11/08/2021

Le projet Air2030 en finale d’un concours international de management !

72532472.3.png

Armasuisse s'est qualifié pour la finale de l'IPMA World Congress avec son projet "Prochain Avion de Combat (PAC)" dans la catégorie des grands projets. Le lauréat sera désigné parmi les trois finalistes le 22 septembre 2021. L'association internationale de management de projets (International Project Management Association IPMA) organise chaque année depuis 2002 ce concours international destiné à récompenser des équipes pour leurs prestations exceptionnelles en matière de management de projets et de programmes.

armasuisse procède à l’acquisition du matériel de l’armée par le biais de projets, et il veille à appliquer des méthodes de développement continu et à apporter des améliorations aux processus déjà en place. Cela implique notamment de se mesurer au marché et de pouvoir s’améliorer grâce à du benchmarking, par exemple par le biais d’une évaluation indépendante par des évaluateurs expérimentés dans le cadre du concours de l’IPMA. En décernant une distinction à certains projets, l’IPMA entend reconnaître et saluer l’excellence de leur gestion de projet. Le fait que le projet PAC ait été retenu comme finaliste démontre qu’armasuisse est sur le bon chemin.

Une distinction qui récompense le leadership, l’orientation vers les objectifs et des processus clairement définis

En s'appuyant sur un modèle qui est décrit dans la norme Project Excellence Baseline (PEB) de l’IPMA, les assesseurs évaluent le projet notamment par le biais d'audits et d’entretiens avec le mandataire du projet, la direction du projet, les membres de l’équipe de projet et d’autres parties prenantes. Pour l’évaluation, il n’est pas nécessaire de donner accès à des informations concernant le contenu du projet. Les données sensibles sont donc protégées. Le résultat est consigné dans un rapport du jury à l’intention de l’IPMA, celle-ci désignant par la suite les finalistes du concours et les projets qui remportent les trois premiers rangs. Les projets qui accèdent à la finale se distinguent par une conduite efficace, une orientation claire vers les objectifs et des processus solides. Les processus appliqués sont régulièrement évalués et améliorés si nécessaire. Au-delà de la reconnaissance qu’apporte une place de finaliste, la participation à ce concours et l’évaluation externe obtenue par ce biais servent également de base pour une amélioration constante de la conduite et des processus pour les prochaines phases du projet.

International Project Management Association

Fondée en 1965, l’IPMA (International Project Management Association - Association internationale de gestion de projets), qui a son siège en Europe, est la première association de gestion de projets à avoir été active à l’échelle internationale. Aujourd’hui, l’IPMA regroupe environ 70 associations nationales et compte plus de 40 000 membres de par le monde. L’IPMA a édité un certain nombre de normes. À côté de l’IPMA Project Excellence Baseline (PEB), l’IPMA Individual Competence Baseline (ICB) sert de base pour les programmes de certification nationaux des chefs de projets; grâce à elle, quelque 350 000 personnes ont été certifiées à ce jour. En organisant et en décernant les Global Project Excellence Awards, l’IPMA soutient les équipes de projet dans leurs efforts d’amélioration constants. (Sources DDPS).

72532472.2.png

Photos : 1 Les quatre avions qui étaient en concours 2 les deux systèmes sol-air en concours

 

06/08/2021

Super Puma suisses en aide à la Grèce !

1625916564.gif.jpeg

En Grèce, des incendies font rage dans plusieurs régions. La Suisse répond aux demandes d’aide des autorités grecques et met à disposition trois hélicoptères de l’armée ainsi que du personnel pour renforcer sur place la lutte contre les incendies.

La canicule se poursuit en Grèce. De nombreux feux sévissent actuellement en plusieurs endroits du pays et aucune amélioration de la situation n’est en vue. Les autorités grecques ont sollicité l’aide internationale, appel auquel la Suisse a décidé de répondre en apportant son soutien. 

Départ samedi

Samedi, trois hélicoptères Super Puma et un total de 40 membres du personnel de l’armée décolleront à destination d’Athènes. Les premières opérations de lutte contre les incendies débuteront dimanche.

Cet après-midi déjà, une équipe d’intervention rapide est partie pour la Grèce à bord d’un avion des forces aériennes suisses. Cette équipe est composée de membres du Corps suisse d’aide humanitaire, rattaché au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), de spécialistes de la lutte contre les incendies de la Formation d’application génie/sauvetage/NBC de l’armée et d’une équipe avancée des forces aériennes suisses. Forte d’une dizaine de personnes, elle sera chargée sur place d’instaurer des conditions favorables aux interventions héliportées et d’assurer la coordination avec les autorités grecques.

Une tradition

En 2017, la Suisse avait déployé trois Super Puma au Portugal. En 2010 se sont également des Super Puma qui ont été déployés en Israël dans le nord du pays.

Photo : Super Puma en Israël@ DDPS

25/06/2021

Mesure de la radioactivité avec un Super Puma !

67317.jpg

Cette année une nouvelle de séries de vols pour la mesure de la radioactivité dans notre pays auront lieu. Les vols de mesure de la radioactivité annuels de la Centrale nationale d’alarme (CENAL), rattachée à l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP), auront lieu du 28 juin au 2 juillet 2021. Un hélicoptère Super Puma survolera des couloirs parallèles à une hauteur d’environ 90 m au-dessus de la zone mesurée. Cette technique permet de relever rapidement la radioactivité au sol sur de vastes surfaces. En cas d’événement, les résultats des mesures permettront de détecter d’éventuels écarts par rapport à la norme.

Cette année seront survolées la ville de Lugano et certaines zones du canton du Tessin (le 30 juin) et les villes de Wil et Frauenfeld en Suisse orientale (le 1er juillet). On effectuera en outre des vols de routine aux environs des centrales nucléaires de Mühleberg (le 28 juin) et de Gösgen et au-dessus d’un plus vaste périmètre au sud-est de cette dernière (le 29 juin). Un vol ascensionnel continu aura lieu par ailleurs au-dessus du lac de Neuchâtel (le 28 juin) de même qu’un survol transversal du Plateau suisse (le 1er juillet).

Pour procéder aux mesures, un hélicoptère survolera les régions concernées en effectuant des lignes parallèles à 90 m d’altitude. Afin de réduire le plus possible les nuisances sonores pour la population, une pause sera observée entre 12 h 00 et 13 h 00 et les vols se termineront vers 17 h 00. En cas de mauvais temps, ils seront déplacés à l’une des dates mentionnées ci-dessus. Les éventuelles modifications du programme seront publiées sur le site de la CENAL (www.naz.ch). Tous les résultats pourront être consultés sur le même site à partir du 2 juillet 2021.

La CENAL effectue chaque année des vols aéroradiométriques pendant une semaine. Cette campagne de mesures permet de s’assurer de la disponibilité opérationnelle des équipements et du personnel, de collecter des données dans les zones urbaines et à proximité des infrastructures critiques et de mettre en pratique la coopération avec les partenaires cantonaux et internationaux. Les vols à proximité des centrales nucléaires sont effectués à la demande de l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN). Dans le cadre du programme de mesure urbaine, Lugano sera la dernière des dix plus grandes villes suisses à faire l’objet de relevés.

Les données accumulées pendant ces campagnes permettent d’actualiser les connaissances sur la situation radiologique nationale et servent de base de préparation pour la gestion des situations d’urgence. Ces données sont partagées avec les différentes autorités nationales compétentes. Le choix des zones de vols est coordonné entre les différents partenaires civils et militaires et tient notamment compte des densités de population ainsi que des infrastructures d’importance nationale telles que les axes de circulation.

La radiométrie est une technique de reconnaissance qui consiste à détecter la radioactivité à distance et à en estimer les concentrations. La radiométrie sert ainsi à cartographier les zones potentiellement contaminées ou à rechercher d’éventuelles sources radioactives. La sensibilité des équipements permet en outre de cartographier la radioactivité naturelle de l'environnement. De telles capacités de détection pourraient être requises lors d’incidents dans une centrale nucléaire, lors d’accidents de transport ou industriels impliquant des matières radioactives, lors de la chute d’un satellite ou en cas d'acte malveillant impliquant des matières radioactives. 

4137199997.png

Dans le cadre de la protection des troupes et infrastructures de l'armée, le centre de compétences NBC-DEMUNEX de l’armée exploite différents systèmes de radiométrie (RLL) sur différentes plateformes complémentaires et interconnectées. Si l'engagement de ces systèmes vise en premier lieu à assurer la protection des troupes, des engagements subsidiaires au profit des autorités compétentes et d'organisations partenaires sont possibles et prévus. À cet effet, les moyens du centre de compétences NBC-DEMUNEX font notamment partie l’organisation de prélèvement et de mesure nationale. 

En cas de besoin, le personnel professionnel du centre de compétences NBC-DEMUNEX assure les premières prestations. Les ressources personnelles du centre étant par contre limitées en nombre et en durée, le renfort ou la relève des spécialistes professionnels peut nécessiter la mobilisation de spécialistes des troupes NBC de milice.

Le système de détection utilisé permet non seulement une analyse quantitative de la radioactivité présente (intensité) mais en règle générale également une identification de la source (nucléides). Les spécialistes peuvent ainsi classer les sources de radiations selon leur origine probable : naturelle, sources industrielles ou produits médicaux par exemple : la sensibilité des détecteurs dépend de leur taille. Les plus lourds (une centaine de kilogrammes) sont installés dans des hélicoptères et les plus légers (moins de 2 kg) sont réservés à l'utilisation manuelle. 

L'éventail des plateformes et des détecteurs disponibles permet aux spécialistes de s'adapter à la situation en choisissant leur meilleur compromis entre la sensibilité de la mesure, l'efficacité de détection, la mobilité et la protection des intervenants. 

La radiométrie aérienne utilise un hélicoptère et permet de mesurer de manière exhaustive la radioactivité au sol sur de vastes secteurs. Trois heures peuvent ainsi suffire à couvrir quelque 100 km². 

En quelques heures, un équipement de radiométrie ultrasensible est installé à bord d’un hélicoptère Super Puma de forces aériennes. Afin de cartographier le territoire de manière aussi complète que possible.  D’autre moyens sont disponibles pour ces mesures, soit un Puch 4x4 NBC et un robot d’exploration. 

72532472.png

Deux équipes partagent ces compétences :

Afin de maintenir la disponibilité opérationnelle des équipements et des équipages, des campagnes de mesures et des exercices sont régulièrement organisés. 

Les deux équipes qui exploitent les systèmes de radiométrie aérienne réunissent des spécialistes du centre de compétences NBC-DEMUNEX de l'armée et de la centrale nationale d'alarme (CENAL), ainsi que leurs militaires de milice respectifs. Les membres des deux équipes s’entraînent séparément une fois par an pendant deux semaines différentes pour des vols de mesure et des scénarios d’intervention et partagent ensuite leurs expériences dans des ateliers et des modules de formation communs. Les plans de vols sont coordonnés annuellement afin de pouvoir obtenir à terme une vue d'ensemble complète de la situation radiologique sur l'ensemble du territoire national. 

En parallèle, le centre de compétences NBC-DEMUNEX conduit également des campagnes de mesures de radiométrie terrestres. 

Remerciements et source : Un grand merci pour ces précieuses informations obtenues par l’intermédiaire de Stéphane Maillard Chef du groupe d’intervention NRBC.

107908368.jpg

Photos : Hélicoptère Super Puma équipé pour effectuer les mesures de radioactivité @ DDPS Sina Guntern  Déroulement des vols 3 Puch NBC & robot 4 L’équipe NBC-DEMUNEX à bord @ DDPS

 

 

16/02/2021

Tirs air-sol sur la place de Forel !

IMG_6034.jpeg

Les Forces aériennes suisses effectueront des exercices de tirs air-sol dans le lac de Neuchâtel du 15 février au 19 mars 2021. Ces entraînements pourront générer des nuisances sonores. 

Du 15 février au 19 mars 2021, les Forces aériennes effectueront des exercices de tirs d'aviation dans le lac de Neuchâtel, sur la place de tir pour avions de Forel (FR). Des avions de combat de type F/A-18 Hornet seront engagés dans le cadre de ces exercices. Les différents vols peuvent avoir lieu du lundi au vendredi, de 09h00 à 12h00 et 13h30 à 16h00 selon la convention entre les cantons de Fribourg, Vaud et Neuchâtel et le DDPS. Ils pourraient générer des nuisances sonores soudaines et répétitives. 

La place de tir de Forel est utilisée depuis 1926 et fait partie des trois dernières places pour l’entraînement des tirs air-sol des Forces aériennes. Les périodes de tirs s'étendent chaque année de janvier à mai et d'octobre à décembre. 

Lors de ces journées, les pilotes entraînent les tirs air-sol au canon de manière réelle sur des cibles fixes ou en mouvement, placées sur le lac. 

IMG_6035.jpeg

Engagement pour protéger la Grande Cariçaie :

Les exercices de tirs sur le Lac de Neuchâtel sont bien évidemment critiqués par certains pour leurs atteintes à l’environnement, pourtant la réalité est différente. En effet, depuis 5 ans, l’Association de la Grande Cariçaie et armasuisse collaborent à la réalisation de travaux d’entretien des milieux naturels et de valorisation de la biodiversité dans le secteur de la zone de tir de l’aviation de Forel (FR), incluse dans l’une des réserves naturelles de la Grande Cariçaie. Ces mesures, formalisées dans le programme « Nature, Paysage et Armée » de la place de tir de Forel, encadrent à la fois l’usage militaire du site et définissent une série d’interventions pour l’atteinte d’objectifs biologiques dans le secteur. De nouveaux travaux actuellement en cours ont fait l’objet d’une présentation à la presse ce dernièrement.


La place de tir de Forel (FR) est utilisée depuis les années 1960 pour l’entraînement au tir des avions militaires sur cibles d’abord terrestres puis lacustres, et plus récemment pour d’autres exercices militaires comme l’entraînement à la survie des pilotes. Englobée dans la réserve naturelle des Grèves de la Corbière (l’une des 8 réserves naturelles constituant la Grande Cariçaie) au début des années 2000, la zone a fait l’objet en 2012 d’un programme NPA « Nature, Paysage et Armée » dont les objectifs étaient de réduire au maximum les impacts liés à l’usage militaire de la zone, et parallèlement de conserver ou d’améliorer la qualité des habitats pour la faune et la flore sauvage.

 

Validé en 2012, ce programme a depuis lors été mis en œuvre et des mesures en faveur de la biodiversité sont entreprises chaque année, sous la conduite de l’Association de la Grande Cariçaie, avec un financement principal par l’armée.Les mesures réalisées ces dernières années ont principalement consisté à rouvrir des clairières forestières qui s’étaient fortement embroussaillées et risquaient de voir disparaître certaines plantes et animaux liés aux prairies ouvertes. L’autre mesure importante a consisté à créer des connections entre ces clairières en utilisant pour cela les banquettes du chemin traversant la réserve naturelle. L’amélioration de la structure des lisières le long de ce chemin a également permis de restaurer des habitats favorables à certaines espèces spécialisées. Les suivis en cours dans le secteur du NPA montrent que les mesures réalisées semblent atteindre leurs objectifs en favorisant des oiseaux comme le Rossignol ou le Pouillot fitis, mais également une diversité plus large de la faune. (Sources Ass.Grande Cariçaie)

Photos : Tirs d’un Hornet sur la zone de Forel @ DDPS

 

 

 

08/11/2020

Un Super Puma va sillonner La Côte !

proxy-1.php.jpeg

Un hélicoptère Super Puma TH06 des Forces aériennes suisses va prochainement survoler du 9 au 13 novembre la région de La Côte. Cette opération est conduite par le Centre de compétences NBC-DEMUNEX dans le cadre d’une campagne annuelle de vols de mesures de la radioactivité dans la dans l’environnement.

Plus précisément, le Super Puma effectuera des allées et venues entre Nyon, Morges au Jura. Ces vols s’effectueront à basse altitude. Pour procéder aux mesures, un hélicoptère survolera les régions concernées en effectuant des lignes parallèles à 90 m d’altitude. Afin de réduire le plus possible les nuisances sonores pour la population, une pause sera observée entre 12h00 et 13h00 et les vols se termineront vers 17h00.

proxy-1.php.png

Les données accumulées pendant ces campagnes permettent d’actualiser les connaissances sur la situation radiologique nationale et servent de base de préparation pour la gestion des situations d’urgence. Ces données sont partagées avec les différentes autorités nationales compétentes. Le choix des zones de vols est coordonné entre les différents partenaires civils et militaires et tient notamment compte des densités de population ainsi que des infrastructures d’importance nationale telles que les axes de circulation.

La radiométrie est une technique de reconnaissance qui consiste à détecter la radioactivité à distance et à en estimer les concentrations. La radiométrie sert ainsi à cartographier les zones potentiellement contaminées ou à rechercher d’éventuelles sources radioactives. La sensibilité des équipements permet en outre de cartographier la radioactivité naturelle de l'environnement. De telles capacités de détection pourraient être requises lors d’incidents dans une centrale nucléaire, lors d’accidents de transport ou industriels impliquant des matières radioactives, lors de la chute d’un satellite ou en cas d'acte malveillant impliquant des matières radioactives. 

Dans le cadre de la protection des troupes et infrastructures de l'armée, le centre de compétences NBC-DEMUNEX de l’armée exploite différents systèmes de radiométrie (RLL) sur différentes plateformes complémentaires et interconnectées. Si l'engagement de ces systèmes vise en premier lieu à assurer la protection des troupes, des engagements subsidiaires au profit des autorités compétentes et d'organisations partenaires sont possibles et prévus. À cet effet, les moyens du centre de compétences NBC-DEMUNEX font notamment partie l’organisation de prélèvement et de mesure nationale. 

En cas de besoin, le personnel professionnel du centre de compétences NBC-DEMUNEX assure les premières prestations. Les ressources personnelles du centre étant par contre limitées en nombre et en durée, le renfort ou la relève des spécialistes professionnels peut nécessiter la mobilisation de spécialistes des troupes NBC de milice.

Le système de détection utilisé permet non seulement une analyse quantitative de la radioactivité présente (intensité) mais en règle générale également une identification de la source (nucléides). Les spécialistes peuvent ainsi classer les sources de radiations selon leur origine probable : naturelle, sources industrielles ou produits médicaux par exemple : la sensibilité des détecteurs dépend de leur taille. Les plus lourds (une centaine de kilogrammes) sont installés dans des hélicoptères et les plus légers (moins de 2 kg) sont réservés à l'utilisation manuelle. 

L'éventail des plateformes et des détecteurs disponibles permet aux spécialistes de s'adapter à la situation en choisissant leur meilleur compromis entre la sensibilité de la mesure, l'efficacité de détection, la mobilité et la protection des intervenants. 

La radiométrie aérienne utilise un hélicoptère et permet de mesurer de manière exhaustive la radioactivité au sol sur de vastes secteurs. Trois heures peuvent ainsi suffire à couvrir quelque 100 km². 

En quelques heures, un équipement de radiométrie ultrasensible est installé à bord d’un hélicoptère Super Puma de forces aériennes. Afin de cartographier le territoire de manière aussi complète que possible.  D’autre moyens sont disponibles pour ces mesures, soit un Puch 4x4 NBC et un robot d’exploration.

unnamed-1.png

Deux équipes partagent ces compétences :

Afin de maintenir la disponibilité opérationnelle des équipements et des équipages, des campagnes de mesures et des exercices sont régulièrement organisés. 

Les deux équipes qui exploitent les systèmes de radiométrie aérienne réunissent des spécialistes du centre de compétences NBC-DEMUNEX de l'armée et de la centrale nationale d'alarme (CENAL), ainsi que leurs militaires de milice respectifs. Les membres des deux équipes s’entraînent séparément une fois par an pendant deux semaines différentes pour des vols de mesure et des scénarios d’intervention et partagent ensuite leurs expériences dans des ateliers et des modules de formation communs. Les plans de vols sont coordonnés annuellement afin de pouvoir obtenir à terme une vue d'ensemble complète de la situation radiologique sur l'ensemble du territoire national. 

En parallèle, le centre de compétences NBC-DEMUNEX conduit également des campagnes de mesures de radiométrie terrestres. 

Remerciements et source : Un grand merci pour ces précieuses informations obtenues par l’intermédiaire de Stéphane Maillard Chef du groupe d’intervention NRBC.

Super Puma Radiometrie (in).jpg

Photos : 1 Hélicoptère Super Puma équipé pour effectuer les mesures de radioactivité @ DDPS Sina Guntern  Déroulement des vols 3 Puch NBC & robot 4 L’équipe NBC-DEMUNEX à bord @ DDPS