22/01/2022

Sukhoi débute la livraison de Su-30SM2 à la Force aérienne russe !

su30.jpg

La Force aérienne et aérospatiale russe dispose d’un grand nombre d’avions de combat Sukhoi Su-30SM. Le ministère russe de la Défense avait donné son feu vert au programme de mise à niveau au standard « SM2 » ou nommé parfois « Super Sukhoi ». Un peu plus de 130 appareils sont concernés par cette mise à niveau qui seront complétés par 21 appareils neufs. Le consortium UAC dont fait partie Sukhoi a annoncé ce vendredi avoir débuté les livraisons du nouveau standard SM2. Le Su-30SM2 a obtenu sa certification en décembre dernier après une campagne de tests.  

Le Su-30SM2 « Super Sukhoi »

Ce nouveau standard dispose d’un grand nombre d’améliorations, dont plusieurs pièces et équipement en provenance du Su-35. Ce rapprochement des deux modèles va grandement améliorer la maintenance des deux flottes.

L’avion est doté d’une suite avionique similaire à celle du Su-35 basée sur une architecture ouverte utilisant des liaisons d'échange de données multiplex et comprend un système de gestion de l'information.

Su-30SM2.jpg

Question radar, le SM2 emporte le système PESA l'Irbis-E développé par Tikhomorov NIIP. Il permet des fonctions air-air, air-mer et air- modes sol (cartographie au sol, affinage du faisceau Doppler et modes Radar à synthèse d'ouverture peut détecter les menaces aériennes furtives faibles et très faibles. Il fonctionne en bande X avec un réseau d'antennes passives en phase (PAA) monté sur une unité d'entraînement hydraulique à deux étages (en azimut et en roulis). Le dispositif d'antenne balaye par un faisceau contrôlé électroniquement en azimut et en angle d'élévation dans des secteurs non inférieurs à 60°. L'unité d'entraînement électrohydraulique en deux étapes tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60° en azimut et 120° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et le tour supplémentaire mécanique de l'antenne, l'angle de déviation maximum du faisceau croît jusqu'à 120°. Avec une puissance nominale moyenne de 5 kilowatts, avec une cote CW de 2 kilowatts pour l'éclairage. NIIP revendique deux fois la bande passante et une agilité de fréquence améliorée par rapport aux BARS en service sur les SM1, et une meilleure capacité ECCM. L’Irbis-E peut détecter et suivre jusqu'à 30 cibles aéroportées à la fois à des distances proches de 350 ~ 400 kilomètres, et attaquer jusqu'à 8. En mode air-sol, l'Irbis-E fournit une cartographie permettant d'attaquer quatre cibles de surface avec précision avec des armes guidées tout en parcourant l'horizon à la recherche de menaces aéroportées pouvant être engagées à l'aide de missiles avec radar actif. Il peut détecter une cible avec une section efficace radar (RCS) de 3m 2 jusqu'à 400 km, (l'un vers l'autre, dans une zone de 100 degrés carrés) tandis qu'une cible avec un RCS de 0,01 m 2 à plus à 90 km.

En matière de communication, c’est le système intégré de communication multicanal, d'échange de données, de navigation et d'identification (OSNOD) qui est installé, permettant notamment aux avions et aux drones de communiquer entre eux, de maintenir un contact à grande vitesse le tout en réseau.

1600039503_u-3972-1382080778.jpg                                                                                      

Pour la motorisation, le Su-30SM2 dispose de deux moteurs Saturn ALF-117, également monté sur le Su-35. Sa poussée est 16% plus élevée à 14’500 kg en pleine postcombustion par rapport au moteur ALF-31. De plus, permet une réduction des coûts de maintenance en doublant l'intervalle entre les révisions, atteignant désormais 4’000 heures. L'allumage au plasma rend ce dernier plus efficace, réduisant également sa consommation de carburant.

IMG_8815 2.jpeg

Photos 1 & 3 Su-30SM 2 Moteur ALF-117 @ UAC

 

 

03/01/2022

A-50U additionnel pour la Force aérienne russe !

IMG_8608.jpeg

La société Vega de la holding Ruselectronics (ROSTEC) et la TANTK im. G.M. Beriev  ont livré  un nouvel exemplaire d’avion de détection avancée et de surveillance (AWACS) A-50U « Mainstay). Il s’agit du septième appareil modernisé.

Rappel

L'avion a été modernisé dans le cadre de la mise en œuvre d'un vaste programme de renouvellement de la flotte d'avions AWACS russes, prévu par l'arrêté de défense de l'État. L'A-50U modernisé a reçu une nouvelle électronique avec des améliorations moteurs. Ce programme de modernisation des A-50 fait suite à la première partie qui avait  été mise en chantier en 2006. La version initiale de l’A-50 a été mise en service en 1989.

L’A50U « Mainstay »

Le poids de l’appareil est réduit grâce à une nouvelle avionique plus légère. Ce qui permet, à masse égale au décollage, d’augmenter l’emport de carburant et donc le rayon d’action et/ou le temps de patrouille sur zone. La nouvelle avionique incorpore un système de navigation par satellite tandis que les opérateurs disposent de nouvelles consoles et de nouveaux écrans LCD à la place des vieux écrans cathodiques. Les performances du radar rotatif « Vega-M » est conçu par MNIIP, Moscou et produit par NPO Vega sont tès améliorées. Le « Vega-M » est capable maintenant de suivre jusqu’à 150 cibles aériennes simultanément sur 650km kilomètres. Des grandes cibles, comme les navires de surface, peuvent être suivis à une distance de 400 km au sol. Le système de mission été aussi amélioré.  Le confort de l’équipage n’a pas été oublié avec une nouvelle salle de repos et des toilettes. La durée de vie de l’appareil aurait en outre été prolongée de 20 ans.

L’avion peut voler durant 4 heures à 1’000 km de sa base avec un poids maximum au décollage de 190 tonnes. Les améliorations des moteurs combinées à une réduction du poids des équipement radio-électronique embarqués lui permettent d’augmenter son rayon d’action de 15 à 20 % par rapport à l’ancien A-50. L’A-50U peut être ravitaillé par l’IL-78.

rostec,a-50u,avions awacs,force aérienne russe,les nouvelles de l'aviation

Photos : A-50U @ ROSTEC

19/05/2019

Sukhoi Su-57 au menu de l’aviation russe !

5352117.jpg

L'armée de l'air russe doit acquérir d'ici 2028 76 avions de cinquième génération Sukhoi Su-57 a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors d'une réunion sur les questions liées à la défense à Sochi cette semaine.  Il a également signalé que plus de 1’000 nouveaux aéronefs à voilure fixe et à voilure tournante avaient été livrés aux forces russes de 2013 à 2018, ce qui représentait plus de 65% de la flotte actuelle. 

Le plan du programme d'armement de l'État présenté par le ministre de la Défense, Sergei Shoigu, met l’accent en ce qui concerne la Force aérienne sur une continuité de la modernisation. Le Sukhoi Su-57 représente le principal effort. Dans un premier temps, il était prévu d’acquérir un premier lot de 16 appareils. Mais la forte pression du Ministère de la Défense a poussé les fournisseurs à réduire les coûts de fabrication de l’avion. Au total se sont trois régiments qui seront doté du nouvel appareil.

Le Sukhoi Su-57 :

Le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté avec notamment le mode « Supercroisière », l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolasers qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation et ceci même si la réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

Les moteurs actuels du Su-57 Izd117 ne sont pas définitifs et représente une variante fortement modernisée de l’AL-31F équipant le Su-27 Flanker.  Le futur moteur qui est encore aux essais, l’Izd 30 permettra le mode de la « Supercroisière » avec un rapport poids puissance supérieur avec la poussée vectorielle.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobile le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers) qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion moins sujet à des pertes de portances lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (MultifunctionIntegrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux: soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir"  sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore connues malgré tout les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique.

En ce qui concerne l’armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos. Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement.

4987545.jpg

Photos : 1Su-57 @ VVS 2Su-57 @ Max Briansky

29/11/2018

Première commande pour le MiG-35 « Fulcrum-F » !

mig-35_04.jpg

lya Tarasenko, directeur général de Russian Aircraft Corporation (RSK MiG), filiale de United Aircraft Corporation, a confirmé la prochaine livraison à la Force aérienne russe des premier s MiG-35 « Fulcrum-F ». RSK MiG a annoncé qu’il avait signé un contrat avec le ministère russe de la Défense lors de l’exposition armée 2018, en vue de la livraison d’un premier lot de six MiG-35.

Un nouveau souffle pour MiG :

Depuis la fin de la guerre froide, le Mikoyan Design Bureau a lutté pour obtenir une large attention sur le marché par rapport à son concurrent Sukhoi, qui bénéficie d'un solide soutien de l'État pour ses avions de la gamme Su-30, Su-34, Su-35 et le futur T-50.

Cette première commande fait suite à l’abrobation du programme d’essais du Mig-35. L’avion peut désormais fait partie du programme d'armement de l'État (GPV) 2018.

De son côté, le PDG de MiG Aircraft Corporation, Ilya Tarasenko, s'attend à ce que la production en série du combattant du MiG-35 débute en 2019.

Le MiG-35 « Fulcrum-Foxtrot » :

Le MiG-35 « Fulcum-F » (Foxtrot) est représente un développement ultime du célèbre MiG-29. Il est un dérivé du MiG-29OVT de démonstration. Il fait partie de la quatrième génération des chasseurs MiG. Construit dans l’usine Sokol de Nijni-Novgorod à 500km à l’est de Moscou.

Les ingénieurs de MiG ont mis l'accent sur la fiabilité de la cellule, des moteurs et de l'avionique. Le chef de la direction de MiG, Sergei Korotkov, a déjà déclaré que le MiG-35 dispose d’une vitesse de Mach 2,23 et une portée opérationnelle 1,5 fois plus longue que le MiG-29 actuel. Il dispose deux impressionnants moteurs Klimov RD-33OVT munis de buses bidirectionnelles de vectorisation de poussée. Cela contraste avec les avions comme le Su-35 actuel et le F-22 « Raptor » américain qui n'utilisent que la vectorisation de poussée verticale à un seul axe.

0c0032829feeb7bcf760302d6cb359ea.jpg

Le MiG-35 est équipé d'un système de ciblage électro-optique NPK-SPP OLS-K. Le système de ciblage et de surveillance OLS-K est monté directement sur l'avion sous le fuselage droit (tribord) sur la nacelle du moteur. Le capteur OLS-K peut suivre les véhicules en mouvement sur 20 kilomètres et les contacts de surface en mer pendant 40 kilomètres. Un télémètre laser intégré calcule la distance de la cible jusqu'à 20 kilomètres. L’avion dispose d’un système de désignation laser pour les armes guidées. Le nouveau télémètre laser et télémètre PPK permet au MiG-35 de guider de façon autonome des munitions de précision de la même façon que les F-15 E américain. A noter que cette nouvelle capacité de ciblage par précision pour les armes air-sol, est en soi une nouveauté dans la doctrine aérienne russe.

Le MiG-35 dispose du radar actif à balayage électronique (AESA) Zhuk-MAE (Zhuk-AE pour l’exportation) d’une portée de 130 à 200km pouvant traquer une trentaine de cibles et en engager 8. L’avion mettre en œuvre les derniers systèmes d’armes russes, dont les missiles R-77 et K-74M. La charge militaire avoisine maintenant les 6 tonnes. En matière d’avionique le pilote dispose d’un cockpit doté de 4 écrans couleur LCD.

mig-35_10.jpg

Photos : 1 & 3 MiG-35 « Fulcrum-F » 2Cockpit @ RSK MiG

 

06/11/2017

L’A100 « Mainstay » prêt pour 2020 !

beriev-A-100.jpg

Moscou, la Russie prépare le remplaçant de son avion d’alerte lointaine et de contrôle A-50U AWACS actuellement en service au sein de la Force aérienne. Le nouvel appareil, l’A-100 a effectué son son vol inaugural ce printemps pour entrer en service en 2020.

La nouvelle version du «Mainstay» est basée sur l'avion de transport Il-76MD-90A (IL-476) et doté de moteurs PS-90A-76. L’A-100 sera doté d’un radar tridimensionnel à balayage électronique de dernière génération, conçu par l’entreprise Vega. Il sera capable de traiter des cibles variées, depuis les cibles aériennes, terrestres et navales jusqu'aux drones hypersoniques en passant par des cibles aérodynamiques et balistiques. Il sera également capable de mener la reconnaissance et de fournir des informations à des postes de commandement de tout niveau. Selon les premières informations officielles, L'avion sera capable de détecter des aéronfes à une distance de plus de 600 km, et des navires à une distance de 400 km.

l’Il-476 / Il-76MD-90A

L'avion de transport lourd Il-476/ Il-76MD-90A est une version profondément modernisée de l'Il-76 qui était produit à Tachkent (Ouzbékistan) à l'époque de l'URSS. L’avion présente une voilure revue et corrigée, ainsi qu’une structure simplifiée, mais sa construction a beaucoup changé et l'avion est maintenant doté de nouveaux systèmes de commande et de navigation. Le nouvel appareil dispose d’une autonomie de vol de 5.000 km avec une charge utile de 52 tonnes (contre 4.000 km et une charge utile de 47 tonnes pour son prédécesseur). Son poids au décollage a augmenté de 190 tonnes à 210 tonnes. L'avion requiert un équipage moins nombreux (deux pilotes contre deux pilotes et un mécanicien). Doté d’une nouvelle avionique avec des systèmes de navigation modernisés, il a reçu des moteurs de conception récente de type Aviadvigatel PS-90A-76, déjà montés sur les Tupolev 204/214.

2218420824.jpg

 

Photos : prototype A-100LL du futur « Mainstay » @ VVS