21/05/2021

Le Rafale F4 est une réalité !

dassault aviation,rafale,rafale f4,nouvel avion de comabt,air2030,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Le futur standard de l’avion de combat Rafale est déjà en partie une réalité. Un premier appareil F4-1 a effectué une campagne d’essais à Istres sous la direction de la DGA.

Selon le site de la DGA,huit missions complexes représentant 50 sorties d’aéronefs ont été réalisées par des équipages d’essais de la Direction générale de l’armement (DGA), de la Marine nationale, de l’armée de l’Air et de l’Espace et de Dassault Aviation. Ils ont permis d’insérer deux Rafale dans l’état courant de développement du standard F4-1 au sein d’un dispositif aérien de grande ampleur, comptant jusqu’à 8 appareils en zone de combat pour les phases tactiques, ainsi que des créneaux de ravitaillement en vol. Le Rafale F4-1 a ainsi pu être éprouvé, dans un cadre technico-opérationnel réaliste : les équipages, dotés de viseurs de casque SCORPION, ont pu mettre en œuvre les nouvelles fonctionnalités de combat collaboratif, notamment la localisation précise d’autres aéronefs par des moyens passifs au sein d’une patrouille.

Cette campagne de revue d’aptitude à l’utilisation (RAU) a mobilisé de nombreux moyens aériens du ministère des Armées : 8 Rafale dont 2 Rafale Marine, 2 Mirage 2000 et 2 Alphajet, auxquels se sont ajoutés la mise à disposition journalière de la zone d’entraînement Méditerranée par la Marine, et par d’importants moyens sol de DGA Essais en vol : contrôle aérien spécifique d’essais, salles d’écoute et systèmes de trajectographie. Des contributeurs de Dassault Aviation, Thales et MBDA étaient également présents afin de suivre en temps réel la réalisation des vols d’essais, d’apporter leur expertise et de bénéficier en direct du retour des équipages, riche en enseignements pour orienter les développements en cours.

La prochaine campagne de RAU du Rafale F4-1 ciblera, de façon complémentaire, l’évaluation des capacités de ce nouveau standard dans le domaine des missions Air-Surface. Elle sera de nouveau organisée par les équipes de DGA Essais en vol avec le concours des Forces depuis la base aérienne 125 « Charles Monnier » d’Istres. « Ce standard repose sur quatre piliers : la connectivité, l’engagement, la disponibilité ainsi que la détection et la lutte contre les menaces, a souligné la ministre des armées. Ce standard F4 est un saut technologique, un saut industriel, un saut stratégique. » Le Rafale F4 vise en premier lieu l’amélioration de la connectivité du Rafale et des modes de travail en réseau associés, aussi bien dans un contexte national qu’interallié. Le Rafale F4 constituera une première étape pour le combat collaboratif connecté multiplateformes et donc vers le système de combat aérien du futur (SCAF). La capacité du Rafale à opérer face aux nouvelles menaces sera renforcée grâce à l’amélioration du système de protection et d'évitement des conduites de tir (SPECTRA), de l’optronique secteur frontal (OSF), de la nacelle de désignation TALIOS et du radar à balayage électronique RBE2. Ce nouveau standard prévoit également la prise en compte des futures évolutions des missiles ASMP-A, SCALP, de l’AASM 1000 kg modulaire et MICA NG, sans oublier les évolution du Meteor. Enfin, des développements faciliteront la préparation opérationnelle et le soutien en service avec l’introduction de fonctions d’aide au diagnostic de pannes, de maintenance préventive et la modernisation du calculateur du moteur M88. 

Certes, le Rafale F4 n'est pas encore au stade définitif, mais l'avion est une réalité et son développement suit selon le calendrier du programme prévu par l'avionneur Dassault Aviation. 

Un développement à long termes :

IMG_6943.jpeg

Le standard F4 est le fruit de travaux conduits en plateau collaboratif par la Direction générale de l’armement (DGA), les états-majors des armées et la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé). Lancé moins d’un mois après la qualification du standard F3-R, ce nouveau standard s’inscrit dans la logique de développement du Rafale, lui permettant ainsi de rester au meilleur niveau face à l’évolution des besoins nationaux et à l’export.

Par la même occasion, il est important de rappeler deux éléments : le premier concerne un développement à long termes du Rafale au moins jusqu’au standard F6. Cette information avait été confirmée notamment lors de la présentation de l’avion à Payerne en 2019, lors des essais dans notre pays. Le second élément concerne le fait que le Rafale va faire partie intégrante du « système SCaf » et doit assurer une transition en douceur d’ici 2060, soit un gage de modernité et de longévité.

dassault aviation,rafale,rafale f4,nouvel avion de comabt,air2030,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Que va apporter ce nouveau standard : 

Cette évolution de l’avion français doit permettre d’amener celui-ci pleinement dans le combat en réseau avec de nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle. De nouvelles fonctions seront également développées pour améliorer les capacités de l’avion comme l’évolutions des capteurs et du radar, de l’optronique secteur frontal (IRST), capacités viseur de casque et de nouveaux armements seront intégrés.  

Enfin, en termes de disponibilité, Dassault travaille dans le cadre d’un MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) qui sera davantage verticalisé sous l’autorité de l’avionneur. Le F4 comprendra un nouveau Système de Pronostic et d’Aide au Diagnostic introduisant des capacités de maintenance prédictive. D’autres optimisations de la maintenance sont également programmées, avec notamment des solutions basées sur le « Big Data » et l’intelligence artificielle. Enfin, le Rafale sera doté d’un nouveau calculateur. La validation du standard F4 est prévue pour 2024, avec certaines fonctions disponibles dès 2022. 

A noter que la Finlande et la Suisse sont directement concernés par ce nouveaux standard, qui pourrait venir équiper les deux Force aériennes en cas de choix cette année !

578569378.jpeg

Photos : Rafale F3-R @ Dassault Aviation / Antony Pecchi

 

20/05/2021

Des H160 additionnels pour la Marine française !

unnamed-1.jpg

La Direction générale de l’armement  (DGA) a notifié auprès d’Airbus Helicopters, Babcock et Safran Helicopter Engines la tranche optionnelle portant sur les deux derniers H160 de la flotte intérimaire marine. Ces deux appareils compléteront les quatre H160 déjà contractualisés en 2020, dont le premier est en cours d’assemblage dans l’usine Airbus Helicopters de Marignane. Les six H160 FI configurés pour le sauvetage en mer seront mis en œuvre progressivement à partir de mai 2022, sur la base aéronavale (BAN) de Lanvéoc-Poulmic, l’aéroport de Cherbourg et la BAN d’Hyères. En attendant l’arrivée du H160M « Guépard » dans le cadre du programme Hélicoptère Interarmées Léger (HIL), les H160 FI prendront la relève des « Caiman »et « Panther » sur les missions d’alerte SAR/SECMAR à terre et permettront ainsi à ces hélicoptères de combat aéromaritime de remplir leur mission première, en mer, à bord des frégates.

L’emploi de ces H160 FI contribuera au développement de la version militaire de l’appareil et de son système de soutien au travers du retour d’expérience que pourra faire la Marine nationale.   

Commandés en 2018, les H160 FI seront équipés et maintenus en condition opérationnelle par Babcock dans le cadre d’un partenariat avec Airbus Helicopters, et Safran Helicopter Engines. Ce partenariat permettra d’assurer un haut niveau de disponibilité des appareils, nécessaire à la permanence de la mission de secours en mer sur la façade Atlantique et la façade méditerranéenne. Fabriqués par Airbus Helicopters, les six H160 FI seront notamment équipés de treuils et de cabines modulaires permettant un aménagement optimisé pour chaque mission de l’action de l’Etat en mer (AEM). Ils seront aussi certifiés pour le vol aux jumelles de vision nocturne nécessaires notamment pour le treuillage de nuit.

Les six hélicoptères H160 FI seront militarisés « a minima » par Babcock, société d’ingénierie spécialisée dans le soutien aux services stratégique des États afin de répondre aux besoins opérationnels de la Marine nationale. Babcock assurera notamment l’installation du système optronique Euroflir 410 de nouvelle génération de Safran Electronics & Defense.  

 
Le H160 : 

Le H160 bimoteur de moyen-tonnage est capable d’effectuer les missions les plus variées, du transport de passagers aux évacuations sanitaires, en passant par la desserte des plateformes pétrolières. Un segment de marché qui représente plus de 30 % des ventes d’hélicoptères civils. Le H160 est un condensé de technologies, avec notamment le nouveau moteur Arrano de Turbomeca qui offre un gain de consommation de carburant de 10% à 15% comparé aux hélicoptères actuels.  Le H160 dispose d’un fuselage 100% composite plus léger. Les ingénieurs d’Airbus ont opté pour un rotor de queue décentré et un stabilisateur biplan. 

Avec 68 brevets, le H160 intègre les dernières innovations technologiques d'Airbus Helicopters visant à offrir aux passagers un confort supérieur grâce aux lames Blue Edge réductrices de bruit et à une superbe visibilité extérieure pour les passagers et les pilotes, sans oublier les fonctionnalités de sécurité supplémentaires qu'offre Helionix protection de l'enveloppe et réduction de la charge de travail du pilote. Le nouveau modèle industriel d'Airbus Helicopters, basé sur la spécialisation du site et un processus d'assemblage de composants prêt à l'emploi, qui réduit le temps de mise sur le marché du H160 à 24 semaines, offrant ainsi plus de flexibilité aux clients. Cela permettra aux clients de confirmer leur configuration de mission à un stade ultérieur en fonction des besoins du marché.

H160-26p.jpg

Photos : 1 Futur H160 FI 2 Le H160 @ Airbus Helicopters

19/05/2021

Le Mil Mi-28 NM bientôt service ! 

800px-Russian_Air_Force,_RF-13489,_Mil_Mi-28NM_(49581609382).jpg

La holding Russian Helicopters de la société d'État Rostec présentera le dernier hélicoptère d'attaque Mi-28NM dans le programme de vol du salon aéronautique international MAKS-2021, qui se tiendra du 20 au 25 juillet à Joukovski près de Moscou. L’occasion de mettre en avant la prochaine génération du Mi-28.

Intérêt pour l’exportation :

Les développements du Mi-28NM seront mis en œuvre dans sa version export, ce qui est d'un grand intérêt tant pour les clients traditionnels, tels que les pays du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie, que pour de nouveaux partenaires potentiels, car leaversion d'exportation de l'hélicoptère a déjà confirmé sa haute fiabilité, a déclaré le chef du ministère de l'Industrie et du Commerce de la Russie Denis Manturov.

Le contrat pour la fourniture de 98 hélicoptères d'attaque Mi-28NM au ministère de la Défense de la Fédération de Russie d'ici la fin de 2027 a été signé dans le cadre du Forum militaire et technique international Armée-2019. Les premiers exemplaires du Mi-28NM « Hight Hunter » modernisés sont fabriqués dans l'entreprise Rostvertol de la holding Russian Helicopters. En 2020, le premier lot de de 6 Mi-28NM a été livré au ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

L'apparence des "Night Hunter" modernisés est très différente de la version de base de l'hélicoptère. Le Mi-28NM a acquis une nouvelle forme de fuselage, des moteurs améliorés et une unité d'alimentation auxiliaire, un nouveau complexe avionique et des types d'armes avancés. Dans le cadre de l'installation d'un nouveau système de surveillance et de visée, la disposition du nez du fuselage a été modifiée, sur laquelle se trouve l'équipement d'interfaçage avec les véhicules aériens sans pilote (UAV).

Capture1d.JPG

Lors de la modernisation du "Night Hunter" par les concepteurs du NTSV "Mil and Kamov", l'expérience du développement de l'entraînement au combat du Mi-28UB a également été prise en compte. Un deuxième ensemble de commande est installé dans le cockpit avant du nouvel hélicoptère. De plus, le cockpit a subi une modernisation. Le commandant et le pilote-opérateur recevront désormais des informations sur l'environnement et le fonctionnement de tous les systèmes du véhicule dans un volume plus important et sous une forme plus accessible, ce qui augmente la conscience de la situation de l'équipage, facilite l'interaction et augmente la vitesse de prise de décision dans une situation de combat difficile.

L'hélicoptère est également équipé d'un nouveau complexe d'observation, de vol et de navigation équipé d'installations informatiques à vitesse accrue. Le cockpit est blindé de manière fiable, ce qui offre une protection contre les balles perforantes et les obus d'un calibre allant jusqu'à 20 mm. Les nouveaux systèmes de vision nocturne installés sur l'hélicoptère permettent d'effectuer des missions de combat 24 heures sur 24 et de reconnaître des cibles sur de longues distances, donnant des avantages supplémentaires à l'hélicoptère de combat. 

Préparation à l’entrée en service :  

Les 6 premiers Mi-28 NM ont rejoindre le 344ème Centre d'entraînement au combat et de recyclage du personnel navigant. Ces premiers hélicoptères servent à la qualification des différents systèmes avant l’entrée progressive de l’appareil.  

Le Mil Mi-28 NM :

1492605320.jpg

Cette nouvelle génération du Mi-28 dispose de l’expérience et de la conception du Mi-28UB. Cependant, de nombreuses améliorations sont incorporées à bord issues de l’expérience des combats en Syrie.

La version « NM » du Mi-28 dispose d'un radar Nadterechny Н025 monté sur mât du rotor principal permettant la détection et l’identification des cibles terrestres et aériennes en dehors de la visibilité visuelle. Le système détermine leurs coordonnées pour le tir et peut également transmettre les données de ciblage à terre et en direction des postes de commandement aéroportés. Le nouveau système de navigation permet un atterrissage sécurisé dans le brouillard et de nuit. Les pilotes disposent d’un nouveau viseur de casque qui affiche toutes les informations nécessaires pour le vol et pour viser des cibles dans tout le champ de vision. Le Mi-28NM dispose également de nouvelles capacités de tir air-air.

Le Mi-28NM est doté d’une motorisation plus puissante avec deux turbines VK-2500-03 utilisées pour équiper les Ka-52K « Katran ». Cette motorisation semble permettre d’atteindre les "600 kilomètres par heure "(370 mph).

L'hélicoptère sera équipé de plusieurs nouveaux types de missiles. L'année dernière, le Ministère russe de la Défense a confirmé qu’il le serait adopté avec le Hermes-A, également connu sous le nom de « Produit 305 ». La portée de tir de ces munitions permettra au Mi-28NM d'attaquer des cibles à une distance de 15 à 20 km. Il deviendra également possible d'utiliser l'ATGM Chrysanthemum-VM à longue portée. Des travaux sont également en cours pour l’installation de missiles air-air R-74M modernes avec une tête de guidage infrarouge.

1994116356.jpg

Photos : Mil-Mi 28 NM @ Rostec

 

 

18/05/2021

Début d’assemblage pour l’ACJ TwoTwenty !

ACJ220-100_PW_AIB_VGROUND_1.jpg

Airbus a débuté l’assemblage du premier Airbus Corporate Jet A220 connu notamment sous l’appellation ACJ TwoTwenty. Un premier modèle est actuellement sur la chaîne d'assemblage final (FAL) de l'A220 à Mirabel, au Canada. Cette arrivée de la section du fuselage central marque le début du premier avion d'affaires d'Airbus jamais assemblé au Canada.

Rappel :

Airbus Corporate Jets (ACJ) offre la famille d'avions d'affaires la plus moderne et la plus complète au monde, proposant aux clients le plus grand choix de cabines personnalisables, spacieuses et uniques, leur permettant de sélectionner le confort qu'ils souhaitent dans la taille dont ils ont besoin leur apportant ainsi une expérience de vol unique.

Airbus Corporate Jets (ACJ) a lancé le jet d'affaires ACJ TwoTwenty. Le nouvel avion est basé sur l'Airbus A220 et fait partie du Xtra Large Bizjet, une nouvelle classe d'avions d'affaires et VIP.

Le nouveau jet est basé sur le modèle d'avion Airbus A220-100. Il pourra décoller des mêmes aéroports que ses concurrents. L'ACJ TwoTwenty occupera également le même espace de stationnement tout en offrant de 2 à 3 fois plus d'espace en cabine par rapport aux autres jets d'affaires, selon le constructeur. 

A220-Concept-3-Dining-Conference-14May20.jpg

Le 6 octobre 2020, Airbus a annoncé que l'ACJ TwoTwenty disposera également d'un catalogue de cabines flexibles qui répondra aux exigences des avions d'affaires dans les catégories lourdes et long courrier. Le constructeur a promis que la cabine serait équipée d'une variété d'innovations à partir d'un système Wi-Fi dans toute la cabine ainsi que d'un éclairage LED et de fenêtres électrochromatiques. 

L’ACJ TwoTwenty : 

L'ACJ TwoTwenty comprend pour la première fois un catalogue de cabines flexibles. Il bénéficie
d’un confort ultime, d’un rayon d'action intercontinental, économies imbattables et disponibilité opérationnelle inégalée.

L'ACJ TwoTwenty offrira un espace personnel inégalé avec 73m2 d'espace au sol et sera le seul avion d'affaires à proposer six larges espaces de vie VIP pouvant accueillir jusqu'à 19 passagers. L'ACJ TwoTwenty aura un rayon d'action intercontinental, capable de voler jusqu'à 10’500 km (plus de 12 heures de vol) et son prix se situe juste en dessous de celui des avions d'affaires à très long rayon d'action.

Plus de 200 avions d'affaires Airbus sont en service sur tous les continents, y compris l'Antarctique, ce qui souligne leur polyvalence opérationnelle, y compris dans des environnements difficiles.

ACJ220-Modern-Club4.jpg



Photos : 1 ACJ TwoTwenty 2 & 3 cabine intérieur @ Airbus

 

16/05/2021

La réorganisation de l’USAF passe par le retrait du F-22 !

EQVXDKlXkAADoc4.jpeg

Les hauts responsables de l’US Air Force ont fourni de nouveaux détails sur les plans de la future organisation en vue de la domination aérienne.  Ils sont convaincus que le Lockheed Martin F-22 « Raptor » n’a pas la profondeur et la portée nécessaires en tant que chasseur de supériorité aérienne de choix. Si, le F-35 sera conservé et deviendra la pierre angulaire de l’USAF, il ne sera pas acheté en nombre additionnels.

Pas avant 10 ans :

1200px-Lockheed_Martin_F-22A_Raptor_JSOH.jpg

Le retrait du Lockheed Martin F-22 « Raptor » ne se fera pour autant pas avant 10 ans, soit à partie de 2030, date à laquelle il atteindra les 40 ans. Mais le moment exact de sa retraite dépendra de la rapidité avec laquelle l’USAF pourra mettre en production son avion de combat de sixième génération basé sur le modèle Next Generation Air Dominance (NGAD).

Peu de détails ont été publiés sur le programme hautement classifié NGAD, mais les responsables de l’USAF le conçoivent comme une famille de systèmes, pas simplement un avion de chasse traditionnel piloté par un pilote humain. En septembre dernier, l'ancien responsable de l'acquisition de l'armée de l'air, Will Roper a annoncé qu'un démonstrateur NGAD à grande échelle avait effectué son vol inaugural.

Pour l’instant l’USAF ne précise pas dans quelle mesure le NGAD sera basé sur une ou plusieurs plates-formes habitées. Le programme comprend des segments habités, non habités et éventuellement habités. Mais il semble bien que tous ne pourraient pas entrer en service opérationnel pour des question de financement et techniques également.

Quatre variantes :

f15EX 001.jpg

Les plans de l’US Air Force prévoient maintenant de fonctionner à l’avenir avec quatre variantes d’appareils : soit le nouveau NGAD, le Lockheed Martin F-35A, le Boeing F-15EX « Eagle II » et le Lockheed F-16 Block70/72. A noter, que le Fairchild A-10 « Warthog » serait conservé « pendant un certain temps encore ». 

L’USAF prévoit de conserver le F-35 qui servira d’épine dorsale en fonctionnant avec les F-15EX et F-16. Le F-15 EX « Eagle II » doit venir remplacer progressivement l’ensemble des F-15 C/D/E en service. La question en suspend concerne la mise à niveau des F-15 E en version « EX » d’une partie de la flotte ou le renouvellement complet avec des F-15 EX neufs.  

À terme, l’USAF cherche également un remplaçant pour sa flotte de F-16. Pour l’instant, il est question d’acheter des F-16 Block70/72 neufs, voir même la nouvelle version Block80 prévue par Lockheed Martin et ceci en lieu et place du F-35.

Nouveaux missiles :

En parallèle, l’USAF travaille sur la modernisation de sa capacité de frappe en profondeur avec de nouveaux missiles air-air. Raytheon travaille au développement du « Pérégrine » (Pèlerin) soit un missile deux fois plus petit que les autres armes, mais deux fois plus rapide. De son côté Lockheed Martin travaille sur l’AIM-260 JATM offrant une autonomie plus grande que la famille actuelle AMRAAM.

unnamed.png

Photos : 1 l’USAF aujourd’hui 2 Le F-22 Raptor 3 Le F-15 EX se prépare pour un long avenir 4 Projet NGAD @ USAF