16/10/2020

SAS réceptionne son premier A321LR ! 

unnamed-11.jpg

La compagnie aérienne scandinave SAS a pris livraison de son premier de trois A321LR en location auprès d'Air Lease Corporation devenant ainsi le nouvel opérateur de l'avion monocouloir long-courrier ultra efficace. Le transporteur a choisi d’équiper son A321LR par des moteurs CFM Leap-1A.

Certifié bio-kérosène :

Le vol de livraison d'Airbus Hambourg à sa base à Copenhague utilise un mélange de carburant durable à 10%. Cette initiative s'inscrit dans l'engagement de SAS à réduire son empreinte carbone et dans l'objectif d'Airbus de contribuer aux objectifs ambitieux de décarbonisation du secteur aérien. Airbus est le premier constructeur aéronautique à offrir à ses clients la possibilité de recevoir de nouveaux avions de ligne avec du carburant durable. Ces vols de livraison sont disponibles depuis 2016.

L'A321 de SAS présente une configuration de cabine moderne et très confortable en trois classes avec 157 sièges, 22 classe « SAS Business », 12 classe « SAS Plus » et 123 sièges de classe « SAS Go »). La compagnie aérienne prévoit de déployer les avions des pays nordiques sur les routes transatlantiques.

La compagnie aérienne exploite une flotte Airbus de 76 appareils comprenant 63 appareils de la famille A320, 9 appareils de la famille A330 et quatre appareils de nouvelle génération A350 XWB.


L’A321LR :

L’A321LR est une version longue portée (LR) de la famille A320neo la plus vendue et offre aux compagnies aériennes la possibilité d’effectuer des vols longue distance jusqu’à 7’400 km et d’exploiter de nouveaux marchés long-courriers auparavant inaccessible avec un avion monocouloir.

L’A320neo et ses dérivés constituent la famille d’avions monocouloirs la plus vendue au monde, avec plus de 7’450 commandes passées par plus de 110 clients. Il a été le pionnier et a incorporé les dernières technologies, y compris les moteurs de nouvelle génération et la conception de cabine de référence de l'industrie, permettant d'économiser 30% du coût en carburant par siège. L'A320neo offre également des avantages environnementaux significatifs avec une réduction de près de 50% de l'empreinte sonore par rapport aux avions de la génération précédente.

Photo: A321LR aux couleurs de SAS @ Airbus

07/10/2020

Heart Aerospace a dévoilé son avion régional électrique !

Heart-Bild-till-Hangaren-2-1536x869.jpg

La startup suédoise Heart Aerospace vient de présenter son projet d’avion régional électrique. La société a dévoilé les premières images de synthèse de son futur avion baptisé ES-19.

Programme ELISE :

Ce développement fait partie d’un programme soutenu par le gouvernement suédois dans le cadre du programme de recherche ELISE. Le nom Elise est un acronyme pour « Elektrisk Lufttransport i Sverige ». Le projet est financé par l'agence d'innovation suédoise Vinnova.

Il s'agit d'une collaboration entre l'Université de technologie Chalmers, le KTH - Institut royal de technologie, l'Université de Linköping, l'Université de technologie de Luleå, l'Université d'Uppsala, l'Administration de l'aviation civile et l'institut de recherche RISE Viktoria avec l'industrie aérospatiale et d'autres acteurs.

À l'avenir, les vols électriques pourront accueillir des transports court-courriers et contribuer à atteindre les objectifs mondiaux de durabilité de l'Agenda 2030 en réduisant les émissions et le bruit, en développant des industries durables et innovantes et en améliorant l'interaction urbaine-rurale.

La Suède a une forte industrie aérospatiale et une infrastructure de transport qui repose sur les voyages aériens. Le projet associe l'industrie aérospatiale et les entreprises technologiques aux autorités, aux services de santé, à la police, aux pompiers, aux urbanistes, aux sociétés d'énergie et aux entreprises de transport pour évaluer comment la technologie des avions électriques peut au mieux servir la Suède.

L'idée est qu'à l'avenir, les vols électriques pourront être utilisés sur des distances plus courtes et contribuer à réduire les émissions de dioxyde de carbone et également à réduire le bruit.

L’ES-19 :

C’est dans cette optique, qu’Heart Aerospace travaille sur son avion régional électrique de 19 places Baptisé ES-19, ce quadri-moteur électrique est doté d’une voilure haute et d’un empennage en T. Selon le constructeur, l’ES-19 aura un rayon d’action de 400 km et une vitesse de croisière de 330 km/h et serait capable d’opérer sur des pistes aussi courtes que 750 m.

Le premier vol d’essai d’un prototype grandeur nature est planifié pour 2024. Son système de propulsion électrique alimenté par des batteries vient de débuter ses premiers essais au sol.

Pour Heart Aerospace l'électrification change l'équation du transport aérien régional. Les avions électriques sont abordables à acheter, à exploiter et à entretenir. Des moteurs électriques simples et fiables réduisent les coûts de maintenance de 90% par rapport aux turbopropulseurs et la surveillance électronique intelligente réduit les besoins d'inspection. Plus important encore, les coûts de carburant diminuent de 50 à 75%.

Première lettre d’intention :

Si l’ES-19 ne vole pas encore, le projet suscite de l’intérêt, la compagnie Sounds Air a signé une lettre d'intention avec l'avionneur suédois Heart Aerospace pour acheter un avion électrique ES-19, qui devrait être disponible en 2026. La compagnie aérienne doit commencer un service entre Wanaka et Christchurch le mois prochain avec un avion classique.

Rhyan Wardman, président de Sounds Air, a déclaré que la Nouvelle-Zélande était l'endroit idéal pour les avions électriques. « Le type d’avion électrique que nous examinons est un peu plus grand que la flotte que nous avons actuellement, et l’autonomie de 400 km est idéale pour les routes que nous empruntons.» M. Wardman a déclaré que les faibles coûts de fonctionnement faisaient de l'avion une option économique et écologique.

soundsairsupplied.png

Photos : 1 l’ES-19 2 Aux couleurs de Sounds Air @ Heart Aerospace

30/09/2020

Premier vol d’un Piper M avec un moteur à l’hydrogène !

http---yaffa-cdn.s3.amazonaws.com-yaffadsp-images-dmImage-SourceImage-zeroavia.jpg

L’information est presque passée inaperçue, pourtant il s’agit là, d’une avancée importante dans le domaine de l’éco-aviation. La société britannique ZeroAvia a réussi le 24 septembre dernier le vol inaugural d’un avion Piper de la série M converti pour fonctionner à l'hydrogène. 

Cette première mondiale s’est déroulée depuis l’aérodrome de Cranwell en Angleterre. Ce vol, qui ne comportait qu'un seul circuit, ne produisait que de la chaleur et de l'eau en tant que sous-produits d'un groupe motopropulseur reliant des piles à hydrogène à un moteur électrique. Au cours du vol de huit minutes, l'avion n'a pas dépassé 100 nœuds.

Pour ZeroAvia, le moteur électrique à hydrogène devrait avoir des coûts d'exploitation inférieurs à ceux des avions traditionnels en raison de la baisse des coûts de carburant et de maintenance. La société prévoit de contrôler la production et l'approvisionnement en hydrogène de ses groupes motopropulseurs. Maintenant la société travaille à l’amélioration des performances du moteur.

-195432.jpg

La prochaine et dernière étape du programme de développement est un vol zéro émission de 250 milles au départ d'Orkney avant la fin de cette année. La plage de démonstration prévue équivaut aux routes principales très fréquentées telles que Los Angeles à San Francisco ou Londres à Édimbourg.

Produire l’hydrogène proprement :

Développer un moteur électrique avec une pile à hydrogène est une chose, mais il fallait également produire de manière durable l’hydrogène. Pour ce faire ZeroAvia s’est impliqué dans le développement de l'écosystème de ravitaillement en hydrogène (HARE) à l'aéroport de Cranfield. Pour ce faire la société travail sur une combinaison photovoltaïque et d’éolien, soit une représentation de ce à quoi ressembleront les systèmes aéroportuaires en termes de production d'hydrogène vert, de stockage, de ravitaillement et de vol alimenté par pile à combustible.

NT6C3AWSHFGTNHBISVUWOKKKJM.jpg

Un énorme marché :

Pour la startup américaine ZeroAvia, le développement d’avion à hydrogène est un fabuleux marché qui va révolutionner le monde de l’aviation et le réconcilier avec la protection du climat. Dans un proche avenir il sera possible de faire voler des avions de tourisme non polluants pouvant transporter jusqu’à 20 passagers.

En direction d’une aviation décarbonisée :

Le Piper M-class modernisé de ZeroAvia est le plus gros avion à hydrogène au monde. La réalisation de ZeroAvia est la première étape vers la réalisation des possibilités de transformation du passage des combustibles fossiles à l’hydrogène zéro émission en tant que principale source d’énergie pour l’aviation commerciale. Finalement et sans aucune nouvelle science fondamentale requise, les avions à hydrogène correspondront aux distances de vol et à la charge utile de l'avion à combustible fossile actuel.

Cette étape majeure sur la voie du vol commercial zéro émission fait partie du projet HyFlyer, un programme de R&D séquentiel soutenu par le gouvernement britannique et fait suite au tout premier vol électrique à batterie à l'échelle commerciale du Royaume-Uni, effectué dans le même avion en juin.  

Photos : 1 Piper M décolle avec son moteur électrique à l’hydrogène 2 Principe du moteur électrique à hydrogène ici sur un bimoteur 3Schéma de production de l’hydrogène @ ZeroAvia

21/09/2020

Airbus dévoile ses concepts d’avion zéro émission !

 

airbus,zero émissions,éco-aviation,aviation et écologie,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

 

L’avionneur européen travaille sur trois concepts d’avions à hydrogène et vise le « zéro émission » de CO2 d’ici 2035. Pour le président exécutif d’Airbus, Guillaume Faury, le développement d'un avion décarboné à hydrogène constitue un "axe stratégique prioritaire".

Trois concepts :

airbus,zero émissions,éco-aviation,aviation et écologie,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Pour atteindre cet ambitieux objectif, Airbus a dévoilé trois concepts dont la maturation des technologies prendra cinq ans. Il faudra également ajouter deux ans supplémentaires, afin que les fournisseurs et autres équipementiers puissent être en mesure de fournir les éléments.  

Tous ces concepts utilisent l’hydrogène comme source d’énergie principale, une option qui, selon Airbus, s’avère exceptionnellement prometteuse comme carburant aéronautique propre et qui pourrait permettre à l’industrie aérospatiale et à de nombreux autres secteurs d’atteindre leurs objectifs de neutralité climatique. Tous désignés sous le nom de code « ZEROe », les trois concepts pour le premier avion commercial zéro émission climatiquement neutre sont les suivants : 

unnamed-1.jpg

Un concept de turboréacteur : (120-200 passagers) capable d’effectuer des vols intercontinentaux de plus de 3500 km et alimenté par une turbine à gaz modifiée fonctionnant à l’hydrogène, au lieu du kérosène, par combustion. L’hydrogène liquide sera stocké et distribué grâce à des réservoirs situés derrière la cloison étanche arrière.

Un concept de turbopropulseur : (capable d’embarquer jusqu’à 100 passagers) utilisant un moteur turbopropulseur au lieu d’un turboréacteur, également alimenté par la combustion d’hydrogène dans des turbines à gaz modifiées, et capable de parcourir plus de 1800 km. Une option idéale pour les vols court-courriers.

Un concept d’aéronef à fuselage intégré : (jusqu’à 200 passagers), dont la voilure se fond dans le fuselage principal de l’appareil et qui présente un rayon d’action comparable à celui du concept de turboréacteur. Le fuselage exceptionnellement large offre de multiples possibilités pour le stockage et la distribution d’hydrogène, ainsi que pour l’aménagement de la cabine.

Pour faire face à ces défis, les aéroports auront besoin d’importantes infrastructures de transport et de ravitaillement en hydrogène pour répondre aux besoins des opérations quotidiennes. Le soutien des gouvernements sera déterminant dans la réalisation de ces objectifs ambitieux, grâce à un financement accru de la recherche et de la technologie, à la transformation digitale et aux mécanismes qui encouragent l’utilisation de carburants durables mais aussi le renouvellement des flottes d’avions, afin de permettre aux compagnies aériennes de retirer plus rapidement du service les appareils plus anciens, moins respectueux de l’environnement.

unnamed.jpg

Photos : 1 Les trois conceptsLe concept de turboréacteur 3 turbopropulseur 4 fuselage intégré @Airbus

27/08/2020

Etihad Airways, nouveaux essais pour l’ecoDemonstrator ! 

0-1.jpeg

La compagnie Etihad Airways lance une nouvelle phase au sein de son programme « ecoDemonstrator » avec un B787-10 « Dreamliner » dont les essais doivent valider la réduction de CO2 ainsi que le bruit.

Réduction des décibels :

Le B787 d’Etihad Airways a été doté d’équipement spéciaux en vue de l’amélioration de la sécurité, la réduction des émissions de CO2 et du bruit.  Le premier vol a eu lieu cette semaine et doit permettre de recueillir les informations les plus détaillées à ce jour sur l'acoustique des aéronefs à partir des quelque 1’200 microphones fixés à l'extérieur du B787 et positionnés au sol. La collaboration entre la NASA et Boeing permettra d'améliorer les capacités de réduction de bruit sur les aéronefs existants et servira pour la conception des futurs avions.

Tous les vols d'essai programmés sont effectués avec un mélange contenant jusqu'à 50% de carburant durable, qui comprend les plus grands volumes de mélange à 50% de biocarburant produit commercialement. La plupart des plaintes de la communauté concernant le bruit des avions proviennent de vols à l'approche des aéroports, selon les chiffres de l'industrie. Environ un quart du bruit est créé par le train d'atterrissage. Un autre projet testera des trains d'atterrissage modifiés pour être plus silencieux par Safran Landing Systems. 

Réduction de CO2 :

Tous les vols d'essai programmés sont effectués avec un mélange contenant jusqu'à 50% de carburant durable, qui comprend les plus grands volumes de mélange à 50% de biocarburant produit commercialement. Deux vols vont être menés au cours de desquels les pilotes, les contrôleurs de la circulation aérienne et des opérations de la compagnie aérienne partageront simultanément des informations numériques et utilisent un système appelé NASA adapté la gestion de l'arrivée. Ces outils améliorent la sécurité en réduisant la charge de travail et la congestion des fréquences radio, l'efficacité de routage est optimisée pour réduire la consommation de carburant, les émissions et le bruit et le soutien de nouvelle génération système de transport aérien de la FAA.

COVID-19 : 

Dans le cadre de la Confident Travel Initiative de Boeing pour lutter contre le COVID-19, une baguette de lumière ultraviolette portative sera testée pour déterminer son efficacité dans la désinfection des ponts et cabines de vol du B787 d’Etihad-Airways

Photo : B787-10 @ Etihad Airways