07/10/2020

Début du retrait des Boeing C-135FR au sein de l’Armée de l’air !

thumb2-boeing-kc-135-stratotanker-c-135fr-airplane-tanker-military-aircraft-us-air-force.jpg

Ce mardi 7 octobre débute au sein de l’Armée de l’air française le début du retrait des vénérables Boeing C-135FR. L’avion est remplacé par l’Airbus A330 MRTT « Phénix ».

Un premier Boeing C-135FR de l’Escadron de ravitaillement en vol 4/31 Sologne, n°475, codé 93CF va être retiré du service après une entrée en service en 1964.

Le C-135F est une variante construite par la France en tant qu'avion ravitailleur, cargo et de transporteur de troupes. 12 ont été construits pour l'armée de l'air française avec l'ajout d'un adaptateur pour panier sur la rampe de ravitaillement. La version C-135F été modernisée avec des réacteurs CFM International F108 entre 1985 et 1988. Modifié plus tard avec des nacelles d'aile MPRS et une avionique modernisée.

Le Boeing C-135 « Stratolifter » est un avion de transport dérivé du prototype d'avion de ligne Boeing 367-80 (également la base du 707) au début des années 1950. Il a un fuselage plus étroit et est plus court que le B707. Contrairement à certaines croyances, le C-135 n’est pas un B707 modifié.

Boeing a donné à l'avion la désignation interne du modèle 717.  Depuis que le premier a été construit en août 1956, le C-135 et ses variantes font partie intégrante de l'US Air Force.

Le C-135 était en grande partie conçu comme une mesure provisoire en attendant le développement de transports à réaction plus spécialisés, tels que le Lockheed C-141 « Starlifter » et en tant que tel, il a incorporé de nombreux compromis dans sa capacité de transport aérien stratégique. Le plancher de chargement de l'avion était à environ 3,0 m du sol, ce qui nécessitait un équipement de manutention au sol, sa seule porte de chargement à chargement latéral était limitée dans ce qui pouvait y passer et sa portée utile était d'environ 9’700 km, insuffisant pour atteindre de nombreux sites d'opérations de l'armée de l'air en Asie et dans le Pacifique. Bien que la portée ait été considérablement améliorée par rapport aux transports précédents, elle ne pouvait pas être augmentée par le ravitaillement en vol, car les C-135 n'étaient pas configurés avec des réceptacles de ravitaillement. De plus, ses performances de décollage et d'atterrissage nécessitaient de longues pistes disponibles uniquement dans les plus grandes bases militaires ou aéroports commerciaux, qui n'étaient pas nécessairement situés à proximité de zones de combat potentielles.

Photo : C-135FR @ Armée de l’air