18/09/2013

Singapour va moderniser ses F-16 !

RSAF_F-16D_Block_52%2B_Fighting_Falcon_with_Conformal_Fuel_Tanks_01.jpg


 

 

Singapour va procéder à la modernisation de sa flotte de Lockheed-Martin F-16 C/D « Fighting Falcon». Au total se sont 60 appareils qui seront concernés par une mise à jour importante comme nous allons le voir. Cette modernisation doit permettre également de standardiser les versions actuelles Block40 & Block50 en une seule. Par ailleurs, aucune information n’a filtré concernant un possible achat de F-35B pour l’instant.

 

Mise au standard «Viper» : 

 

Singapour vise la mise au standard «Viper» de ses F-16 soit le Block60. Le modèle «Viper» est en fait une modernisation destinée aux utilisateurs du F-16. L’appareil est cette-fois doté d’un nouveau radar avec antenne à balayage électronique (AESA) couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++.

Cette mise à niveau de la flotte va mettre en concurrence plusieurs sociétés comme Lockheed-Martin et BAE Systems, Northrop-Grumman.

 

Deux radars AESA en concurrence : 

 

La pièce centrale de la modernisation des F-16 au standard «Viper» concerne le choix du nouveau radar à antenne à balayage électronique AESA. Deux concurrents sont aujourd’hui identifiés par Lockheed-Martin, le RACR de Raytheon et le SABR de Northrop-Grumman. Singapour devra choisir entre ces deux modèles. La décision concernant les équipementiers devrait être connue en 2014.

 

Le RACR :


 

f-16racr.png


Le RACR (Radar Raytheon Advanced Combat). Il s’agit d’une version dérivée de l’AN/APG-79 développé par Raytheon de type AESA dont la plateforme et l’antenne sont adaptés selon l’avion, soit le F-16, F-15 ou F/A-18.

Cette solution de radar AESA a été conçu, pour équiper l’ensemble des appareils de la gamme F-16, F-15 et F/A-18 soit neufs ou dans les cas de modernisation de flottes déjà en service.

En ce qui concerne la variante RACR qui équipera les F-16, Raytheon a terminé le développement dans temps record de 24 mois, une série d'essais en vol ont été menés sur des appareils de l’USAF à Edwards Air Force Base, en Californie. Ces vols de démonstration ont mis en évidence les capacités multirôle dans les gammes air-air et air-sol.

Par rapport à l’ancien radar à antenne mécanique le radar AESA RACR apporte une détection étendue avec amélioration du suivi des cibles. La précision d’engagement est améliorée et le radar offre une nette amélioration des capacité de guerre électronique.

Le SABR : 


 

f-16sabr.jpg


 

Le SABR (Scalabre Agile Beam Radar) de Northrop-Grumman est conçu spécifiquement pour le F-16. Ce radar tire profit de la renommée de la gamme des radars de type l'APG- 77, -77 (V) 1 (F-22 Raptor) , -80 , -81 (F-35). Le SABR a fait ses débuts sur un F-16 en novembre 2009. En vol, ce radar a effectués 17 sorties avec les pilotes d'essais en vol de l'USAF avec un taux de réussite de 100%.


 

800px-RSAF_F-16_on_taxi.jpg


 

Photos : 1 F-16D Block50 RSAF @ RSAF 2 Le radar RACR @ Raytheon 3 Le radar SABR@ Northrop-Grumman  4 F-16C RSAF Block40 @ RSAF

 

 

 

 

 

05/10/2012

Gripen F démonstration du radar AESA !

image.jpg

Le Gripen F vient de débuter les vols de présentation du radar ES-05 «Raven» AESA en compagnie de F/A-18 depuis l’aérodrome d’Emmen

 

Les commandes du démonstrateur biplace Gripen F sont tenues alternativement par un pilote d'armasuisse et un pilote des Forces aériennes sur le siège avant, tandis qu'un pilote d'essais de Saab occupera la place arrière.
Les pilotes suisses ont rafraîchi préalablement leurs connaissances de l'avion lors d'un entraînement en simulateur en Suède. Dans les jours qui viennent, les pilotes suédois recevront une introduction aux spécificités de l'espace aérien au-dessus des Alpes suisses et concernant la place de tir d'aviation de l'Axalp.

 gripen f,radar aesa,gripen ng,gripen f radar aesa,gripen en suisse

02/10/2012

La DGA reçoit le premier RAFALE AESA!

Rafale_effect.jpg


 

Le Rafale  standard F3-04T est le premier avion de combat européen en service à bénéficier de la technologie AESA (Active Electronically Scanned Array) qui a fait l’objet d’études et de démonstrations antérieures, et qui traduit l’aboutissement de plus de 10 ans d’efforts de R&D sur les antennes actives. Elle permet d’améliorer significativement sa portée de détection. Immatriculé C137, et destiné à l’armée de l’air, il rejoindra dans les prochains jours la base aérienne de Mont-de-Marsan.

Le développement du radar RBE2 AESA a été décidé dans le cadre d’un programme d’amélioration des capteurs du Rafale, qui comprend également un détecteur de départ missile amélioré et une optronique secteur frontal de nouvelle génération en mode allégé (sans l'Infra-rouge), deux systèmes équipant aussi le Rafale C137.

Le Rafale est le premier appareil de chasse omnirôle, c'est-à-dire qu’il peut, au cours du même vol et de façon pratiquement simultanée, assurer différents types de missions, par exemple l’attaque au sol et la défense aérienne. Totalement polyvalent, le Rafale assure toute la gamme de missions dévolues à un avion de chasse: supériorité et défense aérienne, attaque d’objectifs terrestres ou maritimes, appui-feu rapproché de troupes au sol, reconnaissance, frappe nucléaire. C’est aussi le premier appareil conçu dès l’origine pour opérer aussi bien à partir d’une base terrestre que depuis un porte-avions. Il est mis en œuvre par l’armée de l’air et la marine.

 A ce jour, 180 avions de série ont été commandés par la DGA et 111 appareils livrés dans ses 3 versions : 36 monoplaces embarqués « M » pour la marine, 38 biplaces « B » et 37 monoplaces «C» pour l’armée de l’air. 


 

le-radar-rbe2-a-antenne-active-qui-equipe-le-rafale_article_demi_colonne.jpg


Photos : 1 Rafale Solo Display lors du meeting de Lens @ Paul Marais-Hayer  2 Le Rafale doté de son antenne AESA @ Dassault/Thales

11/07/2012

Le Gripen F vole avec son radar AESA !

 

 

Gripen with ES 05 Raven pic3.jpg


 

Le démonstrateur Gripen NG est depuis quelques temps, doté de la version définitive du radar ES-05 «Raven» de type AESA (Active Electronically Scanned Area). L’avion a été présenté à la presse, lors du Salon aéronautique de Farnborough. Cette présentation était réalisée avec le fournisseur de l’antenne à balayage électronique SELEX Galileo.

Le Gripen E/F, de part son démonstrateur atteint maintenant la phase finale de tests,  avec l’adaptation de son radar AESA définitif et se terminera avec le montage du capteur IRST (SKYWARD-G). Ce radar AESA vient de débuter, par ailleurs, la phase de tests en vol pour sa qualification. La version du radar ES-05 «Raven » installé dans le nez du Gripen F, est issues des modèles antérieurs, qui ont servit de banc d’essais depuis 2008. Cette version du radar AESA a subit au préalable une batterie de tests, servant à son homologation depuis les installations de Finmeccanica d'Edimbourg en Ecosse en vue de son installation sur l’avion développeur.

Le radar AESA en version définitive sera présenté un peu plus tard, dans l’année, en vol aux équipes de pilotes d’essais suisses d’Armasuisse et des Forces Aériennes (nous aurons l’occasion d’y revenir le moment venu).

 

radar%202936%2072%20400.jpg
radar%202991%2072%20400.jpg

 

L’ES-05 « Raven » :

Le radar à antenne à balayage électronique qui doit équiper les versions « Echos & Fox » du Gripen est développé par Saab et SELEX Galileo. Le corps du système reprend les éléments du radar PS-05 Ericsson auquel on y a ajouté l’antenne active de SELEX Galileo ainsi que des éléments du Vixen 1000E. Celle-ci, est par ailleurs montée sur un plateau cyclique (swashplate) repositionnable qui permet de fournir une plage de détection de  ± 100 º.

Selex-Galileo-Raven-ES-05-AESA-2.jpg

 

 

La série de capteurs comprend des capteurs actifs et passifs intégrés pour permettre une commande centrale et la fusion de capteurs. Ces éléments permettront d’améliorer de façon significative la capacité multirôle et la performance des capteurs face aux menaces futures et à des scénarios plus complexes.

Le RAVEN ES-05 bénéficie de la technologie extrêmement fiable du module émetteur/récepteur de l’AESA, ce qui améliore considérablement la disponibilité du système et permet de réduire le coût de cycle de vie. Les radars AESA de SELEX Galileo présentent des performances exceptionnelles et une fiabilité accrue supérieures aux radars à balayage mécanique traditionnels. Ils offrent également tous les avantages des antennes AESA multifonctions et garantissent des économies de coûts à long terme.

Le radar Raven ES-05 a été conçu dès le départ comme un système modulaire unique et efficace à même de répondre aux exigences mondiales en matière de détection radar de conduite de tir et de suivi de cibles. Il s’appuie sur des unités modulaires courantes qui permettent d’offrir une architecture de système évolutive capable de répondre aux besoins de conduite de tir et aux exigences opérationnelles des radars d’interception tout en restant résistant aux contre-mesures radar.

L’antenne AESA est couplée à des unités remplaçables en ligne (LRU) d’un récepteur-excitateur multichaîne entièrement numérique et d’un processeur. Ces dernières fournissent une suite complète de modes dont les modes air-air et air-sol, des fonctions de brouillage et de support pouvant être facilement adaptées ou étendues au logiciel afin de satisfaire les besoins futurs.

Le radar exploite les techniques de confirmation d’alertes de l’AESA pour confirmer les cibles lors de la première détection. Ces techniques, associées aux formes d’onde optimisées d’AESA, permettent d’augmenter les champs d’initialisation de la trajectoire, tout en conservant simultanément une capacité d’appréhension totale de la situation. La capacité de balayage instantanée de l’AESA fournit également une suite complète de modes simultanés air et sol, afin de conférer au pilote une appréhension totale et fidèle de la situation.

Au cœur de la conception du radar AESA se trouve la capacité de gérer la panne individuelle d’un seul composant. Les pannes de composants dans l’antenne entraînent une dégradation progressive de la performance et non une panne complète du système, fournissant ainsi une disponibilité opérationnelle plus élevée que les systèmes de radar traditionnels. Des économies de coût sur la durée de vie du système sont réalisées grâce à la haute fiabilité, l’amélioration de la disponibilité et la réduction des exigences relatives à la maintenance.

 

Les avantages de l’antenne AESA :

Un radar ainsi équipé offre une extrême flexibilité. Les modules (TRM) peuvent être divisés en "sous-radars" ayant chacun une tâche différente (air-air, air-sol, brouillage ).

Ce type d’antenne permet un accroissement de la portée. La puissance émise et leur portée sont augmentées de 20 à 70 %.

Discrétion et résistance au brouillage (travail simultané sur des fréquences différentes).

Fiabilité (pas de mécanique, redondance des antennes).

Nombreuses applications potentielles (arme à énergie dirigée, transmission de haut débit ).

Ce type de radar permet un champs d’application à de nouvelles tactiques, comme par exemple, de maintenir la liaison de données de missiles et de s’en détourner, tandis,  que le scénario se poursuit le radar acquiert d'autres cibles et/ou effectue d’autres tâches.

getasset.jpg

 

 

Photos : 1 Radar AESA ES-05 avec son antenne montée sur le Gripen F 2 & 3 Présentation à la presse au Salon de Farnborough 4 Version test avec l’IRST (SKYWARD-G) @ Saab/Selex Galileo

 

24/03/2012

Validation du radar AESA de l’Eurofighter !

 

AbuDhabi_007_5d409723d3.jpg


 

EADS/Cassidian en collaboration avec l’Office fédéral de l’équipement ont mené une série d’études de simulation d’une durée de deux ans pour vérifier l’optimisation des capacités de la nouvelle antenne à balayage électronique du radar.

L’analyse devait mettre en évidence les améliorations de la nouvelle antenne par rapport à l’actuelle qui est mécanique. Ces tests ont eu lieu sur un  simulateur à Ottobrunn près de Munich. lLe simulateur de type man-in-the-Loop (milsim) à permis de réaliser des scénarios réalistes et de vérifier l’exploitation du radar E-CAPTOR doté de sont antenne définitive.

L'objectif était de comparer dans des scénarios réels, la nouvelle technologie du faisceau radar radar à balayage électronique (AESA) et de définir les nombreuses améliorations vis-à-vis de la version actuelle du radar soit le M-CAPTOR. Les tests ont pu démontrer notamment les améliorations en angle de détection (Wide Field de Regard) ainsi que les diverses possibilités d’optimisation qui seront disponibles pour les pilotes. L’arrivée du E-CAPTOR permettra grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément.

 

Eurofighter_TWS_400x238.jpg

 

 

Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar ECR-90 CAPTOR actuel, mais, il est  doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. Il est prévu d’exploiter la maturité du système actuel et d’y adjoindre le mode AESA.

Eurofighter GmbH et Euroradar, de concert avec leurs partenaires industriels, ont commencé le développement à grande échelle de la nouvelle génération d’antenne radar AESA (Active Electronically Scanned Array). L'objectif est de permettre une mise en service du nouveau radar pour 2018 et de ce fait répondre aux exigences des pays partenaires et clients à l'exportation.

A partir de 2020, l’antenne radar sera montée sur un plateau cyclique permettant un repositionnement de l’antenne à fin d’accroître la capacité de détection.

Principe de l’antenne AESA :

Une antenne à balayage électronique est une antenne réseau qui comporte des dispositifs électroniques permettant des changements d'états de la forme du faisceau émis. Selon leur nature, ces dispositifs électroniques (déphaseurs, commutateurs, filtres) qui sont connectés aux élements rayonnants, agissent sur la forme, la direction, la fréquence ou la polariation de l'onde formée. Les réalisations de ces antennes sont très diversifiées et on distingue les antennes dites passives et les antennes dites actives. Dans le cas des antennes actives, le balayage électronique correspond à une antenne passive dont les dispositifs d'amplification des signaux émis ou reçus sont inclus dans l'antenne. Elle peut également contenir des dispositifs électroniques avancés de réception, comme la conversion de fréquence ou le codage des signaux. Par rapport à une antenne réseau, une antenne active est caractérisée par le fait que ces modules actifs (TRM)  sont placés entre les éléments rayonnants et leurs sorties.

17842582.jpg

 

 

Photos : 1 Eurofighter de la RAF à Dubaï 2 Principe multifonctions de l’AESA 3 radar E-CAPTOR @ EADS/Cassidian

 

12:07 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : eads, cassidian, eurofighter, radar aesa, e-captor |  Facebook | |