15/07/2020

Intégration du Legion Pod IRST sur les F-15 et F-16 ! 

lockheed martin,boeing,f-15,f-16,capteur irst,usaf,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Un élément qui faisait défaut sur les appareils américain concernait l’intégration d’un capteur IRST. C’est aujourd’hui réglé pour l’US Navy avec la nacelle IRST21 BlockII, mais l’US Air Force n’avait jusqu’ici pas réglé le problème pour ses F-15 et F-16. Le F-35 est doté d’un tel capteur à l’origine. Comme pour la Navy, l’US Air Force privilégie un IRST monté dans une nacelle. 

Lockheed-Martin Legion Pod :

lockheed martin,boeing,f-15,f-16,capteur irst,usaf,blog défense,les nouvelles de l'aviation

La nacelle Legion Pod » est un système IRST à capacités avancées (recherche et suivi infrarouge). Cette dernière a franchi un pas important, lors d’essais sur le site de la base aérienne d’Eglin AFB avec le premier tir de missile d'un AIM-9X utilisant cette dernière.

L'utilisation du « Legion Pod » et de ses capacités IRST permet à un pilote d'avoir un autre capteur qui s'intègre à l'avion et construit une image plus complète de l'espace de combat. En raison de ses capacités infrarouges. Il offre la possibilité d'identifier, de suivre et de tirer sur des avions ennemis dans un environnement de brouillage radar pour inclure des avions furtifs qu'un radar traditionnel peut ne pas voir.

Avec le « Legion Pod » l’US Air Force veut pouvoir repérer, suivre et engager les avions de manière passive en éliminant les risques d'alerter les adversaires potentiels, contrairement au radar qui peut révéler la présence de l'avion attaquant et même son emplacement. En plus de tout cela, l'IRST offre une alternative au radar dans les environnements de combat avec un fort brouillage et les caractéristiques. De plus, la conception évitant le radar sur les avions furtifs n'ont aucun effet sur l'IRST. Cela dépend uniquement de la signature infrarouge de l'avion.

Intégration rapide :

L'intégration « Legion Pod » sur le F-16 a tiré parti des réalisations précédentes sur le F-15C, ce qui a réduit le délai de test du F-16 de quatre ans à seulement six mois et économisé à l'Air Force plus de 1 million de dollars en coûts de conception et d'intégration de logiciels.

Rappel :

Le « Legion Pod » de Lockheed Martin a été sélectionné comme système de recherche et de suivi infrarouge (IRST) pour la flotte de F-15C de l'US Air Force en 2017. Lockheed-Martin produira plus de 130 systèmes, qui seront livrés pour l'intégration aux avions. Le « Legion Pod » est doté du capteur infrarouge IRST21 (qui va équiper les Super Hornet de la Navy) de la société et de capacités avancées de traitement des données, le « Legion Pod » offre une détection et un suivi à longue distance. Le succès du « Legion Pod » sur le F-15 a poussé l’USAF à préparer l’installation sur le F-16.

lockheed martin,boeing,f-15,f-16,capteur irst,usaf,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 F-15 avec le Legion Pod 2 Legion Pod 3 F-16 avec le Legion Pod @ USAF

 

14/07/2020

L’USAF lance un programme pour 144 F-15 « Advanced Eagle » ! 

I78 (1).gif.png

L’annonce faite ce matin par l’US Air Force représente est un énorme contrat pour Boeing, qui gagne son pari sur la relance de la chaîne d’assemblage du célèbre F-15 ! Le projet prévoit l’achat de 144 F-15 EX « Advanced Eagle » avec une valeur plafond de près de 23 milliards de dollars.  

Commande du premier lot :

La première étape est lancée avec un premier contrat de près de 1,2 milliard de dollars pour le premier lot de 8 F-15EX. Le contrat, attribué à Boeing, prévoit la conception, le développement, l'intégration, la fabrication, les tests, la vérification, la certification, la livraison, le soutien des avions F-15EX, y compris les pièces de rechange, l'équipement de soutien, le matériel de formation, les données techniques et le soutien technique.

Le F-15EX remplacera les F-15C/D les plus anciens de l'inventaire du service. Huit avions F-15EX ont été approuvés dans le budget de l'exercice 2020 et 12 ont été demandés dans le budget FY21. Les travaux seront exécutés à St. Louis, Missouri et à Eglin Air Force Base, en Floride, et devrait être achevé le 31 décembre 2023.

L'Air Force prévoit d'acheter au total 76 F-15EX au cours du programme quinquennal de défense pour l'avenir et d'atteindre le chiffre de 144 en fin de projet.

L'attribution de la première commande de F-15EX à Boeing fait suite à un contrat de 101,3 millions de dollars attribué le 30 juin à General Electric pour la fourniture de 19 moteurs F110-GE-129 pour les huit appareils, dont trois de rechange. L'exigence de moteur n'a pas été concurrencée par le fournisseur de moteurs alternatifs Pratt & Whitney, car le F-15QA Advanced Eagle (pour le Qatar) sur lequel le F-15EX est basé est conçu uniquement pour le turboréacteur F110.

Prise de position : 

Président de l'état-major interarmées Joseph Dunford a déclaré à la Commission des forces armées du Sénat que le "cadre" de cette décision provenait d'une étude des besoins futurs de la flotte d'appareils tactiques de l'armée, qui a montré que l'armée de l'air souffrait d'un manque de nombre d'appareils et de la quantité de ces appareils. Il était urgent de trouver une solution viable du point de vue coût/efficacité. "Donc, dans les cinq ou dix prochaines années, la meilleure solution consiste à utiliser le F-15EX « Advanced Eagle » pour remplacer le F-15, tout en continuant avec le F-35, mais en nombre réduit.

Le redémarrage de la production de F-15 pour l'US Air Force au lieu d'augmenter les achats de F-35 a fait l'objet de nombreux débats ces derniers temps. Le général Mike Holmes, commandant du Commandement du combat aérien, a déclaré : « Le F-15EX est le moyen le plus abordable et immédiat de rafraîchir la capacité et de mettre à jour les capacités fournies par nos flottes vieillissantes de F-15C/D. Le F-15EX est prêt à se battre dès qu'il sort de la ligne d’assemblage. »

Le projet F-15EX « Advanced Eagle »:

Sous la désignation de projet F-15EX, la nouvelle variante du jet offre des commandes de vol plus modernes, un grand écran unique et un radar amélioré. L'avion emportera également beaucoup plus d’armes avec plus de deux douzaines de missiles air-air, soit une capacité inégalée au sein de l’USAF.

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille depuis plusieurs mois sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agissait de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » (F-15X). La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions et donc combler une énorme faiblesse du F-35, sa capacité d’emport.

Boeing a doté le F-15EX d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif (AESA), avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS « Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

boeing,f-15ex,advanced eagle,us air force,nouveaux avions de combat,blog défense,aviation militaire,romandie aviation

Le F-15 ainsi modernisé, offre la possibilité de travailler directement avec le F-22 et le F-35 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité réside dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes.

2349948793.jpg

Capacité d’emport phénoménale :

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il pourra également emporter une gamme complète d’armes comme par exemple : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7 000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir.

F-15EX-Video.jpg

Photos : 1 & 4 F-15EX Advanced Eagle 2 Radar AESA @Raytheon  3 Cockpit @Boeing

 

 

 

13/07/2020

A321LR pour la Luftwaffe !

74447075-9675-4511-BA60-4DE13A9896E0-1000x269.jpeg

Lufthansa Technik a signé un accord avec l'Office fédéral de l'équipement, des technologies de l'information et du support en service de la Bundeswehr (BAAINBw) pour équiper deux nouveaux avions Airbus A321neoLR pour l'armée de l'air allemande. La livraison de ces avions devrait être terminée en 2022.

Réduction chez Lufthansa :

Les deux avions proviennent d’une commande initiale de Lufthansa qui doit réduire sa flotte en raison de la crise du COVID-19. La compagnie aérienne allemande n’ayant pu accepter les avions en raison de la crise, ils doivent maintenant être livrés à l'armée de l'air allemande. Les deux A321 vont devenir des transporteurs de troupes et des postes médicaux volants.

Rappel :

Les forces armées allemandes avaient déjà pris le contrôle d'un Airbus A321 Ceo mis hors service par la Lufthansa en 2018. L'avion avait déjà été largement transformé. Il a notamment reçu une cabine VIP, deux réservoirs supplémentaires et la possibilité de convertir une partie de la zone de délégation en salle médicalisée.

L’A321LR :

L’A321LR est une version longue portée (LR) de la famille A320neo la plus vendue et offre aux compagnies aériennes la possibilité d’effectuer des vols longue distance jusqu’à 7’400 km et d’exploiter de nouveaux marchés long-courriers auparavant inaccessible avec un avion monocouloir.

L’A320neo et ses dérivés constituent la famille d’avions monocouloirs la plus vendue au monde, avec plus de 6 500 commandes passées par plus de 100 clients. Il a été le pionnier et a incorporé les dernières technologies, y compris les moteurs de nouvelle génération et la conception de cabine de référence de l'industrie, permettant d'économiser 20% du coût en carburant par siège. L'A320neo offre également des avantages environnementaux significatifs avec une réduction de près de 50% de l'empreinte sonore par rapport aux avions de la génération précédente.

a321neo.jpg

Photos : 1 Futur A321LR de la Luftwaffe 2 A321LR @ Airbus

12/07/2020

Les Apache et Chinook indiens au complet !

apache-chinook.jpg

Boeing a terminé la livraison de tous les nouveaux hélicoptères AH-64E « Apache » et CH-47F » Chinook » à l'Indian Air Force (IAF). Les cinq derniers des 22 hélicoptères d'attaque « Apache » ont été remis à l'IAF à Air Force Station, Hindan. En mars, Boeing a remis les cinq derniers des 15 hélicoptères de transport lourd CH-47F « Chinook » à l'IAF. 

Rappel : 

C’est le 28 mai 2015 que le Ministère indien de la Défense (MoD) a autorisé l'acquisition de 22 hélicoptères Boeing AH-64 E « Apache » et 15 hélicoptères Boeing CH-47F « Chinook » pour un montant de 2,5 milliards de dollars US.

La vente de 22 hélicoptères de combat AH-64E Apache comprend également une large panoplie d’armement tel que : 812 missiles AGM-114L-3 Hellfire Longbow, 542 missiles AGM-114R-3 Hellfire-II, 245 missiles Stinger Block I-92H. Des munitions de 30mm pour approvisionner les canons. Il faut également ajouter 12 radars de définition de cible AN/APG-78, 12 Interféromètres AN/APR-48A à fréquence radar. L’Inde prévoit également de se doter d’un important stock de moteurs de réserve avec 50 turbines General-El T700-GE-701D.

L’AH-64 E " Apache " :

One-of-the-Apache-helicopters-handed-over-to-the-IAF-by-Boeing..jpg

L’AH-64E « Apache » offre plusieurs améliorations, y compris une plus grande puissance en ce qui concerne la motorisation. Il est doté de nouvelles pales en composites. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (Drones) et ceci grâce à une mise en réseau du système (Net Centric Warfare). L’AH-64E comprend une nouvelle architecture de communication de type JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir Longbow Block III. L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aériens et terrestres. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

Le CH-47F " Chinook ":

chinook.jpg

Le CH-47F « Chinook » contient une cellule usinée moderne, un cockpit de système d'architecture avionique commun (CAAS) et un système de commande de vol automatique numérique (DAFCS). Ces innovations et technologies aideront l'Indian Air Force à répondre aux demandes évolutives des missions, à maximiser l'interopérabilité et à réduire les coûts du cycle de vie. Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage disposent de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée ainsi qu'un poste de pilotage automatique numérique.

Coopération USA-Inde :

La co-entreprise de Boeing à Hyderabad, Tata Boeing Aerospace Limited (TBAL), a produit des aérostructures pour l'hélicoptère AH-64 « Apache » pour l'armée américaine et des clients internationaux. TBAL marque une étape majeure vers le co-développement de systèmes intégrés dans l'aérospatiale et la défense en Inde. Les fournisseurs de Boeing en Inde fabriquent des systèmes et des composants essentiels pour les Chinook, y compris l’assemblage couronne et du cône arrière de Tata Advanced Systems et la rampe et le pylône arrière de Dynamatic Technologies. Boeing travaille aujourd'hui avec plus de 200 fournisseurs et partenaires dans le pays pour soutenir « Make in India » et « Skill India ». 

Photos : 1 Apache & Chinook 2 AH-64 E indien 3 CH-47F indiens @ IAF

11/07/2020

France, les KC-130J sont opérationnels !

fg_3242159-idr-6877.jpg

L'armée de l'air française vient de combler un vide avec la capacité de ravitaillement en vol de ses hélicoptères.

Avec la mise en service des deux avions Lockheed-Martin KC-130J « Super Hercules sont » l'armée de l'air française, a maintenant sa propre capacité de ravitaillement en vol pour ses hélicoptères Airbus H225 « Caracal » et fait partie du petit club de pays qui peuvent piloter des hélicoptères à longue portée en opérations.

Rappel :

La décision d'acquérir les C-130J et KC-130J était motivée par le fait que le C-160 « Transall », qui est le principal avion de transport tactique français depuis des décennies, était en cours de retrait (une douzaine seulement sont toujours en service), de plus, les retards de livraison des Airbus A400M et les problèmes de certification pour le ravitaillement des hélicoptères ont motivé ce choix.

Le KC-130J « Super Hercules » Tanker :

Le KC-130J « Super Hercules » en version Tanker est directement dérivé du nouveau C-130J. L’avion incorpore simplement les systèmes perches de ravitaillement, des réservoirs supplémentaires et un poste pour l’opérateur ravitailleur. Le système de ravitaillement existe déjà sur les modèles plus anciens du C-130.

Le C-130J incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courte. 

Photo : KC-130J ravitaillant un H225 « Caracal » @ Armée de l’air.