03/02/2022

Des Black-Hawk pour la Croatie !

8190e370-79a3-4f91-b369-7b2c6a100de1-1140x684.jpg

Ce matin, les États-Unis ont livré deux hélicoptères Sikorsky UH-60M « Black-Hawk » à l'aéroport de Zagreb. Ces hélicoptères doivent contribuer à renforcer les capacités de défense croissantes de la Croatie et à sa préparation militaire à l'appui de l'OTAN. Le « Black-Hawk » offre des capacités dans une gamme de missions larges tels que les opérations spéciales au transport de troupes tactiques en passant par l'évacuation aéromédicale

Le ministre croate de la Défense, Mario Banožić, a déclaré : « Je suis ravi d'assister à l'arrivée des deux premiers hélicoptères UH-60M Black Hawk, qui sont le don de notre partenaire stratégique, les États-Unis d'Amérique. Les forces armées croates vont, avec ces puissants hélicoptères, acquérir de nouvelles capacités et accroître notre niveau d'interopérabilité. Avec l'achat d'hélicoptères Black Hawk, la République de Croatie, en tant que membre fiable et crédible de l'OTAN, montre son engagement à remplacer les hélicoptères existants de production orientale et à transférer la technologie occidentale. Le ministre a ajouté : « Je remercie le gouvernement des États-Unis pour ce don. Il représente la preuve de relations fortes, amicales et alliées, qui progressent chaque année.

L'incorporation par la République de Croatie des hélicoptères américains Black-Hawk s'appuie sur la coopération militaire antérieure et en cours, y compris l'acquisition prochaine par la Croatie des véhicules de combat Bradley. Le partenariat de défense entre les États-Unis et la Croatie reste la pierre angulaire des relations américano-croaties, l'assistance militaire américaine à la Croatie atteignant quatre milliards et demi de kunas sous forme de formation, d'équipement, de construction d'infrastructures et d'éducation militaire spécialisée. Depuis que la Croatie a rejoint l'Alliance de l'OTAN, les soldats américains et croates ont servi côte à côte de l'Afghanistan à la Pologne et au Kosovo.

Le Sikorsky UH-60 « Black-Hawk »

Le Black-Hawk est un hélicoptère utilitaire moyen développé pour l’armée américaine. Conçu par Sikorsky pour remplacer le célèbre UH-1, cet hélicoptère effectua son premier vol en 1974 et fut admis au service actif en 1979. Malgré son coût élevé, le Black- Hawk est un hélicoptère tactique très apprécié et qui possède d'excellentes qualités de vol et une bonne maniabilité. Le Black-Hawk se décline en près de 17 versions spécialisées.

Le Sikorsky UH-60M « Black-Hawk » dispose de la motorisation de type General-Electric T-700-701D montés au-dessus de la cabine. Cette dernière est conçue pour amortir au mieux, les chocs en cas de crash, il dispose de deux larges portes coulissantes assez large pour accueillir jusqu’à 20 personnes. La survie est améliorée par une résistance accrue aux impacts de balles et de canons, grâce à différents blindages et une redondance des systèmes.

FKrPARaXIAQXlmW.jpeg

Photos : les UH-60M à l’arrivée à Zagreb @USAF

16/01/2022

Les Philippines commandent 32 S-70i « Black-Hawk » !

2143940804.jpg

Les Philippines confirment l’achat de 32 hélicoptères S-70i « Black Hawk » auprès de la filiale polonaise de Sikorsky Aircraft PZL Mielec pour renforcer la flotte existante de 12 appareils. L’annonce a été officialisée ce dimanche par le ministre de la défense du pays. 

Le secrétaire à la Défense, Delfin Lorenzana, a déclaré qu'un avis d'attribution avait été publié le 28 décembre pour l'achat d'hélicoptères neufs dans le cadre d'un projet comprenant un soutien logistique et un programme de formation pour les pilotes et l'équipe de maintenance pour un coût de 624 millions de dollars. Le contrat était en cours de rédaction, la livraison des cinq premières unités étant prévue en 2023. Les autres seront livrés en trois lots, 10 unités en 2024, 10 unités en 2025 et 7 unités en 2026.  

Le Sikorsky S-70 

Le Sikorsky S-70i est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau Black-Hawk. Le HAWK «M» a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed-Martin, le S-70i (MH-60) représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Photo : S-70i « Black-Hawk » @ PZL-Mielec

12/12/2021

Après le Tigre, l’Australie veut de débarrasser du NH90 !

23.jpg

Après le Tigre d’Airbus, c’est le NH90 qui est dans le viseur du gouvernement australien. Le ministre australien de la Défense, Peter Dutton a confirmé que l'Australie abandonnait le MRH90 et sera remplacé par 40 hélicoptères Sikorsky UH-60 « Black-Hawk ».

Les raisons invoquées

Le gouvernement australien justifie sa décision par le fait que la flotte d'hélicoptères MRH90 n'a pas répondu aux exigences de disponibilité contractuelles ni aux coûts prévu avant son retrait prévu du service en 2037. Une nouvelle date pour la retraite n'a pas encore été fournie, mais Peter Dutton a déclaré qu'il souhaitait que le nouvel hélicoptère soit introduit au cours des deux prochaines années avenir. Toujours selon les déclarations australiennes, « Les performances du MRH90 sont une préoccupation constante. Des efforts importants ont été déployés à grands frais pour tenter de résoudre ces problèmes », « Il est extrêmement important qu'un hélicoptère utilitaire sûr, fiable et capable soit disponible pour nos militaires à l'avenir, avec des coûts d'exploitation raisonnables et prévisibles. ». « Le MH90 n'est pas fiable, il y a beaucoup d'argent qui est dépensé pour la maintenance et beaucoup de temps d'arrêt ».

Pour le gouvernement australien, il faut maintenant expliquer pourquoi à l’époque l’hélicoptère NH90 avait été préféré au « Black-Hawk ». Au moment du choix, le NH90 devait être supérieur à l’UH-60 américain.

Transition pour la Navy 

De son côté, la Royal Australian Navy, travaille déjà au remplacement de ses MRH90. Sa demande d’acquisition portant sur 12 Sikorsky MH-60R «  Seahawk » vient d’être approuvée par le département d'État américain.

Un vieux contentieux

En 2015 déjà, le ministère australien de la défense (MoD) était préoccupé par les lenteurs concernant les capacités et les performances de sa flotte d’hélicoptères NH Industries MRH-90.

L’Australie avait commandé un total de 46 MRH-90 entre 2004 et 2006, pour remplacer ses Sikorsky S-70A « Black Hawk » de l’armée et ses Sea King de la marine. La plupart ont été assemblés en Australie dans une usine de Brisbane.

La haute direction de NH Industries a depuis reconnu que le NH-90 n’avait atteint sa pleine maturité et qu’un nouvel effort devait être effectué, pour améliorer la disponibilité pour l’ensemble des  clients. 

Du côté australien, le contre-amiral Terry Dalton, qui était à la tête du ministère de la Défense australien avait déclaré que : « le temps pris, pour réviser les composants du NH90 était un problème majeur. Il a également noté que certaines capacités devaient encore être introduites, comme le système descente rapide, un crochet de charge pour les opérations en mer ». En effet, les versions initiales de ces deux derniers éléments se sont avérées insatisfaisantes. Un autre problème provenait de la corrosion de la tête de rotor.

On doit également cette décision aux changements de stratégique auquel l'Australie est désormais confrontée en ce qui concerne la Chine. Le fait que les grands programmes ne parviennent pas à tenir leurs promesses n'est plus une option. Canberra cherche à disposer d'une armée plus responsable et plus efficace. Cela implique également d'acheter du nouveau matériel plus rapidement lorsque cela est nécessaire.

NH-90-MRH-90-Taipan-Royal-Australian-Navy-couverture_USN.jpg

Photos : MRH90 Taipan australien @ RAAF

 

29/12/2019

Des S-70i « Black-Hawk pour la Pologne !

1831440585.jpg

La Pologne a pris livraison de quatre hélicoptères Sikorsky S-70i « Black-Hawk » destinés aux forces spéciales, donnant ainsi le coup d'envoi à un programme de renouvellement de la flotte qui était attendu depuis longtemps. Ils ont été présentés au président polonais Andrzej Duda et au ministre de la Défense Mariusz Blaszczak lors d'une cérémonie qui s'est tenue à la base aérienne de Varsovie-Okecie le 20 décembre.

Commandés en janvier 2019, les Black Hawks ont été assemblés chez PZL Mielec, la filiale polonaise de Sikorsky. Les spécifications exactes des aéronefs et les détails de l’équipement spécialisé installé sont couverts par la confidentialité et ne peuvent pas être divulgués.

Rappel :

La Pologne tente depuis plusieurs années de moderniser son stock d’hélicoptères. Le processus controversé a initialement vu Varsovie, en avril 2015, passer une commande de 50 Airbus Helicopters H225M devant être exploités par les trois branches de ses forces armées. Cependant, un changement de gouvernement a vu ce contrat annulé en octobre 2016. Au lieu de cela, la Pologne a poursuivi une stratégie d'acquisition au coup par coup : en plus du S-70i, elle a commandé quatre Leonardo Helicopters AW101 pour des opérations de guerre anti-sous-marine par sa marine.

Le Sikorsky S-70i « Black-Hawk » :

Le Sikorsky S-70i est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau Black-Hawk. Le Hawk « M » a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le S-70i (MH-60) représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, l’hélicoptère est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le sauvetage (SAR), le ravitaillement vertical.

L’hélicoptère S-70i présenté par Sikorsky PZL Mielec dispose de quatre pylônes sous les ailes qui peuvent engagés des missiles Lockheed-Martin AGM-114 « Hellfire » avec des paniers lance-roquettes Hydra 70. L’hélicoptère offre également l’option d’emport d’une mitrailleuse M134 de 12,7mm ou deux canon GAU-19.

Selon PZL Mielec, l'architecture du système permet au S-70i d'intégrer également d'autres armements selon l'inventaire des clients potentiels à l'exportation.

Photo : S-70i « Black-Hawk » produit chez PZL@ PZL

05/04/2019

Plus d’infos sur le remplacement du Black-Hawk!

599DCA37-448C-4ABA-8611-F34D201F294D.png

Dans le cadre du programme de remplacement de la flotte d’hélicoptères « Black-Hawk », l’US Army a donné en cette fin de semaine quelques informations sur le programme.  Le programme prend la dénomination « d’hélicoptère de combat d'assaut de longue portée de demain (FLRAA). L’armée américaine dirigera le programme FLRAA. Le Commandement des opérations spéciales et le Corps des Marines des États-Unis s’associeront à ses efforts de développement en lançant leurs propres programmes d’acquisition environ deux ans plus tard.

L’étape primaire prévoit d’accélérer l'attribution d'un contrat de production d'ici le quatrième trimestre de l'exercice 2021 et vise à faire voler un giravion d'ici le troisième trimestre de l'exercice 2024. L’armée américaine souhaite que chaque aéronef ait un coût moyen de fabrication de 43 millions de dollars. Technologie oblige, le nouvel appareil sera plus cher que l’actuel Sikorsky UH-60, dont le coût tourne aux environs de 20 millions de dollars par unité

Plus de performances :

L’US Army est prête à payer plus pour son prochain hélicoptère, car elle demande un niveau de performance nettement supérieur. Par exemple, le UH-60M a une vitesse de croisière maximale de 151kt (280 km/h), tandis que le nouvel appareil devra atteindre une vitesse de croisière maximale de 280kt (519 km/h) avec un rayon de combat non ravitaillé de 300nm (556 km) et d’une portée à sens unique non ravitaillée d’au moins 2’440 nm (4’519km). L’appareil devra pouvoir transporter 12 passagers. La capacité de charge utile externe doit être d'au moins 4’536 kg (110 000 lb) pour 110 nm (204 km) à une vitesse de 140 nœuds (259 km/h). En outre l’hélicoptère devra être capable de voler dans des conditions de fortes chaleurs. Il devrait être en mesure de fournir une puissance continue maximale de 100% pour exécuter une vitesse de montée verticale de 50 pi/min (2,54 m/s) à partir d'un effet stationnaire hors du sol au début de la mission, jusqu'à 6 000 pi et 35 ° C (95%). F). Il doit pouvoir le faire en transportant 12 passagers et suffisamment de carburant pour atteindre un rayon de combat de 122 nm (226 km) avec une réserve de carburant de 30 minutes.

Pour sa part, les exigences de l’USMC sont encore plus ambitieuses, notamment un rayon de combat non ravitaillé de 450 nm (833 km) avec une autonomie de 30 minutes. Le Corps des Marines souhaite également une vitesse de croisière continue maximale de 295kt (546 km/h) à 90% de la puissance maximale continue et de 330 KTAS (611 km/h) à 100% de la puissance nominale intermédiaire.

En raison de ces demandes de performances plus élevées, l'armée américaine indique que les sociétés en course doivent soumettre des conceptions autonomes si elles considèrent qu'il est irréalisable ou trop coûteux de modifier la variante Army pour répondre aux exigences de l’USMC.

En matière d’armement le nouvel appareil doit être doté d’armes internes, y compris un système à tourelle ou à canon fixe pouvant être utilisé à des distances supérieures à 2 km, l’emport de missiles air-sol, de roquettes guidées et non guidées, ainsi que et des missiles air-air. La compatibilité doit être possible avec des drones de soutiens.

Les candidats :

Deux démonstrateurs technologiques sont engagés pour le programme FLRAA, il s’agit : de l’équipe Sikorsky-Boeing avec le  SB-1 « Defiant », qui a effectué son premier vol le 21 mars 2019, et le tiltrotor Bell V-280 « Valor », en vol depuis décembre 2017.

Le SB-1 « Defiant »:

black-hawk,sb-1 defiant,v-280 valor,us army,blog défense,aviation militaire,nouveaux hélicoptères

Le SB-1 est un hélicoptère doté d’un double rotor coaxial avec une hélice propulsive montée sur la queue. Il s’agit d’un hélicoptère de démonstration de taille moyenne destiné au programme conjoint de démonstrateurs technologiques multi-rôles de l’armée américaine. Les futurs hélicoptères issus du démonstrateur sont destinés à remplacer le Sikorsky UH-60 « Black Hawk » et le Boeing AH-64 « Apache ». Le SB-1 est en concurrence avec le Bell V-280 « Valor » pour le modèle de transport tactique. 

Le Bell V-280 « Valor » :

black-hawk,sb-1 defiant,v-280 valor,us army,blog défense,aviation militaire,nouveaux hélicoptères

Le Bell V-280 «Valor» dont le design a été présenté pour la première fois le 10 avril 2013, lors de l'Army Aviation Association of America Annual Professional Forum and Exposition à Forth Worth au Texas. Le V-280 est un aéronef multi-rôle susceptible de répondre au programme «Vertical Lift Program» du département de la Défense. Le concept du V-280 «Valor» est basé sur la gamme des « tilt-rotors » de troisième génération, fortement inspiré du V-22, mais légèrement plus petit. Une des grosses différences avec le V-22 est que les moteurs du V-280 seront fixes et ne pivotent pas avec le rotor, ce qui réduit la complexité et le nombre de pièces mobiles. 

Photos : 1 Défiant vs Valor 2 SB-1 Defiant @ Boeing-Sikorsky 3 V-280 Valor @ Bell- Textron