08/04/2021

L’US Air Force baptise le F-15EX : « Eagle II » !

F-15EX-UNVEILED-scaled.jpg

L’US Air Force a officiellement accepté le premier avion de combat F-15EX de nouvelle génération, lors d’une cérémonie le 7 avril qui s’est tenue sur la base aérienne d'Eglin, en Floride. L’avion est réceptionné au sein de la 96e Escadre d'essai. Le second appareil rejoindra prochainement le 85ème Escadron de l'Air Combat Command pour les tests opérationnels.

Baptisé « Eagle II » :

Lors de la cérémonie, le F-15EX a été baptisé « Eagle II » pour assurer la continuité avec les versions plus anciennes de l’« Eagle ».  L'USAF prévoit d'acheter 144 F-15EX « Eagle II » sur 10 à 12 ans pour remplacer progressivement les F-15C/D. Mais des discussions sont déjà engagées pour remplacer une partie des F-15 E. Le premier lot de production comprend six avions, qui seront livrés au cours de l'exercice 2023. Les lots suivants seront livrés à l'école de F-15 de Kingsley Field en Oregon et à la première base opérationnelle de l'aéroport international de Portland, Oregon. Le F-15EX « Eagle II » est désormais également destiné au transport de nouvelles armes notamment hypersoniques.

Quatre autres avions supplémentaires devraient être remis à l'USAF d'ici la fin de l'exercice 2023.

Le F-15EX « Eagle II » :

EyYlQEcXEAAWBbu.jpeg

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille depuis plusieurs mois sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agissait de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing a doté le F-15EX d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif (AESA), avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS « Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offre la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité réside dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes. 

Capacité d’emport phénoménale :

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’armes comme par exemple: le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7’000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir.

210311-F-OC707-0501.jpg

Photos : 1 Eagle II 2 en vol 3 de face @ USAF

 

 

 

07/04/2021

Un nouvel espion dans le ciel israélien !

IAF-Oron-aircraft.jpeg

La Force aérienne et spatiale israélienne a réceptionné dimanche un avion espion considéré comme l'avion le plus avancé du genre au monde. L’avion, un Gulfstream G550 modifié aura une pertinence particulière pour les missions de collecte de renseignements et d'identification de cibles contre des objectifs.

Le G550 « ORON » :

Sous la désignation de G550 « ORON », l’avion est une nouvelle variante des modèles G550 « Shavit » (renseignement électromagnétique) et G550 « Eitam » (alerte et contrôle rapides aéroportés). L’ORON se distingue par le fait qu’il est équipé d'une technologie d'intelligence artificielle et se distingue par ses excellentes capacités de vol et ses faibles coûts de maintenance. L'avion est équipé d'un radar avancé fabriqué par Israel Aerospace Industries, ainsi que d'autres systèmes avancés de collecte de renseignements, offrant de nouvelles capacités en termes de couverture dans tous les types de temps et dans tous les niveaux de visibilité. L'avion est conçu pour donner à l'armée de l'air une image complète d'une zone en temps réel, y compris la cartographie des forces terrestres ennemies.

Selon Israel Aerospace Industries (IAI), le développement de l'avion a duré huit ans, avec la participation de l'organisme de recherche et développement conjoint du ministère de la Défense et des Forces de défense israéliennes, de la Force aérienne, du renseignement militaire, de la marine et des industries aérospatiales israéliennes. L'Oron est censé permettre aux divisions interarmes d'opérer plus efficacement en obtenant une lecture en temps réel d'une situation rendue disponible simultanément aux différentes branches de l'armée. Ceci est cohérent avec un changement de stratégie actuellement entrepris par l'armée, consistant en une augmentation de la coordination entre les différentes branches de l'armée sur le champ de bataille.

L’Oron dispose de postes de travail pour un plus grand nombre d'équipages de mission, y compris des agents du renseignement pour analyser les données collectées en temps réel. Le nombre exact de membres d'équipage n'a pas été divulgué. Le G550 « ORON » sera intégré 122e escadron « Nachshon » de la Force aérienne et spatiale israélienne une unité spécialisée dans le renseignement, la surveillance et la reconnaissance (ISR) sur la base aérienne de Nevatim dans le désert du Néguev en Israël. Le nombre exact d'exemples d'Oron que l'IAF acquerra n'a pas été révélé. L’avion doit encore recevoir des équipements complémentaires, ce processus prendra jusqu'à deux ans, après quoi l'avion sera déclaré opérationnel.

IAF-Oron-aircraft-2.jpeg

Photos : G550 « ORON » @ Amit Agronov

05/04/2021

Le SCAF va mieux, mais n’est pas encore sauvé !

Maquette_SCAF,_Bourget_2019_(2).jpg

Il y a peu le programme SCAF était presque considéré comme mort, du moins dans sa configuration de base, on évoquait, il y a peu, un éventuel plan B du côté de chez Dassault Aviation. Mais tant que le patient n’est pas déclaré mort, il faut le sauver. A la manière d’une équipe médicale, les différents membres du projet se sont attelés à un difficile exercice sur le partage des tâches du programme afin de redonner une chance à ce dernier.

Les dernières nouvelles semblent plutôt positives, avec ce qui semble bien être un accord de base entre Dassault Aviation et Airbus. Cette entente implique les trois pays du programme, la France, l’Allemagne te l’Espagne. L’accord de fond débouche sur une nouvelle offre qui doit permettre la réalisation d’un démonstrateur. Les deux avionneurs que sont Dassault et Airbus vont être responsables du développement de l'avion de combat de nouvelle génération (NGF). Celui-ci s'intégrera dans un "système de systèmes" qui s'articulera avec des drones accompagnateurs, le tout connecté, via un "cloud de combat", avec les autres moyens militaires engagés dans une opération.

Ce qui a été réglé :

Les deux avionneurs ont donc réussi à s’entendre sur la répartition des charges de travail d’une part. La position de chacun a été clarifiée afin que chacun soit considéré en tant que partenaire et non un sous-traitant du programme.

Ce qui ne l’est pas encore :

Pour autant, il reste des éléments à clarifier. L’un des gros morceaux est celui de la motorisation, en effet, le français Safran, l'allemand MTU et l'espagnol ITP, ne se sont toujours pas accordés en ce qui concerne la réalisation des moteurs.

De l’autre, des problèmes de propriétés intellectuelles concernant des travaux sensibles n’ont pas trouvés de solutions à ce jour.

Le contre la montre :

Le programme SCAF n’est pas encore complètement sorti d’affaires, et le temps joue en défaveur. En effet, il faut absolument trouver un accord global avant le mois de juin prochain, sans quoi le Parlement allemand pourrait purement et simplement refuser le budget de financement du SCAF. Un élément qui doit permettre de pérenniser le programme.

Photo : Maquette du SCAF @ Dassault

Fiji Airways va remettre en service le B737 MAX !

23.jpeg

Fiji Airways a accepté les exigences de remise en service du Boeing B737 « MAX » émises par son régulateur, l'Autorité de l'aviation civile des Iles Fidji.

Le PDG et directeur général de Fiji Airways, Andre Viljoen, a déclaré avoir suivi et travaillé en étroite collaboration avec la CAAF, la Civil Aviation Safety Authority of Australia, la Civil Aviation Authority of New Zealand et la Federal Aviation Authority des États-Unis au cours des deux dernières années en ce qui concerne le retour en toute sécurité du B737 « MAX ».

Les huit derniers mois ont été consacrés à la planification en vue de la re-certification de l’avion et à l’examen de toutes les exigences de remise en service de leurs organismes de réglementation. Selon le directeur général Andre Viljoen, tout le monde chez Fiji Airways, y compris ses pilotes et les équipes techniques, ont une confiance totale dans la sécurité du « MAX » compte tenu de l'examen minutieux, des milliers de vols d'essai et des mises à niveau nécessaires apportées à l'avion pendant de nombreux mois. Le simulateur de vol complet de la Fiji Airways Aviation Academy est déjà utilisé pour mettre les pilotes et les équipes techniques au courant de toutes les exigences nouvelles et supplémentaires suite à la re-certification de l'avion.

Fiji Airways n'a pas encore donné de date exacte pour la re-certification de l’avion. Cependant, Fiji Airways exploite actuellement un horaire de vol limité en raison de la pandémie. En tant que tel, l'avion sera probablement vu initialement sur les vols de fret et de rapatriement. La compagnie aérienne n'a pas donné de date exacte pour son premier vol « MAX ». Dans l'état actuel des choses, Fiji Airways ne possède actuellement que deux B737 « MAX ». Les deux appareils sont actuellement stationnés à Alice Spring aux côtés d'une foule d'autres avions. Selon le calendrier de livraison de Boeing, cinq B737 « MAX » doivent encore être livré à la compagnie.

18 compagnies volent le MAX :

À l'échelle mondiale, 18 compagnies aériennes ont déjà remis en service les Boeing B737 « MAX », les plus importantes sont : LOT Airlines, Southwest Airlines, American Airlines, Alaska Airlines, Iceland Air, United Airlines, Air Canada, TUI, WestJet, GOL, Enter Air, Caribbean Airlines, Oman Air, Aerolinas Argentinas, Jet Airways, pour ne nommer que celles-ci.

Photo : B737 MAX Fiji Airways@ Preston Fiedler

03/04/2021

Premier A330neo pour Corsair !

First-A330neo-MSN1975-delivery-to-Corsair-Group-picture-VIP-04.jpeg

La compagnie Corsair a pris livraison de son premier A330-900neo, en location auprès de la société Avolon, pour rejoindre la flotte de la compagnie aérienne française. 

En sélectionnant un total de cinq A330neo, Corsair met en œuvre sa stratégie pour devenir un opérateur entièrement A330. Grâce aux dernières technologies de l’A330neo, Corsair bénéficiera de solutions économiques et éco-efficaces, tout en offrant aux passagers les meilleurs standards de confort dans les cabines les plus silencieuses de sa catégorie.

L'avion dispose de 352 sièges dans une configuration en trois classes, offrant tout le confort et les équipements de la cabine leader de l'espace aérien d'Airbus, y compris le divertissement à bord des passagers (IFE) de pointe et une connectivité WiFi complète dans toute la cabine.

L’A330neo est propulsé par les moteurs Trent 7000 de dernière génération de Rolls-Royce. L'avion Corsair sera également le premier A330neo à présenter une masse maximale au décollage accrue de 251 tonnes. Cette capacité permettra à la compagnie aérienne de voler vers des destinations long-courriers jusqu'à 13 400 km (7 200 nm) ou de bénéficier d'une charge utile supplémentaire de dix tonnes à bord.

L'A330neo est un avion de nouvelle génération et le successeur de la très populaire famille de gros porteurs A330ceo. En plus de la nouvelle option de moteur, l'avion bénéficie d'une foule d'innovations, y compris des améliorations aérodynamiques et de nouvelles ailes et ailettes qui contribuent ensemble à une réduction de 25% de la consommation de carburant et des émissions de CO2.

Corsair, qui exploite déjà une flotte Airbus de cinq avions de la famille A330, est devenu membre de la « plate-forme de données ouverte » d'Airbus Skywise en 2020, bénéficiant ainsi de plusieurs services basés sur Skywise, tels qu'une analyse en temps réel des performances de la flotte en service, capacité (surveillance de la santé des aéronefs), analyse de fiabilité et maintenance prédictive.

Corsair’s first A330neo .jpeg

Photos : 1 A330 Corsair@ Airbus /JV.Reymondon   2 Au départ @ Airbus / A.Doumenjou