18/01/2021

La Grèce a fait un pas supplémentaire en direction du Rafale !

Ehuv0hBWAAI-2HC.jpeg

Crise du COVID oblige, les choses ont été ralenties en ce qui concerne l’achat du Rafale par la Grèce. Après deux jours de débat, au cours desquels un consensus multipartite s'est formé, 276 législateurs grecs sur 300 ont voté positivement la loi ouvrant la voie à un achat de 18 avions Rafale pour un total de 2,5 milliards d'euros. Un accord devrait être signé à Athènes, entre les ministres grecs et français avant la fin du mois de janvier 2021. 

Le contrat comprend 12 Rafale d'occasion de l'Armée de l'Air française et 6 appareils neufs aux, tous au standard F3-R actuel. Le contrat prend en compte différentes armes telles que des missiles antinavires Exocet et des missiles de croisière SCALP. En mode air-air, les missiles Mica et Meteor compléteront l’équipement ainsi que le matériel connexe de formation.

Les six premiers avions, issus de l'inventaire de l'armée de l'air française, devraient arriver dès juillet 2021 en Grèce. Le reste de la commande sera livré en deux fois sur six en 2022 et 2023. Selon Athènes, les Rafale seront basés à Tanagra, la base de la 114e Escadre de combat de l'Armée de l'air hellénique.

Cette acquisition fait partie des plans de la Grèce visant à renforcer sa capacité de défense alors qu'elle fait face à des tensions accrues avec la Turquie concernant leurs eaux territoriales respectives dans la région de la Méditerranée orientale.

France, assurer le remplacement :

La vente de Rafale en Grèce est une excellente nouvelle pour Dassault Aviation et les futures prospections d’exportations. Mais le prélèvement d’avions sur le stock de l’Armée de l’air en fait grincer des dents plus d’un chez nos voisins français. Le risque bien réel d’une perte de capacité est en soi une épée de Damoclès, dont l’Armée de l’air se serait bien passée. Et ceci d’autant plus que les opérations extérieures demandent toujours plus d’engagement, alors que le nombre de Rafale va se trouver sensiblement réduit. Situation certes temporaire, mais qui complique la tâche à différents niveaux (formation, déploiement, disponibilité).

La Ministre de la Défense Mme Florence Parly évoque de son côté remplacement par des appareils neufs, nouvelle génération, soit le future Rafale F4. La France envisageait donc d’avancer ses commandes de nouveaux appareils pour venir en soutien à l'avionneur Dassault Aviation. Au final, si cette solution était approuvée prochainement l’Armée de l’air pourrait compter sur un renouvellement d’avions neufs au standard le plus haut, plus important que prévu et plus rapidement. 

En plus de cette commande de 12 appareils, Dassault doit encore livrer 28 avions à la France entre 2022 et 2024. Les 12 nouveaux seraient livrés immédiatement après selon Madame Parly. Et d'ici 2023, le ministère des Forces armées prévoit d'en commander 30 autres qui seront livrés à partir de 2027.

Photo : image de synthèse d’un Rafale aux couleurs de la Grèce @ZEUSosX

 

17/01/2021

L’Inde commande 83 avions de combat Tejas !

2.jpeg

La semaine dernière, le Comité du Cabinet chargé de la sécurité, présidé par le Premier ministre Narendra Modi, a approuvé l'achat de 83 avions de combat Tejas (LCA) pour l'armée de l'air indienne (IAF). Le financement de 6,4 milliards de dollars couvre l'acquisition de 73 monoplaces LCA au standard Mk1A et de 10 biplaces LCA T (Tandem) Mk1A. La production du Mk1A devrait démarrer en 2022, les livraisons débuter en 2024 pour se terminer en 2028. Chaque avion coûtera environ 78,5 millions de dollars, le programme devrait générer 5000 emplois en Inde.

L'accord a été autorisé par le Defense Acquisition Council en mars dernier et fait suite à des commandes précédentes totalisant 40 appareils. En 2006, l'armée de l'air a commandé 20 Mk1 en configuration d'autorisation opérationnelle initiale Initial Operational Clearance-II (IOC). Ces avions opèrent au sein de l'escadron n °45 de l'IAF à Sulur au Tamil Nadu. En 2010 l’IAF a signé pour 20 Mk1 dans à la norme d'autorisation opérationnelle finale (FOC) avec des missiles Rafael Derby-ER. Les avions sont en cours de livraison au 18e Escadron, également à Sulur.

Le Tejas Mk1A :

4200464267.jpg

Le LCA Mk1A est un Mk1 amélioré. Une partie de ces dernières proviennent des améliorations testées sur le prototype du MkII. Il s’agit des capacités suivantes : ravitaillements en vol, des capacités de guerre électronique améliorées et l’adjonction du radar Elta EL/M-2052 de type AESA. La variante est capable de tirer le missile MBDA ASRAAM et les missiles air-air au-delà de la portée visuelle (BVR) Astra, en plus de la combinaison actuelle du Vympel R-73 / Rafael Derby-ER. Doté d'un guidage terminal radar actif et d'une liaison de données, l'Astra a été développé par l'Organisation indienne de recherche et de développement pour la défense (DRDO). 

Selon un cadre supérieur de HAL, les sociétés de défense privées qui prendront en charge l'assemblage comprennent : Larsen & Toubro pour les ailes, Dynamatic Technologies pour le fuselage avant, Alpha Tokal pour le fuselage arrière et VEM Technologies pour le fuselage central.

Rappel : 

Le programme d’avion de combat léger (LCA) nommé Tejas (« Glorieux » en langue sanskrit) est un programme national indien lancé en 1982, dont la mise au point aura duré 30 ans ! Les premiers appareils destinés à la Force aérienne indienne ont débuté leurs mises en service cette année avec le standard MkI, mais restent encore, au stade de préparation en vue de l’arrivée du standard MkII. Il s’agit du plus petit avion de combat polyvalent au monde. Ce programme est sous la responsabilité du constructeur indien HAL (Hindustan Aeronautic Ltd).

Les appareils de série devaient être motorisés avec le General-Electric F414G, le moteur Kaveri indien ayant été abandonné. Mais au dernières nouvelles, faute de moyen, c’est toujours le moteur General-Electric F-404-IN20 qui est utilisé.

1.jpeg

Photos : 1 & 3 Tejas Mk1 @ Arjun Sarup 2 Cockpit @ HAL

 

 

17/11/2020

La Grèce a officialisé une commande de F-35 !

6037831.jpeg

Athènes a officialisé à Washington une demande d’achat immédiate concernant l’avion de combat Lockheed-Martin F-35A de cinquième génération. La lettre officielle de demande (LOR) du ministère de la Défense a été envoyée au gouvernement américain au début du mois de novembre.

Livraison rapide :

Selon la presse du pays, « La décision d’inscrire la Grèce dans le programme de combat d’attaque interarmées F-35 sera basée sur divers facteurs, tels que le calendrier de livraison des avions, le plan de remboursement, la configuration de l’avion et une combinaison possible pour obtenir un total de 18 à 24 appareils », le tout ponctué de l’intérêt du ministère grec de la Défense nationale. De plus. On apprend que la Grèce a également fait mention pour que les livraisons puissent débuter très rapidement, soit en 2021 déjà. Le directeur général des équipements et investissements de défense, invite les responsables américains à se rendre en Grèce le plus tôt possible afin que les discussions sur les 18 à 24 avions de combat F-35 puissent être engagées.

Une nouvelle structure pour l’armée grecque :

Les provocations d’Ankara de ces dernières semaines ont finalement eu un impact salutaire pour l’avenir de la Défense grecque, en gestation depuis quelques années. Athènes se voit maintenant soutenue par la France et les USA avec une certaine vigueur, ce qui accélère la mise en place de la nouvelle structure de commandement et des forces des forces armées 2020-2034. La liste des systèmes d'armes que la Défense grecque devra désormais se procurer comprend la modernisation des systèmes de défense aérienne. Le renforcement avec des avions de chasse de 5e génération. Le gouvernement et le ministère de la Défense s'orientent vers l'achat d'au moins un escadron F-35. Mise à niveau des 4 frégates de type MEKO. Renforcement avec des véhicules de combat blindés pour l'armée. Prise en charge des véhicules aériens sans pilote. Mise en place d’un plan d'opérations des forces spéciales sous une administration et un esprit unifié. 

Photo : F-35A au décollage @ Ivan Voukadinov

03/11/2020

Livraison du premier Su-57 « Felon » à la fin du mois !

sukhoi su-57 felon,nouveaux avions russes,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

On se rapproche de la livraison du premier avion de combat Sukhoi Su-57 « Felon ». Les Forces aérospatiales russes devraient recevoir le premier avion de série Su-57 de cinquième génération d'ici la fin du mois de novembre a déclaré une source informée à Interfax. Le transfert du Su-57 est prévu pour fin novembre, maintenant l'avion subit des essais en vol en usine, a indiqué la source.

Les premiers Sukhoi Su-57 seront produits en série, mais avec des moteurs de la génération précédente soit le moteur Saturn AL-41F1S. Le futur moteur fabriqué par United Engine Corporation, UEC), l’izdeliye 30 est un turboréacteur à double circuit avec postcombustion qui fournira au Su-57 une vitesse de croisière supersonique, a commencé les essais en vol en décembre 2017. On s'attend à ce que le programme des tests s'achève à fin 2022 et à partir de 2023, les livraisons en série d'avions équipés de nouveaux moteurs commenceront.

Planification :

En mai 2019, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé que les forces aérospatiales recevraient 76 Su-57 « Felon » d'ici 2028. Un contrat entre le ministère russe de la Défense (MoD) et United Aircraft Corporation (UAC) a été signé en juillet 2019.

Le Sukhoi Su-57 "Felon" :

Le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté, l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolasers qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation et ceci même si la réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobile le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers) qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion d'être moins sujet à des pertes de portances, lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (MultifunctionIntegrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux : soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir" sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore complètement estimées (données confidentielles). Les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique. De plus, l’avion est doté d’un système de contre-mesure infrarouge directionnelle, capables de perturber à la fois les systèmes de détection air-air et les missiles air-air infrarouge.

Question armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos et le missile balistique hypersonique Kh-47M2 Kinzhal («Dagger») (ALBM). Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement. 

sukhoi su-57 felon,nouveaux avions russes,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Photos : 1 Su-57 de face 2 en vol @ Sukhoi

30/10/2020

Washington avance dans la vente de F-35A aux EAU !

23.jpg

Le département d'État américain soutient la vente de 50 avions de combat Lockheed-Martin F-35 aux Émirats arabes unis (EAU) dans le cadre d'un contrat d'armement d'une valeur estimée à 10,4 milliards de dollars.

La nouvelle est venue alors que l'administration Trump informait de manière informelle le Congrès de son projet de vendre jeudi aux Émirats arabes unis des F-35. Il fait suite à des semaines de spéculations et de débats en coulisses sur la manière de structurer un accord sur le F-35 à destination des Émirats arabes unis sans nuire à l'avantage militaire qualitatif d'Israël. Si la vente est autorisée par le Congrès et que les Émirats arabes unis choisissent d’acheter le F-35A couvertes par l’accord, obtiendra la parité avec Israël, qui possède 50 avions F-35 « Adir » .

Au milieu des informations selon lesquelles l'administration Trump accélère les ventes de F-35, les principaux législateurs démocrates continuent d'exhorter à une approche délibérée, invoquant des préoccupations pour la sécurité d'Israël et la sécurité de la technologie sensible de l'avion de combat.

L'exportation de cet avion nécessite un examen très attentif et le Congrès doit analyser toutes les ramifications. Accélérer ces ventes n’est dans l’intérêt de personne. » Les consultations ont eu lieu quelques jours après qu'Israël a déclaré la semaine dernière qu'il ne s'opposerait pas à la vente par les États-Unis de « certains systèmes d'armes », généralement considérés comme des F-35. Cela faisait suite à un accord entre Israël et les États-Unis pour améliorer ses capacités afin de préserver son avantage.

Des F-35 bridés :

Le Congrès veut connaître de quelle manière les F-35 potentiellement destinés aux EAU seront bridés électroniquement pour les rendre moins performants que ceux en service en Israël. Mais il se peut aussi qu’un autre dispositif puisse être installé à bord des F-35 des EAU. Ce dernier pourrait avoir comme effet de réduire les capacités de furtivité de l’avion.

Pour le Congrès, il s’agit également d’avoir les garanties nécessaires à ce que la technologie du F-35 soit également être protégée de ses plus grands adversaires mondiaux. La Russie et la Chine étant actives dans la région, le peuple américain aura besoin d’assurances irréprochables que les capacités militaires les plus avancées seront protégées. 

Rappel : 

La sophistication technique du F-35 qui intéresse énormément les clients potentiels est intimement liée à ses systèmes de mission et à sa puissance de traitement. C’est cette puissance de calcul intégrée dans le F-35 qui le rend, si efficace dans l’analyse des données qui vont permettre d’obtenir une vision de la situation quasi parfaite. Cette même puissance et au cœur du système en réseau qui apporte les véritables changements de la gestion du combat aérien. Mais qu’en est-il de la valeur du F-35, si ce système si performant est « ainsi bridé » pour les clients étrangers de l’avion ? Certes, il restera plus performant que d’autres appareils plus anciens, mais qu’adviendra-t-il, lorsque la concurrence mettra prochainement sur le marché des aéronefs disposant d’une capacité de calcul équivalente ? 

Photo : F-35 au décollage en soirée dans le désert @ IAF