17/05/2019

Boeing a finalisé le correctif logiciel pour le B737 MAX !

E5C8056B-64EB-4D1D-A367-6032E1E29030.jpeg

Boeing a annoncé la résolution du logiciel correctif destiné au B737 MAX. Selon l’avionneur, la  réparation logicielle a été testée pendant plus de 360 heures au cours de 207 vols d'essai, ainsi que des tests sur simulateur. Le correctif logiciel doit encore être approuvé par la US Federal Aviation Administration (FAA) avant de pouvoir être installé sur les avions. 

En parallèle, Boeing est actuellement entré dans une phase ou l’avionneur transmet des informations supplémentaires pour répondre aux demandes de la Federal Aviation Administration (FAA), qui incluent des détails sur la manière dont les pilotes interagissent avec les commandes et les affichages de l'avion dans différents scénarios de vol. Une fois les demandes traitées, Boeing travaillera avec la FAA pour planifier des vols d'essais en vue de la certification du logiciel corrigé.

A suivre...

Photo : B737MAX @Boeing

16/05/2019

Le F-15EX « Advanced Eagle » prêt pour l’année prochaine !

5c890ad874836.png

Boeing est prêt à livrer au moins deux exemplaires de son avion de combat F-15EX « Advanced Eagle », à l'US Air Force (USAF) dès 2020. La proclamation intervient alors que le sous-comité de la défense des crédits à la Chambre a inclus 986 millions de dollars dans un projet de budget de l'exercice 2010 pour huit avions F-15EX « Advanced Eagel destinés à remplacer les F-15C/D vieillissants. 

Le F-15EX « Advanced Eagle »  est une version légèrement modifiée du projet initial Advanced F-15, qui ne figure pas dans l'inventaire de la USAF. Le service s’intéresse au chasseur car son coût de 29 000 dollars par heure de vol est moins cher que celui du Lockheed Martin F-35. 

Boeing Defence, Space & Security fabrique des appareils Advanced F-15 au rythme de 12 par an dans ses installations de St. Louis, dans le Missouri. L’avionneur envisage de mettre fin à la production des avions à réaction destinés à l’Arabie saoudite en 2019, puis de passer à la commande du Qatar. Avec le carnet de commandes existant, le programme F-15 a encore trois ans de production. Puis il pourra complètement passer à la production destinée à l’USAF. La ligne de production de St. Louis a la capacité de construire jusqu'à 36 avions par an, a déclaré Boeing.

Le projet F-15EX  :

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agit de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing va doter le F-15X du d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif, avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS «  Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant  de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offrirait la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité résident dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes.

Capacité d’emport phénoménale :

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15X « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’arme comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar  HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration.  Dernier élément, le F-15X pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

780485621.2.jpg

Photos : 1 F-15EX Advanced Eagle Cockpit @ Boeing

13/05/2019

L’Inde réceptionne ses premiers Apache !

p1745474_main.jpg

L’armée de l’air indienne a réceptionné ses premiers hélicoptères d’attaque Boeing AH-64E « Apache » BlockIII, lors d’une cérémonie de remise. Des représentants de l'armée de l'air ont pris livraison des appareils  au centre de production de Boeing à Mesa. Les équipages indiens ont suivi une formation à Fort Rucker, en Alabama.

yourfile.jpg

Rappel : 

C’est le 28 mai 2015 que le Ministère indien de la Défense (MoD) a autorisé l'acquisition de 22 hélicoptères Boeing AH-64 E « Apache » et 15 hélicoptères Boeing  CH-47F « Chinook » pour un montant de 2,5 milliards de dollars US.

La vente de 22 hélicoptères de combat AH-64D Apache comprend également une large panoplie d’armement tel que : 812 missiles AGM-114L-3 Hellfire Longbow, 542 missiles AGM-114R-3 Hellfire-II, 245 missiles Stinger Block I-92H. Des munitions de 30mm pour approvisionner les canons. Il faut également ajouter  12 radars de définition de cible AN/APG-78, 12 Interféromètres AN/APR-48A à fréquence radar. L’Inde prévoit également de se doter d’un important stock de moteur de réserve avec 50 turbines General-El T700-GE-701D.

L’AH-64 E Apache Block III :

Le Bloc III est la variante la plus avancée de l'hélicoptère d'attaque. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones). Ceci comprend un JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aérien et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

3882142049.jpg

Photos : 1 & 3 Apache aux couleurs indiennes Cérémonie de remise @ Boeing

12/05/2019

Boeing prépare la modernisation de l’EA-18G « Growler » !

ea18g_vx31_29-web-lr1.jpg

Boeing a commencé les travaux de conception visant à moderniser la flotte d’avions de guerre électronique EA-18G « Growler » de la marine américaine.

L'avion mis à niveau sera désigné » Growler Block II » et comprendra des fonctionnalités déjà intégrées au F/A-18E/F « Advanced Super Hornet » BlockIII, telles que le système de cockpit avancé et les réservoirs de carburant conformes. Il inclura des capteurs améliorés et un package d'attaque électronique amélioré.

L’avionneur américain a débuté le travail en collaboration avec la marine américaine sur des études d'architecture initiales.  Un financement a par ailleurs été débloqué par l’US Navy, et qui a permis de renforcer les exigences et de faire passer la conception du « Growler Block II » à un examen des exigences fonctionnelles du système pour cette année encore.

Pour Boeing et l’US Navy, Il s’agit de renforcer la sensibilité des capteurs. En effet, la majeure partie des capteurs qui équipent le « Growler » ont été développés dans les années 90, si de nombreuses mise à jour ont été effectuées, il est temps de procéder à une amélioration progressive des systèmes dans leur ensemble. Pour l’instant, Boeing et la Navy ne communiquent pas sur les types de capteurs concernés.

Cependant, quelques informations ont été données. Le « Growler Block II » aura une architecture de système ouverte permettant des mises à niveau logicielles et matérielles plus rapides. Cela permettra à l’avion d’avoir une évolution continue et rapide dans le temps afin de pouvoir s’adapter au plus vite à l’évolution des menaces. Le « Growler Block II » disposera de la puissance informatique nécessaire à la gestion des véhicules aériens sans pilote (UAV) par exemple.

De son côté, l’US Navy n’a pas encore décidé du nombre de « Growler » qu’elle souhaite améliorer, bien que ce soit potentiellement l’ensemble de la flotte de160 avions. Il semble également que l’Australie qui est dotée du « Growler » puisse être intéressés. Les premier « Growler BlockII » devraient être disponible pour 2025.

Nouveau système de brouillage :

US_Navy_Next_Generation_Jammer_Raytheon_1.jpg

Une nouvelle nacelle de brouillage est en cours d’intégration sur la flotte actuelle de « Growler » et sera également disponible sur la future nouvelle version. En 2013, l’US Navy a choisi Raytheon pour fournir le « Jammer Next Generation » pour remplacer les systèmes ALQ-99 utilisés sur les avions d’attaque électroniques aériens EA-18G. En 2016, la US Navy a attribué à Raytheon un contrat d’ingénierie et de développement de fabrication (EMD) pour le brouilleur de nouvelle génération.

La nouvelle nacelle utilise les dernières technologies numériques, logicielles et à réseaux à balayage électronique actif, et fournira des capacités améliorées d'attaque électronique aéroportée pour perturber et dégrader les systèmes de défense aérienne et de communication terrestre ennemis.

 

DNqsi17VwAAqi3M.jpg

Photos : 1 EA-18G « Growler » @ USN 2 la nouvelle nacelle de brouillage @ Raytheon 3Le Growler BlockII @ Boeing

 

 

30/04/2019

Air2030 : Essais du Super Hornet !

190425_192826_JMI_5164.jpg

 

Nous voici entré dans la seconde phase des essais en vol avec le deuxième avion en test, soit le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ».

Le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » BlockII :

Les deux avions biplaces « F » sont arrivés en fin de journée le 25 avril en compagnie d’un DC-10 Tanker de la société Omega sur la base aérienne de Payerne. Ces avions appartiennent au VFA-106 « Gladiators » basé à Océana en Virginie. Le VFA-106 est une unité spécialisée dans la formation des pilotes et les démonstrations (TAC DEMO). Pour les essais en Suisse, les marquages spécifiques de l’unité ont été retirés.

Le Super Hornet BlockII est un avion de combat de génération 4++ doté d’une avionique numérique avec système HOTAS. Issus de son petit frère le « Hornet », le Super Hornet dispose d’une structure agrandie qui permet une augmentation de carburant de l’ordre de 33%. La structure et le train d’atterrissage sont renforcés, pour permettre d’augmenter la masse maximale au décollage et à l’atterrissage.

Avion multirôle, le Super Hornet peut effectuer les missions suivantes simultanément : supériorité aérienne, interdiction aérienne, suppression de la défense aérienne ennemie (SEAD), soutien aérien rapproché (CAS) et attaque maritime. L’avionique comprend trois écrans couleurs, dont un est tactile ainsi que des éléments numériques additionnels comme la radio et données moteurs. Les améliorations du poste de pilotage permettent de simplifier le travail du pilote. Un système anticollision équipe l'avion. La pilote dispose du viseur de casque Boeing JHMCS. Liaison de données tactique Link16 de l’Otan.

59380705_2302021076521665_7833589743072837632_o.jpg

Les systèmes du Super Hornet :

Radar AESA :

Le Super Hornet est doté du radar Raytheon à balayage électronique (AESA) AN/APG-79 qui augmente la portée de détection et de poursuite de cible air-air et fournit une cartographie air-sol à haute résolution et à longue portée.  L'AN/APG-79 dispose d'un diagnostic de surveillance interne qui peut être interprété sur le terrain et sur les lignes de front, ce qui permet de réduire les coûts et d'améliorer l'état de préparation en temps de guerre 

IRST21 :

L’IRST (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34  destiné au « Super Hornet » est  développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » et augmente ainsi, la conscience de la situation du pilote. Le système permet un partage d'information avec avec d'autres aéronefs non équipés de l'IRST.

Contre-mesure IDECM :

Le système intégré de contre-mesures défensives AN/ALQ-214 (IDECM) assure une prise de conscience coordonnée de la situation et gère les contre-mesures de tromperie embarquées et non embarquées, les leurres consommables et le contrôle du signal et de la fréquence des émissions. Le système a été développé conjointement par les systèmes de guerre électronique et d'information de BAE Systems.

Le système IDECM comprend le distributeur de contre-mesures ALE-47, le leurre remorqué AN/ALE-55 à fibre optique et le récepteur d’avertisseurs radar AN/ALR-67 (V) 3. Ce dernier intercepte, identifie et hiérarchise les signaux de menace, qui se caractérisent par la fréquence, l'amplitude, la direction et la largeur d'impulsion.

Nacelles :

ATFLIR/Reco :

L’appareil est équipé du module de ciblage de précision Raytheon AN/ASQ-228 ATFLIR (infrarouge à visée avancée de ciblage avancé). L’ATFLIR consiste en un réseau de plans focaux fixes de 3 à 5 microns ciblant en mode FLIR, et qui comprend un suiveur laser à haute puissance pompé par diode de BAE Systems Avionics, une caméra de navigation FLIR et de télévision CCD de BAE Systems Avionics.

SNIPER:

Les avions de l’US Marine Corps sont équipés du module de ciblage avancé Northening Grumman Litening AT, avec FLIR de 540 x 512 pixels, téléviseur CCD, système de suivi de point laser, marqueur laser infrarouge et télémètre / indicateur laser infrarouge. La nacelle AN/AAQ-33 « Sniper Advanced Targeting Pod » est également disponible. L’avion est doté du module de reconnaissance multifonction Raytheon SHARP qui est capable de la reconnaissance simultanée aéroportée et terrestre. 


Radios & IFF :

L’avion dispose de radios cryptées numériques Rockwell-Collins AN/ARC-210 Gen 5.2, MIDS-JTRS, SATCOM-DAMA, et du système de reconnaissance ami/ennemi IFF AN/APX-111 (V) de Bae Systems.

Données techniques & armement du Super Hornet BlockII :

Deux moteurs Général-Electric F414-400 de 62,3kN et 97,9 kN avec postcombustion. Masse à vide 14’552kg, maximale 29’937kg. Vitesse Mach 1,8. Plafond pratique 15’000m. vitesse ascensionnelle plus de 250m/s, rayon d’action 2’346km.

Armement : (12 points d’emport) : 1 canon Vulcan M61A2 de 20mm. Air-air : AIM-9X-2, AIM-120C7. Air-sol : JASSM, AGM-84 SLAM,  Maverick.  Anti-radar : HARM.  Anti-navire : Harpoon. Bombes guidées : MK-76, MK-82LD, MK-82HD, MK-84, JDAM, JSOW.

La version disponible en 2025 :

F/A-18 E/F « Advanced Super Hornet » BlockIII :

image.jpeg

Si notre pays devait opter pour cet avion, le standard livré en 2025 serait l’Advanced Super Hornet BlockIII. L’avion disposera d’une amélioration en ce qui concerne la furtivité des revêtements et de la signature radar de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle. Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar. L’adjonction de réservoirs de carburant supplémentaires sur l’épine dorsale de l’avion en augmente le rayon d’action, permet de supprimer les réservoirs sous les ailes pour de l’armement additionnel, le cas échéant.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur d’Elbit Systems. L’avion est doté d’un capteur IRST. En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%. Le mode SuperCroisière sera dès lors disponible.

Le Boeing « Super Hornet Block III » peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35 de la Navy à l’exception de la pénétration furtive.

e560d882f7d1.jpg

Liens de l'essai précédent de l'Eurofighter:

https://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/04/12/air3020-l...

Photos : 1 F/A-18 F « Super Hornet » @DDPS 2 De face @ Neo Falcon Cockpit Advanced Super Hornet @ Boeing