03/03/2021

Après l’Australie, l’Allemagne pourrait se désengager du Tigre !

2852617279.jpg

 

 

Rappelez-vous, je vous annonçais le retrait de l’Australie du programme d’hélicoptère européen Tigre en janvier dernier. Il semble que l’Allemagne puisse en faire autant, du moins la réflexion est engagée.

Fiabilité en cause :

Si la question était taboue en Europe contrairement à l’Australie jusqu’ici, Berlin met en cause la fiabilité de l’hélicoptère comme première raison d’un désengagement. La critique vient directement de la Bundeswehr. Cette dernière parle maintenant ouvertement de la faible disponibilité opérationnelle du Tigre. Afin de confirmer la critique, la Bundeswehr met en avant son Rapport sur la situation matérielle des principaux systèmes d'armement de de 2018, le ministère de la Défense a révélé qu'en moyenne, de 11,6 hélicoptères Tigre sur 53 étaient opérationnels. En janvier 2020, le chiffre est tombé à 8.

La modernisation en cause :

L’autre point de discorde concerne la mise à jour de la flotte de Tigre. Lors du dernier Conseil franco-allemand de défense et de sécurité qui s’est déroulé le 5 février 2021, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que « pour moderniser le Tigre au standard 3, il y a toute une série de négociations à mener pour la partie allemande ». En effet, pour l’Allemagne, le programme de mise à jour ne garantirait pas une amélioration de la disponibilité de l’appareil et le coût de ce dernier, soit 5,5 milliards d'euros serait prohibitif.

L’Apache en embuscade :

L'Allemagne se dirigera-t-elle en direction de l’hélicoptère Apache BlockIII ? La question n’est pas encore tranchée, mais elle est déjà évoquée, Berlin semble avoir discrètement envoyé une lettre d’information à Boeing. Une décision pourrait être prise cet automne déjà.

Photo : Tigre ASGARD @ Bundeswehr

02/03/2021

Spirit of Innovation, l’avion électrique de Rolls-Royce !

32.jpg

Le motoriste Rolls-Royce spécialisé dans les moteurs d’avions travaille sur un projet d’avion électrique à haute performances qui répond au joli nom de « Spirit of Innovation ». Ce projet fait partie d'une initiative appelée Accelerating Flight Electrification (ACCEL). La moitié du projet est financé par l'État par l'intermédiaire de l'Institut de technologie aérospatiale (ATI), en partenariat avec le ministère britannique des affaires, de l'énergie et de la stratégie industrielle ainsi qu'Innovate UK.

Pour l’équipe constituée par Rolls-Royce, l’avion électrique « Spirit of Innovation » de type zéro émission doit atteindre des records avec une vitesse cible, de plus de 300 km/h plus tard cette année déjà. Cette initiative en vue d’accélérer le développement d’une aviation plus respectueuse de l’environnement fait partie d’un programme de recherche de type STEM (science, technology, engineering and mathematics in an interdisciplinary and applied approach).

Ce volet du programme national est centré sur le vol, l'électricité, le recyclage et l'énergie durable. De fait, les ressources proviennent d’élèves de 6e année (3 à 11 ans) et différentes personnes de la société civile. Comme ils sont libres, les parents, les soignants, les enseignants, les éducateurs à domicile, les ambassadeurs STEM et les enfants curieux y ont accès. Ces ressources ont été conçues pour utiliser les ressources quotidiennes de la classe et de la maison. A la base, il s’agit de faire intervenir les différentes idées pour finalement concrétiser de nouvelles approchent qui permettent au final de révolutionner un domaine.

En partant de cette approche Rolls-Royce est parvenu à présenter son prototype d’avion électrique dans un temps record. En fin de semaine dernière le « Spirit of Innovation » a terminé les tests de roulage, se rapprochant ainsi de son vol inaugural. L'avion a démontré qu’il était capable de rouler par ses propres moyens le long d'une piste, propulsé par son groupe motopropulseur électrique de 500 chevaux. L'avion devrait prendre son envol pour la première fois au printemps prochain.

Pour atteindre son objectif ambitieux, Rolls-Royce s'est allié à deux sociétés britanniques : YASA, fabricant de moteurs électriques légers et de haute puissance, et Electroflight, une start-up spécialisée dans les groupes motopropulseurs électriques haute performance, y compris les systèmes de stockage d'énergie. Rolls-Royce estime qu'à pleine puissance, la combinaison du groupe motopropulseur électrique de 500 ch (400 kW)et d'un système de batterie avancé propulsera l'avion à plus de 300 mph, établissant un nouveau record mondial de vitesse pour le vol électrique.

12.jpg

Photo : Le Spirit of Innovation @ Rolls-Royce

Vol inaugural pour le drone « Loyal Wingman » de Boeing !

High-res_LW_FF_Stills-4.jpeg

Le drone démonstrateur furtif de Boeing le « Loyal Wingman » conçu et fabriqué en Australie a effectué son vol inaugural hier sous la supervision d'un pilote d'essai de Boeing surveillant le drone depuis un poste de contrôle au sol du Woomera Range Complex.

« Le premier vol du Loyal Wingman est une étape majeure dans ce projet à long terme et important pour l'armée de l'air et Boeing Australie, et nous sommes ravis de participer à ce test réussi », a déclaré le vice-maréchal de l'Air Cath Roberts, RAAF. Chef de la capacité de l'armée de l'air. « Le projet Loyal Wingman est un pionnier pour l'intégration de systèmes autonomes et d'intelligence artificielle pour créer des équipes homme-machine intelligentes.

Evd38WrXUAQsnzm.jpeg

Après une série de tests de roulage validant les opérations au sol, la navigation et le contrôle, et l'interface pilote, le drone a réussi un décollage par sa propre puissance avant de suivre une route prédéterminée à différentes vitesses et altitudes pour vérifier la fonctionnalité de vol et démontrer les performances du Conception du système d'association « Airpower ».

Développer l’Airpower Teaming :

Ce premier drone « Loyal Wingman » sert de base au système Boeing « Airpower Teaming » en cours de développement pour divers clients. Ce futur drone volera aux côtés d'autres plates-formes comme le nouveau F/A-18 E/F « Super Hornet » BlockIII, en utilisant l'intelligence artificielle pour s'associer aux actifs existants avec équipage et sans équipage pour compléter les capacités de la mission.

Avec le soutien de plus de 35 équipes industrielles australiennes et en tirant parti des processus innovants de Boeing, y compris des techniques d'ingénierie basées sur des modèles, telles qu'un jumeau numérique à des missions d'essais en vol numériques, l'équipe a pu fabriquer le premier drone d’essais de la conception au vol en trois ans seulement.

Des drones supplémentaires de types « Loyal Wingman » sont actuellement en cours de développement, et des vols en équipe sont prévus plus tard cette année.

WZJ5XITCCZHJDF7JOKIYL2MLF4.jpg

Le système de drone Airpower Teaming doit permettre : 

De fournir une performance équivalente à un avion de combat avec une capacité de parcourir plus de 2’000 milles marins.

Intégrer des ensembles de capteurs à bord pour soutenir les missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance et de guerre électronique

Faire appel à l'intelligence artificielle pour voler de manière indépendante ou avec l'appui d'un avion piloté, tout en maintenant une distance de sécurité entre tous les avions. Le drone doit à terme être capable de voler et d'appuyer « l’Advanced Super Hornet BlockIII» dans ses missions d'attaques et de pénétration.

Le système d’association de Boeing Airpower offrira un avantage perturbateur pour les missions habitées et non habitées des forces alliées.

 

4178080684.jpg

Photos : 1 Loyal Wingman au décollage 2 En vol 3 Lors de sa présentation 4 Image d’un avenir proche avec le Super Hornet @ Boeing  

08:06 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |

01/03/2021

Premier Embraer E195-E2 pour KLM !

klm,embraer e-195-e2,nouvraux avions de ligne,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

KLM a pris livraison de son premier Embraer E195-E2 pour sa filiale régionale KLM Cityhopper lors d'une cérémonie qui s'est tenue mardi dernier dans les installations de l'usine d'Embraer à Sao Jose dos Campos au Brésil. 

Rappel :

La compagnie aérienne KLM Cityhopper a passé une commande ferme portant sur 21 appareils de type Embraer E195-E2 assorti de 14 options. La commande avait précédemment été annoncée avec une lettre d’intention pour 15 commandes fermes avec 20 droits d’achat au Salon du Bourget au début de l’année 2019. Avec tous les droits d’achat exercés, l’opération aurait une valeur estimée à 2,48 milliards de dollars.

Meilleur respect de l’environnement :

KLM explique son choix par réduction de 31% des émissions de carbone par siège par rapport aux E190 de première génération de KLM Cityhopper comme un attribut clé de l'avion. Pendant ce temps, l'avion génère moins de bruit que les futures limites prévues par l'OACI et son empreinte sonore couvre une zone 60% plus petite que son prédécesseur ce qu'Embraer a qualifié de mesure critique étant donné les règles strictes de réduction du bruit de l'aéroport d'Amsterdam Schiphol.

KLM a opté pour un aménagement de cabine de 132 places, dont 20 en classe affaires, 8 en classe économique premium et 104 en classe économique. Outre le nouveau E195-E2, la flotte de KLM Cityhopper comprend 17 E175 de première génération et 32 E190.

Embraer, la nouvelle famille E2 :

Le programme E2 réaffirme l'engagement de l’avionneur brésilien pour maintenir sa position de leader dans le segment des avions de 70 à 130 sièges. La nouvelle génération est motorisée avec des Pratt & Whitney « PurePower » GTF à taux de dilution élevé (PW1700G sur le E175-E2, PW1900G sur le E190-E2 et E195-E2). La nouvelle génération dispose également de nouvelles ailes aérodynamiquement avancées, des contrôles complets « fly-by-wire » et des améliorations sur divers systèmes. La gamme E2 va considérablement réduire la consommation de carburant, les émissions et le bruit extérieur. L’avionneur brésilien a également travaillé à la réduction des coûts d’entretien.

Depuis le lancement, l'E2 a atteint 505 demandes soit : 90 pour E195-E2, et 415 options et droits d'achat et parmi ses clients des compagnies aériennes et les sociétés de crédit-bail. Actuellement, la famille des E-Jets fonctionne avec environ 70 clients dans 50 pays et est un leader mondial dans le segment jusqu'à 130 sièges, avec une part de marché de plus de 50%.

klm,embraer e-195-e2,nouvraux avions de ligne,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Photos : 1 Embraer 195E2 KLM @ Mark Wagtendonk 2 Intérieur @ KLM

28/02/2021

Le Paraguay cherche un nouvel avion école et d’attaque légère !

Paraguay_Tucano_1052_1.jpg

Le Paraguay prépare le remplacement de sa flotte d’avion légers AT-26 « Xavante » (MB-326) et AT-27 « Super Tucano ». Le pays désire un nouvel appareil école capble notamment d’opérer l’appuis au sol léger pour combattre le trafic de drogue notamment.

La Force aérienne paraguayenne :

La Force aérienne du pays est divisée en trois escadrons : le premier escadron de chasse « Guaraní », qui exploitait des avions AT-26 « Xavante » (retirés est mis en réserve), le deuxième escadron de chasse « Indios », qui exploitait des avions AT-33 (retirés) et l'escadron de reconnaissance et d'attaque « Moros », actuellement le troisième escadron de chasse, qui exploite des avions AT-27 « Super Tucano ». C'est le seul escadron actuellement actif et considéré comme une force d'élite.

Les problèmes auxquels le Paraguay est confronté aujourd’hui concerne non seulement une menace pour la sécurité nationale (trafic de drogue, milices paramilitaires), mais se reflètent également directement dans sa sécurité intérieure. Par conséquent, le ministère de la Défense nationale et le haut commandement de l'armée de l'air ont mené des études et élaboré des plans pour acquérir de nouveaux avions de combat le plus rapidement possible. On notera qu’actuellement la police du ciel et effectué par l’armée de l’air brésilienne dans la région, étant la seule Force aérienne disposant de véritables avions de combat.

Forte ambition :

Si les capacités du Paraguay sont faibles du point de vue militaire, les ambitions stratégiques du pays, reconnaissant son importance pour le maintien de la sécurité régionale, la protection des frontières du pays, le maintien de la paix et la garantie de la souveraineté nationale du ciel sur le Paraguay. Pour ce faire une modernisation des radars est en cours et il existe une réelle ambition pour moderniser et doté l’armée de l’air d’appareils modernes est capable d’assurer la sécurité du pays.

Plusieurs appareils en vue :

Le pays travaille sur l’acquisition futur de deux types d’appareils. Le premier est un avion école turbopropulsé et capable d’appuis au sol. Le second concerne un jet école capable lui aussi d’appuyer l’attaque au sol et d’offrir une certaine capacité en termes de police du ciel.

Dans la première catégorie on trouve : l’Embraer EMB-312 « Super Tucano », le Textron AT-6 « Texan II ». Pour la seconde, le choix est plus étoffé avec le L-159 d’Aero-Vodochody, le M-346 de Leonardo et le Yakovlev YAK-130 et le KAI FA-50 « Golden Eagle ».

Le principal problème du Paraguay concerne les finances pour pouvoir assurer le renouvellement à sa juste valeur de sa Force aérienne. Des discussions sont également engagées avec le grand voisin brésilien en vue de travailler en commun en ce qui concerne la formation des pilotes.

Photo : AT-27 « Super Tucano » du Paraguay @ H.Higuchi