20/10/2019

Problèmes sur les rotors du NH90 !

c3feba59bb9054463f3d65ddcbd1911a45e2a2d1d8f15090fdd59e1f72f0c934.jpeg

Allemagne, une partie de la flotte des hélicoptères de transport Airbus NH90 sont cloués au sol. Un problème de vibration a été découvert sur le rotor de queue des appareils.

Selon les premières investigations, les appareils touchés par ce problème ont tous été livré avant 2018. Les hélicoptères NH90 livrés après cette date ne nécessitent aucune inspection ni modification, car ils ont été équipés d'un nouveau composant, lors de leur montage d'origine.

La Bundeswehr et l’industrie travaillent ensemble pour trouver une solution. Les pales du rotor de queue de tous les NH-90 livrés avant 2018 sont en cours d'inspection. Tous les hélicoptères affectés seront vérifiés. Les pales du rotor de queue qui sont défectueuses seront remplacées.

Sur un total de 70 hélicoptères NH90 en service au sein en Allemagne, un peu plus de la moitié des sont concernés, et ne peuvent actuellement être utilisés que de façon limitée.

Cette problématique a pour effet de limiter l’état de préparation matérielle du NH-90 dans les prochaines semaines. La Bundeswehr a cependant souligné que les problèmes techniques n’ont pas d’incidence sur l’état de préparation opérationnelle actuel.

Pour l’instant, Airbus Helicopters n’a pas indiqué si d’autres hélicoptères de type NH90 livré avant 2018 à d’autres Forces aériennes sont également touchés par ce problème. Des investigations sont en cours.

Le NH90 :

L’hélicoptère NH90 de nouvelle génération est adapté à un large éventail de missions comptant parmi les plus exigeantes : logistique et transport utilitaire, recherche et sauvetage au combat (RESCO), évacuation sanitaire, opérations spéciales et lutte anti-terrorisme.

Dans sa configuration opérationnelle finale, le NH90 dispose d’une avionique éprouvée qui permet d’accomplir des missions de jour comme de nuit sans restriction majeures, d’équipements d’autoprotection performants, d’un système de communications militaires interopérable pour les opérations internationales et des équipements pour un déploiement par navire.

Le NH90 (NATO Helicopter) est un hélicoptère biturbine européen de transport militaire de la classe des 10 tonnes conçu entre la France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays Bas, rejoints par le Portugal en juin 2001 et la Belgique en 2006. Le NH90 se décline en 2 versions : TTH (transport tactique) et NFH (lutte anti-surface et anti-sous-marine).

Photo : NH90 de la Bundeswher@ Airbus Helicopters

 

 

 

 

 

 

18/10/2019

Premiers F-35B sur le HMS Queen Elizabeth ! 

yourfile-1.jpg

La Royal Navy a annoncé que le nouveau porte-avions HMS Queen Elizabeth avait réceptionné à son bord ses premiers avions de combat Lockheed-Martin F-35B.

Deux pilotes britanniques du 617e Escadron de la RAF ont réalisé ces premiers essais, l’Integrated Test Force (ITF), stationnée sur la base aéronavale de Patuxent River, dans le Maryland. Le premier appontage vertical d’un F-35B sur le HMS Queen Elizabeth est intervenu le 25 septembre dernier. Un premier test avec des pilote de l'USMC avait précédé celui-ci.

Le HMS Queen Elizabeth ainsi que le second bâtiment pourront embarquer jusqu’à 40 aéronefs, la Royal Navy prévoyant pour le moment un groupe aérien embarqué standard composé de 24 F-35B et des hélicoptères AW-101 « Merlin ».

A ce jour la Royal Navy a reçu un total de 18 F-35B ont été livrés aux forces britanniques, sur les 138 prévus pour les besoins de la Royal Air Force et de la Royal Navy.

Pas d’atterrissage complètement vertical :

Si, le F-35B est optimisé pour les atterrissage verticaux, il est à noter que le HMS HMS Queen Elizabeth n’a pas été conçu pour cela. De facto, les F-35B britanniques utilisent la technique Shipborne Rolling Vertical Landing (SVRL) qui consiste à utiliser à la fois la poussée verticale du moteur et la portance des ailes.  Cela permet un atterrissage en roulage avec une vitesse d'approche et une distance d'atterrissage considérablement réduites. Les atterrissages en roulis permettront au F-35B d'atterrir sur ces transporteurs avec une charge en armes et en carburant accrue et utiliseront les freins à disque contrôlés par ordinateur de l'avion.

La variante F-35B :

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A). Cette variante du F-35 est celle qui est livrée à l'US Marines Corps et la Royal Air Force.

yourfile.jpg

Photos : F-35B sur le HMS HMS Queen Elizabeth @ Royal Navy

 

17/10/2019

Karem Aricraft présente l’AR40 !

9dd2c701dac180312a7fdf1425c3c22af9080b1fbc2b5fd899d1173a3bf5884d.png

Troisième appareil en course dans le cadre du programme d’hélicoptère de reconnaissance d'attaque future de l’US Army (FARA), voici l’AR40 de la société Karem Aircraft, petite société de développement rapide spécialisée dans les avions et hélicoptères de transport avancés de type tiltrotors.

Dans le cadre du programme FARA, Karem Aircraft travaille en partenariat avec Northrop Grumman et Raytheon sur le projet AR40. Karem apporte ses technologies de rotor et d’entraînement et dirige le processus de conception et de prototypage. Northrop fournit une assistance à la production et aux produits, ainsi qu’une expertise en avionique. Raytheon est l’intégrateur de systèmes de mission et l’architecte de systèmes ouverts modulaires.

L’AR40 :

Karem propose un hélicoptère rigide à rotor principal avec une aile rotative et un rotor de queue pivotant. La conception comprend également un rotor principal à trois pales qui utilise la technologie Optimum Speed Rotor, initialement développée à l'aide de fonds de recherche de l'armée américaine pour créer une efficacité optimale des tiltrotors en vol vertical ou horizontal.

Sur l'hélicoptère AR40, le système serait utilisé pour contrôler chaque pale lors de sa rotation, au lieu de forcer les pales à se déplacer à l'unisson comme c'est le cas avec un système à plateau cyclique traditionnel.

L’hélicopter AR40 a une envergure de 12,2 m (40 pi) plus large que le diamètre du rotor principal de l’hélicoptère de 11 m. L’aile peut assurer la majeure partie de la portance de l’appareil et s’incline vers le haut lors de la descente ou de la montée de l’hélicoptère afin de rendre son vol vertical plus aérodynamique.

L'AR40 possède également un rotor de queue pivotant qui, en vol avant, est incliné vers l'arrière pour servir d'hélice propulsive. Selon la compagnie, en vol, le stabilisateur vertical de l’appareil compense le couple généré par les pales du rotor principal. Le rotor de queue pivotant devrait permettre à l'aéronef «de manœuvrer de manière agressive à basse vitesse».

Selon le concepteur, l’AR40 devrait pouvoir dépasser de 40kt soit les exigences de vitesse maximale de 180kt (333 km / h) de l’armée américaine. L’appareil est monomoteur et conçu autour de la sélection du programme de moteurs améliorés de l’armée américaine, le General Electric T901.

Le poste de pilotage de l’AR40 peut accueillir deux pilotes assis côte à côte. Il dispose également d'une petite cabine située directement derrière le cockpit et pouvant accueillir quatre passagers, par exemple des troupes d'opérations spéciales. Derrière la cabine se trouve la soute à armes interne.

Unknown.jpeg

Photos : l’AR40 @Karem Aircraft

Lien sur les concurrents du programme FARA :

Bell 360 Invictus :

https://psk.blog.24heures.ch/tag/invictus

Sikorsky Raider X:

https://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/10/15/sikorsky-...

 

Records de vitesse pour le Challenger  350 !

img.jpg

Bombardier a annoncé que son Challenger 350 a établi des records de vitesse sur dix liaisons clés aux États-Unis en 20,5 heures. Cet exploit impressionnant a été réalisé alors que l’avion parcourait un circuit couvrant l’ensemble des États-Unis entre dix des principales destinations de l’aviation d’affaires dans ce pays, établissant un record de vitesse sur chaque liaison effectuée.

Le Challenger 350 est parti de Las Vegas à 7 h 56 (heure locale) en matinée pour entreprendre une tournée de dix escales couvrant l’ensemble des États-Unis. Dans le cadre de cette mission, l’avion a volé à une vitesse de croisière moyenne de M 0,82 sur la majorité des segments, et s’est arrêté à Denver, Chicago, Teterboro, Washington, White Plains (New York), West Palm Beach, Houston, Dallas et Los Angeles, avant de revenir à Las Vegas.  L’avion a effectué son grand circuit et est revenu à son point de départ à 4 h 20 (heure locale) dans la nuit du lendemain, après avoir parcouru plus de 5 600 milles marins. Cette réalisation record témoigne de la ponctualité des départs de premier ordre de cette plateforme, facteur de productivité crucial pour les services des opérations aériennes d’entreprise et pour les exploitants de grandes flottes.

 Avec la cabine la plus spacieuse, le poste de pilotage le mieux équipé et les plus faibles coûts d’exploitation dans sa catégorie, l’avion Challenger 350 offre le luxe de tout avoir. Affichant un design élégant, une finition haut de gamme, et une ergonomie améliorée en cabine et dans le poste de pilotage, l’avion procure aux passagers un degré supérieur de confort et de tranquillité d’esprit en sachant que chaque décollage assurera un vol en douceur jusqu’à l’atterrissage.

Engagée fermement à fournir ce qu’il y a de mieux à ses clients du monde entier, Bombardier a récemment annoncé une série d’améliorations à l’avion Challenger 350, soulignant encore une fois sa position de chef de file dans le segment des superintermédiaires. Les nouvelles améliorations comprennent un affichage tête haute compact et un système de vision améliorée, la meilleure technologie d’insonorisation en cabine de sa catégorie et une esthétique raffinée du poste de pilotage. Une trousse d’amélioration de la performance permet également à l’avion de voler jusqu’à 1 500 milles marins plus loin au départ de courtes pistes, ce qui vient compléter ses certifications d’approche à angle prononcée octroyées par des organismes de réglementation du monde entier, comme l’EASA, la FAA et TC. Avec cette série d’améliorations, ce qui se fait de mieux continue de s’améliorer alors que l’avion Challenger 350 reste à l’avant-scène du segment des superintermédiaires et continue d’être le choix de prédilection des services d’opérations aériennes avisés, ainsi que des sociétés du Fortune 500.

bobarider aviation,challenger 350,ebace,nbaa,bizjet,aviation d'affaires

Photos : 1 Challenger 350 2 Cockpit @ Bombardier

16/10/2019

Pilatus livre le 50ème PC-24 aux USA !

unnamed.jpg

L’avionneur suisse Pilatus célèbre la 50ème livraison du nouveau et très populaire PC-24 « Super Versatile Jet » à un client américain. Certifié dans plus de dix pays, le parc mondial de PC-24 dépasse maintenant les 14’000 heures de vol.

Une forte demande :

La demande pour le PC-24 reste exceptionnellement élevée. Pilatus et les centres de vente agréés prennent actuellement des commandes d’appareils qui seront livrés au cours du second semestre 2021.

Nouveaux intérieurs

Au cours de l’année écoulée, Pilatus a recueilli les retours d’experts sur la manière dont les premiers clients du PC-24 exploitent l’intérieure cabine particulièrement flexible. Lors salon de l’aviation d’affaires nationale (NBAA-BACE) de Las Vegas, Pilatus dévoilera un PC-24 avec une cuisine avant conçue pour fournir un espace de stockage supplémentaire pour le café, les glaces, les boissons et la restauration. À l'instar des autres meubles et sièges du PC-24, l'office sera modulaire et interchangeable avec le vestiaire actuellement disponible.

Pilatus travaille également sur une option de modernisation permettant de placer le lavabo à l'arrière de la cabine et ceci suite à une demande des opérateurs, qui ont manifestés leur intérêt pour cela.

Programme CrystalCare ™ réussi :

Le package de maintenance tout compris, CrystalCare ™, s'est avéré extrêmement populaire et a été adopté par plus de 70% des nouveaux clients du PC-24. Le programme couvre toutes les opérations de maintenance et d’inspection programmées et non programmées, les affectations AOG (aéronefs au sol), tous les articles consommables et les articles en bon état d’usage tels que les pneus et les freins.

Thomas Bosshard, PDG de Pilatus Business Aircraft Ltd, filiale de Pilatus, déclare à propos du PC-24: «Nous sommes très satisfaits de la performance du PC-24 pour nos clients et la demande reste très forte. Le PC-24 a été conçu pour offrir une grande flexibilité, une qualité qui apporte une valeur ajoutée au marché des jets légers et intermédiaires. Les commentaires de nos clients confirment que le PC-24 atteint un potentiel inégalé qu'aucun autre avion à réaction ne peut égaler. Notre priorité absolue est de fournir un niveau de service de premier ordre à un nombre toujours croissant de clients qui méritent et n'attendent rien de moins. "

Le Pilatus PC-24 :

Capable d’utiliser des pistes très courtes et peu aménagées, le PC-24 est le premier jet d’affaires du monde à pouvoir bénéficier d’une porte-cargo standard. Le jet dispose également d’une cabine très spacieuse dont l’intérieur peut être adapté aux exigences personnelles du client. Tout ce qui en fait un « Hyper Jet polyvalent », un avion qui est conçu pour une grande variété de missions en ligne avec les besoins individuels. Le cockpit est construit autour d’une suite avionique développée sur un concept de Pilatus baptisé « Advanced Cockpit Environnement » (ACE), avec quatre écrans de 12 pouces et un système de vision synthétique. Le PC-24 dispose d’une certification Single Pilot (un seul pilote) IFR (vol aux instruments).

Le jet offre un rayon d’action de 3’610 km avec quatre passagers (3’300 avec six passagers) et une vitesse de croisière maximale de 787 km/h. Il peut emporter jusqu'à 10 passagers en cabine pressurisée.

Son généreux compartiment bagages accessible en fond de cabine est desservi par une véritable porte cargo, située entre les ailes et le moteur, à l'instar de son petit frère à hélice, le PC-12NG. Le PC 24 peut donc, lui aussi, proposer une palette d'aménagements très diversifiée. Il est alimenté par deux réacteurs Williams FJ-44-4A montés à l'arrière du fuselage.

Avec une distance de décollage de 820m et une distance d'atterrissage de 770 m, le PC-24 est destiné à être utilisé également sur des pistes non revêtues (neige, herbe, sable).

L'appareil a également la possibilité d'atteindre rapidement un niveau de vol élevé (45 000 pieds), comme de nombreux jets d'affaire, pour échapper à l'intensité du trafic sur les principales routes aériennes et garantir ainsi, une meilleure souplesse d'utilisation dans les régions au ciel encombré.

4166201200.jpg

 

Photos : 1 le 50ème PC-24 destiné aux marché US 2 Intérieur @Pilatus Aircraft