14/07/2022

7ème CH-53K pour l’USMC !

CH-53K_LHD_Spot_9_Startup.jpg

L’hélicoptériste Sikorsky (LM)  a livré le troisième hélicoptère CH-53K « King Stallion »  de production initiale à faible taux (LRIP) en avance sur le calendrier contractuel au Corps des Marines des États-Unis. Cet aéronef construit dans l'usine de Sikorsky, est le premier CH-53K faisant partie du contrat Lot 2 LRIP attribué par l'US Navy en 2019 et le septième au total livré à la flotte. Ce Ch-53K rejoint les six en service à la Marine Corps Air Station New River à Jacksonville, en Caroline du Nord. Le CH-53K est le seul hélicoptère de transport lourd à long rayon d'action basé en mer en production et fournira immédiatement trois fois la capacité de levage de son prédécesseur. 

Ce CH-53K construit dans le Connecticut fait honneur à nos employés et à leurs compétences en matière d'outils numériques et d'autres technologies de pointe pour perpétuer l'héritage de Sikorsky en matière de construction de giravions modernes, sûrs et fiables. Notre chaîne d'approvisionnement nationale soutient la chaîne de production active alors que nous nous préparons à livrer deux autres hélicoptères CH-53K plus tard cette année », a déclaré Bill Falk, directeur du programme Sikorsky CH-53K. "Nous sommes impatients de poursuivre nos progrès vers la décision de production à plein régime de l'année prochaine." 

L'hélicoptère CH-53K es pensé imaginé et produit dans un univers numérique. Ce réseau, qui comprend tout, des instructions de travail aux manuels de maintenance, est basé sur le fil de données unique et continu de l'hélicoptère qui reste cohérent depuis la conception initiale jusqu'au maintien en puissance. Aujourd'hui, tous les programmes d'avions de Sikorsky sont nés dans un environnement numérique. La puissance de ce fil numérique favorise l'abordabilité, la productibilité et la fiabilité tout au long du cycle de vie de l'hélicoptère selon Sikorsky.

Le CH-53K est le programme de technologie numérique pionnier de Sikorsky avec une installation avancée des roues, des unités électriques, de l'hydraulique et plus encore. 

Plus tôt cette année, Sikorsky a obtenu un contrat pour la construction de 12 hélicoptères de transport lourd CH-53K pour Israël dans le cadre d'un accord de vente militaire à l'étranger (FMS) de la marine américaine. 

Le CH-53K "King Stallion" 

Bien que conçu de la même taille que les CH-53E « Super Stallion », qu’il doit remplacer à partir de 2021, le CH-53K permettra de tripler la capacité de transport de charge externe à plus de 27’000 lb sur une distance de plus de 110 miles nautiques. Doté d’une nouvelle motorisation General-Electric GE38-1B offrant un meilleur couple surmonté d’un rotor de quatrième génération en composite. La cellule est également nouvelle, car entièrement en matériaux composites. Encore plus puissante (ses 3 turbines délivrent environ 7'500ch chacune), ravitaillable en vol, équipé de systèmes de communications de dernière génération, le CH-53K est optimisé pour le transport par temps chaud en opérant à partir de terrains peu préparés et devient la référence de sa catégorie. En matière de transport, le CH-53K peut par exemple emporter en interne une Jeep « Humvee ».

2876900717.jpg

Photos : CH-53K @ Sikorsky/LM

26/04/2022

L’USMC déclare la capacité opérationnelle initiale pour le King Stallion !

CH-53K_Pax_River.jpg

Le Corps des Marines des États-Unis (USMC) a déclaré la capacité opérationnelle initiale (IOC) pour l'hélicoptère de transport lourd CH-53K « King Stallion », validant ainsi l'état de préparation opérationnelle de la plate-forme pour déployer des Marines et des équipements à travers le monde.

"Cette déclaration est un vote de confiance de la part des dirigeants du Corps des Marines et démontre le rôle essentiel du CH-53K, donnant aux forces plus de portée et d'agilité pour effectuer des transports d'assaut expéditionnaires lourds de véhicules blindés, d'équipements et de personnel. Cette capacité est essentielle dans la région Indo-Pacifique et dans le monde entier pour soutenir la force conjointe et les alliés », a déclaré le président de Sikorsky, Paul Lemmo.  

Atteindre l’IOC

Le chemin vers le IOC comprenait une collaboration sur les tests opérationnels initiaux et l'évaluation entre Sikorsky, la marine américaine et le corps des marines américains pour développer, tester et valider les capacités avancées de cet avion du 21e siècle.

Les marines ont volé et soutenu le CH-53K dans l'environnement de la flotte démontrant que l'avion est en bonne voie pour se déployer pleinement dans les délais. L'avion a effectué plus de 3’000 heures de vol, démontrant les performances du CH-53K dans une gamme de scénarios de mission, y compris des environnements extrêmement froids et chauds.  

Parmi les autres réalisations : 

Ravitaillement en vol jour et nuit

Ravitaillement air-air avec une charge externe de 27 000 lb

Essais en mer avec plus de 350 débarquements

Essais et évaluation au feu réel

Opérations soutenues simulant le déchargement d'une brigade expéditionnaire maritime

Essais dans des conditions d'environnement visuel dégradées au terrain d'essai de Yuma de l'armée américaine à Yuma, en Arizona

Bientôt la pleine production

La déclaration de l’IOC positionne le Marine Corps pour une décision de production à plein régime en 2023. L'objectif d'acquisition approuvé est de 200 hélicoptères

La chaîne de production de haute technologie du CH-53K à Stratford, dans le Connecticut, est active avec sept aéronefs en construction, dont trois doivent être livrés au Corps des Marines cette année. Il y a 46 avions entièrement sous contrat, dont quatre hélicoptères de transport lourd pour le gouvernement israélien et 14 autres appareils sous contrat. Les hélicoptères destinés à Israël font l'objet d'un accord de vente militaire à l'étranger (FMS) de la marine américaine.

Le programme CH-53K exploite les technologies de fil numérique pour réaliser des économies de maintien ainsi que des performances et une préparation accrue. Le fil numérique imprègne la conception, la fabrication, le fonctionnement et la maintenance du CH-53K. Le CH-53K a été spécialement conçu avec un environnement de support de maintenance moderne amélioré numériquement pour améliorer considérablement l'expérience.

Les temps de maintenance seront réduits d’un tiers, grâce à plusieurs caractéristiques de conception physiques et à des technologies intelligentes conçues et intégrées à l’hélicoptère.

Le CH-53K est doté d’un système de maintenance automatisé moderne qui permet des diagnostics avancés et des solutions d'assistance proactives. Un système de support robuste est en place pour le CH-53K avec des pièces de rechange, du matériel de support, des manuels de réparation validés et des experts techniques Sikorsky sur le terrain pour soutenir la mise en service.

2737274333.2.jpg

Photos : CH-53K @ USMC

10/04/2022

Le F-35 offre le meilleur taux de disponibilité !

previewHigh.jpeg

Si le taux de disponibilité de la flotte de F-35 aux USA inquiétait entre 2015 et 2018, les efforts et la maturation de l’avion ont maintenant produit leurs effets. Le tout dernier rapport Bureau du budget du Congrès (CBO) qui vient d’être publié au début du mois d’avril démontre la pleine croissance de la disponibilité de la flotte de F-35. L'occcasion également de répondre sur certaines questions dans la seconde partie. 

Contexte du rapport

Dans ce rapport, le Bureau du budget du Congrès (CBO) analyse la disponibilité et l'utilisation des avions de combat F-35 du ministère de la Défense (DoD). Destiné à remplacer les anciens modèles d'avions utilisés par l'Air Force, le Marine Corps et la Navy, le F-35 a des capacités furtives qui réduisent les chances de détection par les radars et les missiles adverses. Le CBO calcule les taux de disponibilité des aéronefs en divisant le nombre d'heures pendant lesquelles les aéronefs sont à la fois aptes à la mission et en possession d'escadrons opérationnels par le nombre total d'heures d'aéronefs pour l'ensemble de la flotte, y compris les aéronefs en maintenance au niveau du dépôt ou en stockage. Un avion apte à la mission peut accomplir au moins une de ses missions principales, ou toutes en mêmes temps.

Évolution de la disponibilité

Les différents Corps de l’armée américaine (USAF, USMC, US Navy, National Guard) exploitent actuellement environ 450 avions de type F-35 et prévoient d'en exploiter environ 2’500 d'ici le milieu des années 2040. Les F-35 ont commencé à  être exploités en 2011. La disponibilité des F-35A et des F-35C a diminué entre 2015 à 2018, mais a augmenté en 2019 et 2020. (La disponibilité est mesurée comme le pourcentage de temps pendant lequel un avion peut voler en formation ou en mission.)

air203,f-35,usaf,usmc,us navy,cbo,pentagone,lockheed martin,nouvel avion de combat,les nouvelles de l'aviation

En 2021, les taux de disponibilité des trois flottes de F-35 étaient plus élevées que ceux de la plupart des autres avions de combat en service au États-Unis.

Les flottes de F-35 sont beaucoup plus récentes que la plupart des autres aéronefs et les flottes plus récentes ont généralement des taux de disponibilité plus élevées que les plus anciennes. 

Maintenance au niveau du dépôt

Le rapport  explique que bon nombre des F-35 les plus anciens ont passé de longues périodes  totalisant un an ou plus, à subir une maintenance au niveau du dépôt afin d’être amenés à des normes opérationnelles complètes grâce à un programme de « rafraîchissement technologique » (C’est-à-dire une maintenance approfondie au-delà de la capacité du personnel où l'avion opère).

Le DoD a dû mettre à niveau ces premier avions pour atteindre les normes opérationnelles actuelles.  A contrario, les F-35 plus récents n’ont pas nécessités autant de temps pour la maintenance au niveau du dépôt, car ils ont reçu les mises à niveau lors de leur fabrication.

Le nombre total d'heures de vol annuelles pour chaque flotte de F-35 a généralement augmenté avec la taille de la flotte.  

Les trois flottes de F-35 sont un mélange de nouveaux avions avec peu d'heures de vol et d'avions avec plus de 1’000 heures de vol à vie.   

Augmentation des heures de vol

Le nombre total d'heures de vol annuelles pour chaque flotte de F-35 a généralement augmenté à mesure que les flottes se sont développées. Au cours des premières années d'exploitation, les heures de vol par avion ont augmenté pour les trois flottes.

Pour comprendre cette évolution, il faut prendre en compte les facteurs suivants :

  • Évolution et maturation de l’avion
  • Augmentation du stock de pièces détachées

Jusqu’ici les achats d’avions au sein du Pentagone comprenait des flottes « nues » sans pièces détachées et armement. L’achat de matériel connexe en dehors de l’avion contribue à une augmentation des coûts à l’heure de vol de l’ordre de 20 à 30% et prétérite la maintenance et la disponibilité des flottes.

Le Pentagone prévoit à l’avenir des achats en « paquets » afin de réduire cette problématique. Cette vision est celle retenue par exemple, par la Suisse et la Finlande et l’Allemagne pour ne citer que ces pays.

air203,f-35,usaf,usmc,us navy,cbo,pentagone,lockheed martin,nouvel avion de combat,les nouvelles de l'aviation

Pourquoi le Pentagone a réduit ses achats de F-35 momentanément ?

Des compromis budgétaires motivés par la nécessité de moderniser les deux tiers de la triade nucléaire américaine (missiles nucléaires terrestres, sous-marins nucléaires et avions stratégiques armés de bombes et de missiles nucléaires) ont forcé les responsables de l'armée de l'air à reporter les achats prévus de F-35 en les États-Unis à seulement 33 en 2023, 15 de moins que l'exercice 2022 et 27 de moins qu'en 2021, a déclaré le lieutenant-général David S. Nahom, chef d'état-major adjoint de l'armée de l'air pour les plans et programmes.

Le budget de 169,5 milliards de dollars de l'Air Force, publié le 28 mars dernier, appelle à ralentir les acquisitions de F-35 tout en accélérant les acquisitions de F-15EX. Avec la nécessité de dépenser des milliards pour moderniser les armes nucléaires, quelque chose a dû céder, et avec les modernisations à venir du F-35, l’USAF a réduit les achats de F-35 de 48 à 33 en 2023 en faveur de l'achat de 24 avions F-15EX.
Le lieutenant-général David S. Nahom a déclaré que la décision difficile était en partie due au l’obligation nécessaire pour faire face à la menace actuelle. « Aurions-nous acheté plus de F-35, si nous avions eu plus de ressources ? Oui, absolument ! ».
 

"Nous n'avons pas réduit notre investissement dans le F-35", a-t-il déclaré. "Au fur et à mesure que la menace a évolué, les systèmes dont nous avons besoin pour le F-35 ont également évolué. Et l'investissement dans ces capacités se poursuit ! 

Ces propos confirment et vont dans le sens des déclarations du Général Charles Q.Brown Cmdt de l’USAF, lors de visite à Payerne le 15 mars dernier : « le F-35 était appelé à devenir le fer de lance de la flotte américaine pour les décennies à venir », « nous comptons en augmenter la flotte dès que possible ».  

Concernant les mises à jour

Le développement et les coûts du standard Block 4 sont répartis selon le constructeur, Lockheed Martin et les nations faisant partie programme ACI qui englobe la conception, R&D, la production et l'entretien du F-35. Les utilisateurs du F-35 non-membre de l’ACI auront comme avec n’importe quelle aéronef l’opportunité de modernisé le standard en plus de mises à jour systématiques le moment venu en choisissant parmi un catalogue et de payer uniquement ce qu’ils achètent.

Qui a rédigé ce rapport ?

Ce rapport a été préparé à la demande du président et membre de rang du sous-comité de préparation du comité des forces armées de la Chambre. Conformément au mandat du Congressional Budget Office de fournir une analyse objective et impartiale, le rapport ne fait aucune recommandation. Edward G. Keating, R. Derek Trunkey et Kathryn McGinnis ont préparé le rapport avec les conseils de David Mosher. David Arthur, Ron Gecan, Shannon Smith et Natalie Tawil ont fourni une assistance. Eric J. Labsfact a vérifié le rapport.  

74073.jpg

Photos : F-35A @ USAF / Graphiques CBO

22/08/2021

Entrée en service prochainement des VH-92 « Marine One » !

62138420.2.jpg

D’ici quelques semaines, le président Joe Biden disposer de sa nouvelle flotte d’hélicoptères présidentielle. Le Marine Helicopter Squadron One (HMX-1), a déjà réceptionné quatre des premiers hélicoptères Sikorsky VH-92, et la livraison des deux autres est imminente. 

Le bureau militaire de la Maison Blanche et le Corps des Marines travaillent sur un plan de mise en service du nouvel hélicoptère, qui est très attendu. 

Rappel 

Le Marine Helicopter Squadron One (HMX-1) pilote actuellement des hélicoptères VH-3D qui transportent des présidents depuis les années 1970, et des VH-60N White Hawks. L'escadron exploite également une petite flotte de V-22 « Osprey » qui embarquent occasionnellement le personnel du président et le corps de presse de la Maison Blanche. 

23 VH-92 seront acquis

 Le VH-92A va offrir des performances, des communications et des capacités de survie améliorées, tout en offrant une capacité de passagers accrue », a déclaré le Government Accountability Office (GAO) dans sa dernière évaluation du projet. Près de 23 appareils seront acquis dans les années avenir.

Le Sikorsky VH-92  

1031846607.jpg

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utilisé pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le « Sea King ». Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport biturbine, muni d’un rotor principal et d’un rotor de queue à hélice quadripale, d’un train d’atterrissage tricycle rétractable et pouvant transporter jusqu’à 22 passagers. Cinq prototypes sont construits, un pour des tests au sol et les quatre autres pour les essais en vol, munis de turbines General Electric CT7-6D. Le premier vol est effectué au centre d’essais de Sikorsky à West Palm Beach, en Floride, le 23 décembre 1998. A partir du troisième prototype, le S-92 reçoit plusieurs modifications. Son fuselage est rallongé de 40 cm, le stabilisateur horizontal est repositionné sur le côté gauche de la poutre de queue, qui elle, est raccourcie de 1,04 m. Ces modifications permettent de résoudre des problèmes de stabilité en tangage, facilitant ainsi son utilisation dans des conditions de vols difficiles avec des vents importants. Cela a également permis de rajouter une rangée de trois sièges, portant la capacité de transport du S-92 à 22 passagers. La structure de l’appareil est en aluminium et en matériaux composites, ces derniers représentent 40% de la masse totale de l’appareil. 

Le poste de pilotage est équipé de systèmes de navigation modernes, ainsi que de quatre écrans multifonctions. Les pilotes sont assis sur des sièges Martin-Baker anti-crash et utilisent deux manettes qui permettent, grâce aux divers capteurs et de l’ordinateur de gestion du vol, de contrôler l’appareil en tangage, roulis et lacet. Le poste de pilotage est chauffé, ventilé et climatisé indépendamment de la cabine. Un équipement quasi complet permet une sécurité en vol maximale : deux systèmes automatiques de contrôle de vol (AFCS), des systèmes anticollision (TCAS) et d’avertissement de proximité du sol (EGPWS) et un radar météorologique placé dans le nez de l’appareil. Les systèmes vitaux de l’appareil sont redondants, la cellule offre une bonne résistance en cas de crash et la boite à vitesse peut fonctionner durant ½ heure sans huile. En cas d’amerrissage forcé, un système de flottaison se gonfle automatiquement, comprenant également deux radeaux d’une capacité de quinze personnes chacun à l’avant des flotteurs.

Dans le cadre du programme VXX, Sikorsky propose le S-92 dans le standard VH-92 aux moteurs plus puissants et entièrement construit par des entreprises américaines. Les systèmes électriques et hydrauliques sont installés en triple exemplaires et le système d’alimentation en carburant se fait par aspiration, ce qui évite d’éventuelles fuites dues à la pression. Les systèmes de pilotage sont également redondants. Les réservoirs de carburant auto-obturant, placés à l’extérieur de la cabine, sont capables de supporter des impacts d’obus de 23mm. L’appareil possède un système de dégivrage et est également protégé contre la foudre et les champs de rayonnement d’intensité élevée.

8332101.3.jpeg

Photos : VH-92 @ Sikorsky/LM

 

25/03/2021

Le cap des 600'000 heures de vol pour le V-22 !

1920px-V22-Osprey.jpg

Le Boeing / Bell V-22 « Osprey » a enregistré plus de 600’000 heures de vol, fournissant un support client continu pour maintenir la préparation à la mission et transporter le fret et le personnel au sein de l’US Navy et de l’USMC, US Air Force et la Japan Ground Self-Defense Force.

Construit en partenariat par Bell Textron Inc., et Boeing la flotte de V-22 est compte plus de 400 aéronefs en service. Le V-22 est le seul aéronef à rotors basculants de production militaire au monde. Sa vitesse, sa portée, sa maniabilité et sa capacité logistique en font l'une des solutions les plus polyvalentes et les plus rentables pour ses clients.

« Il n'y a aucun autre appareil au monde capable d'égaler les capacités uniques de l'Osprey », a déclaré Kurt Fuller, vice-président de Bell V-22 et directeur du programme de Bell Boeing. « Les 600’ 000 heures de vol représentent d'innombrables missions d'assistance tactique, logistique et humanitaire, ainsi que le dévouement des hommes et des femmes qui entretiennent et exploitent chaque jour l'avion pour en faire un appareil de pointe.»

Bell et Boeing soutiennent directement la préparation du V-22 en fournissant des services mondiaux complets aux escadrons de V-22, y compris le soutien à la maintenance, la formation, les représentants sur place sur le terrain, l'analyse des données et les pièces neuves et réparées.

Parmi les réalisations récentes du programme, citons la dernière variante du V-22, le CMV-22B, affecté à l'escadron multimission 30 de la logistique de la flotte, achevant la première livraison d'un moteur F-35 à l'USS Carl Vinson, avec succès.

High-res_6432547.jpg

Le V-22 « Osprey » :

Le V-22 Osprey est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et de vol à haute altitude.

A ce jour, 340 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme « Joint Advanced Vertical Lift Aircraft » est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de présérie qui devra permettre la mise en service d’une escadrille « test ». 

Le V-22 est équipé de qautre avec écrans multifonctions (MFD, compatibles avec les lunettes de vision nocturne et une unité d'affichage centrale partagée, pour afficher diverses images, y compris: digimaps, imagerie de la tourelle système infrarouge (FLIR), instruments de vol principaux, navigation et état du système. Le panneau du directeur de vol du système de gestion du cockpit permet des fonctions entièrement couplées (pilote automatique) qui font passer l'avion du vol avant à un vol stationnaire de 15 m sans aucune interaction du pilote autre que la programmation du système. Le fuselage n'est pas pressurisé et le personnel doit porter des masques à oxygène bord au-dessus de 10 000 pieds. 

Le V-22 est doté de systèmes de commande de vol "Fly-By-Wire" triple redondance avec contrôle informatisé des dommages pour isoler automatiquement les zones endommagées. Avec les nacelles pointant vers le haut en mode de conversion à 90 °, les calculateurs de vol lui commandent de voler comme un hélicoptère, les forces cycliques étant appliquées à un plateau cycliqueconventionnel au moyeu du rotor. Avec les nacelles en mode avion (0 °), les laperons le gouvernail et la profondeur volent comme un avion. Il s'agit d'une transition graduelle, se produisant sur la plage de rotation des nacelles, plus les nacelles sont basses, plus l'effet des gouvernes en mode avion est important. Les nacelles peuvent tourner au-delà de la verticale jusqu'à 97,5 ° pour le vol vers l'arrière. Le V-22 peut utiliser l'orientation "80 Jump" avec les nacelles à 80 ° pour le décollage afin d'atteindre rapidement une altitude et une vitesse élevées.

csm_web_hero-171213-a-xk954-0003_82cbd91894.jpg

Photos : 1 V-22 Osprey USMC @Peter Gronemann 2 & 3 V-22 @ US Navy