23/08/2019

Des CH-149 additionnels pour le Canada !

CH-149-Cormorant_Keypublishing-1068x574.jpg

Le gouvernement du Canada lance l’achat de deux hélicoptères Leonardo CH-149 « Cormoran » supplémentaires pour soutenir les opérations de recherche et de sauvetage (SAR).

Chaque année, l'Aviation royale canadienne (RCAF) effectue environ  1’000 missions dans le cadre de la recherche et du sauvetage, une mission essentielle des Forces armées canadiennes. Avec la mise à niveau des CH-149 « Cormoran » et une augmentation de la taille de la flotte, les Forces canadiennes vont continuer à fournir des services de recherche et sauvetage dans un environnement difficile. 

Concernant la flotte d’AW101 (CH-149 Cormoran) :

Plus de 190 hélicoptères AW101 ont été construits ou vendus à des clients civils et militaires à travers le monde dans une grande variété de configurations. La flotte mondiale a atteint plus de 200.000 heures de vol au Canada, au Royaume-Uni, Italie, Danemark, Portugal et le Japon offre des performances exceptionnelles et un degré extrêmement élevé de sécurité.

Les Forces canadiennes ont mené des milliers de missions et des centaines d'opérations de sauvetage, y compris:

  • A 1’200 km. Aller et retour au large de Terre-Neuve;
  • Une aide au sauvetage de nuit, à crevasse profonde de 30 mètres 8700 "sur le côté d'un glacier;
  • Un voyage 3,500 km pour sauver un chasseur échoué sur un écoulement de la glace de l'Arctique.

Le Cormoran a un taux de disponibilité de mission qui atteint les 98%, attestant de sa fiabilité en cas d'urgence et de déploiement d'une mission critique.

En ce qui concerne la mise à jour des CH-149 :

Le programme CMLU mettra à niveau les CH-149 « Cormoran » conformément à la dernière norme AW101-612, actuellement livrée en Norvège, offrant ainsi une voie de mise à niveau à faible risque avec une solution moderne et éprouvée. Ces améliorations des capacités et des équipements incluront une avionique à la pointe de la technologie, un nouveau «cockpit », l’ajout des derniers capteurs, des technologies radar et de recherche avancée, des moteurs plus puissants à commande numérique, des communications sans fil en cabine, un éclairage LED, une mise à niveau des treuils de sauvetage, des solutions de formation synthétiques.

Photo : CH-149 « Cormoran » @ RCAF

 

25/07/2019

Le Canada relance l’offre de remplacement des CF-18 !

ck01-2017-0278-009-1180x787.jpg

Le Canada à réouvert sa demande d’offre en vue du remplacement de sa flotte d’avions de combat Boeing CF-18 A/B « Hornet ». Le Services publics et d’Approvisionnement Canada a transmis à quatre avionneurs ses critères définitifs d’évaluation pour l’acquisition de 88 avions de combat. Le contrat est estimé à entre 15 et 19 milliards de dollars canadiens

Il s’agit du plus important contrat destiné à l’Aviation Royale Canadienne en plus de 30 ans. Les constructeurs suédois Saab, européen Airbus DS ainsi que les américains Boeing et Lockheed Martin sont sur les rangs. L’attribution du contrat est prévue au début de 2022, et le premier aéronef pourrait être livré en 2025.

Fausses rumeurs de retrait :

Hormis l’avionneur français Dassault qui s’est retiré de la course en 2018 à cause de l’Aliance « Five eyes ». Des rumeurs ont circulés dernièrement sur un possible retrait d’Airbus et de Boeing. Celles-ci n’ont jamais été confirmées, c’est notamment pour cela que nous n’avons pas abordé cette question ici. De son côté, Ottawa a confirmé que des commentaires avaient été hémis sur l’appel d’offres car celu-ci pouvait être problématique pour certains avionneurs. Des modifications ont été apportées par la suite. Toutefois, un communiqué de Boeing précise que la société allait examiner l’appel de proposition une nouvelle fois avant de déterminer sa participation.

Larges retombées économiques :

En ce qui concerne les retombée économiques, Ottawa attribue 20 % de pondération. L’idée est d’amener soumissionnaires à faire des partenariats avec des entreprises canadiennes et à générer de l’emploi dans le pays. Les propositions des avionneurs seront également évaluées en fonction des exigences du point de vue technique de l’ordre de 60 % et du coût total du projet 20 %.

Les candidats :

Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » T3 : 

3298772050.jpg

Les Airbus DS Eurofighter T3 Block15 disposent des nombreuses nouvelles améliorations en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3 Block15 dispose du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile air-air très longue portée « Meteor » de MBDA,il permet d’utililiser la nacelle de désignation "Sniper", ainsi que les missiles antichars MBDA « Brimstones II » et des bombes à guidage laser GBU-12. Le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T fait également partie des options. En matière de radar, le T3 est doté du nouveau radar de type AESA à antenne à balayage électronique CAPTOR-E de Selex-ES.

Le nouveau viseur de casque destiné à l’Eurofighter T3 dispose d'un écran de casque innovant. La capacité de vision nocturne sera intégré dans le casque sans le besoin de lunettes séparées. Le système est plus léger que les modèles actuels, il est optimisé pour la sécurité, la protection et le confort. Il offre une pleine capacité, le jour ou la nuit, et dans des conditions météorologiques défavorables. Le système devrait offrir une pleine capacité d’affichage binoculaire sur 40 degrés. Il offrira également une protection contre les faisceaux laser et disposera d’un système audio avancé.

Boeing Advanced Super Hornet (Super Hornet Block III) :

3439402515.jpeg

Le projet « Advanced Super Hornet » est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 « Silent Eagle ». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de coût-efficacité améliorés concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable, de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Tout comme sur le « Silent Eagle », on appliquer une amélioration de la furtivité des revêtements et de la signature radar de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle.

Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar. L’adjonction de réservoirs de carburant supplémentaires sur l’épine dorsale de l’avion en augmente le rayon d’action, permet de supprimer les réservoirs sous les ailes pour de l’armement additionnel, le cas échéant.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur. L’avion est doté d’un capteur IRST. En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%. 

Selon Boeing, le « Super Hornet Block III » peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35C à l’exception de la pénétration furtive.

Lockheed Martin F-35A :

2299254193.jpg

Avion omnirôle de cinquième génération basé sur une technologie furtive, l’avion intègre l’ensemble des capteurs noyés dans sa cellule. L’appareil possédant deux soutes à armements capable de loger principalement deux bombes guidées et deux missiles air-air AMRAAM et du futur FRAAM, de bénéficier d’une autonomie importante et d’une manœuvrabilité comparable aux F-16 de première génération. A noter, que le F-35 peut recevoir de nombreux armements sur 7 pylônes externes, sacrifiant la furtivité au profit de la capacité d’emport, qui peut aller jusqu’à 9 tonnes de charges diverses (réservoirs, bombes guidées, missiles de croisière et missiles air-air). Il est le premier avion entièrement conçu pour fonctionner dans ce que l’on appelle la guerre en réseau (Network Centric Warfare). Le F-35A peut ainsi effectuer des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance et menés directement des opérations de guerre électronique, ainsi que la supériorité aérienne sans oublier l’attaque au sol. Doté d’un cockpit de nouvelle génération avec un écran géant central tactile couleurs qui ne nécessite plus le besoin de boutons de sélection.L’ensemble des informations sont ainsi partagées entre l’écran et le viseur de casque Rockwell Collins ESA Vision Systems LLC, « Helmet Mounted Display System ». Le pilote dispose de la liaison de données TADIL-J (Tactical Digital Information Link) soit une version améliorée de la Link16 de l’Otan.  

 Saab Gripen E :

2574647794.JPG

Doté du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) ES05 «Raven» qui offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois peut voir là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter. Par ailleurs, le  Gripen et le seul à offrir une double liaison de données, soit la Link16 de l'Otan et la TAU propre à la famille "Gripen".

IRST(Infra-Red Seach and Track)le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sud-africain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser. Mode Supercruise  & biokérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du biokérosène.   

Photos : 1CF-18 canadien @ RCAF 2 Eurofighter T3 @ Airbus DS 3 Advanced Super Hornet @ Boeing 4F-35A @ LM 5  Gripen E @ Saab

06/06/2019

La gamme CRJ  reprise par Mitsubishi ?

 

bombardier,crj,mitsubishi heavy industry,avions régionaux,les nouvelles de l'aviation,les ailes du québec,aviation canada,romandie aviation

Je vous l’annonçais dernièrement l’avionneur canadien a vendu sa gamme Q400 et pourrait prochainement se séparer du CRJ, afin de se concentrer sur les jets d’affaires. Des discussions ont débuté avec l’avionneur japonais Mitsubishi Heavy Industries.

 

Si Bombardier ne commente pas les rumeurs et les spéculations sur le marché. Toutefois, à la lumière des récents reportages médiatiques, Bombardier estime qu’il est prudent d’informer des discussions avec Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. concernant son programme CRJ. L’avionneur canadien n’en dit pas plus. 

Pourtant, dans un communiqué Bombardier ajoute : « Avant la conclusion de tout accord, un examen approfondi et une analyse sont requis, ainsi que l’approbation éventuelle du conseil d'administration de Bombardier. Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. doit également mener à bien son processus de vérification préalable et son propre processus d'analyse et d'approbation, indépendants de la volonté de Bombardier. Rien ne garantit que de telles discussions aboutiront finalement à un accord ».

 

La question est ouverte, à suivre…

03/06/2019

Bombardier a vendu sa gamme Q400 ! 

5b968e98c8073.jpg

Bombardier a confirmé aujourd’hui la clôture de la vente antérieurement annoncée des actifs du programme d’avions Q Series à De Havilland Aircraft of Canada Limited (anciennement Longview Aircraft Company of Canada Limited), une filiale de Longview Aviation Capital Corp., pour un produit brut d’environ 300 millions de dollars. Le produit net devrait être d’environ 250 millions de dollars après la prise en charge de certains passifs, des frais, et des ajustements de clôture.

Longview poursuivra la production des avions Q400 aux installations de Downsview à Toronto, et la prestation des services après-vente pour les avions Q Series. Bombardier offrira des services de transition et accordera des licences de propriété intellectuelle à Longview pour assurer une transition ordonnée du programme d’avions Q Series.

Longview poursuivra la production des avions Q400 aux installations de Downsview à Toronto, et la prestation des services après-vente pour les avions Q Series. Bombardier offrira des services de transition et accordera des licences de propriété intellectuelle à Longview pour assurer une transition ordonnée du programme d’avions Q Series.

Le Bombardier Q400 :

Conçu comme un biturbopropulseur moderne du 21e siècle, l’avion Q400 est le dernier-né de la gamme d’avions Q Series. Il procure des niveaux inégalés de performance, de souplesse opérationnelle et de confort des passagers. Outre sa configuration standard à classe unique, l’avion Q400 est offert en plusieurs options : intérieur biclasse au confort accru des passagers, configuration à capacité assise supplémentaire pouvant aller jusqu’à 90 fauteuils pour les marchés à haute densité et configuration combi.

Analyse :

L’avionneur canadien resserre ses activités en se séparant de sa gamme de turbopropuleurs qui n’offre plus un énorme déboucher. Avec le transfert de l’activité du CSéries chez Airbus sous l’appellation A220, il ne reste plus que deux activités, soit la gamme CRJ qui pourrait bien être cédée prochainement. L’avionneur canadien se dirige vers un renforcement de sa gamme de jets d’affaires qui dispose d’une position stratégique très intéressante avec un grand potentiel de croissance.

Photo :Le Q400 @ Bombardier

10/05/2019

Premier A321LR pour Air Transat !

1E56AE03-B842-496E-A69F-6C921A75645A.jpeg

La compagnie canadienne Air Transat, spécialisée dans les voyages d'agrément et de vacances, a réceptionné son premier avion Airbus A321LR. Air Transat loue l’A321LR auprès d’AerCap.

L'A321LR, avec sa configuration unique Airbus Cabin Flex permettant l'installation de réservoirs de carburant supplémentaires, aura une autonomie pouvant atteindre 4 000 milles marins. Air Transat prévoit utiliser le A321LR pour des vols longue distance au départ du Canada, principalement sur des liaisons plus étroites et plus étendues vers des destinations en Europe, dans les Caraïbes, en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Les A321LR remplaceront les avions plus anciens. Le nouvel avion  et très économiques dotés d'équipements intérieurs ultramodernes pour une expérience passionnante améliorée et agréable pour le passager.

L’A321LR d’Air Transat est configuré pour 199 sièges de deux classes, dont 12 sièges Club Class premium dans une cabine exclusive avec un service personnalisé et des sièges ergonomiques. Les sièges de la classe économique sont plus larges, offrent plus d'espace personnel et sont équipés d'un système de divertissement à la pointe de la technologie.

Les A321LR font partie d'un contrat de location plus important conclu entre Air Transat et AerCap, qui le transformera en une flotte entièrement composée d'Airbus d'ici 2022, à mesure de la suppression progressive des avions gros porteurs et à fuselage étroit. 

A propos d’Air Transat :  

Air Transat est la principale compagnie aérienne de vacances au Canada. Elle dessert quelque 60 destinations dans plus de 25 pays des Amériques et d'Europe, propose des vols domestiques et de départ au Canada et transporte environ 5 millions de passagers chaque année. Basée à Montréal, l'entreprise emploie 3 000 personnes. Air Transat est une unité commerciale de Transat A.T. Inc., une société de tourisme international intégrée de premier plan spécialisée dans les voyages vacances et proposant des forfaits vacances, des séjours à l'hôtel et des voyages aérien.

 

Photo : l’A321LR d’Air Transat @ Airbus