16/02/2021

Tirs air-sol sur la place de Forel !

IMG_6034.jpeg

Les Forces aériennes suisses effectueront des exercices de tirs air-sol dans le lac de Neuchâtel du 15 février au 19 mars 2021. Ces entraînements pourront générer des nuisances sonores. 

Du 15 février au 19 mars 2021, les Forces aériennes effectueront des exercices de tirs d'aviation dans le lac de Neuchâtel, sur la place de tir pour avions de Forel (FR). Des avions de combat de type F/A-18 Hornet seront engagés dans le cadre de ces exercices. Les différents vols peuvent avoir lieu du lundi au vendredi, de 09h00 à 12h00 et 13h30 à 16h00 selon la convention entre les cantons de Fribourg, Vaud et Neuchâtel et le DDPS. Ils pourraient générer des nuisances sonores soudaines et répétitives. 

La place de tir de Forel est utilisée depuis 1926 et fait partie des trois dernières places pour l’entraînement des tirs air-sol des Forces aériennes. Les périodes de tirs s'étendent chaque année de janvier à mai et d'octobre à décembre. 

Lors de ces journées, les pilotes entraînent les tirs air-sol au canon de manière réelle sur des cibles fixes ou en mouvement, placées sur le lac. 

IMG_6035.jpeg

Engagement pour protéger la Grande Cariçaie :

Les exercices de tirs sur le Lac de Neuchâtel sont bien évidemment critiqués par certains pour leurs atteintes à l’environnement, pourtant la réalité est différente. En effet, depuis 5 ans, l’Association de la Grande Cariçaie et armasuisse collaborent à la réalisation de travaux d’entretien des milieux naturels et de valorisation de la biodiversité dans le secteur de la zone de tir de l’aviation de Forel (FR), incluse dans l’une des réserves naturelles de la Grande Cariçaie. Ces mesures, formalisées dans le programme « Nature, Paysage et Armée » de la place de tir de Forel, encadrent à la fois l’usage militaire du site et définissent une série d’interventions pour l’atteinte d’objectifs biologiques dans le secteur. De nouveaux travaux actuellement en cours ont fait l’objet d’une présentation à la presse ce dernièrement.


La place de tir de Forel (FR) est utilisée depuis les années 1960 pour l’entraînement au tir des avions militaires sur cibles d’abord terrestres puis lacustres, et plus récemment pour d’autres exercices militaires comme l’entraînement à la survie des pilotes. Englobée dans la réserve naturelle des Grèves de la Corbière (l’une des 8 réserves naturelles constituant la Grande Cariçaie) au début des années 2000, la zone a fait l’objet en 2012 d’un programme NPA « Nature, Paysage et Armée » dont les objectifs étaient de réduire au maximum les impacts liés à l’usage militaire de la zone, et parallèlement de conserver ou d’améliorer la qualité des habitats pour la faune et la flore sauvage.

 

Validé en 2012, ce programme a depuis lors été mis en œuvre et des mesures en faveur de la biodiversité sont entreprises chaque année, sous la conduite de l’Association de la Grande Cariçaie, avec un financement principal par l’armée.Les mesures réalisées ces dernières années ont principalement consisté à rouvrir des clairières forestières qui s’étaient fortement embroussaillées et risquaient de voir disparaître certaines plantes et animaux liés aux prairies ouvertes. L’autre mesure importante a consisté à créer des connections entre ces clairières en utilisant pour cela les banquettes du chemin traversant la réserve naturelle. L’amélioration de la structure des lisières le long de ce chemin a également permis de restaurer des habitats favorables à certaines espèces spécialisées. Les suivis en cours dans le secteur du NPA montrent que les mesures réalisées semblent atteindre leurs objectifs en favorisant des oiseaux comme le Rossignol ou le Pouillot fitis, mais également une diversité plus large de la faune. (Sources Ass.Grande Cariçaie)

Photos : Tirs d’un Hornet sur la zone de Forel @ DDPS

 

 

 

14/02/2021

L’Argentine avance dans la certification du Pucara Fénix !

unnamed.jpg

L’Argentine travail à la certification de la nouvelle version de l’IA-58 « Pucara », le Fénix. La nouvelle version de l’avion est dotée d’une nouvelle motorisation et d’une avionique modernisée.

Le futur « Pucara Fénix » est doté d’une nouvelle motorisation, un nouveau système de navigation et de nouvelles radio cryptées. Une nacelle de désignation doit venir compléter l’équipement ainsi qu’une vision nocturne.

Rappel :

L’armée de l’air argentine prépare la transformation d’un nombre non divulgué d’avions d’attaque légers IA-58 « Pucara » en variantes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (Intelligence-Surveillance-Reconnaissance /ISR), en le renommant IA-58 « Fénix». Actuellement, 25 IA-58 sont répertoriés en état de vol.

L'armée de l'air argentine prévoit un certain nombre d'améliorations pour maintenir sa flotte d'IA-58 opérationnelle pendant encore 15 à 20 ans et ceci dans son nouveau rôle. La modernisation du « Pucara » en « Phoenix » comprend : le remplacement des deux turbopropulseurs Turbomeca Astazou de fabrication française par des turbopropulseurs Pratt & Whitney PT6A-62. Les hélices à trois pales de l’avion seront remplacées par des hélices à quatre pales du fabricant Hartzell. L'avion bénéficiera de nouveaux équipements ISR, tels qu'un capteur multispectral, un indicateur de cible laser et un radar à ouverture synthétique. De nouveaux équipements de communication seront également installés, notamment un modem de données par satellite.

Cette modernisation à la fois technique et tactique de l’avion est une résultante des maux dont souffre aujourd’hui la FAA avec un budget austère et toujours limité par l’embargo britannique. Il a donc fallu penser de manière créative et réadapter un ancien guerrier en fonction des besoins actuels.

L’IA-58 « Pucara » :

L’appareil, construit par la société publique Fabrica Militar de Aviones, est entré en service en 1975. L’avion d’attaque bi-turbopropulseurs a été piloté pour la première fois en 1969 et 107 exemplaires ont été produits entre 1974 et 1999. C'est en août 1966 que les responsables argentins décidèrent de se lancer dans le développement d'un avion de combat destiné à l'attaque au sol et à l'appui aérien rapproché. Le programme fut tout d'abord désigné AX-02 « Delfin » et devait également déboucher sur une version destinée aux forces aéronavales sous la désignation AX-04. L'avion fut baptisé « Pucara », désignant les murailles de pierres.

Le Pucará a été initialement conçu comme un avion STOL (Short Take Off and Landing) avec des spécifications pour les opérations de contre-insurrection, et a été testé au combat pendant la guerre des Malouines.

270874267.21.jpg

Photos : Le prototype du Pucara Fénix @ FAA

13/02/2021

Les L-39 Ouzbeks modernisés au complet !

FG_3892730-JDW-10448.jpg

Aero Vodochody a livré les six avions d'entraînement à réaction L-39C Albatros modernisés à l'Ouzbékistan, concluant un contrat de révision lancé en 2018.

Le constructeur tchèque a annoncé le 10 février que la livraison finale à la République d'Asie centrale avait eu lieu trois jours auparavant le délai final du contrat.

Les L-39 Albatros, ont subi une révision générale chez Aero Vodochody. Une partie de la révision des avions ouzbeks comprenait une modernisation partielle de leur équipement à bord. L'Ouzbékistan a confié à l'entreprise, la révision de ses six L-39 avec l'aide d'Omnipol en septembre 2018. En 2019, les six machines sont arrivées dans les installations d'Aero à Vodochody, en République tchèque, dans le plus strict secret.

Pour les travaux de modernisation, l'équipement de communication soviétique d'origine a été remplacé par des systèmes de fabrication tchèque. L’avionique et des aides à la navigation sont de type Garmin et ont également été installées. La boussole radio a également été remplacée par une technologie plus moderne, et l'indicateur de givrage a été remplacé par un nouvel équipement fabriqué par Rosemount Aerospace.

L'Ouzbékistan est le premier d'un certain nombre de clients à avoir opté pour des révisions et des modernisations effectuées par le fabricant d'origine, Aero Vodochody, qui est le seul au monde autorisé pour ce type de révision.

Photo : L-39C modernisé Ouzbek @ Aero Vodochody

 

 

 

12/02/2021

Le premier Tornado allemand avec une durée de vie allongée a volé !

csm__4342-1_Zeitler_fc88e2c759.jpg

La Luftwaffe en collaboration avec Airbus DS a effectué le vol du premier avion de combat Panavia Tornado dont la durée de vie a été prolongée. Ce premier Tornado,de série 43 + 42 de la Tactical Air Force Wing 33, s’est  envolé des installations d’Airbus à Manching, à la suite du processus qui a vu la durée de vie de sa cellule étendue à 8’000 heures de vol contre les 6’000 heures de vol actuelles.

Jusqu’en 2030 :

Le ministère fédéral de la Défense a confirmé que 85 Tornado devraient rester en service jusqu'à la fin de 2030 grâce à cette prolongation de la vie de la cellule de l’avion.

Pour la prolongation de la vie cellule, Airbus a dû procédé au remplacement de plusieurs pièces de structurelles importantes comme par exemple l’élément de liaison entre la partie avant et la partie médiane du fuselage. Pour se faire les équipes de maintenance ont dû reproduire des pièces de qui n’existaient plus. Au total, ce sont près de 400 pièces structurelles requises qui ont été fabriquées, puis installées à bord de l’avion. Selon un porte-parole de la Luftwaffe, il aura fallu exécuté près de 2’000 étapes pour démonter et remonter le Tornado.

En effet, cette mise à jour cellule implique le démantèlement quasi-complet de l'avion à l'usine d'Airbus Defence and Space à Manching, dans le sud de l'Allemagne. La société d'ingénierie d'analyse et de test Industrieanlagen-Betriebsgesellschaft (IABG) à Ottorbrunn détermine quelles pièces ont atteint la fin de leur vie et doivent être remplacées, qui doivent ensuite être construites et installées.

Le programme allemand d'amélioration de la durée de vie (SLE) engage les responsabilités de conception de systèmes d’Airbus et BAE Systems.

csm__4342-0681_Zeitler_1ddbaf1324.jpg

Photos : Premier vol d’un Tornado avec une vie allongée @ Airbus DS

11/02/2021

L’USN commande 5 VH-92A additionnels !

1920px-Sikorsky_VH-92_lands_in_front_of_the_White_House_during_tests,_22_September_2018_(180922-M-ZY870-531).jpg

L’US Navy a accordé à Sikorsky un contrat à prix fixe ferme d’un montant de 479 millions de dollars pour l'acquisition de cinq hélicoptères présidentiels VH-92A.

L'attribution porte sur les options d'achat des hélicoptères de production initiale à faible taux (LRIP) du lot 3, du soutien à l'entrepreneur intérimaire associé, des kits de reconfiguration intérieure de deux cabines, de l'équipement de soutien, des pièces de rechange initiales et du réapprovisionnement des pièces du système. Les travaux devraient être terminés d'ici décembre 2023.

Rappel : 

Le Sikorsky VH-92A est le nouvel hélicoptère bimoteur qui doit venir remplacer les actuels Sikorsky VH-3D et Sikorsky VH-60N du Marine Helicopter Squadron One (HMX-1) pour effectuer la mission de transport aérien présidentielle. Le VH-92A est transportable par avion vers des endroits éloignés via un seul avion de transport Boeing C-17 « Globemaster III » de l'US Air Force (USAF). 

Initialement, c’était l’AW101 européen de Leonardo qui avait été sélectionné à l’époque sous l’administration Bush. Sous pression, le contrat n’avait pas abouti et un nouveau cahier des charges avait été rédigé sous l’administration Obama. L’hélicoptériste européen avait fini par abandonner la compétition.

Le code « Marine One » est employé lorsque le président des Etats-Unis est à bord de l’appareil.

Situation du programme : 

A ce jour, Sikorsky a livré six hélicoptères VH-92A à l'US Navy. Les 4 premiers appareils évoluent en tant qu’aéronefs d’essais et de développement de systèmes (SDTA) au sein du HMX-1 de la Marine Corps Air Facility (MCAF) à Quantico en Virginie. Ces appareils avaient volé 431 heures au 30 septembre 2020. 

Les deux autres appareils sont basés à la Naval Air Station (NAS)de Patuxent River, dans le Maryland et sont engagés au sein du programme de l'équipe d'essai intégrée (ITT) et ont accumulé 161,2 heures de vol depuis le 30 septembre 2020.

Le Sikorsky VH-92 :

usmc,marine one,sikorsky,s-92,vh-92 a marine one,blog défense,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone,transport présidentielle

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utilisé pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le « Sea King ». Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport biturbine, muni d’un rotor principal et d’un rotor de queue à hélice quadripale, d’un train d’atterrissage tricycle rétractable et pouvant transporter jusqu’à 22 passagers. Cinq prototypes sont construits, un pour des tests au sol et les quatre autres pour les essais en vol, munis de turbines General Electric CT7-6D. Le premier vol est effectué au centre d’essais de Sikorsky à West Palm Beach, en Floride, le 23 décembre 1998. A partir du troisième prototype, le S-92 reçoit plusieurs modifications. Son fuselage est rallongé de 40 cm, le stabilisateur horizontal est repositionné sur le côté gauche de la poutre de queue, qui elle, est raccourcie de 1,04 m. Ces modifications permettent de résoudre des problèmes de stabilité en tangage, facilitant ainsi son utilisation dans des conditions de vols difficiles avec des vents importants. Cela a également permis de rajouter une rangée de trois sièges, portant la capacité de transport du S-92 à 22 passagers. La structure de l’appareil est en aluminium et en matériaux composites, ces derniers représentent 40% de la masse totale de l’appareil. 

Le poste de pilotage est équipé de systèmes de navigation modernes, ainsi que de quatre écrans multifonctions. Les pilotes sont assis sur des sièges Martin-Baker anti-crash et utilisent deux manettes qui permettent, grâce aux divers capteurs et de l’ordinateur de gestion du vol, de contrôler l’appareil en tangage, roulis et lacet. Le poste de pilotage est chauffé, ventilé et climatisé indépendamment de la cabine. Un équipement quasi complet permet une sécurité en vol maximale : deux systèmes automatiques de contrôle de vol (AFCS), des systèmes anticollision (TCAS) et d’avertissement de proximité du sol (EGPWS) et un radar météorologique placé dans le nez de l’appareil. Les systèmes vitaux de l’appareil sont redondants, la cellule offre une bonne résistance en cas de crash et la boite à vitesse peut fonctionner durant ½ heure sans huile. En cas d’amerrissage forcé, un système de flottaison se gonfle automatiquement, comprenant également deux radeaux d’une capacité de quinze personnes chacun à l’avant des flotteurs.

Dans le cadre du programme VXX, Sikorsky propose le S-92 dans le standard VH-92 aux moteurs plus puissants et entièrement construit par des entreprises américaines. Les systèmes électriques et hydrauliques sont installés en triple exemplaires et le système d’alimentation en carburant se fait par aspiration, ce qui évite d’éventuelles fuites dues à la pression. Les systèmes de pilotage sont également redondants. Les réservoirs de carburant auto-obturant, placés à l’extérieur de la cabine, sont capables de supporter des impacts d’obus de 23mm. L’appareil possède un système de dégivrage et est également protégé contre la foudre et les champs de rayonnement d’intensité élevée.

0.jpeg

Photos : 1 & 3 Les premiers VH-92A aux essais @ US Navy 2 Cockpit VH-92A @ Sikorsky