16/09/2021

Le drone MQ-25 ravitaille un F-35C !

MQ-25_F-35_Refueling_1_hires.jpg

L'US Navy et Boeing ont utilisé pour la première fois le drone de démonstration  MQ-25 T1 « Stingray » pour ravitailler un avion de  combat F-35C Lightning II de l'US Navy, démontrant une fois de plus les capacités à accomplir sa mission principale de ravitaillement en vol.

Il s'agissait de la troisième mission de ravitaillement en carburant de l'équipement d'essai appartenant à Boeing en un peu plus de trois mois, faisant ainsi progresser le programme d'essais du premier avion sans pilote embarqué de la Marine. Le MQ-25 a ravitaillé un F/A-18 Super Hornet en juin et un E-2D Hawkeye en août.

"Chaque vol d'essai avec un autre avion de type/modèle/série nous rapproche de la livraison rapide d'un MQ-25 entièrement capable de mission à la flotte", a déclaré le capitaine Chad Reed, responsable du programme d'aviation de transport sans pilote de la Marine. « La capacité de ravitaillement inégalée de Stingray va augmenter la projection de puissance de la Marine et offrir une flexibilité opérationnelle aux commandants des groupes aéronavals. »

Au cours d'un vol d'essai le 13 septembre, un pilote d'essai de F-35C de l'Escadron d'essais et d'évaluation en vol de la Marine deux trois (VX-23) a mené une enquête de sillage réussie derrière T1 pour assurer les performances et la stabilité avant d'entrer en contact avec le ravitaillement en vol de T1 et drogue recevoir du carburant.

« Ce vol était une nouvelle démonstration physique de la maturité et de la stabilité de la conception de l'avion MQ-25 », a déclaré Dave Bujold, directeur du programme MQ-25 de Boeing. « Grâce à cette dernière mission de notre programme de tests accélérés, nous sommes convaincus que l'avion MQ-25 que nous construisons actuellement répondra à l'exigence principale de la Marine : livrer du carburant en toute sécurité à l'escadre aérienne du transporteur. »

Le programme d'essais en vol du MQ-25 a débuté en septembre 2019 avec le premier vol de l'avion. Au cours des deux années suivantes, le programme d'essais a réalisé plus de 120 heures de vol - recueillant des données sur tout, des performances de l'avion à la dynamique de propulsion en passant par les charges structurelles et les tests de flottement pour la résistance et la stabilité.

Le MQ-25 bénéficie des deux années de données d'essais en vol préliminaires, qui ont été réintégrées dans ses modèles numériques pour renforcer le fil numérique reliant la conception de l'avion à la production pour tester les opérations et le maintien en puissance. Boeing fabrique actuellement les deux premiers avions d'essai MQ-25.

Le MQ-25 T1 sera utilisé pour effectuer une démonstration de manutention de pont à bord d'un porte-avions de l'US Navy au cours des prochains mois afin de faire progresser l'intégration du porte-avions.

Rappel

Boeing a remporté en août 2018 un contrat d'ingénierie, de fabrication et de développement (EMD) de 805,3 millions de dollars US par le Naval Air Systems Command (NAVAIR) pour la conception, le développement, la fabrication, le test, la livraison et le support de quatre avions sans pilote MQ-25A. Il est prévu que le MQ-25a puisse obtenir une capacité opérationnelle initiale en août 2024.

Boeing a déjà testé le MQ-25A, soit le prototype n°T1 N234MQ en vol. Ce dernier, a commencé ses activités d'essais en vol en septembre 2019, accumulant environ 30 heures de vol jusqu'en février 2020. Selon le cahier des charges, le MQ-25A devrait livrer 6’800 kg de carburant à 4 à 6 avions.

Les opérations de ravitaillement en vol sont entreprises à l'aide de deux pods standard, un sous chaque aile, avec un tuyau et un panier de ravitaillement. Il s’agit des mêmes nacelles de ravitaillement qui équipent déjà les F/A-18 E/F « Super Hornet » construite par la société Cobham.

Le MQ-25A « Stingray »

Selon l’US Navy, le MQ-25 « Stingray » permettra une meilleure utilisation des avions de combat en élargissant la gamme de déploiement des Boeing F/A-18 « Super Hornet », Boeing EA-18G « Growler » et des Lockheed Martin F-35C. Le MQ-25 fonctionnera depuis les porte-avions en utilisant les mêmes systèmes de bord commun aux avions pilotés par l’homme, comme la catapulte de lancement et les systèmes de récupération du bâtiment.

Désigné le RAQ-25 dans la phase d’évaluation du projet de drone ravitailleur, la désignation a été modifiée en MQ-25 « Stingray ». Les exigences en matière de furtivité permettent toujours de tirer des missiles ou larguer des bombes à partir de pylônes, mais la surveillance et la destruction des cibles ne seront pas la mission principale du nouvel engin. 

MQ-25_F-35_Refueling_wF-18_1_hires.jpg

Photos : Ravitaillement d’un F-35C par le MQ-25 @ Boeing

 

07/09/2021

Les Super Hornet koweitiens au complet !

message-editor-1601320298249-img_9564.jpg

L’avionneur américain Boeing a achevé la livraison des 28 avions de combat F/A-18E/F « Super Hornet » destinés au Koweït. Ces appareils remplacent les F/A-18 C/D « Hornet » en service dans le pays. A noter que le pays recevra prochainement des Airbus Eurofighter FGR4.

Rappel 

C’est en avril 2018 que le Koweït a signé avec Boeing un contrat d’une valeur de 3,17 milliards de dollars portant sur 22 F/A-18E et 6 F/A-18F « Super Hornet ». Le pays dispose d’une option pour 12 autres appareils. « L'acquisition du « Super Hornet » permet une plus grande interopérabilité avec les forces américaines, offrant des avantages pour la formation et d'éventuelles futures opérations de coalition à l'appui des objectifs de sécurité régionaux partagés » avait annoncé le Ministère de la Défense koweïtien à l’époque. Par rapport aux anciens F/A-18 C/D « Hornet », le Super Hornet arbore deux tons de gris léger.

Le « Super Hornet » BlockII+ du Koweït

Le standard livré au Koweït est assez particulier, il s’agit du BlockII actuel en service dans l’US Navy, mais avec certaines nouveautés qui seront intégrées sur le futur BlockIII. Selon Boeing ce BlockII+ offre notamment : le nouveau cockpit avec grand écran central, les leurres remorqués à fibre optique ALE-55, ALQ-214 IDECM de contre-mesures de radiofréquence.

Le Super Hornet BlockII+ est un avion de combat de génération 4++ doté d’une avionique numérique avec système HOTAS. Issus de son petit frère le « Hornet », le Super Hornet dispose d’une structure agrandie qui permet une augmentation de carburant de l’ordre de 33%. La structure et le train d’atterrissage sont renforcés, pour permettre d’augmenter la masse maximale au décollage et à l’atterrissage. Avion multirôle, le « Super Hornet » peut effectuer les missions suivantes simultanément : supériorité aérienne, interdiction aérienne, suppression de la défense aérienne ennemie (SEAD), soutien aérien rapproché (CAS) et attaque maritime. L’avionique comprend trois écrans couleurs, dont un est tactile ainsi que des éléments numériques additionnels comme la radio et données moteurs. Les améliorations du poste de pilotage permettent de simplifier le travail du pilote. Un système anticollision de type G-CAS et un TAWS (Terrain Avoidance and Warning System) équipent l’avionLe pilote dispose du viseur de casque Boeing JHMCS. Liaison de données tactique Link16. Autre petite particularité, les Super Hornet koweitiens emportent la nacelle AN/AAQ-33 « Sniper Advanced Targeting Pod ».

Le Super Hornet est doté du radar Raytheon à balayage électronique (AESA) AN/APG-79 qui augmente la portée de détection et de poursuite de cible air-air et fournit une cartographie air-sol à haute résolution et à longue portée.  L'AN/APG-79 dispose d'un diagnostic de surveillance interne qui peut être interprété sur le terrain et sur les lignes de front, ce qui permet de réduire les coûts et d'améliorer l'état de préparation en temps de guerre 

L’avion dispose de radios cryptées numériques Rockwell-Collins AN/ARC-210 Gen 5.2, MIDS-JTRS, SATCOM-DAMA, et du système de reconnaissance ami/ennemi IFF AN/APX-111 (V) de BAe Systems.

Le paquet pour le Koweit contenait notamment

44 systèmes de canons M61A2 de 20 mm, des récepteurs d'avertissement radar AN/ALR-67(V)3, 240 lanceurs de missiles guidés LAU-127E/A, 45 Systèmes de distribution de contre-mesures aéroportées AN/ALE-47, 12 modules de ciblage avancé SNIPER AN/AAQ-33, 48 systèmes de repérage montés sur casque (JHMCS), 45 AN/ALQ-214 Systèmes de contre-mesures radiofréquences, 45 AN/ALE-55 leurres remorqués, 48 systèmes de liaison 16, radio ARC-210 (avion), systèmes d'identification ami ou ennemi (IFF),  lunettes de vision nocturne AN/AVS-9 (NVG), Lanceurs (LAU-115D/A, LAU-116B/A, LAU-1 18A), ordinateur de lancement de commande (CLC) pour AGM-88, Navigation GPS ANAV/MAGR, système de planification de mission conjointe (JMPS), pièces de rechange d'aéronefs, Équipement d'armement des aéronefs (AAE), équipement de soutien, formation des équipages/maintenance, entrepreneur service technique d'ingénierie, services techniques logistiques, services techniques d'ingénierie, autre assistance technique, soutien logistique des entrepreneurs, services d'essais en vol, stockage et conservation, convoyage d'avions. Bombes  JDAM et missiles AIM-120C-7 air-air avancés de moyenne portée (AMRAAM).

message-editor-1601320239308-img_9554.jpg

Photos : Super Hornet aux couleurs du Koweit @ Bryan Baisley

05/09/2021

Gros revers pour le Super Hornet !

super-hornet-cft.jpg

L’avionneur Boeing suspend le développement des réservoirs de carburant additionnels Conformed Fuel Tank (CFT) destinés à venir équiper les Super Hornet BlockIII. Des problèmes de structures et de puissance seraient à l’origine de cet abandon.

Selon certaines informations en provenance de l’US Navy, les Super Hornet dotés de CFT ont des difficultés à supporter les contraintes lors d'atterrissage (appontages) ou de décollage des porte-avions, de plus les CFT auraient une mauvaise tendance à se déformer lors de ces opérations.

Initialement, la marine américaine comptait équiper ses 540 F/A-18E/F « Super Hornet » au standard BlockIII avec les CFT. Cette adaptation devait permettre une allonge sérieuse de l’avion en termes de rayon d’action en plus des nouvelles capacités de ce dernier. En effet, les CFT devaient permettre d’emporter 3’500 livres de carburant, ajoutant environ 120 milles d'autonomie à un F/A-18 « Super Hornet » à pleine charge.

Compenser au mieux  

Ce revers va obliger l’US Navy à disposer rapidement de nouveaux moyens de ravitaillement en vol pour compenser ce manque de capacité en profondeur. Le drone MQ-25 ravitailleur de Boeing pourrait bien trouver dans ce besoin une place de choix. L’autre option concerne la mise en place de bases avancées, par exemple dans le Pacifique, aux Philippines et au Japon. Cette solution aurait pour avantage de couper la route aux unités aériennes chinoises et russes dans cette région.  

Le Corps des Marines pratique déjà des missions de frappe à longue portée  jusqu'à 2’600 milles de portée en utilisant ses Lockheed Martin F-35C avec une combinaison de ravitaillement aérien et insulaire. La Marine pourrait dorénavant mettre à profits ce type d’engagement pour ses F/A-8 E/F « Super Hornet ».

Et à l’exportation ?

Le Koweit qui a commencé à recevoir ses premier F/A-18 E « Super Hornet » BlockII+ ne disposent pas des CFT. Le pays est petit, et une telle demande n’a pas été formulée pour ce type d’équipement. Reste le Canada et la Finlande ou l’offre concernait les CFT. En partant du principe que ces pays n’utilisent pas de porte-avions, Boeing pourrait en cas de choix placer le Super Hornet avec les CFT. Pourtant, il semble que le problème d’intégration pour l’US Navy ne rassure pas les clients potentiels. En effet, des craintes de fatigue structurelles dues au poids des CFT semblent agir en défaveur d’une telle solution même pour les Super Hornet basés à terre.

En Suisse, lors des essais pour « air2030 » il semble que cette question a été soulevée notamment lors de ressources importantes de l’avion en milieu montagneux.

2641040700.jpeg

Photos : 1 Les essais du Super Hornet avec CFT 2 Super Hornet koweitien @ Boeing

26/08/2021

Le Qatar réceptionne ses premiers F-15QA !

High-res_1T9A6324.jpg

L’avionneur Boeing en collaboration avec l'US Air Force et la Qatar Emiri Air Force (QEAF), a célébré la remise des premiers F-15 au Qatar. Le premier ensemble de F-15QA sera acheminé vers le Qatar plus tard cette année après l'achèvement de la formation des pilotes avant la livraison.

qatar air froce,boeing,f-15qa,nouveaux avions de combat,les nouvelles de l'aviation

« Le déploiement du F-15QA est capital, non seulement en termes de capacité, mais également en termes de partenariat renforcé qu'il représente. La relation que les États-Unis partagent avec le Qatar est essentielle à la stabilité et à la sécurité de la zone de responsabilité du commandement central, et nous sommes reconnaissants à notre partenaire de la coalition de continuer à se concentrer sur le renforcement de l'interopérabilité et de la préparation combinée », a déclaré le lieutenant-général Greg Guillot, commandant de la 9 e Armée de l'Air. "C'est un privilège et un honneur d'être aux côtés de nos homologues qatariens aujourd'hui et tous les jours."

« Le programme Qatar F-15QA a encore amélioré les technologies de nouvelle génération du F-15 avancé, telles que les commandes de vol électriques, un cockpit numérique entièrement en verre et des capteurs contemporains, des capacités radar et de guerre électronique », a déclaré Prat Kumar. , vice-président du programme F-15. « Poussés par l'ingénierie numérique et la fabrication de pointe, ces avions représentent un saut transformationnel pour le F-15. Le F-15QA renforcera la supériorité du QEAF avec plus de vitesse, de portée et de charge utile que n'importe quel chasseur au monde. »

Boeing a fourni un support de maintenance et de logistique pour le QEAF lors de la formation des pilotes avant la livraison, qui a commencé plus tôt cette année. En outre, Boeing établira et exploitera un centre de formation du personnel navigant et de la maintenance pour le QEAF sur la base aérienne d'Al Udeid au Qatar jusqu'en 2024, tout en fournissant des pièces de rechange et un soutien logistique dans le pays une fois les avions livrés.

Rappel 

Le Qatar disposera de 48 F-15QA. Ce dernier offre non seulement des capacités de changement de jeu, mais est également construit en utilisant des procédés de fabrication de pointe qui rendent le jet plus efficace pour la fabrication. Sur le terrain, les F-15 coûte la moitié du coût par heure de vol des avions de combat similaire et délivre une charge utile beaucoup plus importante à des distances beaucoup plus grandes.

Les F-15 du Qatar sont la version la plus avancée de la famille « Eagle ». Basé sur le F-15SA fourni à l’Arabie saoudite, le F-15QA (Qatari Advanced) dispose d’un capteur infrarouge de recherche et de suivi, d’une suite de guerre électronique numérique et du radar AESA APG-82 (V) 3 de Raytheon. Contrairement aux anciens F-15, les nouvelles versions SA et QA ont des systèmes de contrôle de vol « fly-by-wire ». Le système de navigation à basse altitude et de ciblage infrarouge de nuit LANTIRN : Low Altitude Navigation and Targeting Infrared for Night), monté à l'extérieur sous les entrées d'air des moteurs, permet à l'avion de voler à basse altitude, la nuit et dans toutes les conditions météorologiques et d'attaquer des cibles au sol avec une variété d'armes guidées et non guidées. 

De plus, les avions du Qatar auront un nouveau design d'aile qui conservera le profil aérodynamique, mais une nouvelle structure interne pour une durée de vie plus longue. L'augmentation de la fiabilité, la durabilité et la maintenabilité permettent aux opérateurs de défense à moindre coût restent avant des menaces actuelles et en constante évolution. 

Les nouveaux affichages de poste de pilotage incluent un affichage tête basse de BAE Systems. Le plus remarquable est l’adoption d’un écran tactile large, similaire à celui du F-35 Lightning II. 

Les nouveaux lanceurs permettront aux avions du Qatar d’avoir 16 missiles AIM-120 AMRAAM et quatre frontaux AIM-9X dans des missions de défense aérienne, avec une gamme de magasins guidés avec précision.

2511969101.jpeg

Photos : F-15QA @ Boeing

19/08/2021

Le drone MQ-25 ravitaille un E-2D !

20210818_MQ-25_refueling_E-2D_2-f_hires.jpg

Nouvel essai réussi pour le drone ravitailleur autonome MQ-25 de Boeing. L’avionneur américain et l’US Navy  ont terminé une deuxième mission de ravitaillement sans pilote d'avions embarqués cette fois en ravitaillement en carburant d'un avion de commandement et de contrôle E-2D  « Hawkeye » de la Marine.

Au cours d'un vol d'essai à partir de l'aéroport MidAmerica St. Louis le 18 août, des pilotes de l'Escadron d'essais et d'évaluation en vol de la Marine VX-20 ont mené vol d’approche afin de garantir les performances et la stabilité avant d'entrer en contact avec le drone ravitailleur MQ-25 et le E-2D. Une fois le contact établi, l’E-2D a reçu du carburant en provenance du drone.

"Une fois opérationnel, le MQ-25 sera capable de ravitailler toutes les plates-formes volantes de la Navy.", a déclaré le capitaine Chad Reed, responsable du programme des drones de la Marine. « Ce vol nous permet d'accélérer l'arrivée du « Stingray » dans la flotte, où sa capacité de ravitaillement augmentera considérablement la portée et la flexibilité opérationnelle de l'escadre aérienne et du groupe d'attaque des porte-avions. »

Il s'agit de la deuxième mission de ravitaillement en vol que l'équipe MQ-25 a menée cet été. Le 4 juin, l'équipement d'essai MQ-25 T1 est devenu le premier avion sans pilote à ravitailler un autre avion, un Super Hornet de la marine américaine. Les deux vols ont été effectués à des vitesses et des altitudes pertinentes sur le plan opérationnel, les E-2D et F/A-18 effectuant des manœuvres à proximité immédiate du MQ-25. 

Rappel

Boeing a remporté en août 2018 un contrat d'ingénierie, de fabrication et de développement (EMD) de 805,3 millions de dollars US par le Naval Air Systems Command (NAVAIR) pour la conception, le développement, la fabrication, le test, la livraison et le support de quatre avions sans pilote MQ-25A. Il est prévu que le MQ-25a puisse obtenir une capacité opérationnelle initiale en août 2024.

Boeing a déjà testé le MQ-25A, soit le prototype n°T1 N234MQ en vol. Ce dernier, a commencé ses activités d'essais en vol en septembre 2019, accumulant environ 30 heures de vol jusqu'en février 2020. Selon le cahier des charges, le MQ-25A devrait livrer 6’800 kg de carburant à 4 à 6 avions.

Les opérations de ravitaillement en vol sont entreprises à l'aide de deux pods standard, un sous chaque aile, avec un tuyau et un panier de ravitaillement. Il s’agit des mêmes nacelles de ravitaillement qui équipent déjà les F/A-18 E/F « Super Hornet » construite par la société Cobham.

Le MQ-25A « Stingray »

Selon l’US Navy, le MQ-25 « Stingray » permettra une meilleure utilisation des avions de combat en élargissant la gamme de déploiement des Boeing F/A-18 « Super Hornet », Boeing EA-18G « Growler » et des Lockheed Martin F-35C. Le MQ-25 fonctionnera depuis les porte-avions en utilisant les mêmes systèmes de bord commun aux avions pilotés par l’homme, comme la catapulte de lancement et les systèmes de récupération du bâtiment.

Désigné le RAQ-25 dans la phase d’évaluation du projet de drone ravitailleur, la désignation a été modifiée en MQ-25 « Stingray ». Les exigences en matière de furtivité permettent toujours de tirer des missiles ou larguer des bombes à partir de pylônes, mais la surveillance et la destruction des cibles ne seront pas la mission principale du nouvel engin. 

20210818_MQ-25_refueling_E-2D_1-f_hires.jpg

Photos : Ravitaillement d’un E-2D par le MQ-25 @ Boeing