10/01/2021

Pakistan, les JF-17B biplaces au complet !

28516527_2120690697957453_3005127492850665807_o.jpg

L’avionneur Pakistan Aeronautical Complex (PAC) terminé de livrer les 14 derniers des 26 avions de combat multirôle biplace JF-17B « Thunder » commandés par l'armée de l'air pakistanaise. Cette version biplace a été commandée à la fin de 2017. 

La PAC a déployé les 14 derniers avions de combat JF-17B commandés pour le PAF lors d'une cérémonie tenue le 30 décembre dernier au sein des installations de la société au Pendjab. Les 26 aéronefs seront exploités à la fois dans les rôles de conversion opérationnelle et tactique, soit en travaillant au sein des cinq escadrons de première ligne, soit sous une nouvelle unité de conversion opérationnelle.

Tout en abordant la cérémonie de remise, le chef de l’Armée de l'air pakistanaise a salué l'achèvement du projet à temps par l'équipe de l'usine de fabrication d'aéronefs (AMF) du PAC impliquée dans le développement de la génération avancée du JF-17B « Thunder ». Le maréchal de l'air Anwar a déclaré avec fierté que la PAC avait maintenu ses traditions malgré les moments les plus difficiles de la pandémie.  Le JF-17 « Thunder » est devenu l’épine dorsale opérationnelle de la Force aérienne Pakistanaise. Le chef de l’Armée de l'air a également exprimé sa gratitude au ministère de la Production de défense et de l'industrie aéronautique chinoise pour leur soutien continu sur le projet. Ce projet a encore renforcé l'amitié entre le Pakistan et la Chine et les relations de défense bilatérales, a-t-il déclaré. Le maréchal de l'air Anwar a également reconnu le rôle des médias dans la mise en évidence de l'amitié et de la collaboration entre le Pakistan et la Chine dans le cadre de la production du « corridor économique » Chine-Pakistan et du JF-17B « Thunder ».

JF-17B-08-692x360.jpg

Également au Myanmar :  

La PAC a également débuté la livraison de JF-17B biplace au Myanmar. L’Ex-Birmanie a commencé à recevoir ses premiers JF-17M « Thunder » monoplace en novembre 2018. Le JF-17M « Thunder » Block II destiné au Myanmar a effectué ses vols de qualification en 2017, il s’agit de la même version utilisée par le Pakistan. La Force aérienne du Myanmar (MAF) va faire peau neuve et aussi rationaliser sa flotte. Les JF-17M est principalement affectés aux missions de l’appui aérien rapproché. Le Myanmar est le premier pays à acheter le JF-17 pour remplacer sa force de combat vieillissante composée de 24 chasseurs J-7 vieillissants et de 16 avions d’attaque au sol A-5IIK.

D2bxwaUW0AEFTAo.jpg

A propos du JF-17 « Thunder » / FC-1 Xiaolong :

Le JF-17 « Thunder » (Pakistan) ou FC-1 « Xiaolong » (Chine) est une association sino-pakistanaise. Conçu en Chine par le constructeur d’Etat AVIC, il est cofinancé par le Pakistan et produit par Pakistan Comlex (PAC). Chasseur mono-réacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93, dérivé du RD-33 russe, qui équipe le MiG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multirôle d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars, il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21).

L’armement comprend un canon GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 et PL-12/SD-10 chinois.

Photos : 1 & 2 JF-17B pakistanais 3 JF-17B du Myanmar @ PAC

11/12/2020

Rafale, signature entre Paris et Athènes avant Noël !

6FAC771B-EA42-4375-974E-207A1BD23AED.jpeg


Paris et Athènes devraient finaliser l’achat des 18 avions de combat Rafale avant la fin de l’année. Le Parlement grec devrait de son côté avaliser le projet la semaine prochaine. Selon les premières informations, la ministre française de la Défense devrait se rendre à Athènes entre le 17 et le 20 décembre.

Avions neufs et d’occasions :

Le contrat total pour la fourniture de 18 avions de combats Rafale se compose de la manière suivante : 12 d'occasions prélevés au standard F3-O4T sur les unités de l’Armée de l’air et 6 neufs soit des F3-R. Les équipements prennent en compte des missiles MBDA METEOR, SCALP et Exocet ainsi que le matériel connexe de formation. Le contrat est estimé pour l’instant à environ 2,5 milliards d'euros. Les Rafale d’occasions seront en outre, portés au standard F3-R afin de rendre la flotte uniforme.

France, assurer le remplacement :

La vente de Rafale en Grèce est une excellente nouvelle pour Dassault Aviation et les futures prospections d’exportations. Mais le prélèvement d’avions sur le stock de l’Armée de l’air en fait grincer des dents plus d’un chez nos voisins français. Le risque bien réel d’une perte de capacité est en soi une épée de Damoclès, dont l’Armée de l’air se serait bien passée. Et ceci d’autant plus que les opérations extérieures demandent toujours plus d’engagement, alors que le nombre de Rafale va se trouver sensiblement réduit. Situation certes temporaire, mais qui complique la tâche à différents niveaux (formation, déploiement, disponibilité).

La Ministre de la Défense Mme Florence Parly évoque de son côté remplacement par des appareils neufs, nouvelle génération, soit le future Rafale F4. La France envisageait donc d’avancer ses commandes de nouveaux appareils pour venir en soutien à l'avionneur Dassault Aviation. Au final, si cette solution était approuvée prochainement l’Armée de l’air pourrait compter sur un renouvellement d’avions neufs au standard le plus haut, plus important que prévu et plus rapidement.

En plus de cette commande de 12 appareils, Dassault doit encore livrer 28 avions à la France entre 2022 et 2024. Les 12 nouveaux seraient livrés immédiatement après selon Madame Parly. Et d'ici 2023, le ministère des Forces armées prévoit d'en commander 30 autres qui seront livrés à partir de 2027.

Photo : Rafale Armée de l’air @ AdA[

 

04/12/2020

Nouvel avion de combat, le suspens continue en Indonésie !

unnamed-1.png

Jakarta va-t-elle enfin se décider pour un type d’avion de combat ? Les annonces se succèdent en faveur d’un type ou d’un autre depuis plusieurs mois, mais sans résultat jusqu’ici.  

Rappel :

En 2018 Jakarta avait annoncé la finalisation d’une commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat était estimé à 1,14 milliard de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense russe. En parallèle, l’Indonésie avait fait mention de son intérêt le Lockheed Martin F-35A. Cette demande a été finalement rejetée par Washington qui a finalement proposé des avions F-16 « Viper » Block 70/72.

Offre autrichienne :

En juillet de cette année l’Indonésie a fait part de son intérêt pour l’acquisition de la flotte autrichienne d’avions de combat Airbus DS Eurofighter T1« Typhoon II ». Cette étonnante surprise venait directement du ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, qui a écrit une lettre à son homologue autrichienne, Klaudia Tanner, cherchant à entamer des négociations en vue d’acheter les 15 Eurofighter appartenant à l’armée de l’air autrichienne.

Dans sa lettre, qui a été publiée par les organes de presse indonésiens, Prabowo a déclaré que l'achat potentiel l'aiderait à atteindre ses objectifs de continuer à moderniser l'armée de l'air indonésienne.

Il a ajouté qu’il comprenait la « sensibilité » de sa proposition, qui était probablement une référence à la controverse persistante entourant l’acquisition du Typhoon par l’Autriche en 2002. Cet achat a été entravé par des questions sur le coût et l'efficacité de l'avion. Plus récemment, il y a eu des allégations de corruption liées à l'attribution initiale du contrat. 

Dassault en embuscade :

Plus discrètement, l’Indonésie s’est également tournée en direction de la France et du Rafale de Dassault Aviation suite à la visite du ministre de la Défense indonésien à Paris en début d’année. En octobre dernier, une nouvelle visite à Paris semble avoir fait avancer l’argumentaire en faveur du Rafale, on parle maintenant d’un possible contrat de 36 à 48 appareils.

Le jeu européen :

A ce stade, il semble que les pressions américaines ont eu comme effet de refroidir les indonésiens, les poussant à venir voir de plus près, ce qui se passe en Europe, en France et en Autriche. Si l’un des deux contrats devait aboutir, c’est toute la stratégie américaine qui en porterait du moins en partie la responsabilité.

Russes et américains encore dans la partie :

Pour autant rien n’est complètement joué, Moscou confirme que le contrat pour le Sukhoi Su-35 est toujours d’actualité et Washington confirme que l’Indonésie s’intéresse maintenant au Boeing « Super Hornet ». De son côté Paris semble également de plus en plus confiant dans la possibilité d’un accord sur le Rafale dans les semaines à venir…

Pour autant, une question subsiste et non de moindre, la capacité financière de l'Indonésie ? En effet, le pays est actuellement en difficulté pour terminer le paiement des avions écoles coréens Kai T-50i "Golden Eagle". 

Photos : Les avions en concurrence pour Jakarta, Rafale, Super Hornet, Su-35 et Eurofighter

 

01/12/2020

Un centre de formation conjoint pour les C-130J franco-allemands !

France-D130J.jpg

Dans le cadre de la formation des équipages franco-allemands sur l’avion de transport tactique Lockeed Martin C-130J « Super Hercules », l’avionneur a reçu un contrat en vue d’équiper un centre de formation binational.

Le futur centre franco-allemands sera installé sur la base aérienne d'Évreux-Fauville en Normandie. Une cérémonie d’inauguration est prévue en 2021 et la formation doit démarrer à partir de 2024. Conformément au contrat prévu, Lockheed Martin fournira du matériel de formation, un système de gestion de l'apprentissage, du matériel de cours et divers services de formation pendant cinq ans. L'installation couvrira la formation sur la version de transport C-130J-30 et l'avion ravitailleur KC-130J.  

Rappel :

En 2018, l'Allemagne a annoncé l'acquisition d'un total de six appareils C-130 « Super Hercules » (trois C-130J-30 et trois KC-130J), qui seront exploités en partenariat avec la France. La France a déjà reçu quatre avions « Super Hercules » dans le cadre d’une vente militaire étrangère (FMS) avec le gouvernement américain.

Le C-130J « Super Hercules » : 

Le C-130J « Super Hercules » est la version la plus avancée du célèbre C-130 cargo, il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courte. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales. 

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

À ce jour, la flotte mondiale de Super Hercules compte 24 opérateurs dans 21 pays à travers le monde et a déjà effectué plus de 2 millions d'heures de vol.

air-trainer-simulator.jpg

Photos : 1 C-130J de l’Armée de l’air 2 Simulateur de vol d’un Super Hercules @ Lockheed Martin

 

30/11/2020

La FAB réceptionne son premier E-99M modernisé !

Embraer-E99-M-High-Res-1140x641.jpg

Vendredi dernier, l’avionneur brésilien Embraer a livré le premier avion d’alerte avancée et de contrôle (AEW&C) E-99M modernisé à l'armée de l'air brésilienne (FAB). La FAB avait conclu un accord avec Embraer pour mettre à jour cinq E-99 avec de nouveaux systèmes de mission et sous-systèmes connexes, tels que la guerre électronique, le commandement et le contrôle, les contre-mesures électroniques et le radar de surveillance aérienne.

Le projet de modernisation des avions d’alerte lointaine Embraer E-99M de la Force aérienne du Brésil (FAB) prévoit la modernisation des systèmes de l'avion et les autres sous-systèmes connexes seront mis à jour, ce qui étendra les capacités de l'avion, qui est actuellement utilisé dans les opérations de contrôle et de défense de l'espace aérien brésilien. Cette modernisation va contribuer à une utilisation plus efficace et d’allonger le cycle de vie et la capacité opérationnelle de l’avion. La portée du radar est augmentée, le traitement des informations sera plus rapide et permettra d'identifier les cibles plus tôt et mieux. Le nombre d’opérateurs et de radios embarqués augmentera, ce qui, avec la mise en place du nouveau système de commandement et de contrôle, permettra d’accomplir plus efficacement la mission.

Outre le processus de modernisation, le projet a également conclu des accords de transfert de technologie qui permettront des progrès technologiques dans la défense de l'industrie brésilienne. L'utilisation de l’E-99M est indispensable dans un scénario d'opérations aériennes, compte tenu de la flexibilité de positionnement de l'avion, ainsi que de la capacité de détecter le trafic à basse altitude, permettant une couverture radar des zones d'intérêt de l'Air Force Command. L'E-99M est capable de fournir des données de renseignement précises et en temps réel sur les avions volant à basse altitude. Lorsque les pilotes de chasse reçoivent leurs ordres et décollent pour des missions d'interception, les avions E-99M surveillent l'espace aérien de la région et visualisent toute la zone d'opérations. Cela permettra au FAB de continuer à participer, avec excellence, aux missions aériennes de lutte contre le trafic irrégulier, en jouant un rôle de premier plan dans les actions entre les institutions. En outre, les avions E-99M ont la capacité de compléter les signaux radar au sol, servant également de radar de visualisation ou de réserve de communications pour le trafic aérien de l'aviation générale.

L’Embraer E-99M :

Basé sur une cellule d’avion de ligne Embraer 145, l’E-99M est capable de détecter des cibles aériennes et de transmettre des informations de détection aux centres de contrôle au sol. En outre, il effectue des missions de contrôle de vol et d'alarme, avec la participation d'avions de combat. En service au sein de la FAB depuis 2002 dans le cadre des acquisitions destinées à composer le système de surveillance Amazon (SIVAM). Son radar lui permet de mener à bien des missions d’alerte rapide, y compris le contrôle des avions de chasse lors des vols de défense aérienne, la coordination des opérations de recherche et de sauvetage et la surveillance des frontières. Il emploie un radar a ouverture synthétique, Saab Microwave Systemss couplé à des systèmes mixtes électro-optiques et FLIR ainsi que d'un scanner multi-spectral. Le système possède une capacité de traitement de signaux intelligents et des capacités C3I.

1674679113.jpg

Photos : 1 Le premier E-99M 2 l’E-99M@ Embraer