31/10/2020

Des King Stallion supplémentaires pour l’USMC !

1.jpg

Sikorsky (groupe Lockheed Martin) construira six hélicoptères CH-53K « King Stallion » dans le cadre d'un nouveau contrat pour la marine américaine. Le nouvel hélicoptère soutiendra le Corps des Marines des États-Unis (USMC) dans sa mission consistant à effectuer le transport d'assaut expéditionnaire de véhicules blindés, de matériel et de personnel pour soutenir les opérations réparties dans les profondeurs des terres à partir d'un centre d'opérations en mer.

Les six hélicoptères font partie du programme d'enregistrement de 200 nouveaux hélicoptères pour le Corps des Marines des États-Unis, et leur ajout fait un total de 24 CH-53K maintenant sous contrat.

Aux termes de ce dernier contrat, connu sous le nom de lot 4 de production initiale à faible taux (LRIP), Sikorsky commencera les livraisons des six appareils en janvier 2024.

Le CH-53K "King Stallion" :

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E « Super Stallion », qu’il doit remplacer à partir de 2021, le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27’000 lb sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple surmonté d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle, car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivrent environ 7'500ch chacune), ravitaillable en vol, équipé de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et devient la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K peut par exemple emporter en interne une Jeep « Humvee ».

1747974566.jpg

Photos : 1 Le CH53k est une grue volante 2 le CH-53K @ Sikorsky

 

30/10/2020

Washington avance dans la vente de F-35A aux EAU !

23.jpg

Le département d'État américain soutient la vente de 50 avions de combat Lockheed-Martin F-35 aux Émirats arabes unis (EAU) dans le cadre d'un contrat d'armement d'une valeur estimée à 10,4 milliards de dollars.

La nouvelle est venue alors que l'administration Trump informait de manière informelle le Congrès de son projet de vendre jeudi aux Émirats arabes unis des F-35. Il fait suite à des semaines de spéculations et de débats en coulisses sur la manière de structurer un accord sur le F-35 à destination des Émirats arabes unis sans nuire à l'avantage militaire qualitatif d'Israël. Si la vente est autorisée par le Congrès et que les Émirats arabes unis choisissent d’acheter le F-35A couvertes par l’accord, obtiendra la parité avec Israël, qui possède 50 avions F-35 « Adir » .

Au milieu des informations selon lesquelles l'administration Trump accélère les ventes de F-35, les principaux législateurs démocrates continuent d'exhorter à une approche délibérée, invoquant des préoccupations pour la sécurité d'Israël et la sécurité de la technologie sensible de l'avion de combat.

L'exportation de cet avion nécessite un examen très attentif et le Congrès doit analyser toutes les ramifications. Accélérer ces ventes n’est dans l’intérêt de personne. » Les consultations ont eu lieu quelques jours après qu'Israël a déclaré la semaine dernière qu'il ne s'opposerait pas à la vente par les États-Unis de « certains systèmes d'armes », généralement considérés comme des F-35. Cela faisait suite à un accord entre Israël et les États-Unis pour améliorer ses capacités afin de préserver son avantage.

Des F-35 bridés :

Le Congrès veut connaître de quelle manière les F-35 potentiellement destinés aux EAU seront bridés électroniquement pour les rendre moins performants que ceux en service en Israël. Mais il se peut aussi qu’un autre dispositif puisse être installé à bord des F-35 des EAU. Ce dernier pourrait avoir comme effet de réduire les capacités de furtivité de l’avion.

Pour le Congrès, il s’agit également d’avoir les garanties nécessaires à ce que la technologie du F-35 soit également être protégée de ses plus grands adversaires mondiaux. La Russie et la Chine étant actives dans la région, le peuple américain aura besoin d’assurances irréprochables que les capacités militaires les plus avancées seront protégées. 

Rappel : 

La sophistication technique du F-35 qui intéresse énormément les clients potentiels est intimement liée à ses systèmes de mission et à sa puissance de traitement. C’est cette puissance de calcul intégrée dans le F-35 qui le rend, si efficace dans l’analyse des données qui vont permettre d’obtenir une vision de la situation quasi parfaite. Cette même puissance et au cœur du système en réseau qui apporte les véritables changements de la gestion du combat aérien. Mais qu’en est-il de la valeur du F-35, si ce système si performant est « ainsi bridé » pour les clients étrangers de l’avion ? Certes, il restera plus performant que d’autres appareils plus anciens, mais qu’adviendra-t-il, lorsque la concurrence mettra prochainement sur le marché des aéronefs disposant d’une capacité de calcul équivalente ? 

Photo : F-35 au décollage en soirée dans le désert @ IAF

 

 

29/10/2020

Après le Rafale, le F-35 pour la Grèce ?

thumbs_b_c_3f4870e283a0de2c717b5e5a378ec1f0.jpg

On savait que les USA mettaient tout en œuvre pour vendre du matériel à la Grèce. Ce dernier ayant choisi le Rafale français, certains pensaient que Washington se contenterait de vendre des navires à Athènes. C’était sans doute, oublier un peu vite l’offre de Lockheed Martin datant de trois ans qui comprenait 24 avions F-35 pour un coût total de 3 milliards de dollars US, y compris l'infrastructure.

Des F35A anciennement turcs :

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a donné son feu vert à la fourniture de 20 F-35, lors de sa récente visite en Grèce et l'accord "a été discuté et accepté". À noter, dans le cadre de cet accord, qu’au moins six F-35 seront achetés en 2022 et seront livrés avec les six premiers avions de combat Rafale. Ce qui semble du moins assez évident vient du fait, que ces six premiers F-35A proviendraient du stock actuel qui devait être livré à la Turquie. Voilà une situation bien cocasse, qui rendra la Force aérienne Hellénique très supérieure à sa voisine turque. En effet, la combinaison F-35A, Rafale et F-16 modernisés au standard Block 70/72 « Viper » n’aura pas d’équivalence en face.

Une nouvelle structure pour l’armée grecque :

Les provocations d’Ankara de ces dernières semaines ont finalement eu un impact salutaire pour l’avenir de la Défense grecque, en gestation depuis quelques années. Athènes se voit maintenant soutenue par la France et les USA avec une certaine vigueur ce qui accélère la mise en place de la nouvelle structure de commandement et des forces des forces armées 2020-2034. La liste des systèmes d'armes que la Défense grecque devra désormais se procurer comprend la modernisation des systèmes de défense aérienne. Le renforcement avec des avions de chasse de 5e génération. Le gouvernement et le ministère de la Défense s'orientent vers l'achat d'au moins un escadron F-35 en 2024. Mise à niveau des 4 frégates de type MEKO. Renforcement avec des véhicules de combat blindés pour l'armée. Prise en charge des véhicules aériens sans pilote. Mise en place d’un plan d'opérations des forces spéciales sous une administration et un esprit unifié.

Reste à confirmer cet achat, mais il est clair maintenant que les actions de la Turquie permettent à la Grèce de se renforcer militairement et que dans un avenir proche Ankara ne pourra plus jouer sur sa supériorité dans militaire dans la région.

Photo : F-35 anciennement aux couleurs turques @ LM

 

28/10/2020

Un remplaçant pour les P-3 Orion pakistanais !

Cover-2.jpg

La marine pakistanaise a trouvé l’avion qui remplacera ses avions de patrouille maritime Lockheed P-3 « Orion ». Le choix s’est porté sur l’Embraer Lineage 1000 E. Au total ce sont 9 appareils qui sont concernés par une future commande.  Un premier appareil a été commandé, il servira de banc d’essais.

Le défi de la conversion : 

Tout comme le P-8A « Poseidon » issus du B737 ou le GlobalEye du Global 6000, la principale difficulté de ce programme concerne la conversion d’une cellule d’avion civile en version militarisée. L’ajout d’une baie pour emporter de l’armement sous le ventre ou le renforcement des ailes, pose des problèmes importants de structure. Selon certaines sources le partenaire de conversion devrait être Rheinmetall All Service MRO RAS qui s’occupe actuellement de l’équipement des ATR 72 MPA « Sea Eagle » pour la marine pakistanaise.

Embraer « Sea Sultan » :

Le futur Embraer Lineage 1000 E en mode ASW (guerre-anti-sous-marine) sera baptisé « Sea Sultan » pour la marine pakistanaise. Le futur « Sea Sultant » MPA pakistanais devra répondre aux missions suivantes : Guerre anti-sous-marine (ASW), ASuW, ELINT, ESM, C2 et SAR. Le nouvel avion devrait donc disposer d’une portée bien longue que les ATR 72 MPA et de matériel de détection à plus longue portée.

La suite de patrouille maritime de l’avion devrait être intégrée par Aerodata, basée à Braunschweig, centrée sur le système de gestion de mission AeroMission de l’entreprise.

La suite d'équipements pourrait comprendre un radar de recherche à balayage électronique AESA Leonardo Seaspray,des mesures de support électronique, des communications par satellite et un système de lancement / récepteur de bouées acoustiques. La variété de capteurs embarqués à la pointe de la technologie devra permettre aux opérateurs et aux décideurs de détecter et d'identifier des cibles sensibles au-dessus ou en dessous de la surface de l'océan, tout en transmettant en temps réel toutes les informations capturées à bord au centre de 

Embraer Lineage 1000 :

Le Lineage 1000 est une variante de l’Embraer 190. Ce jet privé a été lancé le 2 mai 2006. Fabriqué par l’avionneur brésilien Embraer. Avion d’affaires « ultra large » pouvant accueillir jusqu'à 19 passagers. Le Lineage 1000 dispose de 2 réservoirs sur le pont inférieur de l'appareil, doublant quasiment son rayon d'action. L'intérieur est divisé en 5 sections, incluant une chambre (optionnel) et une salle de bain. Un autre point remarquable du Lineage 1000 est le diamètre de son fuselage qui est beaucoup plus important que celui de n'importe quel autre avion d'affaires. Le Lineage 1000 est seulement devancé au niveau de la taille par des avions comme les Airbus A318, 319 et le B737. Le premier vol du Lineage 1000 a eu lieu en 2007.

Photo : Lineage 1000 E @ Embraer

 

 

27/10/2020

L’Armée de l’air équatorienne reçoit ses premiers H145M !

unnamed-2.jpg

Airbus Helicopters a livré deux H145M à l'armée de l'air équatorienne, le premier client militaire en Amérique du Sud pour cet hélicoptère bimoteur polyvalent. Au total, six H145M seront livrés au cours de l'année prochaine. Les hélicoptères H145M connus sous le nom de «Cobra» dans l'armée de l'air équatorienne, seront affectés à la 22e Escadre de combat à Guayaquil. Le contrat comprend la formation de 12 pilotes et 15 techniciens, dans le cadre d'un programme de formation opérationnelle dans le pays.

Les six hélicoptères H145M contribueront à des missions liées à la sécurité nationale, telles que la surveillance des frontières et la lutte contre le trafic de drogue, ainsi qu'à la réalisation d'opérations de sauvetage à haute altitude, d'évacuation sanitaire (MedEvac) et d'assistance en cas de catastrophes naturelles, à la fois de jour comme de nuit. Ce large éventail de capacités de mission est dû à la variété d'équipements inclus tels que le crochet de chargement, la grue de sauvetage, les civières, le projecteur, la caméra électro-optique pour la reconnaissance, etc.

En Équateur, une quarantaine d'hélicoptères Airbus sont actuellement en service avec des clients civils et militaires.

Le H145M : 

Le H145M est conçu à partir de la version civile et parapublique modernisée du H145 (anciennement dénommé EC145 T2 sous Eurocopter). Avec une masse maximum au décollage en augmentation (3 700 kilos), il peut être équipé d'équipements de mission, notamment d'un canon latéral monté sur pivot, il peut transporter des armes sur des mâts multifonctions, des capteurs électro-optiques/infrarouges avec moyen de repérage d'objectifs, ainsi que des solutions d'avionique militaire pour les communications, la navigation et la gestion de vol.

Équipé d'un dispositif de descente sur corde pour les opérations spéciales, le H145M bénéficie d'une capacité de survie améliorée par la protection balistique de l'équipage, des réservoirs de carburant auto-obturant et un système de guerre électronique d'autoprotection contre les menaces de missiles.

Bénéficiant de la robustesse, des faibles coûts d'exploitation et de la disponibilité élevée des hélicoptères éprouvés de la famille EC145/H145 d'Airbus Helicopters, le nouveau H145M est doté de moteurs Turbomeca Arriel-2E, un système numérique de régulation des moteurs à pleine autorité (FADEC) sur deux canaux, un rotor de queue caréné Fenestron®, ainsi que des boîtes de transmission modernisées pour les rotors principal et de queue. La masse maximum au décollage de cet hélicoptère modernisé est augmentée de 50 kg, tandis que ses performances en vol stationnaire même avec une seule turbine opérationnelle, sont cruciales pour la sécurité en vol et le succès des missions, en particulier dans le cadre d'opérations spéciales ou de recherche et de sauvetage au combat.

Photo : H145M aux couleurs de l’armée équatorienne @ Airbus Helicopter