14/10/2021

Gros retard dans la modernisation des Mirage 2000 indiens !

2854595289.jpg

Elle avait bien débuté la modernisation de la flotte d’avions de combat Mirage 2000H indien, mais c’était sans compter l’arrivée du COVID et d’un certains nombres de problèmes avec l’intégration de divers systèmes qui ne satisfont pas l’Indian Air Force (IAF). Le retard accumulé devrait atteindre les trois ans.

Rappel

Initialement, le plan de près de 2,5 milliards de dollars visant à moderniser les Mirage 2000H de l’IAF devait être terminé pour la fin de cette année. Dassault Aviation est le maître d’oeuvre pour la modernisation de la flotte de 51 Mirage 2000H de l’IAF. L’avionneur français a commencé travailler sur quatre exemplaires de « 2000 » indiens, les autres appareils devant être modernisés en Inde par Hindustan Aeronautics (HAL) à Bangalore. 

Cette modernisation est réalisée par un consortium franco-indien qui regroupe : Dassault aviation, Thales (armes et intégration systèmes) MBDA (missiles) ainsi que Hindustan Aeronautics Limited (HAL) (réalisation, montage).

La situation

A ce jour seul 50% des Mirage 2000H indiens sont modernisés au standard « 2000-5 ». Selon le plan, les 16 premiers avions, dont les quatre modernisés par Dassault Aviation, devaient être livrés avec le statut Initial Operational Clearance (IOC). Les 35 autres devaient venir avec le statut Final Operational Clearance (FOC). Mais la perte d’un Mirage 2000-5 fraîchement modernisé et l’arrivée du COVID ont ralenti le programme dans un premier temps. Puis, c’est l’IAF qui a fait savoir qu’elle n’était pas satisfaite de certaines intégrations  et que la norme FOC n’était pas atteinte. De plus l’intégration de systèmes d’origine israéliennes ne sont pas encore effectué.  Ces retards vont générer un surcoût important. 

Modernisation des Mirage 2000H  

L’objectif technique de cette modernisation comprend une mise à niveau des Mirage 2000 au standard -5 /II  avec l’adjonction de la nouvelle version du radar RDY-3, un cockpit numérique compatible avec de jumelle de vision nocturne. L’avion doit être doté d’une liaison Link16 couplée à un système de données tactiques JTIDS. L’Inde a également négocié l’acquisition d’un viseur de casque d’origine israélienne.  Question armement, la France fourni la dernière génération de missile MICA, doté d’autodirecteur à infrarouge et à guidage radar. L’appareil peut également emporter divers types de bombes lui permettant une allonge en matière d’attaque au sol.

Les Mirage 2000H acquis au milieu des années 80 commencent sérieusement à être dépassés technologiquement. Ce programme doit permettre à l’avion français de Dassault de retrouver des capacités, lui permettant de pouvoir maintenir ses engagements durant encore 20 ans. 

Photo : Mirage 2000H indiens @ IAF

 

24/09/2021

New Dehli commande 56 C295 !

C295_AVRO.JPG

Enfin ! Dirons certains, l'Inde a officialisé l'acquisition de 56 avions de transport Airbus C295 pour remplacer la flotte AVRO héritée de l'Indian Air Force (IAF). Il s'agit du premier programme aérospatial « Make in India » dans le secteur privé, impliquant le développement complet d'un écosystème industriel complet : de la fabrication à l'assemblage, aux tests et à la qualification, en passant par la livraison et la maintenance du cycle de vie complet de l'avion.

 En vertu de l'accord contractuel, Airbus livrera les 16 premiers avions en état de "fly-away" depuis sa chaîne d'assemblage final à Séville, en Espagne. Les 40 avions suivants seront fabriqués et assemblés par Tata Advanced Systems (TASL) en Inde dans le cadre d'un partenariat industriel entre les deux sociétés.

 Les 16 premiers appareils seront livrés plus de quatre ans après la mise en œuvre du contrat. Tous les IAF C295 seront remis en configuration transport et équipés d'une suite de guerre électronique indigène.

Avec une capacité éprouvée d'opérer à partir de pistes d'atterrissage courtes ou non préparées, le C295 est utilisé pour le transport tactique de jusqu'à 71 soldats ou 50 parachutistes, et pour des opérations logistiques vers des emplacements qui ne sont pas accessibles aux avions plus lourds actuels. Il peut larguer des parachutistes et des charges, et également être utilisé pour les évacuations sanitaires ou médicales (évacuation médicale), comme cela a été démontré lors de la crise COVID-19, en utilisant soit des portées de base, soit des unités de soins intensifs mobiles (USI) avec un équipement de survie. L'avion peut effectuer des missions spéciales ainsi que des missions d'intervention en cas de catastrophe et de patrouille maritime.

 L'IAF devient le 35e opérateur mondial de C295, avec un programme atteignant 278 appareils, dont 200 sont déjà en service et ont réservé plus d'un demi-million d'heures de vol.

Photo : C295 aux couleurs de l’IAF @ Airbus

 

27/08/2021

Des F-35 & F-15EX pour Israël !

Israel_air_force_will_receive_new_experimental_F-35I_stealth_fighter_aircraft_925_001.jpg

Israël prépare activement un nouveau processus destiné à aboutir à l'acquisition par l'armée de l'air de nouveaux avions de combat.  Après un long débat interne, l'armée de l’air israélienne a décidé d'acheter un troisième escadron de Lockheed Martin F-35I et un autre escadron Boeing F-15EX. On parle de 50 appareils au total.

Israël utilisera à la fois les mécanismes de financement existants et de nouveaux prêts. Le premier proviendra du financement militaire étranger annuel fourni par Washington en vertu d'un mémorandum d'accord américano-israélien de 2016. Le second d'un financement normal via le programme d'acquisition d'équipement militaire du pays.

F-35 & F-15 au menu

Le pays table sur deux types d’avion, soit le Lokcheed Martin F-35 A (F-35I Adir) et le tout nouveau Boeing F-15EX « Eagle II. L’idée est de mélanger les capacités complémentaires des deux avions. Israël dispose déjà de deux escadrons de F-35I « Adir ». Le F-35 est le chasseur multirôle le plus avancé au monde, combinant des capacités exceptionnelles de capteurs et de réseau avec des technologies avancées qui le rendent difficile à détecter. Ce dernier a été testé en opération pour frapper des cibles iraniennes en Syrie et l'aurait survolé le Liban et d'autres régions. D’un point de vue air-air, les israéliens confirment également que le F-35 surpasse les derniers avions russes en service qui sillonnent le ciel syrien. Aucun d’eux n’a été capable à ce jour, d’accrocher le F-35 israélien en mode air-air, le F-35 étant capable non seulement de se dissimuler, mais de fournir une réaction immédiate pour éviter toute facilité d’engagement de l’adversaire, celui-ci restant par contre en permanence sous la menace d’un tir de l’Adir.   En renforçant sa dotation en F-35 Israël, va démultiplier ses capacités air-air et air-sol.

Malgré les capacités exceptionnelles du F-35, Israël cherche à moderniser les capacités de sa flotte de F-15. Pour ce faire, la Force aérienne veut se doter de la nouvelle version du F-15, le F-15EX « Eagle II » surnommé le F-15IA dans le pays et moderniser certains de ses anciens F-15I.

Le F-15EX devrait permettre un emport massif d’armement grâce à sa capacité de 30’000 livres d'armes, tandis que le F-35 peut transporter 5’000 livres en interne et a jusqu'à 18’ 000 livres de capacité de charge utile totale lorsqu'il utilise des stations externes. Le F-35 peut transporter quatre à six missiles en interne sans augmenter la signature radar de l'avion, et dispose d'une capacité de transport supplémentaire lorsque la furtivité n'est pas requise. En comparaison, le F-15EX peut emporter jusqu'à 12 missiles externes

Adaptation des F-35I F-15IA

Les deux avions seront équipés de certains systèmes développés par Israël. Le F-15IA en transportera plus, car l'accès à ses systèmes de base est plus facile.  L'IAF prépare des essais de systèmes d'armes et de systèmes électroniques sur un avion F-35 d'essai spécial. Il a été construit selon un cahier des charges qui a pris deux ans à préparer. De l’autre, différents systèmes seront également incorporés sur le F-15IA. Actuellement 50 F-35 sont en commande en Israël, 20 ont été livrés. Avec cette future commande Israël va atteindre son seuil minimal de 75 F-35, mais la baisse de coûts généralisées permet d'entrevoir de nouvelles commandes avec un objectif plus élevé de 120 "Adir".

F-35i "Adir"

pertama-di-luar-as-israel-terima-pesawat-uji-khusus-f35i-qwq.jpg

Le F-35I permet progressivement à l’Etat d’Israël de maintenir une suprématie aérienne et son avance qualitative technologique dans la région, notamment en matière de dissuasion, mais également en cas de frappes préventives. Les israéliens participent au programme F-35 avec notamment la production de 811 paires d’ailes par Israël Aerospace Industries (IAI). Elbit Systems fournit le viseur de casque du pilote. Il faut également noter, que les F-35 "Adir" israéliens sont sensiblement différents avec un système de communication unique dans le cockpit. De plus, les F-35 "Adir" disposent d’un second système de liaison de données, connu sous le nom de "Ravnet-300" et produit par la société Rafael Défense. Ce système qui est à certains égards comparables au système « Link16 » standard de l'OTAN, fonctionne nettement plus rapidement et permet plusieurs applications. Mais les israéliens vont encore plus loin, avec la préparation de l’intégration de systèmes indigènes à bord.

Boeing F-15EX « Eagle II »

2102628956.png

Boeing a doté le F-15EX d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif (AESA), avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS « Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offre la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité réside dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes. 

Capacité d’emport phénoménale :

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’armes comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7’000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir.

Photos : 1 & 2 F-35I @ IAF 3 F-15EX Eagle II  @ Boeing

 

20/08/2021

L’Inde commande des moteurs pour ses futurs Tejas !

1303872078.jpeg

L’avionneur indien Hindustan Aeronautics Limited a un contrat de 716 millions de dollars avec le motoriste américain General Electric Aviation pour des moteurs F404-GE-IN20 destinés à venir équiper l'avion de combat LCA Tejas MK1A.

Au total cette commande porte sur 99 des moteurs ainsi que des services d'assistance à General Electric Aviation. Les livraisons vont débuter d’ici deux ans. Cette commande fait suite au lancement de la production de 83 avions de combat HAL Tejas MK1A dont le contrat a été signé en février de cette année.  Selon HAL, les  deux premiers appareils seront livrés en 2024, huit en 2025 et le reste par lots de 16 à 18 avions chaque année d'ici 2029.

Le HAL Tejas MK1A 

Le LCA Mk1A est un Mk1 amélioré. Une partie de ces dernières proviennent des améliorations testées sur le prototype du MkII. Il s’agit des capacités suivantes : ravitaillements en vol, des capacités de guerre électronique améliorées et l’adjonction du radar Elta EL/M-2052 de type AESA. La variante est capable de tirer le missile MBDA ASRAAM et les missiles air-air au-delà de la portée visuelle (BVR) Astra, en plus de la combinaison actuelle du Vympel R-73 / Rafael Derby-ER. Doté d'un guidage terminal radar actif et d'une liaison de données, l'Astra a été développé par l'Organisation indienne de recherche et de développement pour la défense (DRDO). 

L’avion est doté du système de génération d'oxygène de bord (OBOGS). Les affichages du cockpit seront également améliorés. L’avion est motorisé par un General Electric F404-F2J3 de 53,9 kN et de 85 kN avec postcombustion.

Selon un cadre supérieur de HAL, les sociétés de défense privées qui prendront en charge l'assemblage comprennent : Larsen & Toubro pour les ailes, Dynamatic Technologies pour le fuselage avant, Alpha Tokal pour le fuselage arrière et VEM Technologies pour le fuselage central.

Rappel

Le programme d’avion de combat léger (LCA) nommé Tejas (« Glorieux » en langue sanskrit) est un programme national indien lancé en 1982, dont la mise au point aura duré plus de 30 ans !  Il s’agit du plus petit avion de combat polyvalent au monde. Ce programme est sous la responsabilité du constructeur indien HAL (Hindustan Aeronautic Ltd).

3408130272.6.jpeg

Photos : le Tejas @ HAL

24/07/2021

Inde, généralisation du BrahMos sur les Su-30 !

2451513318.jpg

Les avions de combat Sukhoi Su-30MKI de l'Indian Air Force (IAF) seront progressivement équipés de missiles BrahMos dans les deux ou trois prochaines années. Cette décision fait suite à la mise en service progressive du premier escadron d’avions multirôle Sukhoi Su-30MKI armé du missile de croisière supersonique BrahMos-A (Air). 

Avec l’arrivée du nouveau missile associé aux performances exceptionnelles du Sukhoi Su-30MKI, l'IAF dispose dorénavant d’une portée stratégique redoutable pour la région. Le missile BrahMos offre à l’armée de l’air indienne la capacité désirée d’attaquer à partir de vastes champs de bataille éloignés sur toute cible en mer ou sur terre avec une précision extrême jour et nuit et par tous les temps. 

Le BrahMos 

Le BrahMos est un missile de croisière supersonique pouvant être lancé à partir d'un sous-marin, d'un bâtiment de surface, d'un avion ou d'une station terrestre. Développé conjointement par l'Inde et la Russie. Les deux pays ont créé à cette fin une société commune, BrahMos Aerospace Private Limited.

Utilisé par l'armée indienne depuis 2005, le « BrahMos » est un missile supersonique à propergol solide pesant 2,55 tonnes. Le missile vol à des vitesses comprises entre Mach 2,5 et 2,8. Sa version originale est longue de 8,3 mètres pour 0,67 m de diamètre. Doté d'une ogive de 200 à 300 kg, le BrahMos est capable de neutraliser les cibles à une distance de 290 km avec une charge anti-blindage ou nucléaire. BrahMos est un acronyme composé des premières syllabes du fleuve indien Brahmapoutre et de la rivière russe Moskova.

Le Sukhoi Su-30MKI

Le Sukhoi Su-30MKI ou « Super 30 » bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, d’un radar AESA de type Phazotron Zhuk-AE en bande X peut suivre 30 cibles aériennes en mode suivi pendant le balayage et engager six cibles simultanément en mode attaque.  Ce dernier remplace sur les dernières versions de l’avion le radar PESA N011M Bars. L’avion dispose d’une certaine capacité en matière de furtivité et ceci grâce à une diminution de la signature radar. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles KH-59M Ovod-M. L’avionique dispose d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage longue portée TV. L’appareil est doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn Corporation, dont la durée d’entretien est montée à 2’000 heures en lieu et place des 1’000 actuels. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permet une meilleure sécurisation en cas de manœuvre extrême.

2734409055.2.jpg

Photos : 1 Tir d’un BrahMos 2 Su-30 de l’IAF doté du BrahMos @ IAF