16/05/2021

La réorganisation de l’USAF passe par le retrait du F-22 !

EQVXDKlXkAADoc4.jpeg

Les hauts responsables de l’US Air Force ont fourni de nouveaux détails sur les plans de la future organisation en vue de la domination aérienne.  Ils sont convaincus que le Lockheed Martin F-22 « Raptor » n’a pas la profondeur et la portée nécessaires en tant que chasseur de supériorité aérienne de choix. Si, le F-35 sera conservé et deviendra la pierre angulaire de l’USAF, il ne sera pas acheté en nombre additionnels.

Pas avant 10 ans :

1200px-Lockheed_Martin_F-22A_Raptor_JSOH.jpg

Le retrait du Lockheed Martin F-22 « Raptor » ne se fera pour autant pas avant 10 ans, soit à partie de 2030, date à laquelle il atteindra les 40 ans. Mais le moment exact de sa retraite dépendra de la rapidité avec laquelle l’USAF pourra mettre en production son avion de combat de sixième génération basé sur le modèle Next Generation Air Dominance (NGAD).

Peu de détails ont été publiés sur le programme hautement classifié NGAD, mais les responsables de l’USAF le conçoivent comme une famille de systèmes, pas simplement un avion de chasse traditionnel piloté par un pilote humain. En septembre dernier, l'ancien responsable de l'acquisition de l'armée de l'air, Will Roper a annoncé qu'un démonstrateur NGAD à grande échelle avait effectué son vol inaugural.

Pour l’instant l’USAF ne précise pas dans quelle mesure le NGAD sera basé sur une ou plusieurs plates-formes habitées. Le programme comprend des segments habités, non habités et éventuellement habités. Mais il semble bien que tous ne pourraient pas entrer en service opérationnel pour des question de financement et techniques également.

Quatre variantes :

f15EX 001.jpg

Les plans de l’US Air Force prévoient maintenant de fonctionner à l’avenir avec quatre variantes d’appareils : soit le nouveau NGAD, le Lockheed Martin F-35A, le Boeing F-15EX « Eagle II » et le Lockheed F-16 Block70/72. A noter, que le Fairchild A-10 « Warthog » serait conservé « pendant un certain temps encore ». 

L’USAF prévoit de conserver le F-35 qui servira d’épine dorsale en fonctionnant avec les F-15EX et F-16. Le F-15 EX « Eagle II » doit venir remplacer progressivement l’ensemble des F-15 C/D/E en service. La question en suspend concerne la mise à niveau des F-15 E en version « EX » d’une partie de la flotte ou le renouvellement complet avec des F-15 EX neufs.  

À terme, l’USAF cherche également un remplaçant pour sa flotte de F-16. Pour l’instant, il est question d’acheter des F-16 Block70/72 neufs, voir même la nouvelle version Block80 prévue par Lockheed Martin et ceci en lieu et place du F-35.

Nouveaux missiles :

En parallèle, l’USAF travaille sur la modernisation de sa capacité de frappe en profondeur avec de nouveaux missiles air-air. Raytheon travaille au développement du « Pérégrine » (Pèlerin) soit un missile deux fois plus petit que les autres armes, mais deux fois plus rapide. De son côté Lockheed Martin travaille sur l’AIM-260 JATM offrant une autonomie plus grande que la famille actuelle AMRAAM.

unnamed.png

Photos : 1 l’USAF aujourd’hui 2 Le F-22 Raptor 3 Le F-15 EX se prépare pour un long avenir 4 Projet NGAD @ USAF

 

 

15/05/2021

Amélioration des logiciels du V-22 !

1*Z7523zSEcMI9pZ0LSeMfOQ.jpeg

Le Pentagone travaille sur une paire de modifications logicielles destinées à sa flotte d’aéronefs Bell-Boeing V-22 « Osprey » qui permettront à l'appareil de mieux afficher les informations pertinentes existantes pour les pilotes.

Deux améliorations prévues :

La première amélioration concerne l’état de « santé » des moteurs et la seconde doit permettre d’améliorer le système d’atterrissage à visibilité réduite (RVLS).

Le colonel Brian Taylor, directeur du programme du bureau de programme conjoint du V-22 (PMA-275), a confirmé que les performances du moteur du V-22 diminuent avec le temps en raison de l'ingestion de sable et de débris provenant d'environnements dégradés. Pour remédier à ce problème, il est prévu d’installer un système de diagnostic (CEHI) pour donner aux pilotes une indication s'ils entrent dans une situation de moteur à faible puissance. Ce système doit faciliter la prise de décision. Cela permettrait aux pilotes de V-22 réagie rapidement avant d'être pris dans une situation délicate.

Le second effort logiciel du V-22, concerne le système d'atterrissage à visibilité réduite (RVLS), qui doit donner aux pilotes une meilleure idée de la façon dont il ou elle s'approche d'un point d'atterrissage. Le RVLS donne une indication au pilote, améliore ses commandes et permet aux pilotes de poser l'aéronef sur le pont d’un bâtiment de surface plus rapidement.

Ces deux programmes doivent améliorer la fiabilité globale des composants de l'Osprey tout en augmentant la disponibilité opérationnelle, car ils réduisent le temps que l'aéronef passe dans un environnement dégradé. Ces deux efforts sont également un aperçu des futurs programmes logiciels du V-22.

Le V-22 « Osprey » :

Le V-22 « Osprey » est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et de vol à haute altitude.

A ce jour, 340 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme « Joint Advanced Vertical Lift Aircraft » est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de présérie qui devra permettre la mise en service d’une escadrille « test ». 

Le V-22 est équipé de quatre avec écrans multifonctions (MFD, compatibles avec les lunettes de vision nocturne et une unité d'affichage centrale partagée, pour afficher diverses images, y compris: un digimaps, imagerie de la tourelle système infrarouge (FLIR), instruments de vol principaux, navigation et état du système. Le panneau du directeur de vol du système de gestion du cockpit permet des fonctions entièrement couplées (pilote automatique) qui font passer l'avion du vol avant à un vol stationnaire de 15 m sans aucune interaction du pilote autre que la programmation du système. Le fuselage n'est pas pressurisé et le personnel doit porter des masques à oxygène bord au-dessus de 10 000 pieds. 

Le V-22 est doté de systèmes de commande de vol "Fly-By-Wire" triple redondance avec contrôle informatisé des dommages pour isoler automatiquement les zones endommagées. Avec les nacelles pointant vers le haut en mode de conversion à 90 °, les calculateurs de vol lui commandent de voler comme un hélicoptère, les forces cycliques étant appliquées à un plateau cyclique conventionnel au moyeu du rotor. Avec les nacelles en mode avion (0 °), les laperons le gouvernail et la profondeur volent comme un avion. Il s'agit d'une transition graduelle, se produisant sur la plage de rotation des nacelles, plus les nacelles sont basses, plus l'effet des gouvernes en mode avion est important. Les nacelles peuvent tourner au-delà de la verticale jusqu'à 97,5 ° pour le vol vers l'arrière. Le V-22 peut utiliser l'orientation "80 Jump" avec les nacelles à 80 ° pour le décollage afin d'atteindre rapidement une altitude et une vitesse élevées.

95ef076ebe2f4507c8f4c020a74a34d2.jpg

Photos : 1 V-22 au décollage sur bâtiment 2 Dans le sable @ US Navy

14/05/2021

KAI Aerospace propose son propre avion de transport tactique !

kai aerospace industries,avion de transport tactique,les nouvelles de l'aviation,blog défense,aviation militaire

L’avionneur Korean Aerospace Industry (KAI) à de l’appétit, en plein développement de son avion de combat de nouvelle génération le KF-21, voici que ce dernier propose le lancement d’un avion de transport tactique maison.

Pour se faire, KAI Aerospace a publié une vidéo, lors de la Conférence aérospatiale 2021 qui s'est tenue du 11 au 13 mai à l'hôtel Air Force à Séoul, promotionnelle montrant des images générées par ordinateur (CGI) d’un l'avion de transport militaire multirôle que la société propose de développer pour l'armée sud-coréenne ainsi que pour l'exportation. Pour autant, cette information n’est pas complètement nouvelle. En effet, l’année dernière l’avionneur sud-coréen avait annoncé KAI a annoncé être en mesure de construire son propre avion de transport d’ici sept ans avec un investissement d'environ 2,7 milliards de dollars.

Les images révèlent que la société vise à développer une plate-forme bimoteur de taille moyenne avec des capacités qui incluent le transport de troupes et de fret, le soutien aux opérations des forces spéciales et le lancement de petites fusées transportant des satellites dans l'espace. Par ailleurs, selon le porte-parole de KAI Aerospace, la société envisage également de développer une variante de patrouille maritime capable de mener des opérations de guerre anti-sous-marine, une version de combat armé capable de transporter des missiles air-sol et une variante de ravitailleur.

Cette décision intervient après que le directeur général de KAI Aerospace, Ahn Hyun-ho, ait déclaré lors d'une présentation des résultats du premier trimestre le 2 avril que la société était en train de faire des propositions à l'armée sud-coréenne au sujet de l'avion, dont le développement pourrait commencer à la fin de 2025 et être achevé d'ici 2031 si le gouvernement sud-coréen et l'assemblée nationale accordent leur approbation.

Le projet proposé par KAI Aerospace montre un avion de transport tactique qui ressemble au KX-390 brésilien ou au Mitsubishi C-2 japonais. Soit un appareil doté de deux réacteurs. L’avion devrait, si il est effectivement lancé, venir remplacer les actuels C-130 et CN-235 en service au sein de l'armée de l'air de la République de Corée.

kai aerospace industries,avion de transport tactique,les nouvelles de l'aviation,blog défense,aviation militaire

Photos : Le projet d’avion de transport tactique de KAI @ KAI Aerospace

 

13/05/2021

L’US Air Force présente le projet « Strike Rodeo » !

message-editor-1620761878360-f-15ejassmhead-on.jpg

L'US Air Force (USAF) a achevé le 11 mai la preuve du concept des munitions « Project Strike Rodeo » (PSR) qui a validé le chargement de cinq missiles interarmées air-sol Lockheed Martin AGM-158 JASSM sur un Boeing F-15E « Strike Eagle ». Ce concept jette les bases d'essais en vol qui feraient plus que doubler la capacité de transport du F-15 E avec le JASSM.

Avec une charge de 5 missiles air-sol Lockheed Martin AGM-158 JASSM sur un Boeing F-15E « Strike Eagle » dernier serait capable d’assumer certaines missions de bombardement dédiée actuellement à des formations de bombardier stratégiques tel que le Rockwell B-1B. Ces essais sont menés par le 85e Escadron «Skulls» de test et d'évaluation, qui fait partie de la 53e Escadre de la base aérienne d'Eglin.

Le projet « Strike Rodeo » a ses origines en janvier de cette année, lorsque la 53e Escadre a esquissé un scénario tactique basé sur l'escorte d'un bombardier chargé de munitions jusqu'à un point de largage dans un environnement très contesté. Ces travaux ont été menés lors d'une Weapons and Tactics Conference (WEPTAC), un événement annuel de deux semaines impliquant diverses unités des forces aériennes de combat. Cette option réduirait la taille et la complexité du paquet de frappes et permettrait de répartir le risque de mission. Dans le même temps, ce type de capacité serait capable de s'auto-escorter dans la zone de tir, mettant en œuvre de forte capacités air-air si nécessaire.

L’autre nouveauté vient du fait que pour l’instant, aucun appareil de chasse et bombardement moyen de l’USAF ne pouvait emporter plus de deux JASSM. Pour cela il a fallu entreprendre une étude qui modifie sensiblement les points de charges du F-15 E. En effet, dans sa configuration standard, le F-15 E n'est pas en mesure d'accueillir les JASSM sur ses stations d'armes à réservoir de carburant conforme (CFT), car le conteneur à partir duquel le missile est chargé sur le jet ne rentrera pas sous le F-15E sans toucher la cellule. Dans cette optique, un nouvel outil de chargement a été conçu à Eglin, permettant de charger les JASSM sur les stations CFT arrière.

Cette adaptation « maison » du JASSM sur le F-15 E est d’autant plus intéressante, qu’elle pourra s’intégrer sur la nouvelle version du F-15EX « Eagle II ». Un élément qui augmentera encore l’intérêt du F-15 dans les années avenir au sein de l’US Air Force.

L'AGM-158 JASSM :

Lockheed-Martin-AGM-158B-JASSM-ER.jpg

L ‘AGM JASSM (Joint Air-to-Surface Standoff Missile) est un missile de croisière produit par Lockheed Martin propulsé à vitesse subsonique par un turboréacteur Teledyne CAE J402. Les ailes repliées sous le fuselage afin de prendre moins de place, se déploient après le lancement. Il est doté d'un empennage vertical destiné au contrôle du missile en lacet.

Il est dirigé sur sa cible par guidage inertiel recalé par GPS. Le guidage terminal et la reconnaissance de la cible se font grâce à un autodirecteur infrarouge. Une liaison de données permet au missile de transmettre sa position et son statut durant le vol, permettant une meilleure évaluation des dommages. La précision du missile est grande, son erreur circulaire probable donnée est de 2,4 m. La charge militaire est constituée d'un pénétrateur WDU-42/B de 450 kg.

IMG_6874.jpeg

Photos : 1 & 3 F-15 E avec 5 JASSM 2 JASSM @ USAF

 

12/05/2021

5ème C295 pour la République tchèque !

234.jpeg

L'armée de l'air tchèque vient de prendre livraison de son 5ème avion de transport tactique Airbus C295M. Le pays a maintenant reçu le premier des deux avions supplémentaires commandés en 2019, la livraison finale étant prévue prochainement. Ces deux derniers avions comporteront des winglets et des modifications de moteur de la norme C295W, les quatre premiers avions étant mis à niveau vers la même configuration. Les six aéronefs seront désignés C295MW. 

Le constructeur a annoncé la livraison de sa chaîne d'assemblage final de Séville en Espagne le 12 mai. L'armée de la République tchèque doit augmenter sa capacité de transport et remplacer les derniers Yak-40 obsolètes. Avec l’augmentation de la flotte de C295 celle-ci sera plus économique, avec des systèmes plus modernes que ceux utilisés auparavant.

Le C-295 : 

Au début des années 1980, l'Espagne cherche un appareil complémentaire au C-212, le constructeur national CASA s'entend avec l'indonésien IPTN pour produire la version de base d'un appareil de transport tactique, les autres versions pouvant être produites nationalement. Le premier vol intervient le 11 novembre 1983 et l'avion entra en service dans l'Ejercito del Aire en 1988.
Le CN-235 reprend les éléments traditionnels du transport tactique : ailes et dérives hautes pour les protéger des projections venues des pistes non préparées, aile droite pour diminuer la vitesse d'approche, rampe de chargement à l'arrière. Le CN-235 peut ainsi transporter 51 combattants, 18 brancards ou 4 palettes.

En 1995, l'Espagne crée une version très modernisée, le C-295, pour compléter sa flotte. Le C-295 dispose d'une soute plus longue de 3 mètres, d'une nouvelle avionique, d'un train et d'une structure renforcés, de points d'emports sous les ailes et de moteurs Pratt & Whitney PW127G entraînant des hélices hexapales. Il peut ainsi transporter 71 combattants, 48 parachutistes, 24 civières ou 5 palettes. Il est également proposé en version Persuader pouvant accomplir des missions de chasse aux sous-marins. Le C-295 est vendu à une trentaine de pays.

3904358999.jpg

Photos : 1 C295 tchèque@ Stefan Kuhn 2 C295W @ Airbus DS