28/04/2019

Le Sukhoi Su-57 offert à l’exportation !

D4voK15WsAEUMV1.jpg

Le gouvernement russe autorise l'exportation de l'avion de chasse de cinquième génération Sukhoi Su-57. Viktor Kladov, directeur de la coopération internationale et de la politique régionale de la société de portefeuille industrielle russe Rostec Defence, a déclaré que la version de l'avion destiné aux clients internationaux s'appellera Su-57E (Export).

Il a ajouté qu'il s'attendait à ce que l'avion soit un candidat concurrentiel pour des programmes au Moyen-Orient et dans certaines régions de l'Asie-Pacifique.

Selon Kladov, le Su-57E pourrait être officiellement dévoilé au salon aéronautique de Dubaï en novembre 2019, et ce dévoilement refléterait le marché d'exportation cible du Su-57E. "Nous pensons que le Moyen-Orient est un marché attractif pour cet avion", a déclaré M. Kladov.

Pas de pression américaine :

Lors de la commercialisation de l'avion destiné à l'exportation, M. Kladov a déclaré qu'il était peu probable que les clients soient dissuadés par la loi américaine intitulée Countering's Adversaries Through Sanctions Act (CAATSA). Cette législation, introduite en août 2017, proposait des sanctions aux clients de la défense russe en réponse à l'ingérence présumée de Moscou dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et à l'annexion de la Crimée. 

Le Sukhoi Su-57 :

726849443.jpg

Susceptible de venir remplacer l’actuel Su-27, le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté avec notamment le mode « Supercroisière », l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolasers qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation  et ceci même si le réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

Les moteurs actuels du Su-57 Izd117 ne sont pas définitifs et représente une variante fortement modernisée de l’AL-31F équipant le Su-27 Flanker.  Le futur moteur qui est encore aux essais, l’Izd 30 permettra le mode de la « Supercroisière » avec un rapport poids puissance supérieur avec la poussée vectorielle.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobiles le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers)qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion moins sujet à des pertes de portances lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (Multifunction Integrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux: soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir"  sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore connues malgré tout les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique.

En ce qui concerne l’armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos. Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement.

Photos : 1Su-57 2Cockpit @ Sukhoi

27/04/2019

Premier vol de l’A319neo avec le moteur GTF !

A319neo-Airbus-PW-MSN6464-take-off.jpg

La dernière des variantes de l’A320neo, un avion d’essai A319neo d’Airbus, a effectué son vol inaugural avec les moteurs Pratt & Whitney GTF pour la première fois. L’A319neo a décollé de Toulouse à 12h30 et atterri à 15h20. Il était piloté par un équipage de cinq personnes, dont le capitaine Philippe Castaigns, le premier officier Shaun Wildey, les ingénieurs d’essais en vol Frank Hohmeister, David O’Nions et l’ingénieur en vol d’essais Cedric Favrichon.

L’avion, le MSN 6464, effectuera une vaste campagne de tests en vol afin d’obtenir sa certification avec les moteurs P&W GTF d’ici au quatrième trimestre 2019. Ce même avion était à l’origine équipé de moteurs CFM LEAP-1A pour la campagne de tests de certification complète de cette variante qui avait commencé le 31 mars 2017 avant la certification FAA / EASA en décembre 2018.

Le Pratt & Whitney GTF

Le GTF de Pratt & Whitney introduit des réducteurs 3: 1 entre l'avant et l'arrière, permettant à chaque partie du moteur de fonctionner à la vitesse la plus efficace.C'est une avancée, mais comme beaucoup d'autres technologies révolutionnaires, l'introduction de GTF s'est accompagnée de défis. Pratt & Whitney a promis que les avions de ligne équipés du GTF réduiraient la consommation de carburant de 16%, les émissions de gaz à effet de serre de 50% et le bruit de 75%. Tous ces seuils ont été atteints, avec un FTE typique permettant d'économiser 100 litres de carburant par heure de vol. Les économies de carburant permettront aux transporteurs d’avancer plus loin, de transporter plus de passagers ou de réduire les coûts d’exploitation; Lorsque les prix du pétrole avoisinent les 50 dollars le baril, le carburant peut représenter un tiers de la structure de coûts de certaines compagnies aériennes. La réduction du bruit permet potentiellement aux transporteurs d’utiliser les aéroports pendant des périodes auparavant interdites.

Photo :A319neo doté du GTF @ Airbus /P.Masclé

26/04/2019

Record de vitesse pour le Falcon 8X !

020_Falcon8X_2018USB55_A4.jpg

Le Falcon 8X de Dassault a récemment établi un nouveau record de vitesse d’un océan à l’autre, en volant de Santa Monica à Teterboro, dans le New Jersey. Le vol n’a pris que 4 heures et 28 minutes avec des vents arrière faibles, avec une moyenne de seulement cinq nœuds, tout au long du voyage.

Ce vol a été effectué avec quatre passagers et 200 livres de charge utile. Le précédent record a été battu de 24 minutes. Le départ depuis les installations de Santa Monica représente un défi particulier en raison de la longueur de la piste de 3’500 pieds. - Le décollage à eu lieu à 08Heures 08, pour atterrir à Teterboro à 15h36. Le dossier est en attente de ratification officielle par la National Aeronautic Association (NAA) à Washington, DC.

Le Falcon 8X : 

La cabine du Falcon 8X est haute de 1,88 m, large de 2,34 m et longue de 13 m. Elle offre aux clients la plus grande variété d’aménagements intérieurs du marché. Plus de 30 configurations sont possibles. Trois tailles de « galley » sontdisponibles, dont deux offrants un compartiment de repos avec équipage en option. Les opérateurs peuvent choisir parmi une large sélection de dispositions d’aménagement des sièges et des salons passagers. La zone des toilettes arrières, peut également accueillir une douche en option.

Le Falcon 8X peut parcourir 6’450 nm sans escale à Mach 0,80 avec huit passagers et trois membres d’équipage à bord. Il est équipé d’une version améliorée du réacteur Pratt & Whitney Canada PW307 particulièrement efficace en économie de carburant et permet de réduire les coûts d’exploitation.

Le 8X est doté d'une panoplie de systèmes de bord innovant, largement éprouvés à bord du 7X, dont une version améliorée du système de commandes de vol numériques. Il offre également un cockpit redessiné équipé en option d'un affichage tête haute (HUD), combinant les modes de vision infrarouge et synthétique.

 

0.jpeg

Photos : 1Falcon 8X 2Equipage du record @ Dassault Aviation

25/04/2019

L’Egypte aurait choisi l’AW149 !

webaw149.jpg

 

Leonardo Helicopters semble avoir signé un contrat d’exportation essentiel pour son hélicoptère AW149. L’hélicoptère a les faveurs de l’Égypte qui s’intéresse à l’achat de 20 appareils. Le Caire a l'intention d'utiliser les hélicoptères à des fins de transport de troupes à terre et à bord de navires et pour les missions de recherche et de sauvetage.

 

Peu d'informations étaient immédiatement disponibles sur les détails du contrat, mais il semble bien que Leonardo a vaincu la concurrence du NH Industries (NHI) NH90 pour cette transaction.

L’AW149 :


L’AW149 s’inscrit dans le cadre d’un appareil de transport moyen tonnage de la classe 8 tonnes, pouvant accueillir 18 soldats en version militaire et capable d’effectuer une vaste gamme de missions telles que le transport de troupes, les missions de logistiques, de reconnaissance, surveillance et SAR (Search And Rescue). En version civile il est capable d’effectuer le levage de charges importantes et le transport VIP.

Doté des dernières technologies en matière d’équipements, ce bimoteurs intègre deux turbine General Electric GE CT7-2E1FADEC et dispose d’un tout nouveau système de transmission de puissance. De part son architecture électronique, il est capable d'être équipé des systèmes requis par le client en fonction de ses besoins pour effectuer une vaste gamme de rôles et être facilement re-roled ou mis à niveau pour répondre aux besoins futurs d’exploitations.

L’appareil sera disponible d’ici 2020 pour les Forces armées italiennes, la Thaïlande a passé commande de 5 appareils.

1200px-AW149_-_RIAT_2015_21519991710.jpg

Photos :AW149 @ Leonardo

24/04/2019

Boeing à l’offensive après les chiffres du premier trimestre !

B737-max-1024x768.png

Chicago, l’avionneur américain était attendu de pied ferme pour sa présentation des chiffres du premier trimestre de l’année. Les problèmes du B737MAX étaient au premier plan.

Petitrésumé des points forts :

  • Boeing s’engage auprès des autorités de réglementation et de ses clients du monde entier pour assurer la remise en service en toute sécurité du B737MAX.
  • Le Groupe annonce un chiffre d’affaires de 22,9 milliards de dollars reflétant 149 livraisons d’avions commerciaux et une hausse du volume d’activité dans la défense et les services.
  • Le bénéfice par action selon les normes comptables GAAP ressort à 3,75 dollars et le bénéfice par action non-GAAP à 3,16 dollars.
  • Le cash-flow opérationnel a atteint 2,8 milliards de dollars ; le Groupe a versé 1,2 milliard de dollars en dividendes.
  • Le carnet de commandes total s’élève à 487 milliards de dollars et compte plus de 5 600 avions commerciaux.
  • La trésorerie disponible et les titres négociables, pour un montant de 7,7 milliards de dollars, assurent une importante liquidité.
  • Les prévisions publiées antérieurement pour l’exercice 2019 ne tiennent pas compte des répercussions liées au B737 MA ; de nouvelles prévisions seront publiées à une date ultérieure.

Au premier trimestre 2019, Boeing a réalisé un chiffre d’affaires de 22,9 milliards de dollars, et annonce un bénéfice par action selon les normes comptables GAAP de 3,75 dollars et un bénéfice par action non-GAAP de 3,16 dollars, reflétant la baisse des livraisons de Boeing 737 partiellement compensée par une augmentation du volume d’activité dans la défense et les services. Boeing a généré un cash-flow opérationnel de 2,8 milliards de dollars et versé 1,2 milliard de dollars en dividendes.

Les prévisions financières annoncées précédemment pour l’exercice 2019 ne tiennent pas compte de la situation du B737 MAX et de ses répercussions. En raison des incertitudes qui entourent le calendrier et les conditions de remise en service de la flotte de B737 MAX, de nouvelles prévisions seront publiées à une date ultérieure. Boeing progresse régulièrement vers la certification finale de la mise à jour du logiciel utilisé sur les avions B737 MAX ; plus de 135 vols d’essai et de production de cette mise à jour ont été effectués. Le Groupe continue de travailler en étroite collaboration avec les autorités de réglementation internationales et les compagnies clientes en vue de tester le logiciel de façon exhaustive et de mettre au point un ensemble complet de moyens d’instruction et de formation.

« À tous les niveaux du Groupe, nous sommes concentrés sur la sécurité et la remise en service du 737 MAX dans le but de regagner et mériter la confiance de nos clients, des autorités de réglementation et des voyageurs du monde entier », a déclaré Dennis Muilenburg, Président-directeur général de Boeing. « Alors que nous travaillons d’arrache-pied pour traverser cette période difficile pour nos clients, nos partenaires et notre entreprise, notre attention reste pleinement concentrée sur l’excellence en matière de qualité et de performances, ainsi que sur la gestion d’une entreprise en croissance saine et durable qui repose sur des fondamentaux solides à long terme. »

Les performances opérationnelles du premier trimestre ont été marquées par des résultats clés dans le domaine de la défense, de solides performances et commandes sur le marché des avions gros-porteurs commerciaux, une croissance soutenue dans le secteur des services, ainsi que l’approbation des actionnaires d’Embraer concernant le projet de partenariat stratégique. (Communiqué officiel de Boeing).

Effet de l’interdiction des vols :

La suspension des vols de B737MAX à obligé Boeing à réduire son taux de production 42 avions par mois. En parallèle,  Boeing a enregistré une charge de 1 milliard de dollars. Cela a contribué à la perte de profit des avions commerciaux, pour atteindre 1,17 milliard de dollars au cours du trimestre se terminant en mars.

Prise de conscience :

Boeing se rend compte que suite aux accidents du B737MAX, l’avion ne peut pas regagner la confiance des passagers et des compagnies aériennes, sans avoir d'abord regagné la confiance des pilotes. Afin de regagner cette confiance, l’avionneur américain a lancé un programme de tests à grande échelle qui a pris en compte 90% des 50 transporteurs qui ont acheté le B7373MAX dans une série de tests en simulateur pour tester le correctif logiciel du système anti-décrochage défectueux (MCAS). Selon l’avionneur, les réactions ont été excellentes jusqu'à présent. Toujours selon Boeing,  cette étape est cruciale pour se diriger en direction d’une reconstruction de la confiance une fois que la Federal Aviation Administration  (FAA) et ses homologues de la réglementation dans le monde entier permettront à l'avion de revenir dans les airs. 

La réaction qui a séduit la bourse :  

Par ailleurs, l’avionneur a assuré que les difficultés du B737MAX n’affectent pas le développement des autres programmes du groupe. Le programme B777X poursuit son avancée normalement.

De plus, Boeing confirme les avancées sur le programme d’un nouvel avion, le NMA (New Model Aircraft) qui doit venir remplacer à terme les B757 et B767 en ce qui concerne le milieu du marché. Le lancement officiel sera effectué une fois que les discussions avec les clients potentiels seront terminées.

 

Photo : Assemblage de B737MAX@ Boeing