04/05/2021

Des Rafale supplémentaires pour l’Egypte !

EXPH-1036-41_Sc-min-1-1140x606.jpg

Le ministère égyptien de la Défense a confirmé le 3 mai qu’il avait signé un contrat pour la livraison de 30 avions de combat Dassault Rafale supplémentaires. L'achat doit être financé par un prêt remboursable sur un minimum de 10 ans. La valeur n'a pas été divulguée, mais il a été rapporté par des canaux non officiels que le prix était d'environ 4,5 milliards de dollars.

Rappel :

L'armée de l'air égyptienne exploite le Rafale depuis que les trois premiers ont été remis au centre d'essais en vol de Dassault à la base aérienne d'Istres-Le Tubé dans le sud de la France en juillet 2015. Le Rafale n'a été officiellement commandé que le 16 février de cette année-là, et le premier six avions, tous biplaces, ont été détournés de la production de l'armée de l'air française afin de répondre au désir de l'Égypte de mettre l'avion en service à temps pour participer à la célébration d'août de l'expansion du canal de Suez.

La commande initiale comprenait 24 avions, huit Rafale EM monoplaces et 16 Rafale DM biplaces. Ils sont exploités depuis la base aérienne de Gebel el Basur au nord-ouest du Caire par la 203rd Tactical Fighter Wing qui parents les 34e et 36e escadrons de chasse tactique. L'expérience du Rafale a été positive et la déclaration accompagnant l'annonce de la deuxième commande fait référence à un certain nombre d'attributs, notamment sa « capacité à effectuer des tâches à longue portée » et ses caractéristiques de cyberguerre.

Cette nouvelle commande témoigne de la relation stratégique entre la France et l’Egypte, de la confiance des plus hautes autorités égyptiennes à l’égard de Dassault Aviation et de leur satisfaction quant au bon déroulement de l’exécution du premier contrat.

« Cette nouvelle commande est la preuve du lien indéfectible qui unit l’Égypte, premier utilisateur export du Rafale comme elle l’a été pour le Mirage 2000, à Dassault Aviation depuis près de 50 ans. Elle témoigne également de la qualité opérationnelle du Rafale, puisque pour la seconde fois un client export fait le choix de commander des avions supplémentaires. Dassault Aviation et ses partenaires remercient les Autorités Égyptiennes de cette nouvelle marque de confiance et les assurent de leur engagement total à satisfaire une nouvelle fois leurs attentes », a déclaré Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation.

Ce contrat confirme l’excellence technologique et opérationnelle du Rafale et son succès à l’export. Cette première livraison intervient à peine cinq mois après la décision prise par l’Égypte d’acquérir 24 Rafale, soit : 16 biplaces et 8 monoplaces, pour doter son armée de l’air d’un chasseur polyvalent de dernière génération, capable de répondre à ses besoins opérationnels et de lui permettre d’assurer, en toute souveraineté, sa position géostratégique dans la région.

Les Rafale égyptiens :  

Les Rafale F3-R égyptiens  sont dotés de missiles air-air MICA prélevés sur les stocks de l'armée de l’air, en outre, ils sont dotés du missile « Black Shahine », soit la version export du SCALP.

Two Egyptian Rafales flying over the Pyramids_LR.jpg

 

Photos : Rafale égyptiens @ FAE

 

23/07/2020

Les premiers Sukhoi Su-35 égyptiens !

489.jpeg

Sur le site de production de Komsomolsk-sur-Amour, l'usine d'aviation KnAAZ a terminé l’assemblage des premiers avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E » destinés à l'armée de l'air égyptienne. Un premier lot a quitté l'aérodrome du constructeur et s’est rendu dans la partie européenne de la Russie, où se déroulera la livraison au client.

Importante discrétion :

Ce qui frappe d’entrée dans ce programme, c’est l’énorme discrétion qui a été mise en place dès le début des négociations. En effet, l’annonce de l’achat de Su-35 de la part du Caire, n’a jamais véritablement été confirmée. Certains articles dans les journaux russes ont même été supprimés.

Rappel :

C’est en 2018, que la Russie et l'Égypte ont signé un contrat pour la fourniture d’environ 24 Su-35 « Flanker-E » pour un montant de 2 milliards de dollars. Les détails du contrat n'ont pas été divulgués.

L'Égypte est le troisième acheteur étranger de Su-35 après que la Chine ait reçu 24 avions en 2016-2018, suivi de l’Algérie qui en a commandé 14.  

Pleine production :

La production des premiers Su-35 pour l'armée de l'air égyptienne bat son plein et de manière rondement menée et ceci depuis plusieurs mois au sein de l’usine knAAZ « Youri Gagarine » à Komsomolsk-sur-Amour. La date exacte de la livraison des premiers appareils n’est pas divulguée, mais devrait intervenir très prochainement.

Menaces américaines :

La discrétion qui entoure ce dossier n’est plus qu’un secret de polichinelle, le secrétaire d'État américain Michael Pompeo a averti lors d'une audience du Congrès que le pays d'Afrique du Nord faisait face à des sanctions en vertu de la loi intitulée Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act,  (CAATSA) qui interdit la plupart des accords d'armement avec l'industrie de la défense russe. Interrogé sur ce que faisaient les États-Unis pour empêcher la vente, Pompeo a déclaré : « Nous avons clairement indiqué que si ces systèmes devaient être achetés, la loi CAATSA exigerait des sanctions contre le régime ».

De son côté l’Egypte est décidée à faire front, les médias égyptiens ont cité des responsables du gouvernement du pays comme rejetant la pression américaine et affirmant que l’achat d’armements à la Russie était une question souveraine.

Le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » :

Le Su-35 « Flanker-E » est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

843.jpg

Photos : Su-35 Flanker-E destiné à l’Egypte @ Andrey Neyman

 

 

03/06/2020

L’Egypte en passe de commander des Eurofighter et M-346 !

unnamed-2.png

La nouvelle va faire du bruit, l’Egypte devrait annoncer une commande d’avions de combat Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » ainsi que pour le Leonardo M-346. De son côté le gouvernement italien s'apprête à approuver une future vente qui comprend 6 frégates, de 20 patrouilleurs navals, de 24 chasseurs bombardiers Eurofighter et de 24 avions d'entraînement M- 346 pour venir équiper le Caire.

Modernisation tout azimut :

L'armée égyptienne est engagée dans une importante modernisation dont son Armée de l’air. Cette dernière a passé commande en 2015 de 24 Rafale, soit : 16 biplaces et 8 monoplaces. L’année suivante le pays a commandé 50 avions de combat MiG-29M/M2. Plus récemment, Le Caire a placé un achat portant sur 26 avions de combat Sukhoi  Su-35 « Flanker-E » malgré les menaces de sanctions américaines (CAATSA).

L’Italie se positionne maintenant avec plusieurs systèmes, dont l’Eurofighter et le M-346 pour venir remplacer les avions écoles de type Alpha-jet.

La modernisation de l’équipement militaire égyptien est cœur d’une région où un ré-équilibre des pouvoirs est en cours, qui voit l'axe Egypte-Golfe en concurrence avec la Turquie et le Qatar. La nouvelle flotte égyptienne est destinée à dominer la Méditerranée orientale, où Le Caire construit une deuxième base aéronavale, près de la frontière libyenne, après celle de Ras Banas en mer Rouge. Et il entamera une lutte de plus en plus étroite avec les turques. , qui attend le lancement de son premier porte-avions, l'Anadolu, pour l'année prochaine. La compétition est déjà une guerre par procuration en Libye, où l'on a vu l'importance de contrôler les routes maritimes pour la fourniture d'armes aux milices qui combattent pour Tripoli.

L’Egypte tente également de faire le même calcul que le Qatar avec un approvisionnement large qui favorise les ententes politiques. Pour autant, l’accumulation de types d’avions de combat va compliquer sérieusement la formation et la logistique de son Armée de l’air ainsi et provoqué une augmentation des coûts de maintenance. L’avenir nous dira, si l’Egypte  les reins suffisamment solides pour assumer une flotte aussi large.

Airbus Eurofighter T3 :

1683179388.jpg

Les Airbus DS Eurofighter T3 Block15 disposent des nombreuses nouvelles améliorations en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3 Block15 dispose du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile air-air très longue portée « Meteor » de MBDA,il permet d’utililiser la nacelle de désignation "Sniper", ainsi que les missiles antichars MBDA « Brimstones II » et des bombes à guidage laser GBU-12. Le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T fait également partie des options. En matière de radar, le T3 est doté du nouveau radar de type AESA à antenne à balayage électronique CAPTOR-E de Selex-ES.

Le nouveau viseur de casque destiné à l’Eurofighter T3 dispose d'un écran de casque innovant. La capacité de vision nocturne sera intégré dans le casque sans le besoin de lunettes séparées. Le système est plus léger que les modèles actuels, il est optimisé pour la sécurité, la protection et le confort. Il offre une pleine capacité, le jour ou la nuit, et dans des conditions météorologiques défavorables. Le système devrait offrir une pleine capacité d’affichage binoculaire sur 40 degrés. Il offrira également une protection contre les faisceaux laser et disposera d’un système audio avancé.

Le Leonardo M-346 :

3172744432.jpg

L'Aermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile en flèche construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux réacteurs Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2'880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « zero-zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multifonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital « Fly-by-Wire » programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1’800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

Photos : 1 Eurofihgter & M-346 2 Eurofihgter T3@ Airbus DS 3 M-346 @ Leonardo

 

 

25/05/2020

Leonardo confirme la vente d’hélicoptères AW149 à l’Egypte !

4136724241.jpg

L’information transpirait depuis avril 2019 et n’avait à ce jour pas été confirmée. L’Egypte à bien choisi Leonardo avec une commande portant sur 24 appareils de type AW149 et 8 en version AW189 pour un montant estimé à 871 millions d'euros (957 millions USD). La confirmation a été faite en fin de semaine dernière par le ministère italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Les documents ne révèlent aucune information concernant les délais de production ou de livraison, les rôles des aéronefs ou la branche de l'armée égyptienne qui les mettra en service.

Bien que le rapport du gouvernement italien ne fournisse aucun détail sur le rôle prévu des hélicoptères au sein de l'armée égyptienne, il a noté que les AW149 seraient configurés avec huit sièges (il peut normalement transporter jusqu'à 18 passagers), tandis que les AW189 de taille similaire sera configuré avec un maximum de 19 sièges. Ces configurations suggèrent que les AW149 effectueront une tâche militaire spécialisée qui nécessite l'installation d'équipements de mission sur mesure, tandis que les AW189 seront utilisés pour le transport général de passagers et la recherche et sauvetage (SAR).

1790782289.jpg

L’AW149 / 189  : 

L’AW149 s’inscrit dans le cadre d’un appareil de transport moyen tonnage de la classe 8 tonnes, pouvant accueillir 18 soldats en version militaire et capable d’effectuer une vaste gamme de missions telles que le transport de troupes, les missions de logistiques, de reconnaissance, surveillance et SAR (Search And Rescue). En version civile il est capable d’effectuer le levage de charges importantes et le transport VIP.

Doté des dernières technologies en matière d’équipements, ce bimoteurs intègre deux turbine General Electric GE CT7-2E1FADEC et dispose d’un tout nouveau système de transmission de puissance. De part,  son architecture électronique, il est capable d'être équipé des systèmes requis par le client en fonction de ses besoins pour effectuer une vaste gamme de rôles et être facilement re-roled ou mis à niveau pour répondre aux besoins futurs d’exploitations.

L’appareil sera disponible d’ici 2020 pour les Forces armées italiennes, la Thaïlande a passé commande de 5 appareils.

La version AW189 est directement dérivée de l’AW149, elle est spécialisée dans le transport VIP et la recherche et le sauvetage SAR (Search And Rescue).

1280px-AW189_-_Lydd_Airport_(centered).jpg

Photos : 1 & 2 AW149 3 AW189 @ Leonardo

18/05/2020

Sukhoi lance la fabrication des Su-35 pour l’Egypte !

EBB79D4E-3C6A-491E-97E7-BF96F684F0F6.jpeg

L’avionneur russe Sukhoi a annoncé avoir lancé la production des avions de combat Su-35  « Flanker-E »  destinés à l'Egypte. L’Egypte a signé un contrat d’une valeur de 2 milliards de dollars pour la livraison de 24 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». Soit de quoi équiper deux escadrons. Les livraisons étant planifiées entre 2021 et 2022. A noter que le Caire est resté très discret sur cet achat engagé 2018.

C’est l’usine d'avions Gagarine à Komsomolsk-sur-l'Amour qui produira les Su-35. Il semble cependant que la livraison pourrait prendre du retard à cause de l’épidémie de COVID-19.

Le Sukhoi Su-35 devrait donc venir renforcer les flottes de MiG-29M/M2 et de Rafale. Les trois avions vont venir remplacer progressivement les actuels MiG-21, les F-7 chinois, les Mirage 5 ainsi que les derniers les F-4E «  Phantom » en service.

L'Egypte confirme ainsi sa volonté de moderniser sa flotte d'avions de combat dans l'optique déjà retenue de la diversification du matériel. Soit un choix stratégique en matière d'approvisionnement, de technologie et politique. Le choix du Su-35 permet également une certaine limitation des coûts à l'achat et d’assurer une certaine qualité de matériels. En effet, il semble bien que l’Egypte a été motivée dans ce choix par la rentabilité et l'efficacité du matériel russe éprouvé sur le champ de bataille. En Syrie, la Russie a démontré que la plupart de ses offres de défense qu'elle commercialise aujourd'hui dans de nombreux pays du Moyen-Orient avaient prouvés leurs efficacités dans le conflit.

Le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » :

251d6cb1765d5c64a073edc293755103.jpg

Le Su-35 « Flanker-E » est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

xobdu1mBuEOksB6IbCtOlHOIlVMbAE7RyRhIZYvi.jpeg

Photos : 1 & 3 Su-35 Flanker-E @ UAS 2 Cockpit@ Amir