19/03/2021

Préparation pour la mise à jour des EA-18G « Growler » !

23.jpeg

Boeing a lancé un programme de mise à jour destiné à la flotte d’avion de combat EA-18G « Growler » au Block II de l'US Navy. Un premier appareil a rejoint la Naval Air Station Whidbey Island pour y subir les modifications.

Les modifications sont axées sur la mise à jour de l'architecture des systèmes structurels et de mission de l’avion permettant une future croissance des capacités des quelques 160 « Growler » de la Marine. Les « Growler » jouent un rôle essentiel dans le brouillage des signaux radar et de communication des forces de la menace, désactivant leur capacité à détecter et à suivre les forces militaires américaines et alliées.

À la suite de l'attribution des contrats en octobre 2020 et février 2021 pour les matériaux et la main-d'œuvre, les travaux de modification comprennent diverses mises à niveau des systèmes de mission de l’avion. Le système de brouillage AN/ALQ-218 va recevoir des améliorations qui augmenteront sa communication avec les brouilleurs et récepteurs du Growler afin de permettre des capacités futures telles que le brouillage automatique des systèmes de radar et de communication ennemis rapidement une fois détectés. L'AN/ALQ-218 peut fonctionner sur les bandes RF 0, 1, 2 et bande 3, avec un radar pulsé et à ondes continues avec prise en charge des communications en option, tout en fournissant une identification d'émetteur spécifique. Il offre une mesure de fréquence fine améliorée pour supporter le brouillage électronique.

Des modifications supplémentaires permettront d'élargir le pipeline d'informations du « Growler » pour un transfert de données plus rapide et plus sécurisé vers d'autres aéronefs et plates-formes, ainsi que d'améliorer considérablement la vitesse de traitement des données. Boeing prépare également l’EA-18G afin qu’il puisse recevoir la nouvelle génération de brouilleurs en nacelle, soit le « Jammer Next Generation » pour remplacer les systèmes ALQ-99 utilisés sur les avions d’attaque électroniques aériens EA-18G. En 2016, l’US Navy a attribué à Raytheon un contrat d’ingénierie et de développement de fabrication (EMD) pour le brouilleur de nouvelle génération.

La nouvelle nacelle utilise les dernières technologies numériques, logicielles et à réseaux à balayage électronique actif, et fournira des capacités améliorées d'attaque électronique aéroportée pour perturber et dégrader les systèmes de défense aérienne et de communication terrestre ennemis.

Le calendrier du programme prévoit que tous les EA-18G « Growler » seront modifiés d’ici cinq ans. La modification complète devrait commencer en juin 2021.

2703269175.jpg

Le EA-18G « Growler » : 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du « Growler » lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

-  Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contrepartie le « Growler » dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Élimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du « Growler » de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

Photos : 1 EA-18G @Peter Foster 2 Nouvelle nacelle de brouillage @ Rayhteon

 

 

 

 

20/12/2020

G550 SIGINT pour l’Italie !

56.jpeg

Le département d'État américain a approuvé la vente de deux Gulfstream G550 au gouvernement italien. Ces avions seront équipés pour le rôle de renseignement aérien, de surveillance, de reconnaissance et de guerre électronique (AISREW/SIGINT)

Évaluée à 500 millions de dollars, cette vente comprend une suite de systèmes de mission, qui est composée du système de renseignement des communications « RIO » et la tourelle électro-optique MX-20HD de L3 Harris, la suite de guerre électronique AISREW et le radar Leonardo Osprey 50 de type AESA. Un système d'alerte de missiles et des distributeurs de contre-mesures AN/ALE-47 et des systèmes de navigation GPS / inertiels intégrés sécurisés et d'identification des amis ou ennemis (IFF) seront installés. Les communications comprennent le système multifonctionnel de distribution d'informations, Système radio tactique interarmées (MIDS JTRS). Du point de vue externe les deux avions devraient ressembler aux Gulfstream ISR « SHAVIT » exploités par Israël (photo ci-dessus). 

Les équipements sélectionnés par l’Italie : 

Le système L3Harris « RIO » :

Les capacités de renseignement électromagnétique de L3Harris « RIO » (SIGINT) répondent aux exigences de mission rigoureuses des petites plateformes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance habitées et non habitées, avec la capacité d'intercepter, de localiser, de surveiller et d'enregistrer les signaux de communication à l'aide d'un ensemble commun d'applications logicielles.

La conception à architecture ouverte prend en charge les applications de signaux spéciaux tiers.

Enregistrement et lecture audio en temps réel.

Recherche spectrale d'arrière-plan (2-6 000 MHz).

Un affichage en trois dimensions de la zone d'intérêt est fourni.

Matériel évolutif disponible dans le commerce (COTS).

La taille, le poids et la puissance configurables (SWaP) permettent des applications SIGINT sur différentes plateformes aéroportées habitées et non habitées.

Recherche spectrale de fond automatique et continue avec surveillance et enregistrement simultanés du signal.

Géolocalisation de l'émetteur déterminée à partir des lignes de relèvement dans le temps ou des techniques de différence de temps d'arrivée (TDOA) et de différence de fréquence d'arrivée (FDOA).

Formation de faisceau numérique adoptive pour une atténuation des interférences de 30 dB sur plusieurs interféreurs.

Fonctionnement local ou à distance à l'aide de la liaison de données réseau du protocole de contrôle de transmission / protocole Internet (TCP / IP) en utilisant aussi peu que 300 Kbps de bande passante.

Conforme au Joint Interface Control Document (JICD) : interopérable avec les réseaux de fusion de capteurs Network-Centric Collaborative Targeting (NCCT) et Theater Net-Centric Geolocation (TNG).

Leonardo Osprey 50 :

IMG_5540 2.jpeg

Le radar Leonardo Osprey 50 à antenne Active Electronically Scanned Array (AESA) à semi-conducteurs est l’un des seuls systèmes de ce type actuellement disponible qui offre une couverture sphérique complète sans pièces mobiles. Entre autres avantages, cela permet au radar d'être installé sur des plates-formes où une antenne rotative ne serait pas adaptée. 

En complément des E-550A « EITAM » :

L'Italien Aeronautica Militare Italiana dispose déjà de deux Gulfstream 550 « EITAM » de mission spéciale en service, après avoir acheté la version d'alerte avancée aéroportée (AEW&C) désignée localement E-550A auprès de l'IAI. Ils sont pilotés par le 71 ° Gruppo dans le cadre du 14 ° Stormo à Pratica di Mare. On s'attend à ce que les Gulfstream AISREW opèrent à partir de la même base.

Basé sur une cellule d’avion d’affaires Gulfstream G550, le système « EITAM » (E-550A en Italie) est un appareil de surveillance et d’alerte lointaine AEW & C. Israël Aerospace Industries (IAI) a installé un radar EL/W-2085 à antenne active (AESA) en bandes L et S. La matrice d'émission / réception (T / R) des modules permet au faisceau d'être dirigé électroniquement, ce qui permet au système de pouvoir se passer d’un rotodome et de voir à 360°. Les israéliens étant très discrets sur les performances du système, on retiendra que celui-ci peut suivre au minimum 100 cibles en même temps et permet l’assistance du suivi d’interception air-air et air-sol de manière simultanée et ceci sur une distance de 200 mille nautiques (370 km). Le G550 « SHAVIT » d’IAI est la version « SIGINT » qui analyse les communications adverses et mène la guerre-électronique. L’Italie pouvait opter pour cette dernière version, mais pour des raisons de soutien aux entreprises régionales, Rome a préféré une version SIGINT plus standardisée Europe. 

165861119.jpg

Photos : 1 G550 « SHAVIT » 2 Radar Oprey 50 @ Leonardo  3 G550 EITAM destiné à l’Armée de l’air italienne @ IAI

 

 

 

06/10/2020

Le Japon réceptionne son premier Kawasaki RC-2 ELINT !

EeNrwhUXgAARIZs.jpg

La Japan Air Self-Defense (JASDF) reçu son premier exemplaire du Kawasaki RC-2 ELINT (electronic intelligence) lors d’une cérémonie sur la base aérienne d’Iruma. L’avion doit venir remplacer les anciens YS-11EB.

Basé sur une cellule de Kawasaki C-2, le RC-2 ELINT va reprendre les opérations de soutien à la guerre électronique au sein d’un escadron spécialisé de la JASDF, le Denshi Hiko Sokuteitai. L'intelligence électromagnétique (ELINT) fait référence à la collecte de renseignements au moyen de capteurs électroniques. Son objectif principal réside dans le renseignement électromagnétique non lié aux communications. L'identification du signal est effectuée en analysant les paramètres collectés d'un signal spécifique et en le faisant correspondre à des critères connus, ou en l'enregistrant en tant que nouvel émetteur possible. Les données ELINT sont généralement hautement classifiées et protégées en tant que telles.

Les données recueillies sont généralement pertinentes pour l'électronique du réseau de défense d'un adversaire, en particulier les pièces électroniques telles que les radars, les systèmes de missiles sol-air, les aéronefs, etc. radiation ; les commandants doivent faire des choix entre ne pas utiliser le radar (EMCON), l'utiliser par intermittence ou l'utiliser et s'attendre à éviter les défenses.

La variante Kawasaki RC-2 ELINT est équipée de capteurs et d'antennes nécessaires pour collecter des signaux à distance, traiter les données pour les classer et les géolocaliser, puis stocker ou partager les informations avec d'autres ressources aériennes, navales ou terrestres. Aucune précision n’a été donnée concernant les systèmes de bord.

Le Kawasaki C-2 :

Le Kawasaki C-2 est un avion de transport bimoteur à longue portée, qui peut transporter des charges utiles lourdes, telles que des hélicoptères Mitsubishi H-600, des blindés lourds et des batteries de missiles Patriot. Selon l’avionneur japonais, le C-2 peut transport des charges de 126 tonnes métriques. L’avion peut aisément voler des routes aériennes internationales. Le C-2 est alimenté par une paire de moteurs de turboréacteur General-Electric CF6-80C2K. Il dispose d'un système automatisé de chargement et déchargement pour réduire les charges de travail. Les pilotes disposent d’une avionique dotée d’un système tactique de gestion de vol, d'un système de navigation de haute précision et de système d’autoprotection.

EjPRq4TU4AAoR7--1068x713.jpg

Photos : 1 le Kawasaki RC-2 ELINT 2 Cérémonie de remise @ JASDF

23/03/2020

Le nouveau brouilleur du Growler bientôt prêt !

U.S.-Navy-Fit-Checks-Next-Gen-Jammer-on-EA-18G-Growler-770x410.jpg

Les ingénieurs de l'US Navy Naval Air Systems Command travaillent aux essais de la nouvelle nacelle de guerre électronique destinée aux avions de combat EA-18G « Growler ». Le nouveau système de la prochaine génération Jammer Mid-Band (NGJ-MB) donne d’excellents résultats.

Les éléments qui composent la nacelle NGJ-MB Engineering Development Model (EDM), développés par la société Raytheon à El Segundo, en Californie, ont effectué plus de 400 heures de fonctionnalités de base, de collecte de données sur les effets environnementaux électromagnétiques (E3) et de tests de performance sur une période de trois mois. Des essais en chambre anéchoïque au sein du centre de combat et d'évaluation environnementale d'Air Combat. Naval Air Station Patuxent River sont bientôt terminés. Les données saisies au cours de cette période ont également fourni des leçons qui profiteront à l'ensemble du programme de test NGJ-MB.

ETzDJ8oWAAAGTlW.jpeg

La seconde phase d’essais va ainsi pouvoir débuter prochainement en vol au sein de l'Escadron d'essai et d'évaluation en vol (VX) 23 ce printemps. Les tests et l’intégration de la NGJ-MB sur l’EA-18G fait partie de la mise à niveau des avions de combat « Growler » Block 2. La nouvelle nacelle remplacera l'actuel système de brouillage tactique AN/ALQ-99 (TJS) qui remonte à la fin de la guerre du Vietnam.

L’AN/ALQ-249 « NGJ-MB » :

2678771902.jpeg

L’AN/ALQ-249 « NGJ-MB » est un système d'arme d'attaque électronique aéroporté de grande capacité et à puissance élevée destiné à l'EA-18G « Growler ». La solution NGJ-MB de Raytheon fournira des capacités innovantes d'attaque et de brouillage électroniques aéroportées. L’architecture et la conception du NGJ-MB de Raytheon incluent la capacité de fonctionner à une portée considérablement améliorée, d’attaquer plusieurs cibles simultanément et de faire appel à des techniques de brouillage avancées. La technologie peut également être adaptée à d'autres missions et plateformes. La nouvelle nacelle de brouillage devra faire face à des menaces de plus en plus complexes qui exigent que les attaques électroniques aériennes soient plus sophistiquées que jamais, offrant une précision, une puissance, une vitesse de réaction et une directivité accrue.

Construits avec une combinaison de techniques de brouillage de faisceau agiles et de haute puissance, ainsi que d’électronique à semi-conducteurs à la pointe de la technologie l’ALQ-249 NGJ-MB offrira une architecture de systèmes ouverts économique pour les futures mises à niveau.

Fonctionnant dans la bande de fréquences de 509 MHz à 18 GHz, le NGJ est développée sous la forme de trois capacités distinctes, comprenant LB, la bande moyenne (MB) et la bande haute (HB). NGJ-LB (également connu sous le nom de bloc / incrément 2), NGJ-MB (bloc / incrément 1) et NGJ-HB (bloc / incrément 3) sont spécifiquement dirigés contre la bande basse fréquence (100 MHz à 2 GHz), moyen, (2 GHz à 6 GHz) et sections à large bande (6 GHz à 18 GHz) du spectre de la menace globale.

L’AN/ALQ-249 est un système monté dans une nacelle qui intègre les technologies numériques, logicielles et à réseaux à balayage électronique (AESA) afin de créer une capacité EA améliorée capable de perturber et de dégrader émetteurs radar et de communications hostiles. La nouvelle nacelle permettra de traiter les zones de mission de frappe en profondeur et le brouillage, le soutien de la guerre maritime, soutien au combat rapproché, guerre irrégulière communications et cibles avec armes non conventionnelles et air du champ de bataille. Elle pourra être utilisée également pour les opérations d'interdiction et d’escorte pénétrante.

Neutraliser les S400 russes :

Le NGJ est conçu pour brouiller et vaincre à la fois la technologie radar de surveillance qui peut alerter les défenses qu'un avion ennemi se trouve dans la zone ainsi que le radar d'engagement à haute fréquence qui permet aux défenses aériennes de cibler, suivre et détruire les avions attaquants.

Les avions de combat américains survolant la Syrie étaient à portée de missiles sol-air russes S-400 et S-300. Cette situation met en évidence l'importance de supprimer les défenses aériennes ennemies l'une des principales tactiques utilisées par les pilotes américains est le brouillage radar, la saturation des radars ennemis avec de faux signaux afin, qu'ils ne puissent pas suivre et tirer sur des avions amis. L'US Navy s'appuie aujourd’hui sur le système de brouillage ALQ-99 depuis près d'un demi-siècle. Mais les radars opposés ont gagné en capacité. Il faut impérativement un nouveau système.

Les ingénieurs de Rayhteon disent que le NGJ-MB pourra bloquer tout ce qui émet ou reçoit et la fréquence RF dans la gamme de fréquences du NGJ dont les systèmes russes S-300 et S-400. Le NGJ-MB permettra de par sa structure de s’adapter rapidement aux améliorations et aux futures menaces sol-air.

1771141_-_main.jpg

Photos : 1 EA-18G Growler avec le NGJ-MB 2 Essais en chambre anéchoïde 3 NGJ-MB sous un Growler @ USAN

 

 

 

 

08/03/2019

Le dernier vol de l’EA-6B « Prowler » !

VMAQ-2-Death-Jesters-25.jpg

Ce 8 mars 2019 est marqué par le dernier vol de l’avion de guerre-électronique Grumman EA-6B « Prowler » en service au sein de l’US Marines Corps (USMC). Le dernier escadron, le VMAQ-2 a effectué son dernier vol aujourd’hui, refermant définitivement une page de l’histoire de cet avion.  L’avion a été retiré de l’US Navy en 2015, seul restaient les aéronefs actifs au sein du Corps des Marines.

Ce  dernier escadron doté de l’EA-6B de l’USMC a débuté progressivement sa désactivation en octobre dernier pour la finaliser aujourd’hui. «La désactivation du VMAQ-2 marque la fin du service de l’AE-6B dans le Corps des marines, ainsi que son emploi continu en tant qu’atout tactique aérien d’attaque électronique aéroporté (AEA)», a déclaré le Capitaine Sarah Burns, porte-parole au sein de l’USMC.

Au cours de ses dernières années, l’appareil a été encore très actif dans le combat en Syrie, bloquant des militants et protégeant les pilotes américains des systèmes de défense aérienne ennemis.


Le Grumman EA-6 « Prowler » : 

Le Grumman EA-6B « Prowler » est un avion biréacteur construit sur la base de l’A-6 « Intruder ». Par rapport à l'Intruder, le fuselage a été allongé d'un mètre (notamment pour loger les 2 membres d'équipage supplémentaires) et le poids à vide augmenté de plus de 3 000 kg (entre autres par les équipements électroniques).

L’EA-6B avait pour missions mission de mener une guerre électronique aéroportée à l'appui d'opérations, inclure la suppression des radars ennemis et des missiles sol-air utilisant des missiles de brouillage électronique et antiradiations à grande vitesse, ainsi que la collecte de renseignements tactiques dans un rôle de soutien électronique passif.

La base de l'équipement est le système de brouillage AN/ALQ-99 Tactical Jamming System. Le pod au sommet de la dérive contient différents détecteurs destinés à repérer les émissions des radars adverses en vue de leur brouillage. Le « Prowler » pouvait également emporter jusqu'à 4 nacelles d'équipements complémentaires sous les ailes, et  être armé de missiles antiradar AGM-88 « Harm ».

Conçu pour opérer à partir des porte-avions ou de bases avancées, le « Prowler » est un système complètement intégré de guerre électronique de longue distance, tout temps et à capacité avancée. La mission primaire de l'appareil est de protéger les attaques aériennes et les forces au sol en contrant les activités électroniques adverses et en obtenant des informations sur les émissions électronique dans la zone de combat.

L’EA-6B « Prowler » est remplacé par le Boeing EA-18G « Growler ».

9198268ce5cd6e2a03c58ae2b5440281.jpg

Photos : les derniers EA-6 du VMAQ-2 @USMC