15/01/2021

L’Australie remplace le Tigre par l’Apache !

australie,boeing,airbus helicopters,raaf,ah-64 e apache guardian,tigre,blog défense,les nouvelles de l'aviation

 

C’est un complet retournement de situation qui vient de se produire en Australie, Canberra a choisi l’hélicoptère AH-64E BlockIII « Apache Guardian » de Boeing pour répondre à ses besoins en hélicoptère de reconnaissance armé (ARH) à partir de 2025.

De fait, les actuels hélicoptère Airbus Helicopters H655 « Tigre » seront remplacés par l’Apache américain. Le projet de remplacement du tigre, désigné Project Land 4503, nécessite 29 « Apache » pour remplacer les 22 "Tigre" actuellement en service.

« Cette nouvelle capacité ARH renforcera la force de reconnaissance armée australienne pour mieux façonner notre environnement stratégique et décourager les actions contre notre intérêt national », a déclaré la ministre de la Défense, Linda Reynolds.

« La défense a examiné un certain nombre d'hélicoptères par rapport à des critères clés de capacité éprouvée, de maturité et d'un système d'exploitation prêt à l'emploi.»

Le Tigre qui ne satisfaisait pas :

australie,boeing,airbus helicopters,raaf,ah-64 e apache guardian,tigre,blog défense,les nouvelles de l'aviation

C’est en 2018 que Canberra, publie une demande d'informations sur les "hélicoptères de reconnaissance" afin de soutenir les opérations spéciales. Le projet visait le remplacement de la flotte actuelle d’hélicoptères Airbus Tigre ARH de reconnaissance armée.

Bien que récent, la flotte australienne d’hélicoptères « Tigre » ne satisfait pas aux exigences des militaires australiens. En février 2016, l’armée australienne parlait déjà de remplacer les Tigre ARH, si leurs performances ne répondaient pas aux exigences de combat et de maintenance. Pour l’Australie, la maintenance s’avère complexe, longue et difficilement inapplicable en combat réel, de plus l’hélicoptère ne satisfait pas aux exigences du combat actuellement. Le rapport annuel de la défense de l'Australie avait montré, que les hélicoptères Tigre avaient volé 3’000 heures dans une période de 12 mois, soit bien en dessous des 6.000 heures recherchés. L'armée dénonce notamment que la motorisation des Turbomeca MTR de l'hélicoptère, ont un coût plus élevé que prévu. L’Australie se plaint de la difficulté pour obtenir des pièces détachées et que plusieurs incidents impliquant de la fumée dans le cockpit ont été relevés.

Canberra remet en cause, le programme d’améliorations mis en place avec les utilisateurs que sont : la France, l’Allemagne et l’Espagne. Pour les australiens ce programme ne va pas assez loin et ne permettra pas de répondre de manière satisfaisante aux besoins actuellement identifiés.

Le remplacement :

Publiée le 25 septembre 2018, la demande du département de la Défense sollicite des informations sur les hélicoptères en service "optimisés pour les environnements urbains denses" et pouvant être déployés par les transports stratégiques depuis l’avion de transport Boeing C-17. L’hélicoptère devrait être équipé d’équipements et de systèmes d’armes simples, éprouvés, de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR). Par ailleurs, le nouvel aéronef doit pouvoir soutenir les opérations des forces spéciales, comme demandé dans le livre blanc de la défense australienne.

Les concurrents :

Avec une telle demande de la part des australiens, plusieurs machines étaient susceptibles de répondre à la demande, il s’agissait pour les monomoteurs du Boeing AH-6 « Little Bird », de l’Airbus H125M. En ce qui concerne les hélicoptères bimoteurs, on retrouvait, le Boeing avec son AH-64E « Apache », Bell avec l'AH-1Z.

Le Tigre va mieux :

Pour autant, l’hélicoptère « Tigre » se porte mieux depuis les améliorations mise en place, mais le différent datant de plusieurs années entre Airbus Helicopters et l’Armée australienne à visiblement rompu ce qui restait de la confiance. Le ministère de la Défense note que les leçons tirées avec le « Tigre » et d'autres acquisitions ont « éclairé une stratégie visant à rechercher une capacité de remplacement ARH éprouvée et mature ».

«L'Apache Guardian est l'option la plus meurtrière, la plus résistante et la moins risquée, répondant à toutes les exigences de Defence en matière de capacité, de support tout au long de la vie, de sécurité et de certification», déclare Reynolds.

Boeing AH-64 E BlockIII « Apache »:

L’AH-64E « Apache » offre plusieurs améliorations, y compris une plus grande puissance en ce qui concerne la motorisation. Il est doté de nouvelles pales en composites. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones) et ceci grâce à une mise en réseau du système (Net Centric Warfare). L’AH-64E comprend une nouvelle architecture de communication de type JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir AN/APG-78 « Longbow » Block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aériens et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

australie,boeing,airbus helicopters,raaf,ah-64 e apache guardian,tigre,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 & 3 Apache E Block III @ Boeing 2 Tigre australien @ RAAF