12/03/2021

L’USAF a accepté le premier F-15EX « Advanced Eagle » !

boeing,f-15ex advanced eagle,usaf,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

L'US Air Force a pris livraison le 10 mars dernier du premier F-15EX « Advanced Eagle » n° 001 de Boeing et va bientôt commencer à tester le nouvel appareil. L'USAF a approuvé l'acceptation du premier F-15EX dans les installations de la société à Saint-Louis. L’appareil s’est envolé pour la base aérienne d'Eglin en Floride.

« C’est un grand moment pour l’armée de l’air », a déclaré le colonel Sean Dorey, directeur du programme F-15EX de l’USAF. « Avec sa grande capacité d'armes, son épine dorsale numérique et son architecture ouverte, le F-15EX sera un élément clé de notre flotte de chasseurs tactiques et complétera les actifs de cinquième génération. En outre, il est capable de transporter des armes hypersoniques, ce qui lui confère un rôle de niche dans les futurs conflit ».

La livraison du F-15EX par Boeing intervient un peu plus d'un mois après le vol inaugural de l'avion le 2 février dernier. Un deuxième avion doit arriver à Eglin le mois prochain, et les six autres appareils du premier lot s'envoleront pour Eglin au cours de l'exercice 2023 pour les tests opérationnels.

L’USAF a passé sa première commande de F-15EX en juillet 2020, attribuant un contrat pour le premier lot de huit appareils. L'ensemble du programme a une valeur plafond de 23 milliards de dollars. Il est prévu d'acheter au moins 144 F-15EX pour remplacer la flotte de F-15C/D, qui a en moyenne 37 ans et commence à subir des tensions structurelles. Cependant, le contrat comporte des options qui permettraient a l’USAF d'acheter jusqu'à 200 appareils.

Le deuxième lot de F-15EX est prévu pour la livraison au cours de l'exercice 2024 à la base de la Garde nationale aérienne de Kingsley Field, dans l'Oregon, qui servira également de site pour la formation des F-15EX. Le troisième lot sera livré à Portland ANGB dans l'Oregon au cours de l'exercice 2025, la 142e escadre de la base devenant la première unité opérationnelle à piloter l'avion.

Le projet F-15EX « Advanced Eagle » :

3887542721.jpeg

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille depuis plusieurs mois sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agissait de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing a doté le F-15EX d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif (AESA), avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS « Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offre la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité réside dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes. 

Capacité d’emport phénoménale :

boeing,f-15ex advanced eagle,usaf,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’armes comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7 000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir.

Un nouveau moteur :

Le moteur F110-GE-129 de General Electric est le seul moteur testé, intégré et certifié pour le F-15EX fly-by-wire. En 2014, GE a commencé à investir des ressources et s'est engagé à long terme à soutenir le F-15EX. Grâce à des insertions de technologies clés éprouvées issues des programmes de moteurs commerciaux de GE, SLEP met à niveau les composants critiques, notamment la chambre de combustion, la turbine haute pression, le compresseur et l'augmentation. Ces améliorations se combinent pour prolonger la durée de vie. La version du F110 destinée au F-15EX va réduire les coûts d'exploitation, augmenter la fiabilité et améliorer la sécurité. Le programme est conçu pour fournir une augmentation significative avec une amélioration de 25% du coût par heure de vol et une extension de 50% des inspections de phase moteur. 

boeing,f-15ex advanced eagle,usaf,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Photos : 1 Le F-15EX n°001 en route pour Eglin 2 Cockpit 3 Capacité d'emport @ Boeing 4 F-15EX n°001 @ S.King

11/03/2021

Vol inaugural pour le premier F-35 destiné au Danemark !

158771359_4134888659856853_2465806888450934427_o-1068x712.jpg

Cette semaine le premier avion de combat Lockheed Martin F-35A « Lightning II » destiné au Danemark, n° L-001, a effectué son vol inaugural à Forth Worth. Le Danemark est le cinquième pays européen et membre de l’OTAN à avoir opté pour le F-35A.

Le L-001 va maintenant passer par une série de tests complets pour s'assurer que tous les systèmes de l'avion fonctionnent correctement. Entre autres, il couvre un large éventail de tests logiciels, où tous les systèmes mécaniques et électroniques de l’avion sont testés. Le L-001 devrait être livré à la Royal Danish Air Force en avril et sera transféré sur les installations de Luke Air Force Base, en Arizona, plus tard cette année pour la formation des pilotes et du personnel de maintenance. Les F-35 arriveront au Danemark en 2023 et seront basés sur l’aérodrome de Skrydstrup de la Royal Danish Air Force (RDAF) dans le sud du Jutland.

Rappel :

C’est au mois de mai 2016 que le ministère de la défense et le gouvernement du Danemark ont ​​recommandé la sélection du Lockheed-Martin F-35A « Lightning II » comme futur avion de combat pour le pays. Cette décision fait suite à une réévaluation. La décision finale a été annoncée par le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen et le ministre de la Défense Peter Christensen. Trois appareils étaient concernés, l’Airbus DS Eurofighter, le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » et le Lockheed-Martin F-35.

Pas assez d’avions et trop cher : 

Selon le National Audit Office, le ministère de la Défense du Danemark a été trop optimiste pour calculer ce que les avions de combat F-35 pourront faire, par exemple, en termes d’heures de vol. Les 27 Lockheed-Martin F-35A ne pourront purement et simplement pas compenser en termes de dotation minimale la flotte actuelle de 44 F-16. Pour mémoire le Danemark avait acheté 77 F-16A/B et en avait modernisés 47 au standard MLU.

Dans le même temps, il existe un risque important que le coût total de l’acquisition dépasse les 66 milliards de l’ensemble de la durée du programme, soit 30 ans.

Pour la Force aérienne du Danemark, une future flotte de 27 F-35 ne permettrait pas de résoudre les tâches promises et le Danemark se retrouvera avec une Force aérienne plus faible qu’aujourd’hui.

Selon le professeur de politique internationale de l'Université de Copenhague Ole Wæver, le Danemark pourrait être contraint d'acheter plus d'avions de combat ou de réduire le nombre de tâches. L'expert en défense Peter Viggo Jakobsen, de l'Académie de la Défense, critique le ministère de la Défense pour avoir « reculé » afin de s'assurer que le F-35 puisse remporter la compétition sur deux autres avions en concurrence. 

Des marquages colorés :

Ce qui marque avec les premières photos du L-001 vient de la coloration des cocardes de l’avion. Habituellement, les F-35 sont dotés de cocardes dites « basse visibilité ». Mais le Danemark en a décidé autrement et veut que ses couleurs puissent être arborées de manière colorée.

image-169FullWidth-c2be41f2-1773078.jpg

Photos : le premier F-35A de la RDAF @ RDAF

09/03/2021

Entre le F-35 et le Tempest, Londres va devoir choisir !

5810eb6d-83a1-4636-8ca6-c04e8dd032db.jpg

Je vous en parlais en août dernier, Londres ne va pas pouvoir assurer l’ensemble de ses programmes en matière d’avions de combat. Des choix s’imposent entre l’Eurofighter, le F-35 et le futur Tempest. Le sort des 24 anciens Eurofighter de la Tranche 1 est déjà scellé avec un retrait définitif en préparation. Mais le coup d’assommoir reste à venir avec le F-35B.

48 F-35 et pas un de plus :

Le Royaume-Uni s’est engagé à l’achat de 48 F-35 d'ici la fin de 2025 pour un montant de 11 milliards dollars. Initialement, Londres avait en projet l’acquisition de 138 avions de combat F-35 Lightning II, selon une étude du gouvernement. La Grande-Bretagne a commandé la variante à décollage court et atterrissage vertical de type F-35B qui est conçu pour voler à partir de porte-avions. Les porte-avions de classe Queen Elizabeth de la Royal Navy devraient se déployer avec 12 ou 36 F-35B à bord, selon l’opération. Selon le nombre d’appareils en déploiement, la dotation sur deux porte-avions de classe Queen Elizabeth serait donc insuffisant. Selon le Naval Forces and Maritime Security à l'International Institute for Strategic Studies, il faudrait une dotation de l’ordre de 60 à 70 F-35B.

Une augmentation du nombre de F-35 est certes souhaitée, mais financièrement impossible pour l’instant. Pour Londres, le maintien des versions modernisées de l’Eurofighter et le développement du système aérien « Tempest » sont prioritaires.

Inquiétudes concernant le revêtement :

Pour Londres, un autre sujet pousse à un éloignement du programme F-35. Il s’agit de deux problèmes, l’un concerne les températures moteur qui provoquent un décollement du revêtement furtif dès que la vitesse dépasse Mach 1,2 et l’autre se situe lorsque l’avion évolue par temps chaud, le réacteur est susceptible de ne pas donner toute la puissance nécessaire à la sustention du F-35B. Soit une situation particulièrement gênante pour une appareil de la catégorie STOVL.

La variante F-35B :

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A). Cette variante du F-35 est celle qui est livrée à l'US Marines Corps et la Royal Air Force.

Photo : F-35B britannique @ RAF

 

08/03/2021

F-15, contrat pour le nouveau système de guerre-électronique !

CHRQLIBOJ5DHHMLJS7BY6NAHVQ.jpg

BAe Systems a été engagée par Boeing pour produire le nouveau système d'avertissement passif / actif et de survie « Eagle Passive Active Warning Survivability System » (EPAWSS) destiné à l'avion de combat F-15 « Strike Eagle ». Un contrat de 58 millions de dollars a été signé pour soutenir les efforts de de production à faible taux (LRIP).

BAe Systems doit fournir des mises à jour incrémentielles du logiciel de vol EPAWSS avec de nouvelles capacités de géolocalisation et d'identification des menaces. Développé par BAe Systems en tant que sous-traitant de Boeing, l'EPAWSS est conçu pour échantillonner le spectre des fréquences radio (RF), identifier les menaces, hiérarchiser et allouer des ressources de brouillage contre elles, et remplacera le système actuel Tactical Electronic Warfare (TEWS) qui date des années 1980 et qui équipe actuellement environ 220 F-15E « Strike Eagle » de l'US Air Force (USAF). C'est également l'un des systèmes destinés au dernier F-15EX « Advanced Eagle », dont 200 appareils sont prévus pour un approvisionnement dans les années futures.

Fournissant des options de guerre électronique offensive et défensive pour le pilote et l'avion, le système EPAWSS propose des solutions entièrement intégrées d'alerte radar, de géolocalisation, de connaissance de la situation et d'autoprotection pour détecter et vaincre les menaces de surface et aéroportées dans des environnements contestés et hautement contestés à forte densité de signaux. Équipé de contre-mesures électroniques avancées, il permet une pénétration plus profonde contre les systèmes de défense aérienne intégrés modernes, offrant des capacités de réponse rapide pour protéger l'équipage. L'EPAWSS est conçu pour fournir une indication, le type et la position des menaces RF au sol ainsi que la portée des menaces aériennes avec la connaissance de la situation nécessaire pour éviter, engager ou annuler la menace. L'EPAWSS se défend contre les systèmes de menace RF et IR détectant ou acquérant des informations de ciblage avant l'engagement de la menace, ce qui complique et / ou annule une solution de ciblage de menace ennemie. Le système lutte contre les menaces grâce à sa suite de composants avec des techniques électro-optiques et RF.

501292858.jpeg

Photo : F-15 E @ USAF

06/03/2021

L’AT-5 « Yung Yin » bientôt prêt pour les tests opérationnels ! 

1257484700.jpg

L’avionneur taïwanais Aerospace Industrial Development Corporation (AIDC) a annoncé le 2 mars dernier que son avion d'entraînement avancé (AJT) AT-5 « Yung Yin » ( Brave Eagle ) serait bientôt prêt pour être livré à la Force aérienne de la République de Chine (RoCAF) afin de subir les tests opérationnels et son évaluation finale avant livraison.

L'annonce a été faite le jour où le président d’AIDC Hu Kai-hung a volé sur l'un des deux prototypes biplaces de l'AT-5 (11001, 11002) qui ont fait leur première présentation officielle en public. Le premier prototype du T-5, qui a été développé en collaboration avec le National Chung-Shan Institute of Science and Technology (NCSIST), a effectué son premier vol en juin 2020 soit environ neuf mois après son déploiement en septembre 2019. Le deuxième prototype a volé fin décembre 2020.

Le RoCAF devrait acquérir 66 AT-5 « Yung Yin » biplace dans le cadre d'un contrat de 2,2 milliards de dollars US attribué en 2017. L'avion devrait remplacer l’avion école AIDC AT-3 tandis qu'une variante d'attaque et de combat léger est destinée à remplacer les Northrop F-5 E/F Tiger II en service. La production de l'AT-5 devrait commencer fin 2021 et se poursuivre jusqu'en 2026. 

AIDC AT-5 « Yung Yin » (Brave Eagle ) :

Taïwan s'est engagé à développer un avion indigène pour répondre à ses besoins de formateur en février 2017, après avoir flirté avec l'acquisition du KAI T-50 ou du Leonardo M-346. À l'époque, le nouvel entraîneur taïwanais était connu sous le nom de « Blue Magpie ». L'avion « A1 » a été dévoilé lors d'une cérémonie le 24 septembre 2019, au cours de laquelle, il a été nommé Yung Yin (Brave Eagle) par la présidente Tsai Ing-wen.

Le développement de l'AT-5 a été dirigé parle le National Chung-Shan Institute of Science and Technology (NCSIST), qui a conçu une version simplifiée du chasseur de défense indigène F-CK-1D « Ching-kuo » biplace. Alors que l'IDF est propulsé par deux Honeywell / ITEC F125 avec postcombustion, l'AT-5 dispose des F124-200 similaires, mais sans postcombustion. Bien que basé sur le F-CK-1 « Ching-Kuo », l’avion incorpore 80% de nouveaux composants. Parmi les changements figurent l'utilisation accrue de matériaux composites pour réduire le poids, une plus grande capacité de carburant, le retrait du canon de bord. L'avion dispose d’une plus grande capacité de carburant interne que la variante opérationnelle, mais ne pourra pas transporter de réservoirs de carburant sous les ailes. Le profil aérodynamique dispose d’une section révisée, légèrement plus épaisse pour des vitesses d'approche et d'atterrissage plus basses, tandis que le train d'atterrissage sera également repensé. L’avion dispose d’une nouvelle avionique et d’un radar AESA. L’avion emportera les divers armements en service au sein de la RoCAF dont un canon en nacelle ventrale.

FG_3911003-JDW-10894.jpg

Photos : le prototype 11001 de l’AT5 @ AIDC