11/06/2022

Le HAL HTT-40 enfin certifié !

Ghtt40-index.jpg

Le régulateur indien enfin a validé la certification de l’avion école de base HAL, le  HTT-40. Cela ouvre la voie à l'intégration éventuelle de l'avion dans l'armée de l'air indienne. L'avion Hindustan Turbo Trainer-40 (HTT-40) développé en Inde a reçu son certificat d'autorisation de navigabilité du Center for Military Airworthiness and Certification (CEMILAC).

La porte ouverte à la production

Cette certification ouvre la porte à la finalisation du contrat qui devrait être signé en octobre ou novembre 2022. La production pourrait démarrer 18 mois. L’avionneur indien HAL précise qu’il pourrait fabriquer 24 avions par année au sein de deux sites d’assemblage situés à  Bangalore et à Nashik.  

Rappel

En août 2020, le Bureau d'information de la presse (PIB) du gouvernement indien a annoncé que le Conseil d'acquisition de la défense (DAC) du ministère de la Défense, dirigé par le ministre de la Défense Rajnath Singh, avait préparait l’achat potentiel de 70 avions Hindustan Turbo Trainer-40 (HTT-40) de la société publique Hindustan Aeronautics Limited (HAL).

HAL HTT-40

Le prototype HTT-40 propulsé par un turbopropulseur Honeywell TPE331-12B a effectué son premier vol d'essai en juin 2016, après un retard de six ans.

Le HTT-40 a été développé pour remplacer le HPT-32 « Deepak » conçu par HAL, qui a été refusé par l’IAF en juillet 2009 à la suite d'accidents récurrents. Une fois intronisé, le HTT-40 est destiné à compléter les 75 avions école de base Pilatus PC-7 Mk II qui sont en service IAF depuis 2013.

Le HTT-40 est un aéronef à voilure fixe incorporant une conception de cellule tout en métal. Sa masse au maximale au décollage et de 2’800 kg et peut être configuré pour porter des armes, en vue de l’entrainement, mais également pour des missions de contre-insurrection. Le cockpit climatisé peut accueillir deux membres d'équipage, dont un instructeur et stagiaire dans la configuration des sièges en tandem de type « zéro-zéro ». Il intègre une avionique avec écrans multifonctions et des systèmes de navigation et de communication modernes. La motorisation du HHT40 comprend une turbine Honeywell TPE331-12B dotée d’un FADEC et qui développe une puissance maximale de 950 ch sur l'arbre (shp). Le HTT40 devrait pouvoir atteindre une vitesse maximale de 450 kilomètres par heure pour un rayon d’action 1’000 km. La vitesse de décrochage avec les volets est de 135 km/h.

Organisation à l’Indian Air Force

L’Indian Air Force (IAF) prévoit une formation en trois phases pour ses élèves pilotes. La formation de base (BTA) s’effectue sur l’avion suisse Pilatus PC-7MKII, puis la phase II, dite intermédiaire doit être faite sur l’avion indigène HAL HTT-40. Puis, la phase avancée se termine sur le jet anglais BAe Hawk. 

Un aéronef qui ne fait pas l'unanimité:

Le HAL HTT-40 ne fait pas l'unanimité au sein de l'école de pilote de l'IAF. De nombreuses critiquent mettent en doute l'ergonomie du poste de pilotage, la mauvaise visibilité depuis la place de l'instructeur, ainsi que les finitions de l'avion. En 2015, un groupes d’instructeurs indiens demande de stopper le programme HTT-40 et de commander davantage de PC-7MK II. Mais pour les politiciens indiens, cet appareil tout comme d'autres créations indiennes, sont le signe que le pays à sa place au sein des nations de l'aviation.

1169887072.jpg

Photos : HTT-40 @ HAL

01/05/2022

La Colombie opte pour les TA-50/FA-50 !

fa-50-abre.jpg

L'armée de l'air colombienne a choisi un mélange de TA-50 et FA-50 « Golden Eagle » comme prochains avions d'entraînement à réaction et d’appuis au sol. L’avion va venir épauler le T-6 « Texan II » au sein de l’école des pilotes et remplacer les vieux Cessna A-37 « Dragonfly ».

L'Air Force prévoit d'acquérir au moins 20 avions d'entraînement avancés dotés de capacités de combat air-air et air-sol dans le cadre d'un projet estimé à 600 millions de dollars. 

TA-50 contre M-346 

Le gouvernement colombien avec l’armée de l’air a déclaré sa  préférence l'avion sud-coréen et avait insisté pour que les négociations avec KAI. Initialement le pays avait présélectionné deux concurrents, le KAI TA/FA-50 « Golden Eagle » coréen et le M-346 de l’italien Leonardo.

Rappel

La Colombie prévoit de remplacer deux types d’appareil soit son bimoteurs d'attaque légère Cessna A-37B « Dragonfly, » qui a été retiré en juin 2021. Ils ont été utilisés à la fois dans des missions de contre-insurrection et comme entraîneurs tactiques. Le nouvel avion devrait également combler temporairement un vide de capacité laissé par la flotte vieillissante d'avions à réaction Kfir de fabrication israélienne, le principal avion de combat colombien. L'Air Force doit commencer à retirer ses Kfirs en 2023, très probablement sans remplacement immédiat. En 2019, La Colombie à lancer un programme en vue de remplacer ses 20 avions de combat israéliens en IAI kfir C2, achetés il y a 30 ans. La Colombie examine actuellement trois propositions. Il s’agit de l’Eurofighter T3 d’Airbus DS via l’Espagne, le Gripen E MS21 suédois de Saab et le F-16 Viper Block70/72 américains de Lockheed-Martin.

Mais les contraintes budgétaires, actuelles péjorent un tel choix pour l’instant, le double choix TA/FA-50 semble être une solution intermédiaire pour palier au plus presser.

KAI T-50/FA-50 « Golden Eagle » 

Le T-50 est un appareil école non armé, alors que le modèle FA-50 dispose d’un radar de tir israélien Elta EL/M2032, mais fabriqué sous licence en Corée du Sud par Lignex. Le T-50 « Golden Eagle » et largement dérivé du Lockheed Martin F-16 Fighting Falcon et dispose de nombreuses similitudes, les ingénieurs de KAI se sont largement inspirés de la production sous licence des F-16 pour la ROKAF. La gamme T-50 dispose par contre d’une avionique entièrement coréenne, mais couplée à un certain nombre d’élément d’origine américaine comme le GPS fournit par Honeywell.

La version du FA-50 se différencie par une capacité d’armement étendue soit : un canon General-Dynamic A-50 de 20mm en interne, l’appareil peut être doté de missiles AIM-9 Sidewinder et AIM 120 AMRAAM ou des Python 5, d’AGM-65 « Maverick » et de lance-roquettes LOGIR. Il peut également emporter diverses bombes de types : GBU-58, MK-20, 82, 83, 84.

En ce qui concerne l’avionique, le FA-50 dispose de deux écrans multifonctions en couleurs, d'un HUD et d'un système de manette HOTAS, d'une centrale inertielle laser/GPS Honeywell H-764G de CDVE à triple redondance et il est doté pour l’instant d’un radar Israélien Elbit EL/M-2032 à antenne mécanique.

Le plafond pratique est de 14.600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une de durée de 8000 heures de vol. Question motorisation les deux versions sont dotées d’un General Electric F404-102 à double flux-produit sous licence par Samsung Techwin. Le T-50 atteint la vitesse maximale de Mach 1,4.

245810320.jpg

Photos : FA-50 « Golden Eagle » @KAI

 

 

28/04/2022

Boeing/Saab dévoilent le premier T-7A « Red Hawk » de série !

MSF22-012-003_hires.jpg

Boeing en collaboration avec Saab a dévoilé le premier avion d'entraînement avancé T-7A « Red Hawk » qui sera livré à l'US Air Force. L’avion est le premier des 351 appareils destiné à  l’USAF. La livraison officielle interviendra prochainement. 

Rappel 

En septembre 2018, l'US Air Force a attribué à Boeing un contrat de 9,2 milliards de dollars pour la fourniture de 351 avions d'entraînement avancés et de 46 simulateurs d'entraînement au sol. Saab fait équipe avec Boeing et fournit le fuselage arrière de l’avion.

Présentation de l’avion de série

Le T-7A « Red Hawk » présenté lors d’une cérémonie intègre une livrée à queue rouge en l'honneur des aviateurs de Tuskegee de la Seconde Guerre mondiale. Ces aviateurs ont constitué la première unité d'aviation afro-américaine à servir dans l'armée américaine.

"Nous sommes ravis et honorés de fournir cet entraîneur de nouvelle génération numériquement avancé à l'US Air Force", a déclaré Ted Colbert, président et chef de la direction de Boeing Defence, Space & Security. « Cet avion est un exemple concret de la manière dont Boeing, ses fournisseurs et ses partenaires mènent la révolution de l'ingénierie numérique. Le T-7A préparera les pilotes pour les futures missions pour les décennies à venir. »

Essais avant livraison

L'appareil restera à Saint-Louis où il subira des essais au sol et en vol avant d'être livré à l'US Air Force. Le programme T-7A réside dans les installations de Boeing à St. Louis, la partie arrière de l'entraîneur étant construite par Saab à Linkoping, en Suède. Saab commencera bientôt à produire cette section dans sa nouvelle usine de production à West Lafayette en Indiana.

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab 

1800788897.JPG

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le T-7A dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement.

L'avion entièrement conçu numériquement a été construit et testé à l'aide d'une fabrication de pointe, d'un développement logiciel agile et d'une technologie d'ingénierie numérique, réduisant considérablement le temps entre la conception et le premier vol. L'avion dispose également d'un logiciel à architecture ouverte, offrant croissance et flexibilité pour répondre aux besoins futurs des missions.

Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offre un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un avion de combat de première ligne, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le « Red Hawk » est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab T-7A est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles.

3746535498.jpg

Photos : 1 Le premier T-7A de série 2 Cockpit 3 Prototype lors des tests@ Boeing

23/04/2022

La Hongrie achète des L-39 Next Generation !

ws23.jpeg

Aero Vodochody a signé un contrat pour  la livraison de 12 avions d'entraînement à réaction de type  L-39 Next Generation ainsi que les  services de soutien connexes avec le Commandement des forces de défense hongroises. Le premier avion sera livré au client en 2024, selon l’avionneur.

Le constructeur tchèque livrera les 12 appareils en deux versions, soit 8 en configuration d'entraînement et les 4 autres en configuration de reconnaissance. La configuration de reconnaissance est équipée d'un système EO/IR pour l'identification et le suivi d'objets fixes et mobiles au sol. Les deux parties ont convenu de ne pas divulguer le montant du contrat. 

L’Aero Vodochody L-39 NG

Le L-39NG est alimenté avec un nouveau moteur Williams FJ44-4M. L'avion a effectué son premier vol le 14 septembre 2015 avec notamment une nouvelle centrale électrique. Le L-39NG est doté du système Genesys Aerosystems qui comprend un nouvel affichage multifonctions (MFD) et un affichage tête haute (HUD). Le système comprend un système d'instruments de vol électroniques (EFIS) à vision synthétique, des niveleurs d'aile analogiques à faible coût, des systèmes numériques à trois axes avec directeur de vol et protection d'enveloppe, des écrans intelligents IDU-680, ADAHRS (Air Data, Attitude, and Heading Reference Système) et récepteur GPS.

Pour l’avionneur tchèque le L-39NG est un avion école moderne et efficace, conçu comme un système d'entraînement complet et unifié pour les forces aériennes modernes. Le L-39NG est basé sur le concept aérodynamique du célèbre L-39, mais utilise les dernières technologies. La nouvelle avionique de l'avion permettra de venir former les futurs pilotes d'avions de 4 ème et de 5 ème génération. Le L-39NG est équipé de cinq points de fixation pour des armes. L'avion dispose d'un large éventail de technologies de simulation, y compris l'intégration dans les centres de simulation tactique de haute technologie dans le but d'accroître l'efficacité de l'entraînement.

Pour Aero Vodochody le L-39NG est une solution moderne ayant un faible coût. Ce concept doit répondre aux besoins des Forces aériennes qui doivent régulièrement revoir les dépenses à la baisse.

L-39NG-cockpit.JPG

Photos : 1 L-39 NG @ Vladimir Vido 2 Cockpit @ Aero Vodochody

11/04/2022

Nouveau record de production Pilatus  !

PC-24 Las Vegas.jpg

L’exercice 2021 a été extrêmement réussi pour Pilatus, mais aussi difficile. Malgré les circonstances difficiles notamment à cause du COVID et des difficultés d’approvisionnement, un nouveau record de production de 152 livraisons d'avions a été établi. Un chiffre d'affaires de 1,3 milliard de francs suisses, un résultat d'exploitation de 210 millions et des entrées de commandes d'une valeur de 1,7 milliard de francs constituent un très bon résultat. Le conseil d'administration a également subi un changement et un renforcement.

Pilatus a réalisé une croissance des ventes de 19 % et un résultat d'exploitation supérieur de 35 % par rapport à l'année précédente. Le nombre total d'avions livrés est impressionnant : 45 PC-24, 88 PC-12 NGX, 17 PC-21 et 2 PC-6, soit 152 avions au total.

Forte demande dans les deux Business Units Dans la Business Unit Government Aviation, Pilatus a réussi à conclure une commande complémentaire avec la France pour neuf PC-21. Un autre temps fort a été la présentation réussie du PC-7 MKX, le tout nouveau simulateur de base intelligent pour la formation des pilotes militaires. Il y a eu un boom sur les marchés de l'aviation générale, ce qui a grandement profité aux PC-12 NGX et PC-24.

Outre les nombreux faits saillants qui ont façonné l'année écoulée, Pilatus a également dû faire face à quelques turbulences : les perturbations des chaînes d'approvisionnement et les goulots d'étranglement de l'approvisionnement ont eu un impact négatif sur la production. L'efficacité de nos processus de travail en a souffert, ce qui a entraîné une augmentation des coûts.

Bonus pour tout le personnel

Une fois de plus, les 2100 employés du siège social de Stans ont reçu une part des bénéfices de l'entreprise. Un montant équivalant à environ un mois et demi de salaire était versé à tous en prime. Pilatus a également pris diverses mesures pour renforcer encore son attractivité en tant qu'employeur et attirer les candidats les plus talentueux pour ses futurs projets. 

Perspectives pour l'année en cours 

Hansueli Loosli, président du conseil d'administration de Pilatus : « Nous verrons de nouvelles turbulences en 2022. Mais nous avons pris un bon départ et nous envisageons l'avenir avec confiance. Pilatus a une gamme de produits unique et tout simplement les meilleurs produits dans leurs niches respectives. Nous avons également un bon carnet de commandes, ce qui nous donne une base solide. Le conseil d'administration renforcé, avec toute l'équipe de Pilatus, fera tout ce qui est en son pouvoir pour propulser Pilatus vers un avenir prometteur !

pialtus aircraft,nbaa,ebace,avion école,jet privés,aviation suisse

 Photos : 1 PC-24 à Las Vegas 2 PC-21 espagnol @ Pilatus Aircraft