premier pas en de vérification de verrouillage compatible entre le perche du Tejas et le tuyau ravitailleur. Plusieurs autres tests doivent être effectués pour valider les capacités du chasseur Tejas en vue de sa certification au ravitaillement en vol. Le transfert de carburant finalisera les essais.

L’avion utilisé est un Tejas MKIA (LSP-8) qui fait partie du l’escadron de qualification de l’Indian Air Force «The Flying Daggers». En 2017, le Conseil d’acquisition de la défense (DAC) avait autorisé l’acquisition de 83 avions LCA Tejas Mk1A.

Une intégration longue :

Ce premier test fait suite à la longue et complexe intégration complexe de la sonde de ravitaillement en vol sur le chasseur Tejas. La série LCA Tejas Limited Production-8 (LSP-8) est le premier équipé d'une sonde air-air, fournie par Cobham, basée au Royaume-Uni. Elle est fixée à l’avant du cockpit sur le côté droit de l'avion. Tout comme la famille des « Mirage » le Tejas dispose d'une sonde de ravitaillement aérienne fixe. L’intégration de la sonde de ravitaillement est un élément clef voulu par le cahier des charges de l’IAF. A terme l’ensemble de la flotte sera dotée de la capacité de ravitaillment en vol.

La sonde de ravitaillement en air à mi-hauteur est l’un des paramètres clés que HAL-ADA doit combiner, avant l’approbation opérationnelle finale. Selon HAL, dès le premier avion Tejas MKI-A (21ème chasseur dans les plans de production de la série), toutes les plates-formes seront équipées de la sonde de ravitaillement en vol.

Le Tejas MK-1A : 

Hindustan Aeronautics et l'Agence de développement aéronautique (ADA) sont actuellement en phase de finalisation du développement du Tejas Mk-1A. Selon l’avionneur indien, la production du Mk-1A pourra commencer immédiatement après la fin des livraisons du premier lot de 20 avions au standard MK-1 en configuration d'Operational Operation (IOC).

Le Tejas Mk-1A emportera un radar israélien Elta 2052 AESA, une suite de guerre électronique (EW) et une sonde de ravitaillement en vol Cobham. De nouveaux missiles air-air et des munitions de précision sont également envisagés par l’ADA, en plus des R-73 et du Rafael Derby BVRAAM, déjà intégrés sur les avions Tejas Mk1.

3483670450.2.jpg

Photos : 1Le Tejas LSP-8 avec sonde de ravitaillment 2Tejas Mkii@ HAL