26/11/2020

Intégration sur porte-avions du CMV-22B !

 

FG_3803377-JNI-9210.jpg

L'US Navy (USN) a achevé les premiers atterrissages et décollages de porte-avions de son nouvel aéronef de transport logistique CMV-22B. Le nouvel appareil doit venir remplacer progressivement le C-2A « Greyhound » pour le transport du personnel, du courrier, des fournitures et des marchandises de haute priorité à partir de bases terrestres en direction des porte-avions en mer.

3107950226.jpg

Le premier Boeing-Bell CMV-22B de l’Escadron VRM 30 est arrivé sur le porte-avions USS Carl Vinson (CVN 70) pour la première fois le 20 novembre dernier. Le Carl Vinson naviguait dans le Pacifique. Un deuxième CMV-22B est arrivé le lendemain pour conduire les essais. L'approche d'acquisition est basée sur la réutilisation de MV-22B Block C modifié pour intégrer une série de sous-systèmes exigés pour la marine soit : une capacité à portée étendue avec des réservoirs de carburant conformes externes arrière / avant dans les ailes, un système de sonorisation à utiliser lors du transport de passagers, une capacité de largage de carburant, un éclairage de la soute et de la rampe de chargement et un système sécurisé de communications au-delà de la ligne de vue avec une radio HF.  Le CMV-22B doit également pouvoir emporter un moteur Pratt & Whitney F135 destiné au F-35 de la marine.

De plus, le CMV-22B permettra une liaison logistique directe aux navires amphibies. Le CMV-22B permet un rayon d’action de 1’150 miles nautiques.

763741870.jpg

Photos : 1 & 3 CMV-22B à l’approche sur porte-avions 3 Le C2A Greyhound @ USN

 

23/10/2020

Un futur missile Ramjet pour le Super Hornet !

23.jpeg

L’avionneur Boeing en collaboration avec la marine américaine feront la démonstration de technologies de missiles avancées en vue d’une future intégration. L’objectif étant de rendre les aéronefs de l’US Navy plus meurtriers contre les menaces au cours de la prochaine décennie.

Boeing a remporté un contrat de 30 millions de dollars de la part de la Marine pour co-développer le démonstrateur de vol SPEAR (Supersonic Propulsion Enabled Advanced Ramjet) avec la division des armes du Navy's Air Warfare Center. L'attribution du contrat intervient après que le ministère de la Défense a demandé des informations à l'industrie de la défense pour aider la marine à déterminer les exigences techniques des futurs systèmes d'armes de frappe terrestres et maritimes basés sur des transporteurs.

Le démonstrateur de vol SPEAR fournira au F/A-18 « Super Hornet » et au groupe de frappe des transporteurs des améliorations significatives en termes de portée et de capacité de survie contre les systèmes avancés de défense contre les menaces.

Boeing et la division des armes du Navy Air Warfare Center prévoient de piloter le démonstrateur SPEAR à la fin de 2022. Les succès antérieurs de Boeing dans le développement de technologies supersoniques et hypersoniques comprennent le véhicule d'essai X-51 Waverider en 2010 et le système de propulsion à flux variable sous le triple Programme Target Terminator en 2014.

La technologie Ramjet :

Unknown.jpeg

La technologie Ramjet des statoréacteurs est intéressante parce qu’elle offre à la fois une portée étendue et une vitesse moyenne accrue pendant le vol du missile, avec une vitesse de croisière effective de Mach 3. Contrairement aux missiles à propergol solide, cependant, les conceptions actuelles de statoréacteurs, pour fonctionner efficacement, doivent être allumées à des vitesses approchant Mach 2. Cela exige que la propulsion du statoréacteur soit utilisée en conjonction avec un propulseur à fusée solide. La séquence d'allumage du statoréacteur pose elle-même de nombreux problèmes de conception. La chambre de combustion doit être débarrassée des éléments du surpresseur solide.

Une fois que l'allumage du statoréacteur est obtenu avec succès, le flux d'air dans les entrées doit être géré pour garantir que le moteur ne s'éteigne pas.

Photos : 1 F/A-18 Super Hornet@ Robert Bell 2 Image d’artiste d’un Ramjet @ Boeing

28/07/2020

Le premier essai en vol d’un ravitaillement autonome se prépare !

335818310.jpg

L’avionneur Boeing avance à grands pas en direction d’un premier vol destiné à tester le ravitaillement en carburant de manière autonome. Les premières images sont apparues de l’installation de la nacelle sous les ailes du système de ravitaillement en vol sur le drone sans pilote MQ-25A « Stingray » avant le début des essais en vol.

Le MQ-25A est destiné à fournir à l’US Navy (USN) une capacité de ravitaillement autonome pour améliorer les capacités des avions de combat embarqués et étendre leur rayon d’action.

Rappel :

Boeing a remporté en août 2018 un contrat d'ingénierie, de fabrication et de développement (EMD) de 805,3 millions de dollars US par le Naval Air Systems Command (NAVAIR) pour la conception, le développement, la fabrication, le test, la livraison et le support de quatre avions sans pilote MQ-25A. Il est prévu que le MQ-25a puisse obtenir une capacité opérationnelle initiale en août 2024.

Boeing a déjà testé le MQ-25A, soit le prototype n°T1 N234MQ en vol. Ce dernier, a commencé ses activités d'essais en vol en septembre 2019, accumulant environ 30 heures de vol jusqu'en février 2020. Selon le cahier des charges, le MQ-25A devrait livrer 6’800 kg de carburant à 4 à 6 avions.

FG_3269722-IDR-7158.jpg

Les opérations de ravitaillement en vol seront entreprises à l'aide de deux pods standard, un sous chaque aile, avec un tuyau et un panier de ravitaillement. Il s’agit des mêmes nacelles de ravitaillement qui équipent déjà les F/A-18 E/F « Super Hornet » construite par la société Cobham. 

Le MQ-25A « Stingray » :

Selon l’US Navy, le MQ-25 « Stingray » permettra une meilleure utilisation des avions de combat en élargissant la gamme de déploiement des Boeing F/A-18 « Super Hornet », Boeing EA-18G « Growler » et des Lockheed Martin F-35C. Le MQ-25 fonctionnera depuis les porte-avions en utilisant les mêmes systèmes de bord commun aux avions pilotés par l’homme, comme la catapulte de lancement et les systèmes de récupération du bâtiment.

Désigné le RAQ-25 dans la phase d’évaluation du projet de drone ravitailleur, la désignation a été modifiée en MQ-25 « Stingray ». Les exigences en matière de furtivité permettent toujours de tirer des missiles ou larguer des bombes à partir de pylônes, mais la surveillance et la destruction des cibles ne seront pas la mission principale du nouvel engin.  

650328765.jpg

Photos : 1 Le drone MQ-25A « Stingray » 2 Préparation avec les nacelles de ravitaillement 3 Image de synthèse d’un ravitaillement autonome @ Boeing

 

23/06/2020

L’US Navy à l’heure du StormBreaker !

content_dam_mae_online_articles_2017_09_fa_18ef_14_sept_2017.png

L’US Navy s’intéresse à la bombe intelligente de petit diamètre Raytheon GBU-53 StormBreaker. Jusqu’ici c’était l’US Air Force qui poussait l’intégration de cette dernière sur ses F-15 notamment. La semaine dernière un Boeing F/ A-1 E/F « Super Hornet  a mené une série de tests en vue de la qualification de l’arme sur l’avion.

La capacité opérationnelle initiale pour l’utilisation sur le « Super Hornet » est prévue pour la fin de 2020. Le StormBreaker est également destiné à armer les Lockheed Martin F-35B et F-35C de l’USMX et de la Navy.

Le Raytheon GBU-53 StormBreaker :

https---api.thedrive.com-wp-content-uploads-2020-06-hornet-stormbreaker-top-2.jpg?quality=85.jpeg

Le StormBreaker (renommé pour éviter toute confusion avec le Boeing GBU-39 / B SDB) emploie un chercheur tri-mode avec GPS / guidage inertiel. Le système peut identifier et frapper des cibles mobiles à des distances différentes dans toutes les conditions météorologiques. Le système utilise

un capteur infrarouge d'imagerie pour une meilleure discrimination des cibles, un système laser semi-actif pour frapper les points désignés par la plate-forme de lancement ou un laser hors-bord et un radar à ondes millimétriques qui peut détecter et suivre les cibles à travers le temps et dans n'importe quelle conditions de luminosité. La section de guidage tire et fusionne les informations des trois capteurs, pour fournir une capacité d'attaque précise contre les cibles fixes et mobiles. Un système GPS / inertiel est utilisé pour le guidage pendant le vol vers le voisinage cible. 

Lorsqu'il est libéré de haute altitude, le StormBreaker a une portée de plus de 72 km contre des cibles en mouvement grâce à des ailes escamotables et peut atteindre plus de 100 km contre une cible fixe. Pesant 93 kg et avec une forme compacte, le StormBreaker peut être transporté sur des racks à quatre magasins.

Raytheon-StormBreaker-Smart-Weapon.jpg

Photos : 1 F/A-18 Super Hornet @ USN 2 GBU-53 StromBreaker @Raytheon

 

09/06/2020

Premier vol pour l’Advanced Super Hornet Block III de série !

f287.jpg

Boeing a effectué le vol inaugural du premier exemplaire de production de l’Advanced Super Hornet Block III. Ce premier a eu lieu  le 4 juin dernier, impliquant un avion portant le numéro de construction F287. L’avion a décollé des installations de l’avionneur à St Louis dans le Missouri. Il s'agit du premier des deux appareils du Block III de série qui seront livrés à la division des aéronefs du Naval Air Warfare Center de la Marine américaine à Patuxent River dans le Maryland pour des tests et une vérification avec l'escadron VX-23. Cet appareil fait suite au prototype et un avion de préséries qui vol déjà.

Les essais prévus comprendront une évaluation de l’adéquation des systèmes et serviront également à familiariser la Marine avec les nouveaux systèmes de l’avionique du Block III. Ces tests devraient être suivis d'essais de tir sur le polygone de China Lake, en Californie, avec l'escadron VX-9.

Rappel :

FA-18-SUPER-HORNET-790x400.jpg

En mars 2019, Boeing a reçu un contrat d'achat pluriannuel pour 61 F/A-18E monoplaces et 17 F/A-18F biplace dans la configuration Block III. Les livraisons devraient commencer l'année prochaine et se poursuivre jusqu'en 2024. Le premier avion a été déployé à St Louis le 8 mai et n'est pas encore équipé des réservoirs de carburant conformes (CFT) destinés à la configuration complète, bien que ceux-ci aient été précédemment piloté sur le prototype.

La production du Block III fait suite à un total de 608 avions Block I/II, le Block II ayant introduit le radar à balayage électronique actif (AESA) Raytheon APG-79 qui est conservé dans le Block III. Une proportion importante de la flotte existante du bloc II sera mise à niveau vers la norme du Block III, y compris une modernisation de la durée de vie qui prolonge la durée de vie de la cellule de 6’000 à 10’ 000 heures. Le programme de mise à niveau devrait se dérouler de 2022 à 2033. D'ici 2024, la Marine espère avoir au moins un escadron équipé du Bloc III dans chaque escadre aérienne de porte-avions.

Le F/A-18 E/F Block III « Advanced Super Hornet » :

EDR_Boeing_F-18_04.jpg

La version Block III « Super Hornet » ou l'Advanced Super Hornet, outre les réservoirs CFT, qui ajoutent 3’500 livres de carburant et réduisent la traînée, se distingue de plusieurs manières.

La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne grâce à un caisson ventral pour intégration des armes ou de revenir au transport traditionnel. Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System (DFCS), qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur d’Elbit Systems de 10X19 pouces. L'Advanced Cockpit System (ACS) permet de rassembler toutes les données des différents capteurs et réseaux en une image claire et intuitive couplé à un système anticollision GCAS.

L’avion est doté d’un capteur IRST longue portée, placé sous le nez de l’avion et non plus, dans un réservoir sous le ventre comme pour le Block II. Cette nouvelle version de l’IRST permet au capteur de détecter et de suivre passivement des cibles bien au-delà de la portée du radar APG-79. "Il peut voir un avion chaud". L’IRST fonctionne directement avec les TTNT et DPT-NT.

advanced_super_hornet_sensors-278x300.jpg

Le réseau Rockwell Collins TTNT (Tactical Targeting Network Technology) permet un transfert rapide de grandes quantités de données même en cas de brouillage hostile. Le TTNT fait quant à lui partie du système NIFC-CA (Naval Integrated Fire Control - Counter-Air). Le processeur de ciblage distribué en réseau (DTP-N) gère toutes ces données à bord de l'avion et permet une fusion complète en y intégrant toutes les données extérieures (avions, systèmes sol-air et navires de surface).

Autre élément clé est l'insertion d'un autre programme d'enregistrement, la connectivité en réseau avancée SATCOM, un système IP à haut débit améliorant les communications à longue portée avec la liaison de communication par satellite Lockheed Martin MUOS (Mobile User Objective System) pour partager des données avec des forces amies trop loin pour la radio en visibilité directe. L’ensemble tourne avec de nouveaux ordinateurs de mission offrant une pleine capacité de fonctionnement en réseau.

L’avion emporte la gamme complète d’armement en service actuellement au sein de la Navy et est optimisé pour les nouvelles armes comme les futurs missiles antiradrar AARGM-ER et le missile supersonique air-air longue portée Raytheon Peregrine.

En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%. Le mode « SuperCroisière » est dès lors disponible. A noter la certification des moteurs pour le biokérosène.

Le Boeing le Block III  peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35 de la Navy à l’exception de la pénétration furtive. Le Block III est spécialement optimisé pour volé avec un ailié robotisé comme l'Airpower Teaming ou le drone ravitailleur MQ-25 "Stingray". 

Le coût à l'heure de vol étant estimé à 18’000 dollars américains (au sein de la Navy), soit 8'000 à 10'000 dollars de moins que les anciennes versions de Hornet. 

A l’exportation :

Le Block III vient d’être choisi par l’Allemagne pour compléter la future flotte d’Eurofighter « Quadriga ». Il est proposé au Canada, en Finlande et en Suisse.  

https---s3-us-west-2.amazonaws.com-the-drive-cms-content-staging-message-editor%2F1579114530597-2020-01-15.jpg

Photos : 1 Le Block III de série 2 Le prototype 3 Cockpit 4 L’IRST sous le nez  5 Le block III de présérie avec les réservoirs CFT @ Boeing