04/05/2021

Des Dreamliner additionnels pour Lufthansa !

Boeing_787_5-3_high-res.jpg

Le groupe Lufthansa a annoncé ce lundi que le groupe aérien poursuivra la modernisation de sa flotte avec une nouvelle commande de cinq Boieng B787-9 « Dreamliner ». Cette commande supplémentaire soutient en outre les efforts du groupe pour réduire la complexité de sa flotte long-courrier et améliorer les performances environnementales globales en introduisant des biréacteurs à gros porteurs plus économes en carburant.

« Nous sommes très heureux que cinq Boeing B787-9 supplémentaires accélèrent la modernisation de notre flotte long-courrier. Avec ces avions ultramodernes et économes en carburant, nous envoyons un signal fort de responsabilité environnementale au sein du groupe Lufthansa de réduire nos coûts d'exploitation et offrir à nos clients une expérience de voyage à la pointe de la technologie », a déclaré le Dr Detlef Kayser, membre du conseil d'administration de Deutsche Lufthansa AG, directeur des opérations.

Le groupe Lufthansa a passé sa commande initiale de 20 B787-9 en 2019. Le nouveau contrat d'achat porte le carnet de commandes du groupe à 25 B787-9.

Deuxième membre de la famille Dreamliner Widebody, le B787-9 peut transporter jusqu'à 20% de passagers en plus et environ 25% de fret en plus tout en réduisant la consommation de carburant et les émissions jusqu'à 25% par rapport aux avions qu'il remplace. Depuis son entrée en service en 2011, l'efficacité énergétique, la flexibilité et l'autonomie de la famille « 787 » ont permis aux compagnies aériennes d'ouvrir plus de 300 nouvelles liaisons sans escale et de réduire les émissions de carbone de 80 milliards de livres.

Construite avec des matériaux composites légers et alimentée par des moteurs avancés et une suite de technologies respectueuses de l'environnement, la famille « 787 » a une empreinte sonore 60% inférieure à celle de la génération précédente d'avions B767, ce qui la rend idéale pour les communautés aéroportuaires du groupe Lufthansa.

Photo : B787 « Dreamliner » aux couleurs de Lufthansa @ Boeing

 

03/05/2021

Payerne, le nouveau site de maintenance opérationnel !

2475339596.jpg

Les travaux de construction du nouveau site de maintenance de RUAG SA sur la base aérienne de Payerne sont terminés. Début avril, l'équipe nouvellement formée a pu prendre livraison du premier avion de combat Boeing F/A-18 « Hornet » et commencer à travailler dessus. La construction a commencé en collaboration avec les Forces aériennes suisses en mai 2020, et sur les douze nouveaux emplois créés, tous ont été pourvus.

Grâce à la création d'un nouveau site sur la base aérienne de Payerne, RUAG SA garantit désormais également en Suisse Romande des prestations de maintenance sur site au profit des Forces aériennes suisses. En plus des six collaborateurs déjà installés à Payerne, douze nouveaux postes de travail ont été créés dans la région, qui ont tous été pourvus. Début avril, les ferblantiers, les mécaniciens d'avion et les inspecteurs NDT (non-destructive testing, une procédure spéciale pour tester les matériaux) ont pu prendre livraison du premier F/A-18 et commencer à travailler. RUAG SA peut effectuer jusqu'à quatre inspections majeures du F/A-18 par an et fournir un soutien pour les inspections mineures.

La phase d'expansion à Payerne va encore intensifier la collaboration fructueuse entre RUAG et le DDPS, qui dure depuis plus de 30 ans. Les collaborateurs de RUAG et le personnel des Forces aériennes suisses travaillent côte à côte, de site à site, et peuvent améliorer l'efficacité de la prestation de services au profit des Forces aériennes en rapprochant géographiquement la maintenance des avions et les opérations.

Bien que le besoin d'inspections majeures sur le site principal d'Emmen sera quelque peu réduit à partir du début des opérations à Payerne, les prestations globales au profit des Forces aériennes continueront d'être fournies dans la même ampleur à l'avenir. Le nouveau site permettra au personnel de RUAG SA chargé de la maintenance des avions à Emmen de se concentrer davantage sur le programme de rénovation structurelle des F/A-18.

Avec environ 7000 mouvements de F/A-18 par an, l'aérodrome de Payerne est la principale base des avions de combat des Forces aériennes et assure la majeure partie du service de police aérienne. L'objectif fixé par le Conseil fédéral de pouvoir fournir une capacité d'intervention dans le service de

Cette étape franchie, les agents de maintenance de RUAG AG engagés à Emmen pourront davantage concentrer leur travail sur le programme d’assainissement des F/A-18. La réalisation des travaux d’assainissement à Payerne permettra de renforcer la collaboration déjà étroite entre RUAG et le DDPS, un succès qui dure depuis plus de 30 ans. Grâce au rapprochement géographique des sites de maintenance des avions et des opérations, l’efficience et l’efficacité des prestations fournies en faveur des Forces aériennes seront accrues et les deux partenaires pourront, dans une même mesure, tirer profit des synergies.

La maintenance garante de sécurité :

La maintenance des F/A-18 prévoit cinq types de contrôles planifiés. Après 50 heures de vol a lieu un premier contrôle basique. Les deuxièmes et troisièmes types de contrôles (appelés K1 et K2) sont effectués après 100 et 200 heures de vol. Les grands contrôles en revanche, après 300 et 600 heures de vol (appelés G3 et G6), nécessitent un démontage considérable de l'avion. Jusqu'à fin 2017, les G3 et G6 étaient effectués exclusivement par RUAG sur son site d'Emmen et les mécaniciens de Payerne se chargeaient seulement des trois premiers types de contrôles. Mais avec l'extension des horaires du service de police aérienne et l'augmentation du personnel qui en découle, Payerne peut aussi se charger en partie des grands contrôles.

IMG_6768.jpeg

Cette nouvelle mission représente un challenge de taille pour les collaborateurs de la base vaudoise. En effet, les mécaniciens ne s'occupent pas uniquement de la maintenance des F/A-18. Ce personnel effectue parallèlement diverses tâches telles que préparer les avions pour le vol, assurer le piquet dans le service de lutte contre les incendies, ravitailler les avions en carburant, assister la milice durant les cours de répétition ou encore participer aux démonstrations aériennes en Suisse ou à l'étranger. Il n'est donc pas rare qu'une personne démonte une pièce lors d'un contrôle, et que cette même pièce soit remontée par un autre collaborateur plus tard. C'est un travail de rotation d'équipes qui demande une planification rigoureuse.

Les contrôles G3 et G6 contrairement aux K1 et K2 impliquent des contrôles de tous les systèmes, des révisions de certains composants ainsi que des analyses de la structure de l'avion de chasse. Chaque collaborateur acquiert ainsi une vue d'ensemble et approfondit ses connaissances techniques. En outre, l'extension du service de police aérienne crée des postes de travail supplémentaires. En effet, en plus des deux pilotes prêts en permanence, dix techniciens sur aéronefs sont également de permanence pour parer aux engagements de police aérienne ainsi qu'à d'éventuelles pannes.

Payerne œuvre ainsi au bon fonctionnement des avions de combat et est la seule base des Forces aériennes suisses à avoir cette compétence. Elle accomplit, en collaboration avec RUAG, un travail essentiel au profit de la sécurité de l'espace aérien suisse. 

La base aérienne de Payerne est le premier site pour les avions de combat des Forces aériennes et le principal site responsable du service de police aérienne. Concernant ce dernier, l’objectif fixé par le Conseil fédéral consistant à en assurer la permanence se concrétisera au début de l’année prochaine.

1495405861.jpeg

Photos : site de maintenance des Hornet @ DDPS

 

 

02/05/2021

SCAF: un accord pour la motorisation !

DA00037245_M.jpg

Le dossier du futur avion de combat Franco-Germano-espagnol avance, un accord a été trouvé en ce qui concerne la motorisation. Reste à trouver une solution en ce qui touche à l'utilisation des droits de propriété intellectuelle. Mais une chose après l’autre.

Cette semaine, les motoristes MTU Aero (MTXGn.DE), Safran (SAF.PA) et ITP Aero ont résolu leur différend sur le développement et la production des moteurs du futur système de combat SCAF acceptant de partager la charge de travail de manière égale entre les trois sociétés.

Olivier Andries, directeur général de Safran, a déclaré qu'un accord tripartite avec MTU Aero Engines et ITP Aero portant sur le développement d'un groupe motopropulseur militaire de nouvelle génération a été conclu sans « aucun compromis ». 

Safran Aircraft Engines dirigera la conception et l'intégration du système de propulsion, avec sa joint-venture EUMET avec MTU en tant que maître d'œuvre et ITM en tant que partenaire principal de l'effort.

« Nous avons clairement indiqué que certains principes sous-jacents devaient être respectés en termes de clarté des responsabilités, de gouvernance et aussi de ce que nous appelons le principe du« meilleur athlète »: le travail doit être réparti en fonction des capacités démontrées. C'est là que nous en sommes. » 

ITP sera responsable de la turbine basse pression et de la buse, domaines dans lesquels a déjà une expérience, par exemple à travers le consortium EuroJet qui construit l'EJ200 pour l'Eurofighter. 

Outre le travail global de conception et d'intégration, Safran s'occupera également de la partie chaude du nouveau moteur. MTU gérera les services et les activités de soutien. 

Le développement du NGF lui-même sera dirigé par le français Dassault, avec la participation d'Airbus Defence & Space et d'Indra.

Rappel :

Des inquiétudes avaient déjà été soulevées quant au fait que l'inclusion d’ITP dans le projet -motivée par l'admission de l'Espagne au programme du Future Combat Air System en 2019 entraînerait une répartition inégale du travail ou d'autres problèmes. 

unnamed.jpg

Dernier gros point à résoudre :

La porte-parole du ministère de la Défense de Berlin a déclaré qu'il fallait un arrangement adéquat pour l'utilisation des droits de propriété intellectuelle dans l'avion qui respecte les intérêts de tous les participants au projet. Elle a déclaré que les négociations se poursuivaient et que l'objectif de l'Allemagne restait de présenter une proposition à la commission du budget du parlement en juin.

La prochaine étape du développement de l'avion est conditionnée à l'approbation du parlement allemand, et le temps presse pour trouver une solution pour présenter une proposition à temps pour que la commission du budget du parlement vote dessus avant les élections générales de septembre.

SCAF.

Unknown.jpeg

Photos : 1 SCAF 2 Accords sur la motorisation 3 Futur moteur du SCAF@ Safran

01/05/2021

Les Beechcraft King Air 360 et 260 certifiés au Brésil !

375438-Beechcraft King Air 360 A2A 1-34bff5-large-1610032834.jpg

L’avionneur Textron Aviation a obtenu la certification de l'Autorité nationale de l'aviation civile du Brésil (ANAC) pour ses nouveaux modèles d'avions à double turbopropulseur, les Beechcraft 260 & 360. Les livraisons vont ainsi pouvoir commencer dans le pays ce trimestre.

Avec près de 500 turbopropulseurs King Air opérant dans tout le pays, le Brésil possède la deuxième plus grande flotte active de King Air en dehors des États-Unis. L'avion est un choix populaire des propriétaires des grandes régions métropolitaines pour les connecter à des fermes ou des usines éloignées à l'intérieur du pays, ainsi que pour atteindre des escapades de vacances ou des destinations internationales.

Les Beechcraft King Air 360 / 360ER et 260 :

Les modèles King Air 360 / 360ER et 260 représentent la nouvelle génération de la légendaire famille de turbopropulseurs King Air, s'appuyant sur sa réputation de polyvalence et de fiabilité. L'avion offre les dernières avancées technologiques dans le cockpit tout en offrant un confort supplémentaire à l'expérience des passagers.

Le turbopropulseur King Air 360 / 360ER comprend l'ajout de l'auto-manette ThrustSense Innovative Solutions & Support (IS&S). L'auto-manette aide les pilotes dans leur mission critique de transport de personnes ou de marchandises en gérant automatiquement la puissance du moteur de la course au décollage aux phases de montée, de croisière, de descente et de remise des gaz du vol.

Un autre ajout clé au poste de pilotage est un contrôleur de pressurisation numérique, qui programme automatiquement la pressurisation de la cabine pendant la montée et la descente, réduisant la charge de travail du pilote et augmentant le confort global des passagers. L'avion a également une altitude de cabine inférieure au plafond certifié de l'avion de 35’000 pieds, offrant un plus grand confort aux passagers, en particulier pendant les vols plus longs.

La cabine King Air 360, quant à elle, offre un look époustouflant avec des armoires, des cloisons et des rebords latéraux construits par des artisans, des finitions de haute qualité, ainsi qu'une sélection de six aménagements intérieurs. Les autres équipements de la gamme King Air comprennent des tables de travail coulissantes, des prises de courant, des bornes de recharge USB et des toilettes arrière privées.

Le King Air 260 est également équipé du système IS&S ThrustSense Autothrottle, ainsi que de la pressurisation numérique de la cabine. L'avion est désormais également équipé du radar météorologique Collins Multi-Scan RTA-4112, offrant aux pilotes un système entièrement automatique optimisé pour détecter les conditions météorologiques à courte, moyenne et longue portée.

Les nouveaux turbopropulseurs King Air ont été introduits en 2020, le Beechcraft King Air 360 / 360ER ayant obtenu la certification de la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis en octobre 2020 et le King Air 260 en mars 2021.

375850-King-Air-260-1-17704b-large-1610481816.jpg

Photos : 1 King Air 360 2 King Air 260 @ Textron Aviation

30/04/2021

Les missiles Python 5 & Derby ER validés sur le Tejas !

swarajya-2021-04-b6d9ebf6-3303-4eef-bab1-66a6608fe077-E0C3p27VcA4bwnU.jpg

L'Organisation de recherche et de développement pour la défense (DRDO) gérée par le gouvernement indien, a effectué les premiers essais de tir du missile air-air Rafael Python 5 à guidage infrarouge (IIR) de fabrication israélienne à partir d'un avion de combat léger Tejas. Le premier a eu lieu le 27 avril.

Le Bureau d'information de la presse (PIB) du gouvernement indien a déclaré que les essais, qui ont eu lieu la veille au-dessus de Goa, dans le sud-ouest de l'Inde, visaient à ajouter le missile à courte portée de cinquième génération fabriqué par Rafael Advanced Defence.

Les tirs d'essai Python 5 font d'une série d'essais de missiles conçus pour valider les performances de l'avion dans des « scénarios extrêmement difficiles », a noté le PIB, ajoutant que le I-Derby ER (portée étendue) au-delà de la portée visuelle (BVRAAM), qui est également fabriqué par Rafael, a également été testé. 

Le missile Derby « a réussi coup direct sur une cible aérienne de manœuvre à grande vitesse et les missiles Python ont également atteint 100% de frappes, validant ainsi leur capacité totale», a noté le PIB, ajoutant que les essais « ont atteint tous les objectifs prévus ».

Les LCA utilisées pour les essais de missiles appartenaient à l'Agence indienne de développement aéronautique (ADA) et étaient pilotées par des pilotes d'essai de l'armée de l'air indienne (IAF), a déclaré le PIB. 

Le bureau a noté qu'avant ces essais, des essais en vol approfondis du chariot de missiles avaient été effectués à Bengaluru pour évaluer l'intégration du Python 5 avec d'autres systèmes à bord du Tejas, y compris l'avionique, le radar de contrôle de tir, la livraison d'arme de missile et les systèmes de contrôle de vol. Les missiles ont été tirés depuis des avions Tejas de l'Agence de développement aéronautique (ADA) pilotés par des pilotes d'essai de l'IAF du Centre national d'essais en vol.

press-DSC_7989_resize2222-1.jpg

Rafael Python 5 :

Le Rafael Python-5 est le plus récent membre de la famille Python. Ce missile air-air de cinquième génération permet au pilote d'engager un avion ennemi avec une capacité de lancement révolutionnaire de sphère complète. Le missile peut être lancé à partir de gammes très courtes jusqu'aux plus visuelles, avec une plus grande probabilité de destruction, une excellente résistance aux contre-mesures, indépendamment des manouvres visuelles évasives ou du déploiement de contre-mesures. 
La performance complète de la sphère complète de Python-5 est obtenue grâce à une combinaison de Lock On-After-Launch (LOAL) et d'excellentes capacités d'acquisition et de suivi. Son capteur à rayons focaux à double bande (FPA) et ses algorithmes sophistiqués permettent d'acquérir des cibles de petites et moins petites valeurs dans des antécédents, des antécédents défavorables et des environnements nuageux. 
Des tests de développement et opérationnels réussis du missile Python-5 ont déjà été réalisés, y compris des essais approfondis d'évaluation et de repérage des captifs. Python-5 a démontré une détection et un suivi de cible exceptionnels. 

Rafael Derby ER :

i_derby_ER_LEFT-2-1024x185.png

Le missile à radar actif avancé I-Derby ER est le plus récent missile et le plus avancé des missiles air-air électromagnétiques de Rafael. Le missile I-Derby ER de Rafael est un missile air-air à longue portée de plus de 100 km avec un moteur de fusée à double impulsion et un chercheur radar actif, offrant aux avions de combat des avantages de performances exceptionnels à la fois à courte portée ou au-delà de la portée visuelle. Le missile a des capacités de tir et d'oubli, permettant à l'opérateur de s'attaquer simultanément à plusieurs cibles. Le poids léger du missile lui permet de s’adapter à une variété d’avions de combat modernes, notamment les F-16, F-15, F-18, Gripen, LCA, Typhoon et plus encore.

Le missile I-Derby ER est identique en forme et en taille au missile Derby actuellement en service dans le monde entier. I-Derby ER intègre un radar innovant contrôlé par logiciel de Rafael, qui permet une flexibilité opérationnelle totale en contrôlant tous les paramètres opérationnels via un logiciel. Cette capacité permet d'améliorer les performances des missiles contre les nouvelles menaces et les tactiques ennemies telles que la guerre électronique et les nouvelles cibles aériennes. Le processus de mise à jour du logiciel est simple et rapide, et peut être effectué en temps opportun pendant un round de combat. I-Derby ER contient des contre-contre-mesures électroniques (ECCM) conçues pour relever les défis du combat aérien dans un environnement hostile avec une flexibilité opérationnelle exceptionnelle, adaptable aux exigences opérationnelles du client. Le missile est doté d'un moteur-fusée à double impulsion, qui permet une gestion optimale de la poussée conformément aux exigences de la mission, offrant ainsi une portée de vol considérablement étendue. Le cerveau du missile contient des algorithmes sophistiqués pour optimiser la trajectoire en fonction des conditions de lancement et du comportement de la cible.

I-Derby ER dispose d'une communication bidirectionnelle, basée sur le SDR opérationnel éprouvé de Rafael, fournissant un ensemble complet d'informations sur la cible choisie et sur ceux qui se trouvent à proximité.

Avantages opérationnels d'I-Derby ER:

  • Portée de lancement de plus de 100 km
  • Missile air-air avec des capacités à courte, moyenne et longue portée
  • Capacités de détection et d’interception depuis le sol
  • Fonctionnalité par tous les temps
  • Verrouiller avant le lancement / Verrouiller après le lancement des modèles opérationnels
  • ECCM solide et efficace
  • Intégration simple pour les utilisateurs actuels de Derby
  • Défense air-air et défense aérienne à double usage

 Intégration sur le Tejas :  

Ces deux missiles israéliens feront partie de la gamme d’armement qui va équiper les 120 Tejas Mk1A commandé par l’Inde. La production du Mk1A devrait démarrer en 2022, les livraisons débuter en 2024 pour se terminer en 2028. Chaque avion coûtera environ 78,5 millions de dollars, le programme devrait générer 5’000 emplois en Inde.

Photos : 1 Tir d’un Python 5 depuis un LCA@ PIB 2 Derby er & Python 5 sous un F-16 israélien 3 I-Derby ER@ Rafael