10/08/2021

Vol inaugural pour le premier P-8A norvégien !

P8A_Norway_First_NSF21-0809-JRA-7184_Full_Res_JPG.jpg

Le premier des cinq Boeing P-8A « Poseidon » destiné à la Norvège a effectué son vol inaugural hier, le 9 août. L'avion a décollé à 10H03, heure du Pacifique et a volé pendant 2 heures et 24 minutes, atteignant une altitude maximale de 41’000 pieds lors du vol entre l'aéroport municipal de Renton et Boeing Field à Seattle.

Le premier vol marque la prochaine phase du cycle de production de cet avion car il est déplacé vers l'installation d'installation et de contrôle, où les systèmes de mission seront installés et des tests supplémentaires auront lieu avant la livraison finale à l'Agence norvégienne du matériel de défense (NDMA) plus tard cette année.

« Ce vol inaugural est une étape importante pour la Norvège, et l'équipe Boeing reste déterminée à livrer la flotte P-8 à la NDMA dans les délais », a déclaré Christian Thomsen, responsable du programme P-8 Europe. « Le P-8 est une capacité qui aidera la Norvège à améliorer la guerre anti-sous-marine, la guerre anti-surface, le renseignement, la surveillance et la reconnaissance, et les missions de recherche et de sauvetage, en plus de favoriser une précieuse collaboration régionale et l'interopérabilité avec les pays de l'OTAN. "

Rappel 

C’est en mars 2018 que la Norvège a passé commande pour 5 avions de patrouille maritime (MPA) Boeing P-8A « Poseidon » (MMA). Le contrat de 1,5 milliards de dollars comprend : les aéronefs, des capteurs, des systèmes de surveillance et des armes anti-sous-marines. La commande est groupée avec 4 appareils destinés aux Royaume-Uni, ainsi que 10 autres avions pour l'US Navy.

Boeing utilise un processus de production en ligne éprouvé pour construire efficacement l'avion, la mise en œuvre des meilleures pratiques établies et des outils de système de production commerciaux communs permet à l'équipe de réduire les délais et les coûts tout en garantissant la qualité et les délais de livraison aux clients.

La Norvège devrait recevoir son premier P-8 plus tard cette année. Au total, cinq P-8 remplaceront à terme la flotte norvégienne actuelle de six P-3 Orions et de trois DA-20 Falcon et fourniront des capacités avancées pour maintenir la connaissance de la situation dans les eaux voisines à la surface et sous la surface de l'océan.

Le Boeing P-8A « Poseidon » 

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones.

À ce jour, Boeing a livré 136 P-8 à l'US Navy, à la Royal Australian Air Force, à la marine indienne et à la Royal Air Force du Royaume-Uni. La Norvège est l'un des huit pays qui ont choisi le P-8A comme avion de patrouille maritime, avec les États-Unis, l'Inde, l'Australie, le Royaume-Uni, la Corée, la Nouvelle-Zélande et l'Allemagne.

3378008366.jpg

Photos : 1 le premier P-8A norvégien lors de son vol inaugural 2 au sol@ Boeing

 

26/05/2021

SMBC Aviation Capital commande 14 B737 MAX !

2771729.jpeg

SMBC Aviation Capital a annoncé hier que le bailleur positionne son portefeuille pour la reprise du trafic aérien en commandant 14 avions B737-8 MAX supplémentaires, élargissant ainsi son portefeuille de B737 MAX. Cette nouvelle commande intervient alors que les compagnies aériennes se préparent à un retour robuste au transport aérien et modernisent leurs flottes de fuselage étroit pour réduire la consommation de carburant et les émissions de carbone.

« Nous sommes heureux d'avoir conclu un accord avec Boeing pour l'achat de 14 avions B737 MAX configurés par un transporteur à bas prix, un avion pour lequel nous constatons une demande accrue des clients suite à son retour en service réussi », a déclaré Peter Barrett , PDG de SMBC  Aviation Capital.

Ce nouvel achat porte le portefeuille de B737 MAX de SMBC Aviation Capital à 121 jets, augmentant ainsi leur investissement dans la famille monocouloir de Boeing. SMBC Aviation Capital continue également d'incorporer de nouveaux avions B737 MAX dans la flotte mondiale. Au premier trimestre 2021, le bailleur a livré 13 B737-8 à ses clients, dont 11 avions à Southwest Airlines aux États-Unis et deux avions à TUI en Europe .

« SMBC gère activement son portefeuille dans un marché très dynamique. Avec cette nouvelle commande du 737-8 économe en carburant, le bailleur est bien placé pour aider ses clients à capter la demande de voyages intérieurs dans plusieurs pays et régions », a déclaré Ihssane Mounir. , Vice-président senior des ventes commerciales et du marketing de Boeing. "Nous sommes honorés de la confiance de SMBC dans la famille B737, et nous sommes impatients de nous associer avec eux pour soutenir les compagnies aériennes dans la reprise du marché à venir."

L'achat de SMBC Aviation Capital fait suite aux commandes et engagements récents d'Alaska Airlines, Southwest Airlines et United Airlines. Le nombre total de commandes brutes et d'engagements pour le B737 MAX dépasse désormais les 250 avions.

 

Le B737 « MAX » est 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs de l’ancienne génération, avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport à son futur concurrent. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille « MAX », un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites « Advanced Technology Winglet » conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées, figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol. Par ailleurs, le B737 MAX profite des progrès accomplis dans le domaine de la connectivité. Le B737 « MAX » offre à ses clients la possibilité d’utiliser des données en temps réel, pour prendre en cours de vol des décisions opérationnelles concernant la maintenance au sol. Le B737 « MAX » se caractérise par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG.

 Photo : B737-8 MAX@ Brandon Farris

10/05/2021

Nouvelles lignes de conversion pour le B737BCF !

 

Medium-res_BCF.jpg

Boeing a annoncé en fin de semaine dernière un nouveau partenariat avec une société de maintenance, de réparation et de révision (MRO) basée au Costa Rica pour créer une capacité de conversion supplémentaire pour le Boeing B737-800 Converted Freighter.

Boeing ouvrira deux lignes de conversion pour le B737-800BCF avec Cooperativa Autogestionaria de Servicios Aeroindustriales (COOPESA) à Alajuela, Costa Rica. La première des nouvelles lignes de conversion devrait ouvrir au début de 2022, la seconde étant prévue plus tard cette année-là. Boeing prévoit que 1’500 conversions de cargo seront nécessaires au cours des 20 prochaines années pour répondre à la demande croissante. Parmi ceux-ci, 1’080 seront des conversions de cellules standard, dont près de 30% de cette demande proviendront d'Amérique du Nord et d'Amérique latine.

« COOPESA a démontré l'expertise technique et l'engagement envers la qualité et l'exécution nécessaires pour nous aider à répondre à la demande croissante des clients pour le B737-800BCF, y compris dans les Amériques », a déclaré Jens Steinhagen, directeur des conversions de fret Boeing. « Boeing est heureux que COOPESA rejoigne notre équipe de partenaires MRO alors que nous livrons nos cargos convertis leaders du marché à des clients du monde entier.»

Actuellement, Boeing convertit des avions de passagers B737-800 en avions cargo sur trois sites: Boeing Shanghai Aviation Services (BSAS) à Shanghai, en Chine; Guangzhou Aircraft Maintenance Engineering Company Limited (GAMECO) à Guangzhou, en Chine; et Taikoo (Shandong) Aircraft Engineering Co. Ltd. (STAECO) à Jinan, Chine.

À ce jour, le B737-800BCF a remporté plus de 180 commandes et engagements de 15 clients sur quatre continents. En mars, Boeing a livré à nouveau le 50 e B737-800BCF depuis sa mise en service en 2018.

Basé sur le populaire « 737 » de nouvelle génération, le B737-800BCF répond à la demande des clients pour un cargo de nouvelle génération qui offre une plus grande fiabilité et une consommation de carburant et des coûts d'exploitation par trajet inférieurs par rapport aux autres cargos à carrosserie standard. 

Principalement utilisé pour transporter du fret express sur des itinéraires intérieurs ou court-courriers, l'avion est capable de transporter jusqu'à 23,9 tonnes et de voler jusqu'à 3‘750 kilomètres. Depuis sa mise en service en 2018, le B737-800BCF a remporté plus de 150 commandes et engagements.

BBAM est le plus grand gestionnaire d'investissements dédié au monde dans les avions commerciaux loués, fournissant à plus de 200 compagnies aériennes dans plus de 50 pays des solutions de flotte et de financement au cours des trois dernières décennies. BBAM est le seul gestionnaire du secteur de la location d'avions à se concentrer exclusivement sur la génération de retours sur investissement pour les investisseurs tiers. BBAM a actuellement plus de 28 milliards de dollars d'actifs sous gestion et emploie plus de 150 professionnels à son siège social de San Francisco et dans des bureaux supplémentaires à Tokyo, Singapour, Zurich, Dublin et Santiago.

Photo : B737 BCF@ Boeing

 

20/02/2021

L’Indonésie rêve de Rafale et de F-15EX !

indonésie rafael,f-15ex,boieng,dassault,nouvel avion de combat,les nouvelles de l'aviation,blog défense

Jakarta va-t-elle enfin se décider pour un type d’avion de combat ? Les annonces se succèdent en faveur d’un type ou d’un autre depuis plusieurs mois, mais sans résultat jusqu’ici. 

Rappel :

En 2018 Jakarta avait annoncé la finalisation d’une commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat était estimé à 1,14 milliards de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense russe. En parallèle, l’Indonésie avait fait mention de son intérêt pour le Lockheed Martin F-35A. Cette demande a été finalement rejetée par Washington qui a finalement proposé des avions F-16 « Viper » Block 70/72 et Boeing Super Hornet.

Exit le Su-35 et l’Eurofighter :

Il semble bien que cette fois les offres russes avec le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » et autrichiennes avec les Eurofighter T1 d’occasions soient définitivement tombées aux oubliettes. Deux appareils semblent maintenant avoir les faveurs de l’Indonésie, soit le Rafale de Dassault et le nouveau F-15EX en version export (similaire au Qatar) de Boeing.

Bataille de communiqués :

Jakarta jour la carte de la concurrence entre Boeing et Dassault. Pour cela, le gouvernement indonésien caresse les deux avionneurs dans le sens du poil. A tel point, que la presse de deux pays par l’intermédiaire de l’avionneur américain et français, annonce le même achat ! En effet, les deux concurrents annoncent un achat portant sur 36 avions de combat. Autant dire qu’à ce stade la lectrice et le lecteur peuvent se retrouver bredouilles sur les réelles volontés de choix de l’Indonésie.

Pour tenter de mettre de l’ordre dans ce qui ressemble à une bataille d’information, je citerais les propos évoqués la semaine dernière du maréchal de la Force aérienne Indonésienne (TNI-AU), Fadjar Prasetyo, qui a déclaré aux médias lors d'une conférence de presse que le plan de passation des marchés est actuellement géré par le ministère de la Défense, qui examine l’achat de 36 Boeing F-15EX et de 36 Dassault Rafale. A noter que le pays s’intéresse également à l’avion d’alerte lointaine Saab GlobalEye et à l’avion de transport C-130J « Super Hercules ».

Ces moyens aériens devraient être acquis par étapes, selon le maréchal de la TNI-AU. La question d’un achat mixte de F-15EX et de Rafale reste encore possible, mais les moyens financiers du pays sont relativement faibles et la situation du COVID n’a bien évidemment rien arrangé. Historiquement parlant, Jakarta n’a jamais acheté d’avion français et le Rafale serait donc une grande première pour le pays.

Photo : F-15EX export qatari et Rafale indien @ Boeing & Dassault

 

 

23/10/2020

Un futur missile Ramjet pour le Super Hornet !

23.jpeg

L’avionneur Boeing en collaboration avec la marine américaine feront la démonstration de technologies de missiles avancées en vue d’une future intégration. L’objectif étant de rendre les aéronefs de l’US Navy plus meurtriers contre les menaces au cours de la prochaine décennie.

Boeing a remporté un contrat de 30 millions de dollars de la part de la Marine pour co-développer le démonstrateur de vol SPEAR (Supersonic Propulsion Enabled Advanced Ramjet) avec la division des armes du Navy's Air Warfare Center. L'attribution du contrat intervient après que le ministère de la Défense a demandé des informations à l'industrie de la défense pour aider la marine à déterminer les exigences techniques des futurs systèmes d'armes de frappe terrestres et maritimes basés sur des transporteurs.

Le démonstrateur de vol SPEAR fournira au F/A-18 « Super Hornet » et au groupe de frappe des transporteurs des améliorations significatives en termes de portée et de capacité de survie contre les systèmes avancés de défense contre les menaces.

Boeing et la division des armes du Navy Air Warfare Center prévoient de piloter le démonstrateur SPEAR à la fin de 2022. Les succès antérieurs de Boeing dans le développement de technologies supersoniques et hypersoniques comprennent le véhicule d'essai X-51 Waverider en 2010 et le système de propulsion à flux variable sous le triple Programme Target Terminator en 2014.

La technologie Ramjet :

Unknown.jpeg

La technologie Ramjet des statoréacteurs est intéressante parce qu’elle offre à la fois une portée étendue et une vitesse moyenne accrue pendant le vol du missile, avec une vitesse de croisière effective de Mach 3. Contrairement aux missiles à propergol solide, cependant, les conceptions actuelles de statoréacteurs, pour fonctionner efficacement, doivent être allumées à des vitesses approchant Mach 2. Cela exige que la propulsion du statoréacteur soit utilisée en conjonction avec un propulseur à fusée solide. La séquence d'allumage du statoréacteur pose elle-même de nombreux problèmes de conception. La chambre de combustion doit être débarrassée des éléments du surpresseur solide.

Une fois que l'allumage du statoréacteur est obtenu avec succès, le flux d'air dans les entrées doit être géré pour garantir que le moteur ne s'éteigne pas.

Photos : 1 F/A-18 Super Hornet@ Robert Bell 2 Image d’artiste d’un Ramjet @ Boeing