25/01/2021

Boeing s’engage à livrer des avions volant avec 100% de biocarburant !

w1200.jpg

Boeing se fixe un objectif ambitieux pour faire progresser la durabilité à long terme de l'aviation commerciale, s'engageant à ce que ses avions commerciaux soient capables et certifiés pour voler à 100% avec du carburant durable d'ici 2030. Boeing a déjà effectué avec succès des vols d'essai en remplaçant le carburant fossile par des carburants 100% durables pour relever le défi urgent du changement climatique.

Selon le Air Transport Action Group, le US Department of Energy et plusieurs autres études scientifiques, les carburants d'aviation durables réduisent les émissions de CO 2 jusqu'à 80% au cours du cycle de vie, avec le potentiel d'atteindre 100% à l'avenir. Aujourd'hui, les carburants d'aviation durables sont mélangés directement avec du carburant conventionnel jusqu'à un mélange de 50/50 - le maximum autorisé dans les spécifications actuelles du carburant. Afin de respecter l'engagement de l'aviation de réduire les émissions de carbone de 50% par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2050, les avions doivent pouvoir voler avec des carburants d'aviation 100% durables bien avant 2050.

L'engagement de Boeing est de déterminer les changements nécessaires pour que ses avions commerciaux actuels et futurs volent avec des carburants 100% durables, et de travailler avec les autorités réglementaires et dans l'ensemble du secteur pour augmenter la limite de mélange pour une utilisation accrue.

Boeing a été un pionnier dans la réalisation des carburants d'aviation durables, en s'associant à l'échelle mondiale avec les compagnies aériennes, l'industrie, les gouvernements et les instituts de recherche pour étendre les approvisionnements limités et réduire le coût des carburants. Boeing a travaillé avec des compagnies aériennes, des fabricants de moteurs et d'autres pour effectuer des vols d'essai de biocarburants à partir de 2008 et obtenir l'approbation des carburants durables en 2011. En 2018, le programme d'essais en vol Boeing « ecoDemonstrator » a réalisé le premier vol d'avion commercial au monde utilisant des carburants 100% durables avec un B777 Freighter, en collaboration avec FedEx Express.

Comment produire du biocarburant ?

boeing,ecodemonstrator,biokérosène,éco-aviation,écologie et aviation,climat et aviation,les nouvelles de l'aviation

Le kérosène habituel est obtenu à partir du pétrole brut, les biocombustibles durables pour l’aviation sont obtenus à partir de sources comme les huiles naturelles non alimentaires et les déchets agricoles. La Federal Aviation Administration (FAA) a indiqué que ce carburant est acceptable pour une utilisation dans un aéronef. Un système de normes et de certifications mondiales sur le développement durable reconnaissant les producteurs de biomasse et de biocombustible qui adhèrent à des critères environnementaux et de responsabilité sociale stricts est déjà en vigueur.

Les carburants d'aviation durables peuvent être fabriqués à partir d'une grande variété de matières premières, y compris des plantes non comestibles, des déchets agricoles et forestiers, des déchets ménagers non recyclables, des dégagements gazeux des usines industrielles et d'autres sources. La durabilité des carburants est assurée par des certifications de durabilité solides et crédibles par des organisations tierces telles que la table ronde sur les biomatériaux durables.

Emprunte du cycle des biocarburants :

Les biocombustibles durables pour l’aviation ont un effet positif pour l’environnement en réduisant significativement le volume des émissions de CO2 produites au cours du « cycle de vie » de ce type de carburant par rapport au kérosène conventionnel. Le « cycle de vie » se réfère à toutes les émissions produites au cours de l’ensemble du processus, depuis l’extraction ou la collecte de la matière première jusqu’au raffinage, au transport et à l’utilisation du carburant.

Des actions réalistes :

Les nombreux vols réalisés avec du biocarburant, les certifications déjà obtenues ou en cours avec des moteurs d’avions et les efforts au quotidien de l’industrie de l’aviation sont autant d’actions réalistes et déjà actives. Nous sommes bien loin de certaines prises de positions idéalistes proposées à l’approche de élections fédérales qui n’ont qu’un but « électoraliste ». Mettre des avertissements sur les publicités de certains transporteurs aériens, alors que ceux-là mêmes, sont les acteurs actifs sur le développement d’une aviation toujours plus propre montre l’amateurisme de certain. Les améliorations prennent du temps, mais elles sont le fruit du travail journalier de l’ensemble des actrices et acteurs du secteur de l’aviation.

Demain vous ne choisirez plus votre billet de la même manière :

La révolution aérienne continue, depuis plus de 50 ans. Les économies de carburant ont atteint 70% par sièges et vont passaer sous la barre des 2 litres par siège prochainement. Mais celà ne suffit pas, il faut égqlement un carburant plus propre. Si l'électrisation et l'hydrogène semblent être des solutions à moyen et long termes, il est impératif d'agir maintenant en remplaçant les carburants fossiles par des biocarburants. Si il reste du chemin à faire, les transporteurs travaillent déjà afin d'adapter leurs offres aux futurs passagers. Vous ne choisirez plus votre billet seuelment en fonction du prix ou du service à bord ! Le passager aura bientôt l'occasion de se voir proposer des vols avec du biokérosène et un service à bord offrant des matériaux plus respectueux de l'environnements, finit les plastiques jetables et autres produits ayant une mauvaise empreinte climatique ! Les transporteurs qui offriront rapidement ce genre de produits seront les grands gagnants du transport aérien ces prochaines années. 

18195.jpg

Photos : 1 B777 ecoDemonstrator 2 B787 Etihad Airways ecoDemonstrator @ Boeing

30/11/2020

Appel pour des carburants durables !

76b5ac65eec2da5e2bed91874523c1414f657d2eacdb9d552fa929396d23dc08.png

L'Association du transport aérien international (IATA) a renouvelé son appel en direction des gouvernements du monde entier à soutenir la mise au point de carburants d'aviation durables (SAF). Pour l’IATA, il s’agit d’une étape critique pour atteindre l’objectif de réduction des émissions de moitié aux niveaux de 2005 d'ici 2050.

« Zéro-émission » :

Cet objectif a été renforcé par une résolution lors de la 76e Assemblée générale annuelle de l'IATA à la mi-novembre, qui engage également l'industrie à explorer les voies en direction du « zéro- émission ».

« Nous savons depuis longtemps qu'une transition énergétique vers les SAF change la donne. Mais les transitions énergétiques ont besoin du soutien des gouvernements. Le coût du SAF est trop élevé et les fournitures trop limitées. Cette crise est l'occasion de changer cela. Mettre des fonds de relance économique derrière le développement d'un marché du SAF compétitif à grande échelle serait une triple victoire : créer des emplois, lutter contre le changement climatique et connecter durablement le monde », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l'IATA.

Conscients des enjeux écologiques, les constructeurs ont donc repris le chemin de l'innovation et de l'efficience énergétique pour arriver le plus vite possible à l'avion « zéro-émission » (batteries, hydrogène, biocarburants de 3ème génération ou kérosène synthétique). Des avions de tourisme électriques sont déjà disponibles pour les aéroclubs, mais il est clair qu'il faudra une décennie pour qu'il en soit de même en matière d'aviation commerciale.

air-journal_Air-France-biocarburant-Toulouse©SkyNRG.jpg

Les SAF en tant que carburant de transition :

Les plans de relance des gouvernements pourraient aider à promouvoir la SAF par le biais d'investissements directs, de garanties de prêts et d'incitations pour le secteur privé, ainsi que par des réglementations qui canalisent les matières premières vers des secteurs difficiles à réduire comme l'aviation plutôt que vers d'autres industries de transport à faible émission de carbone. Le but des fonds de relance serait de créer un marché compétitif. Actuellement, le SAF coûte en moyenne 2 à 4 fois plus cher que les combustibles fossiles avec une production mondiale actuelle d'environ 100 millions de litres par an, ce qui ne représente que 0,1% de la quantité totale de carburant d'aviation consommée par l'industrie. L'IATA estime que les investissements de relance pourraient aider à augmenter la production de SAF aux 2% (6-7 milliards de litres) nécessaires pour déclencher un point de basculement potentiel pour amener les SAF à des niveaux de prix compétitifs par rapport aux combustibles fossiles. Le SAF a récemment été mis en avant dans le rapport intersectoriel Waypoint 2050 du Groupe d’action sur le transport aérien comme la voie la plus importante pour atteindre les objectifs climatiques de l’industrie aéronautique. Le rapport a également noté le potentiel des avions électriques et à hydrogène dans l'action climatique de l'aviation, mais a déclaré que les solutions commercialement applicables sont dans au moins une décennie et offrent le plus grand potentiel pour les avions court-courriers. Les opérations long-courriers resteront probablement dépendantes des carburants liquides pendant un certain temps.

Les SAF une solution quasi-immédiate :

La SAF est la solution préférée de l’industrie pour ses propriétés uniques. Au cours de son cycle de vie, le SAF réduit les émissions de CO2 jusqu'à 80%. Le SAF est une technologie éprouvée. Le SAF a été utilisé en toute sécurité sur plus de 300’ 000 vols à ce jour. La SAF est évolutif et prêt à être utilisé dans la flotte d'aujourd'hui. Aucune modification des moteurs n'est nécessaire. Et il peut être mélangé avec du kérosène à réaction à mesure que les approvisionnements augmentent. La SAF a de solides critères de durabilité. Toutes les matières premières (matières premières) utilisées pour produire des SAF proviennent uniquement de sources durables. Actuellement, le SAF est produit à partir de déchets, y compris les huiles de cuisson usagées et les cultures non alimentaires, les déchets municipaux et les dégagements gazeux étant susceptibles d'être bientôt inclus dans les matières premières.

Origine des biofuels pour l’aviation :

3365989560.png

Le kérosène habituel est obtenu à partir du pétrole brut, les biocombustibles durables pour l’aviation sont obtenus à partir de sources comme les huiles naturelles non alimentaires et les déchets agricoles. La Federal Aviation Administration (FAA) a indiqué que ce carburant est acceptable pour une utilisation dans un aéronef. Un système de normes et de certifications mondiales sur le développement durable reconnaissant les producteurs de biomasse et de biocombustible qui adhèrent à des critères environnementaux et de responsabilité sociale stricts est déjà en vigueur.

Emprunte du cycle des biocarburants :

Les biocombustibles durables pour l’aviation ont un effet positif pour l’environnement en réduisant significativement le volume des émissions de CO2 produites au cours du « cycle de vie » de ce type de carburant par rapport au kérosène conventionnel. Le « cycle de vie » se réfère à toutes les émissions produites au cours de l’ensemble du processus, depuis l’extraction ou la collecte de la matière première jusqu’au raffinage, au transport et à l’utilisation du carburant.

images.jpeg

Photos : les vols avec du biocarburant sont encore trop peu nombreux @ Reuters

 

 

05/08/2020

Cathay Pacific supprime les plastiques jetables !

Airbus-A350-1000-B-LXC-Cathay-Pacific-arrival-from-Manila-at-Hong-Kong-International-Airport-768x512.jpg

Les transporteurs aériens préparent le retour des vols en travaillant sur des modes de vols plus écoresponsables. De son côté, le groupe Cathay Pacific a annoncé son intention de réduire de 50% son empreinte plastique à usage unique d'ici la fin de 2022. 

Il s’agit d’atteindre les objectifs suivants :

  • 32 millions d'articles en plastique à usage unique ont été retirés des opérations en 2019
  • 189 millions d'articles en plastique à usage unique seront retirés des opérations annuelles d'ici la fin de 2022
  • Six nouveaux Airbus A350 économes en carburant ont été ajoutés à la flotte et Cathay Pacific a intensifié la planification des risques liés au changement climatique et de l'atténuation de ses effets

Dire au revoir au plastique à usage unique :

L’initiative de la compagnie en vue du retrait des plastiques à usage unique au sein des opérations se poursuivent à un rythme soutenu. Cette initiative a abouti au retrait de 32 millions d'articles en plastique à usage unique des opérations en 2019. Cathy Pacific a comme objectif de réduire l’empreinte plastique à usage unique d'au moins 50% d'ici la fin de 2022. Pour y parvenir, une analyse approfondie a été réalisée en ce qui concerne l’inventaire pour identifier les articles qui peuvent être éliminés ou remplacés par des matériaux alternatifs plus durables, ou par des plastiques recyclés. L'impact sera le retrait de 189 millions d'articles en plastique à usage unique des opérations annuelles d'ici la fin de 2022. 

La Direction de Cathay Pacific cartographie les progrès en matière de développement durable par rapport à six domaines stratégiques qui guident le cheminement et façonnent les priorités de développement durable :

  • Amélioration continue du système de gestion de la sécurité intégrant les principes Safety-II.
  • Concentration continue sur la réduction du taux de blessures du personnel de cabine.
  • Réduction des pertes d'attrition dues aux événements terrestres.
  • Renforcement de la résilience du système de sûreté, sécurité et qualité au milieu de la situation COVID-19.
  • Revoir l’objectif d'émissions de carbone et la stratégie sur le changement climatique.
  • Poursuivre le développement de la stratégie et des actions d'adaptation au changement climatique.

 Éliminer et réduire davantage les produits à usage unique suivants :

  • Articles en plastique des opérations : gobelets en plastique, cure-dents.
  • Explorer les opportunités en boucle fermée et les matériaux alternatifs pour les autres articles en plastique à usage unique. 

La Direction de Cathay Pacific cartographie les progrès en matière de développement durable par rapport à six domaines stratégiques qui guident le cheminement et façonnent les priorités de développement durable :  

  • Amélioration continue du système de gestion de la sécurité intégrant les principes Safety-II.
  • Concentration continue sur la réduction du taux de blessures du personnel de cabine.
  • Réduction des pertes d'attrition dues aux événements terrestres.
  • Renforcement de la résilience du système de sûreté, sécurité et qualité au milieu de la situation COVID-19.
  • Revoir l’objectif d'émissions de carbone et la stratégie sur le changement climatique.
  • Poursuivre le développement de la stratégie et des actions d'adaptation au changement climatique.

 Éliminer et réduire davantage les produits à usage unique suivants :

  • Articles en plastique des opérations : gobelets en plastique, cure-dents.
  • Explorer les opportunités en boucle fermée et les matériaux alternatifs pour les autres articles en plastique à usage unique.

Diminution de l’empreinte carbone :  

Durant l’année 2019, Cathay Pacific a investi dans le renouvellement de sa flotte avec en plus des améliorations opérationnelles qui sont essentielles pour réduire l’empreinte carbone. L’ajout de six nouveaux avions de type Airbus A350, des avions capables d'améliorer le rendement énergétique jusqu'à 25%.

En parallèle, la compagnie a continué à explorer les possibilités d'accroître l'utilisation des biocarburants. Dans le même temps, les compensations de carbone engagées vont jouer un rôle déterminant dans la transition vers un avenir plus sobre en carbone. De leur côté les passagers peuvent compenser les émissions de carbone de leurs vols en participant au programme volontaire. À ce jour, Fly Greener a permis de compenser plus de 200’ 000 tonnes de carbone.

Photo : A350-1000 Cathay Pacific @ CP

 

18/12/2019

Bombardier livre le premier Challenger 350 au biocarburant !

original.jpeg

Bombardier a annoncé que Latitude 33 Aviation, une société spécialisée dans la gestion d’avions d’affaires, installée en Californie, a pris livraison du premier avion d’un client de Bombardier à être propulsé par carburant d’aviation durable. Latitude 33 Aviation gérera et offrira au nolisement l’avion d’affaires Challenger 350 à Seattle (Washington), au nom du propriétaire de l’avion.

« Nous sommes enchantés que le client et Latitude 33 Aviation se joignent à nous pour démontrer que le carburant d’aviation durable peut devenir une solution de remplacement généralisé au carburant d’aviation classique pour les avions de l’aviation générale », a déclaré Peter Likoray, vice-président principal des Ventes mondiales et du Marketing de Bombardier Avions d’affaires. « Nous faisons la promotion active de l’utilisation courante du carburant d’aviation durable dans l’exploitation des avions d’affaires et la confiance de Latitude 33 Aviation en tant que premier client à décoller de notre centre de livraison dans un avion propulsé par ce type de carburant constitue un point tournant dans l’engagement de longue date de toute l’industrie à réduire les émissions de CO2. »

Suivant la réception de la première livraison de carburant d’aviation durable dans l’histoire canadienne, le premier avion livré à un client avec du carburant d’aviation durable est l’avion d’affaires Challenger 350. En plus d’avoir franchi la marque des 300 livraisons plus rapidement que tout autre avion dans la catégorie des avions intermédiaires et à large fuselage,

Le Challenger 350 :

Affichant un design élégant, une finition haut de gamme, et une ergonomie améliorée en cabine et dans le poste de pilotage, le Challenger 350 procure aux passagers un degré supérieur de confort et de tranquillité d’esprit en sachant que chaque décollage assurera un vol en douceur jusqu’à l’atterrissage.

Engagée fermement à fournir ce qu’il y a de mieux à ses clients du monde entier, Bombardier a récemment annoncé une série d’améliorations pour le Challenger 350, soulignant encore une fois sa position de chef de file dans le segment des superintermédiaires. Les nouvelles améliorations comprennent un affichage tête haute compact et un système de vision améliorée, la meilleure technologie d’insonorisation en cabine de sa catégorie et une esthétique raffinée du poste de pilotage. Une trousse d’amélioration de la performance permet également à l’avion de voler jusqu’à 1 500 milles marins plus loin au départ de courtes pistes, ce qui vient compléter ses certifications d’approche à angle prononcée octroyées par des organismes de réglementation du monde entier, comme l’EASA, la FAA et TC. Avec cette série d’améliorations, ce qui se fait de mieux continue de s’améliorer alors que l’avion Challenger 350 reste à l’avant-scène du segment des superintermédiaires et continue d’être le choix de prédilection des services d’opérations aériennes avisés, ainsi que des sociétés du Fortune 500.

Latitude 33 Aviation :

Latitude 33 Aviation gère l’une des flottes d’avions légers, intermédiaires et superintermédiaires les plus récentes et les plus importantes en Amérique du Nord. Fondée en 2006 à San Diego et dirigée par deux pilotes ambitieux qui cherchent à redéfinir l’expérience de l’aviation privée, Latitude 33 Aviation est une société de nolisement d’avions privés, de gestion d’avions d’affaires et de vente et d’acquisition d’avions de premier ordre qui sert un large éventail de voyageurs et de destinations dans le monde entier. À l’heure actuelle, la société gère plus de 30 avions d’affaires privés appartenant à des clients basés dans les aéroports de San Diego, d’Orange et de Los Angeles, dont ceux Carlsbad, Van Nuys, Hawthorne, Santa Ana, Long Beach et Fresno, en Californie; ainsi qu’à Colorado Springs (Colorado), Scottsdale (Arizona), Houston (Texas), Redmond (Oregon), Seattle (Washington) et Nashville (Tennessee). Latitude 33 Aviation fait partie de la tranche supérieure de cinq pour cent des exploitants américains de nolisement d’avions privés à avoir obtenu la cote de sécurité rigoureuse ARGUS Platine.

Photo : Challenger 350 au biocarburant destiné à Latitude 33@ Bombardier

 

20/11/2019

Boeing présente le B777 « ecoDemonstrator » !

ecodemonstrator-de-boeing.jpg

Les initiatives destinées à rendre l’industrie aéronautique toujours plus écologique se multiplient, en voici un nouvel exemple. Boeing et Fraport, l'exploitant de l'aéroport de Francfort, ont donné cette semaine le coup d'envoi de l'exposition européenne Boeing « ecoDemonstrator » organisée sur le site de l'aéroport de Francfort, où seront présentées plusieurs technologies innovantes qui contribuent aux avancées de l'industrie aéronautique. Plus d'un millier d'invités, parmi lesquels des représentants de l'industrie aéronautique, des étudiants et des employés, se sont inscrits pour assister à cette exposition technologique d'une durée de deux jours, ainsi que pour explorer les projets technologiques menés à bord de l'avion d'essais Boeing « ecoDemonstrator 2019 ». Cette année, un Boeing B777 est utilisé comme banc d'essais volant pour évaluer 50 projets, un record depuis le lancement de cette initiative.

Le projet « ecoDemonstrator » de Boeing :

Le programme « ecoDemonstrator » de Boeing a été lancé pour la première fois en 2010. Les objectifs sont : l’amélioration de la sécurité, accroître l’efficience et minimiser l’empreinte environnementale de l’aviation commerciale. Ces technologies sont axées sur le renforcement de la sécurité, la réduction de la consommation de carburant, des émissions et du bruit, utiliser des matériaux plus respectueux de l'environnement (matériaux recyclés) et l'amélioration des équipements de la cabine pour rendre le vol plus agréable pour les passagers.

À ce jour, plus de 100 technologies ont été testées sur cinq avions. Plus d'un tiers de ces technologies ont par la suite été mises en œuvre et près de la moitié sont encore en phase de développement. Le projet « ecoDemonstrator » teste différentes technologies sur six modèles d’avions : le B737, le B787, le B757, l’E170 d’Embraer et depuis 2018 les B777F et B777-200. Différents partenaires ont été impliqués au fil des années, comme la Nasa, Collins Aerospace, l’autorité de l’aviation américaine (FAA), ou encore FedEx. En tant que laboratoire de technologiques développées en collaboration avec des partenaires industriels, des universités et des instituts de recherche, « ecoDemonstrator » montre comment les acteurs de l'industrie travaillent main dans la main pour relever les nombreux défis auxquels est confronté le secteur aéronautique.

Cette année, plus d'une douzaine de partenaires issus de l'industrie et de la recherche, parmi lesquels plusieurs entreprises, universités et instituts de recherche basés en Allemagne, tels que le Centre allemand pour l'aéronautique et l'astronautique (DLR), Diehl Aviation, Fraport AG ou Adient Aerospace (Kaiserslautern), participent à des projets menés à bord de l'avion.

Fort d'une solide présence à proximité de l'aéroport de Francfort avec environ 450 employés, le groupe Solutions numériques & Analytique de la division Boeing Services Globaux (BGS) est un partenaire majeur de cette exposition européenne et du programme Boeing « ecoDemonstrator ».

Le biokérosène prêt à l’emploi :

Le Boeing B777-200ER « ecoDemonstrator » s'est posé lundi sur le tarmac de l'aéroport de Francfort en provenance de Seattle (États-Unis), propulsé par un mélange de carburants aéronautiques durables. Tous les vols d'essais, y compris au départ de Francfort ce jeudi 21 novembre, sont alimentés en carburants durables, afin de réduire les émissions de CO2 et de démontrer que ce type de carburant est d'ores et déjà prêt à l'emploi et fiable. Les essais de biokérosène menés jusqu’ici montrent une bonne stabilité thermique avec une meilleure performance moteur, une diminution des traînées, émissions de particules réduites, augmentation la durée de vie des réacteurs et jusqu’à 90% de CO2 en moins.

Les technologies testées cette année couvrent plusieurs domaines :

Renforcement de la sécurité et optimisation de l'efficience : utilisé au cours du vol Seattle-Francfort, le système de communications numériques chargé de relier les contrôleurs du trafic aérien, les pilotes et les centres opérationnels des compagnies aériennes permet d'accroître le niveau de sécurité en réduisant l'utilisation excessive des fréquences radio, ainsi que d'améliorer l'efficience en optimisant le routage des avions pour abaisser leur consommation de carburant et leurs émissions.

Une technologie mise au point en collaboration avec Boeing et la NASA, appelée « alliage à mémoire de forme », permet à des générateurs de tourbillons (VG) situés sur la voilure de l'avion de se déplacer en fonction de la température. Ces petites languettes se déploient au décollage et à l'atterrissage à l'endroit où l'air est plus chaud dans le but d'améliorer les performances aérodynamiques. Elles se rétractent contre l'aile aux basses températures des altitudes de croisière lorsqu'elles ne sont pas nécessaires, réduisant ainsi la traînée.

Matériaux durables :

12.jpg

Un apprêt sans chromate qui empêche la corrosion de l'infrastructure en aluminium de l'avion sera testé. Son rôle est de réduire les risques pour la santé pendant la phase de fabrication. Un plancher conçu pour absorber l'humidité dans l'un des cabinets de toilette et fabriqué à partir de composites à fibres de carbone recyclées, sera également évalué. Par ailleurs, le plancher de la cabine de l'avion sera recouvert de dalles de moquette recyclables.

Amélioration de la fiabilité des compagnies aériennes et de l'expérience des passagers : à l'intérieur de la cabine, plusieurs technologies chargées de rendre les cuisines de bord (galleys), les sièges et les toilettes intelligents seront évaluées. Les informations fournies par ces équipements connectés informeront en temps réel le personnel de cabine de tout problème de fonctionnement ou de l'emplacement des aliments et des boissons. Au fil du temps, ces informations pourront être utilisées aux fins d'analyse prédictive en vue d'améliorer l'efficience et la fiabilité en permettant aux compagnies aériennes de mieux gérer leurs stocks de nourriture et de remplacer les équipements en cabine avant qu'ils soient défectueux. Ces technologies permettront également de tester un réseau dorsal standard actuellement mis au point par un consortium industriel spécialisé dans les cabines intelligentes.

De nombreux prix :

Le programme « ecoDemonstrator » a été de nombreuses fois été primés pour les réalisations exceptionnelles dans le domaine de l'aérospatiale. Le programme « ecoDemonstrator » de Boeing a été reconnu dans la catégorie « développement durable de l'aviation commerciale ».

0.jpg

Photos : 1 & 3 le B777-200ER « ecoDemonstrator » 2 Alliage à mémoire de forme @ Boeing