10/12/2020

Premier vol du MQ-25 « Stingray » en configuration de ravitailleur !

MQ-25_T1_ARS_01_hires.jpg

L’avionneur américain Boeing en collaboration avec l'US Navy ont réalisé le premier vol test du drone MQ-25 T1 « Stingray » avec un magasin de ravitaillement en vol (ARS). Il s’agit là d’une étape importante dans le développement du ravitailleur aérien sans pilote.

Ce vol réussi de 2,5 heures avec le système de ravitaillement Cobham ARS, soit le même ARS actuellement utilisé par les F/A-18 pour le ravitaillement en vol a été conçu pour tester l'aérodynamique du drone avec l'ARS monté sous l'aile. Le vol a été effectué par des pilotes d'essai de Boeing opérant à partir d'un poste de contrôle au sol à l'aéroport MidAmerica St. Louis à Mascoutah, dans l'Illinois.

Les vols futurs continueront de tester l'aérodynamique du drone et de l'ARS à divers points de l'enveloppe de vol, progressant éventuellement vers l'extension et la rétraction du tuyau et du panier utilisés pour le ravitaillement.

En pré-commandes :

Plus tôt cette année, la Marine a exercé une option pour trois autres véhicules aériens MQ-25, portant à sept le nombre total d'aéronefs que Boeing produira initialement. La Marine a l'intention de se procurer plus de 70 drones ravitailleurs, qui assumeront le rôle de relais ravitailleurs actuellement joué par les F/A-18, permettant une meilleure utilisation des chasseurs de combat.

 Rappel : 

L’avionneur Boeing a obtenu le contrat en vue de la fabrication du futur drone ravitailleur en vol MQ-25 « Stingray » de support opérationnel destiné à  l'US Navy.  Ce premier contrat est d’un montant de 805 millions de dollars, doit permettre à Boeing de développer l'ingénierie et la fabrication de quatre premiers aéronefs sans pilote.

us-navy-establishes-first-carrier-based-mq-25-stingray-squadron.jpg

Le drone MQ-25 « Stingray » est conçu pour fournir à la marine des États-Unis une capacité de ravitaillement en vol. Selon la US Navy, le MQ-25 « Stingray » permettra une meilleure utilisation des avions de combat en élargissant la gamme de déploiement des Boeing F/A-18 « Super Hornet », Boeing EA-18G « Growler » et des Lockheed Martin F-35C. Le MQ-25 fonctionnera depuis les porte-avions en utilisant les mêmes systèmes de bord communs aux avions pilotés par l’homme, comme la catapulte de lancement et les systèmes de récupération du bâtiment.

Désigné le RAQ-25 dans la phase d’évaluation du projet de drone ravitailleur, la désignation a été modifiée en MQ-25 « Stingray ». Les exigences en matière de furtivité permettent toujours tirer des missiles ou larguer des bombes à partir de pylônes, mais la surveillance et la destruction des cibles ne seront pas sa mission principale du nouvel engin.  Le drone MQ-25 va permettre de prolonger le rayon de combat non ravitaillé des « Super Hornet » à plus de 1’300 km. L'objectif de la Navy est de fournir 6 800 kg de carburant à 4 à 6 avions sur une distance de 530 km.

U.S._Navy_Awards_Boeing_Contract_to_Design__Build_MQ-25A_Stingray.jpg

Photos : 1 Le MQ 25 T1 « Stingray » en vol avec l’ARS 2 au sol 3 Le Stingray pourrait bientôt ravitailler les avions de la Navy @ Boeing

09/12/2020

Les E-6B « Mercury » de la Navy modernisés !

2.jpg

En 2017, l’US Navy cherchait à recapitaliser sa flotte aérienne de E-6B de commandement et de contrôle, ne pouvant lui trouver un remplaçant dans l’immédiat. L’avion doit donc rester en service jusqu’en 2038. Pour ce faire un programme de mise a été mis à jour. Ce dernier est aujourd’hui terminé.

La société Collins Aerospace Systems, une unité de Raytheon Technologies Corp. a terminé avec succès la modernisation de la flotte d'avions E-6B Block I, qui fait partie du poste de commandement aéroporté de la marine « Take Charge and Move Out /ABNCP / TACAMO ». L'avion amélioré comprend système de combat et de commandement et de contrôle, un contrôle central des communications, un système de distribution voix/données / vidéo multi-enclaves et une dorsale numérique IPBE (Internet Protocol Bandwidth Expansion). De son côté Northrop Grumman a renforcé la capacité SATCOM avec le MR-TCDL qui fournit des systèmes de visibilité directe Ku et Ka SATCOM pour l’E-6B. La liaison de données comprend deux canaux en visibilité directe Ku et un canal de communication par satellite Ka. Les autres équipements comprennent la climatisation, le refroidissement, l'électricité et la distribution du réseau. Le système comprend également des équipements qui interfacent les kits Block II B avec l'architecture avionique E-6B existante.

Dans le cadre de la mission ABNCP, l'E-6B est un poste de commandement aéroporté et un relais de communication pour les forces nucléaires américaines. Pour la mission TACAMO, l’E-6B assure la liaison de communication avec les forces sous-marines grâce au terminal à très basse fréquence (VLF) de Collins Aerospace.

Le Boeing E-6B « Mercury » :

Le Boeing E-6 « Mercury » est un poste de commandement aéroporté destiné à la marine américaine dans le cadre d'une riposte nucléaire. Il est directement basé sur la cellule du B707. Sa mission est dite « TACAMO » pour « Take Charge And Move Out », « prendre en charge et s'en aller ». L ‘E-6B est doté de plusieurs équipements électronique de haute technologie, tels un GPS différentiel, divers systèmes de communications à basse et très basse fréquence. Dans ce cas deux antennes filaires sont tractées et rangées dans des conteneurs spéciaux dans le fuselage de l'avion. La première a une longueur de 1 220 mètres et la seconde de 7 925 mètres. Elles permettent de communiquer avec les submersibles en plongée. Outre sa livrée blanche caractéristique l'E-6 « Mercury » se reconnait au premier coup d'œil par le bulbe d'extrado sur le fuselage qui renferme divers équipements électroniques dont le système radar AN/ALR-66. Au-dessus de son cockpit triplace l'avion dispose d'un réceptacle de ravitaillement en vol destiné à lui accroitre le rayon d'action. Le Boeing E-6 « Mercury » est le plus gros avion à avoir porté les couleurs de la marine américaine.

4.png

Photos : 1 E-6B de front 2 en vol @ USN

 

08/12/2020

Dassault présente le Falcon 6X !

0-1.jpeg

En fin d’après-midi, l'équipe d'assemblage final de Dassault Aviation à Bordeaux-Mérignac (France) a ouvert les portes du Charles Lindbergh Hall son nouveau fleuron, le plus récent et le plus avancé de la société, le Falcon 6X. La situation actuelle du COVUD a obligé un dévoilement « virtuel », l'événement avait une portée mondiale. Des clients et des exploitants du monde entier se sont connectés pour voir l'avion faire sa première apparition publique. Mais malgré la nouveauté du décor, la première mondiale diffusée en direct a été un franc succès, attirant un nombre record de visiteurs

« Le déploiement d'aujourd'hui est une réalisation importante. Je suis très heureux de présenter l'ajout d'un tout nouveau design d'avion au sein de la famille Falcon, le Falcon 6X à fuselage ultra large », a déclaré Eric Trappier, président-directeur général de Dassault Aviation. « Les défis posés par la pandémie de Covid-19 ont nécessité une persévérance et une coopération exceptionnelles de la part de Dassault et de ses entreprises partenaires.

Cette présentation du Falcon 6X est une étape clé pour le jet d'affaires à cabine ultra large. Actuellement les essais au sol du premier avion de pré-production sont en cours avec un premier vol prévu début 2021. Lancé en février 2018, le Falcon 6X devrait entrer en service en 2022. Il remplace le Falcon 5X qui a été annulé en décembre 2017 en raison de retards persistants sur ses moteurs Safran Silvercrest.

Une cabine déjà primée :

2659604675.jpg

Le Falcon 6X ne vole pas encore, mais son intérieur fait déjà rêver. Dassault Aviation a remporté un prix de la part du prestigieux International Yacht & Aviation Award pour la décoration intérieure du Falcon 6X. Dassault Aviation a travaillé en vue d’offrir une nouvelle référence de confort et d’espace pour son Falcon 6X. La conception sensorielle gère l'air, la lumière et le son de manière innovante pour maximiser la santé et le bien-être. Dans le Falcon 6X, la sélection des matériaux, des textures et des finitions, la disposition des meubles et du mobilier, la définition de l'éclairage intérieur et des couleurs et la conception des contours de la cabine ont été travaillé dans un respect d’harmonie. Les lignes fluides et ininterrompues de la cabine, la conception de mobilier innovante, les surfaces et la technologie encastrée offrent un intérieur confortable et sans encombrement conçu pour améliorer la sensation d'espace et faciliter la productivité et la détente pendant les longs voyages intercontinentaux.

Pour se faire, les équipes de Dassault se sont concentrées sur le bien-être du passager. Avec une hauteur de cabine de 1,98 mètre tandis que ses principaux concurrents ont une hauteur de cabine de 1,88 mètre et 1,91 mètre. En termes de largeur, le 6X arrive encore une fois au sommet avec une largeur de 2,58 mètres contre 2,44 mètres et 2,49 mètres. Les innovations concernent également la pressurisation pour correspondre à l'air à 3 ‘900 pieds lorsque l'avion est en croisière au FL41. Le Falcon Connect, soit la solution de l’avionneur en matière de connectivité permet aux passagers de travailler en vol, et d’accéder à une « suite tout-en-un de services et d’applications ». La cabine peut accueillir 16 passagers dans trois salons distincts, offrant de la place pour de multiples configurations, y compris une grande entrée, une aire de repos pour l'équipage et un spacieux salon arrière. 

L'aile, spécialement conçue pour lisser les éventuelles turbulences, est équipée d'un flaperon (un hybride de volet et d'aileron), une surface de contrôle habituellement utilisée dans les avions commerciaux. Cela donne au 6X un bord de contrôle supplémentaire pendant l'approche.

3643154963.jpg

En ce qui concerne la motorisation, Dassault Aviation a opté pour le moteur « Pure®Power » PW812D de Pratt & Whitney Canada. Le moteur « Pure®Power » PW812D offre une puissance de 13'000 à 14’000 lb. Équipés d'un ventilateur monopièce à faible maintenance et d'une chambre de combustion « Talon » à réduction d'émission, les moteurs « Pure®Power » de la famille PW800 offrent la plus grande efficacité, une fiabilité et facilité de maintenance reconnue et ont accumulé plus de 20’000 heures d'essais à ce jour.

En ce qui concerne l’avionique, l’avion dispose du nouveau poste de pilotage EASy III de troisième génération. Il est livré avec un équipement complet, y compris le pack de vol électronique FalconSphere II de Dassault et le système de vision révolutionnaire FalconEye Combined Vision System, le premier écran tête haute pour combiner des capacités de vision améliorée et synthétique.

Le Falcon 6X a une vitesse de pointe de Mach 0,90 et une portée maximale de 5’500 milles marins (10’186 km), plus longue que tout autre avion de sa catégorie. Il peut voler directement de Los Angeles à Genève, de Pékin à San Francisco ou de Moscou à Singapour à une vitesse de croisière longue distance. Il peut également relier New York à Moscou, Paris à Pékin ou Los Angeles à Londres, lors d'une croisière de Mach 0,85. Selon le calendrier de Dassault, le Falcon 6X commencera ses livraisons en 2022.

0-2.jpeg

Photos : 1 & 4 Falcon 6X 2 & 3 Intérieur @ Dassault Aviation

07/12/2020

Taïwan met les bouchées doubles pour moderniser ses F-16 ! 

WireAP_50de92a6e4a04dff8bd179dfda03ceb0_16x9_992.jpg

Les pressions chinoises perdurent, Taïwan fait le maximum malgré la crise du COVID pour mener à terme la mise à niveau du second lot de F-16 au standard Block70/72 « Viper ». Ce second lot de 22 avions sera entièrement à niveau d’ici quelques semaines. 

Selon le dernier rapport de la Force aérienne taïwanaise (RoCAF) transmis au parlement législatif de 
l'île, 19 des 22 mises à niveau des F-16 prévues cette année dans le cadre du programme « Peace Phoenix Rising » de la RoCAF étaient déjà terminées, avec trois autres appareils devant terminer la mise à niveau plus tard ce mois-ci. Ces 22 plates-formes s'ajouteront aux 15 qui ont été mises à niveau au cours des deux dernières années.

Dans le cadre du programme « Peace Phoenix Rising », lancé en 2016 et mis en œuvre par Lockheed Martin et la société taïwanaise de développement industriel aérospatial (AIDC), un total de 140 F-16A/B doivent être mis à niveau vers la configuration F-16V d'ici la fin de 2023. 

Selon le porte-parole de la RoCAF, Taïwan prévoit de moderniser 35 autres F-16A/B en 2021, un nombre égal d'avions l'année suivante et les 32 appareils restants d'ici 2023. Les derniers développements interviennent après que le Pentagone a annoncé le 5 novembre que Lockheed Martin avait obtenu une modification de contrat de 53,2 millions de dollars pour fournir un soutien divers à 50 avions de chasse F-16 « retrofités » dans le cadre du programme. 

Cette mise à jour doit permettre une revalorisation des appareils de type F-16 A/B, afin, de combler le retard technologique vis-à-vis de l’imposant et menaçant voisin chinois. Celui-ci, a en effet sérieusement renforcé sa position avec la mise en ligne des Shenyang J-2 « Dragon Véloce » et l’arrivée des Shenyang J-11 (Sukhoi 27 chinois).
La modernisation des F-16 taïwanais comprend l’adjonction d’un nouveau radar de type AESA, soit le Northrop-Grumman APG-83, une avionique modernisée, un cockpit tout écrans compatibles avec des lunettes de vision nocturne, une centrale de navigation GPS, un nouveau système de guerre électronique de type l’ALQ-176 couplé avec système de leurres ALQ-184 (V)7.  En matière de communication les appareils reçoivent de nouvelles radios numériques, ainsi qu’une liaison de donnée (Link16) améliorée. Les pilotes disposent d’un viseur de casque permettant l’emploi du missile Raytheon AIM-9X « hyper véloce » en remplacement des AIM-9PM actuels.

5b86125ed590d.jpg


Question motorisation, les moteurs Pratt & Whitney F100-PW-220 seront portés à la norme -229E plus puissant et permettant de réduire le temps de maintenance.
Concernant l’armement, les F-16 seront dotés en plus de l’AIM-9X de missiles AIM-120C7 AMRAAM et d’une variété d’armes guidées d’attaque au sol comme les bombes GBU-10 Enhanced Paveway II ou GBU-56 JDAM Laser.


Des F-16 « Viper » neufs additionnels :


L'administration Trump a approuvé la vente du F-16V en août 2019, qui a ensuite été approuvée par le Congrès. En novembre, le Parlement de Taïwan a accepté le budget de 8,1 milliards de dollars, permettant au MND de signer l'accord. Le calendrier de livraison du programme, nommé en interne « Phoenix Soaring », prévoit que les deux premiers F-16V un monoplace et biplace soient livrés d'ici 2023 pour les tests initiaux, tandis que le dernier des 66 appareils être livré en 2026. La commande se décline ainsi :  56 des avions monoplaces et 10 biplaces.


Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » : 

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.


Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.


Taïwan a passé commande de nacelles de ciblage AN/AAQ-33 SNIPER. Concernant l’armement, les F-16 seront dotés en plus de l’AIM-9X, de missiles AIM-120C7 AMRAAM et d’une variété d’armes guidées d’attaque au sol comme les bombes GBU-10 Enhanced Paveway II ou GBU-56 JDAM Laser.


Taiwan a reçu des missiles Raytheon AGM-84L « Harpoon » BlockII antinavire et du matériel connexe. Dont des unités de contrôle de guidage « Harpoon », 30 conteneurs, 30 pylônes de lancement, ainsi que des kits de configuration AGM-84G à AGM-84L.

2048.jpg


Photos : 1 F-16D modernisé 2 Halle de modernisation à Taïwan 3 F-16 B avant modernisation@ RoCAF

 

Southwest Airlines prépare le retour du B737 MAX ! 

129095419_3560812053974577_6716540345776053113_o.jpg

Les dirigeants de Southwest Airlines sont impatients de voir le B737 MAX être remis en service. Selon les dirigeants de la compagnie, il faudra environ 135 jours pour préparer les 34 MAX pour un retour service. Le transporteur vise le mois d’avril 2021 pour un retour de la flotte au complet de B737 MAX.

En parallèle, la compagnie espère un retour des livraisons en 2021 du B737 MAX pour remplacer les B737-700 vieillissants.  Pour préparer le retour en vol du MAX, le transporteur se réfère aux directives de la FAA. Les opérations techniques de Southwest devront préparer les avions du point de vue de la maintenance et les pilotes devront s'entraîner conformément à une nouvelle consigne de navigabilité du régulateur américain qui accompagnait l'ordre de lever l'échouement du MAX au début du mois. Le vice-président des opérations techniques de Southwest Airlines, Landon Nitschke, a expliqué qu'il fallait environ 280 heures de maintenance pour « dé-préserver » et effectuer des vérifications au sol avec les pilotes sur les 34 avions, tous stockés dans le désert à Victorville, en Californie. Ensuite, a-t-il dit, les avions sont transportés vers l’une les principales villes du sud-ouest pour des vérifications de préparation, installer des équipements d’urgence et effectuer les opérations de maintenance au-delà de ce que peut exiger la FAA.

Mais, avant même que ce processus ne commence, la compagnie aérienne doit suivre une série d’étapes pour se préparer à commencer la formation, y compris la mise à jour des manuels et la gestion des risques associés dicté par la FAA. Une fois que les instructeurs seront formés, il s'ensuivra une période pendant laquelle les pilotes soumettront leurs préférences pour les horaires de formation, à partir de là, la formation proprement dite des pilotes de ligne commencera. Les horaires de Southwest semblent les plus conservateurs parmi les opérateurs américains qui ont annoncé leur intention de reprendre le service du MAX. United Airlines, par exemple, a déclaré qu'elle prévoyait de commencer à voler le premier de ses 14 MAX au cours du premier trimestre de 2021, tandis qu'American Airlines a programmé le premier de ses 24 MAX le 29 décembre prochain entre Miami et l'aéroport de New York LaGuardia.

Photo : B737 MAX Southwest Airlines @ SA