03/02/2021

Le nouveau F-15EX « Advanced Eagle » effectue son vol inaugural !

IMG_5987 2.jpeg

Le tout nouveau Boeing F-15EX « Advanced Eagle » a effectué son premier vol hier, ouvrant la voie à la livraison anticipée des deux premiers appareils à l'US Air Force au plus tard ce trimestre déjà. L’avion a décollé et atterri de l'aéroport international de Saint-Louis Lambert, effectuant un vol d'essai de 90 minutes avant de se poser.

Le pilote d'essai en chef du Boeing F-15EX, Matt Giese, a vérifié l'avionique, les systèmes avancés et les logiciels du biréacteur multirôle. Une équipe de test surveillant les données collectées pendant le vol en temps réel a confirmé que l'avion fonctionnait comme prévu.

« Le vol réussi d'aujourd'hui prouve la sécurité et la disponibilité de l'avion à rejoindre la flotte de chasseurs de notre pays », a déclaré Prat Kumar, vice-président de Boeing et directeur du programme F-15. « Notre personnel est ravi de construire un avion de combat moderne pour l'US Air Force. Notre client peut se sentir confiant dans sa décision d'investir dans cette plate-forme capable d'incorporer les derniers systèmes de gestion de combat avancés, capteurs et armes en raison de la conception de la cellule numérique du jet et de l'architecture des systèmes de mission ouverts.

Jusqu’à 144 appareils :

En juillet dernier, l’US Air Force a attribué à Boeing un contrat pour la construction du premier lot de huit appareils. Les plans prévoient des acquisitions jusqu'à 144 avions pour venir compléter la flotte actuelle de F-22.

Le F-15EX « Advanced Eagle »:

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille depuis plusieurs mois sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agissait de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing a doté le F-15EX d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif (AESA), avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS « Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Le F-15 ainsi modernisé, offre la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité réside dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes.

IMG_5986.jpeg

 

Capacité d’emport phénoménale :

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’armes avec : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7 000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir. 

Un nouveau moteur :

Le moteur F110-GE-129 de General Electric est le seul moteur testé, intégré et certifié pour le F-15EX fly-by-wire. En 2014, GE a commencé à investir des ressources et s'est engagé à long terme à soutenir le F-15EX. Grâce à des insertions de technologies clés éprouvées issues des programmes de moteurs commerciaux de GE, SLEP met à niveau les composants critiques, notamment la chambre de combustion, la turbine haute pression, le compresseur et l'augmentation. Ces améliorations se combinent pour prolonger la durée de vie. La version du F110 destinée au F-15EX va réduire les coûts d'exploitation, augmenter la fiabilité et améliorer la sécurité. Le programme est conçu pour fournir une augmentation significative avec une amélioration de 25% du coût par heure de vol et une extension de 50% des inspections de phase moteur. 

boeing,f-15 ex. advanced eagle,us air force,nouveaux avions de comabt,les nouvelles de l'aviation,blog défense,aviation romandie

Photos : Le premier vol du F-15EX & Cockpit @ Boeing

 

02/02/2021

Entrée en production du premier P-8A norvégien !

6caba05855b8dd46cd1a3e1dcf6d5594.jpg

Boeing a annoncé avoir débuté la production du premier avion multimission maritime (MMA) de type P-8A « Poseidon » destiné à la Norvège.  La Norvège devrait recevoir ses cinq P-8A entre 2022 et 2023.

Rappel :

C’est en mars 2018 que la Norvège a passé commande pour 5 avions de patrouille maritime (MPA) Boeing P-8A « Poseidon » (MMA). Le contrat de 1,5 milliards de dollars comprend : les aéronefs, des capteurs, des systèmes de surveillance et des armes anti-sous-marines. La commande est groupée avec 4 appareils destinés aux Royaume-Uni, ainsi que 10 autres avions pour l'US Navy.

La Norvège achète le P-8A pour remplacer les six avions de patrouille maritime (MPA) Lockheed Martin P-3C Orion vieillissants et trois avions de surveillance Dassault Falcon DA-20 qui sont actuellement pilotés par la Royal Norwegian Air Force (RoNAF).

Premier exemplaire :

Spirit Aerosystems a commencé à travailler sur le premier fuselage de B737-800 pour la Royal Norwegian Air Force (RoNAF), avant son accouplement aux ailes en de type B737-900 et à d'autres systèmes de vol et militaires produit par Boeing dans ses installations de Seattle. La progression du programme P-8A pour la Norvège (et séparément pour le Royaume-Uni) sera la bienvenue pour l'OTAN, qui cherche à mieux combler les difficultés à surveiller les zones maritimes entre le Groenland, l'Islande et le Royaume-Uni (GIUK) pour faire face à une activité maritime accrue de la Russie 

Le Boeing P-8A « Poseidon » : 

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones.

Avec cette commande, la Norvège deviendra le cinquième utilisateur du P-8A après la Marine américaine, l’Inde, l’Australie et l’Angleterre.

19may16vp30uk2.jpg

Photos : 1 P-8A de la Navy @ USN 2 Intérieur d’un P-8A de la RAAF @ RAAF

01/02/2021

Offres finales pour la Finlande !

2966635830.jpg

La Finlande a demandé aux cinq avionneurs participant à la compétition en vue du remplacement de la flotte d’avion de combat F/A-18 C/D « Hornet » de soumettre les meilleures offres finales avant le 30 avril.

Une décision sur le choix final sera effectuée pour la fin de l’année2021. La demande de meilleure offre finale et les offres contraignantes attendues des soumissionnaires constituent la phase finale de l'appel d'offres dans le programme de chasseurs HX a confirmé de son côté le Commandement logistique des forces de défense finlandaises. "Avec la demande de meilleure offre finale, chaque soumissionnaire est invité à rassembler les informations fournies dans les offres et négociations précédentes dans un ensemble final et contraignant".

Le parlement finlandais a déjà approuvé un financement en augmentation de 11,4 milliards de dollars au lieu des 10 milliards prévus initialement,  pour acquérir le remplaçant des F / A-18C/D actuels du pays, on parle de 60 à 64 appareils. Les options du programme HX de chaque soumissionnaire diffèrent en ce qui concerne les coûts de mise en service, les besoins de construction et l'intégration dans le système de défense », indique le commandement logistique. « C'est pourquoi chaque soumissionnaire se verra attribuer une limite de prix spécifique au soumissionnaire et, en outre, une option similaire sera incluse pour chaque soumissionnaire pour les achats ultérieurs et les modifications contractuelles.

Par conséquent, le prix plafond fixé pour chaque soumissionnaire est d'environ 11,4 milliards de dollars. Selon le programme finlandais, quatre critères sont utilisés pour juger les candidats : la capacité militaire ; Sécurité d'approvisionnement ; participation industrielle ; et les coûts.

Les implications des politiques de sécurité et de défense seront évaluées séparément en dehors du processus d'appel d'offres proprement dit. Les offres qui réussissent le processus d'évaluation après la date limite de soumission feront l'objet d'une évaluation finale de la capacité, « en tenant compte des packages proposés et des valeurs de capacité vérifiées sur la base des tests effectués dans le pays l’année dernières.». Une sélection de type sera transmise pour approbation par le gouvernement avant la fin de l'année, le nouveau modèle devant entrer en service à partir de 2025.

La Finlande prévoit d'acquérir jusqu'à 64 avions de combat pour remplacer sa flotte vieillissante de F/ A-18C/ D « Hornet ». Pour Helsinki, il n’est pas question de baisser la garde, il est primordial de maintenir une dotation suffisante d’avions pour garantir la sécurité dans la région. Le gouvernement devrait finaliser sa décision sur le choix de l'avion de combat à fin 2021.

Le calendrier du projet, sous la supervision du Commandement logistique du FDF, prévoit que l’armée de l’air finlandaise prendra livraison de nouveaux avions au cours de la période 2025 à 2030.

Les avions de combat internationaux en lice pour le contrat de 12 milliards de dollars comprennent le Boeing F/A-18 Super Hornet BlockIII, le Dassault Rafale F4, l'Eurofighter Typhoon T4, le Lockheed Martin F-35-F4 et le Saab Gripen E MS21.

3346568047.png

Photos : le projets HX @ FAF

 

31/01/2021

Airbus va débuter les livraisons des UH-72B « Lakota » !

UH-72-Lakota3-1024x534.jpg

Airbus Helicopters a livré le dernier hélicoptère UH-72A « Lakota » à l'armée américaine l’année dernière. Maintenant, l’hélicoptériste prépare les livraisons du nouveaux standard UH-72B.

L'armée américaine commencera bientôt à recevoir les UH-72B amélioré, qui viendront grossir les rangs des 463 hélicoptères UH-72A livrés. Pour l’instant un total de 17 UH-72B sont prévus pour la production dans l’usine de Colombus au Mississipi d’Airbus.

Rappel :

L'armée américaine a initialement acheté l’UH-72 « Lakota » pour libérer des appareils de prmeières ligne comme le Sikorsky UH-60 « Black Hawk » et permettre l'élimination progressive des appareils plus anciens comme le Bell UH-1 « Huey » et l'OH-58A « Kiowa ». Le « Lakota » est disponible en sept configurations pour des missions comprenant la formation, la sécurité aux frontières, la recherche et le sauvetage, l'évacuation médicale, la réponse en cas de catastrophe, le transport VIP et le soutien au champ de tir.

L’UH-72B « Lakota » :

L'UH-72B « Lakota » est essentiellement une version de l'armée américaine du dernier modèle d'hélicoptère civil H145. L'armée américaine tire parti des avantages d'un programme commercial prêt à l'emploi en recevant des améliorations et des améliorations de produits grâce à l'évolution de l'hélicoptère, sans investir de l'argent du gouvernement dans le développement de ces capacités.

L'UH-72B est basé sur le très populaire H145, qui incorpore diverses améliorations de produit qui ont été développées au cours du cycle de vie de la version commerciale. L’appareil incorpore dorénavant le rotor de queue de type « Fenestron », des moteurs plus puissants, des commandes améliorées et une suite avionique Airbus Helionix. Le système Helionix, a brisé le moule pour une avionique intuitive et conviviale pour les pilotes. Distingué par une disposition innovante du cockpit qui comprend deux à quatre écrans multifonctions, seuls les détails les plus pertinents d'une phase de vol sont affichés à un moment donné. La clé d'Helionix est qu'il filtre et présente les informations les plus pertinentes lorsque le pilote en a besoin. Lorsqu'un pilote se prépare à décoller, par exemple, Helionix n'affiche que les données (santé du moteur, direction du vent, avertissements de trafic, etc.) spécifiques à la tâche, supprimant tout ce qui est inutile et distrayant.

UH-72B-concept-photo.jpg

Photos : 1 UH-72 A aux USA 2 Le nouveau UH-72B avec fenestron @ Airbus Helicopters.

 

30/01/2021

Des A330 MRTT pour le Brésil ?

A330-FAB-696x489.jpg

La nouvelle est une surprise, le pays prépara l’achat de deux avions Airbus A330 MRTT. L'annonce a été faite lors d'une émission en direct par le président Bolsonaro en fin de semaine, et partagée par le commandant général du soutien (logistique) de l'armée de l'air brésilienne (FAB), le Brigadeiro Baptista.

Combler un vide :

La Force Aérienne Brésilienne manque cruellement de capacité de transport logistique. Cet état de fait s’est particulièrement révélé avec la Pandémie de COVID-19. Actuellement, les deux Embraer KC-390 en service ne suffisent pas en nombre et en capacité de transport. La FAB a dû louer un Boeing B767 pour faire face à ses besoins. De plus, les KC-390 évolue dans une catégorie plus petite et n’ont pas par exemple la capacité d’évoluer en tant qu’avion hôpital. Le Brésil subit de plein fouet la crise du COVID et les besoins de transférer des patients gravement atteints se fait durement sentir.

L’A330 MRTT permet justement de transporter des marchandises sur le pont principal avec des passagers, des civières, un laboratoire médical et tout autre équipement militaire. Il est d’ailleurs capable de se transformer rapidement en un hôpital volant grâce à un système de kit spécial. L’Armée de l’air française utilise maintenant ce module avec une très grande satisfaction.

En cas d'évacuation sanitaire, il est possible d'emmener jusqu'à 130 patients sur des brancards, ou d'utiliser une configuration de 28 brancards et 6 modules de réanimations avec 20 sièges pour le personnel médical. L’avion peut encore emporter jusqu’à 37 tonnes de fret en soute. Et ceci en plus de sa capacité de ravitaillement en vol.

Pour l’instant aucun contrat n’a été signé entre Airbus et le FAB. L’une des questions en suspens concerne les moyens financiers du pays. Selon le gouvernement Bolsonaro, ce dernier a déjà constitué des réserves en vue d’un tel achat.

Photo : A330 MRTT aux couleurs de la FAB @ Canal AEROIN