16/06/2021

Le retour des moteurs à rotors ouverts !

IMG_7075.jpeg

Les moteurs à rotors ouverts ne sont en soi pas nouveaux, dans les années 80 déjà des essais avaient été réalisés. Puis abandonné notamment pour des questions de réduction de bruit, une nouvelle génération tente maintenant de revenir sur le devant de la scène.

Projet RISE

Les motoristes General Electric Aviation et Safran ont lancé en début de semaine un programme de démonstration et de maturation technologique dans le cadre de leur coentreprise CFM pour une famille de moteurs à rotor ouvert qui fonctionneraient soit au carburant d'aviation durable (SAF) à 100 %, soit à l'hydrogène liquide d'ici le milieu de la prochaine décennie. Baptisé Rise (Revolutionary Innovation for Sustainable Engines), le programme de développement vise une amélioration de 20 % de la consommation de carburant et des émissions de CO2 par rapport à la famille CFM Leap actuelle.

CFM prévoit des essais au sol sur des modules moteurs dans les installations de GE et de Safran à partir du milieu de cette décennie, suivis d'essais en vol sur un banc d'essai GE « peu après », selon Olivier Andriès, PDG de Safran, qui, avec le directeur général de GE Aviation, John Slattery ont organisé un briefing en ligne au cours duquel ils ont également annoncé la prolongation du partenariat CFM jusqu'en 2050.

Andriès a souligné que l'annonce de Rise n'équivalait pas à un lancement de moteur mais plutôt à un engagement formel à poursuivre les études pour un successeur de Leap sur lequel GE et Safran collaborent depuis 2019. Apparaissant également à l'événement en ligne, le vice-président de l'ingénierie de GE Aviation, Mohamed Ali a qualifié l'objectif de 20 % de consommation de carburant et de réduction de CO2 de "l'amélioration la plus importante" que les entreprises aient jamais réalisée. Les technologies à l'étude comprennent les avancées en matière d'architecture et de matériaux ainsi que l'électrification hybride pour les systèmes moteur et cellule.

Une équipe d'ingénierie conjointe GE-Safran a défini ce que les entreprises appellent une feuille de route technologique complète, comprenant des aubes de ventilateur composites, des alliages métalliques résistant à la chaleur, des composites à matrice céramique (CMC) et la fabrication additive. Le programme Rise comprend plus de 300 composants, modules et versions complètes de moteurs.

Le concept

Les deux motsoristes prévoient d'utiliser un seul rotor dans leur plan, par opposition aux conceptions contrarotatives envisagées dans les études antérieures, y compris l'UDF de General Electric dans les années 1980 et plus récemment, les études à rotor ouvert de Safran développées dans le cadre du programme de recherche européen Clean Sky en 2017.

View-of-the-General-Electric-UDF-R-mounted.png

"Nous avons récemment pu utiliser ces apprentissages, dans les deux entreprises, en plus d'une utilisation considérable de la puissance de calcul qui est devenue plus récemment disponible", a ajouté Ali. « Et maintenant, nous sommes en mesure d'en faire un seul ventilateur… et de concevoir des pales spécialement pour cela. Cela réduit non seulement le poids et réduit la complexité ; cela augmente l'efficacité et crée le même confort du point de vue du bruit auquel tous les passagers se sont habitués. Andriès a ajouté que cette conception à rotor ouvert n'entraînerait pas plus de bruit - ni à l'intérieur ni à l'extérieur - que le Leap d'aujourd'hui.

IMG_7074.jpeg

Photos : 1 & 3 Projet RISE 2 L’UDF des années 80 @ CFM

 

07/06/2021

Premier vol d’un H145 au carburant durable !

 

unnamed.jpg


Un hélicoptère de sauvetage a volé pour la première fois avec du carburant d'aviation durable (SAF), franchissant une nouvelle étape dans l'aviation internationale. Exploité par l'organisation allemande à but non lucratif ADAC Luftrettung, l'hélicoptère de sauvetage Airbus H145 a fait le plein de ses moteurs Arriel 2E avec du biocarburant, un type de SAF, à la station de sauvetage aérien de la clinique Harlaching de Munich en présence du conseil d'administration de la Fondation ADAC. 


Le H145 utilisait un biocarburant de deuxième génération, le SAF de choix de l'industrie aéronautique qui réduit les émissions de CO2 jusqu'à 90 % par rapport à son équivalent fossile, car il est produit à partir de matières résiduelles et de déchets de l'économie circulaire comme la cuisine usagée, huiles et graisses. En conséquence, le carburant n'a aucun impact sur la production alimentaire agricole.

Le carburant utilisé pour le premier vol en hélicoptère de sauvetage à Munich a été produit par TotalEnergies dans son usine en France à partir d'huiles alimentaires usagées, sans utiliser d'huile végétale vierge. Avec ce SAF, la flotte ADAC Luftrettung pourrait réduire de 33 % ses émissions de CO2, ce qui, avec plus de 50’000 missions de sauvetage et plus de 3,3 millions de kilomètres parcourus par an, équivaut à une réduction d'environ 6’000 tonnes de CO2.

L'ADAC Luftrettung et le motoriste Safran Helicopter Engines partagent la même ambition de contribuer au développement d'un carburant d'aviation durable. À cet effet, ils lancent un projet avec un hélicoptère de sauvetage ADAC à Cologne. Le projet étudiera tous les aspects de l'utilisation des biocarburants sur le H145, avec une campagne opérationnelle qui démarrera dès l'été 2021.

Suite à la première du biocarburant, les directeurs généraux d'ADAC Luftrettung et de Safran Helicopter Engines, Frédéric Bruder et Franck Saudo, ont signé un accord à long terme sur SAF, qui prévoit d'augmenter le taux de mélange de biocarburant jusqu'à 100 % dans les années à venir et par la suite, promouvant également l'utilisation de carburants électriques synthétiques, également connus sous le nom de Power-to-Liquid (PTL), une autre alternative aux carburants fossiles. La PTL fait référence à la production de carburants liquides produits à l'aide d'énergie électrique à partir de sources renouvelables, qui, avec l'utilisation de biocarburants, permettront à l'aviation de se rapprocher d'une aviation climatiquement neutre.

Le biocarburant est actuellement certifié et approuvé pour une utilisation dans l'aviation dans un mélange maximum de 50 pour cent avec du kérosène conventionnel de type JET-A1. L'hélicoptère de sauvetage ADAC a volé sur un mélange de 40 %.

Le Dr Andrea David, PDG de la Fondation ADAC à but non lucratif, à laquelle appartient l'ADAC Luftrettung, déclare que, « pour nous, le projet pilote Sustainable Aviation Fuel est un premier grand pas sur la voie d'une Fondation ADAC et d'un service de secours et notre contribution en tant qu'organisation à but non lucratif à la réalisation des objectifs de protection du climat de l'Allemagne et de l'Europe."

« Nous voulons être un pionnier dans la réduction du CO2 dans les services médicaux d'urgence avec du kérosène respectueux de l'environnement. Cela signifie que nous devons également développer le sauvetage aérien technologiquement afin que l'utilisation du SAF soit pérenne à plus long terme. Pour y parvenir, nous avons de solides partenaires à nos côtés », ajoute Frédéric Bruder, directeur général d'ADAC Luftrettung. « Il est important de noter que le SAF est un carburant officiellement approuvé, ce qui signifie que la sécurité des vols et des patients reste au plus haut niveau.

Franck Saudo, PDG de Safran Helicopter Engines, déclare : « Safran est à la pointe des efforts de l'industrie des moteurs pour réduire les émissions de dioxyde de carbone des hélicoptères. Parallèlement à ce premier vol historique, nous avons signé un accord avec l'ADAC Luftrettung pour étendre l'utilisation du SAF dans leur hélicoptère propulsé par Safran. Tous les moteurs Safran sont certifiés pour fonctionner avec jusqu'à 50 % de carburant durable, y compris le biocarburant. Notre objectif est d'atteindre 100 %.

Bruno Even, PDG d'Airbus Helicopters, déclare : « Pionnier de l'aérospatiale durable est une ambition claire pour Airbus et permettre l'utilisation de carburant d'aviation durable est une étape importante pour notre industrie. L'événement d'aujourd'hui est la première étape pour renforcer l'ambition d'Airbus Helicopters d'avoir la gamme de produits à plus faible émission de CO2 au monde.

Christian Cabrol, directeur général de TOTAL Deutschland GmbH, ajoute : « TotalEnergies s'est fixé comme objectif d'atteindre zéro émission nette avec la société d'ici 2050. En développant les biocarburants, nous aidons nos clients de l'industrie aéronautique à réduire l'intensité carbone des produits énergétiques qu'ils utilisent. Notre carburant d'aviation durable peut être utilisé sans aucune modification de l'infrastructure logistique de stockage et de distribution et donc aussi directement dans les avions et les hélicoptères. Nous le vivons aujourd'hui dans la pratique. En mars dernier, nous avons lancé avec succès la production de carburants d'aviation durables en France, qui a déjà été mis en service pour un vol long-courrier entre Paris et Montréal il y a deux semaines, et nous le mettrons prochainement à disposition de nos clients allemands.

Photo : H145 utilisant du carburant durable@ Airbus Helicopters

11/04/2021

La Russie teste un avion électrique supraconducteur !

The-stage-of-ground-testing-of-a-laboratory-aircraft-with-750x375.jpg

L’avionneur russe Yakovlev en collaboration avec l’Institut central de motorisation aéronautique (CIAM) basé à Moscou travaillent sur un avion national équipé d'un moteur électrique supraconducteur, soit une grande première. Ce programme montre la Russie est également engagée dans une phase de décarbonisation de l’aviation, au même titre que les avionneurs occidentaux.

Nouvelles technologies :

yakovlev,ciam moscou,avion électrique,décarbonisation de l'aviation,aviation et écologie,aviation est climat,les nouvelles de l'aviation

Yakovlev et le CIAM sont engagés dans le développement d’un moteur d’avion basé sur les technologies issues de la supraconductivité et de la cryogénique. C’est de manière très discrète que le CIAM et Yakovlev ont dévoilé en automne dernier un avion démonstrateur basé sur un Yak-40 doté dans le nez d’un moteur développant de 500 kW. Développé par des spécialistes en matériaux de la société russe SuperOx, ce nouveau moteur arbore de des technologies particulièrement innovantes, exploitant des matériaux supraconducteurs à haute température. Les matériaux supraconducteurs ont la particularité de ne présenter aucune résistance électrique permettant de transporter de l’électricité sans déperdition énergétique. 

Selon les théories disponibles, un moteur électrique supraconducteur pourrait voir ses pertes électriques divisées de moitié, permettant d’exploiter au mieux la densité énergétique embarquée à bord des batteries ou des piles à combustible. La tension électrique pourrait être baissée bien en dessous des 500 volts. De plus la masse des composants, notamment des câbles électriques, pourrait être considérablement réduite, diminuant ainsi le poids de l’avion et lui permettant de disposer d’une meilleure charge utile.

Pour le ministre russe du Commerce et de l’industrie, Denis Doutov, « l’utilisation des technologies hybrides dans l’aéronautique réduira de 70% la consommation de carburant ». La supraconductivité serait alors utilisée pour optimiser les performances des moteurs hybrides utilisant des carburants traditionnels.

Ou en est le programme ? 

Les tests au sol du premier moteur d'aéronef électrique hybride-électrique au monde basé sur un système supraconducteur ont commencé à Chaplygin près de Novossibirsk, en Russie. En parallèle

un laboratoire de pilotage basé sur leYak-40 a été créé. L’objectif des russes et de pouvoir disposer d’ici 2030 de cette technologie pour venir équiper les avions régionaux. Mais avant d’en arriver là, le CIAM et Yakovlev espère réaliser un premier vol d’essais d’ici l’année prochaine.

yakovlev,ciam moscou,avion électrique,décarbonisation de l'aviation,aviation et écologie,aviation est climat,les nouvelles de l'aviation

 

Photos : les premiers essais du moteur électrique sur le Yak-40 @tvzvezda

 

 

 

 

04/04/2021

Lorsque l’écologie s’attaque aux rêves d’enfants !

reve-gosses.jpg

Faut-il briser les rêves d’un enfant à plus forte raison handicapé pour sauver la planète ? Question incroyable et néanmoins bien réelle qui secoue depuis deux jours la ville de Poitiers chez nos voisins français. La Maire de la ville, élue d’Europe Écologie-Les verts a décidé de couper les vivres de l’association « RevesdeGosse » qui permet de faire leur baptême de l’air à des enfants ayant un handicap. L’objectif avoué selon l’élue est de : « détruire le goût de l’avion chez les enfants » !

Donc au nom de l’écologie, un enfant n’aurait plus de rêver à l’aviation ? Et quoi d’autre, demain on interdit les jeux vidéo car ceux-ci font partie de la pollution électronique, qui en passant, pollue quatre fois plus que l’ensemble des compagnies aérienne en une année ? Donc, dans un dogme quasi sectaire on stoppe toute forme d’industrie ? Et puis tant pis, si la médecine régresse, si les gens de voyage plus, ne font plus de sport mécanique.

Non, le rêve justement c’est la première étape qui mène à un monde meilleur, la réalisation de l’être humain, le fil conducteur d’une société vivante. Quel que soit les rêves, ils ont permis de trouver des vaccins, de voler, de marcher sur la Lune. Mais les rêve c’est aussi savoir se réinventer pour des solutions viables pour la transition écologique de toute l’industrie, y compris l’aviation. Ne plus rêver, c’est justement régresser, tomber dans l’ignorance, le signe de la mort de cérébrale de l’humanité. Et puis s’attaquer à une association qui s’occupe d’enfants handicapés n’a rien d’écologique, mais la marque d’une démagogie ignoble.

S’attaquer au plus faible de cette manière et le résultat d’un manque de vision, d’ambition, de compétences, un cauchemar en fait !

La transition écologique ne doit pas devenir une prison de l'esprit, certains semblent confondre écologie et régression, la transition écologique est une révolution industrielle et le rêve en est le détonateur.

 

 

13/11/2020

Rolls-Royce prépare une nouvelle génération de moteurs plus écoresponsable !

1_RJ-R_TEM_260219Ultrafan_02JPG.jpg

Offrir des motorisations plus propres pour les avions de demain est devenu la ligne directrice des motoristes. Faire des moteurs économiques a toujours été la norme dans l’avion, mais cela ne suffit plus, il faut impérativement les rendre plus propres.

L’industrie de l’aviation veut faire « encore mieux » :

En ce qui concerne l'aviation, il faut savoir que les émissions de CO2 par passager ont diminué de 80% au cours des 70 dernières années pour ne plus représenter, avant la crise Covid-19, que 2 à 3% des émissions globales. Moins que le secteur digital, dont les tenants du streaming vidéo ne sont jamais montrés du doigt. Et pourtant l'aviation subit des attaques sans commune mesure avec son impact réel sur le climat. Elle est devenue l'otage d'une idéologie qui prône la décroissance comme seule solution aux enjeux environnementaux et qui déroule un « avion-bashing », un dénigrement, qui frôle le fanatisme, comme pour se donner bonne conscience et oublier qu'on pollue plus ailleurs. Pour ces raisons, l’industrie aéronautique veut faire encore mieux et montrer qu’elle est le « leader » de la transition écologique vis-à-vis d’autres secteurs.

Les motoristes au travail :

La motorisation électrique par exemple est en marche avec plusieurs projets en cours. Mais d’ici là et pour faire voler de gros avions, les turboréacteurs ont encore de l’avenir. Ceux-ci doivent encore évoluer, les motoristes sont engagés dans de nombreux défis à court terme.

unnamed-2.jpg

Une nouvelle famille pour Rolls-Royce :

Le motoriste anglais Rolls-Royce travaille sur un nouveau type de démonstrateur qui doit déboucher l’avènement d’une nouvelle famille de turboréacteurs.  Le démonstrateur de Rolls-Royce ALECSys (Advanced Low Emissions Combustion System), doté d'une technologie intégrée aux programmes de moteurs Advance3 et UltraFan, est testé au sol sur son site aérospatial civil de Derby.

Dans le cadre de sa stratégie de développement durable, Rolls-Royce travaille à réduire les émissions produites par ses futurs moteurs. La réduction des émissions des turbines à gaz fait partie de la stratégie plus large de développement durable de Rolls-Royce, qui implique également un soutien à l'utilisation accrue de carburants d'aviation durables (SAF) et une recherche intensive sur les architectures et technologies de propulsion de rupture. Le système de combustion à mélange pauvre améliore le prémélange du carburant et de l'air avant l'allumage - offrant une combustion plus complète du carburant, entraînant une réduction des émissions de NOX et de particules fines.

Selon Rolls-Royce, cela permettra une combustion plus complète du carburant, entraînant une réduction des émissions. Le développement du système est soutenu par l'UE via Clean Sky et au Royaume-Uni par l'Aerospace Technology Institute et Innovate UK. La première série de tests a débuté en 2018 et cette dernière phase se concentrera sur la validation des performances d'émissions, du logiciel du système de contrôle moteur et des performances fonctionnelles.

Une technologie bientôt disponible :

La technologie ALECSys figurera dans la conception du moteur UltraFan® que Rolls-Royce rendra disponible à partir de 2025. L'UltraFan est une conception évolutive adaptée aux avions à fuselage large et à fuselage étroit. Il est conçu pour offrir une amélioration du rendement énergétique de 25% par rapport à la première génération de moteurs Rolls-Royce Trent.

ultrafan_wp.jpg

Photos : Technologie de démonstration ALECSys avec l’UltraFan @ Rolls-Royce