17/08/2020

Russie : des Su-30SM & Yak-130 au menu !

59900124f1a8501c008b48a9.jpeg

Il n’y pas que les Su-57 « Felon », le Su-34 « Fullback » au menu de la modernisation de la Force aérienne et Spatiale russe, mais également le Su-30SM » et le Yak-130.

Le ministre russe de la Défense Sergey Shoigu a annoncé en fin de semaine dernière que deux contrats supplémentaires d'une valeur de plus de 100 milliards de roubles vont être signés pour la construction de 21 Su-30SM2 et 25 Yak-130 cette année. En parallèle à cette information, le ministre russe a noté que l'usine aéronautique d'Irkoutsk améliore sa production et augmente sa capacité.

Des améliorations sur le Su-30SM :

Le Su-30SM va être amélioré (Su-30SMD ou Su-30SM2) avec les moteurs AL-41F1S et bénéficiera du système de communications multicanaux et d'échange de données, de navigation et d'identification du Su-57 de cinquième génération. De plus, le Su-30SM2 sera doté d'un radar Irbis-E N035 avec un réseau d'antennes phasées. Cette mise à niveau permettra d’unifier en termes d'équipement et d'armes le Su-30SM avec le Su-35 et le Su-57.  

Le Su-30SM2 :

Untitled-40.png

L’appareil dispose du nouveau radar à antenne à balayage électronique No35 Irbis-E couplé à un IRTS OLS-30 et le système Optico-Laser-teplotelevizionnaya.  Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale estimée à 400 km.

L’avionique est également de dernière génération avec écrans multifonctions (EFIS), système de positionnement par satellite GLONASS est couplé au système de navigation SOLT-25. Celui-ci est spécifique pour la navigation en conditions difficiles. Un nouveau système de communication sécurisé S-108 NKVS-27 équipe l’aéronef de série. Par ailleurs, l’avion dispose du système de mise en réseau KS-2/R-098 (Tipovyi Kompleks Svyazi) de données de vol Intra-Flight chiffré (IFDL) qui permet la mise en réseau jusqu'à 16 chasseurs de type Sukhoi. Le système de guerre électronique est basé sur le Khibiny-MV-10V, L-175B et L-175M. Le Khibiny russe est un système avancé de guerre électronique (EW) monté sur avion, il est capable de brouiller les systèmes d'armes radar à la pointe de la technologie. L’avion est doté du système de ciblage SVP-24 qui permet l’usage d’armes guidées ou non. 

L’armement est multiple pour permettre l’engagement air-air et air-sol, mais également air-surface. L’option de dissuasion nucléaire est également possible avec capacité de frappe d’interdiction et la suppression des défenses antiaériennes. L’avion emporte de base un canon de 30mm GSh-30-1.

Le Yakovlev YAK-130 : 

1468550112.jpg

Le premier vol du Yak-130 a eu lieu en 1996 et il fut officiellement retenu par la force aérienne russe en 2002. Initialement, il devait être développé et produit en coopération avec la firme italienne Aermacchi mais suite à de nombreuses différences de point de vue chacune des deux parties continua de son propre chef, d’où l’extrême ressemblance entre le Yak-130 et le M-346.

Le Yak-130 a subi une longue phase d’essais de 2005 à 2009 impliquant 3 appareils. Les Yak-130 sortent de deux chaines de production, l’une à Nizhny Novgorod et l’autre se situe à Irkutsk. La première commande export est venue de l’Algérie avec 16 appareils dont les pilotes ont déjà commencé la transition.

Le Yak-130 est un avion très maniable subsonique avec un rayon d’action de 1.250 miles (2.000 kilomètres) et une vitesse maximale de 600 mp / h (1.060 km / h) en vol en palier. Il peut transporter une charge utile de combat d'un maximum de £ 6.600 (3.000 kg), composé d'une variété d'armes russes et occidentaux.  Le Yak-130 peut être utilisé à partir de pistes non goudronnées et de petits aérodromes non préparées. L'appareil dispose d'un cockpit en tandem climatisée et pressurisée à équipés de sièges éjectables NPO Zvezda K-36LT3.5 de type zéro-zéro (zéro altitude, zéro vitesse). Les pilotes ont une vue à travers une verrière thermoformée. 

Le Yak-130 de production est le premier avion russe avec une suite avionique entièrement numérique. L'avionique répond au Standard MIL1553 et peut être adapté aux besoins du client. Comme un avion d'entraînement avancé, Yak-130 est adapté pour la formation des pilotes ou le recyclage pour permettre de transiter sur des appareils de quatrième et cinquième génération. Il peut également effectuer diverses variétés de missions comme l’attaques au sol et les missions de reconnaissance.

Photos : 1  & 2 Su-30SM @ Irkut 3 Yak-130 @ Yakovlev

05/08/2020

Calendrier avancé pour le drone S-70 « Okhotnik » !

photo_413700.jpg

United Aircraft (UAC) est en passe d’accélérer son programme de drone sans pilote (UAV) S-70 « Okhotnik » (Hunter) avec une avance de 12 mois sur le calendrier initial. Le Ministère russe de la Défense espère une livraison avancée à 2024 au lieu de 2025.

Le calendrier de livraison accéléré a été reconnu publiquement pour la première fois lorsque le président russe Vladimir Poutine a rencontré le directeur général de l'UAC, Yuri Slyusar, pour une mise à jour des plans de développement de produits de la société le 3 août dernier.

Conçu par Sukhoi, filiale de l'UAC, le prototype S-70 a décollé pour la première fois en août 2019. Le drone est conçu pour transporter une charge utile de 6’000 kg et dispose d’un rayon d’action de 6’000 km et un plafond opérationnel de 59’000 pieds. Le drone est capable de transporter des missiles air-air et du matériel de reconnaissance et d’attaque au sol.

Le S-70 est « notre drone d'attaque lourd aux capacités sans précédent, ayant le plus grand rayon de combat, la plus large gamme d'armes et la plus large gamme d'équipements », explique Yuri Slyusar.

Le S-70 a une apparence similaire aux drones de type aile volante construits par plusieurs pays, dont le chinois Sharp Sword, le français Dassault/Saab avec le Neuron, le BAE Systems Taranis du Royaume-Uni et le Northrop Grumman X-47B des États-Unis. La forme de l'aile volante a intrinsèquement une section transversale radar inférieure.  La Russie affirme que son S-70 est également recouvert d'une peinture absorbant les ondes radar.

Le drone Sukhoi S-70 Okhotnik :

Le drone S-70 Okhotnik (Udarno-Razvedyvatelnyi Bespilotnyi Kompleks), ou « complexe de frappe sans reconnaissance » produit par l’avionneur Sukhoi dispose d’une signature basse, un schéma aérodynamique d’aile volante et une masse au décollage de 20 tonnes. Il est composé de matériaux composites et d'un revêtement absorbant les radars. Le drone dispose des équipements de reconnaissance des plus avancés. Les travaux de développement datent de 2011. L’Okhotnik est assemblé à l’usine d’aviation de Chkalov, située à Novossibirsk. Le drone serait doté d’un réacteur Klimov RD-33MK sans postcombustion.

3443940875.png

Le gouvernement russe a signé un accord de développement avec le bureau de design Sukhoi en 2011, date à laquelle le drone était décrit comme un « aéronef de sixième génération ». L’Okhotnik aurait une vitesse maximale de 1’000km à l’heure. Selon un porte-parole de Sukhoi, le drone est prévu pour détruire les systèmes de défense aérienne, les communications, le commandement et le contrôle de l’ennemi. L’Okhotnik sera un drone totalement autonome. Autrement dit, il pourra décoller, accomplir sa mission et atterrir sans ingérence humaine. L’utilisation d’armes nécessitera l’approbation de l’homme, en maintenant un « homme, un expert » capable d’analyser de manière critique une situation de combat et, si nécessaire, d’abandonner une attaque. L’Okhotnik sera le pionnier dans la mise au point d’un système d’intelligence artificielle de combat qui sera éventuellement utilisé par les chasseurs russes de la sixième génération. tel le Su-57 "Felon"

russias-s-70-ucav-first-flight-with-su-57.jpg

Photos : drone S-70 Okhotnik @ UAS

 

08/07/2020

Nouvel escadron de MiG-31 modernisé !

 

mig_31bm.jpeg


La Russie va déployer un escadron MiG-31 supplémentaire sur la péninsule du Kamtchatka Il s’agit de l’escadron 317 Composite Aviation Regiment de la flotte russe du Pacifique de l'aérodrome de Yelizovo, dont les aéronefs sont actuellement en phase de modernisation. Il s’agit du second escadron de MiG-31 modernisé qui sera stationné au Kamchatka.


Le régiment exploite actuellement un escadron de 12 MiG-31B et MiG-31BS, La formation du deuxième escadron d'intercepteurs a probablement commencé en 2019. De son côté l'ancien vice-ministre de la Défense et chef des achats Yury Borisov a affirmé que 130 MiG-31étaient en cours de modernisation.


Le MiG-31 modernisé :


Le MiG-31BM modernisé est officiellement opérationnel au sein de la défense russe. Le parc de MiG-31 est à nouveau prêt et offre une capacité sans précédent en matière d’intercepteur. Le MiG-31BM est équipé d'avionique et d’une liaison de données numériques, d’un nouveau radar multimode, un tableau de bord avec écrans couleurs multi-fonctions, un nouvel ordinateur plus puissant.
Le MiG-31, une fois modernisé, reste un redoutable intercepteur sans équivalent au monde. La Russie l’a bien compris le standard «BM» est là pour le démontrer. La première phase de modernisation comprenait la prolongation de la durée de vie de la cellule puis la modernisation du cockpit pour fournir au navigateur et officier du système d’armes toute la situation tactique sur de nouveaux écrans multifonctions tandis que le pilote se voit doter d’un nouveau HUD. Les nouveaux équipements de navigation embarqués sont similaires à ceux du MiG-29SMT et incluent un système de guidage par satellite GLONASS (GPS russe). Le radar Zaslon-A est modernisé au standard Zaslon-AM permettant l’usage de nouveaux armements comme les missiles air-air R-73 et K-37. Le K-37 est un nouveau missile air-air à guidage radar actif de 230 km de portée dont le développement a commencé en 2006. L’appareil est également optimisé pour de nouveaux armements air-sol comme les missiles KH-31 et KH-58USH, ainsi que des bombe guidées.

Russian_Air_Force_MiG-31_inflight_Pichugin.jpg


Photos : MiG-31BM @VVS

07/04/2020

Sukhoi prépare la livraison des premiers Su-57 « Felon » !

234.jpeg

L’avionneur russe Sukhoi Corporation s’active en vue de débuter les livraisons de son nouvel avion de combat Su-57 « Felon » aux forces aérospatiales russes en 2020.  

Les forces aérospatiales russes testent actuellement 10 prototypes Su-57 « Felon » dont quatre auraient effectué des missions de combat en Syrie. Le chef d'état-major des Forces armées russes, premier vice-ministre de la Défense, le général Valery Gerasimov, a révélé en décembre 2019 que le Su-57 avait subi un «deuxième test de combat» en Syrie « au cours duquel toutes les tâches prévues ont été exécutées avec succès ». 

Livraisons retardées :

Les livraisons devaient initialement débuter à la fin de 2019, les Forces aérospatiales devant prendre livraison de deux Su-57 en 2019 et de deux autres durant le printemps 2020. Cependant, le crash d'un Su-57 en décembre 2019 considéré comme le premier appareil de série, lors d'un test en vol, il aurait retardé de plusieurs mois le transfert du premier lot d'avions. De son côté, le ministère russe de la Défense a confirmé les premières livraisons durant l’année, sans en préciser les dates.

Planification:

En mai 2019, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé que les forces aérospatiales recevraient 76 Su-57 « Felon » d'ici 2028. Un contrat entre le ministère russe de la Défense (MoD) et United Aircraft Corporation (UAC) a été signé en juillet 2019.

Essais du nouveau moteur :

Les prototypes du Su-57 sont équipés d'un dérivé du moteur Saturn AL-41F1S de fabrication russe. Les essais en vol du nouveau moteur izdeliye 30 étape 2 ont débuté en décembre dernier. Le moteur izdeliye 30 étape 2 a été développé au Lyulki Design Bureau sous la direction d'Evgeny Marchukov et en collaboration avec d'autres grandes sociétés de construction de moteurs russes. Selon des données connues, l’izdeliye 30 est un turboréacteur à double circuit avec postcombustion. Au niveau de certaines idées de base, il présente des similitudes avec les moteurs plus anciens des familles AL-31 et AL-41. Mais de nouveaux éléments spécialement conçus pour lui offre une augmentation notable de toutes les caractéristiques de base, permettant d'attribuer le «izdeliye 30» à la prochaine génération de turboréacteurs à double flux. Le moteur a une architecture typique de sa catégorie avec des compresseurs hautes et basses pressions à plusieurs étages, une chambre de combustion et des turbines à plusieurs étages. Derrière les turbines se trouvent une postcombustion et une buse avec TVC (contrôle du vecteur de poussée). Le compresseur assure une compression de l'air entrant avec un degré de 6,7, fournissant un débit d'air allant jusqu'à 20-23 kg/s. La chambre de combustion est équipée d'un système d'allumage plasma installé directement sur les buses. Ces outils enflamment le carburant immédiatement après son entrée dans la chambre de combustion. Pour cette raison, le mode de combustion optimal est maintenu. La température des gaz devant la turbine va de 1950 à 2100 ° K. A titre de comparaison, dans le moteur de série AL-31F, ce paramètre ne dépasse pas 1700 ° K. Selon des données connues, la poussée maximale du moteur du izdeliye 30 atteint 11’000 kgf, postcombustion à 18’000 kgf. A titre de comparaison, le moteur du premier étage AL-41F1 a une poussée de 9’500 et 15’000 kgf, respectivement. L’izdeliye 30 correspond pleinement au niveau mondial des moteurs de cinquième génération. Il peut développer une poussée de 107 kilonewtons en mode croisière et de 176 kilonewtons avec postcombustion. On ne sait pas quand la production passera au moteur Saturn izdeliye 30.

1069603458_28-0-1399-742_1000x0_80_0_1_1b64db0c7d79d3a87999aa3dfa07b1b9.png

Le Sukhoi Su-57 « Felon » :

Le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté avec notamment l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 « Felon » est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolaser qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation et ceci même si la réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

Les moteurs actuels du Su-57 Izd117 ne sont pas définitifs et représente une variante fortement modernisée de l’AL-31F équipant le Su-27 Flanker.  Le futur moteur qui est encore aux essais, l’ Izdeliye 30 permettra le mode de la « Supercroisière » avec un rapport poids puissance supérieur avec la poussée vectorielle.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobile le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers) qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion moins sujet à des pertes de portances lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (MultifunctionIntegrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux: soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir"  sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore connues malgré tous les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique. De plus, l’avion est doté d’un système de contre-mesure infrarouge directionnelle, capables de perturber à la fois les systèmes de détection air-air et les missiles air-air infrarouge.

En ce qui concerne l’armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos et le missile balistique hypersonique Kh-47M2 Kinzhal («Dagger») (ALBM). Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement.

87.JPG

Photos : Su-57 Felon @ Sukhoi

 

15/08/2019

Vol longue durée pour les Tu-160 !

 

4253688834.jpg

Le ministère de la Défense de la Fédération de Russie a confirmé aujourd’hui qu’une série de vols de longue durée avait été effectuée à l’aide de bombardier stratégique Tupolev Tu-160 « Blackjack ». Au total se sont une dizaine d’aéronefs de ce type qui sont actuellement en exercice appuyés par des Tu-95MS et Il-78. 

Plus de 6'000 km sans ravitaillement :

Selon le ministère de la Défense russe, deux Tu-16 « Blackjack » ont effectué lors d’un exercice tactique un vol d’une durée de plus de 8 heures sans ravitaillement et parcourus par moins de 6'000 kilomètres.

Ces exercices tactiques mettent un point d’honneur à des opérations longues suivies de relocalisation sur des aérodromes opérationnels diverses. Des exercices de ravitaillement en vol sont également au menu. Les équipages doivent ainsi être capables de voler longtemps avec de nombreux changements d’objectifs, puis être capable de gérer un déroutement sur une base de retour définie au tout dernier moment.

Signe de force de la Russie :

Si, ces exercices, qui doivent durer jusqu’en fin de semaine, sont importants en terme d’entraînement pour les forces russes, on remarquera également que le ministère de la Défense n’hésite pas à les mettre en avant dans sa communication. Et pour cause, nous avons ici un nouvel exemple de la capacité des forces russes à venir dorénavant frapper n’importe quel point du globe. Soit un nouvel avertissement destiné à l’Otan ou toutes autres forces qui pourraient douter des compétences actuelles de la force aérienne russe et spécifiquement en ce qui concerne ses unités de frappes à longue portée. La Russie n'a pas peur de personne, elle a la capacité de frapper en profondeur et de faire mal.

Modernisation et renforcement:

Nouveaux sous-marins lanceurs d’engins, nouveaux missiles et lancement de la production pour 35 bombardiers Tupolev Tu-160 M2 de nouvelle génération. Sur les Tu-160 concernés dans ces exercices aériens ne sont pas neufs, ils ont été modernisés et seront bientôt renforcés en nombre. L'usine aéronautique de Kazan, a repris la production du Tu-160M2 « Blackjack » en avril 2017. Il s’agit de la version modernisée du célèbre bombardier. Les futurs nouveaux « Blackjack » vont venir compléter la flotte actuelle qui en pleine modernisation. Le Tu-160M2 est doté une avionique modernisée avec un nouveau cockpit doté d’écrans et de la nouvelle génération d’ordinateur de gestion de vol disponible. Une liaison électronique permettant la communication avec l’ensemble des aéronefs et des éléments des Forces russes sera installée.

Les moteurs Kuznetsov NK-32 sont dotés d’un nouveau FADEC (Full Authority Engine Control) et de diverses améliorations concernant la maintenance.

En matière d’armement, le programme de modernisation va permettre de renforcer la capacité nucléaire de l'avion et la capacité de transporter 12 missiles Raduga NPO Kh-555 (AS-15 Kent) de croisière à longue portée ainsi que des bombes à guidage laser.

Le Tu-160 sera également doté des nouveaux missiles Kh-101 et le Kh-102, avec des ogives nucléaires et conventionnelles. La puissance des ogives nucléaires est estimée à 180-200 kilotonnes. En outre, leur portée atteint les 5’500 km. Toutefois, pour augmenter la portée, il a fallu augmenter la masse de lancement de missiles de 700-800 kg, bien que le poids de l'ogive soit resté la même 400-410 kg.

Avec une charge jusqu'à 40’000 kg et un rayon d’action (sans ravitaillement) de 12’297 km, et une vitesse maximale de 1’800 km/h le Tu-160 est l’une des armes les plus redoutables de la Russie. Conçu par le Bureau d'étude soviétique Tupolev pendant les années 1970-1980, le bombardier porte-missiles stratégique Tu-160 «Blackjack» selon le code de l'OTAN (Cygne Blanc en Russie) est le plus grand et le plus puissant avion supersonique militaire doté d'ailes à géométrie variable. Le Tu-160 est aussi le plus lourd avion de combat au monde et le bombardier ayant la plus grande masse au décollage.

En service opérationnel depuis 1987, le Tu-160 est destiné à détruire des cibles importantes au moyen d'armes nucléaires et conventionnelles. Son équipage comprend quatre pilotes.

Selon le commandant de la Force aérienne russe (VVS) le Général Viktor Bondarev, la Russie va construire 35 bombardiers stratégiques Tupolev Tu-160 « Blackjack »  qui portera à 50 le nombre d’appareils en activité.

images.jpeg

Photos : Tu-160 @ @VKS