10/04/2021

Korean Aerospace Industries a dévoilé le KF-21 « Boramae » !

South Korea unveils KF-X fighter prototype, renamed KF-21 Boramae.jpg

Le premier prototype du l’avion de combat de nouvelle génération de Korean Aerospace Industries (KAI) a été dévoilé à Sacheon ce vendredi. Connu jusqu’ici sous la dénomination de KF-X, l’avion a été baptisé KF-21 « Boramae ».

Le prototype du biréacteur, KF- 21 « Boramae » a été présenté lors d'une cérémonie de déploiement au siège de KAI à Sacheon, à environ 440 kilomètres au sud de Séoul.  Le prototype, numéro de série 001, a été dévoilé avec des drapeaux coréens et indonésiens. Lors d'un spectacle de lumière dans le cadre de la cérémonie, KAI a également projeté les drapeaux des pays clients potentiels que l'entreprise courtise, notamment l'Irak, la Malaisie, le Pérou, les Philippines, le Qatar, le Sénégal et la Thaïlande.

« Nous avons enfin notre propre avion de combat supersonique », a déclaré le président Moon Jae-in dans un discours. « Nous avons ouvert une nouvelle ère d'autodéfense et établi une étape historique pour le développement de l'industrie aéronautique.»

Le président a déclaré que 40 KF-21 seraient livrés à l'armée de l'air d'ici 2028 et que 80 autres jets entreraient en service d'ici 2032. 

Le KAI KF-21 « Boramae » :

20210409172843_1605621_1200_745.jpg

Le KF-21 est considéré comme un avion de 4,5 ème génération, à égalité avec le dernier F-16 et moins furtif que le F-35 Lightning II de cinquième génération développé par Lockheed Martin. L'avion de combat doit remplacer la flotte vieillissante des F-4E « Phantom » et F-5E « Tiger II »de l'époque de la guerre du Vietnam. 

KAI a déclaré que l'avion subirait des tests au sol cette année avant son vol inaugural prévu pour juillet de l'année prochaine. La production de masse du KF-21 Block I commencera lorsque six prototypes auront effectué environs 2’200 sorties au cours des quatre prochaines années. Près de 8 milliards de dollars doivent être dépensés pour le développement du KF-21 entre 2015 et 2028 dans le cadre du projet KF-X. 

Environ 65% des composants du KF-21 sont en production localement. Parmi les composants construits par les développeurs sud-coréens figurent le radar matriciel actif à balayage électronique (AESA), la suite de guerre électronique, le module de recherche et de suivi infrarouge (IRST) et le module de ciblage électro-optique.

Le radar du KF-21 de type AESA produit par Hanwha Systems, dispose d'un module d'environ 1’088 récepteurs émetteurs, avec un angle de direction du faisceau de 60 à 70 degrés. Le nombre d'émetteurs-récepteurs devrait finalement augmenter à environ 1'300 dans la version finale.

Avec une masse maximale au décollage de 25 600 kilogrammes, l'avion dispose de 10 points d’accrochage pour les missiles air-air et autres armements. Contrairement aux premières spécifications l’avion volera à Mach 1,8 avec une distance de croisière de 2’900 kilomètres. Il est propulsé par deux moteurs General Electric F414. 

L'Indonésie reste un partenaire incertain :

Les mois qui ont précédé la présentation du prototype ont été entachés de spéculations selon lesquelles l’Indonésie souhaitait se retirer du partenariat, l’Indonésie étant apparemment en retard dans les paiements du programme. L'Indonésie doit payer 20% des coûts de développement dans le cadre d'un accord de 2016. Le pays est censé acquérir jusqu'à 48 appareils (appelés IF-X en Indonésie) et bénéficier du transfert de technologies. Pour l’instant Jakarta n'a pas tenu sa promesse, ne payant qu'environ 13% de son engagement financier. Jakarta a évoqué les contraintes budgétaires.

170811749_2568067276835124_430770914730926271_n.jpg

Photos : Présentation du KF-21 « Boramae » @ KAI

 

08/04/2021

L’US Air Force baptise le F-15EX : « Eagle II » !

F-15EX-UNVEILED-scaled.jpg

L’US Air Force a officiellement accepté le premier avion de combat F-15EX de nouvelle génération, lors d’une cérémonie le 7 avril qui s’est tenue sur la base aérienne d'Eglin, en Floride. L’avion est réceptionné au sein de la 96e Escadre d'essai. Le second appareil rejoindra prochainement le 85ème Escadron de l'Air Combat Command pour les tests opérationnels.

Baptisé « Eagle II » :

Lors de la cérémonie, le F-15EX a été baptisé « Eagle II » pour assurer la continuité avec les versions plus anciennes de l’« Eagle ».  L'USAF prévoit d'acheter 144 F-15EX « Eagle II » sur 10 à 12 ans pour remplacer progressivement les F-15C/D. Mais des discussions sont déjà engagées pour remplacer une partie des F-15 E. Le premier lot de production comprend six avions, qui seront livrés au cours de l'exercice 2023. Les lots suivants seront livrés à l'école de F-15 de Kingsley Field en Oregon et à la première base opérationnelle de l'aéroport international de Portland, Oregon. Le F-15EX « Eagle II » est désormais également destiné au transport de nouvelles armes notamment hypersoniques.

Quatre autres avions supplémentaires devraient être remis à l'USAF d'ici la fin de l'exercice 2023.

Le F-15EX « Eagle II » :

EyYlQEcXEAAWBbu.jpeg

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille depuis plusieurs mois sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agissait de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing a doté le F-15EX d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif (AESA), avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS « Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offre la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité réside dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes. 

Capacité d’emport phénoménale :

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’armes comme par exemple: le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7’000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir.

210311-F-OC707-0501.jpg

Photos : 1 Eagle II 2 en vol 3 de face @ USAF

 

 

 

21/03/2021

KAI Aerospace prépare la présentation du prototype du KF-X !

20210301000109_0.jpg

L’avionneur coréen KAI Aerospace présentera officiellement le premier prototype du KF-X en avril prochain. L’évènement sera historique pour le pays et l'industrie aérospatiale.

La Corée du Sud travaille sur le projet de développement d’un avion de combat de nouvelle génération depuis la fin de 2015 pour remplacer la flotte vieillissante d'avions McDonnell F-4 « Phantom » et Northrop F-5 de l'armée de l'air. Le KF-X est l'un des projets nationaux les plus importants pour remplacer les chasseurs actuels de l'armée de l'air et pour introduire le chasseur de prochaine génération qui peut satisfaire le concept d'opération du futur du champ de bataille. En outre, KAI travaille sur le développement de l'avionique, ainsi que sur le futur ordinateur de mission et de contrôle de vol. Le projet de développement est estimé à 7,9 milliards de dollars.

Pour une étude plus approfondie et un développement efficace, 16 universités, 11 laboratoires et 553 fournisseurs participent au projet KF-X et 100 ingénieurs de développement supplémentaires ont été embauchés. De son côté le motoriste américain General-Electric a livré les moteurs F414-GE-400K du chasseur KF-X. 

FG_3917462-JDW-11030.jpg

Le calendrier :

Actuellement les ingénieurs sont occupés à apporter la touche finale à l'assemblage du modèle d'essai. Dans une couleur jaune-vert, le prototype du KF-X semblable à un avion furtif dans la conception sera peint en gris foncé avant son événement de présentation.

KAI Aerospace prévoit d'achever la construction de trois prototypes d'ici la fin de l'année et de conclure en assembler trois autres d'ici le premier semestre de l'année prochaine. Le premier test en vol est prévu pour 2022, l'ensemble du développement devant être achevé d'ici 2026.

Séparément, deux copies supplémentaires seront faites pour des tests au sol afin d'examiner la durabilité du jet et les éventuelles faiblesses de structure.

Tous les jets d'essai ont été conçus légèrement différemment pour effectuer divers tests. Certains sont monoplaces et les autres biplaces.

Une fois le développement terminé, 40 unités seront livrées à l'armée de l'air d'ici 2028 et 80 unités supplémentaires d'ici 2032. 

Priorité à la Corée du Sud :

L’Administration du programme d’acquisition de défense de la Corée du Sud (DAPA) a révélé son intention d’introduire une politique d’achat de matériel de défense qui donne officiellement la priorité à l’approvisionnement local par rapport aux importations.

La DAPA a déclaré que le programme « Buy Korea Defence » (BKD) était conforme aux objectifs de la loi sur le développement de l’industrie de la défense récemment introduite. Les détails du BKD, a-t-il déclaré, ont été présentés lors d'une réunion du 11 mars d'un nouveau conseil du DAPA mis en place pour faire adopter des réformes en vertu de la législation.

La DAPA a déclaré que la politique de BKD exigerait l'évaluation des avantages que les programmes locaux de recherche, de développement (R&D), de production et d'approvisionnement apporteraient à l'économie nationale.

La Corée du Sud a présenté des plans pour donner la priorité à l'acquisition de composants et de systèmes fabriqués localement sur des plates-formes clés telles que l'avion de combat KF-X. Il a ajouté : « Dans le cas des projets qui ne peuvent pas être décidés par des achats à l'étranger, la réglementation sera modifiée afin que les entreprises nationales doivent participer au processus d'appel d'offres».

Le KAI Aerospace KF-X

k-fx-cockpit-mockup_79067.jpg

Avec une charge utile maximale de 7’700 kilogrammes, le nouvel avion aura 10 nacelles pour missiles air-air et autres armes, capables de voler à 2’200 km/h avec une portée de 2’900 km.

Au départ du programme, le KF-X était classé comme un chasseur de la génération 4++ doté de capacités avioniques et de frappe améliorées. Mais, il va disposer de plusieurs caractéristiques de furtivité et des performances supérieures qui pourraient le rendre comparable avec un avion furtif de cinquième génération.

KAI a hésité à révéler avec précision le type de mécanisme de furtivité dont dispose le jet, mais sa section efficace radar (RCS) soit la principale mesure de furtivité sur les aéronefs militaires, ne mesure que 0,5 mètre carré (5,4 pieds carrés). 

KAI a conçu le fuselage du KFX pour qu’il ressemble à un jet furtif semblable au F-22 de Lockheed Martin. La plupart des capteurs sont situés à l'intérieur de l'avion, tandis que les quatre missiles air-air installés sur le KFX sont à moitié enfouis dans la partie centrale du fuselage. Il reste ainsi de la place dans l'avion pour l'installation d'une soute d'armes interne, élément caractéristique des chasseurs furtifs.

Mais, KAI ne veut pas sacrifier la maniabilité de l’avion, il sera capable d'effectuer des manœuvres serrées pour se comporter comme les meilleurs avions actuels. L’une des grandes difficultés de la Corée du Sud tient dans le développement d’un radar AESA pour le KF-X. En effet, le pays n’a pas d’expérience dans ce domaine. Près de 800 millions de dollars ont été investis dans le développement du radar AESA jusqu'en 2026. Un prototype du radar sera testé en Israël ce printemps, suivi d'un autre vol d'essai en Corée à partir de novembre prochain. À partir de 2023, il sera installé sur le prototype KFX pour une dernière série de tests qui devront mener le projet à maturité.

Le poids cible pour la KF-X était de 13 tonnes au début de la conception du projet en 2001, mais les concepteurs ont dû réduire de 500 kg supplémentaires pour tenir compte des ajouts futurs. 

Dans les usines de KAI à Sacheon dans le Gyeongsang du Sud, environ 1’250 chercheurs et ingénieurs travaillent d'arrache-pied au développement du KF-X. 

2314424989.jpg

Photos : 1 Le premier prototype en fin d’assemblage 2 image de synthèse du KF-X 3 Cockpit 4 Plan @ KAI Aerospace

 

19/03/2021

Préparation pour la mise à jour des EA-18G « Growler » !

23.jpeg

Boeing a lancé un programme de mise à jour destiné à la flotte d’avion de combat EA-18G « Growler » au Block II de l'US Navy. Un premier appareil a rejoint la Naval Air Station Whidbey Island pour y subir les modifications.

Les modifications sont axées sur la mise à jour de l'architecture des systèmes structurels et de mission de l’avion permettant une future croissance des capacités des quelques 160 « Growler » de la Marine. Les « Growler » jouent un rôle essentiel dans le brouillage des signaux radar et de communication des forces de la menace, désactivant leur capacité à détecter et à suivre les forces militaires américaines et alliées.

À la suite de l'attribution des contrats en octobre 2020 et février 2021 pour les matériaux et la main-d'œuvre, les travaux de modification comprennent diverses mises à niveau des systèmes de mission de l’avion. Le système de brouillage AN/ALQ-218 va recevoir des améliorations qui augmenteront sa communication avec les brouilleurs et récepteurs du Growler afin de permettre des capacités futures telles que le brouillage automatique des systèmes de radar et de communication ennemis rapidement une fois détectés. L'AN/ALQ-218 peut fonctionner sur les bandes RF 0, 1, 2 et bande 3, avec un radar pulsé et à ondes continues avec prise en charge des communications en option, tout en fournissant une identification d'émetteur spécifique. Il offre une mesure de fréquence fine améliorée pour supporter le brouillage électronique.

Des modifications supplémentaires permettront d'élargir le pipeline d'informations du « Growler » pour un transfert de données plus rapide et plus sécurisé vers d'autres aéronefs et plates-formes, ainsi que d'améliorer considérablement la vitesse de traitement des données. Boeing prépare également l’EA-18G afin qu’il puisse recevoir la nouvelle génération de brouilleurs en nacelle, soit le « Jammer Next Generation » pour remplacer les systèmes ALQ-99 utilisés sur les avions d’attaque électroniques aériens EA-18G. En 2016, l’US Navy a attribué à Raytheon un contrat d’ingénierie et de développement de fabrication (EMD) pour le brouilleur de nouvelle génération.

La nouvelle nacelle utilise les dernières technologies numériques, logicielles et à réseaux à balayage électronique actif, et fournira des capacités améliorées d'attaque électronique aéroportée pour perturber et dégrader les systèmes de défense aérienne et de communication terrestre ennemis.

Le calendrier du programme prévoit que tous les EA-18G « Growler » seront modifiés d’ici cinq ans. La modification complète devrait commencer en juin 2021.

2703269175.jpg

Le EA-18G « Growler » : 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du « Growler » lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

-  Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contrepartie le « Growler » dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Élimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du « Growler » de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

Photos : 1 EA-18G @Peter Foster 2 Nouvelle nacelle de brouillage @ Rayhteon

 

 

 

 

12/03/2021

L’USAF a accepté le premier F-15EX « Advanced Eagle » !

boeing,f-15ex advanced eagle,usaf,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

L'US Air Force a pris livraison le 10 mars dernier du premier F-15EX « Advanced Eagle » n° 001 de Boeing et va bientôt commencer à tester le nouvel appareil. L'USAF a approuvé l'acceptation du premier F-15EX dans les installations de la société à Saint-Louis. L’appareil s’est envolé pour la base aérienne d'Eglin en Floride.

« C’est un grand moment pour l’armée de l’air », a déclaré le colonel Sean Dorey, directeur du programme F-15EX de l’USAF. « Avec sa grande capacité d'armes, son épine dorsale numérique et son architecture ouverte, le F-15EX sera un élément clé de notre flotte de chasseurs tactiques et complétera les actifs de cinquième génération. En outre, il est capable de transporter des armes hypersoniques, ce qui lui confère un rôle de niche dans les futurs conflit ».

La livraison du F-15EX par Boeing intervient un peu plus d'un mois après le vol inaugural de l'avion le 2 février dernier. Un deuxième avion doit arriver à Eglin le mois prochain, et les six autres appareils du premier lot s'envoleront pour Eglin au cours de l'exercice 2023 pour les tests opérationnels.

L’USAF a passé sa première commande de F-15EX en juillet 2020, attribuant un contrat pour le premier lot de huit appareils. L'ensemble du programme a une valeur plafond de 23 milliards de dollars. Il est prévu d'acheter au moins 144 F-15EX pour remplacer la flotte de F-15C/D, qui a en moyenne 37 ans et commence à subir des tensions structurelles. Cependant, le contrat comporte des options qui permettraient a l’USAF d'acheter jusqu'à 200 appareils.

Le deuxième lot de F-15EX est prévu pour la livraison au cours de l'exercice 2024 à la base de la Garde nationale aérienne de Kingsley Field, dans l'Oregon, qui servira également de site pour la formation des F-15EX. Le troisième lot sera livré à Portland ANGB dans l'Oregon au cours de l'exercice 2025, la 142e escadre de la base devenant la première unité opérationnelle à piloter l'avion.

Le projet F-15EX « Advanced Eagle » :

3887542721.jpeg

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille depuis plusieurs mois sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agissait de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing a doté le F-15EX d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif (AESA), avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS « Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offre la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité réside dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes. 

Capacité d’emport phénoménale :

boeing,f-15ex advanced eagle,usaf,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’armes comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7 000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir.

Un nouveau moteur :

Le moteur F110-GE-129 de General Electric est le seul moteur testé, intégré et certifié pour le F-15EX fly-by-wire. En 2014, GE a commencé à investir des ressources et s'est engagé à long terme à soutenir le F-15EX. Grâce à des insertions de technologies clés éprouvées issues des programmes de moteurs commerciaux de GE, SLEP met à niveau les composants critiques, notamment la chambre de combustion, la turbine haute pression, le compresseur et l'augmentation. Ces améliorations se combinent pour prolonger la durée de vie. La version du F110 destinée au F-15EX va réduire les coûts d'exploitation, augmenter la fiabilité et améliorer la sécurité. Le programme est conçu pour fournir une augmentation significative avec une amélioration de 25% du coût par heure de vol et une extension de 50% des inspections de phase moteur. 

boeing,f-15ex advanced eagle,usaf,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Photos : 1 Le F-15EX n°001 en route pour Eglin 2 Cockpit 3 Capacité d'emport @ Boeing 4 F-15EX n°001 @ S.King