10/04/2021

Korean Aerospace Industries a dévoilé le KF-21 « Boramae » !

South Korea unveils KF-X fighter prototype, renamed KF-21 Boramae.jpg

Le premier prototype du l’avion de combat de nouvelle génération de Korean Aerospace Industries (KAI) a été dévoilé à Sacheon ce vendredi. Connu jusqu’ici sous la dénomination de KF-X, l’avion a été baptisé KF-21 « Boramae ».

Le prototype du biréacteur, KF- 21 « Boramae » a été présenté lors d'une cérémonie de déploiement au siège de KAI à Sacheon, à environ 440 kilomètres au sud de Séoul.  Le prototype, numéro de série 001, a été dévoilé avec des drapeaux coréens et indonésiens. Lors d'un spectacle de lumière dans le cadre de la cérémonie, KAI a également projeté les drapeaux des pays clients potentiels que l'entreprise courtise, notamment l'Irak, la Malaisie, le Pérou, les Philippines, le Qatar, le Sénégal et la Thaïlande.

« Nous avons enfin notre propre avion de combat supersonique », a déclaré le président Moon Jae-in dans un discours. « Nous avons ouvert une nouvelle ère d'autodéfense et établi une étape historique pour le développement de l'industrie aéronautique.»

Le président a déclaré que 40 KF-21 seraient livrés à l'armée de l'air d'ici 2028 et que 80 autres jets entreraient en service d'ici 2032. 

Le KAI KF-21 « Boramae » :

20210409172843_1605621_1200_745.jpg

Le KF-21 est considéré comme un avion de 4,5 ème génération, à égalité avec le dernier F-16 et moins furtif que le F-35 Lightning II de cinquième génération développé par Lockheed Martin. L'avion de combat doit remplacer la flotte vieillissante des F-4E « Phantom » et F-5E « Tiger II »de l'époque de la guerre du Vietnam. 

KAI a déclaré que l'avion subirait des tests au sol cette année avant son vol inaugural prévu pour juillet de l'année prochaine. La production de masse du KF-21 Block I commencera lorsque six prototypes auront effectué environs 2’200 sorties au cours des quatre prochaines années. Près de 8 milliards de dollars doivent être dépensés pour le développement du KF-21 entre 2015 et 2028 dans le cadre du projet KF-X. 

Environ 65% des composants du KF-21 sont en production localement. Parmi les composants construits par les développeurs sud-coréens figurent le radar matriciel actif à balayage électronique (AESA), la suite de guerre électronique, le module de recherche et de suivi infrarouge (IRST) et le module de ciblage électro-optique.

Le radar du KF-21 de type AESA produit par Hanwha Systems, dispose d'un module d'environ 1’088 récepteurs émetteurs, avec un angle de direction du faisceau de 60 à 70 degrés. Le nombre d'émetteurs-récepteurs devrait finalement augmenter à environ 1'300 dans la version finale.

Avec une masse maximale au décollage de 25 600 kilogrammes, l'avion dispose de 10 points d’accrochage pour les missiles air-air et autres armements. Contrairement aux premières spécifications l’avion volera à Mach 1,8 avec une distance de croisière de 2’900 kilomètres. Il est propulsé par deux moteurs General Electric F414. 

L'Indonésie reste un partenaire incertain :

Les mois qui ont précédé la présentation du prototype ont été entachés de spéculations selon lesquelles l’Indonésie souhaitait se retirer du partenariat, l’Indonésie étant apparemment en retard dans les paiements du programme. L'Indonésie doit payer 20% des coûts de développement dans le cadre d'un accord de 2016. Le pays est censé acquérir jusqu'à 48 appareils (appelés IF-X en Indonésie) et bénéficier du transfert de technologies. Pour l’instant Jakarta n'a pas tenu sa promesse, ne payant qu'environ 13% de son engagement financier. Jakarta a évoqué les contraintes budgétaires.

170811749_2568067276835124_430770914730926271_n.jpg

Photos : Présentation du KF-21 « Boramae » @ KAI

 

21/03/2021

KAI Aerospace prépare la présentation du prototype du KF-X !

20210301000109_0.jpg

L’avionneur coréen KAI Aerospace présentera officiellement le premier prototype du KF-X en avril prochain. L’évènement sera historique pour le pays et l'industrie aérospatiale.

La Corée du Sud travaille sur le projet de développement d’un avion de combat de nouvelle génération depuis la fin de 2015 pour remplacer la flotte vieillissante d'avions McDonnell F-4 « Phantom » et Northrop F-5 de l'armée de l'air. Le KF-X est l'un des projets nationaux les plus importants pour remplacer les chasseurs actuels de l'armée de l'air et pour introduire le chasseur de prochaine génération qui peut satisfaire le concept d'opération du futur du champ de bataille. En outre, KAI travaille sur le développement de l'avionique, ainsi que sur le futur ordinateur de mission et de contrôle de vol. Le projet de développement est estimé à 7,9 milliards de dollars.

Pour une étude plus approfondie et un développement efficace, 16 universités, 11 laboratoires et 553 fournisseurs participent au projet KF-X et 100 ingénieurs de développement supplémentaires ont été embauchés. De son côté le motoriste américain General-Electric a livré les moteurs F414-GE-400K du chasseur KF-X. 

FG_3917462-JDW-11030.jpg

Le calendrier :

Actuellement les ingénieurs sont occupés à apporter la touche finale à l'assemblage du modèle d'essai. Dans une couleur jaune-vert, le prototype du KF-X semblable à un avion furtif dans la conception sera peint en gris foncé avant son événement de présentation.

KAI Aerospace prévoit d'achever la construction de trois prototypes d'ici la fin de l'année et de conclure en assembler trois autres d'ici le premier semestre de l'année prochaine. Le premier test en vol est prévu pour 2022, l'ensemble du développement devant être achevé d'ici 2026.

Séparément, deux copies supplémentaires seront faites pour des tests au sol afin d'examiner la durabilité du jet et les éventuelles faiblesses de structure.

Tous les jets d'essai ont été conçus légèrement différemment pour effectuer divers tests. Certains sont monoplaces et les autres biplaces.

Une fois le développement terminé, 40 unités seront livrées à l'armée de l'air d'ici 2028 et 80 unités supplémentaires d'ici 2032. 

Priorité à la Corée du Sud :

L’Administration du programme d’acquisition de défense de la Corée du Sud (DAPA) a révélé son intention d’introduire une politique d’achat de matériel de défense qui donne officiellement la priorité à l’approvisionnement local par rapport aux importations.

La DAPA a déclaré que le programme « Buy Korea Defence » (BKD) était conforme aux objectifs de la loi sur le développement de l’industrie de la défense récemment introduite. Les détails du BKD, a-t-il déclaré, ont été présentés lors d'une réunion du 11 mars d'un nouveau conseil du DAPA mis en place pour faire adopter des réformes en vertu de la législation.

La DAPA a déclaré que la politique de BKD exigerait l'évaluation des avantages que les programmes locaux de recherche, de développement (R&D), de production et d'approvisionnement apporteraient à l'économie nationale.

La Corée du Sud a présenté des plans pour donner la priorité à l'acquisition de composants et de systèmes fabriqués localement sur des plates-formes clés telles que l'avion de combat KF-X. Il a ajouté : « Dans le cas des projets qui ne peuvent pas être décidés par des achats à l'étranger, la réglementation sera modifiée afin que les entreprises nationales doivent participer au processus d'appel d'offres».

Le KAI Aerospace KF-X

k-fx-cockpit-mockup_79067.jpg

Avec une charge utile maximale de 7’700 kilogrammes, le nouvel avion aura 10 nacelles pour missiles air-air et autres armes, capables de voler à 2’200 km/h avec une portée de 2’900 km.

Au départ du programme, le KF-X était classé comme un chasseur de la génération 4++ doté de capacités avioniques et de frappe améliorées. Mais, il va disposer de plusieurs caractéristiques de furtivité et des performances supérieures qui pourraient le rendre comparable avec un avion furtif de cinquième génération.

KAI a hésité à révéler avec précision le type de mécanisme de furtivité dont dispose le jet, mais sa section efficace radar (RCS) soit la principale mesure de furtivité sur les aéronefs militaires, ne mesure que 0,5 mètre carré (5,4 pieds carrés). 

KAI a conçu le fuselage du KFX pour qu’il ressemble à un jet furtif semblable au F-22 de Lockheed Martin. La plupart des capteurs sont situés à l'intérieur de l'avion, tandis que les quatre missiles air-air installés sur le KFX sont à moitié enfouis dans la partie centrale du fuselage. Il reste ainsi de la place dans l'avion pour l'installation d'une soute d'armes interne, élément caractéristique des chasseurs furtifs.

Mais, KAI ne veut pas sacrifier la maniabilité de l’avion, il sera capable d'effectuer des manœuvres serrées pour se comporter comme les meilleurs avions actuels. L’une des grandes difficultés de la Corée du Sud tient dans le développement d’un radar AESA pour le KF-X. En effet, le pays n’a pas d’expérience dans ce domaine. Près de 800 millions de dollars ont été investis dans le développement du radar AESA jusqu'en 2026. Un prototype du radar sera testé en Israël ce printemps, suivi d'un autre vol d'essai en Corée à partir de novembre prochain. À partir de 2023, il sera installé sur le prototype KFX pour une dernière série de tests qui devront mener le projet à maturité.

Le poids cible pour la KF-X était de 13 tonnes au début de la conception du projet en 2001, mais les concepteurs ont dû réduire de 500 kg supplémentaires pour tenir compte des ajouts futurs. 

Dans les usines de KAI à Sacheon dans le Gyeongsang du Sud, environ 1’250 chercheurs et ingénieurs travaillent d'arrache-pied au développement du KF-X. 

2314424989.jpg

Photos : 1 Le premier prototype en fin d’assemblage 2 image de synthèse du KF-X 3 Cockpit 4 Plan @ KAI Aerospace

 

26/12/2018

KAI a dévoilé son hélicoptère d’attaque légère !

0.jpg

Le 18 décembre, Korea Aerospace Industries (KAI) a organisé une cérémonie pour dévoiler son hélicoptère d'attaque légère (LAH). Le programme est un développement commun avec Airbus Helicopters, basé sur le Dauphin H155 de 4,9 tonnes, que la Corée a préféré au Leonardo AW169 pour constituer la base de ses projets LAH (hélicoptère attaque légère) et LCH (hélicoptère civil léger).

Seo Ju-seok, vice-ministre de la Défense nationale de la République de Corée, a déclaré: «Le LAH, en tant qu'hélicoptère offrant une navigation de haute technologie et une grande mobilité, est un grand exploit pour l'industrie de la défense coréenne. Le ministère apportera tout son soutien à la stabilité de l'industrie nationale, notamment en améliorant le développement de systèmes d'armes et en soutenant les exportations au niveau gouvernemental. "

La conception du LAH a débuté en juin 2015, trois mois après qu'Airbus et KAI avaient annoncé le programme commun LAH / LCH basé sur le H155, qui s'appuie sur le succès de la précédente équipe d'hélicoptères utilitaires coréens ayant produit le « Surion » lui-même basé sur le « Super Puma ». La conception de base du LAH a été achevée en août 2016 et la conception détaillée en novembre 2017. Le premier exemple devrait effectuer son premier vol en mai 2019, les premières unités devant entrer en service en 2023.

Pour son rôle d'attaque légère, le LAH est équipé d'une tourelle de détection sur le nez, sous laquelle se trouve un canon tri-tubes de 20mm. Des pylônes latéraux de chaque côté de la cabine peuvent monter diverses armes et nacelles.

KAI prévoit de construire environ 200 LAH pour l'armée de la République de Corée afin de remplacer les Bell AH-1 « Cobra » et les MD 500 « Defenders » vieillissants. Ils serviront aux côtés du Boeing AH-64E « Apache Guardian », dont 36 ont été acquis. Le LAH doit également être offert à l'exportation. En novembre 2015, KAI et Airbus ont signé un protocole d'accord couvrant le marketing commun et l'assistance après-vente mondiaux pour LAH et LCH. Airbus ne propose pas de version armée du H155, mais des hélicoptères armés basés sur « Dauphin » ont été développés en Chine sous le nom de Harbin Z-9W et de son dérivé WZ-19 biplace.

Et le LCH :

Dans l'intervalle, le programme parallèle de LCH progresse vers l'entrée en service prévue en 2021. Un prototype de construction française a effectué son premier vol à Marignane en juillet 2018 et un deuxième hélicoptère est en cours de construction en Corée. L’appareil sera doté de composants coréens. Il devrait voler dans la seconde moitié de 2019.

Capable de transporter jusqu'à 15 passagers, le LCH doit être exploité par un certain nombre d'organismes gouvernementaux, tels que la police, les services d'incendie et les services forestiers, qui sont également des clients du « Surion ». KAI prévoit la vente d’environ 300 hélicoptères à des organismes gouvernementaux.

 

 

5.jpg

Photos : Présentation du LAH @ KAI

13/11/2018

Arrivée de l’A330 MRTT pour la RoKAF !

airbus ds,a330 mrtt,avions ravitailleurs,rokaf,corée du sud,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Le premier des quatre avions de ravitaillement multirôle Airbus DS A330 MRTT (commandés par l'armée de l'air de la République de Corée (RoKAF) a atterri à la base aérienne de Gimhae à Busan, en Corée du Sud, pour subir des essais d'acceptation.

Le 12 novembre, la compagnie a annoncé dans un communiqué que l'avion, piloté par un équipage conjoint d'Airbus et de la RoKAF, était arrivé en Asie du Nord-Est après un vol de convoyage depuis la chaîne d'assemblage final d'Airbus à Getafe en Espagne, avec une escale à Vancouver au Canada.

La plate-forme va maintenant subir des tests au sol et en vol à Gimhae. La RoKAF sera épaulé par une équipe d’Airbus basée en Corée du Sud pendant les tests jusqu’à ce que l’appareil soit officiellement remis au client, a précisé la compagnie sans préciser la durée des tests.

Cela dit, les livraisons des quatre A330 MRTT devraient être terminées d'ici à fin 2019. Une fois en service, l'avion ravitailleur étendra la portée de frappe de la RoKAF et améliorera les opérations sa stratégiques au-delà de la Péninsule coréenne.

Rappel :

C’est le 30 juin 2015 que l’avionneur européen a remporté un contrat de 1,33 milliard de dollars US (1,19 milliard d'euros) avec la Corée du Sud pour l'achat de quatre avions A330 MRTT. Ce choix n’était pas une véritable surprise, car deux éléments on jouer en faveur de l’avion européen : l'avion peut transporter beaucoup plus de carburant et de passagers que le KC-46 américain et offre une plus grande polyvalence, de plus il est garanti que celui-ci puisse être livré en 2017.

L’Airbus A330MRTT : 

L’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération, actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières. L’A330 MRTT totalise à ce jour 28 commandes émanant de quatre clients.

 

airbus ds,a330 mrtt,avions ravitailleurs,rokaf,corée du sud,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Photos :A330 MRTT de la RoKAF @ Airbus DS

 

14/09/2018

Des P-8A « Poseidon » pour la Corée du Sud !

68503074.2.jpg

Le Département d'État américain a autorisé la vente de six avions de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon » en Corée du Sud. Le paquet est évalué à 2,1 milliards de dollars.

Rappel :

En juin de cette année, la Corée du Sud a décidé d'acheter l'avion de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon » dans le cadre d'un projet de modernisation de sa flotte de détection maritime, a annoncé l'agence d'acquisition militaire de Séoul.

Séoul exploite le Lockheed-Martin P-3 « Orion » depuis 25 ans, la DSCA affirme que cela a permis l'interopérabilité et aidé les opérations de la coalition. Cela étant, la Corée du Sud n'aura "aucune difficulté à faire passer sa au  P-8A.

Le Boeing P-8A « Poseidon » : 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps). 

2849886415.jpg

Photos :P-8A « Poseidon de l’US Navy @ Boeing