16/05/2022

Reprise du trafic passagers !

 

augmentation billets avion.jpg

L'Association du transport aérien international (IATA) a annoncé des données sur les passagers pour mars 2022 démontrant que la reprise du transport aérien se poursuit. Les impacts du conflit en Ukraine sur la demande de transport aérien ont été assez limités dans l'ensemble, tandis que les effets liés à Omicron ont continué à être largement confinés aux marchés intérieurs asiatiques.

Selon l’IATA, nous sommes revenus aux comparaisons de trafic d'une année sur l'autre, au lieu de comparaisons avec la période 2019, sauf indication contraire. En raison de la faible base de trafic en 2021, certains marchés afficheront des taux de croissance très élevés d'une année sur l'autre, même si la taille de ces marchés est encore nettement inférieure à ce qu'elle était en 2019.

Le trafic total en mars 2022 (mesuré en passagers-kilomètres payants ou RPK) a augmenté de 76,0 % par rapport à mars 2021. Bien que ce chiffre soit inférieur à la hausse de 115,9 % de la demande en février d'une année sur l'autre, les volumes de mars étaient les plus proches de 2019 niveaux prépandémiques, à 41% en dessous.

Le trafic intérieur de mars 2022 a augmenté de 11,7 % par rapport à la période de l'année précédente, bien en deçà de l'amélioration de 60,7 % d'une année sur l'autre enregistrée en février. Cela était en grande partie le résultat des blocages liés à Omicron en Chine. Les RPK nationaux de mars étaient en baisse de 23,2 % par rapport à mars 2019.

Les RPK internationaux ont augmenté de 285,3 % par rapport à mars 2021, dépassant le gain de 259,2 % enregistré en février par rapport à la période de l'année précédente. La plupart des régions ont amélioré leurs performances par rapport au mois précédent, menées par les transporteurs en Europe. Les RPK internationaux de mars 2022 étaient en baisse de 51,9 % par rapport au même mois en 2019.

«Avec la disparition des obstacles aux voyages dans la plupart des endroits, nous constatons que la hausse tant attendue de la demande refoulée se concrétise enfin. Malheureusement, nous constatons également de longs retards dans de nombreux aéroports avec des ressources insuffisantes pour gérer le nombre croissant. Ce problème doit être résolu de toute urgence pour éviter de frustrer l'enthousiasme des consommateurs pour les voyages en avion », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l'IATA.

Marchés passagers internationaux

Les transporteurs européens ont continué à mener la reprise, avec un trafic de mars en hausse de 425,4 % par rapport à mars 2021, amélioré par rapport à l'augmentation de 384,6 % en février 2022 par rapport au même mois en 2021. L'impact de la guerre en Ukraine a été relativement limité en dehors du trafic vers /de Russie et des pays voisins du conflit. La capacité a augmenté de 224,5 % et le coefficient d'occupation a augmenté de 27,8 points de pourcentage pour atteindre 72,7 %.

Les compagnies aériennes d'Asie-Pacifique ont enregistré une augmentation de 197,1 % du trafic en mars par rapport à mars 2021, en hausse par rapport au gain de 146,5 % enregistré en février 2022 par rapport à février 2021. Alors que la Chine et le Japon restent restrictifs pour les visiteurs étrangers, d'autres pays deviennent plus détendus, notamment Corée, Nouvelle-Zélande, Singapour et Thaïlande. La capacité a augmenté de 70,7 % et le coefficient d'occupation a augmenté de 24,1 points de pourcentage pour atteindre 56,6 %, le plus bas parmi les régions.

Le trafic des compagnies aériennes du Moyen-Orient a augmenté de 245,8 % en mars par rapport à mars 2021, une amélioration par rapport à l'augmentation de 218,2 % en février 2022, par rapport au même mois en 2021. La capacité de mars a augmenté de 96,6 % par rapport à la période de l'année précédente, et le facteur de charge a augmenté. 31,1 points de pourcentage à 72,1 %.

Les transporteurs nord-américains ont connu une augmentation du trafic de 227,8 % en mars par rapport à la période 2021, en légère baisse par rapport à la hausse de 237,3 % en février 2022 par rapport à février 2021. La capacité a augmenté de 91,9 % et le coefficient de remplissage a augmenté de 31,2 points de pourcentage pour atteindre 75,4 %.

Le trafic des compagnies aériennes latino-américaines en mars a augmenté de 239,9 % par rapport au même mois en 2021, peu de changement par rapport à l'augmentation de 241,9 % en février 2022 par rapport à février 2021. La région a bénéficié de la fin des procédures de mise en faillite de certains des principaux transporteurs qui y sont basés. La capacité de mars a augmenté de 173,2 % et le facteur de charge a augmenté de 15,8 points de pourcentage pour atteindre 80,3 %, ce qui était le facteur de charge le plus élevé parmi les régions pour le 18e mois consécutif.

Les compagnies aériennes africaines ont enregistré une augmentation de 91,8 % des RPK en mars par rapport à il y a un an, une amélioration par rapport à l'augmentation de 70,8 % d'une année sur l'autre enregistrée en février 2022 par rapport au même mois en 2021. La demande de voyages en avion est mise à l'épreuve par les faibles taux de vaccination sur le continent ainsi que les impacts de la hausse de l'inflation. La capacité de mars 2022 a augmenté de 49,9 % et le facteur de charge a augmenté de 14,1 points de pourcentage pour atteindre 64,5 %.

Le trafic intérieur de la Chine a diminué de 59,1 % en mars par rapport à mars 2021, ce qui représente un renversement important par rapport à la croissance de 32,8 % d'une année sur l'autre enregistrée en février. Cela était dû aux fermetures drastiques et aux restrictions de voyage suite à la propagation d'Omicron dans le pays.

Les RPK domestiques de l'Inde ont augmenté de 32,3 % en glissement annuel en mars, inversant fortement la baisse de 2,4 % en février par rapport à l'année précédente. (Sources IATA).

165637.jpg

Photos : 1 B777 Emirates @ Emirates  2 B787 Qantas @ Shutterstock

15/05/2022

Le B737 MAX très présent dans le ciel !

3043546287.jpg

Le grounding des flottes de Boeing B737 MAX semble faire défectivement partie du passé, un an et demi après la rectification de l’avion, ce dernier est à nouveau bien présent dans le ciel. La  FAA avait immobilisé le Boeing 737 MAX en mars 2019 à la suite de deux accident mortels.

Début il faudra attendre le mois de décembre 2020 pour qu’un premier vol commercial avec le « MAX » soit à nouveau autorisé. Petit à petit les régulateurs à travers le monde ont de leur côté autorisé la reprise des vols commerciaux. La remise en état de vol du B737 MAX s’est effectuée en étroite collaboration avec la Federal Aviation Administration (FAA) et Boeing, ainsi que les équipes de sécurité, pour recertifier la flotte de B737 MAX. Des vols non commerciaux ont été effectués avant de relancer le transport de passagers. 

Tous les pilotes de Boeing B737 ont été dû suivre une formation approuvée par la FAA, comprenant une formation assistée par ordinateur, des exposés en classe et une formation rigoureuse sur le simulateur de B737 MAX. Les équipes de maintenance ont travailler à remettre les avions en état de vol et installent de nouveaux logiciels. Des opérations de surveillance de l’état de santé des avions ont été effectué, comme le fonctionnement des moteurs et les groupes auxiliaires de puissance (APU), des commandes de vols, la vérification des pneus et des réservoirs de carburant.

Dans un premier temps la relance de la flotte de B-737 MAX a été assez lente et ceci également à cause du COVID qui est venu se greffer au problème du « MAX ». Mais ces dernier mois, le mise en service du « MAX » s’est accélérée suite à la forte demande passagers. Actuellement Boeing annonce que 581 B737 MAX sont en service à travers la planète et que 37 compagnies aériennes s’appuient sur l’avion.

L’avionneur américain précise que la variante est la plus répandue et représente les trois quarts des « MAX ». Le quart restant est réparti environ entre les B737-8 200 en service chez Ryannair et les 88 MAX-9. Pour l’instant les versions -7 et -10 ne sont pas encore certifiée et ne peuvent donc être en service.

Nouvelles commandes

Le retour en vol du « MAX » rime également avec de nouvelles commandes avec un peu d’une centaine de commande pour l’avion. Les livraisons s’accélèrent également, de quoi redonner le sourire à Boeing.

Le B737 MAX :

 Le B737 « MAX » est 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs actuels, avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport aux versions plus anciennes. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille «MAX», un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites « Advanced Technology Winglet » conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées, figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol.

Par ailleurs, le B737 MAX profite des progrès accompli dans le domaine de la connectivité. Le B737 «MAX» offre à ses clients la possibilité d’utiliser des données en temps réel, pour prendre en cours de vol des décisions opérationnelles concernant la maintenance au sol.

La famille B737 "MAX" comprend le B737-700 « MAX », le B737-800 « MAX » et le B737-900 «  MAX», trois appareils qui occuperont le marché des monocouloirs de 100 à plus de 200 sièges. Le B737 «MAX » se caractérisera par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG.

Photo : B737 MAX de TUI @ Boeing

 

13/05/2022

ITA Airways réceptionne son premier A350 !

ita airways. airbus,a350,les nouvelles de l'aviation

La jeune compagnie ITA Airways, soit la nouvelle compagnie nationale italienne, a pris livraison de son premier Airbus A350, devenant ainsi le 40e opérateur de ce type d'appareil. L'avion, exploité dans le cadre d'un contrat de leasing auprès d'ALAFCO, a effectué son premier atterrissage en Italie à l'aéroport Léonard-de-Vinci de Rome Fiumicino mercredi soir.

La cabine de l'A350 d'ITA Airways est aménagée en configuration bi-classe et dotée de 334 sièges, dont 33 sièges-couchettes entièrement inclinables en classe Affaires, 301 sièges en classe Économique. L’A350-900 dispose de la cabine la plus silencieuse dans la catégorie des bi-couloirs, offre aux passagers et à l’équipage la meilleure expérience de vol.

La conception entièrement nouvelle de l’A350 d’Airbus se caractérise par les toutes dernières innovations en termes d’aérodynamique, un fuselage et une voilure en fibre de carbone, ainsi qu’une motorisation Trent XWB de Rolls-Royce la plus économe en carburant. Combinées, ces technologies récentes, se traduisent par des niveaux d'efficacité et de durabilité opérationnels incomparable avec une réduction de 25 % de la consommation de carburant et des émissions de CO2 par rapport aux bi-couloirs de la génération précédente.

L'A350-900 de ITA Airways entrera en service au début du mois de juin 2022 pour desservir les nouvelles liaisons intercontinentales que la compagnie ouvrira pendant la saison estivale au départ de Rome Fiumicino et à destination de Los Angeles, Buenos Aires et de São Paulo.

En décembre 2021, l’opérateur italien a confirmé une commande de 28 appareils Airbus, composée de 18 monocouloirs (sept A220 et 11 A320neo) et 10 A330neo, le dernier membre de la famille gros-porteur à succès A330. En outre, ITA Airways a déjà conclu des contrats de leasing portant sur plus de 50 appareils Airbus de nouvelle génération supplémentaires, dont six A350, pour compléter la modernisation de sa flotte.

ITA Airways

ITA Airways est une société entièrement détenue par le ministère italien de l'économie et des finances pour l'exercice d'activités dans le secteur du transport aérien. ITA Airways a été créée à la suite de la faillite d'Alitalia le 15 octobre 2021, dont elle reprit une grosse partie des opérations, du personnel et des appareils. ITA Airways a pour ambition de devenir un transporteur aérien efficace et innovant qui se posera en référence pour offrir à l'Italie une connectivité de qualité tant au niveau des destinations internationales, afin de stimuler le tourisme et le commerce extérieur, qu'à l'intérieur du pays, en tirant également parti de la mobilité intégrée ferroviaire/aérienne. ITA Airways axera sa stratégie sur un service d'excellence à la clientèle (grâce à une forte digitalisation des processus garantissant une expérience hors pair et des services personnalisés), associé à des principes de développement durable dans ses aspects environnementaux (nouveaux avions verts et technologiquement avancés, utilisation de carburants durables), sociaux (égalité et inclusion pour une entreprise fondée sur la neutralité en matière de genre) et de gouvernance (intégration de la durabilité dans les stratégies et processus internes). ITA Airways est membre de l'alliance SkyTeam depuis octobre 2021.

 

Photo : A350 d’ITA @Airbus

12/05/2022

Premier vol pour le MC-55A « Peregrine » australien !

 

 

Le prototype du MC-55A « Peregrine » destiné à la Royal Australien Air Force (RAAF) a effectué son vol inaugural cette semaine. Il s’agit du futur avion de reconnaissance et de guerre électronique basé sur une cellule d’avion d’affaires Gulfstream G550. La RAAF prévoit de se doter de 5 appareils de ce type.

Un programme avancé

Le projet d’avion de guerre électronique MC-55 est déjà bien avancé, avec la livraison prochaine de la quatrième cellule à l'US Air Force pour modification dans le cadre du programme « Preregrine ». En plus du premier prototype, deux autres cellules sont en cours de préparation pour recevoir les capteurs, systèmes de mission et autres modifications.

MC-55A « Peregrine »

Le MC-55A « Peregrine » est issus d’un programme lancé officiellement en 2016 et faisant partie d’un programme australien initié au sein du  livre blanc de la défense. En comparaison avec d’autres appareils de ce type, on remarquera que l’avion ne comporte porte de carénages latéraux abritant des radars AESA qui sont un incontournable des versions d'alerte précoce conforme (AEW&C) du G550 utilisé par l'Italie, Singapour et Israël par exemple. Le  MC-55 comporte un logement de cône de queue bulbeux très similaire à ce que l'on voit sur le modèle d’avion AEW&C et ce qui ressemble à une tourelle infrarouge électro-optique (EO/IR) intégrée sous la queue, bien que cela puisse aussi être un autre dôme avec une sorte d'émetteur à l'intérieur. L’avion comporte par ailleurs un réseau d’antennes pour la collecte de renseignements électroniques et de communication sous le ventre.

Pour la RAAF, le MC-55 va offrir une nouvelle capacité de guerre électronique aéroportée qui sera intégrée aux réseaux de combat conjoints de la Défense, fournissant un lien essentiel entre les plates-formes, y compris le F-35A, le E-7A « Wedgetail, » et le EA-18G « Growler, ».  La combinaison de ces différent appareils dit permettre à la RAAF d’opérer en tant que force au sein de la cinquième génération d’aéronefs entièrement en réseau et d'exploiter davantage les effets multiplicateurs de combat interarmées sur les exercices et les opérations.

Le Gufstream G550

Le jet d'affaires Gulfstream G550 offre d’excellentes performances et les différentes versions de missions spéciales ont été développées pour y correspondre étroitement. Ses deux moteurs Rolls-Royce BR 710-C4-11 produisent chacun 15 400 lbf de poussée donnant à l'avion de 90 000 lb une vitesse maximale de Mach 89 et une altitude de croisière d'environ 50 000 pieds. Le rayon d’action  est estimé à 12’500 km, ce qui équivaut à environ 14 heures d'autonomie à une vitesse de croisière économique.  La cabine offre une très disposition pour l’installation de consoles avec une plage de repos et des toilettes.

Q_ubCr5g-scaled-1.jpeg

Photos :  Image de synthèse @ RAAF

11/05/2022

Le premier Eurofighter qatari a volé !

qatar,eurofighter,les nouvelles de l'aviation

 

Le 9 mai dernier, le premier avion de combat Airbus Eurofighter «  Typhoon II » aux couleurs de la Force aérienne du Qatar  (Qatar Emiri Air Force /QEAF) n° ZR505 a effectué son vol inaugural  depuis les installations de Warton, au Royaume-Uni. L’avion a réussi son premier vol d'une heure, Simon Pearson-Cougill à Warton hier.

Rappel 

Le 17 septembre 2017, le ministre d'État à la Défense du Qatar, Khalid bin Mohammed al Attiyah, et son homologue britannique, le secrétaire à la Défense, Sir Michael Fallon, ont signé une déclaration d'intention décrivant un projet d'achat qatari de 24 avions Eurofighter Typhoon.

La décision du Qatar est en soi une tentative d’amadouer l’Europe dans sa guerre des mots avec l’Arabie Saoudite. Le Qatar s’est retrouvé isolé du point de vue diplomatique face à l’Arabie Saoudite qui l’accuse de soutenir le terrorisme. En arrière plan le soutien du Qatar à l’Iran a fortement déplus aux Emirats voisins. Mais derrière la guerre des frères ennemis du wahhabisme, c’est l’avenir économique de la région qui se joue. Le Qatar a besoin d’alliés en Occident et ces trois achats (Rafale, F-15 et Eurofighter) sont un premier pas, du moins une tentative pour se mettre à l’abri.

Les responsables du Qatar révèlent que l'accord renforcera la coopération et l'engagement de la défense entre les deux pays et jettera les bases des "intentions du Qatar concernant le développement et la production du standard T3 de l’Eurofighter. On notera qu’il s’agissait de l’offre la plus chère.

Formation des pilotes

 A l'heure actuelle, les pilotes qataris s'entraînent avec des Eurofighter de la RAF au sein d’un même escadron et les ingénieurs apprennent les méthodes de la RAF à Cosford. Le premier groupe de pilotes qataris est arrivé au Royaume-Uni avec une expérience sur avion de combat. La formation s’effectue à travers le Squadron 12 de la Raf qui s'est déjà déployé deux fois au Qatar. La première fois qu'il y est allé, en décembre 2019, il n'en était qu'à ses balbutiements et tous les pilotes étaient de la RAF. Un an plus tard, l'escadron est revenu avec cette fois un mélange de personnel de la RAF et qatari. Pour les deux commandants conjoints, les fondations sont maintenant en place, les six premiers pilotes qataris sont bien installés et qu'il y a maintenant plusieurs officiers du génie qatari. Plus récemment, le premier des plus de 60 techniciens qataris a également rejoint l'escadron.

 Eurofighter T3

 L’Eurofighter T3 (F3) dispose du radar AESA E-CAPTOR. L’arrivée du E-CAPTOR permet grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément. Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar ECR-90 CAPTOR actuel, mais, il est doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. Il est prévu d’exploiter la maturité du système actuel et d’y adjoindre le mode AESA. Eurofighter GmbH et Euroradar, de concert avec leurs partenaires industriels ont commencé le développement à grande échelle de la nouvelle génération d’antenne radar AESA (Active Electronically Scanned Array). L'objectif est de permettre une mise en service du nouveau radar et de ce fait, répondre aux exigences des pays partenaires et clients à l'exportation. L'intégration d'armes comprend les missiles Meteor, Storm Shadow et Brimstone II et les bombes Paveway IV et de petit diamètre.

qatar,eurofighter,les nouvelles de l'aviation

 

  Photo : Eurofighter QEAF @ Simon Pearson-Cougill