26/05/2021

Les Philippines préparent l’arrivée des T129B « ATAK » !

3196911089.jpg

Le secrétaire philippin à la Défense nationale Delfin Lorenzana a annoncé en début de semaine que les premiers hélicoptères d’attaques TAI T129B « ATAK » seront livrés au troisième trimestre de cette années. 

Rappel 

En décembre 2018, Manille a passé commande pour 6 hélicoptères d’attaque Turkish Aerospace Industries (TAI) T129B « ATAK » en plus des pièces de rechange, le soutien et la formation connexes, pour un montant limité à 240 millions de dollars. 

Au début du mois de mai la Force aérienne des Philippines a envoyé des pilotes et des équipes de maintenance appartenant au 15 Strike Wing en Turquie pour suivre une formation sur le T129B dans les installations de TA à Ankara.

On notera au passage que l’Administration Biden a autorisé la licence d'exportation pour les moteurs LHTEC CTS800-4A de fabrication qui alimentent l'hélicoptère.

Troisième client à l'export

Les Philippines deviendront le troisième client à l'export de la version turque du T129, l'Azerbaïdjan a passé commande pour 60 appareils, le Pakistan a opté pour 30 aéronefs. La Turquie a en commande 60 T-129A/B en commande ferme + 41 en option. 

Le TAI T129 « ATAK » : 

Le T-129A/B « ATAK » est un hélicoptère d'attaque turc, dérivé de la version de l'A-129 « Mangusta » de Leonardo et développé sous transfert de technologie à Turkish Aerospace Industries, Inc (TAI) qui en est la détentrice de tous les droits liés à la propriété intellectuelle, pour le compte de l'Armée turque. Plus long que l'A-129, le T129 utilise surtout la turbine Rolls-Royce/Honeywell LHTEC CTS800-4A développée initialement pour le programme de l’hélicoptère RAH-66 « Comanche ». L’avionique a été revue et l’hélicoptère dispose d’un nouveau rotor de queue.

Le T-129B « ATAK » a été optimisé pour satisfaire les exigences « Hot and High » concernant les performances pour les conditions géographiques et environnementales difficiles. Le T-129B « ATAK » permet une mise en oeuvre de jour comme de nuit. Il offre une basse visibilité ainsi qu’une signature radar et IR réduite. La cabine renforcée doit permettre un haut niveau de tolérance balistique et résistance aux chocs. La TAI a opté pour un nouveau système FLIR, qui augmente la qualité d'image et les performances de la gamme de traitement en temps réel de l'image et la poursuite de cibles multiples avec la caméra à haute résolution thermique.  

tai-t129-atak-tactical-reconnaissance-and-attack-helicopter-1.jpg

Photos : T129B "ATAK "@ TAI

 

SMBC Aviation Capital commande 14 B737 MAX !

2771729.jpeg

SMBC Aviation Capital a annoncé hier que le bailleur positionne son portefeuille pour la reprise du trafic aérien en commandant 14 avions B737-8 MAX supplémentaires, élargissant ainsi son portefeuille de B737 MAX. Cette nouvelle commande intervient alors que les compagnies aériennes se préparent à un retour robuste au transport aérien et modernisent leurs flottes de fuselage étroit pour réduire la consommation de carburant et les émissions de carbone.

« Nous sommes heureux d'avoir conclu un accord avec Boeing pour l'achat de 14 avions B737 MAX configurés par un transporteur à bas prix, un avion pour lequel nous constatons une demande accrue des clients suite à son retour en service réussi », a déclaré Peter Barrett , PDG de SMBC  Aviation Capital.

Ce nouvel achat porte le portefeuille de B737 MAX de SMBC Aviation Capital à 121 jets, augmentant ainsi leur investissement dans la famille monocouloir de Boeing. SMBC Aviation Capital continue également d'incorporer de nouveaux avions B737 MAX dans la flotte mondiale. Au premier trimestre 2021, le bailleur a livré 13 B737-8 à ses clients, dont 11 avions à Southwest Airlines aux États-Unis et deux avions à TUI en Europe .

« SMBC gère activement son portefeuille dans un marché très dynamique. Avec cette nouvelle commande du 737-8 économe en carburant, le bailleur est bien placé pour aider ses clients à capter la demande de voyages intérieurs dans plusieurs pays et régions », a déclaré Ihssane Mounir. , Vice-président senior des ventes commerciales et du marketing de Boeing. "Nous sommes honorés de la confiance de SMBC dans la famille B737, et nous sommes impatients de nous associer avec eux pour soutenir les compagnies aériennes dans la reprise du marché à venir."

L'achat de SMBC Aviation Capital fait suite aux commandes et engagements récents d'Alaska Airlines, Southwest Airlines et United Airlines. Le nombre total de commandes brutes et d'engagements pour le B737 MAX dépasse désormais les 250 avions.

 

Le B737 « MAX » est 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs de l’ancienne génération, avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport à son futur concurrent. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille « MAX », un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites « Advanced Technology Winglet » conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées, figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol. Par ailleurs, le B737 MAX profite des progrès accomplis dans le domaine de la connectivité. Le B737 « MAX » offre à ses clients la possibilité d’utiliser des données en temps réel, pour prendre en cours de vol des décisions opérationnelles concernant la maintenance au sol. Le B737 « MAX » se caractérise par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG.

 Photo : B737-8 MAX@ Brandon Farris

25/05/2021

Airbus livre le 100ème A400M !

cq5dam-1.web.1280.1280.jpeg

Airbus a livré le 100ème avion de transport tactique A400M, l’exemplaire MSN111, est le dixième appareil réceptionné par l’armée de l’Air espagnole. L’aéronef a effectué son vol de convoyage le 24 mai entre Séville et Saragosse, où est basée la flotte espagnole d’A400M.

Dans la même semaine, la flotte mondiale d’A400M a franchi le seuil des 100’000 heures de vol dans le cadre de missions réalisées dans le monde entier par l’ensemble de nos huit pays clients. Tous les opérateurs de l’A400M ont exploité leurs appareils de manière intense lors de missions de secours d’urgence liées à la crise de la COVID-19 et mené des opérations conjointes. Ces jalons témoignent clairement de la maturité du programme A400M sur tous les fronts.

De nouvelles capacités

L’A400M a récemment effectué une campagne d’essais en vol importante, en vue de la certification des capacités de ravitaillement en vol des hélicoptères, avec le concours de la Direction générale de l’armement (DGA), réalisant ainsi l’essentiel de ses objectifs de certification, y compris le premier ravitaillement simultané de deux hélicoptères.

L’A400M est d’ores et déjà en mesure de larguer, de jour comme de nuit, 116 parachutistes par sauts simultanés depuis les portes latérales avec ouverture automatique de parachute, ou depuis la rampe arrière avec ouverture automatique de parachute ou par sauts en chute libre. Les récents essais menés en Espagne, en collaboration avec l’équipe de parachutistes d’essai de la Royal Air Force (RAF), visaient à étendre la capacité de largage par la rampe à 25’000 pieds (7’600 m) d’altitude en mode OA (ouverture automatique), et jusqu’à 38’000 pieds (11’582 m) en chute libre.

L’A400M a en outre effectué des essais supplémentaires en vue d’étendre sa capacité de largage, y compris de plateformes multiples par extraction (23 tonnes). La France et l’Espagne ont participé à ces vols. Un autre moyen de livrer du fret sur des pistes d’atterrissage austères sans équipement de manutention a également été certifié : charge militaire jusqu’à 19 t de palettes (en un seul passage) ou 25 t (en deux passages) sur pistes aménagées et non aménagées.

L’A400M a par ailleurs franchi une nouvelle étape décisive avec les vols de certification de ses capacités de vol automatique à basse altitude en conditions météorologiques de vol aux instruments (IMC). Cette capacité qui s’appuie sur des systèmes de navigation et des bases de données topographiques est une première pour un avion militaire. Elle rend l’avion moins détectable dans les zones hostiles et moins vulnérable aux menaces lors des opérations en milieux hostiles.

En service

Pour ce qui est des missions conjointes, l’armée de l’Air espagnole a mis un A400M espagnol à la disposition de l’armée de l’Air française pour transporter un hélicoptère Caracal de Cazaux (France) vers Tucson (États-Unis). Ce vol a permis au CLAEX (Centro Logístico de Armamento y Experimentación) et à la CECTA (Célula de Evaluación de Cargas) de valider le processus de chargement des A400M espagnols.

Parmi les principales missions militaires effectuées l’an dernier figurait la livraison par un A400M français de près de 40 t de nourriture, d’eau, de pétrole et de munitions destinées aux troupes stationnées dans la région du Sahel, en Afrique. Il s’agit du premier A400M à larguer du ravitaillement dans un pays non européen.

En outre, l’Allemagne a été le premier client à utiliser l’A400M comme ravitailleur dans des missions réelles, en appui à la mission « Counter Daesh », en Jordanie.

L’A400M « Atlas » 

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années.

L'A400M est certifié en standard pour être rapidement configuré comme avion-citerne. Transportant jusqu'à 50,8 tonnes de carburant dans ses ailes et dans le caisson central de l'aile, sans compromettre aucune zone de soute, deux citernes de soute supplémentaires peuvent également être installées, fournissant chacune 5,7 tonnes de carburant supplémentaires. Les réservoirs de soute séparés permettent l'utilisation de différents types de carburant, permettant à l'A400M de répondre aux besoins de différents types d'avions récepteurs.

 En tant que ravitailleur, l'A400M a déjà démontré sa capacité à ravitailler des avions de combat tels que l'Eurofighter, le Rafale, le Tornado ou le F/A-18 à leurs vitesses et altitudes préférées, et est également capable de ravitailler d'autres gros avions tels qu'un autre A400M, C295 ou C-130.

cq5dam.web.1280.1280.jpeg

Photos : le 100ème A400M destiné à l’Armée de l’air espagnole @ Airbus DS

24/05/2021

Embraer a livré le 600 ème Phenom 300 !

464171793.jpg

Embraer a livré la semaine dernière son 600ème biréacteur léger Phenom 300 de séries, a annoncé l'avionneur brésilien. La livraison a été faite à la société Superior Capital Holdings de Fayetteville, Arkansas.  

Propulsé par deux moteurs Pratt & Whitney PW535E1, le Phenom 300E qui comprend une avionique améliorée, une connectivité Gogo Avance L5, une insonorisation améliorée de la cabine et un suivi étendu du siège du cockpit a une autonomie de cinq passagers. Depuis la certification de type ANAC en décembre 2009 suivie de la certification FAA et EASA en mai 2010, Embraer a livré les Phenom 300 et 300E à des clients dans plus de 35 pays, la flotte accumulant plus de 1,2 million d'heures de vol. 

L'assemblage final des Phenom 100 et 300 est effectué dans les installations d'Embraer à Melbourne, en Floride. La société a livré 50 Phenom 300 / 300E l'année dernière et neuf 300E au premier trimestre.

Le Phenom 300 peut accueillir jusqu'à dix occupants dans un habitacle spacieux et agréable, conçue en partenariat avec BMW Group DesignworksUSA. Le Phenom 300 est l'un des avions les plus rapides dans la catégorie des biréacteurs légers, pour atteindre 521 mph (839 km/h, ou 453 noeuds KTAS), et il peut voler à une altitude de 45’000 pieds (13’716 mètres). Il est capable de voler sans escale de New York à Dallas, Londres à Athènes, ou Delhi à Dubaï.

229955665.jpg

Photos : 1 Phenom 300 à EBACE 2 Cockpit @ P.Kümmerling

 

 

22/05/2021

A330 MRTT vers la certification du ravitaillement automatisé ! 

MRTT-with-F-16Dplus-(3)OFFICIAL-(CLOSED).jpg

Je vous en parlais en avril de l’année dernière, Airbus avait réalisé la toute première opération de ravitaillement en vol entièrement automatique (A3R). La campagne d'essais en vol, menée plus tôt dans l'année au-dessus de l'océan Atlantique, a impliqué un avion d'essai de ravitailleur Airbus A330MRTT équipé de la solution Airbus A3R, avec un chasseur F-16 de l'armée de l'air portugaise agissant comme récepteur. Cette solution révolutionnaire et unique au monde, va bientôt être certifiée.

Les opérations de ravitaillement en vol sont parmi les missions les plus exigeantes. Les pilotes de ravitailleur et de réception doivent opérer en formation rapprochée, pilotant des aéronefs avec des enveloppes de vol et des vitesses variables, de jour comme de nuit et dans toutes les conditions météorologiques, et au-dessus du champ de bataille. De nombreux facteurs sont imprévisibles et pourraient mettre les missions en danger.

 Amélioration des capacités de l’A330 MRTT :

Pour Airbus, le succès de l’A330 MRTT doit continuer, pour cela les ingénieurs d’Airbus ont envisagé un nouveau chapitre où, sous le nom de SMART MRTT, l’avion doit acquérir un nouvel ensemble de capacités révolutionnaires, notamment des solutions de maintenance améliorées et la capacité de mener des opérations de ravitaillement en vol entièrement automatisées A3R.

 Le système de ravitaillement automatique s A3R et l'idée sous-jacente était claire: réduire la charge de travail des opérateurs de ravitaillement en vol (ARO), améliorer la sécurité et optimiser le taux de transfert de ravitaillement en vol (AAR) en conditions opérationnelles pour maximiser la supériorité aérienne.

 Révélé au public en 2018, l'A3R a franchi toutes les étapes, y compris plusieurs «premières mondiales» aéronautiques telles que les premiers contacts automatisés. Dans le cadre d’une opération conjointe avec la Royal Australian Air Force (RAAF), un pétrolier de développement de la société Airbus A310 a effectué sept contacts automatiques avec un transporteur de pétroliers multi-rôles RAAF KC-30A. Plus récemment, en 2020, Airbus a annoncé la toute première opération de ravitaillement entièrement automatique.  

En 2020 a également vu l'annonce par Airbus de collaborer avec la République de Singapour Air Force (RSAF) pour développer le programme A330 SMART MRTT. Singapour est devenu un partenaire clé pour les nouvelles capacités de ravitaillement en vol automatisé et dans le cadre de cet accord, un RSAF A330 MRTT a participé au développement, à la campagne d'essais en vol et au programme de certification finale. 

Essais réussis à Singapour : 

Aujourd'hui, l'A3R a franchi un autre pas important vers la certification avec l'achèvement de la phase de développement après une campagne d'essais en vol réussie. Les essais, réalisés avec la RSAF et la Defense Science and Technology Agency (DSTA) de Singapour, se sont déroulés à Singapour début 2021. Ils ont marqué la participation d'un RSAF A330 MRTT équipé d'A3R faisant office de pétrolier et de plusieurs récepteurs de la RSAF, dont un autre A330. MRTT et avions de combat comme le F-16 et le F-15SG. 

 Au cours de l'essai, un total de 88 contacts secs et humides entièrement automatisés et des transferts de près de 30 tonnes de carburant ont été exécutés avec succès, y compris les premières opérations entièrement automatisées avec un autre récepteur A330 MRTT et RSAF F-16D / F-16D. 

 Tous les tests requis pour la collecte de données A3R avec le F-15SG, y compris les vols opérationnels pour démontrer les performances de l'A3R dans un scénario représentatif de la mission, ont également été réalisés.

 L’A3R :  

1489755892.jpg

Le système A3R ne nécessite aucun équipement supplémentaire sur l'avion récepteur et est destiné à réduire la charge de travail des opérateurs de ravitaillement en vol (ARO), à améliorer la sécurité et à optimiser le taux de transfert de ravitaillement en vol dans les conditions opérationnelles, contribuant à maximiser la supériorité aérienne. L'objectif du système A3R est de développer des technologies qui atteindront des capacités entièrement autonomes.

Une fois que le système est activé par l'ARO, l'A3R fait voler la flèche automatiquement et maintient l'alignement entre la pointe de la flèche et le réceptacle du récepteur avec une précision de quelques centimètres ; le bon alignement et la stabilité du récepteur sont vérifiés en temps réel pour maintenir une distance de sécurité entre la flèche et le récepteur et également pour déterminer le moment optimal pour étendre la poutre télescopique pour réaliser la connexion avec le récepteur. À ce stade, le transfert de carburant est amorcé pour remplir l'avion récepteur et une fois terminé et la déconnexion commandée, la flèche est éloignée du récepteur en rétractant le faisceau télescopique et en éloignant la flèche pour garder une distance de séparation sûre. Au cours de ce processus, l'ARO surveille simplement l'opération.

Le système avancé A3R guide la flèche pour se connecter de manière autonome avec le réservoir de ravitaillement de l'avion récepteur. Lorsque le système A3R est activé, un système de commande de vol entièrement automatisé vole et maintient la flèche alignée avec le réceptacle de l'avion récepteur. Lors de l'approche initiale du récepteur, le contrôle de la flèche est effectué par l'opérateur de ravitaillement en vol (ARO) de l'avion-citerne. De nouvelles techniques passives telles que le traitement d'image sont ensuite utilisées pour déterminer la position du réservoir de ravitaillement du récepteur. La poutre télescopique à l'intérieur de la flèche peut être commandée manuellement par l'ARO ou en utilisant un mode de maintien de distance relative ou un mode automatique complet pour effectuer le contact. Le nouveau processus devrait réduire la charge de travail des opérateurs de rampes de ravitaillement, améliorer la sécurité et optimiser le taux de ravitaillement en vol dans les conditions opérationnelles.

L’Airbus A330MRTT : 

L’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération, actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières.

3253042532.jpg

Photos : 1 A330 MRTT de la RSAF ravitaillant automatiquement un F-16D 2 Système A3R 3 Premiers essais @ Airbus DS