23/06/2019

La Tchèquie prépare un nouvel achat de C295 !

 

11360.jpg

Le ministre tchèque de la Défense, Lubomir Metnar, a soumis au gouvernement un plan d’acquisition portant sur deux avions de transport Airbus C295. Le pays dispose déjà de 4 appareils de se type.

L'armée de la République tchèque doit augmenter sa capacité de transport et remplacer les Yak-40 obsolètes, a déclaré le ministre Metnar, ajoutant que le nouvel avion serait plus économique, avec des systèmes plus modernes que ceux utilisés auparavant "Il a souligné la fiabilité et les faibles coûts d'exploitation des quatre C295 actuels de l'ACR, utilisés pour la formation et le transport de troupes et de personnalités.

Le C-295 : 

Au début des années 1980, l'Espagne cherche un appareil complémentaire au C-212, le constructeur national CASA s'entend avec l'indonésien IPTN pour produire la version de base d'un appareil de transport tactique, les autres versions pouvant être produites nationalement. Le premier vol intervient le 11 novembre 1983 et l'avion entra en service dans l'Ejercito del Aire en 1988.
Le CN-235 reprend les éléments traditionnels du transport tactique : ailes et dérives hautes pour les protéger des projections venues des pistes non préparées, aile droite pour diminuer la vitesse d'approche, rampe de chargement à l'arrière. Le CN-235 peut ainsi transporter 51 combattants, 18 brancards ou 4 palettes.

En 1995, l'Espagne crée une version très modernisée, le C-295, pour compléter sa flotte. Le C-295 dispose d'une soute plus longue de 3 mètres, d'une nouvelle avionique, d'un train et d'une structure renforcés, de points d'emports sous les ailes et de moteurs Pratt & Whitney PW127G entraînant des hélices hexapales. Il peut ainsi transporter 71 combattants, 48 parachutistes, 24 civières ou 5 palettes. Il est également proposé en version Persuader pouvant accomplir des missions de chasse aux sous-marins. Le C-295 est vendu à une dizaine d'états, comme le Portugal, la Pologne, l'Algérie ou le Brésil.
Plus de 85 avions C295 sont en service aujourd’hui avec 14 opérateurs différents

Photo :C295 tchèque @ Julien Villière

Premier B787-10 pour Eva Air !

EVA_787-10_Delivery_098.jpg

Le transporteur EVA Air a célébré en fin de semaine la livraison de son premier Boeing B787-10 « Dreamliner sur une commande de 20 appareils. La compagnie prévoit d'utiliser le nouvel avion sur les routes à haute densité en Asie plus tard cet été. La compagnie aérienne, qui célèbre également son 30ème anniversaire cette année, exploite déjà une flotte de quatre B787-9 « Dreamliner ». 

Construit avec des matériaux composites légers et propulsés par des moteurs GEnx avancés, le B787-10 est le plus gros avion de la famille « Dreamliner ». Avec 224 pieds de long (68 mètres), l’avion emporte 342 passagers dans une configuration à deux classes, soit 38 sièges de plus que B787-9 d’EVA Air. 

Propulsé par une série de nouvelles technologies et un design révolutionnaire, le B787-10 est une nouvelle référence pour l'efficacité énergétique et l'économie d'exploitation quand il est entré en service l'année dernière. L'avion permet aux opérateurs d'atteindre 25 % de rendement énergétique par siège par rapport aux avions précédents de sa catégorie. Le B787 est actuellement en service avec certains des plus grandes compagnies aériennes du monde et a engrangé des commandes et des engagements allant jusqu'à 50 avions jusqu'à présent en 2019. 

Membre de Star Alliance, EVA Air dessert les vols internationaux avec environ 565 vols par semaine. À bord du B787, les passagers peuvent découvrir les nouveaux sièges de la classe royale Laurel conçus par Designworks, une société du Groupe BMW. Avec 23 pouces de large, les nouveaux sièges comportent des panneaux de confidentialité, toutes les capacités de-lits, ainsi que l'amélioration des systèmes de divertissement en vol. EVA Air est également associée à Teague, pour redessiner ses sièges en classe économique, qui sont produites par Recaro.

Photo :le B787-10 d’Eva Air@ Boeing

 

21/06/2019

Eurofighter, bisbille sur le radar AESA !

image.jpeg

Si, les quatre partenaires du programme Eurofighter ont décidé d'investir sur l’avenir de l’avion, des différents subsistent cependant en ce qui concerne le radar AESA.  L’objectif est de maintenir la pertinence opérationnelle des « Typhoon II » et de lui permettre de rester en service jusqu’à ce qu’il soit remplacé par la nouvelle génération d’avions de combat d’ici 2040.

Connu sous le nom d'évolution à long terme (LTE), le paquet d'amélioration s'appuie sur le projet « Centurion » mis au point pour donner à la Royal Air Force les capacités air-sol de la frappe du  « Tornado », qu'elle avait retirée cette année, et comprend donc l'intégration du missile air-air à longue portée Meteor et du missile air-sol Brimstone.

Les études LTE, soit : 9 mois pour l'avion et 9 mois pour son moteur sont principalement axées sur l'amélioration du poste de pilotage et des systèmes de mission. Le système de guerre électronique et le moteur.

Le retard du radar AESA a un impact sur la compétitivité :

Le statut du futur radar AESA d'Eurofighter reste toutefois trouble et n'est pas mentionné dans la déclaration d'Eurofighter du 20 juin sur l'étude LTE. Le problème vient du fait que le radar AESA CAPTOR-E ne sera pas commandé par les quatre pays partenaires. Le nouveau radar va venir équiper les Eurofighter à l’exportation comme le Qatar, mais n’est pas la priorité de pays membre du consortium Eurofighter.

Par exemple, l’Angleterre se concentre sur le F-35 tout comme l’Italie. Ces deux pays ne peuvent pour l’instant investir dans le nouveau radar. A contrario, seul l’Allemagne est intéressée à l’obtention du radar CAPTOR-E pour ses futurs Eurofighter qui doivent venir remplacer les Tornado.

Le fait que les quatre pays ne soient pas en accord sur le radar AESA provoque une augmentation des coûts qui rend également l’avion moins attractif à l’exportation. Pour tender d’inverser la tendance, Airbus prépare une offre de mise à niveau des appareils exportés existants en vue d’une modernisation avec le radar CAPTOR-E.

1920px-ILA_Berlin_2012_PD_193-2.JPG

Photos : 1 Eurofighter Luftwaffe Radar CAPTOR-E @ Airbus DS

 

 

 

World Airlines Awards : Qatar Airways toujours première !

189F9A4A-A706-40C8-AF55-C241E7DE07E9.jpeg

Les meilleures compagnies aériennes du monde ont été révélées par de nouvelles récompenses par Skytrax, lors de la remise des prix du World Airlines Awards. Cela devient une habitude, le classement est dominés par les compagnies aériennes asiatiques et du Moyen-Orient.

Qatar Airways toujours première :

Une nouvelle fois, la compagnie Qatar Airways domine le classement et se maintient à la première place. Mais le transporteur a non seulement remporté le prix de la meilleure compagnie aérienne au monde, mais a également remporté plusieurs autres récompenses. Soit les prix pour : la meilleure classe affaires au monde, du meilleur siège au monde en classe affaires et de la meilleure compagnie aérienne du Moyen-Orient. «Devenir la première compagnie aérienne à être nommée« Compagnie aérienne de l’année »pour la cinquième fois est un exploit historique et combiné à trois autres récompenses importantes de Skytrax, témoigne des efforts inlassables de toute l’équipe de Qatar Airways.

Le Top 10 2019 :

Qatar Airways

Singapore Airlines

ANA All Nippon Airways

Cathay Pacific

Emirates

Eva air

Hainan Airlines

Qantas Airways

Lufthansa

Thai Airways

La seule compagnie aérienne européenne à sauver l’honneur est la compagnie allemande Lufthansa qui occupe la neuvième place. Singapore Airlines se classe à la deuxième place et avait également reçu le prix du meilleur personnel de cabine au monde en 2019, ainsi que la quatrième place pour The World’s Cleanest Airlines.

La compagnie aérienne japonaise ANA All Nippon Airway a pris la troisième place. La compagnie aérienne est arrivée à la troisième place du meilleur personnel de cabine au monde en 2019 et des lignes aériennes les plus propres au monde.

La quatrième meilleure compagnie aérienne a été Cathay Pacific, de Hong Kong, qui s'est classée au sixième rang du classement du meilleur personnel de cabine au monde en 2019 et à la huitième place des lignes aériennes les plus propres au monde.

Emirates a été élue cinquième meilleure compagnie aérienne en 2019.

Et du côté des « low-cost » :

Plus tôt cette année, les compagnies aériennes les moins chères d'Europe ont été nommées dans le Tableau 2019 de l’European Airlines League. Le classement a porté sur 20 compagnies aériennes et a tenu compte de facteurs tels que l’espace pour les jambes, la largeur des sièges, les coûts de réservation de sièges, le prix des repas et des boissons à bord ainsi que les frais de franchise de bagages.

Pour l’Europe :

EasyJet

Norwegian

Ryanair

Classement international , Top 10 :

AirAsia

EasyJet

Norwegian

Southwest

AirAsia X

Jetstar Airways

WestJet

IndiGo

Ryanair

Eurowings

 

Photo : A380 Qatar Airways @Qatar Airways

20/06/2019

Air2030 : les essais en vol et au sol des candidats sont terminés !

unnamed.jpg

La mise à l’épreuve des candidats en vue de l'acquisition d’un nouvel avion de combat pour l’Armée suisse s’est achevée avec le départ du F-35A de Lockheed Martin. Quatre des cinq candidats annoncés ont accompli les essais en vol et au sol à Payerne. Le cinquième candidat (Gripen E de Saab) a décidé de ne pas participer aux essais en vol et au sol et s'est retiré de l’évaluation. Les mises à l'épreuve ont été conduites par armasuisse en collaboration avec les Forces aériennes. 

Rappel :

Pour armasuisse et l'armée, les travaux préliminaires à l’acquisition d’un nouvel avion de combat en vue de remplacer les F/A-18C/D et F-5 E/F ont débuté il y a environ un an et demi. Le 25 janvier 2019, les cinq candidats ont transmis à armasuisse les offres qu’ils ont élaborées sur la base des exigences publiées le 23 mars 2018 par le DDPS. La Suisse avait demandé des offres pour les avions suivants, qui lui avaient été proposés : Eurofighter (Airbus, Allemagne), F/A-18 Super Hornet (Boeing, États-Unis), Rafale (Dassault, France), F-35A (Lockheed-Martin, États-Unis) et Gripen E (Saab, Suède).

De février à mars 2019, les spécialistes d’armasuisse et des Forces aériennes ont procédé aux essais des avions dans les simulateurs des différents candidats. Ces essais ont été organisés auprès des constructeurs respectifs et se sont déroulés parallèlement aux « audits de support produit ». Au cours de ces audits, les forces aériennes des pays de fabrication ont présenté l’exploitation et la maintenance des avions ainsi que le déroulement de la formation. Ensuite, du mois d’avril à la mi-juin, on a procédé aux essais en vol à Payerne ainsi qu’à l’évaluation des réponses que les constructeurs avaient apportées au catalogue de questions lors de la première offre.

Essais en vol à Payerne

Dans le cadre des essais en vol, chaque candidat a été soumis à huit missions qui devaient être exécutées avec un ou deux avions de combat. Sept des huit missions comportaient des tâches spécifiques. La dernière mission pouvait être choisie librement, soit pour répéter une des missions prédéfinies, soit pour démontrer des caractéristiques particulières.

L’objectif consistait à vérifier les capteurs dans l’environnement suisse, la compatibilité avec l’infrastructure technique de notre pays ainsi que le degré de maturité de l’avion de combat. L’institut de recherche Empa a en outre procédé à des mesures des émissions de bruit à Payerne et à Meiringen. 

Quatre candidats sur cinq se sont présentés aux essais en vol en Suisse et ont accompli l’ensemble des huit missions. Sur recommandation d’armasuisse, le constructeur suédois Saab a décidé de ne pas participer aux essais en vol avec son Gripen E et ne prendra pas part à la suite de la procédure.

Les quatre candidats suivants restent en lice :


- Airbus avec l’Eurofighter (DE)
- Boeing avec le F/A-18 Super Hornet (USA)
- Dassault avec son Rafale (FRA)
- Lockheed Martin avec le F-35A (USA)

Grand intérêt des médias et de la population pour les essais

Avec le soutien de l'armée, armasuisse a organisé pour chaque candidat une manifestation sur l'aérodrome militaire de Payerne, au cours de laquelle le constructeur a pu présenter son avion. Ces manifestations ont suscité un très vif intérêt de la part des médias de Suisse et de l'étranger : entre 50 et 80 professionnels des médias ont en effet participé à chacune des quatre présentations. Qui plus est, près de 2000 citoyennes et citoyens ont eu la possibilité d’assister aux après-midis pour « spotters ». Ils ont ainsi pu contempler et photographier les avions de près. De nombreux autres passionnés d’aviation ont suivi les essais à partir des diverses places prévues pour les spectateurs autour de l’aérodrome militaire.

Étapes suivantes du projet

Il s’agit maintenant pour armasuisse, en coopération avec l’État-major de l’armée, les Forces aériennes, la Base logistique de l’armée et la Base d’aide au commandement, de rassembler dans des rapports spécialisés, les constats et conclusions tirés des phases d’essais en vol et au sol. Ces rapports serviront aussi à déterminer la taille nécessaire de la flotte pour chaque modèle d’avion.

Sur la base des résultats de la phase d'analyse et d'essai, armasuisse préparera ensuite un deuxième appel d’offres qu'elle transmettra aux candidats à la fin 2019. À partir des résultats de la deuxième offre, armasuisse comparera les avantages des candidats entre eux sur la base des rapports spécialisés et déterminera l’utilité globale pour chaque avion. Les résultats, accompagnés d'une analyse complète des risques, seront intégrés au rapport d'évaluation, mettant en parallèle l’utilité globale avec les coûts d’acquisition et d’utilisation pour une période de 30 ans.

Les travaux sur le rapport d'évaluation commenceront au cours du second semestre de 2020. Le rapport ne sera finalisé qu'après un éventuel scrutin référendaire. Le Conseil fédéral décidera ensuite du modèle et du nombre d’avions à acquérir.

Liens des avions ayant passés les tests :

https://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/04/30/air2030-es...

https://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/04/12/air3020-l-...

https://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/05/21/air2030-es...

https://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/06/07/air2030-e...