17/10/2021

Le KC-46A est opérationnel !

270874267.17.jpg

Il aura fallu un certain temps pour en arriver là, mais le nouveau ravitailleur de l’US Air Force et enfin opérationnel. L'Air Mobility Command a annoncé vendredi que le KC-46A « Pegasus » avait été approuvé pour ravitailler toutes les variantes des appareils en service au sein de l’USAF.

Le KC-46 « Pegasus » est désormais en mesure de ravitailler les avions de chasse de quatrième et de cinquième génération de l'Air Force, de plus l’avion peut désormais utiliser sa rampe de ravitaillement pour des missions opérationnelles y compris pour les gros appareils tels que les C-17, B-52 et KC-46. Avec cette approbation le KC-46 va pouvoir assumer l’ensemble des missions de ravitaillement.

Le KC-46 « Pegasus » a effectué plus de 6’000 missions depuis janvier 2019. Au cours de cette période, il a fait le plein d'avions avec plus de 35 millions de livres de carburant et a établi environ 26’ 000 contacts avec la perche fixe et 1’500 contacts avec le panier souple de ravitaillement. L’avionneur Boeing s'est efforcé de résoudre une série de problèmes techniques tout au long de son déploiement.

Le KC-46A « Pagasus »

Le KC-46A « Pegasus » New Gen Tanker  est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matière d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «  New Gen Tanker » se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le « New Gen Tanker » met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «  Dreamliner ». Le « New Gen Tanker » dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

3593601688.jpg

Photos : 1 Ravitaillement d’un F-35 avec perche fixe 2 Ravitaillement d’un Hornet de la marine avec panier souple @ Boeing

 

16/10/2021

Vol inaugural pour les premiers Eurofighter koweïtiens !

Eurofighter-Kuwait-1.jpg

Les deux premiers avions de combat Airbus Eurofighter « Typhoon II » destinés au Koweït ont effectué leur vol inaugural depuis le site d’assemblage italien de Leonardo à Caselle. Les appareils n°CSX55243 et CSX55244 porteront ensuite la numérotation KT001 et KT002 au sein de la Force  aérienne koweitienne.

Rappel :

Un contrat pour la fourniture de 28 avions de chasse multi-rôles Eurofighter « Typhoon II » a été signé entre le ministère de la Défense de l'État du Koweït et Leonardo le 05 avril 2016 par l'intermédiaire de sa division aéronautique agissant en tant qu'organisation Eurofighter Prime Contractor. Le contrat est estimé à près de 4,8 milliards de dollars.

Le Koweit sera le premier pays à recevoir le standard "T3B" doté du radar à balayage électronique développé par Selex ES Group. Le Koweït devient ainsi le troisième pays du Golfe avec le « Typhoon II » après l'Arabie Saoudite et le Sultanant d’Oman. 

Avec cet accord Airbus DS a finalisé des engagements pour un total de 599 avions. Depuis l'entrée en service à la fin de 2003, un total de 444 avions ont été livrés à 6 Nations : l'Allemagne, le Royaume-Uni, Italie, Espagne, Autriche et l'Arabie saoudite. En décembre 2012, le Sultanat d’Oman a ordonné 12 Eurofighter.

L’Eurofighter destiné au Koweit : 

L'ensemble de capacités pour le Koweït comprend l'intégration des missiles Storm Shadow et Brimstone et d'autres armes air-surface. De plus, il prévoit l’intégration de la nouvelle nacelle de désignateur laser avancé Lockheed Martin Sniper Advanced Targeting Pod qui élargira le portefeuille d’Eurofighter en matière de désignation laser.  De plus, le paquet comprend l’introduction du module d'entraînement au combat DRS-Cubic ACMI P5 et d'une aide à la navigation améliorée (VOR).

Airbus DS Eurofighter T3B :

Cette nouvelle version de l’Eurofighter contient plusieurs améliorations permettant à l’avion d’être pleinement multirôle en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3B Block15 dispose du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile METEOR, ainsi que les missiles TAURUS et Storm Shadows. 

Par rapport aux versions « T2 et T3A » ce nouveau standard du « Typhoon » intègre les dernières innovations technologiques. L’avion dispose du radar CAPTOR-E  MK0 doté de l’antenne à balayage électronique de Selex-ES. Pour permettre la mise en place du radar à antenne AESA définitif, l’avion a reçu une capacité de puissance électrique additionnelle, ainsi qu’une architecture de calcul offrant une vitesse supérieure. 

IMG_8044.jpeg

Photos : Eurofighter destinés au Koweït @ Alessandro Maggia

14/10/2021

Gros retard dans la modernisation des Mirage 2000 indiens !

2854595289.jpg

Elle avait bien débuté la modernisation de la flotte d’avions de combat Mirage 2000H indien, mais c’était sans compter l’arrivée du COVID et d’un certains nombres de problèmes avec l’intégration de divers systèmes qui ne satisfont pas l’Indian Air Force (IAF). Le retard accumulé devrait atteindre les trois ans.

Rappel

Initialement, le plan de près de 2,5 milliards de dollars visant à moderniser les Mirage 2000H de l’IAF devait être terminé pour la fin de cette année. Dassault Aviation est le maître d’oeuvre pour la modernisation de la flotte de 51 Mirage 2000H de l’IAF. L’avionneur français a commencé travailler sur quatre exemplaires de « 2000 » indiens, les autres appareils devant être modernisés en Inde par Hindustan Aeronautics (HAL) à Bangalore. 

Cette modernisation est réalisée par un consortium franco-indien qui regroupe : Dassault aviation, Thales (armes et intégration systèmes) MBDA (missiles) ainsi que Hindustan Aeronautics Limited (HAL) (réalisation, montage).

La situation

A ce jour seul 50% des Mirage 2000H indiens sont modernisés au standard « 2000-5 ». Selon le plan, les 16 premiers avions, dont les quatre modernisés par Dassault Aviation, devaient être livrés avec le statut Initial Operational Clearance (IOC). Les 35 autres devaient venir avec le statut Final Operational Clearance (FOC). Mais la perte d’un Mirage 2000-5 fraîchement modernisé et l’arrivée du COVID ont ralenti le programme dans un premier temps. Puis, c’est l’IAF qui a fait savoir qu’elle n’était pas satisfaite de certaines intégrations  et que la norme FOC n’était pas atteinte. De plus l’intégration de systèmes d’origine israéliennes ne sont pas encore effectué.  Ces retards vont générer un surcoût important. 

Modernisation des Mirage 2000H  

L’objectif technique de cette modernisation comprend une mise à niveau des Mirage 2000 au standard -5 /II  avec l’adjonction de la nouvelle version du radar RDY-3, un cockpit numérique compatible avec de jumelle de vision nocturne. L’avion doit être doté d’une liaison Link16 couplée à un système de données tactiques JTIDS. L’Inde a également négocié l’acquisition d’un viseur de casque d’origine israélienne.  Question armement, la France fourni la dernière génération de missile MICA, doté d’autodirecteur à infrarouge et à guidage radar. L’appareil peut également emporter divers types de bombes lui permettant une allonge en matière d’attaque au sol.

Les Mirage 2000H acquis au milieu des années 80 commencent sérieusement à être dépassés technologiquement. Ce programme doit permettre à l’avion français de Dassault de retrouver des capacités, lui permettant de pouvoir maintenir ses engagements durant encore 20 ans. 

Photo : Mirage 2000H indiens @ IAF

 

04/10/2021

Moscou commande la Kamov Ka-52M !

Russian-Helicopters-hat-die-Ka-52-zur-M-Version-weiterentwickelt--169FullWidth-bff11f3-1713808.jpg

Russian Helicopters Holding Company a signé un contrat avec le ministère de la Défense de la Fédération de Russie pour la fourniture de 30 hélicoptères de combat  Kamov Ka-52M modernisés. Les livraisons vont débuter l’année prochaine. Au total, Moscou pourrait commander jusqu’à 114 hélicoptères de ce type.

Le nouveau Kamov Ka-52 « M » : 

Le KA-52M dispose d'une avionique améliorée et d'une autoprotection renforcée et s'inspire de l'utilisation opérationnelle du KA-52 dans le conflit syrien.

Selon Russian Helicopters, l'hélicoptère dispose d’une capacité  de  rayon d'action des cibles, de la détection et d'identification de celles-ci, ainsi que l’amélioration de l’utilisation des armes contre des cibles terrestres et aérienne. Pour ce faire le Ka-52M est doté d’un radar à balayage électronique actif (AESA).

Nombre de ces améliorations découlent des observations faites sur les performances de l’hélicoptère en Syrie. Outre l’amélioration des capacités de combat du Ka-52, le programme de modernisation du Ka-52M a également pour objectif d’approfondir les points communs entre le Ka-52 et la ligne d’hélicoptères Mi-28, afin de rendre la production et les services de support plus efficaces et moins coûteux. 

Le Ka-52M est une variante améliorée de l'hélicoptère de reconnaissance de combat Ka-52 équipé d'un radar AESA monté sur mât pour une meilleure acquisition des cibles et une nouvelle génération de missiles air-sol. Un nouveau lecteur numérique aidera à augmenter la précision de visée du canon. Le Ka-52M peut fonctionner à toutes les températures, y compris dans les conditions arctiques. Son train de roulement est équipé de roues avec une capacité de charge et une résistance à l'usure plus élevées et des équipements d'éclairage à LED sont incorporés, tandis que la cabine des pilotes présente un nouvel intérieur. Ce dernier garantit les exigences ergonomiques modernes, y compris lors du pilotage dans l'obscurité avec des lunettes de vision nocturne. Les pales du rotor principal du Ka-52M sont équipées d'un élément chauffant plus puissant, qui permettra à l'hélicoptère de fonctionner sur toute la plage de température, y compris dans les conditions arctiques.

En outre, la mise à niveau comprend les derniers systèmes de communication et d'échange de données à bord et équipements de navigation par satellite. 

Question armement, le KA-52M emporte le missile antichar Vikhr 9A4172 ATGM (version améliorée du (9K121) guidé à longue portée de 8 à 10 km. Il est connu en Occident sous le nom d'AT-16 ou Scallion. Il a été développé pour remplacer le système 9K114 Shturm (nom de rapport occidental AT-6 ou Spiral), qui peut pénétrer les chars de combat occidentaux contemporains avec des blindages réactifs composites et explosifs. 

La nouveauté comprend l’adaptation du missile KBP Hermes guidé modulaire, supersonique, bi-calibre et polyvalent. Le système de missiles Hermes se compose d'un étage d'appoint extensible et du système de missile principal, transportant une puissante ogive à fragmentation explosive (HE). Le spectre des cibles qui peuvent être engagées de jour comme de nuit à l'aide du système d'armes Hermès comprend : les véhicules blindés, les installations, les fortifications et les cibles aériennes à basse vitesse comme les hélicoptères. Le système de guidage combine le système de navigation inertielle (INS) avec la commande radio. Le guidage terminal dépend d'un chercheur laser semi-actif. La portée est de 30 km.

Le Kamov Ka-52 « Alligator » :

Le Kamov Ka-52 « Alligator » est un hélicoptère de combat de hautes performances avec une capacité jour et nuit, doté d’une capacité de survie élevée. Doté d’une conception de rotor coaxial, il offre un plafond de vol stationnaire de 4’000m et la vitesse verticale de montée atteint 10m seconde à une altitude de 2’500 m. Équipé d’un cockpit blindé qui résiste aux projectiles de 12,7mm. Les deux pilotes disposent d’un système d’éjection inédit qui éjecte en premier le rotor coaxial, puis déclenche l’éjection des deux sièges, du pilote et du mitrailleur.

Les systèmes de vol comprennent un système de navigation inertielle (INS), un pilote automatique et affichage tête haute (HUD). Les capteurs comprennent pod infrarouge (FLIR) et un radar de suivi de terrain. Le Ka-52 est équipé d'un récepteur d'alerte radar couplé à un système de guerre électronique. Ce dernier comprend des contre-mesures actives. L'hélicoptère est équipé d'unités de brouillage IR et électroniques actives, de systèmes d'alerte laser Pastel (L150) RWR, Mak (L136) IR et Otklik (L140) avec distributeurs de leurres / paillettes UV-26.

Le Ka-52 est propulsé par deux turbines Klimov VH-2500. Les moteurs sont placés de chaque côté du fuselage pour renforcer la capacité de survie au combat. L'hélicoptère a également une unité de puissance auxiliaire (APU) pour le fonctionnement autonome. L'hélicoptère dispose de petites ailes équipées chacune de rails de suspension, ainsi, que des contre-mesures de bout d'ailes. L’Alligator peut emporter jusqu’à 12 missiles anti-chars, deux nacelles de roquettes B8V-20 pour les roquettes air-sol S-8 de 80mm.  Le Ka-52 est armé d'un canon 2A42 « Shipunov » à tir rapide de 30mm, sans restriction d’azimut. 

202110020930-main.cropped_1633141865.jpg

Photos : 1 Ka-52M 2 Ka-52N@ Rostec

 

 

29/09/2021

Le premier Pilatus PC-24 destiné à la Qatari Air Force !

PC-24_QA-397_II_21.09.29_2101.jpg

L’avionneur suisse Pilatus a débuté les essais au sol du premier ( série n°247, QA 397)  des deux avions de transport VIP et de formation PC-24 destinés à la Qatari Air Force.

Rappel

L’armée de l’air du Qatar a commandé à l’avionneur suisse Pilatus deux jet PC-24. Ces deux appareils vont être utilisé pour la formation et le transport VIP. Le contrat comprend également un programme de soutien de cinq ans impliquant le constructeur fournissant une « assistance technique sur site » pour les jets d'affaires. La vente a donc été effectuée en novembre 2020 pour un montant non divulgué à ce jour.

Le commandant général de l'Académie de l'air émirienne du Qatar, Eisa Rashid Al-Mohannadi, a déclaré : « Notre flotte d'avion école Pilatus PC-21 est l'épine dorsale de notre système de formation des pilotes au cours des 6 dernières années. « Sur la base de cette bonne expérience, nous avons décidé d'utiliser le PC-24 pour fournir une formation avancée à nos équipages multimoteurs, ainsi que pour le transport VIP ». Les PC-24 qatari seront notamment utilisés pour la transformation des futurs pilotes sur les Airbus KC-30A (A330) et Boeing C-17A. 

L’avionneur suisse Pilatus note que l'accord avec Doha lui donne « un autre pied avec une deuxième force aérienne en plus de l'armée de l'air suisse ». En effet, la Suisse utilise un exemplaire du PC-24 au sein de la flotte du Service de transport aérien de la Confédération (STAC) qui dépend des Forces aériennes. 

Le Pilatus PC-24 Super Jet Polyvalent :

Le PC-24 est le premier biréacteur d'affaires dans le monde entier conçu pour décoller et atterrir sur des pistes très courtes, ou les pistes non pavées, et d’offrir une porte cargo standard. Il dispose également d'une cabine très spacieuse, dont l'intérieur peut être facilement adapté aux besoins du personnel. La flexibilité exceptionnelle du PC-24 ouvre la porte sur un éventail enviable de possibilités, que ce soit en tant que jet d'affaires, d'avions d'ambulance ou pour d'autres missions spéciales. Tout cela fait un super polyvalent Jet, un avion conçu pour répondre à une grande variété de profils de mission individuels. Avec une distance de décollage de 820m et une distance d'atterrissage de 770 m, le PC-24 est destiné à être utilisé également sur des pistes non revêtues (neige, herbe, sable). Le jet offre un rayon d’action de 3’610 km avec quatre passagers (3’300 avec six passagers) et une vitesse de croisière maximale de 787 km/h. Il peut emporter jusqu'à 10 passagers en cabine pressurisée. Le cockpit est construit autour d’une suite avionique développée sur un concept Pilatus baptisé « Advanced Cockpit Environnement » (ACE), avec quatre écrans de 12 pouces et un système de vision synthétique. Le PC 24 est alimenté par deux réacteurs Williams FJ-44-4A montés à l'arrière du fuselage, maintenant certifiés au bio-carburant.

Photo : PC-24 Qatari Air Force @ Stephan Widmer